• IDS038 - La qualité au sein des laboratoires de biologie médicale selon l'ISO 15189 v2012.

    Avertissement

    Les projets ou stages publiés auxquels vous accédez sont des rapports d'étudiants et doivent être pris comme tels. Il peuvent donc comporter des imperfections ou des imprécisions que tout lecteur doit admettre et donc supporter. Il ont été réalisés pendant les périodes de formation et constituent avant-tout des travaux de compilation bibliographique, d'initiation et d'analyse sur des thématiques associées aux concepts, méthodes, outils et expériences sur les démarches qualité dans les organisations ou sur les technologies en santé.

    Si, malgré nos précautions, vous avez des raisons de contester ce droit de diffusion libre, , nous nous efforcerons d'y apporter une réponse rapide. L'objectif de la présentation des travaux sur le web est de permettre l'accès à l'information et d'augmenter ainsi la qualité des échanges professionnels.

    Nous ne faisons aucun usage commercial des travaux de projet ou de stage publiés, par conséquent les citations des informations et l'emploi des outils mis à disposition sont totalement libres. Dans ce cas, nous vous demandons de respecter les règles d'éthique en citant explicitement et complètement vos sources bibliographiques.

    Bonne lecture...

    Auteurs

    Contacts

    Citation

    A rap­pe­ler pour tout usage : G. GOSSIN, M. GUILLERM et J. PING, « La Qua­li­té au sein des labo­ra­toires de bio­lo­gie médi­cale selon la norme ISO15189 v2012 », Uni­ver­si­té de Tech­no­lo­gie de Com­piègne (France), Mas­ter Ingé­nie­rie de la San­té, Par­cours Tech­no­lo­gies Bio­mé­di­cales et Ter­ri­toires de San­té (TBTS) et Dis­po­si­tifs Médi­caux et Affaires Régle­men­taires (DMAR), Mémoire de pro­jet, jan­vier 2020, https://travaux.master.utc.fr/formations-master/ingenierie-de-la-sante/ids038 ; https://doi.org/10.34746/gezj-8f21

    Article publié

    Suite à ces tra­vaux, un article a été publié : ID interne : 2020_09_idsap

    Résumé

    L’examen de bio­lo­gie médi­cale a une place impor­tante dans le par­cours de soins du patient. Dans son inté­rêt, la loi dite “Bal­le­reau” de 2013 rati­fiée à l’ordonnance 2010-49 de jan­vier 2010 [1], impose aux labo­ra­toires de bio­lo­gie médi­cale de satis­faire aux exi­gences nor­ma­tives selon l’ISO 15189 v2012. Cette recon­nais­sance de com­pé­tences est l’une des garan­ties dans la fia­bi­li­té du ren­du de résul­tats aux patients et per­son­nels de santé. 

    Ce mémoire a pour objec­tif de four­nir des élé­ments clés aux labo­ra­toires afin de main­te­nir leur accréditation. 

    Abstract

    Medi­cal bio­lo­gy exam is one of the most impor­tant miles­tones in the patient care. To improve the patient care, the 2013 “Bal­le­reau” French law rati­fied to the 2010-49 ordi­nance from Janua­ry 2010, tells that medi­cal bio­lo­gy labo­ra­to­ry have to fol­low regu­la­to­ry requi­re­ments from the ISO 15189 v2012 stan­dard. Fol­lo­wing those requi­re­ments ensures the labo­ra­to­ry to have the skills reco­gni­zed and gua­ran­tees the relia­bi­li­ty of results given to patients and caregivers. 

    The aim of this the­sis is to pro­vide few keys for labo­ra­to­ries to keep the ISO 15189 stan­dard accreditation 

    Téléchargements

    IDS038_Poster

    Pos­ter : Les labo­ra­toires de bio­lo­gie médi­cale : La qua­li­té selon l'ISO 15189

    IDS038_MIM (Mémoire d'intelligence méthodique)

    Mémoire d'Intelligence Métho­do­lo­gique : La qua­li­té au sein des labo­ra­toires de bio­lo­gie médi­cale selon la norme ISO15189 v2012

    IDS038_Cartographie

    Car­to­gra­phie d'aide à la com­pré­hen­sion de la norme ISO 15189 v2012 (for­mat pdf)

    IDS038_Outil de positionnement

    Outil de posi­tion­ne­ment selon l'ISO 15189 v2012 (fichier excel)

    Mémoire complet

    La qualité au sein des laboratoires de biologie médicale selon l'ISO 15189 v2012

    Remerciements

    L’ensemble de l’équipe pro­jet tient à remer­cier par­ti­cu­liè­re­ment Mr Farges, notre tuteur UTC qui nous a per­mis de faire évo­luer en per­ma­nence ce mémoire d’intelligence métho­dique afin qu’il puisse être appré­cié par l’ensemble de nos futurs lec­teurs.

    Glossaire & Abréviations

    • Cer­ti­fi­ca­tion : Assu­rance écrite (sous la forme d'un cer­ti­fi­cat) don­née par une tierce par­tie qu'un pro­duit, ser­vice ou sys­tème est conforme à des exi­gences spécifiques. 
    • Accré­di­ta­tion : Recon­nais­sance for­melle de la com­pé­tence d’une per­sonne ou d’un orga­nisme à réa­li­ser des acti­vi­tés spé­ci­fiées d’évaluation de la confor­mi­té [2] .
    • Cer­ti­fi­ca­tion : Assu­rance écrite (sous la forme d'un cer­ti­fi­cat) don­née par une tierce par­tie qu'un pro­duit, ser­vice ou sys­tème est conforme à des exi­gences spécifiques. 
    • COFRAC : Comi­té Fran­çais d’Accréditation, unique orga­nisme en France fai­sant auto­ri­té à déli­vrer l’accréditation
    • EN : Norme Européenne.
    • GBEA : Guide de Bonnes Exé­cu­tions des Analyses
    • ISO : Inter­na­tio­nal Stan­dard Organisation
    • LBM : Labo­ra­toire de Bio­lo­gie Médicale
    • NF : Norme française
    • SMQ : Sys­tème mana­ge­ment de la qualité

