• IDS089 - La veille technologique en ingénierie biomédicale hospitalière

    Avertissement

    Les projets ou stages publiés auxquels vous accédez sont des rapports d'étudiants et doivent être pris comme tels. Il peuvent donc comporter des imperfections ou des imprécisions que tout lecteur doit admettre et donc supporter. Il ont été réalisés pendant les périodes de formation et constituent avant-tout des travaux de compilation bibliographique, d'initiation et d'analyse sur des thématiques associées aux concepts, méthodes, outils et expériences sur les démarches qualité dans les organisations ou sur les technologies en santé.

    Si, malgré nos précautions, vous avez des raisons de contester ce droit de diffusion libre, , nous nous efforcerons d'y apporter une réponse rapide. L'objectif de la présentation des travaux sur le web est de permettre l'accès à l'information et d'augmenter ainsi la qualité des échanges professionnels.

    Nous ne faisons aucun usage commercial des travaux de projet ou de stage publiés, par conséquent les citations des informations et l'emploi des outils mis à disposition sont totalement libres. Dans ce cas, nous vous demandons de respecter les règles d'éthique en citant explicitement et complètement vos sources bibliographiques.

    Bonne lecture...

    Auteur

    Bed­nars­ki Romain

    Contact

    Bed­nars­ki Romain :

    Citation

    A rap­pe­ler pour tout usage :  Romain BEDNARSKI, “La veille tech­no­lo­gique en ingé­nie­rie bio­mé­di­cale hos­pi­ta­lière”Uni­ver­si­té de Tech­no­lo­gie de Com­piègne (France), Mas­ter Ingé­nie­rie de la San­té, Par­cours Tech­no­lo­gies Bio­mé­di­cales et Ter­ri­toires de San­té (TBTS), https://www.travaux.master.utc.fr/, réf “IDS089”, juin 2021.

    Résumé

    Une des mis­sions de l’ingénieur bio­mé­di­cal hos­pi­ta­lier est de réa­li­ser une veille tech­no­lo­gique de son domaine. Pour la majeure par­tie d’entre eux, cette tâche est dif­fi­cile à réa­li­ser car chro­no­phage et peu struc­tu­rée. Pour­tant, une veille peut contri­buer à un meilleur fonc­tion­ne­ment de son éta­blis­se­ment et valo­ri­ser la profession.

    L’objectif du pro­jet est de réa­li­ser un état de l’art de la pra­tique de la veille dans le domaine de l’ingénierie bio­mé­di­cale hos­pi­ta­lière puis de com­pi­ler ces élé­ments en une méthode appli­cable à n’importe quel ser­vice bio­mé­di­cal. Les résul­tats d’un son­dage dif­fu­sé auprès des ingé­nieurs bio­mé­di­caux en fonc­tion per­met­tra d’alimenter la réflexion sur le sujet et aider à la mise en place concrète au ser­vice bio­mé­di­cal du centre hos­pi­ta­lier d’Annecy-Genevois.

    La méthode de veille décrite, les pistes d’amélioration de la veille se tournent alors vers la coopé­ra­tion entre les ingé­nieurs bio­mé­di­caux, ren­du pos­sible notam­ment par les actions de l’AFIB.

    Abstract

    One of the mis­sions of the hos­pi­tal bio­me­di­cal engi­neer is to car­ry out a tech­no­lo­gi­cal intel­li­gence in his field. For most of them, this task is dif­fi­cult to accom­plish because it is time-consu­ming and unstruc­tu­red. Howe­ver, a moni­to­ring can contri­bute to a bet­ter ope­ra­tion of its hos­pi­tal and valo­rise the profession.

    The objec­tive of the pro­ject is to achieve a state-of-the-art of the prac­tice of tech­no­lo­gi­cal intel­li­gence in the field of hos­pi­tal bio­me­di­cal engi­nee­ring and then to com­pile these ele­ments into a method appli­cable to any bio­me­di­cal ser­vice. The results of a sur­vey sha­red to the bio­me­di­cal engi­neers in office will pro­vide ideas for the sub­ject and help with concrete imple­men­ta­tion in the bio­me­di­cal ser­vice of the Anne­cy-Gene­vois hos­pi­tal center.

    Once the tech­no­lo­gi­cal intel­li­gence method is des­cri­bed, the way of impro­ving it then turns to coope­ra­tion bet­ween bio­me­di­cal engi­neers, made pos­sible in par­ti­cu­lar by the actions of the AFIB.

    Téléchargements

    IDS089 Mémoire

    Mémoire complet :

    La veille technologique en ingénierie biomédicale hospitalière


    Remerciements

    Je sou­haite remer­cier toutes les per­sonnes ayant per­mis la bonne réa­li­sa­tion de ce stage, autant sur le plan per­son­nel que professionnel.

    Je remer­cie tout d’abord Albin Lore, res­pon­sable du ser­vice bio­mé­di­cal et maître de stage, pour la confiance accor­dée et le par­tage de son expé­rience. Je le remer­cie aus­si pour la qua­li­té de ses conseils et sa disponibilité.

    Je sou­haite remer­cier Joël Delode, sui­veur du stage auprès de l’AFIB, pour son aide et ses réponses. Éga­le­ment, je remer­cie tous les ingé­nieurs ayant répon­du aux ques­tions et au son­dage et par­ti­cu­liè­re­ment Jacinthe Lapointe et Clé­ment Tho­mas, ingé­nieurs bio­mé­di­caux du ser­vice, pour leur temps et leur retour d’expérience.

    Je remer­cie l’équipe bio­mé­di­cale du CHANGE pour leur accueil et leur aide pour la bonne réa­li­sa­tion de mes missions.

    Mer­ci à Gil­bert Farges pour son sou­tien et sa bien­veillance pen­dant le dérou­le­ment du stage. Je sou­haite aus­si remer­cier l’équipe ensei­gnante de l’UTC et par­ti­cu­liè­re­ment du mas­ter ingé­nie­rie de la santé.

    Enfin, un grand mer­ci à ma mère, mon père et ma copine pour leur sou­tien et leur pré­sence au quotidien.

    Liste des figures

    Liste des abréviations

    • AFIB : Asso­cia­tion Fran­çaise des Ingé­nieurs Biomédicaux
    • ANAP : Agence Natio­nale d'Appui à la Per­for­mance des éta­blis­se­ments de san­té et médico-sociaux
    • CHANGE : Centre Hos­pi­ta­lier Anne­cy Genevois
    • DALI : Direc­tion des Achats, de la Logis­tique et des Infrastructures
    • DS : Direc­tion des Soins
    • GBPB : Guide des Bonnes Pra­tiques Biomédicales
    • GBPIB : Guide des Bonnes Pra­tiques en Ingé­nie­rie Biomédicale
    • GHT : Grou­pe­ment Hos­pi­ta­lier de Territoire
    • REX : Retour d’expérience
    • UTC : Uni­ver­si­té de Tech­no­lo­gie de Compiègne

    Introduction

    Le domaine de l’ingénierie bio­mé­di­cale est en constante évo­lu­tion. Des inno­va­tions pro­met­teuses sont déve­lop­pées et pro­posent des oppor­tu­ni­tés d’amélioration des pra­tiques hos­pi­ta­lières actuelles. Les acteurs de l'ingénierie bio­mé­di­cale hos­pi­ta­lière sont conscients de leur rôle à jouer mais la mul­ti­pli­ci­té de leurs mis­sions et des pro­jets à mener fait qu’il est com­plexe d’organiser un tra­vail de veille tech­no­lo­gique, régle­men­taire et autres. Ain­si, les ingé­nieurs bio­mé­di­caux hos­pi­ta­liers recon­naissent la dif­fi­cul­té de trai­ter ce sujet en esti­mant impor­tant de pro­po­ser des amé­lio­ra­tions de leur méthode.

    La mise en place d’une veille tech­no­lo­gique au sein d’un ser­vice d’ingénierie bio­mé­di­cale demande une coor­di­na­tion des dif­fé­rents acteurs internes et externes au ser­vice. L’expérience des ingé­nieurs bio­mé­di­caux, des pro­fes­sion­nels de la veille, des par­ties pre­nantes et de la docu­men­ta­tion actuelle per­mettent de défi­nir une méthode appli­cable en ingé­nie­rie biomédicale.

    Il est néces­saire de dres­ser un état de l’art des recom­man­da­tions et tra­vaux pré­cé­dents sur la veille tech­no­lo­gique afin de débu­ter la réflexion sur le sujet avec l’avis pra­tique des ingé­nieurs bio­mé­di­caux. Les retours d’expérience des ingé­nieurs bio­mé­di­caux per­mettent de s’orienter sur les axes à prio­ri­ser lors de la mise en place d’une veille dans un ser­vice hos­pi­ta­lier. Ain­si une méthode basée sur ces élé­ments peut être déve­lop­pée puis appli­quer au ser­vice bio­mé­di­cal du Centre Hos­pi­ta­lier Anne­cy-Gene­vois (CHANGE).

    En plus de cette pro­po­si­tion et pour faci­li­ter la mise en place, des recom­man­da­tions en lien avec la méthode sont pro­po­sées direc­te­ment à l’association fran­çaise des ingé­nieurs bio­mé­di­caux (AFIB). Cette asso­cia­tion ayant pour objec­tif de se don­ner les moyens de déve­lop­per la veille du domaine bio­mé­di­cal. Un article qui paraî­tra dans la revue IRBM News est en construc­tion et vien­dra com­plé­ter les élé­ments de ce mémoire.

