• IDS083 - Plan d'action pour la conception d’un dispositif médical dans l’urgence

    Avertissement

    Les projets ou stages publiés auxquels vous accédez sont des rapports d'étudiants et doivent être pris comme tels. Il peuvent donc comporter des imperfections ou des imprécisions que tout lecteur doit admettre et donc supporter. Il ont été réalisés pendant les périodes de formation et constituent avant-tout des travaux de compilation bibliographique, d'initiation et d'analyse sur des thématiques associées aux concepts, méthodes, outils et expériences sur les démarches qualité dans les organisations ou sur les technologies en santé.

    Si, malgré nos précautions, vous avez des raisons de contester ce droit de diffusion libre, , nous nous efforcerons d'y apporter une réponse rapide. L'objectif de la présentation des travaux sur le web est de permettre l'accès à l'information et d'augmenter ainsi la qualité des échanges professionnels.

    Nous ne faisons aucun usage commercial des travaux de projet ou de stage publiés, par conséquent les citations des informations et l'emploi des outils mis à disposition sont totalement libres. Dans ce cas, nous vous demandons de respecter les règles d'éthique en citant explicitement et complètement vos sources bibliographiques.

    Bonne lecture...

    Auteurs

    Contacts

    Citation

    A rap­pe­ler pour tout usage : E. de Beau­fort, N. El Ouagh­ma­ri, M. Gior­gi et C. Mace­do, "Plan d'action pour la concep­tion d'un dis­po­si­tif médi­cal dans l'urgence", Uni­ver­si­té de Tech­no­lo­gie de Com­piègne (France), Mas­ter Ingé­nie­rie de la san­té par­cours Tech­no­lo­gies Bio­mé­di­cales et Ter­ri­toires de San­té, Mémoire de pro­jet, Décembre 2020, dis­po­nible sur : https://travaux.master.utc.fr/formations-master/ingenierie-de-la-sante/ids083/

    Résumé

    Face à la crise sani­taire et au vu du flux de patients crois­sant dans les hôpi­taux, cer­tains éta­blis­se­ments furent en manque de dis­po­si­tifs médi­caux durant la période mars-avril 2020. De nom­breux pro­jets indé­pen­dants ont vu le jour, com­po­sés d’équipes d’experts qui ont uni leurs com­pé­tences pour fabri­quer des res­pi­ra­teurs arti­fi­ciels d’urgence. C’est ain­si que les Mini­mal Uni­ver­sal Res­pi­ra­tor sont appa­rus. Ain­si, de nom­breuses orga­ni­sa­tions ou uni­ver­si­tés ont été contac­tés pour par­ti­ci­per à cer­taines étapes du cycle de vie du dis­po­si­tif médi­cal et s’investir dans les dif­fé­rents pro­jets ou ini­tia­tives en cours. Face à cette demande, cer­taines ins­ti­tu­tions ont été en inca­pa­ci­té de répondre à cet appel par manque de connais­sances des res­sources dis­po­nibles et de la démarche à suivre. 

    Dans ce mémoire, il s’agit prin­ci­pa­le­ment de pré­sen­ter toutes les étapes à suivre pour abou­tir à une inno­va­tion bio­mé­di­cale, et de four­nir pour cha­cune d’elles, les res­sources maté­rielles et humaines dis­po­nibles dans l’établissement concer­né (ici l’Université de Tech­no­lo­gie de Com­piègne). L’objectif étant de se rendre compte de ses capa­ci­tés et inca­pa­ci­tés afin de pou­voir mettre en place les actions néces­saires pour répondre de maniè re opé­ra­tion­nelle à une demande de concep­tion d’une inno­va­tion bio­mé­di­cale de rupture. 

    Pour ce faire, l’utilisateur a à sa dis­po­si­tion un outil qui lui per­met de recen­ser toutes ces res­sources en fonc­tion des dif­fé­rentes étapes au cours des­quelles il peut inter­ve­nir.  Fina­le­ment, le but de cet outil est de per­mettre à tout por­teur de pro­jet d’innovation bio­mé­di­cale d’être opé­ra­tion­nel dans l’urgence et de suivre un plan d’action défi­ni et concret. Le but ultime sera de vali­der le dis­po­si­tif fabri­qué, afin de pou­voir le dif­fu­ser et l’utiliser pour veiller au bien être des patients. 

    Abstract

    Facing the sani­ta­ry cri­sis and the increa­sing flow of patients in hos­pi­tals, some ins­ti­tu­tions were in shor­tage of medi­cal devices in March and April 2020. Some inde­pendent pro­jects were set up, with teams of experts who com­bi­ned their skills to manu­fac­ture emer­gen­cy arti­fi­cial res­pi­ra­tors. This is how the Mini­mal Uni­ver­sal Res­pi­ra­tor appea­red. As a result, many orga­ni­za­tions or uni­ver­si­ties have been contac­ted to par­ti­ci­pate in cer­tain stages of the medi­cal device live cycle. They were asked to get involve in various pro­jects or ini­tia­tives under­way. Faced with this demand, some ins­ti­tu­tions have been unable to respond due to an ack­now­ledge of the avai­lable resources and the pro­cess to follow. 

    Here, the aim is to present all the steps to fol­low in order to achieve a bio­me­di­cal inno­va­tion, and to pro­vide for each of them, all the mate­rial resources and human resources avai­lable in the concer­ned esta­blish­ment (here the Uni­ver­si­té de Tech­no­lo­gie de Com­piègne). The objec­tive is to be aware of one’s capa­ci­ties and disa­bi­li­ties in order to put in place the neces­sa­ry actions to respond in an ope­ra­tio­nal man­ner to a demand for the desi­gn of a break­through bio­me­di­cal innovation. 

    The user has now a tool that allows him to iden­ti­fy all those resources accor­ding to the dif­ferent stages during which he can inter­vene. The glo­bal aim of these tools is to enable any bio­me­di­cal inno­va­tion pro­ject lea­der to be ope­ra­tio­nal in an emer­gen­cy. He will be able to fol­low a defi­ned and concrete action plan. Final­ly, the ulti­mate goal is to vali­date and spread the manu­fac­tu­red device and use it with patients.

    Téléchargements

    IDS083_Mémoire
    IDS083_Poster
    IDS083_Outil

    Introduction

    L’objectif prin­ci­pal de ce docu­ment est de four­nir un guide com­plet, regrou­pant de nom­breuses infor­ma­tions pra­tiques ; des­ti­nées à accom­pa­gner toute per­sonne sou­hai­tant inno­ver, fabri­quer, vali­der, lan­cer ou com­mer­cia­li­ser un dis­po­si­tif médi­cal dans l’urgence. 

    Afin que ce guide soit le plus effi­cace pos­sible, il est impor­tant de se mettre à la place de toute per­sonne sou­hai­tant ini­tier un pro­jet d’innovation bio­mé­di­cale.  Ain­si, le guide est conçu de manière claire afin d’être faci­le­ment com­pré­hen­sible et exploi­table par l’utilisateur. Ce der­nier est éga­le­ment adap­té au contexte de chaque pro­jet. Pour cela, il faut veiller à ce que les infor­ma­tions figu­rant dans le guide puissent être utiles pour un large panel de dis­po­si­tifs médi­caux et pour cha­cune des étapes de leur cycle de vie. En ce sens, l’auteur du guide est invi­té à se baser sur un exemple concret afin de lui faci­li­ter les démarches de créa­tion d’un guide géné­ral, recou­vrant tout type de dis­po­si­tif médical. 

    Le point de départ de la réflexion concerne la concep­tion d’un MUR (Mini­mal Uni­ver­sal Res­pi­ra­tor) UTC dans le cadre de la crise sani­taire du COVID19. Dans un pre­mier temps seront expo­sés les infor­ma­tions tech­niques néces­saires à la concep­tion d’un MUR et dans un second temps les infor­ma­tions régle­men­taires à prendre en compte à toutes les étapes de son cycle de vie. 

    Une seconde par­tie, plus géné­rale, trai­te­ra de la démarche à suivre pour mettre en place une inno­va­tion bio­mé­di­cale. Pour cela, il est néces­saire de com­men­cer par un rap­pel des étapes prin­ci­pales du cycle de vie d’un dis­po­si­tif médi­cal ain­si que des actions à mettre en œuvre pour cha­cune d’entre elles. L’objectif étant de per­mettre au por­teur de pro­jet de suivre son avan­ce­ment et de s’autoévaluer. Il s’agit ici de se concen­trer sur les étapes qui pré­cèdent la com­mer­cia­li­sa­tion du dis­po­si­tif et son uti­li­sa­tion dans les éta­blis­se­ments de san­té. Un pro­ces­sus est alors détaillé en quatre phases prin­ci­pales afin de gui­der le por­teur de pro­jet dans la concep­tion de son dis­po­si­tif médi­cal en accord avec les régle­men­ta­tions en vigueur. Enfin, il est essen­tiel de réa­li­ser un recen­se­ment des res­sources humaines et maté­rielles pou­vant aider le por­teur de pro­jet dans la réa­li­sa­tion de ses mis­sions. Il sera ici pré­sen­té les res­sources dis­po­nibles à l’UTC et dans son envi­ron­ne­ment proche, mais les outils pro­po­sés seront adap­tables à toute organisation. 

    Chapitre 1 – Contexte de l’étude : La crise sanitaire en France

    1.   Contexte, enjeux et cibles du projet

    En Mars 2020, la France a fait face à un manque cer­tain de ven­ti­la­teurs arti­fi­ciels pour soi­gner les patients atteint de SDRA (Syn­drome de Détresse Res­pi­ra­toire Aigu) comme la mala­die Covid-19. Le gou­ver­ne­ment a donc lan­cé un appel d’aide à toutes les per­sonnes en capa­ci­té de répondre rapi­de­ment à ce manque. 

    Ins­tan­ta­né­ment, les pre­miers répon­dant à cet appel furent les indus­triels. Par exemple, l’entreprise fran­çaise, Air Liquide Medi­cal Sys­tems, a pro­po­sé de s’associer avec PSA, Valeo et Schnei­der Elec­tric pour pro­duire des ven­ti­la­teurs en grande quan­ti­té. En 3 mois, 10 000 res­pi­ra­teurs ont été pro­duit et mis sur le mar­ché. Deux modèles ont été fabriqués : 

    • Le Mon­nal T60 : un ven­ti­la­teur d’urgence et de trans­port, adap­table dans les ser­vices de réanimation 
    • L’Osiris 3 : un ven­ti­la­teur plus léger et com­pact, éga­le­ment uti­li­sé en transport 

    De ces deux modèles, c’est l’Osiris 3 qui a été pro­duit en grande quan­ti­té, car faci­le­ment repro­duc­tible et peu oné­reux. [1]

    En outre, les indus­triels n’ont pas été les seuls à répondre à l’appel du gou­ver­ne­ment. De nom­breux autres pro­jets indé­pen­dants, ini­tia­tives et concours ont vu le jour par­tout dans le monde pour fabri­quer des ven­ti­la­teurs. Les ingé­nieurs, étu­diants, autoen­tre­pre­neurs, start-up, uni­ver­si­tés, ont déployé leurs capa­ci­tés tech­niques et maté­rielles pour répondre à la pénu­rie de ven­ti­la­teurs. [2]

    Cepen­dant, pour répondre rapi­de­ment dans un contexte urgent à une telle demande et pou­voir fabri­quer un dis­po­si­tif médi­cal conforme, il faut un cahier des charges opé­ra­tion­nel qui réunit toutes les res­sources néces­saires pour répondre à cette demande. 

    Demain, un(e) jeune ingénieur(e) ou une uni­ver­si­té en capa­ci­té de fabri­quer un dis­po­si­tif médi­cal, doit pou­voir réunir toutes les res­sources maté­rielles et humaines néces­saires à son pro­jet afin de répondre rapi­de­ment et pro­po­ser son dis­po­si­tif aux auto­ri­tés compétentes. 

    A titre d’exemple, l’Université de Tech­no­lo­gie de Com­piègne a été sol­li­ci­tée par le Centre Hos­pi­ta­lier de Com­piègne-Noyon pour pro­duire des ven­ti­la­teurs. Face à cette situa­tion les cher­cheurs et ingé­nieurs man­quaient d’un plan d’action concret qui leur per­mette de connaitre toutes les étapes à suivre, les per­sonnes à contac­ter et les res­sources maté­rielles à réunir pour mettre en place un tel pro­jet. C’est ain­si, qu’un guide des actions à effec­tuer est néces­saire dans le cas où l’UTC serait contac­tée pour pro­duire des dis­po­si­tifs médi­caux ou autres inno­va­tions tech­no­lo­giques dans un tel contexte. 

    2.   Etude de cas : MUR (Minimal Universal Respirator)

    Le réel inté­rêt de fabri­quer un tel res­pi­ra­teur est de per­mettre un gain de temps pour trai­ter les patients en détresse res­pi­ra­toire. En effet, face à l’encombrement des hôpi­taux de patients covid, les méde­cins ont dû trou­ver des alter­na­tives pour ven­ti­ler les patients. C’est donc avec des BAVU (Bal­lon auto­rem­plis­seur à valve uni­di­rec­tion­nelle) que les pra­ti­ciens appor­taient l’oxygène néces­saire à leurs patients. Cela a donc pro­vo­qué une perte de temps et une dimi­nu­tion de la dis­po­ni­bi­li­té du per­son­nel soi­gnant, qui devait être en conti­nu au che­vet du malade. [3]

    C’est ain­si que l’on trouve tout l’intérêt du M.U.R, qui per­met de ven­ti­ler sim­ple­ment et de manière auto­ma­ti­sée ces patients. 

