• IDS039 - Bilan des démarches qualité ISO 9001 des services biomédicaux en établissement de santé

    Avertissement

    Les projets ou stages publiés auxquels vous accédez sont des rapports d'étudiants et doivent être pris comme tels. Il peuvent donc comporter des imperfections ou des imprécisions que tout lecteur doit admettre et donc supporter. Il ont été réalisés pendant les périodes de formation et constituent avant-tout des travaux de compilation bibliographique, d'initiation et d'analyse sur des thématiques associées aux concepts, méthodes, outils et expériences sur les démarches qualité dans les organisations ou sur les technologies en santé.

    Si, malgré nos précautions, vous avez des raisons de contester ce droit de diffusion libre, , nous nous efforcerons d'y apporter une réponse rapide. L'objectif de la présentation des travaux sur le web est de permettre l'accès à l'information et d'augmenter ainsi la qualité des échanges professionnels.

    Nous ne faisons aucun usage commercial des travaux de projet ou de stage publiés, par conséquent les citations des informations et l'emploi des outils mis à disposition sont totalement libres. Dans ce cas, nous vous demandons de respecter les règles d'éthique en citant explicitement et complètement vos sources bibliographiques.

    Bonne lecture...

    Auteurs

    Contacts

    Citation

    A rap­pe­ler pour tout usage : B. Bad­ji, A. Dubourg, P. Febris­sy « Bilan des démarches qua­li­té ISO 9001 des ser­vices bio­mé­di­caux en éta­blis­se­ment de san­té », Uni­ver­si­té de Tech­no­lo­gie de Com­piègne (France), Mas­ter Ingé­nie­rie de la San­té, Par­cours Tech­no­lo­gies Bio­mé­di­cales et Ter­ri­toires de San­té (TBTS) et Dis­po­si­tifs Médi­caux et Affaires Régle­men­taires (DMAR), Mémoire de pro­jet, jan­vier 2020, https://travaux.master.utc.fr/formations-master/ingenierie-de-la-sante/ids039 ; https://doi.org/10.34746/ftw7-0971

    Article publié

    Suite à ces tra­vaux, un article a été publié : ID interne : 2020_07_idsap

    Résumé

    La norme ISO 9001 : 2015 est une norme qui offre aux orga­ni­sa­tions ou aux entre­prises des outils qui leur per­mettent d’être en phase avec les demandes du client dans un pro­ces­sus d’amélioration conti­nue de la qua­li­té. Elle défi­nit les cri­tères d’un sys­tème de mana­ge­ment de la qua­li­té en s’appuyant sur plu­sieurs prin­cipes comme l’orientation client, l’approche pro­ces­sus, la res­pon­sa­bi­li­té de la direc­tion, le mana­ge­ment des res­sources et l’amélioration conti­nue. L’objectif de ce docu­ment est de réa­li­ser un bilan des démarches qua­li­té ISO 9001 dans les ser­vices bio­mé­di­caux en éta­blis­se­ment de san­té par le biais d’un son­dage. Le but est de com­prendre les freins, les inté­rêts et les prin­ci­paux apports de cette norme et d’apporter des solu­tions pour que la pro­fes­sion bio­mé­di­cale puisse faire valoir son savoir-faire. 

    Abstract

    ISO 9001 : 2015 is a stan­dard that pro­vides orga­ni­za­tions or busi­nesses with tools that enable them to be in tune with the customer's demands in an ongoing pro­cess of qua­li­ty impro­ve­ment. It defines the cri­te­ria for a qua­li­ty mana­ge­ment sys­tem based on seve­ral prin­ciples such as cus­to­mer orien­ta­tion, pro­cess approach, mana­ge­ment res­pon­si­bi­li­ty, resource mana­ge­ment and conti­nuous impro­ve­ment. The objec­tive of this docu­ment is to car­ry out an assess­ment of ISO 9001 qua­li­ty pro­ce­dures in bio­me­di­cal ser­vis in heal­th­care ins­ti­tu­tions through a sur­vey. The goal is to unders­tand the brakes, inter­ests and main contri­bu­tions of this stan­dard and to pro­vide solu­tions so that the bio­me­di­cal pro­fes­sion can assert its know-how.

    Téléchargements

    IDS039-Pos­ter

    Pos­ter - Bilan des démarches qua­li­té ISO 9001 des ser­vices bio­mé­di­caux en éta­blis­se­ment de santé.