    I L’ingénierie Biomédicale

    L’AFIB, Association Française des Ingénieurs Biomédicaux

    Avec l’essor du sec­teur bio­mé­di­cal au sein de l’hôpital et le besoin de valo­ri­ser le rôle des ingé­nieurs bio­mé­di­caux, en 1982 un groupe d’ingénieur a choi­si de déve­lop­per une asso­cia­tion ayant pour objec­tif le par­tage d’information entre les ingé­nieurs bio­mé­di­caux hos­pi­ta­liers. Il s’agissait aus­si d’une façon d’unir la pro­fes­sion et de ren­for­cer l’impact des ingé­nieurs dans le sec­teur hos­pi­ta­lier. [1]

    Aujourd’hui l’AFIB compte plus de 350 adhé­rents par­ta­geant les mêmes enjeux de déve­lop­pe­ment de la pro­fes­sion, de la réflexion sur les défis hos­pi­ta­liers et plu­sieurs actions pour déve­lop­per le domaine. Éga­le­ment, l’un des grands inté­rêts de l’association, elle consti­tue un moyen d’échanges entre les ingé­nieurs bio­mé­di­caux hos­pi­ta­liers et notam­ment sur la veille tech­no­lo­gique. [2]

    L’AFIB orga­nise régu­liè­re­ment des groupes de tra­vail. Ceux-ci dépêchent des ingé­nieurs bio­mé­di­caux auprès de congrès et évé­ne­ments impor­tants de la pro­fes­sion et viennent ali­men­ter le site inter­net de rap­port sur les sujets d’actualité. L’association tra­vaille éga­le­ment sur les publi­ca­tions de la revue IRBM News. [3]

    Le sujet de stage pro­po­sé par Albin Lore, en tant qu’ancien cor­res­pon­dant régio­nal AFIB et actuel res­pon­sable du ser­vice bio­mé­di­cal du CHANGE, auprès de l’AFIB repré­sente la volon­té de l’association d’améliorer son orga­ni­sa­tion interne de la veille du sec­teur bio­mé­di­cal. Elle sou­haite faire évo­luer sa façon de créer du conte­nu et de pro­po­ser à ces adhé­rents la des­crip­tion d’une méthode faci­li­tant sa mise en place en milieu hospitalier.

    Le Centre Hospitalier Annecy-Genevois

    Figure 1 Photographie du CHANGE depuis le col des sauts (Source : Auteur)

    L'origine his­to­rique du centre hos­pi­ta­lier remonte à sa créa­tion en tant qu’hôpital cen­tral d’Annecy en 1758. En 1975 est inau­gu­ré le bâti­ment cen­tral situé proche du centre his­to­rique de la ville d’Annecy avec une moder­ni­sa­tion impor­tante de la struc­ture, notam­ment celle du pla­teau tech­nique. Puis en 2008, l’hôpital démé­nage vers le site de Metz-Tes­sy pour mieux déve­lop­per son acti­vi­té, site prin­ci­pal actuel du CHANGE. [4]

    Le CHRA (Centre Hos­pi­ta­lier de la Région d’Annecy) a débu­té un tra­vail de rap­pro­che­ment avec le Centre Hos­pi­ta­lier de Saint-Julien en Gene­vois dès 2003 pour fusion­ner com­plè­te­ment en 2014 après avoir mutua­li­sé les forces médi­cales et les pro­jets de déve­lop­pe­ment. Aujourd'hui les deux struc­tures dis­posent d’une direc­tion com­mune et mènent les pro­jets ensemble pour répondre aux besoins de san­té de la région. Le CHANGE est répar­ti en sept sites dis­tincts [5] :

    • Centre hos­pi­ta­lier d’Annecy-Genevois, site d’Annecy
    • Centre hos­pi­ta­lier d’Annecy-Genevois, site de Saint-Julien-en-Genevois
    • Hôpi­tal de jour de psy­chia­trie adulte et enfant, site d’Annecy
    • Uni­tés de soins de longue durée et soins de suite et de réadap­ta­tion, site d’Annecy
    • EHPAD Saint-Fran­çois, site d’Annecy
    • EHPAD, site de Saint-Julien-en-Genevois
    • USLD, site de Saint-Julien-en-Genevois

    À par­tir des chiffres de 2019, le CHANGE dis­pose de 886 lits MCO (Méde­cine, Chi­rur­gie, Obs­té­trique) et d’une offre de soins com­plète en neu­ro­chi­rur­gie, neu­ro­vas­cu­laire, chi­rur­gie car­diaque et vas­cu­laire et diag­nos­tic anté­na­tale. Le pla­teau tech­nique est com­po­sé de trois scan­ners, deux IRM (1,5 et 3T), deux salles d’imagerie car­dio-vas­cu­laires inter­ven­tion­nelles, dix-neuf salles d’opérations. [5]

    En tout, le CHANGE emploie l’équivalent de 4200 per­sonnes à temps plein dont plus de 700 pra­ti­ciens, internes et sages-femmes. [5]

    Le GHT Haute-Savoie pays de GEX

    Le CHANGE est l’établissement sup­port du GHT (Grou­pe­ment Hos­pi­ta­lier de Ter­ri­toire) com­po­sé de deux autres éta­blis­se­ments : le CH Gabriel Déplante de Rumil­ly et le CH du Pays de Gex. Ces deux éta­blis­se­ments sont cen­trés sur une offre de soin de proxi­mi­té ain­si que l’hébergement des per­sonnes âgées.

    Le GHT déve­loppe des pro­jets ter­ri­to­riaux mais la majo­ri­té de l’offre de soin est tour­née sur les deux sites du CHANGE que sont Anne­cy et Saint-Julien en Gene­vois. [5], [6]

    Le nouveau CHANGE

    Un pro­jet d’extension sur le site d’Annecy repré­sen­tant un inves­tis­se­ment glo­bal de plus de 95,7 mil­lions d’euros dont 16 mil­lions d’équipements bio­mé­di­caux com­por­tant trois restruc­tu­ra­tions [5] :

    • Un nou­veau centre de can­cé­ro­lo­gie dans un nou­veau bâti­ment indé­pen­dant avec consul­ta­tions, hos­pi­ta­li­sa­tions et radiothérapie.
    • Un centre de chi­rur­gie ambu­la­toire dans le bâti­ment principal.
    • Une exten­sion des urgences adultes.
    • Plu­sieurs opé­ra­tions de démé­na­ge­ment des services.
    Figure 2 Organigramme de la DALI (Source : Auteur)

    Par­mi les dix direc­tions du CHANGE se trouve la DALI (Figure 2)dont dépend hié­rar­chi­que­ment le ser­vice bio­mé­di­cal. Il s’agit de la direc­tion trai­tant les affaires finan­cières, les ques­tions logis­tiques, les tra­vaux et autres sujets non-médi­caux. La direc­trice de la DALI est par consé­quent la supé­rieure hié­rar­chique directe du res­pon­sable biomédical.

    Afin de mettre en rela­tion ces équipes, des points heb­do­ma­daires sont orga­ni­sés afin de flui­di­fier le flux de tra­vail. Cha­cun ayant des enjeux et des pro­blé­ma­tiques com­munes avec les autres.

    Pour per­mettre un tra­vail en mode pro­jet au sein de l’établissement, une coor­di­na­trice rele­vant de la direc­tion des soins et fai­sant par­tie de la direc­tion des opé­ra­tions inter­vient au sein de la DALI. Elle revoie l’entièreté des pro­jets avec les dif­fé­rentes par­ties pre­nantes pour coor­don­ner les moyens, les actions, les calen­driers et les prio­ri­tés afin de les mener à bien.

    Le service biomédical du CHANGE

    Le ser­vice bio­mé­di­cal est com­po­sé d’un ingé­nieur res­pon­sable, deux ingé­nieurs, dix tech­ni­ciens dont un chef d’atelier et un ges­tion­naire de l’accueil et des stocks (Figure 3). Par lien fonc­tion­nel, il est éga­le­ment com­po­sé d’une appro­vi­sion­neuse et d’un ache­teur dont le poste est actuel­le­ment en recru­te­ment. C’est pour­quoi actuel­le­ment les dos­siers concer­nant les achats sont trai­tés avec les responsables.

    Les mis­sions du ser­vice couvrent l’ensemble du sec­teur bio­mé­di­cal au sein de l’établissement :

    • Achats et investissements
    • Main­te­nances
    • Consom­mables
    • Maté­rio­vi­gi­lance
    Figure 3 Organigramme du service biomédical au CHANGE (Source : Auteur)

    Pour le plan d’équipement 2021, le bud­get vali­dé par l’ARS repré­sente plus de 2,8 mil­lions d’investissement ou renou­vel­le­ment sur les équi­pe­ments. Ce bud­get n’inclut par l’investissement pour le nou­veau CHANGE.