    Pen­dant la crise de la covid19, tous les Mini­mal Uni­ver­sal Res­pi­ra­tor ont été conçus grâce à un mou­ve­ment de soli­da­ri­té basé sur le par­tage de connais­sances. L’objectif était de pal­lier la pénu­rie des res­pi­ra­teurs dans le monde entier. De nou­veaux fabri­cants naissent de start-up, d’universités et de recon­ver­sion de socié­té se regrou­pant ain­si autour d’une pro­blé­ma­tique : fabri­quer rapi­de­ment un dis­po­si­tif peu oné­reux avec les fonc­tion­na­li­tés mini­males exi­gées d’un res­pi­ra­teur et appli­cable pour des patients souf­frant de lésions pul­mo­naires liées à la covid-19. 

    Beau­coup d’entre eux, afin d’obtenir une cer­taine recon­nais­sance pour le tra­vail et l’efficacité qu’ils ont four­nis, par­ti­cipent à des concours de créa­tion. Ces chal­lenges ont pour but d’inciter, toutes les per­sonnes ou orga­nismes ayant les capa­ci­tés humaines et maté­rielles néces­saires, de conce­voir un res­pi­ra­teur en un temps record. 

    Les 2 prin­ci­paux concours sont le CoVent-19 Chal­lenge et le Défi Res­pi­ra­teur Code Vie.

    • Le CoVent-19 Chal­lenge [4] orga­ni­sé par le dépar­te­ment d’anesthésie du Mas­sa­chu­setts Gene­ral Hos­pi­tal a débu­té le 1er avril der­nier pour 8 semaines de com­pé­ti­tion. Un appel à pro­jet a été lan­cé en invi­tant de nom­breuses per­sonnes à par­ti­ci­per au concours. Lors de ce der­nier, des ingé­nieurs, desi­gners, inno­va­teurs et fabri­cants ont pu pro­po­ser des modèles de res­pi­ra­teurs artificiels.
    Figure 1 : Images publicitaires de l’appel à projet pour le CoVent-19 Challenge. Source : d’après [5]

    Le chal­lenge s’est dérou­lé en ligne, sur la pla­te­forme Grab­CAD Chal­lenges [5] qui fait par­tie des pla­te­formes de créa­tion et d’échange les plus connues, avec plus de 7 mil­lions d’utilisateurs. Grab­CAD Chal­lenge regroupe plus de 4 mil­lions de fichiers gra­tuits télé­char­geables dont des tuto­riels, des chal­lenges et des modèles de concep­tion assis­tée par ordi­na­teur (CAO) com­pa­tibles avec l’impression 3D. Le grand gagnant du CoVent-19 Chal­lenge est le res­pi­ra­teur Smi­thVent, fabri­qué par une équipe d’anciens élèves du Smith Col­lege au Massachusetts.

    • Le Défi Res­pi­ra­teur Code Vie [6] orga­ni­sé par l’hôpital géné­ral de Mont­réal et l’Institut de recherche du Centre uni­ver­si­taire de san­té McGill a débu­té le 19 mars der­nier pour une com­pé­ti­tion de 2 semaines. 

    Le chal­lenge a été orga­ni­sé sur la pla­te­forme en ligne Ago­rize, une pla­te­forme fran­çaise spé­cia­li­sée dans l’organisation d’hackathons ou d’innovations ouvertes. Après le tri de 2600 ins­crip­tions pro­ve­nant de 94 pays dif­fé­rents, le jury com­po­sé de méde­cins et ingé­nieurs, a choi­si les trois fina­listes sui­vants : Haply (Cana­da), IFPR (Bré­sil) et Lung Car­bu­re­tor (Cana­da).

    En plus de des pla­te­formes Grab­CAD Chal­lenges et Ago­rize, de nou­velles ont vu le jour pour des appels à pro­jet lis­tés ci-des­sous [2]  :

    • Groupe Face­book Open Source COVID19 Medi­cal Supplies
    • Open Source Ven­ti­la­tor (Irlan­de/­sous-groupe du groupe Facebook)
    • Covid19 Glo­bal Hacka­thon (appel à pro­jet lance par l’OMS)
    • Open­Co­vid 19 (Just One Giant Lab)
    • Help­ful Engineering
    • Open Air
    • Tik­kum Olam Makers (TOM)
    • Help with Covid

    Toutes ces pla­te­formes regroupent des idées, des astuces, des conseils, des exi­gences à suivre et des fichiers CAO de res­pi­ra­teur. Tout ceci per­met aux fabri­cants de pou­voir s’entraider et échan­ger afin de réa­li­ser le meilleur Mini­mal Uni­ver­sal Respirator.

    Etude d’autres pro­jets : concurrence 

    Aujourd’hui, la plu­part des pro­jets pré­sen­tés pré­cé­dem­ment, pro­posent un site web avec des docu­ments « open source » pour que chaque per­sonne ayant la capa­ci­té, puisse repro­duire le tra­vail et ain­si dif­fu­ser un maxi­mum de res­pi­ra­teurs dans le monde entier. 

    Pour le pro­jet MIT Emer­gen­cy Ven­ti­la­tor (figure 2), c’est une équipe d’ingénieurs, de cli­ni­ciens et d’experts qui se sont réunis pour mettre en com­mun leurs com­pé­tences diverses. Ils mettent à la dis­po­si­tion de tous dif­fé­rents docu­ments sur leur site internet :

    • Les fonc­tion­na­li­tés mini­males d’un ven­ti­la­teur basé sur un guide clinique
    • La concep­tion du maté­riel de réfé­rences en accord avec les exi­gences cliniques 
    • Les dif­fé­rentes stra­té­gies de contrôle de réfé­rence et concep­tions électroniques 
    • Les résul­tats de leurs essais cli­niques sur des animaux 
    Figure 2 : Photo de l’Emergency Ventilator. Source : d’après [4]           

    Dans le même prin­cipe, on retrouve le pro­jet Makair(figure 3), éga­le­ment gui­dé par un groupe d’experts uni­ver­si­taires, ingé­nieurs et méde­cins. Ils pro­posent de suivre l’avancée de leurs tra­vaux et tests via leur site inter­net, en met­tant en libre accès tous les docu­ments qui per­mettent de fabri­quer un tel dis­po­si­tif. Ils expliquent que leur ven­ti­la­teur est pen­sé « pour res­pec­ter 100% des règles garan­tis­sant la sécu­ri­té des patients en confor­mi­té avec la régle­men­ta­tion euro­péenne sur les dis­po­si­tifs médi­caux ». Ils pré­sentent éga­le­ment toutes les étapes et tous les maté­riaux néces­saires à la concep­tion de leur machine mais sans réel­le­ment expli­quer le pro­ces­sus de mise sur le mar­ché ni les étapes avant et après concep­tion. [7]

    Figure 3 : Photo du respirateur MakAIr. Source : d’après [8]

    On peut éga­le­ment s’inspirer du pro­jet M.U.R (figure 4), lan­cé par un col­lec­tif de méde­cins, res­pon­sables asso­cia­tifs, per­son­nel huma­ni­taire et scien­ti­fique, réunis dans le labo­ra­toire « le Club sand­wich Stu­dio » pour fabri­quer un res­pi­ra­teur low-cost et low-tech. En revanche, lorsque l’on consulte leur site web (https://mur-project.org/), il est indi­qué « site web en construc­tion ». Ce der­nier est peu intui­tif et dif­fi­ci­le­ment navi­gable.  Tous les docu­ments sont mis en source acces­sible à tous, mais sont com­pli­qués à déchif­frer et ne peuvent pas être com­pris par le plus grand nombre. [8]

    Figure 4 : Photo du respirateur MUR. Source : d’après [9]
    https://www.industrie-techno.com/mediatheque/1/3/0/000047031_600x400_c.jpg

    Un autre res­pi­ra­teur exis­tant, l’Oxy­GEN [9], est un dis­po­si­tif d’automatisation du pro­ces­sus de ven­ti­la­tion manuelle, fabri­qué par la socié­té Protofy.xyz avec le sou­tien de l’hôpital Clí­nic, de l'Hôpital Ger­mans Trias i Pujol et de l'UB de Bar­ce­lone. Il consiste à pres­ser méca­ni­que­ment et régu­liè­re­ment un insuf­fla­teur manuel ou un BAVU. Il est donc pos­sible de confi­gu­rer une res­pi­ra­tion assis­tée com­prise entre 12 et 20 tours à la minute. Dans leur der­nier pro­to­type, il est pos­sible de confi­gu­rer dif­fé­rents rythmes res­pi­ra­toires selon les patients. Ils ont créé 2 ver­sions de res­pi­ra­teurs, la ver­sion fabri­cant "Oxy­GEN-M" et la ver­sion indus­trielle "Oxy­GEN-IP".

    • Oxy­GEN-M a été conçu pour les fabri­cants et peut être déve­lop­pé à par­tir d’outils cou­rants et sans mate­riel ou machine particulières.
    • Oxy­GEN-IP a été conçu pour de la pro­duc­tion à grande échelle (échelle indus­trielle). Pour ce res­pi­ra­teur, des machines de for­ma­tage des métaux et des connais­sances en ingé­nie­rie sont essen­tielles pour la bonne réa­li­sa­tion de ce dispositif.
    Figure 5 : Photos des 2 projets conçus par Protofy. Source : d’après [10]

    ​     

    Sur les pre­miers pro­to­types, ce méca­nisme de pres­sion pour régu­ler la ven­ti­la­tion a été fabri­qué avec un moteur d’essuie-glace ini­tia­le­ment récu­pé­ré sur une vieille Peu­geot 504 Ambu­lance ali­men­té par une ali­men­ta­tion d’ordinateur. L’OxyGEN-IP a reçu l'approbation de l'AEMPS (Agence espa­gnole des médi­ca­ments et des pro­duits de san­té) pour être dif­fu­sé à l’hôpital et ain­si com­men­cer l’étude cli­nique sur des patients qui sou­haitent y par­ti­ci­per. Des pro­fes­sion­nels de san­té ont déjà pu vali­der le sys­tème et offrir un pré­cieux retour d’informations. 

    Le res­pi­ra­teur Smi­thVent (figure 6) [10] est le gagnant du CoVent-19 Chal­lenge. Ce dis­po­si­tif per­met d’apporter de l’air au patient de manière douce tout en pou­vant contrô­ler le volume et la pres­sion. La plu­part des com­po­sants sont dis­po­nibles sur le mar­ché ; il ne néces­site pas un temps de fabri­ca­tion éle­vé. Le sys­tème phy­sique com­prend des élec­tro­valves, un réser­voir mélan­geur de gaz, des cap­teurs de pres­sion et de débit. De plus, l’équipe du Smith Col­lege a tra­vaillé avec des cli­ni­ciens pour déve­lop­per un pro­duit intui­tif, com­pré­hen­sible, rapide d’utilisation et qui répond aux attentes et qui répond aux attentes des uti­li­sa­teurs. Grâce à cela, les cli­ni­ciens peuvent recon­naitre faci­le­ment et rapi­de­ment des ano­ma­lies et ain­si agir au plus vite. Des alarmes visuelles et sonores ont éga­le­ment été appli­quées. Les déve­lop­peurs ont éga­le­ment pen­sé au desi­gn de leur pro­duit pour qu’il soit convi­vial et facile à nettoyer.

    Figure 6 : Modélisation du respirateur SmithVent. Source : d’après [11]

    La socié­té cana­dienne Haply Robo­tics [11] a déve­lop­pé le res­pi­ra­teur Rideau Mk II (figure 7), fina­liste du Défi Res­pi­ra­teur Code Vie. Il res­pecte cer­taines fonc­tion­na­li­tés comme les modes de contrôle de pres­sion réglable jusqu’à 1000mL et de volume réglable jusqu’à 50 cm d’eau. De plus, le nombre de res­pi­ra­tions pour l’inspiration et l’expiration est variable entre 5 et 40 res­pi­ra­tions par minute. Le res­pi­ra­teur est capable de détec­ter une pres­sion redon­dante et le taux d’oxygène tout en per­met­tant le contrôle de l’humidification de l’air. Ce dis­po­si­tif d’assistance res­pi­ra­toire poly­va­lente et per­for­mante est des­ti­né à répondre aux besoins de la crise tout en étant fabri­qué, déployé et uti­li­sé rapi­de­ment dans les endroits où ils en ont le plus besoin.

    Figure 7 : Photo du respirateur Rideau Mk II. Source : d’après [12]
    Haply Robotics

    L’Institut Fédé­ral de Paraná (IFPR-Bré­sil) [12] a conçu un res­pi­ra­teur qui a été élu un des 3 fina­listes du Défi Res­pi­ra­teur Code Vie (figure 8). Ce dis­po­si­tif fonc­tionne avec une valve de débit élec­tro­ma­gné­tique pour mesu­rer et contrô­ler le débit d’air vers le patient. L’appareil pos­sède éga­le­ment une dalle tac­tile pour régler les para­mètres du res­pi­ra­teur et affi­cher les gra­phiques utiles pour les méde­cins afin qu’ils puissent les analyser.

    Figure 8 : Photo du respirateur de l’IFPR. Source : d’après [13]
    IFPR - Défi Code Vie

    Le der­nier fina­liste du Défi Res­pi­ra­teur Code Vie est le ven­ti­la­teur d’urgence Lung Car­bu­re­tor (figure 9) [13]. Il a été déve­lop­pé par une équipe de concep­teurs de Mont­réal et de Char­le­voix spé­cia­li­sée sur les dis­po­si­tifs médi­caux et enca­drée par des pro­fes­sion­nels de san­té. Ce dis­po­si­tif à l’avantage d’être petit, por­table, pra­tique et doté d’un beau desi­gn. Il s’agit d’un dis­po­si­tif inva­sif contrô­lé par pres­sion qui génère son propre flux d’air grâce à une pompe médi­cale. Cette pompe peut fonc­tion­ner en auto­no­mie sur bat­te­rie pen­dant envi­ron 3 heures. Il est com­po­sé d’un écran tac­tile et son contrôle est pos­sible à dis­tance via un navi­ga­teur web par un télé­phone por­table ou un ordi­na­teur. Les com­po­sants de ce dis­po­si­tif sont faciles à trou­ver ou faciles à fabri­quer à l’aide d’une impri­mante 3D.