    Introduction

    L’examen de bio­lo­gie médi­cale est défi­ni selon le code de la san­té public comme étant “un acte médi­cal qui concourt à la pré­ven­tion, au dépis­tage, au diag­nos­tic ou à l’évaluation des risques de sur­ve­nues d’états patho­lo­giques, à la déci­sion et à la prise en charge thé­ra­peu­tique [...] [3].
    Pour garan­tir la fia­bi­li­té des résul­tats ren­dus aux patients, l’ordonnance 2010-49 du 13 jan­vier 2010 rela­tive à la bio­lo­gie médi­cale [1] exige que l’ensemble des labo­ra­toires de bio­lo­gie médi­cale satis­fassent aux exi­gences de la norme ISO 15189 Labo­ra­toires de bio­lo­gie médi­cale - Exi­gences concer­nant la qua­li­té et la com­pé­tence [4].
    Cette contrainte régle­men­taire est aujourd’hui en cours d’application dans 759 labo­ra­toires (pri­vés et publics) en France [5]
    Ce mémoire d’intelligence métho­do­lo­gique a pour but de four­nir aux labo­ra­toires des outils néces­saires à l’obtention ou au renou­vel­le­ment de leur accré­di­ta­tion selon la der­nière norme en vigueur, l’ISO 15189 v2012.
    La pre­mière par­tie de ce mémoire consiste à défi­nir le contexte ain­si que les enjeux asso­ciés à cette régle­men­ta­tion.
    Dans un second temps, un outil de diag­nos­tic en lien avec une car­to­gra­phie inter­ac­tive des pro­ces­sus est pro­po­sé en vue d’effectuer des audits internes pour se pré­pa­rer au mieux à l’audit du Comi­té Fran­çais d’Accréditation (COFRAC).

    I. Contexte et enjeux de la démarche qualité au sein des laboratoires de biologie médicale

    a.   Contexte de la démarche qualité

                                             i.    Le GBEA : Guide de bonnes exécutions des analyses

    Suite à l’arrêté minis­té­riel en 1994, l’entrée dans la démarche qua­li­té des labo­ra­toires a tout d’abord été ins­tau­rée par le Guide de Bonnes Exé­cu­tions des Ana­lyses (GBEA) [6].
    L’application de ce guide est obli­ga­toire et sur­veillée par la Haute Auto­ri­té de San­té [3]. Or une enquête réa­li­sée quinze ans après sa paru­tion en res­sort que seuls 31% des labo­ra­toires sont conformes au GBEA [7].

    Suite à des études réa­li­sées depuis les années 2000 :

    • un son­dage réa­li­sé par l’Agence Fran­çaise de Sécu­ri­té Sani­taire des Pro­duites de San­té (AFSSAPS) en 2003 montre que sur 4774 labo­ra­toires son­dés, 40% d’entre eux avaient 10% de leurs résul­tats non conformes [7].
    • le rap­port de l’Inspection Géné­rale des Affaires Sociales (IGAS) en 2006 qui sou­ligne la néces­si­té de réfor­mer la bio­lo­gie médi­cale [7].
    • le rap­port de 2008 éta­blit par un ensemble de pro­fes­sion­nels de la bio­lo­gie ain­si qu’administratif pose les bases d’un pro­jet de réforme de la bio­lo­gie médi­cale [8].

    Le besoin de four­nir aux patients des résul­tats fiables, l’évolution de la bio­lo­gie médi­cale dans le par­cours de soin du patient, ain­si que la néces­si­té de tra­ça­bi­li­té des exa­mens ren­dus ont abou­ti à la réforme de la bio­lo­gie médi­cale via la loi 2013-442 du 30 mai 2013, rati­fiée à l’ordonnance 2010-49 du 13 jan­vier 2010 rela­tive à la bio­lo­gie médi­cale [1]
    Ain­si, l’ensemble des labo­ra­toires de bio­lo­gie médi­cale doivent satis­faire aux exi­gences régle­men­taires selon la norme ISO 15189 selon un calen­drier pré­vi­sion­nel éta­blie par le COFRAC [9].

                                            ii.    La norme ISO 15189

    L’application de la norme NF EN ISO 15189 : Labo­ra­toire de Bio­lo­gie Médi­cale - Exi­gences concer­nant la qua­li­té et la com­pé­tence [4] est ren­due obli­ga­toire pour l’ensemble des Labo­ra­toires de bio­lo­gie par l’ordonnance 2010-49 du 13 jan­vier 2010 [1].
    Cette norme est inter­na­tio­nale, rédi­gée par un ensemble d’organismes de nor­ma­li­sa­tion (ISO). Elle est éta­bli à par­tir de l’ISO 9001 Sys­tème de mana­ge­ment de la qua­li­té - Exi­gences [10] et à l’ISO 17025 Exi­gences géné­rales concer­nant la com­pé­tence des labo­ra­toires d’étalonnage et d’essais  [11].
    L’ISO 9001 délivre des lignes direc­tives de ges­tion mana­gé­riale et pro­pose ain­si des outils per­met­tant aux entre­prises d’être en per­ma­nence dans le sys­tème d’amélioration conti­nue. Deux ver­sions de cette normes ont été revues, la troi­sième en vigueur, l’ISO 9001 v2015 offre des outils de mana­ge­ment notam­ment par l’approche pro­ces­sus ain­si que la ges­tion des risques.
    L’ISO 17025 s’applique à toutes orga­ni­sa­tions qui pro­cèdent à des essais, éta­lon­nages dans la réa­li­sa­tion de leur contrôle de qua­li­té comme par exemple pour l’étalonnage d’un auto­mate ou d’une pipette uti­li­sée pour le dosage d’une ana­lyse accréditée.

    L’ISO 15189 com­porte deux articles d'exigences : 

    Les exi­gences rela­tives au mana­ge­ment de la qua­li­té (cha­pitre 4), com­po­sé de 15 sous cha­pitres comme suit : 

    • Res­pon­sa­bi­li­té en matière d’organisation et de management : 

    Les responsabilités/engagements du Direc­teur et du res­pon­sable qua­li­té sont décrites. Une poli­tique qua­li­té est défi­nie et le sys­tème de com­mu­ni­ca­tion entre les acteurs est assuré.