    Le ser­vice bio­mé­di­cal déve­loppe un pro­jet de ser­vice por­té par son res­pon­sable repar­ti en six axes. Quatre de ces axes ont un impact sur la mise en place d’une veille tech­no­lo­gique et donc un inté­rêt pour celle-ci :

    • Redé­fi­nir les res­pon­sa­bi­li­tés de cha­cun : la dési­gna­tion d’un coor­di­na­teur de veille peut s’y intégrer.
    • Créer des points d’échanges : Par­ta­ger au maxi­mum les infor­ma­tions de cha­cun et donc la collaboration.
    • Déve­lop­pe­ment de la com­mu­ni­ca­tion de ser­vice : Amé­lio­rer la qua­li­té per­çue du tra­vail en ingé­nie­rie bio­mé­di­cale en par­ta­geant ces syn­thèses et comptes-ren­dus de veille au sein et en dehors de l’établissement.
    • Déve­lop­pe­ment de la veille bio­mé­di­cale : dont bien-sûr la veille technologique.

    Une des missions de l’ingénieur biomédical

    Avec l’augmentation des tech­no­lo­gies de pointe dans le domaine hos­pi­ta­lier, le déve­lop­pe­ment de l’ingénierie bio­mé­di­cale a répon­du à la néces­si­té de nou­velles com­pé­tences tech­niques spé­cia­li­sées et donc l’apparition d’ingénieurs spé­cia­li­sés au sein de l’hôpital. [1], [2]

    Le domaine de l'ingénierie bio­mé­di­cale est un domaine pro­pice aux inno­va­tions. Le sujet de la san­té reste un incon­tour­nable des débats et pré­sente éga­le­ment un enjeu finan­cier impor­tant à l’échelle natio­nale. Le chiffre d’affaires de l’industrie du dis­po­si­tif médi­cal était de 30 mil­liards d’euros en 2019 [7]. C’est pour­quoi ce domaine est en constante évo­lu­tion et les ingé­nieurs bio­mé­di­caux hos­pi­ta­liers se doivent de suivre ces chan­ge­ments, voir les anticiper.

    Comme il est décrit dans les dif­fé­rents guides et bonnes pra­tiques, l’activité de veille fait par­tie du rôle des ingé­nieurs bio­mé­di­caux hos­pi­ta­liers [8], [9]. Celui-ci per­met de conso­li­der ses com­pé­tences pro­fes­sion­nelles au sein de son éta­blis­se­ment et de pro­po­ser une plus-value inté­res­sante auprès de ces collaborateurs :

    • Recherche d’informations
    • Conseils et orientations
    • Apports d'éléments décisionnels
    Figure 4 Bénéfices de la veille technologique pour le patient (Source : Auteur)

    Les objec­tifs d’amélioration de la qua­li­té des soins et de la ges­tion finan­cière d’un éta­blis­se­ment de san­té font éga­le­ment par­tie des béné­fices d’une veille tech­no­lo­gique du ser­vice bio­mé­di­cal (Figure 4). La réa­li­sa­tion du plan d’équipement et des autres plans d’investissements sont amé­lio­rées par les apports de ce tra­vail en plus du pro­ces­sus d'acquisition des dis­po­si­tifs médi­caux qui en béné­fi­cie directement.

    II Le développement d’une veille technologique

    Cette par­tie décrit le che­mi­ne­ment du pro­jet et ses résul­tats puis débouche sur la mise en place d’une veille au ser­vice bio­mé­di­cal du CHANGE.

    Théorie de la veille

    La veille est une acti­vi­té de recherche et syn­thèse d’information sur un domaine pré­cis. Elle est réa­li­sée par un pro­fes­sion­nel aver­ti qui se charge de col­lec­ter les don­nées puis de pro­duire une syn­thèse qui per­met, à terme, d’améliorer ses acti­vi­tés et celles de son éta­blis­se­ment. La veille est donc une acti­vi­té visant à se tenir infor­mé pour être capable d’anticiper les chan­ge­ments et se don­ner les moyens de réagir [10].

    La veille n’est pas à confondre avec la réa­li­sa­tion d’une étude sur un sujet. La veille relève d’une sur­veille sur un domaine avec obli­ga­toi­re­ment un tra­vail s’étendant dans la durée. S'il fal­lait faire l’analogie avec un maga­zine, un sujet d’étude serait l’achat d’un numé­ro et la veille l’abonnement annuel au maga­zine [11].

    Les don­nées de veille peuvent pro­ve­nir de nom­breuses sources d’informations, que ce soit une revue, un jour­nal d’actualité, une news­let­ter ain­si que les congrès. Un for­mat appré­cié par les ingé­nieurs bio­mé­di­caux sont les états de l’art qui résument en un docu­ment l’état actuel des tech­no­lo­gies et des connais­sances sur un sujet tech­nique. L’objectif prin­ci­pal de la veille pour eux étant d’être infor­mé au plus tôt des inno­va­tions poten­tielles des pro­jets inté­res­sants pour son éta­blis­se­ment et d’en pré­pa­rer l’éventuelle acquisition.

    Sans vou­loir cadrer tota­le­ment l’activité de veille dans un pro­ces­sus strict, la réflexion sur la veille en ingé­nie­rie bio­mé­di­cale laisse libre les échanges spon­ta­nés sou­vent pro­pice aux idées ori­gi­nales et nova­trices [11]. Échanges qu’il faut donc encourager.

    La veille tech­no­lo­gique seule ne per­met pas entiè­re­ment l’accès aux inno­va­tions bio­mé­di­cales. C’est la capa­ci­té d’analyse des infor­ma­tions régle­men­taires, le contexte finan­cier et orga­ni­sa­tion­nel de son éta­blis­se­ment et sa poli­tique qui apportent un réel gain pour l’établissement. Une inno­va­tion doit mal­gré tout inter­ve­nir comme réponse à un besoin ou un pro­jet en santé.

    Définitions propres à la veille

    Une infor­ma­tion : don­née, ren­sei­gne­ment, pré­ci­sion qui est capable d’informer sur un sujet [10].

    Une infor­ma­tion inté­res­sante : Il s’agit d’une infor­ma­tion qui attire l’attention et peut mener à une réflexion mais sans for­cé­ment être per­ti­nente dans le contexte.

    Une infor­ma­tion utile : Il est pos­sible de par­ler d'information pou­vant être uti­li­sée. On peut par­ler d’une infor­ma­tion déci­sion­nelle dans le cas de notre sujet [10], [11].

    La veille conti­nue : Pro­ces­sus de veille régu­lier per­met­tant de s’informer des actua­li­tés du secteur.

    La veille ponc­tuelle : Pro­ces­sus avan­cé de veille avec ren­du syn­thé­tique sur un sujet avec la mise en pers­pec­tive des élé­ments de contexte.

    Une inno­va­tion : nou­vel objet ou nou­velle pra­tique amé­lio­rant l’existant [12].

    Méthode de réflexion

    Le pro­jet a été divi­sé en trois phases dont la der­nière est double :

    La phase état de l’art qui consiste en un emma­ga­si­ne­ment très court du maxi­mum d’informations sur la veille. Celle-ci per­met­tant de plon­ger dans ce sujet en pré­pa­rant les étapes sui­vantes du pro­jet et de défi­nir en un temps très court des objec­tifs inter­mé­diaires et de pro­po­ser un objec­tif de ren­du per­ti­nent. La phase inter­mé­diaire fût la plus chro­no­phage avec notam­ment la dif­fu­sion du son­dage et la dis­po­ni­bi­li­té des acteurs. La der­nière phase dite « double » repré­sente deux élé­ments dis­tincts dont les objec­tifs diffèrent :

    • Le pré­sent mémoire conte­nant les élé­ments prin­ci­paux du pro­jet et l’aboutissement par la mise en place concrète de ces élé­ments au CHANGE, éta­blis­se­ment accueil du stage.
    • Un article dans la revue IRBM News repre­nant ce tra­vail pour un par­tage communautaire.

    État de l’art de la veille technologique

    Référentiels

    Les acteurs de l’ingénierie bio­mé­di­cale ont décrit des bonnes pra­tiques et des guides pour mener à bien les mis­sions de l’ingénieur bio­mé­di­cal. La men­tion de la veille tech­no­lo­gique et régle­men­taire y est faite dans la plu­part d’entre eux :

    • Le Guide des Bonnes Pra­tiques Bio­mé­di­cales [8]
    • Le Guide des Bonnes Pra­tiques en Ingé­nie­rie Bio­mé­di­cale [9]
    • Les fiches métiers de l’AFIB [13], [14]
    • La car­to­gra­phie des pro­ces­sus de l’ANAP [15]
    • D’autres tra­vaux d’étudiant (stage, recherche, thèse professionnelle)
    GBPB 2002

    C’est dans le pre­mier guide des bonnes pra­tiques bio­mé­di­cal que l’on retrouve ce lien entre la veille tech­no­lo­gique et règle­men­taire avec l’ingénieur bio­mé­di­cal. La veille tech­no­lo­gique y est men­tion­née comme en lien avec la pro­cé­dure d’achat des dis­po­si­tifs médi­caux et per­met à l’ingénieur bio­mé­di­cal de se tenir infor­mé des évo­lu­tions et inno­va­tions exis­tantes sur le mar­ché et de doter au mieux son éta­blis­se­ment avec des équi­pe­ments actuels [8]. Cette notion retrou­vée dans le GBPB v2002 décrit la recherche d’information en amont d’un pro­jet et éta­blie per­ti­nem­ment le prin­cipe d’une veille « utile ».