    Figure 9 : Photo du respirateur Lung Carburetor. Source : d’après [14]
    The Lung Carburetor, une fierté pour tout Charlevoix - Les nouvelles - CIHO  FM 96,3

    Pour ter­mi­ner sur la pré­sen­ta­tion des res­pi­ra­teurs, d’autres dis­po­si­tifs comme l’Apol­loBVM (figure 10) [14] déve­lop­pé par l’Université de Rice (Texas) sont moins déve­lop­pés que les dis­po­si­tifs pré­sen­tés pré­cé­dem­ment car ils ne pos­sèdent pas d’écran tac­tile ni n’affichage de courbes qui reste une aide consi­dé­rable pour les méde­cins. Ce dis­po­si­tif sert sim­ple­ment à pres­ser un BAVU pour ven­ti­ler une per­sonne et donc déchar­ger un per­son­nel soi­gnant. Il existe deux « paddles » qui entourent le sac afin de le com­pri­mer à un cer­tain rythme. Un petit écran se situe au-des­sus du res­pi­ra­teur et sert sim­ple­ment à affi­cher le volume cou­rant, le rythme res­pi­ra­toire et le ratio inspiration/expiration. De plus, il existe trois bou­tons éga­le­ment visibles : le pre­mier sert à allu­mer le res­pi­ra­teur, le second per­met de régler tous les para­mètres et le der­nier est uti­li­sé en cas d’arrêt d’urgence. Les com­po­sants sont très basiques, trou­vables par­tout (ser­vo­mo­teurs, des cartes ardui­nos) et la com­pres­sion se fait grâce à un rail d’engrenages qui avance et recule.

    Figure 10 : Photo du respirateur ApolloBVM. Source : d’après [15]
    http://oedk.rice.edu/resources/Pictures/ApolloBVMpictures/ApolloBVM_6590.JPG

    Tous ces pro­jets ont des com­po­sants dif­fé­rents mais répondent à des fonc­tion­na­li­tés com­munes (voir tableau ci-dessous).

    Tableau 1 : Listes de composants répondant à certaines fonctionnalités d'un respirateur
    Fonc­tion­na­li­tés du respirateurCom­po­sants réa­li­sant la fonction
    Fil­trer l’airFiltre d’air d’entrée (machine) et filtre d’air de sor­tie (patient)
    Humi­di­fier l’airCap­teur + humidificateur
    Mélange des gazRéser­voir mélan­geur de gaz et mélan­geur de gaz
    Insuf­fler de l’airPompe à air médi­cale ou insuf­fla­teur manuel (bavu) avec un méca­nisme de com­pres­sion (exemple de l’Appollo BVM avec 2 paddles sur rails d’engrenage qui avances et recule)
    Mesu­rer et contrô­ler le débitCap­teur ou valve de débit électromagnétique
    Mesu­rer la pressionCap­teur ou valve de pres­sion (sou­pape de pression)
    Régu­ler les para­mètres et les afficherDalle tac­tile, écran LCD micro­con­trô­leur ou affi­chage sur ordinateur
    Contrô­ler le respirateurCarte mère et microcontrôleur
    Autres com­po­sants :
    Pneu­ma­tique : Connec­teurs pneu­ma­tiques (entrée et sor­tie), Connec­teur cap­teur de débit et Grille d’entrée d’air pas­sif
    Élec­tro­nique : Moteur (exemple de l’OxyGEN avec un moteur d’essuie-glace), Carte PCB, Tuyau du cap­teur de pres­sion, Bat­te­ries, Conver­tis­seur, Carte d’alimentation, Câble d’alimentation, Sys­tème de refroi­dis­se­ment, Bou­tons de confi­gu­ra­tions, Dis­jonc­teur et Câbles électroniques

    Pour la plu­part des pro­jets, on retrouve tous les docu­ments « open source » sur les pla­te­formes citées pré­cé­dem­ment ou sur le site inter­net Github. [15]  Github est un site qui per­met de lan­cer des pro­jets de logi­ciels pour les déve­lop­peurs, et per­met éga­le­ment de dépo­ser des fichiers ou archives de docu­ments. C’est ain­si que l’on retrouve tous les docu­ments « open source » des groupes de pro­jet de ven­ti­la­teurs. En effet, c’est un outil qui semble effi­cace pour par­ta­ger des pro­jets en cours ou se lan­cer en imi­tant les pro­jets des autres. Cepen­dant, le site ne recense pas uni­que­ment les pro­jets bio­mé­di­caux mais est éga­le­ment une pla­te­forme ouverte à tous les entre­pre­neurs et déve­lop­peurs du monde, dans tous les domaines. C’est pour cette rai­son qu’il est com­pli­qué de cibler pré­ci­sé­ment l’innovation bio­mé­di­cale que l’on recherche. 

    Fina­le­ment, après avoir étu­dié plus de 10 pro­jets comme ceux-ci, on se rend compte que dans l’urgence de la situa­tion, la pre­mière inten­tion de ces col­lec­tifs ingé­nieurs était de pro­po­ser un moyen de fabri­quer la machine rapi­de­ment et avec peu de moyens. En effet, on retrouve à chaque fois toute la docu­men­ta­tion qui contient le maté­riel, les méthodes d’impression 3D, les méthodes d’assemblage etc.  Cepen­dant, il manque réel­le­ment aujourd’hui, un outil qui per­met à un jeune ingé­nieur ou fabri­cant néo­phyte dans le domaine, de connaître les étapes à suivre et les moyens néces­saires pour conce­voir et com­mer­cia­li­ser un dis­po­si­tif médical.

    2.1. Un rappel de la physiologie respiratoire : Le cycle respiratoire

    La res­pi­ra­tion a un rôle très impor­tant et sa prin­ci­pale fonc­tion est la réa­li­sa­tion des échanges gazeux entre l’alvéole et le sang (apporte d’oxygène et éli­mi­na­tion de dioxyde de car­bone). Pour ce faire, la res­pi­ra­tion est faite en cycles, répar­tis en deux phases : l’inspiration et l’expiration, comme mon­tré sur la figure 11.

    L’inspiration est un phé­no­mène actif où le volume tho­ra­cique aug­mente. Par consé­quent, les pres­sions dans les pou­mons dimi­nuent et le gra­dient de pres­sion entre l’extérieur et l’intérieur des pou­mons est créé. L’augmentation de ce volume est dû à la contrac­tion des muscles ins­pi­ra­toires qui aug­mentent les dimen­sions de la cage tho­ra­cique [16].

    L’expiration, quant à elle, est un méca­nisme pas­sif, cau­sé par la relaxa­tion des muscles ins­pi­ra­toires et du retour à la forme ini­tiale des pou­mons grâce à la com­pliance. On note, lors de l’expiration, une dimi­nu­tion du volume et donc une aug­men­ta­tion de la pres­sion interne des pou­mons entraî­nant la sor­tie d’air. De plus, il existe l’expiration for­cée : phé­no­mène  actif qui uti­lise les muscles abdo­mi­naux pour aug­men­ter la pres­sion de la cage tho­ra­cique et dimi­nuer davan­tage le volume [16].

    Figure 11 : Les phases du cycle respiratoire. Source : d’après [17]
    Respiration: définition et explications

    2.2. Les principes de la Ventilation

    La ven­ti­la­tion a pour but prin­ci­pal de déchar­ger les muscles res­pi­ra­toires de l’effort sup­plé­men­taire, celui-ci étant cau­sé par l’essai de main­te­nir un cycle res­pi­ra­toire nor­mal. Les patients atteints de mala­dies res­pi­ra­toires détiennent des muscles géné­ra­le­ment fati­gués et sont inca­pables de réa­li­ser les mou­ve­ments res­pi­ra­toires de façon effi­cace [17].

    Ain­si, les ven­ti­la­teurs (ou res­pi­ra­teurs) sont des dis­po­si­tifs uti­li­sés afin de prendre en charge le tra­vail res­pi­ra­toire du patient. Ils per­mettent de for­cer l’entrée d’air riche en oxy­gène (O2) pour la réa­li­sa­tion des échanges gazeux et dimi­nuent par ce biais les efforts des muscles res­pi­ra­toires. Pour ce faire, les ven­ti­la­teurs imposent des pres­sions au patient afin de réa­li­ser le pro­ces­sus de la respiration.

    Lorsqu’un outil pénètre le corps du patient pour créer une voie aérienne arti­fi­cielle, tel qu’un tube endo­tra­chéal ou une canule de tra­chéo­sto­mie, la ven­ti­la­tion est dite « inva­sive » [18]. Géné­ra­le­ment, la ven­ti­la­tion inva­sive a lieu dans les cas d’insuffisances res­pi­ra­toires aigües ou lors d’interventions chi­rur­gi­cales ne pou­vant pas uti­li­ser de ven­ti­la­tion non inva­sive [19].

    Au fil des années, les efforts pour dimi­nuer la mor­bi­di­té asso­ciée à l’intubation tra­chéale et à la ven­ti­la­tion ont per­mis à la ven­ti­la­tion non inva­sive (VNI) de voir le jour [20]. Le patient, dans ce type de ven­ti­la­tion, ne souffre pas de tra­chéo­to­mie et ne néces­site pas de sondes d’intubation pour l’assistance res­pi­ra­toire. En effet, la VNI uti­lise un masque à fuite ou un embout buc­cal. La ven­ti­la­tion non inva­sive est plus avan­ta­geuse car elle apporte plu­sieurs béné­fices au trai­te­ment du patient et peut être uti­li­sée pour des cas chro­niques ou aigües.

    2.3. Les modes ventilatoires conventionnels 

    Les deux moda­li­tés basiques de ven­ti­la­tion délivrent une assis­tance res­pi­ra­toire en mode baro­mé­trique ou en mode volu­mé­trique. Le choix entre les modes est fait par le méde­cin et dépend de l’état de mala­die du patient. Néan­moins, ils ont aus­si des limi­ta­tions qui sont dues à la com­plexi­té de l’interaction patient-ven­ti­la­teur et ils doivent être sur­veillés pour évi­ter les baro­trau­ma­tismes, par exemple [17], [20].

    Le mode volu­mé­trique d’un ven­ti­la­teur consiste à déli­vrer au patient un volume cou­rant à une fré­quence don­née et à une période d’inspiration défi­nie, dit temps ins­pi­ra­toire (Ti). Ce mode doit assu­rer un volume cou­rant (Vt) et une ven­ti­la­tion minute (Vt x fré­quence). Tou­te­fois, il pré­sente des pres­sions de pointe plus éle­vées, un risque de dis­ten­sion gas­trique ain­si que des fuites non inten­tion­nelles en VNI [21].

    Le mode spon­ta­né par­tiel le plus uti­li­sé pour un volume contrô­lé, est la ven­ti­la­tion assis­tée contrô­lée inter­mit­tente (VACI). Ce mode assure une ven­ti­la­tion minute mini­male pour per­mettre au patient de res­pi­rer spon­ta­né­ment. Ce méca­nisme fonc­tionne en déli­vrant des cycles res­pi­ra­toires obli­ga­toires, et entre ces cycles, le patient est libre de res­pi­rer par lui-même [22].

    Le mode baro­mé­trique, quant à lui, per­met le réglage de la pres­sion d’insufflation qui sera déli­vrée aux voies aériennes durant une période défi­nie.  Il pré­sente comme avan­tage la limi­ta­tion de la pres­sion, ce qui peut évi­ter le baro­trau­ma­tisme. En revanche, le volume cou­rant et la ven­ti­la­tion minute ne peuvent pas être tota­le­ment contrôlés.

    Une confi­gu­ra­tion baro­mé­trique, appe­lé Aide Res­pi­ra­toire (AI), est très uti­li­sée de nos jours. En uti­li­sant ce para­mé­trage, le patient est capable d’imposer son propre temps ins­pi­ra­toire. Plus concrè­te­ment, lorsque le débit passe à un seuil pré­dé­fi­ni dans la machine, l’envoi de gaz est arrê­té et l’expiration peut com­men­cer. L’AI per­met de conser­ver, durant toutes les phases res­pi­ra­toires, un degré de res­pi­ra­tion spon­ta­née et une meilleure syn­chro­ni­sa­tion entre le patient et le ven­ti­la­teur [20]. Pour la sécu­ri­té du patient, les ven­ti­la­teurs actuels détiennent éga­le­ment un sys­tème lié à la confi­gu­ra­tion AI. En effet, lorsqu’une apnée est détec­tée, le ven­ti­la­teur passe à un mode sécu­ri­sé avec un mode de ven­ti­la­tion mini­mal [17].

    2.4. Le fonctionnement d'un ventilateur 

    Les ven­ti­la­teurs ont pour but de prendre en charge le tra­vail res­pi­ra­toire du patient, tel qu’énoncé pré­cé­dem­ment. Cet appa­reil envoie de l'air dans les pou­mons pour per­mettre l'échange de gaz. Il effec­tue éga­le­ment l'expiration en agis­sant comme un pou­mon arti­fi­ciel grâce à la sup­pres­sion de pression.