    • Sys­tème de mana­ge­ment de la qualité :

    Le manuel de qua­li­té est rédi­gé et tenue à jour pour répondre à la poli­tique qua­li­té du labo­ra­toire et per­mettre son amélioration

    • Maî­trise des documents :

    Le labo­ra­toire doit mettre en œuvre un sys­tème docu­men­taire requis par le sys­tème de mana­ge­ment de la qua­li­té. Sa veille est assu­ré afin de garan­tir l’absence de docu­men­ta­tion obsolète.

    • Contrats de prestations :

    Les demandes d’examens accep­tées par le labo­ra­toire sont contrac­tua­li­sées. Ces contrats sont revue périodiquement.

    • Exa­mens trans­mis à des labo­ra­toires sous-traitants :

    Le labo­ra­toire doit sélec­tion­ner et éva­luer ses labo­ra­toires sous trai­tants et consul­tants. Le labo­ra­toire deman­deur s’assure de la confor­mi­té de l’interprétation des résul­tats par ses consul­tants ain­si que de leurs comptes-rendus.

    • Ser­vices externes et approvisionnement : 

    Le labo­ra­toire assure la sélec­tion et l’achat de ser­vices externes, de maté­riels, de réac­tifs, de consom­mables pour garan­tir la qua­li­té de sa prestation.

    • Pres­ta­tion de conseils :

    Le labo­ra­toire éta­blit les échanges avec les pres­ta­taires sur la per­ti­nence de la demande d’examen, sur un cas cli­nique par­ti­cu­lier, la logis­tique des prélèvements.

    • Trai­te­ment des réclamations :

    Le labo­ra­toire met à dis­po­si­tion une pro­cé­dure docu­men­tée pour toutes récla­ma­tions effec­tuées par les cli­ni­ciens, les patients ou le personnel.

    • Iden­ti­fi­ca­tion et maî­trise des non-conformités :

    L’identification et la ges­tion des non confor­mi­tés liées au sys­tème de mana­ge­ment de la qua­li­té, au pré ana­ly­tique, ana­ly­tique, post ana­ly­tique suivent une pro­cé­dure documentée.

    • Actions cor­rec­tives :

    Afin éli­mi­ner les causes des non confor­mi­tés, le labo­ra­toire met en place des actions correctives.

    • Actions pré­ven­tives :

    Afin d’éviter la sur­ve­nue de non confor­mi­tés, le labo­ra­toire met en place des actions préventives.

    • Amé­lio­ra­tion continue :

    Le labo­ra­toire amé­liore en conti­nu l’efficacité de son sys­tème de mana­ge­ment de la qua­li­té ain­si que les exi­gences rela­tives à la tech­nique au moyen de la revue de direc­tion per­met­tant d’établir des plans d’actions. Des audits sont réa­li­sés afin d’évaluer la per­for­mance des actions apportées.

    • Maî­trise des enregistrements :

    Les enre­gis­tre­ments doivent inclure 22 cri­tères pour satis­faire aux exi­gences. La vie de l’enregistrement doit être docu­men­tée afin de garan­tir la qua­li­té du résul­tat rendu.

    • Éva­lua­tion et audits :

    Le labo­ra­toire pla­ni­fie des éva­lua­tions externes, des audits et une revue pério­dique de pres­crip­tions. Il met en place un sys­tème de recueil des sug­ges­tions du per­son­nel. Il déter­mine des indi­ca­teurs qua­li­té pour sur­veiller et éva­luer ses prestations.

    • Revue de direction :

    Pour garan­tir la per­ti­nence de son sys­tème de mana­ge­ment de la qua­li­té, le labo­ra­toire réa­lise une revue de direc­tion pério­di­que­ment. Les élé­ments de cette revue y sont détaillés. Les résul­tats sont com­mu­ni­qués à l’ensemble du per­son­nel.

    Les exi­gences tech­niques (cha­pitre 5), com­po­sé de 10 sous cha­pitres com­ma suit : 

    • Per­son­nel :

    Le labo­ra­toire s’assure de l’accueil, de la qua­li­fi­ca­tion, de la for­ma­tion et du main­tien des com­pé­tences du per­son­nel. La défi­ni­tion des fonc­tions est décrite. La conti­nui­té des connais­sances du per­son­nel est assu­rée par la for­ma­tion conti­nue. Ces élé­ments font l’objet d’enregistrements et consti­tuent le dos­sier per­son­nel tenu à jour.

    • Locaux et condi­tions environnementales :

    Le labo­ra­toire pré­voit des locaux dédiés à chaque spé­ci­fi­ci­té de la réa­li­sa­tion de l’analyse. (Bureaux, locaux de sto­ckage, du per­son­nel, de pré­lè­ve­ments et de réa­li­sa­tion des exa­mens). Il s’assure de l’entretien et des condi­tions envi­ron­ne­men­tales propres à chaque local.

    • Maté­riel de labo­ra­toire, réac­tifs et consommables :

    Les équi­pe­ments uti­li­sés par le labo­ra­toire sont réper­to­riés, éta­lon­nés, contrô­lés et leurs main­te­nances sont assu­rées. Le labo­ra­toire s’assure avant ins­tal­la­tion de la confor­mi­té de la per­for­mance décrite par le four­nis­seur. Une ges­tion des réac­tifs et consom­mables com­pre­nant la com­mande, la récep­tion et le contrôle d’acceptation est décrite. Tout évé­ne­ment indé­si­rable est tra­cé et signa­lé au fabricant.

    • Pro­ces­sus pré analytiques :

    Le labo­ra­toire met à dis­po­si­tion des usa­gers les condi­tions de pres­crip­tion, de pré­lè­ve­ment, de trans­port et de récep­tion des échantillons. 