    Ce sujet de la veille fût éga­le­ment déve­lop­pé au sein d’un ser­vice bio­mé­di­cal suisse en 2009 où l’objectif était de mettre en place une veille tech­no­lo­gique essen­tiel­le­ment en four­nis­sant aux ingé­nieurs des outils de ges­tion de l’information [16]. Il y est éga­le­ment fait men­tion de la norme AFNOR XP X 50-053 décri­vant un pro­ces­sus de veille théo­rique [10]. Un pas de plus pour la veille tech­no­lo­gique et régle­men­taire en ingé­nie­rie biomédicale.

    GBPIB 2011

    La mise à jour des bonnes pra­tiques apporte son lot de nou­veau­té et d’amélioration qui béné­fi­cient à la veille tech­no­lo­gique et régle­men­taire. En effet, la bonne pra­tique d’activité connexes : veille tech­no­lo­gique et régle­men­taire, à l’heure actuelle non-décrite en détail, montre bien l’importance de ce rôle [9].

    Fiches métiers et cartographie

    En 2015, L’AFIB pro­pose aux lec­teurs d’IRBM News ses fiches sur le métier d’ingénieur bio­mé­di­cal avec quelques élé­ments concrets sur la méthode de réa­li­sa­tion de la veille [13], [14] :

    • Assu­rer une veille continue
    • Déga­ger du temps pour la lecture
    • Groupe de tra­vail inter-établissement
    • Ren­du de veille
    • (…)

    Ces élé­ments prouvent encore une fois l’implication de l’AFIB pour ce sujet qu’est la veille.

    L’ANAP (Agence Natio­nale d'Appui à la Per­for­mance des éta­blis­se­ments de san­té et médi­co-sociaux) pro­pose éga­le­ment sa contri­bu­tion avec une car­to­gra­phie des pro­ces­sus en ingé­nie­rie bio­mé­di­cale repre­nant des élé­ments de réa­li­sa­tion de la veille inté­res­sants. Ces pro­ces­sus décrivent notam­ment l’évaluation à pos­te­rio­ri d’innovations acquises dans le cadre d’un tra­vail de veille [15].

    Ces notions et pro­po­si­tions de mana­ge­ment de la veille tech­no­lo­gique et régle­men­taire au sein d’un ser­vice bio­mé­di­cal sont per­ti­nentes et com­plé­men­taires. La com­pi­la­tion de ces don­nées per­met de construire de façon très théo­rique une méthode de veille appli­cable en ingé­nie­rie bio­mé­di­cale. Cepen­dant, il est impor­tant d’y incor­po­rer des élé­ments fai­sant leurs preuves en pra­tique, l’avis d’expert en veille docu­men­taire mais aus­si d’acteurs bio­mé­di­caux expérimentés.

    Appréciation des ingénieurs biomédicaux

    Premiers retours d’expérience

    Au tout début de la réflexion sur la veille, il était impor­tant d’avoir un pre­mier retour d’expérience libre de la part des ingé­nieurs. L’objectif était de com­prendre ce qu’était la veille, en pra­tique, pour un ingé­nieur bio­mé­di­cal tra­vaillant à l’hôpital.

    La remarque reve­nant à la majo­ri­té des entre­tiens était le manque de temps à accor­der pour la veille, non seule­ment par la mul­ti­pli­ci­té des mis­sions de l’ingénieur mais aus­si par le manque d’organisation de celle-ci. Les entre­tiens se sont sur­tout concen­trés autour des res­sources d’information. Il s’agit d’une des étapes les plus chro­no­phage d’une veille et encore plus en ingé­nie­rie bio­mé­di­cale où la res­source ne manque pas et est très diverse :

    • Congrès
    • Revues
    • Four­nis­seurs
    • Sites Web
    • Retours d’expérience
    • Recom­man­da­tions
    • (…)

    Ces res­sources sont toutes sin­gu­lières et ne pré­sentent pas d’interconnectivité, il est impos­sible de faire une recherche par mots-clefs sur l’ensemble des res­sources bio­mé­di­cales. Chaque source demande une méthode et un moyen dif­fé­rent pour l’interroger sur un sujet. 

    En fonc­tion de l’expérience au sein de son éta­blis­se­ment, un ingé­nieur bio­mé­di­cal aura plus de faci­li­té à échan­ger avec la direc­tion sur leurs objec­tifs et leurs choix de poli­tique. C’est éga­le­ment très dépen­dant de ‘l’organisation interne. 

    À la fin de ces entre­tiens, le constat fut que le sour­cing, la com­mu­ni­ca­tion, les don­nées et la rela­tion avec col­la­bo­ra­teur de l’hôpital n’étaient pas la source des dif­fi­cul­tés pour la réa­li­sa­tion d’une veille tech­no­lo­gique. Il s’agissait plu­tôt d’un manque de struc­ture de la méthode qui peut per­mettre de mettre en lien toutes ces com­pé­tences déjà pré­sentes dans un pro­ces­sus per­for­mant mon­trant des vrais résul­tats de veille. Pour cela, il fal­lait prendre du recul sur cette veille pour com­prendre les attentes des par­ties pre­nantes et les moyens à disposition.

    Création du sondage

    Pour incor­po­rer dans la théo­rie l’expérience et la pra­tique des ingé­nieurs bio­mé­di­caux hos­pi­ta­liers un son­dage a été construit et dif­fu­sé. D’abord, une lec­ture active et une ana­lyse des réfé­ren­tiels cités pré­cé­dem­ment a été réa­li­sée abou­tis­sant à un pro­to­cole de veille tech­no­lo­gique théo­rique. Celui-ci a beau­coup évo­lué depuis par l’ajout de la méthode des docu­men­ta­listes veilleurs du CHANGE et de l’UTC, des remarques et sug­ges­tions de nom­breux ingé­nieurs bio­mé­di­caux et par l’expérience vécue pen­dant le stage.

    Afin de plon­ger le son­dé dans le sujet et don­ner un fil direc­teur pour ali­men­ter sa réflexion, les dif­fé­rentes ques­tions du son­dage sui­vaient à la lettre les étapes théo­riques de la veille. Elles étaient répar­ties en deux grandes parties :

    • Pré­pa­ra­tion et infor­ma­tions : ques­tions sur l’organisation de la veille dans le ser­vice et les res­sources utilisées.
    • Ana­lyse et trans­mis­sion : ce qu’il en est fait ensuite, les per­sonnes impli­quées et le for­mat des ren­dus (si existant).

    L’ingénieur éva­luait sa méthode de veille selon plu­sieurs cri­tères éta­blis et avait l’opportunité de lais­ser à la fin son avis sur les axes prio­ri­taires et remarques sur le sujet.

    Après une ver­sion pre­mière ver­sion tes­tée, le son­dage a été dif­fu­sé dans son for­mat défi­ni­tif le 14 avril 2021. Au 21 juin 2021 126 ingé­nieurs bio­mé­di­caux de plu­sieurs éta­blis­se­ments répar­tis en France et en Suisse ont répon­du aux ques­tions. La repré­sen­ta­ti­vi­té des dif­fé­rents pro­fils d’établissements (CHU, Grand CH, CH) est satis­fai­sante (Figure 5)avec en des avis d’ingénieurs bio­mé­di­caux débu­tants comme expé­ri­men­tés. Par ailleurs, peu importe la situa­tion des ingé­nieurs (en CHU ou petit CH) le juge­ment sur la méthode de veille montre la même nota­tion : 3,5 /8 en moyenne. Sur les autres ques­tions concer­nant la méthode de réa­li­sa­tion sur la veille, il n'y a pas de cor­ré­la­tion entre la situa­tion de l’ingénieur et son envi­ron­ne­ment de travail.

    Figure 5 Répartition des ingénieurs répondant selon le type d'établissement (Source : Auteur)
    Bilan suite au sondage

    Comme men­tion­né pré­cé­dem­ment, la veille tech­no­lo­gique inté­resse beau­coup les ingé­nieurs bio­mé­di­caux et fait par­tie des sujets prin­ci­paux au sein de l’AFIB. Or, le son­dage dif­fu­sé aux ingé­nieurs bio­mé­di­caux révèle une cer­taine frus­tra­tion de la part des ingé­nieurs bio­mé­di­caux. Ils estiment que leur tra­vail de veille tech­no­lo­gique n’est pas opti­mal, trop chro­no­phage et qu’il serait temps que cette facette de l’ingénierie bio­mé­di­cale se pro­fes­sion­na­lise. Une veille mieux pré­pa­rée semble ame­ner une meilleure satis­fac­tion du tra­vail réa­li­sé, et donc plus de béné­fices (Figure 4).

    Figure 6 Graphique de relation entre la préparation et la satisfaction du travail de veille (Source : Auteur)

    Les réponses aux son­dages ont été construc­tives et ont per­mis de consi­dé­rer les réa­li­tés de ter­rain et les enjeux com­muns aux ingé­nieurs tra­vaillant à l’hôpital. Pen­dant toute la période de réflexion sur la méthode de réa­li­sa­tion de la veille au ser­vice bio­mé­di­cal, les points sou­le­vés, les remarques et les retours d’expérience ont per­mis d’alimenter en idées ce projet.

    Il est impor­tant ici de remer­cier les ingé­nieurs qui ont pris de leur temps pour y répondre.