    Plus concrè­te­ment, ce dis­po­si­tif médi­cal tra­vail en quatre phases, comme détaillé sur la figure 12. Tout d’abord, le ven­ti­la­teur sur­monte les pro­prié­tés élas­tiques et la résis­tance du sys­tème res­pi­ra­toire du patient pour gon­fler ses pou­mons avec une pres­sion ou un volume d'air appro­prié, selon les réglages. Puis, en arri­vant à la valeur réglée de volume, de pres­sion, de temps ins­pi­ra­toire ou de volume minute, la phase ins­pi­ra­toire est inter­rom­pue pour démar­rer la phase expi­ra­toire. Les pou­mons sont ensuite vidés pro­gres­si­ve­ment. Enfin, la valve expi­ra­toire se ferme et la valve ins­pi­ra­toire s’ouvre. Le déclen­che­ment peut être pro­gram­mé par inter­valle de temps, pres­sion ou chan­ge­ment de débit [16].

    Figure 12 : Schéma du flux d'air depuis le ventilateur jusqu'au patient. Source : auteures

    2.5. Les fonctionnalités minimales d’un ventilateur

    Afin de faire face à la crise sani­taire actuelle et de pal­lier le manque de res­pi­ra­teurs, quelques fonc­tion­na­li­tés mini­males ont été éta­blies de façon à assu­rer une bonne prise en charge des patients en détresse res­pi­ra­toire. Ain­si, l’Organisation Mon­diale de la San­té (OMS) a publié un ensemble de recom­man­da­tions des­ti­nées aux pays euro­péens pour les gui­der dans la ges­tion de la pan­dé­mie du COVID-19. Le Ser­vice Natio­nal de San­té au Royaume Unie (NHS-UK) et le CONSIP S.p.A en Ita­lie, ont éga­le­ment dif­fu­sé des recom­man­da­tions tech­niques pour les ven­ti­la­teurs uti­li­sés dans les ser­vices d’urgence [23].

    Tout d’abord, la ven­ti­la­tion doit être réa­li­sée de façon conti­nue et doit au mini­mum conte­nir le mode de ven­ti­la­tion à volume contrô­lé (VC). Plus concrè­te­ment, la ven­ti­la­tion à volume contrô­lé néces­site un volume cou­rant et une fré­quence res­pi­ra­toire pré­dé­fi­nie. Le volume cou­rant est déli­vré pen­dant la période res­pi­ra­toire. Ce mode est accep­table uni­que­ment si des com­mandes de limi­ta­tion de pres­sion sup­plé­men­taires sont dis­po­nibles. L'utilisateur doit être en mesure de régler la limite de pres­sion ins­pi­ra­toire des voies aériennes dans la plage d'au moins 15 à 40 cmH2O, ou sou­hai­ta­ble­ment de 0 à 40 cmH2O, par incré­ments. Tou­te­fois, les modes de ven­ti­la­tion à pres­sion contrô­lé (PC) ou de volume contrô­lé à régu­la­tion de pres­sion (VCPR) sont sou­hai­tables [23]–[25].

    De plus, la pré­sence d’un mode d’assistance à la res­pi­ra­tion spon­ta­née est recom­man­dé. Nous pou­vons citer la ven­ti­la­tion inter­mit­tente à double niveau de pres­sion posi­tive (BIPAP) ou encore la ven­ti­la­tion en pres­sion assis­tée contrô­lée (P-VACI). Lorsque ce mode est four­ni et que  le patient arrête de res­pi­rer, le ven­ti­la­teur doit bas­cu­ler auto­ma­ti­que­ment en sécu­ri­té sur la ven­ti­la­tion obli­ga­toire (modes VCPR, PC ou VC) [25].

    Pour la pres­sion ins­pi­ra­toire des voies aériennes, il est recom­man­dé que la pres­sion de pla­teau soit ajus­table et limi­tée à 35cmH2O. Par excep­tion, il est pos­sible d’ajouter une option pour aug­men­ter la pres­sion à une valeur de 70 cmH2O. Aus­si, il est conseillé que la pres­sion de pointe ne dépasse pas 2 cmH2O au-des­sus de la pres­sion de pla­teau. De façon à pro­té­ger le patient, une valve méca­nique doit être inté­grée et en capa­ci­té de s’ouvrir lorsque la pres­sion monte à 80 cmH2O [25].

    Au cours de l’expiration, la pres­sion expi­ra­toire posi­tive (PEEP) doit être main­te­nue selon une valeur choi­sie, com­prise entre 0 et 20 cmH2O. Le ven­ti­la­teur, pour chaque cycle res­pi­ra­toire, doit four­nir un rap­port ins­pi­ra­tion : expi­ra­tion (I:E) ajus­table, com­pris entre 1:1 et 1:3 [23]–[25]. De plus, il doit four­nir une plage de fré­quence res­pi­ra­toire de 10 à 60 cycles de respiration/minute dépen­dant des réglages des uti­li­sa­teurs [23], [24].

    Selon l’OMS, le volume de gaz s'écoulant dans les pou­mons pen­dant un cycle ins­pi­ra­toire, dit volume cou­rant (Vt), doit être réglé  entre 20 et 2000 mL [24]. Tou­te­fois, le NHS-UK exige qu’au moins un réglage de 400 ml soit dis­po­nible sur le ven­ti­la­teur mais en étant pos­sible la pré­sence d’une plage de 250 à 800 ml [25].

    Tableau 2 : Synthèse des principales fonctionnalités minimales. Source : d’après [23]–[25]
    Modes opé­ra­toiresVC : Ven­ti­la­tion à volume contrô­lé
    PC : Ven­ti­la­tion à pres­sion contrô­lée
    VCPR : volume contrô­lé à régu­la­tion de pression
    Pres­sion de plateauAjus­table et limi­tée à 35cmH2O
    Pres­sion inspiratoireMini­mum : 15 à 40 cmH2O
    Sou­hai­té : 0 à 40 cmH2O
    PEEPDe 0 à 20 cmH2O
    I:ECom­pris entre 1:1 -1:3
    Fré­quence respiratoireDe 10 à 60 cycles de respiration/minute
    Vt20 à 2000 ml (selon l’OMS) 

    2.6. Les réglementations pour les ventilateurs

    Selon le règle­ment euro­péen 2017/745, un dis­po­si­tif médi­cal est défi­ni comme  « tout ins­tru­ment, appa­reil, équi­pe­ment, logi­ciel, implant, matière ou autre article, des­ti­né par le fabri­cant à être uti­li­sé seul ou en asso­cia­tion à l'exception des pro­duits d'origine humaine, ou autre article uti­li­sé seul ou en asso­cia­tion, chez l'homme à des fins médi­cales pré­cises et dont l'action prin­ci­pale vou­lue n'est pas obte­nue par des moyens phar­ma­co­lo­giques ou immu­no­lo­giques ni par méta­bo­lisme, mais dont la fonc­tion peut être assis­tée par de tels moyens. [26].

    Ces dis­po­si­tifs médi­caux ne pré­sentent pas le même niveau de cri­ti­ci­té. Ain­si, la direc­tive euro­péenne 93/42/CE rela­tive aux dis­po­si­tifs médi­caux, les divise en quatre classes (figure 13).

    Point d'attention : ces classes de risques sont valables uni­que­ment jusqu'en mai 2021, les dis­po­si­tifs médi­caux avec une classe de risque conforme à cette direc­tive devront être reti­rés du mar­ché en 2024. 

    Figure 13 : Classification des dispositifs médicaux en fonction du risque. Source : d’après [28]

    Les res­pi­ra­teurs font par­tis de la classe IIb et doivent se confor­mer à un cer­tain nombre d’exigences pour obte­nir le mar­quage CE. Etant don­né que nous sommes dans une situa­tion d’urgence sani­taire, il existe une pro­cé­dure pour com­mer­cia­li­ser les DM plus rapi­de­ment.  En effet, l’ANSM a mis en place un guide des­ti­né aux pro­fes­sion­nels de san­té et aux fabri­cants de DM. Ce guide leur four­nit les cri­tères et infor­ma­tions requises pour faire une demande de déro­ga­tion et pour que celle-ci soit trai­tée favo­ra­ble­ment. Cette déro­ga­tion met­tra sur le mar­ché des res­pi­ra­teurs non mar­qués CE, excep­tion­nel­le­ment pour répondre à la crise actuelle du COVID 19 [27]. 

    Qui fait la demande ? 

    La demande de déro­ga­tion doit être effec­tuée par le fabri­cant qui met sur le mar­ché́ le dis­po­si­tif non mar­qué CE (ou par l’intermédiaire du dis­tri­bu­teur), et doit être moti­vée par un pro­fes­sion­nel de san­té qui sou­haite mettre en ser­vice le dispositif. 

    A qui adres­ser la demande ? 

    La demande doit être adres­sée à l’ANSM par cour­rier ou e-mail, à la direc­tion suivante : 

    « Direc­tion des dis­po­si­tifs médi­caux de diag­nos­tics, des cos­mé­tiques et des dis­po­si­tifs médi­caux de diag­nos­tic in vitro »

    Quels dis­po­si­tifs sont concernés ? 

    • Les Equi­pe­ments de Pro­tec­tion Indi­vi­duelle (« EPI »), qui relèvent du règle­ment (UE) 2016/425, tels que masques, gants, com­bi­nai­sons de pro­tec­tion ou lunettes de protection,
    • Les Dis­po­si­tifs Médi­caux, qui relèvent de la direc­tive 93/42/CEE (DDM) et, à comp­ter de sa date d’application au 26 mai 2020, du règle­ment (UE) 2017/745 (RDM), tels que masques chi­rur­gi­caux, gants d’examen et cer­taines blouses (DM de classe I).

    « Pour les dis­po­si­tifs médi­caux, la Com­mis­sion rap­pelle que l’article 11 § 13 de la DDM, comme l’article 59 du RDM, per­met aux auto­ri­tés com­pé­tentes (sur demande dûment jus­ti­fiée) de déro­ger aux pro­cé­dures d’évaluation de la confor­mi­té, même lorsque l’intervention d’un orga­nisme noti­fié n’est pas requise. Tra­dui­sez : elles peuvent auto­ri­ser excep­tion­nel­le­ment la mise sur le mar­ché de DM qui ne sont pas encore mar­qués CE, à condi­tion d’en infor­mer immé­dia­te­ment la Commission. »

    Quelles sont les condi­tions à remplir ? 

    Voi­ci les condi­tions à rem­plir pour mettre sur le mar­ché un DM disruptif : 

    • Demande clai­re­ment ini­tiée par un pro­fes­sion­nel de san­té, nomi­na­tive. Un cahier des charges écrit sera four­ni et détaillé le contexte clinique
    • Contexte d’urgence (le contexte de pan­dé­mie du covid-19 en est un)
    • Pas d’alternative connue par le pro­fes­sion­nel de san­té ni par le fabricant
    • Le rap­port bénéfice/risque doit être établi
    • Les dif­fé­rences ou simi­la­ri­tés avec les dis­po­si­tifs com­pa­rables conformes aux direc­tives 93/42/CEE, 90/385/CEE ou 98/79/CE doivent être décrites
    • On peut envi­sa­ger d’utiliser des dis­po­si­tifs déjà cer­ti­fiés (en chan­geant leur des­ti­na­tion) et des fabri­cants cer­ti­fiés dans la caté­go­rie de dis­po­si­tifs existants

    Quel est le conte­nu de la demande de dérogation ?

    Tableau 2 :  Eléments à fournir pour la dérogation. Source : Auteures d'après [27]

    Que faire lorsque la déro­ga­tion est obtenue ? 

    Une fois la déro­ga­tion obte­nue, le fabri­cant devra tenir compte des mesures com­plé­men­taires à prendre (par exemple, une limi­ta­tion de la durée de déro­ga­tion) et des pro­cé­dures de maté­rio­vi­gi­lance et de sui­vi post-commercialisation. 

    La pro­cé­dure pré­cise en effet que tout inci­dent lié à l’utilisation du dis­po­si­tif concer­né doit faire l’objet d’un signa­le­ment auprès de l’ANSM. 

    En clair : les pro­cé­dures de signa­le­ment de maté­rio­vi­gi­lance et de sui­vi post-com­mer­cia­li­sa­tion sont appli­cables pour un dis­po­si­tif médi­cal ayant fait l’objet d’une dérogation. 

    Par­mi les normes spé­ci­fiques aux appa­reils élec­tro­mé­di­caux et plus spé­ci­fi­que­ment aux res­pi­ra­teurs, nous pou­vons citer :  la norme ISO 80601-2-12, la norme  IEC 60601-1, l’IEC 60601-1-8  et l’IEC 62304. 

    La norme ISO 80601-2-12 s’applique à la sécu­ri­té de base et aux per­for­mances essen­tielles d'un ven­ti­la­teur, accom­pa­gnée de ses acces­soires.  Elle concerne plus par­ti­cu­liè­re­ment les ven­ti­la­teurs en envi­ron­ne­ment de soins inten­sifs et en éta­blis­se­ment de soins pro­fes­sion­nels. Il est à noter que les ven­ti­la­teurs uti­li­sés dans les soins inten­sifs et des­ti­nés aux trans­ports ne sont pas consi­dé­rés comme des ven­ti­la­teurs uti­li­sables dans des ser­vices d’urgence. Ils ne sont éga­le­ment pas consi­dé­rés comme uti­li­sant un sys­tème phy­sio­lo­gique de com­mande en boucle fer­mé, sauf si les para­mètres de ven­ti­la­tions sont ajus­tés par rap­port à une variable phy­sio­lo­gique du patient.                                                           Pour ce qui est des acces­soires, ces der­niers sont pris en compte lorsque leurs carac­té­ris­tiques sont sus­cep­tibles d’entraver la sécu­ri­té du patient et les per­for­mances du ven­ti­la­teur [28]. 