    • Pro­ces­sus analytiques :

    Le labo­ra­toire uti­lise des pro­cé­dures de chaque exa­men vali­dées pour leur uti­li­sa­tion pré­vue. Il déter­mine les inter­valles de réfé­rences bio­lo­giques ou de déci­sion cli­nique de chaque exa­men ain­si que leurs incer­ti­tudes de mesure revues pério­di­que­ment. Des pro­cé­dures ana­ly­tiques pour la réa­li­sa­tion de l’examen sont écrites res­pec­tant 20 cri­tères cités dans la norme.

    • Garan­tie de qua­li­té des résultats :

    Le labo­ra­toire garan­tie les résul­tats qu’il livre par la réa­li­sa­tion de contrôle de qua­li­té. Il effec­tue des com­pa­rai­sons inter labo­ra­toires afin de garan­tir la conti­nui­té des soins du patient d’un éta­blis­se­ment à un autre.

    • Pro­ces­sus post-analytiques :

    Le labo­ra­toire dis­pose d’une pro­cé­dure de vali­da­tion des résul­tats par le per­son­nel com­pé­tent avant la trans­mis­sion aux pres­ta­taires. La conser­va­tion et l’élimination des échan­tillons est décrite.

    • Compte ren­du des résultats :

    Le labo­ra­toire déter­mine le mode de trans­mis­sion de ses résul­tats et valide leur trans­crip­tion. Les comptes ren­dus doivent com­prendre 16 ren­sei­gne­ments cités dans la norme.

    • Dif­fu­sion des résultats :

    Le labo­ra­toire s’assure de la dif­fu­sion des comptes ren­dus aux ser­vices pres­ta­taires. Le labo­ra­toire éta­bli des ins­truc­tions écrites lors de la révi­sion d’un compte ren­du après la dif­fu­sion des résultats.

    • Ges­tion des infor­ma­tions de laboratoire :

    Le labo­ra­toire garan­tit la confi­den­tia­li­té des infor­ma­tions du patient. Les auto­ri­tés et res­pon­sa­bi­li­tés liées à la ges­tion des infor­ma­tions sont défi­nies. Les sys­tèmes de recueil des infor­ma­tions sont contrô­lés.
    Pour faci­li­ter la com­pré­hen­sion de la norme ISO 15189 et créer le lien entre les dif­fé­rents articles, la Figure 1 per­met une vue d’ensemble des items des exi­gences nor­ma­tives d’un labo­ra­toire de bio­lo­gie médical. 

    Figure 1 : Car­to­gra­phie des pro­ces­sus d'un labo­ra­toire de bio­lo­gie médi­cale (source : auteurs)

                                          iii.    Le COFRAC : Comité français d’accréditation

    Le COFRAC est en France, l’unique orga­nisme ayant auto­ri­té à déli­vrer une accré­di­ta­tion  Figure 2.

    Il  se réfère à l’ISO 17021 Éva­lua­tion de la confor­mi­té — Exi­gences pour les orga­nismes pro­cé­dant à l'audit et à la cer­ti­fi­ca­tion des sys­tèmes de mana­ge­ment  [12] et l’ISO 17040 Éva­lua­tion de la confor­mi­té — Exi­gences géné­rales rela­tives à l'évaluation par des pairs des orga­nismes d'évaluation de la confor­mi­té et des orga­nismes d'accréditation  [13]et délivre l’accréditation :

    • Selon les ISO 15189, 17025, 22870 pour les laboratoires
    • Selon les ISO 17021, 17024, 17040 pour les orga­nismes de certification

    Les labo­ra­toires cer­ti­fient leurs résul­tats. Les orga­nismes de cer­ti­fi­ca­tion cer­ti­fient les socié­tés selon les ISO propres à chaque domaine repo­sant sur l’ISO 9001. Afin de com­prendre au mieux les dif­fé­rentes inter­ac­tions entre orga­nismes et leurs res­pon­sa­bi­li­tés, voi­ci un sché­ma récapitulatif :

    Figure 2 : Sché­ma expli­ca­tif des rela­tions entre les orga­nismes (source : auteurs) 

    Afin de situer les labo­ra­toires dans leur démarche qua­li­té, le COFRAC a éta­bli un cycle d’accréditation.

    Figure 3 : Cycle d'évaluation d'un labo­ra­toire de bio­lo­gie médi­cale (source : auteurs) 

    b.   Les enjeux

                                             i.    Enjeux humains

            Les patients :

    L’obtention de l’accréditation est tout d’abord dans l’intérêt du patient, de part une fia­bi­li­té assu­rée dans le ren­du et la tra­ça­bi­li­té des résul­tats. C’est éga­le­ment la garan­tie pour le patient de faire des ana­lyses iden­tiques, avec la même recon­nais­sance d’acte, d’un éta­blis­se­ment à un autre. En effet, de part les nou­velles tech­no­lo­gies, l'autogestion du patient (lec­teur à gly­cé­mie..), la place de la bio­lo­gie dans le par­cours de soins du patient évo­lue [14]. Cette norme a un impact sur la per­cep­tion par les patients de la bio­lo­gie médicale.

            Les acteurs de terrain : 

    L’accréditation d’un labo­ra­toire per­met l’homogénéisation des pra­tiques au sein d’un ser­vice et donc un gain orga­ni­sa­tion­nel du temps de tra­vail.
    Elle per­met éga­le­ment une recon­nais­sance de com­pé­tences inter-labo­ra­toires. En effet, avant l’application de cette norme, les tech­ni­ciens de labo­ra­toire médi­cal n’avaient pas de recon­nais­sance régle­men­taire de leurs com­pé­tences acquises par l’expérience [15].
    De plus, l’accréditation du labo­ra­toire ins­taure un niveau de confiance entre la Direc­tion Géné­rale de l’établissement, les ser­vices de soins et éga­le­ment les four­nis­seurs et prestataires.