    Accès aux informations

    Selon les avis du son­dage, le fac­teur limi­tant n’est pas l’absence d’accès à l’information puisque les ingé­nieurs ont majo­ri­tai­re­ment accès aux évè­ne­ments impor­tant de la pro­fes­sion (congrès, webi­nars, groupes régio­naux...) ain­si que les revues incon­tour­nables (Figure 7).

    Le juge­ment et la prise de recul lors de la récep­tion des infor­ma­tions font par­tie des com­pé­tences des ingé­nieurs. La source d’information étant par­fois par­tial, il est néces­saire de croi­ser les don­nées afin d’en tirer les conclu­sions vraies. C’est d’autant plus vrai que les ingé­nieurs bio­mé­di­caux ren­contrent les four­nis­seurs des équipements.

    Une autre source d’information inté­res­sante et très qua­li­ta­tive sur le plan cli­nique est l’avis du per­son­nel soi­gnant. Actuel­le­ment sol­li­ci­té uni­que­ment dans le cadre d’un pro­jet, un quart des ingé­nieurs a pour­tant pris l’habitude de ren­con­trer les équipes afin d’échanger sur les éven­tuelles nou­velles pra­tiques. Poten­tiel­le­ment, il est per­ti­nent de pro­fi­ter de la réa­li­sa­tion du plan d’équipement et la ren­contre des équipes pour échan­ger sur ce sujet.

    Cepen­dant, il est impor­tant de noter que l’accès à l’information ne signi­fie pas l’analyse et le trai­te­ment de celle-ci. Cette remarque reflète bien le tra­vail de veille comme une suc­ces­sion d’actions visant la don­née utile, néces­si­tant à l’origine une mul­ti­tude d’information à synthétiser.

    Figure 7 Graphique réponse de cinq questions phares du sondage sur la veille en ingénierie biomédicale (Source : Auteur)
    Point fort : Passation d’information

    Sans par­ler ici d’un compte ren­du de veille, l’information cap­té par les acteurs de l’ingénierie bio­mé­di­cale ne semble pas res­ter muette. Celle-ci a plu­tôt ten­dance à rebon­dir de façon infor­melle aux par­ties pre­nantes. 70% de l’information sur un nou­vel acte poten­tiel à l’établissement se retrouve être trans­mis à la cel­lule-médi­co-éco­no­mique, exemple par­mi les réponses issues du sondage.

    Variabilité d’organisation des services biomédicaux

    L’objectif n’est pas uni­que­ment cen­tré sur une appli­ca­tion au CHANGE. Pour tou­cher le plus grand nombre il est néces­saire de prendre en consi­dé­ra­tion les dif­fé­rences entre ser­vices bio­mé­di­caux. Ils sont tous de taille et d’organisation dif­fé­rentes selon l’établissement dont ils font par­tie. Il faut pro­po­ser des pistes d’amélioration appli­cables autant dans les gros éta­blis­se­ments que dans les plus modestes, en pro­fi­tant notam­ment de l’organisation des GHT.

    Les résul­tats du son­dage montrent l’intérêt d’une mutua­li­sa­tion des com­pé­tences et du temps humains. Pour 30% des ingé­nieurs son­dés, le tra­vail de veille ne peut être répar­tis entre les ingé­nieurs en poste d’un même éta­blis­se­ment, puisque seul sur site. Il est donc inté­res­sant d’organiser à l’échelle régio­nale des points d’échange entre éta­blis­se­ment pour ini­tier une démarche de col­la­bo­ra­tion sur le sujet de la veille technologique.

    III Développement de la méthode de veille en ingénierie biomédicale

    La com­pi­la­tion des don­nées biblio­gra­phiques et les résul­tats du son­dage per­mettent d’établir une méthode de veille en ingé­nie­rie bio­mé­di­cale, faire le lien avec les élé­ments gra­vi­tant autour peut la rendre performante.

    Contexte du secteur hospitalier

    Les orga­nismes de san­té jouent éga­le­ment un rôle impor­tant dans l’orientation de l’offre des soins ter­ri­to­riaux. Connaître le contexte de l’établissement vis-à-vis de l’ARS va per­mettre de cibler les sujets impor­tants, ces mêmes sujets que devra trai­ter la veille.

    Les déci­sions prisent par les ins­tances admi­nis­tra­tives hos­pi­ta­lières ont un impact direct sur les acti­vi­tés du ser­vice bio­mé­di­cal. Ils éta­blissent les pro­jets majeurs qui ani­me­ront la dyna­mique de l’établissement pour plu­sieurs années et donc les pro­jets menés par les acteurs biomédicaux.

    La veille doit tenir compte des choix de poli­tique et des moyens dis­po­nibles pour son éta­blis­se­ment, sans quoi son ciblage sera mau­vais avec des résul­tats inex­ploi­tables. Pou­voir se tenir au cou­rant des sujets de dis­cus­sion et com­prendre l’environnement où le ser­vice bio­mé­di­cal évo­lue est essentiel.

    Parties prenantes

    Le ser­vice bio­mé­di­cal se trouve à l’interface entre les ser­vices de soins (chef de pôle, cadre, soi­gnants …) et la direc­tion géné­rale. Les actions menées par le ser­vice bio­mé­di­cal répondent aux objec­tifs de ces deux enti­tés avec comme objec­tif com­mun d’améliorer la prise en charge du patient dans son éta­blis­se­ment hospitalier.

    Cha­cune des par­ties pre­nantes ont des attentes, expri­mées ou non. Ils ont besoin des acteurs bio­mé­di­caux pour répondre à leurs ques­tions de façon objec­tive et éclai­rée. La prise en compte de leur méthode de tra­vail, pou­vant se faire via une veille orga­ni­sa­tion­nelle, est impor­tante pour aug­men­ter la per­ti­nence des ren­dus pro­duits par une veille biomédicale.

    La méthode

    Par sou­cis de clar­té, la méthode de veille décrite ci-après est divi­sée en trois par­ties (Figure 8). Chaque par­tie est réa­li­sée par un acteur interne du ser­vice bio­mé­di­cal dif­fé­rent et dépendent des résul­tats pré­cé­dents pour être menée à bien. Cette méthode peut être assi­mi­lée à une bonne pra­tique de veille tech­no­lo­gique en ingé­nie­rie bio­mé­di­cale hos­pi­ta­lière, c’est pour­quoi sa des­crip­tion reste géné­rique afin de s’adapter au plus grand nombre. Dans le cha­pitre sui­vant du mémoire, cette méthode appli­quée au ser­vice bio­mé­di­cal du CHANGE don­ne­ra une des­crip­tion plus concrète de la mise en place de cette veille.

    Figure 8 Schéma synthétique de la méthode théorique de veille par le service biomédical (Source : Auteur)

    Pilotage de la veille

    Stratégie de veille technologique

    Au sein de l’équipe bio­mé­di­cale, un coor­di­na­teur de veille est dési­gné afin d’organiser et pilo­ter la veille dans sa glo­ba­li­té. Il sera la per­sonne réfé­rente en veille afin de conser­ver une struc­ture de tra­vail per­for­mante dans l’établissement et au-delà.

    Afin de défi­nir une stra­té­gie, il réunit les acteurs directs de la veille au sein de son ser­vice avec une équipe de direc­tion (dont la direc­tion médi­cale) au cou­rant du contexte et de la poli­tique de l’établissement. Ils défi­nissent par concer­ta­tion les sujets à trai­ter par ordre de prio­ri­té et selon les dates de fins de pro­jets défi­nies. La réflexion se fait éga­le­ment en asso­cia­tion avec les dif­fé­rents plans d’investissement, de main­te­nance et de renou­vel­le­ment. Cet échange doit être répé­té dans le temps pour syn­chro­ni­ser ces élé­ments de contexte avec le tra­vail réa­li­sé en veille. La stra­té­gie doit éga­le­ment béné­fi­cier du tra­vail de recen­se­ment des besoins des ser­vices de soins pour y implé­men­ter des sujets.

    Pour aug­men­ter la réac­ti­vi­té d’adaptation de la veille, il est néces­saire qu’un canal direct puisse exis­ter entre les équipes de direc­tion et médi­cales per­mettent d’ajouter un sujet impor­tant à cette stra­té­gie. Éga­le­ment, le coor­di­na­teur de veille se doit de res­ter vigi­lant sur une éven­tuelle évo­lu­tion notable de la situa­tion de l’établissement ou des par­ties pre­nantes externes.

    Le tra­vail de veille étant poten­tiel­le­ment lourd à réa­li­ser, il est impor­tant de le repar­tir entre les dif­fé­rents acteurs du ser­vice bio­mé­di­cal. Cela ne signi­fie pas un cloi­son­ne­ment mais une res­pon­sa­bi­li­sa­tion du sujet pris en charge par une per­sonne ou un groupe. Le coor­di­na­teur de ce tra­vail est en charge de suivre l’avancer de la veille et de relan­cer régu­liè­re­ment ses collaborateurs.

    Management des données

    Le coor­di­na­teur de veille fait le bilan des res­sources dis­po­nibles. Il sélec­tionne les res­sources les plus per­ti­nentes et de bonne qua­li­té qui seront néces­saires au sui­vi des sujets défi­nis pré­cé­dem­ment et éga­le­ment du domaine bio­mé­di­cal en géné­ral. Afin de faci­li­ter l’accès à ces res­sources, il met en place des flux d’entrée via les outils à disposition.