    La norme IEC 60601-1 quant à elle, vient com­plé­ter l’ISO 80601 en expo­sant les exi­gences de base et les per­for­mances essen­tielles des appa­reils élec­tro­mé­di­caux. Cette der­nière est rédi­gée à trois niveaux : inter­na­tio­nal, euro­péen et fran­çais. Tou­te­fois, les exi­gences énon­cées demeurent iden­tiques et ont toutes pour but ultime de réduire les risques. Cette norme exige que le fabri­cant défi­nisse les per­for­mances de base et la durée de vie de l’appareil. De plus, elle encou­rage ces der­niers à uti­li­ser davan­tage de normes en lien avec la ges­tion du risque. L’IEC 60601-1 spé­ci­fie éga­le­ment qu’en cas de défaut, le dis­po­si­tif doit res­ter sécu­ri­sé et que ces com­po­sants les plus cri­tiques doivent être conformes à des normes par­ti­cu­lières.  La revue du dos­sier de ges­tion des risques va per­mettre de véri­fier le res­pect de ces exi­gences [29].

    La norme IEC 60601-1-8  a vu le jour suite à un rap­port de l’ANSM concer­nant les pro­blèmes liés aux alarmes des dis­po­si­tifs médi­caux. Mal­gré que ces der­nières servent à gérer les risques liés aux DM, elles demeurent mal recon­nues, per­çues et uti­li­sées. Ceci entraine des inci­dents sur le ter­rain qui pour­raient lar­ge­ment être évi­tés en appre­nant à les uti­li­ser et à les recon­naitre. Cette norme couvre des exi­gences essen­tielles de la direc­tive 93/42/CEE rela­tive aux DM. Le fabri­cant doit en cas de risque prendre ses pré­cau­tions et inté­grer un sys­tème d’alarme si néces­saire, notam­ment lorsque la sécu­ri­té du patient dépend de la source d’alimentation externe du DM. Les dis­po­si­tifs conçus de manière à sur­veiller plu­sieurs para­mètres phy­sio­lo­giques du patient, tel que les res­pi­ra­teurs, ont l’obligation d’être équi­pés de sys­tèmes d’alarmes [30].

    Les res­pi­ra­teurs détiennent des logi­ciels embar­qués qui sont sou­mis à des exi­gences. L’IEC 62304 est une norme de sécu­ri­té fonc­tion­nelle qui est des­ti­née au déve­lop­pe­ment et à la main­te­nance de tout logi­ciel consi­dé­ré comme DM ou fai­sant par­ti d’un DM. Cette der­nière énonce les exi­gences à res­pec­ter par les déve­lop­peurs. Tout d’abord, ils doivent mettre en place un sys­tème de mana­ge­ment de la qua­li­té selon l’ISO 13485, puis appli­quer un pro­ces­sus de ges­tion des risques sui­vant l’ISO 14971 et enfin attri­buer une classe de sécu­ri­té à leur logi­ciel (classe A, B ou C) [31].

    3.   Le fil directeur à suivre pour un porteur de projet d’innovation biomédicale

    3.1  Le processus global 

    Les étapes à suivre pour la com­mer­cia­li­sa­tion d’un DM ou d’une inno­va­tion de rup­ture sont nom­breuses et doivent être sui­vies méti­cu­leu­se­ment par le por­teur de pro­jet. Le pro­ces­sus com­plet se divise en plu­sieurs phases et sous-phases à suivre dans l’ordre chro­no­lo­gique indiqué.

    Voi­ci sur la figue 14, le pro­ces­sus glo­bal à suivre pour l’utilisateur, qui reprend le cycle de vie d’un dis­po­si­tif médical : 

    Figure 14 : Processus global à suivre pour la commercialisation d'une innovation de rupture. Source : auteures

    Une fois le pro­ces­sus glo­bal bien com­pris et inté­gré, l’utilisateur doit divi­ser chaque sous-phase de son pro­jet en étapes. Voi­ci les étapes détaillées à suivre pour tout por­teur de pro­jet, en fonc­tion du sché­ma de la figure 14 : 

    Phase 1 – Recherche et développement 
    Sous-phase 1 - Etude de marché 
    Bench­mark 
    Ana­ly­ser des bre­vets en cours à l’INPI 
    Iden­ti­fier les asso­cia­tions d’usagers concer­nées par ce DM et les cor­po­ra­tions médi­cales concernées 
    Ana­lyse des risques par rap­port à l’existant 
    Sous-phase 2 - Etude de faisabilité 
    S’assurer que l’idée d’innovation est un DM au sens de la régle­men­ta­tion (EPI ou autre) 
    Orien­ter le domaine d'application du DM 
    Cibler les pathologies 
    Défi­nir la classe du DM : annexe du règle­ment euro­péen 2017/745 pour un DM 
    Iden­ti­fier la stra­té­gie de cer­ti­fi­ca­tion et ses déro­ga­tions possibles. 
    Choi­sir la pro­cé­dure de mar­quage CE à mettre en place pour le futur DM
    Orga­nisme noti­fié dési­gné et sur­veillé par l'ANSM
    Iden­ti­fier les exi­gences spé­ci­fiques (risques, béné­fices, en fonc­tion de la classe défi­nie) au DM et les normes appli­cables au futur DM 
    Phase 2 – Conception 
    Sous-phase 1 - Concep­tion du prototype
    Déve­lop­per un pro­to­type (cf dos­sier de fabrication)
    Ana­lyse des risques (14971 v.2019) 
    Ana­lyse bénéfices/risques (XP S 99-223) du nou­veau pro­cé­dé pour com­men­cer les recherches et fina­li­ser le prototype 
    Sous-phase 2 - Etude de pré­in­dus­tria­li­sa­tion et lan­ce­ment d'une présérie 
    Iden­ti­fier les pres­ta­taires fabricants 
    Dos­sier de fabri­ca­tion : com­po­sants, étapes pour construire et fabri­quer le DM 
    Phase 3 – Validation 
    Sous-phase 1 – Tests 
    Essais de fonc­tion­na­li­té pour validité
    Déve­lop­per une série de DM pour les Tests : vali­da­tion du prototype 
    Tests cli­niques pour s’assurer qu’il réponde aux attentes médi­cales : recherche
    Réa­li­ser les essais tech­niques sur le DM : veiller au res­pect des exi­gences de l’ISO 60601-1
    Sous-phase 2 - Eva­lua­tion cli­nique de la présérie 
    Obte­nir l’autorisation pour effec­tuer les essais pré-cli­niques avec DM tel qu’il serait vendu 
    Dos­sier avec les résul­tats des essais pré-cli­niques, com­plé­ter le rap­port de confor­mi­té aux normes 
    Obte­nir l’autorisation de l’ANSM pour faire des essais cliniques 
    Réa­li­ser les essais cli­niques :  déter­mi­ner les Contre-indi­ca­tions, effets secon­daires, effets phy­sio­lo­giques non mani­festes pour la DT 
    Phase 4 – Mise sur le marché 
    Sous-phase 1 - Lan­ce­ment de l'industrialisation 
    Pro­duire les DM 
    Pré­pa­rer les commandes
    Faire un stock 
    Obten­tion de l'IUD
    Enre­gis­trer le dis­po­si­tif et le fabri­cant dans Eudamed
    Sous-phase 1bis - Le mar­quage CE 
    Rédi­ger la docu­men­ta­tion technique 
    Contac­ter l’organisme notifié 
    Faire un audit du SMQ 13485 
    DM dis­rup­tif en atten­dant le mar­quage CE : déro­ga­tion ANSM 
    Sous-phase 2 - Remboursement 
    Rem­bour­se­ment LPPR 
    Phase 4 - Surveillance
    Sous-phase 1 - Sui­vis et audits
    Sur­veillance par l’ANSM LNE-gmed en france
    Sui­vi cli­nique après com­mer­cia­li­sa­tion (SCAC) du DM dans l’établissement de san­té /contrôles qualité 
    SAC : sui­vi après commercialisation 
    Audits inopi­nés : mar­quage CE 
    Audits de suivi 
    Sous-phase 2 - Fina­li­té du projet 
    Main­tien du mar­quage pen­dant 5 ans 
    Réforme à la fin du cycle de vie du DM 
    Retour d'expérience

    3.2  Le processus à suivre avant la commercialisation 

    Pour ce pro­jet, il s’agit de se foca­li­ser sur les phases inter­ve­nant dans la concep­tion du dis­po­si­tif avec les res­sources humaines et maté­rielles néces­saires.  Ain­si, 4 grandes phases ont été iden­ti­fiées pour faci­li­ter les étapes de concep­tion afin que le por­teur de pro­jet puisse anti­ci­per l’industrialisation et la commercialisation. 

    Phase 1 : Recherche et inno­va­tion => Cette phase per­met au por­teur de pro­jet d’effectuer toutes les recherches biblio­gra­phiques néces­saires sur son dis­po­si­tif, de recen­ser toutes les normes et régle­men­ta­tions qu’il doit res­pec­ter, de se ren­sei­gner sur les exi­gences que son pro­duit doit res­pec­ter et faire une ana­lyse des risques avant de se lan­cer. C’est donc une étape pré­li­mi­naire à la concep­tion de l’innovation, qui per­met d’appréhender le pro­jet, de se l’approprier et d’être infor­mé sur les aspects des régle­men­ta­tions et des exi­gences qu’il devra respecter. 

    Phase 2 : Concep­tion => Cette phase est dédiée à la concep­tion d’une pre­mière maquette et/ou d’un pro­to­type. Il s’agit alors de réunir les res­sources maté­rielles élec­tro­niques et méca­niques dis­po­nibles qui pour­ront ser­vir à fabri­quer un pre­mier pro­to­type de l’innovation ou du dis­po­si­tif médi­cal. L’utilisateur devra donc à cette étape être capable de fabri­quer les pre­miers pro­to­types fonc­tion­nels pour effec­tuer des tests. 

    Phase 3 : Tests => Cette phase regroupe tous les tests à effec­tuer sur les pro­to­types fabri­qués à l’étape pré­cé­dente. Il s’agit donc d’effectuer des bancs de tests pour s’assurer que le pro­duit conçu est fonc­tion­nel en fonc­tion de l’utilisation pré­vue, qu’il répond aux exi­gences de sécu­ri­té et de per­for­mances et qu’il est conforme aux attentes médi­cales. Il s’agit éga­le­ment ici, d’effectuer des essais pré-cli­niques et cli­niques pour son uti­li­sa­tion auprès des patients par des pro­fes­sion­nels de santé. 

    Phase 4 : Vali­da­tion des pro­cé­dés =>  Cette phase per­met de vali­der tous les essais effec­tués au préa­lable. Cette vali­da­tion peut s’opérer dans les éta­blis­se­ments de san­té volon­taires pour par­ti­ci­per aux essais par les pro­fes­sion­nels sur leurs patients. Il s’agit donc ici de s’assurer que l’établissement est prêt à effec­tuer ses tests en condi­tions réelles. Si les tests sont concluants, il s’agira ensuite de lan­cer une pré­sé­rie, ini­tia­trice d’une indus­tria­li­sa­tion et d’une diffusion. 

    En effet, en res­pec­tant ces étapes et en réunis­sant toutes les don­nées néces­saires à son pro­jet, le fabri­cant ou l’institution pour­ra lan­cer une plus grande série de dis­po­si­tif et viser l’industrialisation. L’utilisateur se situe à la fin de l’étape « Vali­da­tion » du cycle pré­sen­té à la figure 14, la pro­chaine étape concerne la mise sur le mar­ché de son pro­duit ren­dant pos­sible son uti­li­sa­tion à des fins médi­cales dans l’établissement deman­deur. Pour la suite du pro­ces­sus, il devra faire appel à des pres­ta­taires afin d’assurer la pro­duc­tion de ce dis­po­si­tif en grande quantité. 

    Chapitre 2 – Démarche à suivre pour la mise en place d’une innovation biomédicale

    1.   La démarche pour comprendre l’outil

    Pour prendre en main l’outil pro­po­sé, le por­teur de pro­jet doit bien avoir en tête son idée d’innovation et la démarche qu’il va entre­prendre pour la com­mer­cia­li­ser. L’idée est qu’il puisse avoir un appui opé­ra­tion­nel de toutes les étapes à suivre vali­dées, et faire un sui­vi per­son­na­li­sé de son pro­jet. Cet outil per­met alors une auto-éva­lua­tion de l’utilisateur dans son pro­ces­sus de concep­tion d’une inno­va­tion de rup­ture. Ce der­nier est adap­table à chaque per­sonne, quelles que soient ses qua­li­fi­ca­tions ou son rôle dans le pro­jet. L’idée est de pou­voir par­ta­ger à tous les par­ti­ci­pants l’état d’avancement du pro­jet, les étapes qu’il reste à vali­der et les délais à respecter. 

    Une fois que l’utilisateur s’est appro­prié l’outil, ce der­nier sera capable de réunir toutes les res­sources dont il dis­pose et dont il a besoin aux dif­fé­rentes étapes de son pro­ces­sus de concep­tion d’une inno­va­tion de rup­ture. Il pour­ra com­plé­ter le tableau d’état d’avancée de son pro­ces­sus pour avoir une vision glo­bale des étapes vali­dées, en cours ou à faire. Ce clas­seur Excel lui per­met de recen­ser toutes les res­sources dis­po­nibles pour l’aider dans son pro­ces­sus, que ce soit des res­sources humaines et/ou maté­rielles, et éga­le­ment faire un bilan à chaque phase pour se repé­rer dans le processus. 