                                            ii.    Enjeux réglementaires

    La loi Hôpi­taux, Patients, San­té, Ter­ri­toires du 21 Juillet 2009 [16] recom­mande aux LBM d’être accré­di­té ISO 15189. L’ordonnance 2010-49 de 2013 rend cette accré­di­ta­tion obli­ga­toire [1]. Au terme de l’échéance impo­sée par le COFRAC, une absence d'accréditation totale de l’ensemble des exa­mens de bio­lo­gie d’un labo­ra­toire entraîne sa ces­sa­tion d’activités par sa fer­me­ture admi­nis­tra­tive.
    L’échéance ini­tia­le­ment ins­tau­rée était 100% d’examens accré­di­tés au pre­mier novembre 2016. Après révi­sion du calen­drier, la date butoir est au pre­mier Novembre 2020.
    Les consé­quences d’une fer­me­ture de labo­ra­toires sont :

    • d’une part une dégra­da­tion du par­cours de soins du patient et une perte de confiance dans l'établissement de soins
    • d’autres part une perte finan­cière impor­tante, avec notam­ment un impact majeur sur l’effectif par un licen­cie­ment ou un reclassement.

    La res­pon­sa­bi­li­té de cette accré­di­ta­tion est donc por­tée par la direc­tion de l’organisme.

                                          iii.    Enjeux de performance

    L’accréditation selon l’ISO 15189 prouve la com­pé­tence des labo­ra­toires à répondre à des exi­gences tech­niques et mana­gé­riales. Ain­si, cette accré­di­ta­tion per­met de défi­nir un stan­dard de qua­li­té et donc de garan­tir les résul­tats issus du labo­ra­toire. Cette confiance dans les résul­tats per­met de pré­ser­ver la répu­ta­tion de l’établissement de san­té. Cette norme per­met éga­le­ment aux labo­ra­toires de prou­ver l’efficacité de leurs méthodes et leur maî­trise des d’incertitudes de leurs mesures dans les pro­ces­sus d’analyse. D’après une étude réa­li­sée au Luxem­bourg, 90% des éta­blis­se­ments cer­ti­fiés le fond pour garan­tir la fia­bi­li­té de leurs résul­tats [17]. Enfin, l’amélioration de l’efficience des labo­ra­toires, por­tées par la norme ISO 15189 doit par­ti­ci­per à la réduc­tion du temps de séjour des patients et favo­ri­ser l’hospitalisation de jour [18], amé­lio­rant le confort du patient et rédui­sant les coûts hos­pi­ta­liers.
    La norme ISO 15189 exige le res­pect de la confi­den­tia­li­té des don­nées, la confor­mi­té des ana­lyses, la sécu­ri­té du per­son­nel et défi­ni un délai rai­son­nable d’obtention des résultats.

                                          iv.    Enjeux économiques

    Accré­di­ter l’ensemble des ana­lyses d’un labo­ra­toire a une réper­cus­sion éco­no­mique. En effet, le nombre de labo­ra­toires en France a dimi­nué ces der­nières années suite à la paru­tion de la loi impo­sant l’accréditation.
    Un regrou­pe­ment des labo­ra­toires d’analyses médi­cales a été obser­vé, pas­sant leur nombre de 1364 en 2013 à 864 en 2018 afin de dimi­nuer les coûts engen­drés par l’accréditation.
    Un cer­tain nombre de para­mètres sont pris en compte pour déter­mi­ner le coût final, tels que le nombre de per­sonne dans l’organisme, le nombre de jour de l’évaluation, s’il s’agit d’une éva­lua­tion ini­tiale ou d’un sui­vi, toutes les moda­li­tés sont décrites dans les réfé­ren­tiels du COFRAC concer­nant les dif­fé­rents tarifs appli­cables [19].
    Selon une esti­ma­tion du groupe Lab­co, cette accré­di­ta­tion “entraî­ne­ra un sur­coût d'environ 3% du chiffre d’affaires au début puis 1.5% ensuite” [20]. Ain­si, les petites struc­tures sala­riales ne pour­raient pas assu­rer cette consé­quence. Cepen­dant, l’accréditation a pour objec­tif de modi­fier l’organisation des struc­tures afin de réa­li­ser des éco­no­mies. Aus­si, l’économie de 180 mil­lions € annon­cée par la sécu­ri­té sociale pour 2020 [21] ne pour­ra se faire uni­que­ment que si les labo­ra­toires sont plus effi­cients, notam­ment grâce à l’ISO 15189.
    Afin de répondre aux dif­fé­rents enjeux, un outil de posi­tion­ne­ment est éla­bo­ré. Pour garan­tir la fia­bi­li­té des résul­tats ren­dus aux patients, l’outil per­met de cibler le non res­pect des exi­gences nor­ma­tives qui peut conduire à des erreurs humaines. Cet outil est une aide au labo­ra­toire dans leur démarche d’accréditation et peut être une pré­somp­tion de confor­mi­té afin que les labo­ra­toires puissent gar­der ou renou­ve­ler leur accré­di­ta­tion et donc évi­ter leur fer­me­ture admi­nis­tra­tive. L’utilisation de gra­phique pour exploi­ter les résul­tats de l’évaluation per­met de situer rapi­de­ment le labo­ra­toire sur le res­pect et les pra­tiques des exi­gences régle­men­taires. De plus, suite à la mesure des cri­tères par l’évaluation, des plans d’actions per­mettent d’agir dans le but d’une amé­lio­ra­tion continue.

    II. Élaboration d’outils d’aide à l’évaluation

    a.   Cartographie d’aide à la compréhension de la norme ISO 15189 v2012

    Une car­to­gra­phie détaillée sous for­mat « pdf » est mise à dis­po­si­tion afin d’aider le lec­teur à la com­pré­hen­sion de la norme. Cette car­to­gra­phie est inter­ac­tive et per­met de navi­guer entre les dif­fé­rents articles et sous articles de la norme de façon ludique et simple.
    Elle est consti­tuée d’une vue glo­bale de la norme avec ses 2 articles (Figure 4a), puis d’une vue par para­graphes (Figure 4b) et enfin d’une vue avec les exi­gences atten­dues de chaque para­graphes (Figure 4c).