    Le choix des res­sources est l’un des piliers impor­tants de la veille. Il existe de nom­breuses res­sources qu’il est impor­tant de juger selon l’originalité du conte­nu, sa vrai­sem­blance et les sources cités [16]. Il est d’ailleurs pri­mor­dial de trai­ter une res­source fiable, ori­gi­nale et docu­men­tée comme une pépite [11].

    Dans un but de coor­di­na­tion des acteurs de la veille, il met éga­le­ment en place une base docu­men­taire infor­ma­tique selon les moyens à dis­po­si­tion afin de réunir au même endroit les don­nées bruts clas­sées selon le domaine, le sujet et la nature de la ressource.

    Après cette pre­mière étape pré­li­mi­naire, mise à jour régu­liè­re­ment, l’équipe bio­mé­di­cale dis­po­se­ra d’un pro­gramme de veille défi­nis­sant les sujets impor­tants, les res­sources dis­po­nibles et une base de don­nées de tra­vail à disposition.

    Figure 9 Synthèse de l'étape de pilotagede la veille (Source : Auteur)

    Veille et synthèse

    Cette étape est au cœur de cette méthode veille. Les com­pé­tences pour mener à bien cette action sont déjà pré­sentes dans les ser­vices biomédicaux.

    A par­tir des élé­ments pré­cé­dents, le char­gé ou le groupe de tra­vail de veille sur un sujet com­mence le tra­vail de recherche d’information à par­tir des res­sources dis­po­nibles. Il peut ain­si ali­men­ter la base de don­nées men­tion­né pré­cé­dem­ment par les docu­ments inté­res­sants mais éga­le­ment en y incor­po­rant sa prise de note.

    Alors même que le tra­vail de col­lecte est en cours, il est néces­saire d’anticiper l’étape sui­vante de syn­thèse de ces infor­ma­tions inté­res­santes et per­ti­nentes en infor­ma­tions utiles. La rédac­tion d’une note de syn­thèse rapide devient essen­tielle pour créer ce lien avec le contexte de l’établissement et ces enjeux. C'est un pro­ces­sus d’analyse de ces don­nées per­met­tant une double finalité :

    • Prendre conscience d’une tech­no­lo­gie, une pra­tique ou une inno­va­tion pou­vant avoir un impact béné­fique sur les acti­vi­tés de son éta­blis­se­ment de san­té tout en se pro­je­tant sur la fai­sa­bi­li­té d’un tel projet.
    • Mettre en évi­dence les infor­ma­tions man­quantes pour recher­cher d’autres données.

    Il est éga­le­ment impor­tant de pla­ni­fier ce tra­vail de veille en seg­men­tant les cré­neaux de recherche pour les répar­tir dans le temps et en aug­men­ter le résultat.

    Après un ou plu­sieurs cycles de col­lecte et d’analyse des infor­ma­tions, un compte ren­du fai­sant le lien entre les infor­ma­tions utiles sur une poten­tielle inno­va­tion, une étude de fai­sa­bi­li­té pri­maire, un lien avec le contexte et la poli­tique de l’établissement et le poten­tiel gain au glo­bal per­met­tra de faire le lien avec les par­ties pre­nantes. C’est à la fin de cette étape que les oppor­tu­ni­tés d’innovations concrètes appa­raissent, avec l'apparition des don­nées utilisables.

    Figure 10 Synthèse de l'étape de traitement des données (Source : Auteur)

    Diffusion

    Un compte ren­du de veille tech­no­lo­gique sur un sujet d’actualité apporte aux ins­tances déci­sion­nelles des élé­ments essen­tiels d’éclaircissement. L’acteur bio­mé­di­cal devient alors actif dans le pro­ces­sus déci­sion­nel de son éta­blis­se­ment en pro­po­sant un véri­table rôle de consul­tant tech­no­lo­gique, impli­qué dans les enjeux de san­té, finan­ciers, de sécu­ri­té (…). Il s’agit de l’étape finale de la veille où l’information qui en res­sort est utilisée.

    La mesure de la per­for­mance de la méthode veille peut être réa­li­sée par com­pa­rai­son entre les moyens mis en œuvre, les res­sources uti­li­sées et le temps consa­cré face au carac­tère uti­li­sé du résul­tat de veille.

    Il est impor­tant éga­le­ment d’entretenir le par­tage d’information infor­mel. Il est cou­rant pour l’ingénieur res­pon­sable d’un pro­jet d’échanger avec le per­son­nel soi­gnant sur des sujets tech­niques. L’apport d’éléments issus de la veille peut per­mettre un retour d’information per­ti­nent et l’émergence d’une nou­velle donnée.

    La dif­fu­sion du résul­tat de la veille peut elle aus­si être pla­ni­fiée selon un calen­drier pré­dé­fi­ni en adé­qua­tion avec le flux des déci­sions ou selon un modèle plus simple sans contrainte tem­po­relle. La méthode de dif­fu­sion doit aus­si être adé­quate pour que la récep­tion de ces infor­ma­tions s’inscrive natu­rel­le­ment dans la trans­mis­sion de l’information au sein de l’établissement.

    La cohé­sion entre les acteurs de l'ingénierie bio­mé­di­cale est une force à entre­te­nir. Le tra­vail d’un ser­vice iso­lé peut béné­fi­cier très lar­ge­ment aux autres ser­vices. L’objectif est donc de dif­fu­ser un retour d’expérience basé sur le tra­vail de veille en amont avec en plus un témoi­gnage com­plet sur une inno­va­tion acquise.

    Les béné­fices de cette col­la­bo­ra­tion à plus grande échelle serait une meilleure cou­ver­ture des actua­li­tés bio­mé­di­cales et inno­va­tions nou­velles avec un gain de temps consi­dé­rable pour les indi­vi­dus. Cha­cun béné­fi­ciant du tra­vail de recherche des autres pour venir le com­plé­ter par son expé­rience et ses connaissances.

     IV Mise en pratique au CHANGE

    Une mise en pra­tique des notions pré­cé­dentes de méthode de veille tech­no­lo­gique dans un ser­vice bio­mé­di­cal demande d’abord l’approbation de ces acteurs. Il s’agit de l’addition d’un rôle sup­plé­men­taire au sein de son éta­blis­se­ment qui demande un inves­tis­se­ment per­son­nel. Il est impor­tant que cha­cun puisse adhé­rer à cette idée et être convain­cu de l’intérêt de ce projet.

    Éga­le­ment, les par­ties pre­nantes que sont la direc­tion (en par­ti­cu­lier les acteurs de la DALI et la coor­di­na­trice DALI/DS) et les équipes soi­gnantes ont leur rôle à jouer. L’expression de leurs besoins et de leurs attentes demande un tra­vail sup­plé­men­taire mais pour­tant indis­pen­sable. La per­for­mance de la veille mise en place dépend beau­coup de la qua­li­té per­çue des béné­fi­ciaires [10].

    Adaptation de la méthode au CHANGE

    La pré­sen­ta­tion de l’aspect théo­rique ci-des­sus à l’ensemble de l’équipe d’ingénieur a mon­tré les axes prio­ri­taires à explo­rer afin de débu­ter cette mise en place. Il ne s’agit pas de mettre en place direc­te­ment tous les aspects de la méthode de veille mais bien de la frag­men­ter en implé­men­tant les pro­ces­sus progressivement.

    L’étape pré­li­mi­naire de pré­pa­ra­tion est per­çue comme per­ti­nente et indis­pen­sable. Ce rôle m’est confié dans un pre­mier temps puis sera trans­fé­ré à l’un des ingé­nieurs à mon départ, ingé­nieur deve­nant donc pilote de la veille.

    Les débats se sont concen­trés autour de l’étape au centre de la méthode de veille, celle de la recherche et l’analyse des don­nées. L’idée ici et de mettre en place deux cir­cuits de tra­vail de veille se rap­pro­chant de la théo­rie basique du pro­ces­sus de veille mais en la vul­ga­ri­sant selon deux termes reflé­tant la quan­ti­té de tra­vail néces­saire (Figure 11):

    • La veille dite “légère” cor­res­pon­dant en théo­rie à la veille conti­nue consiste en une recherche récur­rente et peu chro­no­phage avec une ana­lyse basique per­met­tant de gagner en infor­ma­tions avec un faible impact sur le temps humain.
    • La veille dite “lourde” cor­res­pon­dant en théo­rie à la veille ponc­tuelle se trouve en aval de la veille pré­cé­dente et est déclen­ché lorsqu’un sujet vient en réson­nance avec le contexte de l’établissement.
    Figure 11 Synthèse de l'adaptation de l'étape d'analyse des données au CHANGE (Source : Auteur)

    Sans par­ler de sim­pli­fi­ca­tion de la méthode, l’adaptation de la struc­ture des pro­ces­sus per­met d’implémenter pro­gres­si­ve­ment un cadre adap­té au tra­vail de veille. Le coor­di­na­teur peut donc moti­ver les acteurs et relan­cer les sujets si besoin.

    L’objectif était ici d’accompagner le chan­ge­ment. La contrainte d’une mise en place de la veille est frag­men­tée selon les prio­ri­tés choi­sies par les acteurs ain­si elle est faci­li­tée. Il sera envi­sa­geable ensuite de pour­suivre la démarche en y incor­po­rant des élé­ments au fil de l’eau.