    L’utilisateur a à dis­po­si­tion un for­mat de retro-plan­ning vierge dans le clas­seur Excel, qui lui per­met de rem­plir toutes les étapes à réa­li­ser et de les pla­cer dans le temps qui lui est impar­ti. Cela lui per­met de pla­ni­fier au moment de se lan­cer dans le pro­jet des dates limites à res­pec­ter et d’avoir une vision glo­bale de sa pro­gres­sion tout au long des étapes du cahier des charges. 

    2.   Comment fonctionne l’outil ?

    L’outil est com­po­sé de 8 onglets sous for­mat de clas­seur Excel.

    Sur la pre­mière page se trouve un mode d’emploi des 4 onglets sui­vants avec un des­crip­tif des tableaux et des échelles d’évaluation à prendre en compte dans son pro­jet. L’utilisateur peut cli­quer sur l’intitulé qu’il sou­haite pour y arri­ver direc­te­ment ou cli­quer sur les onglets du classeur. 

    Pour tous les onglets, l’utilisateur doit ren­trer les méta­don­nées qui cor­res­pondent à son pro­jet : nom, coor­don­nées, dates. Une fois que le nom du pro­jet est écrit sur la pre­mière page, il est auto­ma­ti­que­ment enre­gis­tré sur les autres pages du document. 

    L’utilisateur dis­pose éga­le­ment à chaque onglet d’un menu inter­ac­tif avec des bou­tons qui mènent direc­te­ment à la page sou­hai­tée, sans avoir à pas­ser par les onglets Excel. 

    Le mode d’emploi est acces­sible en cli­quant sur le bouton : 

    La matrice de déci­sion et le retro-plan­ning sont acces­sibles en cli­quant sur ces boutons : 

    Voi­ci sur la figure 15, un aper­çu du mode d’emploi qui réex­plique toutes les par­ties du clas­seur, leurs fonc­tions ain­si que les échelles d’évaluation de la matrice de déci­sion et du rétroplanning. 

    Figure 15 : Aperçu du mode d'emploi de l'outil. Source : auteures

    2.1 La cartographie 

    Le pre­mier onglet de l’outil pré­sente une car­to­gra­phie inter­ac­tive. C’est ici que sont pré­sen­tées les 4 phases prin­ci­pales de déve­lop­pe­ment d’un dis­po­si­tif médi­cal. L’interaction de ce menu per­met à l’utilisateur de se rendre sur les dif­fé­rentes phases et d’avoir un des­crip­tif du rôle de la phase et des res­sources dis­po­nibles pour l’effectuer. 

    Sur le menu de la car­to­gra­phie, se pré­sentent les 4 phases iden­ti­fiées pré­cé­dem­ment sous forme de bou­ton. A cha­cune de ces phases, cor­res­pond les étapes du pro­ces­sus que l’utilisateur doit vali­der. Cette par­tie de l’outil a pour voca­tion d’être uti­li­sée comme résu­mé de tout le plan d’action du por­teur de pro­jet. Il pré­sente les phases du cycle de vie du dis­po­si­tif médi­cal sur les­quelles l’utilisateur peut inter­ve­nir et les étapes qu’il doit vali­der au fil de son processus. 

    Sur la figure 16, l’utilisateur peut cli­quer sur n’importe quelle phase à tout moment de son pro­ces­sus s’il a besoin des ren­sei­gne­ments qui lui sont associés.

    Cette car­to­gra­phie est adap­table pour tous. Elle pré­sente un aspect géné­rique du pro­ces­sus à suivre pour le por­teur de pro­jet et le mène à des tableaux qui pré­sentent les res­sources humaines et maté­rielles iden­ti­fiées qui répondent aux attentes de la phases. Les res­sources humaines sont des per­sonnes avec des connais­sances et une exper­tise suf­fi­sante pour assu­rer le bon dérou­le­ment d’un pro­jet d’innovation bio­mé­di­cale. Les res­sources maté­rielles sont des logi­ciels ou machines qui peuvent inter­ve­nir dans la concep­tion d’un dis­po­si­tif médi­cal, au stade de maquette ou de prototype. 

    Figure 16 : Aperçu de la cartographie interactive de l'outil. Source : auteures

    2.2 La matrice de décision 

    Le 7ème onglet est consti­tué d’une matrice de déci­sion (figure 17) qui per­met à l’utilisateur d’avoir toutes les étapes détaillées (figure 14) dans un tableau avec les res­sources maté­rielles et humaines néces­saires pour la vali­da­tion de l’étape cor­res­pon­dante. L’utilisateur peut éga­le­ment éva­luer la dis­po­ni­bi­li­té des res­sources néces­saires, ce qui per­met­tra de vali­der ou non l’étape en cours. A la fin de chaque phase, l’utilisateur doit faire un bilan pour vali­der ou non le pas­sage à l’étape sui­vante. Le bilan de la phase indique le nombre d’étapes vali­dées, en cours ou à faire, ce qui per­met à l’utilisateur de se situer dans sa phase. Le bilan géné­ral quant à lui, donne une infor­ma­tion à l’utilisateur pour savoir s’il peut avan­cer dans son pro­ces­sus ou si des actions à mener dans sa phase sont encore à valider. 

    Figure 17 : Aperçu de l'utilisation de la matrice de décision. Source : auteures

    2.3 Le retro-planning 

    Le der­nier onglet est consti­tué d’un retro-plan­ning (figure 18). En pre­mier lieu, l’utilisateur doit rem­plir les méta­don­nées requises, et prin­ci­pa­le­ment les dates pen­dant les­quelles il sou­haite réa­li­ser son pro­jet. Le tableau à rem­plir per­met au por­teur de pro­jet de res­pon­sa­bi­li­ser les dif­fé­rents membres de son équipe ou les par­ti­ci­pants au pro­jet sur les dif­fé­rentes étapes de son pro­ces­sus. Chaque étape doit donc avoir un res­pon­sable, un nombre d’heures cor­res­pon­dant et don­ne­ra lieu à un état d’avancement (en avance, dans les temps ou en retard). Le nombre de phases en avance, dans les temps ou en retard est cal­cu­lé auto­ma­ti­que­ment en bas du retro-plan­ning. Ceci per­met à l’utilisateur de se situer dans le temps et d’adapter ses pro­chaines étapes en fonc­tion de ce fac­teur temps. Ce retro-plan­ning per­met d’avancer un pro­jet semaine par semaine sur plu­sieurs mois. Ain­si, l’utilisateur peut alors rem­plir au fur et à mesure les semaines qui passent pour se repé­rer cor­rec­te­ment dans son calendrier.

    Figure 18 : Aperçu du retro-planning. Source : auteures

    3.   Méthodologie de recensement des ressources

    De façon à recen­ser les res­sources humaines et maté­rielles, dans le cadre du déve­lop­pe­ment d’une inno­va­tion bio­mé­di­cale de rup­ture au sein de l’Université de Tech­no­lo­gie de Com­piègne (UTC), quelques actions ont été réa­li­sées. Ces actions peuvent ser­vir d’exemple de recen­se­ment pour tout por­teur de pro­jet qui ne connait pas la tota­li­té des res­sources dont il dispose.

    3.1 Les ressources humaines 

    La pre­mière d’entre elles a été de réunir, sous forme de tableau Excel, les don­nées pré­sentes dans les annuaires des labo­ra­toires au sein de l’UTC et qui sont dis­po­nibles sur le site inter­net (www.utc.fr). Pour cer­taines res­sources humaines, des recherches google ont été réa­li­sées en uti­li­sant la struc­ture « NOM, Pré­nom + nom du labo­ra­toire + UTC », afin de pal­lier aux infor­ma­tions manquantes. 

    Tou­te­fois, ce pre­mier recen­se­ment n’assure pas que toutes les per­sonnes per­sonnes soient prêtes à s’engager dans ce pro­jet d'innovation de rup­ture. Ain­si, il est néces­saire de mettre en place d’autres actions. En pre­mier lieu, il s’agit d’un ques­tion­naire en ligne qui a été créé et envoyé aux res­sources humaines recueillies (figure 19). Ce for­mu­laire est com­po­sé d’une pré­sen­ta­tion du pro­jet, de deux ques­tions concer­nant les coor­don­nées et de onze ques­tions fai­sant réfé­rence à l’implication et au rôle de la per­sonne dans le déve­lop­pe­ment d’une inno­va­tion bio­mé­di­cale de rup­ture. Par­mi ces der­nières nous pou­vons citer :

    Figure 19 : Aperçu du questionnaire de recensement des ressources. Source : auteures 
    1. Dans quel domaine êtes-vous spécialisé ?
    2. Avez-vous des res­sources maté­rielles méca­niques qui per­met­traient de fabri­quer une inno­va­tion technologique ?
    3. Avez-vous des res­sources maté­rielles élec­tro­niques qui per­met­traient de fabri­quer une inno­va­tion technologique ?
    4. Etes-vous déjà inter­ve­nu dans la concep­tion d'un dis­po­si­tif ? Si oui, à quelle étape ?
    5. Etes-vous déjà inter­ve­nu dans la concep­tion d'un dis­po­si­tif médi­cal en par­ti­cu­lier ? Si oui lequel ?
    6. Pour­riez-vous avoir un rôle dans la concep­tion ou la com­mer­cia­li­sa­tion d'un DM ?
    7. Etes-vous spé­cia­li­sé dans un DM en particulier ?
    8. Avez-vous des com­pé­tences utiles pour inter­ve­nir sur d'autres DM ? Si oui, quel(s) DM et quel(s) domaine(s) d'intervention ?
    9. Si vous n’êtes pas en lien avec les DM, pen­sez-vous dans le cadre de votre acti­vi­té pou­voir four­nir de l’aide pour ce pro­jet ? (étude de mar­ché, sour­cing, logis­tique, lan­ce­ment de pro­jet, dis­tri­bu­tion, main d’œuvre etc.).
    10. Si oui, en quoi pour­riez-vous nous aider ?
    11. Seriez-vous inté­res­sé de par­ti­ci­per à ce projet ?

    Face à un taux de réponse de 11,6% (7 réponses sur 60 ques­tion­naires envoyés), d’autres ques­tion­naires plus per­son­na­li­sés ont été envoyés à des per­sonnes ayant direc­te­ment les fonc­tions recher­chées. Cette méthode s’est avé­rée plus effi­cace avec un taux de réponse de 58,8% (10 réponses sur 17 ques­tion­naires envoyés). On en conclut donc qu’un ques­tion­naire plus spé­cia­li­sé en fonc­tion de la pro­fes­sion de la per­sonne est plus effi­cace. En effet, la per­sonne se sent direc­te­ment concer­née par les ques­tions posées et répond plus faci­le­ment. D’autre part, les ques­tions sont mieux ciblées et per­mettent ain­si de mieux s’adapter au pro­jet et de ren­sei­gner des infor­ma­tions plus précises. 

    Voi­ci sur la figure 20, un exemple de ques­tion­naire à per­son­na­li­ser et à envoyer : 

    Figure 20 : Exemple de questionnaire à envoyer. Source : auteures 
    Zone de Texte: Bonjour Monsieur/Madame [NOM], 
 
Je suis [Prénom/NOM], [situation professionnelle] et je me permets de vous contacter sur les conseils de [Prénom/NOM]. 
Je fais partie [explications du projet]. Notre but est de [explications de l’objectif du projet].  
Pour parvenir à cet objectif, [Explications en quoi cet interlocuteur peut intervenir dans le projet, pourquoi son aide est importante]. 
Ainsi, je vous contacte aujourd’hui pour savoir si vous seriez susceptible d’intervenir et de m’aider dans ce projet. Je vous serais reconnaissante si vous pouviez répondre aux questions ci-dessous 
•	Seriez-vous prêt.e à participer à un tel projet s’il venait à se concrétiser ? 
•	A quelle étape du cycle de vie pourriez-vous intervenir (se référer à la liste ci-dessous) ? 
1/ Recherche et innovation (sourcing, bibliographie, règlementation, évaluations précliniques)
2/ Conception/Fabrication (maquettage, prototypage/électronique/mécanique, tests techniques, tests de sécurité, règlementation, essais cliniques)
3/ Tests (utilisation de bancs de test, mesure de la performance/incertitudes)
4/ Validation (tests cliniques, règlementaire)
•	Avez-vous des ressources (matérielles, organisationnelles, documentaires, etc.) à mettre à disposition ? 
En vous remerciant par avance de votre aide. 
Bien cordialement,
[Prénom NOM]

    Ain­si, toutes les res­sources obte­nues par le biais de ces ques­tion­naires et entre­tiens, ont été recen­sées dans des tableaux en fonc­tion de plu­sieurs critères. 

    Les res­sources humaines sont clas­sées selon : 

    • Le nom et prénom
    • Les coor­don­nées (adresse mail) 
    • La fonc­tion (pro­fes­sion, statut) 
    • La phase du pro­jet dans laquelle elle peut intervenir 
    • La dis­po­ni­bi­li­té : Oui si la réponse est posi­tive, NR (Non ren­sei­gné) si la réponse n’est pas claire ou que la per­sonne n’est pas convain­cue par la fai­sa­bi­li­té de ce projet. 

    3.1  Les ressources matérielles 

    Néan­moins, le pre­mier ques­tion­naire avait aus­si pour objec­tif de réunir des infor­ma­tions sur les res­sources maté­rielles dont l’UTC dis­pose. Les ques­tions 2 et 3 traitent de ce sujet. 