    Figure 4 : Vue glo­bale de la car­to­gra­phie d'aide à la com­pré­hen­sion de la norme ISO 15189 v2012 (source : auteurs)
    Figure 5 : Vue par sous articles de la car­to­gra­phie d'aide à la com­pré­hen­sion de la norme ISO 15189 v2012 (source : auteurs)
    Figure 6 : Vue détaillée par sous articles de la car­to­gra­phie d'aide à la com­pré­hen­sion de la norme ISO 15189 v2012 (source : auteurs)

    Cet outil car­to­gra­phique est des­ti­né tant à des per­sonnes expertes que néophytes.

    b.   Outils de positionnement

    Il existe dif­fé­rents « outils d’autodiagnostic » [22]–[25]pour aider au mieux les orga­nismes à effec­tuer un état des lieux sur leurs pra­tiques. Un ca            hier des charges grou­pant les cri­tères néces­saires à l’élaboration d’un nou­vel outil de posi­tion­ne­ment effi­cient et effi­cace est éla­bo­ré à par­tir de la com­pa­rai­son de quatre outils d’auto diag­nos­tics exis­tants (Tableau 1). Ces outils ont été choi­sis en fonc­tion du lien qu’ils pos­sèdent avec la norme ISO 15189.
    Les outils sui­vants : « Outil d’auto éva­lua­tion du COFRAC [22]», « Accom­pa­gner les fabri­cants dans leur ges­tion des risques des dis­po­si­tifs médi­caux selon la norme NF EN ISO 14971 » [23], « Allier qua­li­té et per­for­mance via l’ISO 9001 ver­sion 2015 » [24]  ont comme struc­ture com­mune la norme ISO 9001. L’outil « Qua­li­té opé­ra­tion­nelle pour les labo­ra­toires avec le « 5S Bio­lo­gie » [25]  est axé sur le mana­ge­ment de la qua­li­té.
    Les cri­tères sélec­tion­nés pour l’élaboration du nou­vel outil de posi­tion­ne­ment sont les suivants : 

    • Mode d’emploi clair : Un mode d’emploi clai­re­ment expli­cite per­met une prise en main simple de l’outil donc un gain de temps à l’utilisation de l’outil dans sa glo­ba­li­té. De plus, une bonne prise en main de l’outil aug­mente le taux de confiance dans les résul­tats présentés.
    • Nombre de cri­tères d’évaluation adé­quat : Le nombre de cri­tères dépend du nombre d’exigences por­tées par les dif­fé­rentes normes étu­diées. De manière géné­rale, les cri­tères d’évaluation doivent être com­pré­hen­sibles et com­pris par tous. Leur nombre doit per­mettre de cou­vrir l’ensemble des exi­gences de la norme de manière synthétique.
    • Durée du diag­nos­tic : La réa­li­sa­tion de l’évaluation avec l’outil ne doit pas excé­der 1h. 
    • Résul­tats com­pré­hen­sibles : Les résul­tats du test doivent être visuel­le­ment et rapi­de­ment compréhensibles.
    • Éva­lua­tion de la maî­trise docu­men­taire : Un bilan sur la ges­tion docu­men­taire per­met de cibler les docu­ments obligatoires. 
    • Ergo­no­mie de l’outil : L’outil doit être facile d’utilisation, avoir une lisi­bi­li­té cor­recte et une phy­sio­no­mie adap­tée (cou­leur uti­li­sée, taille de la police..)
    Tableau 1 : Tableau com­pa­ra­tif de cinq outils de diagnostic 

    Échelle d’évaluation :

    -- : Le cri­tère n’est pas res­pec­té
    - : Le cri­tère est par­tiel­le­ment res­pec­té
    +: Le cri­tère est res­pec­té
    ++: Le cri­tère est res­pec­té et amélioré

    Le cahier des charges pour la réa­li­sa­tion d’un nou­vel outil de posi­tion­ne­ment est éta­bli en pre­nant à mini­ma le res­pect des cri­tères cités dans le Tableau 1.

    c.   Proposition d’un nouvel outil de positionnement

    Afin de répondre aux besoins des futurs uti­li­sa­teurs de l’outil de posi­tion­ne­ment, les cri­tères ci éva­lués dans le tableau sont réuti­li­sés de manière effi­ciente.
    L’outil est pro­po­sé de manière gra­tuite et uti­li­sable sur inter­net via le logi­ciel Excel©. Il a pour but de per­mettre au labo­ra­toire de situer leur confor­mi­té rela­tive à l’ISO 15189 v2012, de manière rapide (1h envi­ron) et de déter­mi­ner un plan d’actions afin d’améliorer leurs pra­tiques.
    Cet outil est com­po­sé de 6 {onglets} :

    • L’onglet  {Mode d’emploi} (Figure 7) explique l’utilisation des autres onglets ain­si que la métho­do­lo­gie à suivre pour rem­plir l’outil. De plus, il détaille les dif­fé­rentes échelles de véra­ci­té (vrai, plu­tôt vrai, plu­tôt faux, faux, non-appli­cable) et de confor­mi­té (insuf­fi­sant, infor­mel, convain­quant, conforme et non-appli­cable) en fonc­tion de leur de taux res­pec­ti­ve­ment asso­ciés (0% à 100%)
    Figure 7 : Échelles d'évaluation uti­li­sées dans l'outil de posi­tion­ne­ment (source : auteurs) 
    • L’onglet  {Éva­lua­tion} est com­po­sé de 43 cri­tères pour le cha­pitre « Exi­gences rela­tives au mana­ge­ment de la qua­li­té » et de 39 cri­tères pour le cha­pitre « Exi­gences tech­niques » de la norme ISO 15189. Ces cri­tères ont été déter­mi­nés à l’aide de l’outil COFRAC. Cette éva­lua­tion est détaillée et englobe les exi­gences de preuves docu­men­taires, repé­rées par la sur­brillance rouge (Figure 8).
    Figure 8 : Onglet de l'évaluation avec les choix de véra­ci­té de l'outil de posi­tion­ne­ment (source : auteurs) 
    • Afin de cibler rapi­de­ment les amé­lio­ra­tions à appor­ter, la visua­li­sa­tion de l’évaluation des cri­tères est réa­li­sée avec les onglets {Résul­tats glo­baux} et {Résul­tats par article}.