    Actions mise en place

    La stratégie

    L’élaboration de la stra­té­gie de veille, pour­tant consi­dé­rée incon­tour­nable par 88% des ingé­nieurs n’est que peu réa­li­sé en pra­tique : 10% par­fai­te­ment et 30% Impar­fai­te­ment. Pour débu­ter la veille bio­mé­di­cale au CHANGE, les ingé­nieurs ont d’abord échan­gé sur les sujets poten­tiel­le­ment à suivre pen­dant l’année. La réflexion a été faite sur les don­nées du plan d’équipement mais sur­tout du plan plu­ri­an­nuel d’investissement.

    Quelques exemples des sujets per­ti­nents à suivre :

    • Neu­ro­lo­gie et Car­dio­lo­gie (inté­rêt pour le CHANGE étant évo­lué sur ce plan)
    • Soins cri­tiques et réani­ma­tion (contexte actuel de la COVID19)
    • Flux patient (ouver­ture pro­chaine de nou­veau bâtiment)
    • Ima­ge­rie inter­ven­tion­nelle (renou­vel­le­ment prochain)

    Dans un second temps, un entre­tien rapide avec la direc­trice de la DALI et la coor­di­na­trice pro­jets (DALI/DS) a été requis pour dis­cu­ter de la prio­ri­sa­tion des sujets impor­tants et éga­le­ment pour obte­nir leurs attentes en terme de veille tech­no­lo­gique bio­mé­di­cale. Cepen­dant, les pro­jets du nou­veau CHANGE ont retar­dé cette rencontre.

    L’objectif pour le ser­vice bio­mé­di­cal est d’être infor­mé des pro­jets médi­caux en cours d’étude par les autres cel­lules de l’hôpital et des orien­ta­tions futures de la direc­tion géné­rale. Éga­le­ment, il est per­ti­nent d’établir un lien de com­mu­ni­ca­tion direct avec le coor­di­na­teur de veille pour inté­grer dans la stra­té­gie des sujets nou­veaux et urgents.

    Préparation et développement des outils

    Ressources d’information

    En croi­sant les don­nées issues du son­dage et les abon­ne­ments dis­po­nibles dans l’établissement, voi­ci la liste des revues ou jour­naux qui sont inclus dans le tra­vail de veille technologique :

    • IRBM News
    • Tech­niques Hospitalières
    • Le Mani­pu­la­teur d’imagerie médi­cale et radiothérapie
    • Doc­teur Imago
    • Jour­nal de Chi­rur­gie Viscérale
    • Anes­thé­sie & Réanimation
    • Revue fran­co­phone des laboratoires
    • Revue de bio­lo­gie médicale
    • Option Bio
    • Revue médi­cale suisse
    • Le p'tit Biomed
    • D'autres sites inter­net spé­cia­li­sé ima­ge­rie et autres dispositifs

    Le centre de docu­men­ta­tion du CHANGE est un atout pour le ser­vice bio­mé­di­cal. Il s’agit d’une struc­ture docu­men­taire à dis­po­si­tion de l’IFSI mais éga­le­ment de tous les employés du centre hos­pi­ta­lier. Deux docu­men­ta­listes entre­tiennent une base docu­men­taire et pro­pose des ser­vices tels que la veille sur des sujets spécifiques.

    Après plu­sieurs échanges il était pos­sible de faire par­ve­nir par mail les som­maires de nom­breuses revues poten­tiel­le­ment inté­res­santes pour la veille tech­no­lo­gique. Il sera éga­le­ment envoyé au ser­vice bio­mé­di­cal cer­taines actua­li­tés du domaine bio­mé­di­cal déjà sui­vies par le centre documentation.

    Au sein du ser­vice, l’accès aux infor­ma­tions et l’utilisation de celle-ci était infor­mel mais exis­tant. Les ingé­nieurs en poste ont mis en place intui­ti­ve­ment des outils pour se tenir infor­més de cer­taines actua­li­tés du sec­teur par le biais de news­let­ters, abon­ne­ments aux revues ou réseaux pro­fes­sion­nels. Le but ici pour un coor­di­na­teur de veille est de for­ma­li­ser les outils en place comme des outils à des­ti­na­tion du ser­vice. Ain­si, les ingé­nieurs met­tront en com­mun les infor­ma­tions leur parvenant.

    L’agrégation des flux d’information est un véri­table gain de temps pour le veilleur. Il existe plu­sieurs outils gra­tuits ou payants capable de réunir au même endroit dif­fé­rents flux d’information sélec­tion­nés au préa­lable (Wake­let, Inorea­der, Feed­Spot …). L’outil choi­sit ici est le site inter­net Net­vibes (Figure 12), simple et gra­tuit [17]. Il per­met d’y agré­ger des flux RSS mais éga­le­ment d’y ajou­ter une fenêtre WEB d’un site inter­net choi­si, tout cela répar­ti en plu­sieurs onglets dont voi­ci un exemple sur la figure 12.

    Il était néces­saire de déve­lop­per la liste des res­sources dis­po­nibles aux acteurs du ser­vice pour dans un second temps déve­lop­per une base de don­nées adap­tée à cha­cun, faci­li­tant l’accès et le par­tage des données.

    Figure 10 Capture d'écran du portail de veille réalisé sur Netvibes (Source :[17])

    La mise en place de ces outils étant récente dans le flux de tra­vail des ingé­nieurs du ser­vice, il n’a pas encore été mesu­ré d’indicateurs de temps de recherche. Ce retour sera effec­tué à pos­té­rio­ri par le coor­di­na­teur de veille du service.

    Gestion de l’information

    Pour intro­duire la pra­tique actuelle de la veille dans le ser­vice, il était impor­tant de conser­ver les outils déjà bien en place dans la pra­tique des ingé­nieurs. L’étape sui­vante consiste donc à recla­ri­fier la base docu­men­taire exis­tante sur le dos­sier par­ta­gé infor­ma­tique pour mettre en place rapi­de­ment une col­la­bo­ra­tion dans le ser­vice. D’abord il faut éta­blir une logique d’arborescence qui dépend de l’organisation des pro­jets gérée par le ser­vice mis éga­le­ment selon l’organisation de l’établissement. Pour le CHANGE, la meilleure solu­tion est de se caler sur les domaines tech­niques (ima­ge­rie, labo­ra­toire, radio­thé­ra­pie, bloc opé­ra­toire, …) puis d’y détailler ensuite le type d’installation ou d’équipement. Il est pos­sible d'ajouter un dos­sier pro­jet en cours afin d’y regrou­per les recherches en cours.

    Grâce à la pré­sence d’un espace de sto­ckage dédié au bio­mé­di­cal, les ingé­nieurs avaient spon­ta­né­ment créé une base de don­née simple regrou­pée par sujet ou pro­jet. Elle y recense des échanges de mail, des docu­ments PDF et prises de note. Cette base est reprise dans le réper­toire com­mun à tout le ser­vice (y com­pris aux tech­ni­ciens) et est orga­ni­sée ainsi :

    • Thèmes en cor­res­pon­dance avec le site inter­net de l’AFIB
      • Domaines tech­niques
        • Dos­siers pro­jets facultatifs

    Dans cha­cun des dos­siers, la nomen­cla­ture des docu­ments pré­sents per­met la dis­tinc­tion et le tri des infor­ma­tions (fond et forme) pour faci­li­ter la recherche de fichier. Il est néces­saire que les docu­ments soient nom­més par année, type et titre. La codi­fi­ca­tion est encore à déter­mi­ner au sein du service.

    Analyse et rendu de veille

    L’analyse des don­nées cumu­lées sur un sujet est déclen­chée lorsqu’un lien concret avec les sujets éta­blis ou le contexte de l’établissement le requiert. Dans ce cas, le veilleur peut incor­po­rer des notes ou les rédi­ger dans un docu­ment texte direc­te­ment sur la base de don­nées. Ici, c’est bien une plus-value qui est créée. Cette don­née sera capi­ta­li­sée et pour­ra être uti­li­sée par une autre per­sonne du ser­vice dans le cadre d’un pro­jet ou d’une recherche.

    C’est cette étape ultime de la veille que les ingé­nieurs estiment réa­li­ser le moins : celle de la rédac­tion de la syn­thèse voir du rap­port de veille. En effet, seul 13 % des ingé­nieurs bio­mé­di­caux déclarent pro­duisent un ren­du de leur tra­vail de veille dont très peu sous une forme for­ma­li­sée dans l’établissement (exemple : fiche pro­jet, note de syn­thèse, empla­ce­ment décrit dans un pro­ces­sus qualité).

    C’est pour­quoi pour faci­li­ter ce tra­vail, il a été pro­po­sé de créer une fiche for­ma­li­sée repre­nant plu­sieurs élé­ments impor­tants à inclure pour que ces infor­ma­tions soient per­ti­nentes. L’idée est qu’après une lec­ture et ana­lyse, rem­plir cette fiche ne soit pas chro­no­phage pour le veilleur. Le for­mat et le conte­nu de cette fiche est encore à éta­blir avec les par­ties prenantes.

    V Expériences tirées de ce stage

    Qu’est-ce qu’un ingénieur biomédical hospitalier ?