    Une qua­trième action a été menée pour ras­sem­bler les res­sources maté­rielles à l’UTC. Un entre­tien avec Nico­las Piton : ingé­nieur d’innovation res­pon­sable du FabLab (Labo­ra­toire de Fabri­ca­tion et Asso­cia­tion de l’UTC) ; et Ben­ja­min Fide­laine : ingé­nieur au ser­vice élec­tro­nique de l’UTC. Au cours de cet entre­tien, plu­sieurs points sur le déve­lop­pe­ment des dis­po­si­tifs médi­caux au sein de l’UTC ont été sou­le­vés. De plus, les maté­riaux dont ces deux ser­vices dis­posent ont été recen­sés. Un deuxième entre­tien a eu lieu avec Jérôme Faver­geon, le res­pon­sable du labo­ra­toire Rober­val, afin d’obtenir un inven­taire de toutes les machines dont il dis­pose dans son labo­ra­toire afin de les clas­ser par rap­port aux dif­fé­rentes phases de la car­to­gra­phie. Cette méthode d’entretien s’avère être très effi­cace car elle per­met d’avoir direc­te­ment les infor­ma­tions recher­chées grâce à des par­tages de documents. 

    Ain­si, toutes les res­sources obte­nues par ces deux méthodes sont recen­sées dans un tableau, situé sous le tableau des res­sources humaines de la phase cor­res­pon­dante. Elles sont clas­sées selon 5 critères : 

    • Le nom (de la machine, du site inter­net ou du logiciel) 
    • La fonc­tion (l’utilité de la machine)
    • Le lieu (où trou­ver la machine, ici à l’UTC) 
    • Le res­pon­sable (pour savoir qui contac­ter en cas de besoin) 
    • La phase de déve­lop­pe­ment du dis­po­si­tif médi­cal dans laquelle elle peut intervenir 

    De manière à bien clas­ser le maté­riel recen­sé, il faut s’assurer de la fonc­tion qu’il opère afin de le posi­tion­ner dans la bonne phase et de s’assurer qu’il apporte une réelle plus-value dans un pro­jet de concep­tion d’un dis­po­si­tif médical. 

    Il est éga­le­ment pri­mor­dial de s’assurer de la dis­po­ni­bi­li­té de la res­source lors de l’élaboration du pro­jet, et de s’assurer de la capa­ci­té à l’utiliser. Dans le cas où le por­teur de pro­jet ne connait pas la machine, il fau­dra impé­ra­ti­ve­ment que le res­pon­sable ou une per­sonne habi­li­tée à son uti­li­sa­tion puisse super­vi­ser l’étape. 

    Chapitre 3 – Une cartographie Excel qui présente les résultats de l’étude  

    1.   Les ressources humaines et matérielles

    Pour pré­sen­ter les résul­tats de l’étude, une car­to­gra­phie inter­ac­tive sous for­mat Excel est à dis­po­si­tion de l’utilisateur. Elle se pré­sente en quatre par­ties dis­tinctes en fonc­tion des phases de concep­tion du pro­jet. Chaque phase a été divi­sée en sous phase qui cor­res­pond à une étape à vali­der pour mener à bien le pro­jet d’innovation bio­mé­di­cale. Ain­si, à chaque sous-phase il est pro­po­sé deux tableaux qui recensent les res­sources humaines et maté­rielles qui cor­res­pondent à cette étape. Les res­sources uti­li­sées et pré­sen­tées dans la car­to­gra­phie inter­ac­tive sont celles de l’UTC, un for­mat vierge de tout le clas­seur Excel est éga­le­ment dis­po­nible pour que chaque per­sonne puisse l’adapter à son projet. 

    Par exemple, en cli­quant sur le pre­mier bou­ton « Recherche et inno­va­tion » l’utilisateur est mené vers un deuxième onglet qui pré­sente les étapes cor­res­pon­dantes à vali­der. Sur la figure 21, on observe que 4 sous-phases sont à effec­tuer pour cette pre­mière étape de « Recherche et inno­va­tion ». Ce sont des étapes pré­li­mi­naires qui per­mettent au por­teur de pro­jet et à son équipe de se ren­sei­gner sur les autres pro­jets en cours, sur le mar­ché, les règle­men­ta­tions et les risques qu’ils encourent à se lan­cer dans un tel projet. 

    Figure 21 : Aperçu de la présentation de la phase Recherche et Innovation

    Direc­te­ment sous les expli­ca­tions des étapes, l’utilisateur dis­pose des deux tableaux qui pré­sentent les res­sources humaines (figure 22) et maté­rielles (figure23) cor­res­pon­dant à l’étape. C’est donc à l’utilisateur de s’approprier les res­sources iden­ti­fiées, ici sont pré­sen­tées les res­sources de l’UTC. Cepen­dant, ces tableaux sont adap­tables à toutes les orga­ni­sa­tions qui dis­posent de telles ressources. 

    NB : NR = non renseigné

    Figure 22 : Aperçu du tableau des ressources humaines de la phase Recherche et innovation, source : auteures
    Figure 23 : Aperçu du tableau des ressources matérielles pour la phase Recherche et Innovation, source : auteures

    De cette manière, les tableaux pré­sentent les résul­tats des res­sources humaines recen­sées par l’utilisateur en deux par­ties : les res­sources humaines (per­sonnes à contac­ter) et les res­sources maté­rielles. Ain­si, l’utilisateur peut avoir un accès direct aux infor­ma­tions essen­tielles pour son pro­jet et donc être opé­ra­tion­nel dans l’urgence.

    2.   Les résultats attendus de l’utilisation

    La car­to­gra­phie Excel per­met de répondre à plu­sieurs attentes. Tout d’abord, son prin­ci­pal atout est le gain de temps et son intui­ti­vi­té. C’est un outil facile à prendre en main avec un mode d’emploi qui explique son fonc­tion­ne­ment, intui­tif grâce à son code cou­leur employé pour dif­fé­ren­cier les phases et ses bou­tons pré­ci­sé­ment expli­ci­tés. C’est éga­le­ment un outil qui néces­site peu de temps de lec­ture, com­por­tant uni­que­ment 4 pages et ciblant les infor­ma­tions clés. 

    Il est impor­tant de com­prendre que les outils pro­po­sés ont été réa­li­sés dans le cadre d’une étude faite à l’UTC. En effet, les per­sonnes recen­sées tra­vaillent à l’UTC ou dans son envi­ron­ne­ment proche et les machines men­tion­nées sont celles des dif­fé­rentes pla­te­formes ou labo­ra­toires de l’UTC. Les coor­don­nées des per­sonnes ne peuvent être uti­li­sés uni­que­ment si l’UTC donne l’autorisation de rendre public les docu­ments. Pour le maté­riel, étant dans les locaux de l’université, ils pour­ront être uti­li­sés uni­que­ment si le res­pon­sable donne son auto­ri­sa­tion. Le réel objec­tif de l’outil est interne à l’UTC, de manière à avoir un recen­se­ment de tout ce qu’il se trouve dans 6 labo­ra­toires existants :

    • Le labo­ra­toire BMBI (Bio­mé­ca­nique et Bioingénierie)
    • Le ser­vice d’analyses phy­si­co-chi­miques (SAPC)
    • Le Fablab
    • Le labo­ra­toire d’électromécanique
    • Le ser­vice électronique
    • Le labo­ra­toire Costech
    • Le labo­ra­toire Roberval

    Les per­sonnes recen­sées sont des ensei­gnants, cher­cheurs ou ingé­nieurs qui tra­vaillent à l’UTC et qui se rendent dis­po­nibles pour un pro­jet en interne. En effet, l’objectif prin­ci­pal de cette étude est donc de pou­voir rendre opé­ra­tion­nel la concep­tion d’un dis­po­si­tif médi­cal « UTC » ou toute autre inno­va­tion du domaine bio­mé­di­cal, au même titre qu’un M.U.R aurait pu être fabri­qué lors de la demande en mars 2020. L’UTC est à pré­sent prêt à rece­voir une telle demande, et pour­ra réunir rapi­de­ment toutes les res­sources néces­saires pour fabri­quer et faire vali­der un tel dis­po­si­tif. Actuel­le­ment, l’UTC dis­pose de 29 per­sonnes capables et prêtes à s’engager dans un tel pro­jet et 289 res­sources maté­rielles iden­ti­fiées et loca­li­sées. L’accès à ces don­nées est à pré­sent unique, un seul fichier est néces­saire pour accé­der à toutes les res­sources. Cela évite alors au por­teur de pro­jet de mul­ti­plier les fichiers et lui per­met de tout ras­sem­bler à un seul endroit. 

    Concer­nant les résul­tats de l’étude, il semble évident que l’UTC est en capa­ci­té d’intervenir dans les étapes de recherche, inno­va­tion, concep­tion et cer­taines phases de tests pour le cycle de vie d’un dis­po­si­tif médical.En revanche, il manque des res­sources internes pour la réa­li­sa­tion des essais cli­niques ain­si que pour le regrou­pe­ment et la vali­da­tion des don­nées dans le dos­sier tech­nique. Pour cela, il fau­drait envi­sa­ger des par­te­na­riats exté­rieurs avec des experts pos­sé­dant les res­sources et des éta­blis­se­ments cer­ti­fiés pour réa­li­ser ce type de tests. 

    Par ailleurs, cet outil est entiè­re­ment adap­table à toutes les orga­ni­sa­tions. Il est alors dis­po­nible en for­mat vierge et modi­fiable afin que toutes les per­sonnes en capa­ci­té de réunir des res­sources dans le domaine du bio­mé­di­cal puissent le faire de façon opé­ra­tion­nelle. L’outil Excel est un outil géné­rique et pérenne, qui peut être modi­fiable à tout moment par le por­teur de pro­jet et son équipe. La matrice de déci­sion ou le retro-plan­ning sont des outils uti­li­sés dans tout pro­jet donc cela per­met­tra un gain de temps consi­dé­rable pour l’organisation qui conçoit le dispositif. 

    La car­to­gra­phie est éga­le­ment dis­po­nible vierge, elle per­met à l’utilisateur d’avoir le fil direc­teur de son pro­ces­sus et de rem­plir direc­te­ment les tableaux cor­res­pon­dant aux res­sources. Il pour­ra ain­si trans­mettre rapi­de­ment et effi­ca­ce­ment les infor­ma­tions sur son pro­jet aux membres de son équipe ou ses par­te­naires dans le projet. 

    Fina­le­ment, quelle que soit l’utilisation visée de cet outil, il per­met un gain de temps consi­dé­rable dans un pro­jet d’innovation bio­mé­di­cale, une opé­ra­bi­li­té directe et une trans­mis­sion d’information claire entre les acteur du pro­jet. C’est donc pour ces rai­sons que cha­cun peut s’approprier les outils pro­po­sés et les adap­tés à son équipe et son projet. 

    3.   Les risques anticipés et les alternatives envisagées

    2.1 Les risques anticipés 

    Dans un pro­ces­sus de fabri­ca­tion et de mise sur le mar­ché d’une inno­va­tion de rup­ture ou d’un dis­po­si­tif médi­cal de nom­breux risques sont à prendre en compte et à anti­ci­per. Il faut donc veiller au sui­vi méti­cu­leux de toutes les étapes pour ne rien man­quer et avoir un pro­jet viable et concret. 

    Le risque prin­ci­pal à évi­ter est l’oubli ou le manque de rigueur. Dans un tel pro­jet, il parait indis­pen­sable d’être méti­cu­leux dans les tâches à effec­tuer pour ne rien omettre et rendre un pro­jet concret et valo­ri­sable. Pour pal­lier ces éven­tuels oublis, le retro-plan­ning per­met de fixer les dates limites et de se rendre compte de l’avancée du pro­jet. Pour les oublis en termes de res­sources, l’utilisateur rem­plit le tableau « matrice de déci­sion » qui lui per­met d’avoir un réca­pi­tu­la­tif de toutes les étapes du pro­ces­sus et de leur don­ner un état d’avancement. Ces outils seront effi­caces si chaque membre du pro­jet les uti­lise conscien­cieu­se­ment et régu­liè­re­ment. Il est donc néces­saire au début et à la fin de chaque étape de mettre à jour le docu­ment pour que le sui­vi des tâches soit efficace. 

    Un deuxième risque impor­tant à anti­ci­per dans un tel pro­jet est le manque de res­sources. Mal­gré le recen­se­ment de toutes les res­sources humaines et maté­rielles, il est pos­sible de s’apercevoir pen­dant l’élaboration du pro­jet que cer­taines res­sources manquent ou ne répondent pas cor­rec­te­ment aux cri­tères recher­chés en pre­mière inten­tion. Pour anti­ci­per ce risque, il est for­te­ment conseillé au por­teur de pro­jet et à son équipe d’évaluer la fia­bi­li­té de la res­source et de dou­bler les res­sources qui semblent les moins fiables. Dans un pro­jet d’innovation dans un contexte urgent, il est pri­mor­dial de s’assurer que toutes les res­sources néces­saires seront dis­po­nibles au moment du lan­ce­ment du pro­jet, de manière à ne pas perdre de temps. 

    Un troi­sième risque à anti­ci­per est la néces­si­té d’être conforme aux exi­gences régle­men­taires impo­sées par les auto­ri­tés com­pé­tentes et cor­res­pon­dant à l’innovation de rup­ture en cours de concep­tion. Pour s’assurer que l’innovation res­pecte toutes les exi­gences régle­men­taires, le por­teur de pro­jet et son équipe doivent effec­tuer des tests tech­niques et cli­niques. Le risque est de ne pas être spé­cia­li­sé dans l’analyse nor­ma­tive des docu­ments et donc de ne pas com­prendre les dif­fé­rents articles des normes. Pour pal­lier cela, il existe de nom­breux outils d’autodiagnostic de normes qui per­mettent d’assurer la confor­mi­té de l’innovation ou du dis­po­si­tif aux normes asso­ciées. L’équipe du pro­jet peut éga­le­ment faire appel à des experts en qua­li­té ou des res­pon­sables d’affaires régle­men­taires pour les gui­der sur ces aspects com­pli­qués et laborieux. 