    Deux his­to­grammes de répar­ti­tion (Figure 9) sur les niveaux de véra­ci­té et de confor­mi­té sont dis­po­nibles. Un graphe radar pré­sente les valeurs moyennes obte­nues par article (Figure 10) puis sous article (Figure 11) per­met d’identifier les axes à améliorer.

    Figure 9 : His­to­grammes de répar­ti­tion obte­nus après éva­lua­tion des cri­tères (source : auteurs) 
    Figure 10 : Graphe radar repré­sen­tant les valeurs moyennes obte­nues par article (source : auteurs) 
     Figure 11 : Graphe radar repré­sen­tant les valeurs moyennes obte­nues pour le  sous articles 5  (source : auteurs) 

    Par exemple, sur la (Figure 11), le pour­cen­tage équi­valent à 0% résulte de l’évaluation du sous article 5.2 de la norme, réa­li­sée au préa­lable et signi­fie une non-confor­mi­té totale du sous article. C’est pour­quoi, un espace dédié à des pro­po­si­tions de plan d’actions (comme indi­qué en exemple sur la (Figure 11) est pré­vu ain­si que le sui­vi des actions mises en œuvres par le laboratoire. 

    Figure 12 : Graphe radar repré­sen­tant les valeurs moyennes obte­nues pour le  sous articles 4 (source : auteurs) 
    • L’onglet {Maî­trise docu­men­taire} reprend les dif­fé­rents cri­tères ayant pour élé­ments de preuve de réa­li­sa­tion un docu­ment. Une échelle de confor­mi­té de la maî­trise docu­men­taire (absent, très incom­plet, incom­plet, presque com­plet, com­plet et dif­fu­sé) liée à  graphe radar per­met d’identifier les docu­ments man­quants ou incom­plets. Les docu­ments de preuve à four­nir sont repé­rés dans l’onglet { Éva­lua­tion } en carac­tère rouge. Sui­vant le res­pect de l’exigence de l’apport de preuve docu­men­taire, un pour­cen­tage est cal­cu­lé de manière auto­ma­tique selon une échelle préa­la­ble­ment défi­nie (Figure 13).
    Figure 13 : Échelle uti­li­sée pour défi­nir le taux de res­pect de l'apport de preuve docu­men­taire (source : auteurs) 

    Par exemple, la (Figure 14) montre que le docu­ment 6 : Plan de ges­tion des non-confor­mi­tés est incom­plet puisque seule­ment 47% des exi­gences ont été respectées.

    Figure 14 : Graphe radar iden­ti­fiant les preuves docu­men­taires (source : auteurs) 

    Pour les onglets {Résul­tats glo­baux}, {Résul­tats par article} et {Maî­trise docu­men­taire}, une par­tie réser­vée aux com­men­taires des résul­tats, à la pla­ni­fi­ca­tion des actions à réa­li­ser et au sui­vi des actions réa­li­sées est libre d’écriture.

    Figure 15 : Par­tie dédiée aux com­men­taires, à la pla­ni­fi­ca­tion des actions à réa­li­ser et au sui­vi des actions réa­li­sées.
    (source : auteurs) 
    • Pour finir, un onglet {Décla­ra­tion ISO 15189} peut être uti­li­sé à titre de preuve de réa­li­sa­tion d’audit au sein du labo­ra­toire. Cette décla­ra­tion sert de pré­somp­tion de confor­mi­té lorsque le taux atteint un seuil suf­fi­sant qui est au préa­la­ble­ment défini.

    Conclusion

    L’ordonnance 2010-49 du 13 jan­vier 2010 [1] exige que tous les labo­ra­toires de bio­lo­gie médi­cale aient 100% de leurs exa­mens accré­di­tés d’ici le 1er novembre 2020 [9].
    Cette exi­gence d’accréditation est née suite aux rap­ports  rela­tant le besoin de réfor­mer la bio­lo­gie médi­cale dans l’intérêt du patient afin de dimi­nuer le nombre de non-confor­mi­té sur les résul­tats qui leurs sont trans­mis [7], [8] pour leur garan­tir une qua­li­té de soins.
    L’outil de posi­tion­ne­ment lié à une car­to­gra­phie inter­ac­tive per­met de relan­cer une dyna­mique de l’amélioration conti­nue et de rendre pro­gres­sive les amé­lio­ra­tions cor­rec­tives à appor­ter aux labo­ra­toires de bio­lo­gie médi­cale. Cet outil peut être inté­gré au pro­ces­sus d’amélioration du labo­ra­toire par son uti­li­sa­tion lors d’audits internes.
    La per­for­mance de l’outil par son effi­ca­ci­té (res­pect des exi­gences selon la norme ISO 15189 v2012) et son effi­cience (<1h pour l’évaluation des cri­tères) est un atout pour les uti­li­sa­teurs.
    Les deux outils ont été pro­po­sés pour tests et appré­cia­tions à un panel de res­pon­sable qua­li­té de labo­ra­toires.
    Actuel­le­ment, le retour d’expérience sou­ligne l’utilité de la car­to­gra­phie d’aide à la com­pré­hen­sion de la norme et incite le groupe pro­jet à réflé­chir sur des sug­ges­tions pour l’outil de positionnement.

    Références bibliographiques

    [1]        “Ordon­nance n° 2010-49 du 13 jan­vier 2010 rela­tive à la bio­lo­gie médi­cale.” Legi­france, Paris, www.legifrance.gouv.fr, Jan-2010


    [2]        “La cer­ti­fi­ca­tion ; c’est quoi?” [Online]. Avai­lable : https://www.iso.org/fr/certification.html. [Acces­sed : 11-Dec-2019].


    [3]        “Bio­lo­gie médi­cale et cer­ti­fi­ca­tion.” Edi­tion HAS, www.has-sante.fr, 2014.


    [4]        “NF EN ISO 15189  Labo­ra­toires de bio­lo­gie médi­cale - Exi­gences concer­nant la qua­li­té et la com­pé­tence.” Edi­tions Afnor, Paris, www.afnor.org, 01-Dec-2012.