    Le ser­vice bio­mé­di­cal occupe une place bien par­ti­cu­lière au sein d’un éta­blis­se­ment de san­té. Ses actions touchent à l’organisation de l’investissement finan­cier jusqu’à la sécu­ri­té d’un dis­po­si­tif en ser­vice de soin. L’envie de pro­gres­ser fait que l’ingénieur veuille veiller à la bonne réa­li­sa­tion de son rôle tout en élar­gis­sant ses com­pé­tences jusqu’à conseiller ses col­la­bo­ra­teurs dans leurs choix.

    Les acti­vi­tés de l’ingénieur bio­mé­di­cal hos­pi­ta­lier demandent beau­coup d’organisation et de pla­ni­fi­ca­tion. Il est res­pon­sable de nom­breux pro­jets et son exper­tise est essen­tiel pour les mener à bien. Autant sur l’aspect finan­cier, sur la logis­tique, sur l’implantation et l’exploitation. Il ne faut pas oublier qu’il est le garant de la sécu­ri­té de ces appa­reils. Cette notion de prio­ri­sa­tion des tâches, tout comme celle de l’acquisition des dis­po­si­tifs médi­caux, est donc primordiale.

    Les inter­lo­cu­teurs du ser­vice bio­mé­di­cal apportent éga­le­ment beau­coup à l’intérêt du métier. Les pro­blé­ma­tiques de cha­cun sont toutes dif­fé­rentes mais abou­tissent inévi­ta­ble­ment sur le même objec­tif de la qua­li­té et l’offre de soin. C’est pour­quoi il est impor­tant d’être à l’écoute et de prendre en consi­dé­ra­tion chaque échange.

    L’ingénieur bio­mé­di­cal est donc un coor­di­na­teur et meneur de pro­jet en même temps qu’un expert des dis­po­si­tifs médi­caux. Son rôle est de plus en plus capi­tal à l’hôpital avec un domaine de plus en plus technologique.

    Mission annexe : gestion de stock

    Ce pas­sage au ser­vice bio­mé­di­cal du CHANGE a été une oppor­tu­ni­té d’appliquer cer­tains des ensei­gne­ments de l’UTC. Une pro­blé­ma­tique de ges­tion de stock au maga­sin bio­mé­di­cal était à résoudre, l’objectif étant de sécu­ri­ser l’approvisionnement des pro­duits et consom­mables du maga­sin tout en fai­sant face au manque d’espace et de moyen informatique.

    Après un tra­vail achar­né sur plu­sieurs bases de don­nées et plu­sieurs échanges avec les acteurs de la logis­tique à l’hôpital, il a été pos­sible de coor­don­ner les forces humaines dans une même direc­tion. Ce rôle de mana­geur du chan­ge­ment était instructif.

    Pour le ser­vice bio­mé­di­cal, la ges­tion de stock par KANBAN a été choi­si pour son côté visuel et attrac­tif. Les cal­culs de seuil de com­mande et de stock de sécu­ri­té sont encore en phase de test mais pro­mettent une cla­ri­fi­ca­tion et un gain pour le ser­vice inté­res­sant. Sans les ensei­gne­ments infor­ma­tiques reçues à l’UTC, ces solu­tions m’auraient été inconnues.

    Conclusion

    Dans un éta­blis­se­ment de san­té, l'ingénierie bio­mé­di­cale regroupe l’expertise tech­no­lo­gique et règle­men­taire des appa­reils et dis­po­si­tifs médi­caux. Ces acteurs jouent donc un rôle impor­tant dans la qua­li­té des soins pro­mul­gués aux patients et se doivent d’être au cou­rant des inno­va­tions et avan­cées du domaine.

    C’est pour­quoi la veille tech­no­lo­gique en ingé­nie­rie bio­mé­di­cale est un sujet au cœur des dis­cus­sions entre ingé­nieurs et c’est là son plus grand atout. Avec cette pro­po­si­tion, un ser­vice peut envi­sa­ger la mise en place d’une veille tech­no­lo­gique, régle­men­taire ou autre à par­tir des élé­ments décrit et témoi­gnages de ce mémoire. Il appar­tient donc à cha­cun des coor­di­na­teurs de veille de prio­ri­ser ce tra­vail en fonc­tion du contexte et des moyens de son établissement.

    La com­mu­nau­té des ingé­nieurs bio­mé­di­caux hos­pi­ta­liers est la clé pour orga­ni­ser une veille bio­mé­di­cale à grande échelle qui serait au ser­vice de tous. Les res­sources, les ren­contres et la moti­va­tion existent déjà, il ne manque plus que l’outil qui vien­dra mettre en com­mun ces com­pé­tences. Cha­cun des ser­vices bio­mé­di­caux se doit d’organiser sa veille autour des sujets et pro­jets qui animent son éta­blis­se­ment, mais la coopé­ra­tion pour­ra per­mettre d’aller plus loin (GHT, groupes régio­naux, AFIB, …).

    Bibliographie

    [1] F.-X. Schweyer et J.-L. Metzger, « Entre profession, organisation et marché : le cas des ingénieurs biomédicaux hospitaliers », Revue française des affaires sociales, no 1, p. 183‑205, 2005, Consulté le : 27 juin 2021. [En ligne]. Disponible sur : https://www.cairn.info/revue-francaise-des-affaires-sociales-2005-1-page-183.htm
    [2] « AFIB, Association Française des Ingénieurs Biomédicaux ». https://www.afib.asso.fr/ (consulté le 22 février 2021).
    [3] IRBM News. Consulté le : 27 Juin 2021. [En ligne]. Disponible sur : https://www.journals.elsevier.com/irbm-news
    [4] « Centre hospitalier Annecy Genevois », Wikipédia. Consulté le : 27 juin 2021. [En ligne]. Disponible sur : https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Centre_hospitalier_Annecy_Genevois&oldid=173635117
    [5] Service communication du CHANGE, « Site internet du CH Annecy Genevois ». https://www.ch-annecygenevois.fr/fr/node (consulté le juin 27, 2021).
    [6] « GHT Haute Savoie – Pays de Gex - Fiche d’identité de l’établissement ». https://www.reseau-hopital-ght.fr/tous-les-ght/ght-genevois-annecy-albanais.html?nentityname=GHT%20GENEVOIS%20ANNECY%20ALBANAIS&nid=141-175 (consulté le juin 27, 2021).
    [7] « Panorama des entreprises du dispositif médical en 2017 », Snitem. https://www.snitem.fr/publications/guides-et-documents-de-reference/nouveau-panorama-des-entreprises-du-dispositif-medical-en-2017/ (consulté le juin 27, 2021).
    [8] G. Farges, G. Wahart, Denax Jean-Marc, et Métayer Hubert, « Guide des Bonnes Pratiques Biomédicales en Etablissement de Santé », ITBM-RBM News, vol. 23, no supp. 2, p. 23s‑52s, nov. 2002, Consulté le : 22 février 2021. [En ligne]. Disponible sur : https://www.sciencedirect.com/science_ob=ArticleListURL&_method=list&_ArticleListID=-138910877&_sort=r&_st=13&view=c&_acct=C000032638&_version=1&_urlVersion=0&_userid=617607&md5=3fd5d796f0884c8a881c8aafcf263ea3&searchtype=a
    [9] G. Farges et al., Guide des bonnes pratiques de l’ingénierie biomédicale en établissement de santé, Les Pratiques de la Performance. Paris : Editions Lexitis, www.lespratiquesdelaperformance.fr, 2011. Consulté le : 22 février 2021. [En ligne]. Disponible sur : http://www.lespratiquesdelaperformance.fr/fr/guide-des-bonnes-pratiques-de-lingenierie-biomedicale-en-etablissement-de-sante-edition-2011.html
    [10] Norme XP X 50-053 - Prestations de veille et prestations de mise en place d’un système de veille. », Ed. Afnor, Paris, www.afnor.org, 1998.
    [11] Bruno Texier, « Veille : évaluez, redéployez », Archimag, no 340, p. 17‑19, déc. 2020.
    [12] « Innovation », Wikipédia. Juin 04, 2021. Consulté le : 27 juin 2021. [En ligne]. Disponible sur : https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Innovation&oldid=183554813
    [13] J. Natan et O. Balas, « Valoriser le métier d’ingénieur biomédical : des fiches pratiques pour décrire concrètement ses missions et ses actions », IRBM News, vol. 37, no 5‑6, p. 157‑186, oct. 2016, Doi :10.1016/j.irbmnw.2015.02.001
    [14] M. Decouvelaere, « Valoriser le métier d’ingénieur biomédical : des fiches pratiques pour décrire concrètement ses missions et ses actions », IRBM News, vol. 36, no 3, p. 57‑106, juin 2015, Doi : 10.1016/j.irbmnw.2016.08.003 
    [15] « Coopération - Cartographie des processus des fonctions Administratives et Techniques : Biomédical ». https://ressources.anap.fr/cooperation/publication/1872-cartographie-des-processus-des-fonctions-administratives-et-techniques-biomedical (consulté le juin 27, 2021).
    [16] Maximilien DUNOYER, « Mise en place d’une veille technologique au sein du service d’ingénierie biomédicale », Mastère « Equipements biomédicaux », nov. 2009.
    [17] « Netvibes ». https://www.netvibes.com/fr (consulté le juin 27, 2021).

    searchhomearrow-circle-left