    Le der­nier risque impor­tant à prendre en compte est la mau­vaise appro­pria­tion de l’outil pro­po­sé. En effet, l’outil se pré­sente sous-forme de tableaux Excel vierges à rem­plir par l’utilisateur. Un guide d’utilisation et un mode d’emploi sont à sa dis­po­si­tion pour que cet outil soit le plus béné­fique pos­sible et lui per­mette un gain de temps dans son pro­jet. En revanche, si l’utilisateur n’utilise pas ces tableaux il risque de ne pas être dans les temps impar­tis, de man­quer des étapes ou de man­quer de res­sources. Pour pal­lier cela, l’outil peut prendre un for­mat pdf impri­mable à rem­plir à la main par l’utilisateur. Il pour­rait éga­le­ment suivre une petite for­ma­tion en ligne pour s’approprier l’outil et l’utiliser efficacement. 

    Grâce au logi­gramme ARA (Actions, Risques, Alter­na­tives) de la figure 24 il est pos­sible d’anticiper cer­tains risques qui découlent des actions essen­tielles au pro­jet. En voi­ci un exemple, adap­table pour tous les risques et tous les pro­jets d’innovation. 

    Figure 24 : Logigramme ARA pour anticiper les risques. Source : auteures

    2.2 Les perspectives 

    Le prin­ci­pal inté­rêt de cet outil est sa péren­ni­té dans le temps. En effet, ce der­nier est adap­table à tous les pro­jets et peut être uti­li­sé à tout moment et autant de fois que néces­saire.  Cepen­dant, cer­taines mises à jour devront être faites concer­nant les normes ren­sei­gnées dans la car­to­gra­phie, par exemple le règle­ment euro­péen 2017/745 qui chan­ge­ra en mai 2021 et devien­dra 2020/561. 

    Par ailleurs, de manière à ce que ces outils soient le plus effi­caces pos­sible, il fau­drait pou­voir ren­sei­gner un très grand nombre de res­sources pour avoir plu­sieurs issues pos­sibles si des res­sources se rendent indis­po­nibles au moment de lan­cer le pro­jet. Il serait alors très inté­res­sant de pou­voir mettre ces outils sous for­mat de logi­ciel, ce qui ren­drait l’entrée ou la sup­pres­sion de res­source plus rapide. L’outil Excel serait alors rem­pla­cé par un sys­tème de rem­plis­sage auto­ma­tique, comme lors d’une ins­crip­tion. Ain­si, une nou­velle res­source pour­rait être inté­grée plus faci­le­ment dans l’outil. De plus, l’élaboration de ce logi­ciel per­met­trait d’avoir un menu inter­ac­tif qui adap­te­rait les don­nées en fonc­tion du pro­jet en cours, en ren­sei­gnant cer­taines infor­ma­tions rela­tives au dis­po­si­tif en déve­lop­pe­ment. Il serait par ailleurs inté­res­sant de pou­voir auto­ma­ti­ser le rem­plis­sage de la car­to­gra­phie au fur et à mesure que l’utilisateur entre ses res­sources dans l’outil Excel. De cette manière, l’utilisateur n’aurait qu’un seul outil pour tra­vailler et avan­cer dans son projet. 

    Conclusion  

    Pour conclure, l’UTC ou toute orga­ni­sa­tion pos­sé­dant des res­sources pour conce­voir un dis­po­si­tif médi­cal ou une inno­va­tion bio­mé­di­cale, dis­pose désor­mais d’un outil qui per­met de les ras­sem­bler et de les pla­cer en fonc­tion des phases de déve­lop­pe­ment du dispositif. 

    En effet, la concep­tion d’un dis­po­si­tif médi­cal est une démarche for­te­ment régle­men­tée à tra­vers les exi­gences des lois, règle­ments et direc­tives. Ain­si, le fabri­cant doit s’assurer que le dis­po­si­tif qu’il conçoit puisse réel­le­ment être uti­li­sé à des fins médi­cales. Face aux longues pro­cé­dures et aux nom­breuses étapes, le fabri­cant peut à pré­sent s’appuyer sur des outils qui l’accompagnent et le guident dans son processus. 

    Le por­teur d’un pro­jet bio­mé­di­cal peut, grâce aux outils pro­po­sés, pla­ni­fier son pro­jet en fonc­tion de dates pré­cises et suivre son avan­ce­ment au fur et à mesure. Ce der­nier peut éga­le­ment vali­der les dif­fé­rentes étapes du cycle de vie de son dis­po­si­tif afin d’éviter d’oublier cer­taines étapes clés. Dans un tel pro­jet, il est pri­mor­dial d’être méti­cu­leux dans son tra­vail. Un tel appui est donc néces­saire pour assu­rer l’avancée et l’aboutissement du pro­ces­sus de concep­tion et de dif­fu­sion d’un dis­po­si­tif. D’autre part, l’utilisateur peut désor­mais faci­le­ment recen­ser toutes les res­sources dont il aura besoin et les sol­li­ci­ter au moment pré­vu grâce à l’inventaire qu’il aura réa­li­sé préa­la­ble­ment dans l’outil Excel ou dans la cartographie. 

    On peut déduire de cette étude que l’UTC est capable de fabri­quer un pro­to­type de dis­po­si­tif médi­cal et d’effectuer tous les tests pré-cli­niques néces­saires. Le pro­to­type pour­rait être conforme aux exi­gences de la régle­men­ta­tion euro­péenne et se voir uti­li­ser dans les éta­blis­se­ments de san­té. Cepen­dant, il per­siste un manque cer­tain de res­sources pour pro­cé­der à la vali­da­tion du pro­to­type conçu. En effet, il fau­drait qu’il puisse être uti­li­sé en condi­tions réelles, dans un hôpi­tal auprès des patients. C’est pour­quoi, un par­te­na­riat doit être envi­sa­gé entre l’équipe bio­mé­di­cale du Centre Hos­pi­ta­lier de Com­piègne-Noyon. Ain­si, cer­tains tests sup­plé­men­taires pour­ront être effec­tués et le pro­to­type pour­ra être vali­dé par les auto­ri­tés com­pé­tentes (ANSM). Après la mise en place de cette col­la­bo­ra­tion, une pré­sé­rie du dis­po­si­tif pour­ra être lan­cée auprès de pres­ta­taires fabri­cants et ain­si être indus­tria­li­sé et pro­duit en plus grande quantité. 

    A l’avenir, de nom­breuses ins­ti­tu­tions uni­ver­si­taires dans le domaine bio­mé­di­cal pour­raient mettre en place de telles col­la­bo­ra­tions afin d’envisager des tests sur des dis­po­si­tifs conçus par des ensei­gnants cher­cheurs ou des ingé­nieurs. Ain­si, ces démarches poussent à l’innovation et au pro­grès dans le domaine des dis­po­si­tifs médicaux. 

    Références bibliographiques 

    [1]            J. Monin, « Coronavirus : la France fabrique-t-elle en toute urgence des respirateurs artificiels inadaptés ? », Franceinfo, avr. 23, 2020. https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/coronavirus-8500respirateurs-artificiels-ont-ils-ete-fabriques-pour-rien_3930273.html (consulté le sept. 24, 2020).

    [2]            K. Poireault, « Pénurie de respirateurs : les makers du monde entier progressent à grands pas », Industrie & technologies, mars 30, 2020. https://www.industrie-techno.com/article/penurie-de-respirateurs-les-makers-du-monde-entier-se-mettent-en-ordre-de-marche.59986 (consulté le sept. 24, 2020).

    [3]            « MIT Emergency Ventilator | Design Toolbox », MIT Emergency Ventilator. https://emergency-vent.mit.edu/ (consulté le oct. 03, 2020).

    [4]            « CoVent-19 Challenge ». https://www.coventchallenge.com/#goals (consulté le sept. 24, 2020).

    [5]            « GrabCAD ». https://grabcad.com/ (consulté le sept. 24, 2020).

    [6]            « Défi Respirateur Code Vie : Dévoilement des trois équipes finalistes ». https://www.mghfoundation.com/fr/nouvelles/defi-respirateur-devoilement-des-trois-equipes-finalistes/ (consulté le oct. 18, 2020).

    [7]            « Makair, projet de respirateur dédié au Covid-19 », MakAir. https://makair.life/le-projet/ (consulté le oct. 15, 2020).

    [8]            « M.U.R – Minimal Universal Respirator », M.U.R-Minimal Universal Respirator. https://mur-project.org/ (consulté le sept. 24, 2020).

    [9]            « OxyGEN, un projet de ventilateur autonome à réaliser soi-même ». https://www.ladepeche.fr/2020/03/25/oxygen-un-projet-de-ventilateur-autonome-a-realiser-soi-meme,8818182.php (consulté le oct. 18, 2020).

    [10]          « SmithVent | 3D CAD Model Library | GrabCAD ». https://grabcad.com/library/smithvent-1 (consulté le oct. 18, 2020).

    [11]          « Haply Robotics ». https://www.haply.co/ (consulté le oct. 18, 2020).

    [12]          « IFPR - Code Life Challenge ». https://codelifechallenge.com/ventilator/ifpr/ (consulté le oct. 18, 2020).

    [13]          « Lung Carburetor ». https://lungcarburetor.com/ (consulté le oct. 18, 2020).

    [14]          « ApolloBVM - Rice University ». http://oedk.rice.edu/apollobvm/ (consulté le oct. 18, 2020).

    [15]          « GitHub Enterprise : a smarter way to work together », GitHub. https://github.com/enterprise (consulté le oct. 16, 2020).

    [16]          J. D. Bronzino, The Biomedical Engineering Handbook, 2nd éd., vol. 1, 2 vol. Florida : CRC Press LLC, Springer, 2000.

    [17]          D. Tassaux et P. Jolliet, « Interactions patient-ventilateur et nouveaux modes ventilatoires », Rev. Médicale Suisse, vol. 3. 21798, no 2372, déc. 2001, Consulté le : oct. 16, 2020. [En ligne]. Disponible sur : https://www.revmed.ch/RMS/2001/RMS-2372/21798.

    [18]          M. J. Tobin, « Advances in Mechanical Ventilation », N. Engl. J. Med., vol. 344, no 26, p. 1986‑1996, juin 2001, doi : 10.1056/NEJM200106283442606.

    [19]          G. Domínguez-Cherit, J. G. Posadas-Calleja, et D. Borunda, « Chronic Obstructive Pulmonary Disease », in Critical Care Medicine, Elsevier, 2008, p. 811‑826.

    [20]          Y. Coisel et al., « Ventilation artificielle : les fondamentaux », Congrès Médecins de la SFAR, 2013.

    [21]          M. Georges, L. Vignaux, et J.-P. Janssens, « Ventilation non invasive en dehors des soins intensifs : principes de base et modalités », Rev. Médicale Suisse, vol. 6, no 272, p. 2244‑2251, nov. 2010.

    [22]          O. Gajic, « Principles and Practice of Mechanical Ventilation », Crit. Care, vol. 11, no 1, p. 315, 2007, doi : 10.1186/cc6137.

    [23]          M. Andellini, S. De Santis, F. Nocchi, E. Bassanelli, L. Pecchia, et M. Ritrovato, « Clinical needs and technical requirements for ventilators for COVID-19 treatment critical patients : an evidence-based comparison for adult and pediatric age », Health Technol., juill. 2020, doi : 10.1007/s12553-020-00467-w.

    [24]          WHO - World Health Organization, « Technical specifications for invasive and non-invasive ventilators for COVID-19 : Interim guidance, 15 April 2020 », IRIS - Institutional Repository  for Information Sharing, avr. 15, 2020. https://apps.who.int/iris/handle/10665/331792 (consulté le oct. 04, 2020).

    [25]          « Specification for ventilators to be used in UK hospitals during the coronavirus (COVID-19) outbreak », GOV.UK, mars 20, 2020. https://www.gov.uk/government/publications/specification-for-ventilators-to-be-used-in-uk-hospitals-during-the-coronavirus-covid-19-outbreak (consulté le sept. 24, 2020).

    [26]          « Chapitre Ier : Régime juridique des dispositifs médicaux. (Articles L5211-1 à L5211-6) », Code de la santé publique, mars 21, 2010. Disponible sur : https://www.legifrance.gouv.fr/codes/article_lc/LEGIARTI000021964486/2010-03-21 (consulté le oct. 18, 2020)

    [27]          « Mise sur le marché d’un dispositif n’ayant pas fait l’objet des procédures de certification et dont l’utilisation présente un intérêt pour la santé », ANSM, juill. 2013. Consulté le : oct. 16, 2020. [En ligne]. Disponible sur : https://ansm.sante.fr/var/ansm_site/storage/original/application/2bbb5d317d7a9f5e73d174fab0d04674.pdf.

    [28]          « ISO 80601-2-12:2020 », ISO, févr. 2020. https://www.iso.org/cms/render/live/fr/sites/isoorg/contents/data/standard/07/20/72069.html (consulté le oct. 15, 2020).

    [29]          « norme NF EN 60601-1 Appareils électromédicaux- Partie 1 : exigences générales pour la sécurité de base et les performances essentielles », Ed.Afnor, Paris, www.afnor.org, janv. 01, 2007.

    [30]          « norme NF EN 60601-1-8/A11 - Appareils électromédicaux - Partie 1-8 : exigences générales pour la sécurité de base et les performances essentielles - Norme collatérale : exigences générales, essais et guide pour les systèmes d’alarme des appareils et des systèmes électromédicaux », Ed. Afnor, Paris, www.afnor.org, avr. 21, 2018.

    [31]          « norme NF EN 62304-Logiciels de dispositifs médicaux - Processus du cycle de vie du logiciel (Tirage 2 (2009-01-01)) », Ed. Afnor, Paris, www.afnor.org, oct. 01, 2006.

    searchhomearrow-circle-left