    [5]        “Les labo­ra­toires de bio­lo­gie médi­cale pour­suivent leur démarche d’accréditation !” Edi­tion COFRAC, https://www.cofrac.fr, 01-Dec-2019. .


    [6]        “Arrê­té du 26 avril 2002 modi­fiant l’arrêté du 26 novembre 1999 rela­tif à la bonne exé­cu­tion des ana­lyses de bio­lo­gie médi­cale.” Edi­tions Legi­france , Paris www.legifrance.gouv.fr, 26-Apr-2002.


    [7]        F. Lalande, I. Yeni, and C. Laconde, “La bio­lo­gie médi­cale libé­rale en France : bilan et pers­pec­tives, Rap­port de l’IGAS.” https://solidarites-sante.gouv.fr, Apr-2006. .


    [8]        M. Bal­le­reau, “Rap­port pour un pro­jet de réforme de la bio­lo­gie médi­cale,” Minis­tère de la San­té, de la Jeu­nesse, des Sports et de la Vie asso­cia­tive, https://solidarites-sante.gouv.fr, Sep. 2008.


    [9]        Minis­tère des Affaires sociales, de la San­té et des Droits des femmes, “L’accréditation de mon labo­ra­toire de bio­lo­gie médi­cale : les 3 dates-clés pour y arri­ver !” Oct-2014.


    [10]      “NF EN ISO 9001- Sys­tèmes de mana­ge­ment de la qua­li­té- Exi­gences.” Edi­tions Afnor, Paris, www.afnor.org, 15-Oct-2015.


    [11]      “Exi­gences pour l’accréditation des labo­ra­toires selon la norme NF EN ISO/IEC 17025:2017, Révi­sion 13.” Edi­tions Afnor, Paris, www.afnor.org, 01-Nov-2019.


    [12]      “Norme ISO/IEC 17021:2011 : Éva­lua­tion de la confor­mi­té — Exi­gences pour les orga­nismes pro­cé­dant à l’audit et à la cer­ti­fi­ca­tion des sys­tèmes de mana­ge­ment.” Edi­tions ISO, Genève, Feb-2011.


    [13]      “ISO/IEC 17040:2005 : Éva­lua­tion de la confor­mi­té — Exi­gences géné­rales rela­tives à l’évaluation par des pairs des orga­nismes d’évaluation de la confor­mi­té et des orga­nismes d’accréditation.” Edi­tions ISO, Genève, Jan-2005.


    [14]      V. Devil­laine, “La bio­lo­gie médi­cale face aux enjeux des nou­veaux par­cours des patients - Fédé­ra­tion Hos­pi­ta­lière de France (FHF).” www.edp-biologie .fr, 07-Dec-2017.


    [15]      D. Pru­dent, “L’AFTLM à l’heure du Déve­lop­pe­ment Pro­fes­sion­nel Conti­nu (DPC),” Techlabo.com, pp. 04–05, Sep-2016.


    [16]      LOI n° 2009-879 du 21 juillet 2009 por­tant réforme de l’hôpital et rela­tive aux patients, à la san­té et aux ter­ri­toires, vol. Article 69-ali­néa 2. 2009.


    [17]      M. Jaco­by, “Ana­lyse de l’impact de l’accréditation au Luxem­bourg,” ILNAS-Ins­ti­tut Luxem­bour­geois de la Nor­ma­li­sa­tion, de l’Accréditation, de la Sécu­ri­té et qua­li­té des pro­duits et ser­vices, Luxem­bourg, Etudes, Mar. 2014.


    [18]      M. Dahan, A. Gal­lot, and M. Bal­le­reau, “La bio­lo­gie médi­cale, coeur de métier hos­pi­ta­lier Enjeux de la réforme,” Réforme de la bio­lo­gie médi­cale et accré­di­ta­tion, no. 531, pp. 8–11, Dec. 2009.


    [19]      “Com­bien l’accréditation va t elle me coû­ter?” Edi­tions COFRAC, Paris www.cofrac.fr/.


    [20]      M. Per­ez, “Accré­di­ter les labos d’analyse pour amé­lio­rer la qua­li­té,” 29-Jan-2013. [Online]. Avai­lable : http://sante.lefigaro.fr/. [Acces­sed : 12-Dec-2019].


    [21]      D. Rosen­weg, “Bud­get de la sécu­ri­té sociale : les pistes d’économie pour 2020,” leparisien.fr, 28-Jun-2019. [Online]. Avai­lable : http://www.leparisien.fr/. [Acces­sed : 12-Nov-2019].


    [22]      “Outil d’auto-évaluation.” Edi­tion COFRAC, https://www.cofrac.fr, 10-Oct-2019. [23]      E. Ayne, V. Bayeux, D. Wan­ne­pain, and G. Farges, “Accom­pa­gner les fabri­cants dans leur ges­tion des risques des dis­po­si­tifs médi­caux selon la norme NF EN ISO 14971:2013,” IRBM News, vol. 40, no. 2, pp. 69–73, Apr. 2019.


    [24]      Z. Bar­ry et al., “Allier qua­li­té et per­for­mance via l’ISO 9001 ver­sion 2015,” IRBM News, vol. 37, no. 2, pp. 68–71, Apr. 2016.


    [25]      N. Drillaud et al., “Qua­li­té opé­ra­tion­nelle pour les labo­ra­toires avec le « 5S Bio­lo­gie »,” IRBM News, vol. 38, no. 1, pp. 82–86, Feb. 2017.


    [26]      F. De Fron­dat, V. Dela­haye, P.-J. Gomez, C. Podlun­sek, G. Farges, and J.-P. Caliste, “Labo­ra­toires d’analyses de bio­lo­gie médi­cale : un outil d’autodiagnostic basé sur la norme NF EN ISO 15189,” IRBM News, vol. 31, no. 3, pp. 3–6, Jul.2010,doi:10.1016/j.irbmnw.2010.05.002 .

    searchhomearrow-circle-left