    IDS039-Mémoire

    Mémoire d'Intelligence Métho­do­lo­gique - Bilan des démarches qua­li­té ISO 9001 des ser­vices bio­mé­di­caux en éta­blis­se­ment de santé

    Mémoire complet :

    Bilan des démarches qualité ISO 9001 des services biomédicaux en établissement de santé

    Introduction

    Depuis 1996, les éta­blis­se­ments de san­té qu’ils soient publics ou pri­vés doivent mettre en oeuvre des démarches afin de garan­tir la qua­li­té des pres­ta­tions [1]. Le patient étant un des prin­ci­paux béné­fi­ciaires, sa satis­fac­tion devient alors une des prio­ri­tés des éta­blis­se­ments de san­té. Bien que la per­for­mance du ser­vice bio­mé­di­cal ne soit pas direc­te­ment per­cep­tible par le patient, ce ser­vice joue un rôle impor­tant dans la qua­li­té des soins puisqu'il gère le parc de dis­po­si­tifs médi­caux. Afin de garan­tir la per­for­mance de ce ser­vice ain­si que sa cré­di­bi­li­té, plu­sieurs réfé­ren­tiels qua­li­tés existent.  Par­mi ces réfé­ren­tiels, la norme ISO 9001, norme inter­na­tio­nale sur le mana­ge­ment de la qua­li­té s’adresse à tout type d’organisme. Il s’agit de la norme de réfé­rence qui authen­ti­fie la qua­li­té de l’organisation et qui approuve qu’un sys­tème d’amélioration conti­nue est en place [2].  Elle fut publiée pour la pre­mière fois en 1987 et a subi plu­sieurs révi­sions pour abou­tir à sa der­nière ver­sion : la 9001 : 2015. En 2018,  1 180 965 struc­tures étaient cer­ti­fiées ISO 9001 [3], par­mi ces struc­tures cer­ti­fiées quelques ser­vices bio­mé­di­caux sont pré­sents.  Les membres des ser­vices bio­mé­di­caux, consti­tuant une petite pro­por­tion des employés des éta­blis­se­ments de san­té, la cer­ti­fi­ca­tion ISO 9001 leur per­met de faire valoir leur savoir-faire.

    Dans le cadre de cette étude, un bilan des démarches ISO 9001 des ser­vices bio­mé­di­caux au sein d’établissements de san­té sera réa­li­sé afin de pou­voir sou­mettre des pro­po­si­tions qui per­met­traient de main­te­nir et de déve­lop­per la recon­nais­sance des ser­vices biomédicaux. 

    I. La qualité pour pérenniser le développement des services biomédicaux 

    1.1. Les services biomédicaux en France 

    Un ser­vice bio­mé­di­cal est un ser­vice clé d’un éta­blis­se­ment de san­té. En effet, au sein de ces struc­tures de nom­breux dis­po­si­tifs médi­caux pré­sents ont pour fonc­tion d’être “uti­li­sé chez l'homme à des fins de diag­nos­tic, de pré­ven­tion, de contrôle, de trai­te­ment, d'atténuation d'une mala­die ou d'une bles­sure » d’après la direc­tive euro­péenne 93/42/CEE [4]. 

    Depuis les années 90, les éta­blis­se­ments de san­té mettent au coeur de leur pré­oc­cu­pa­tion le patient. Ain­si, assu­rer des soins de qua­li­té au patient passe néces­sai­re­ment par une bonne ges­tion des dis­po­si­tifs médi­caux (Figure 1). 

    Figure 1 : Schéma de la qualité en établissement de santé [5]

    Les ser­vices bio­mé­di­caux étant res­pon­sables des dis­po­si­tifs médi­caux mis à dis­po­si­tion dans l’ensemble de l’établissement, ils donc sont direc­te­ment impli­qués dans la qua­li­té des soins dis­pen­sés aux patients.  Leurs mis­sions consistent à : gérer, main­te­nir et ache­ter les équi­pe­ments, réa­li­ser des décla­ra­tions de maté­rio­vi­gi­lance et de for­mer le per­son­nel uti­li­sant les dis­po­si­tifs médi­caux [6]. Les pre­miers ser­vices bio­mé­di­caux sont appa­rus en 1975 en France et actuel­le­ment envi­ron 450 sont dénom­brés. Ces ser­vices récents mais stra­té­giques  sont com­po­sés de per­son­nels non médi­caux dits per­son­nels tech­niques. A cause de leur faible nombre par rap­port au reste du per­son­nel des éta­blis­se­ments de san­té, le per­son­nel bio­mé­di­cal est consi­dé­ré comme “invi­sible”. En effet, sur les 3065 éta­blis­se­ments de san­té dénom­brés en 2016, les acteurs bio­mé­di­caux repré­sen­taient moins de 0,2% du per­son­nel [7].  Leur “invi­si­bi­li­té” n’est pas que natio­nale mais éga­le­ment euro­péenne car la pro­fes­sion bio­mé­di­cale ne figure pas dans la clas­si­fi­ca­tion de l’ESCO [8]. C’est à ce niveau que les démarches qua­li­té, comme la norme ISO 9001, sont néces­saires et impor­tantes car elles per­mettent aux ser­vices bio­mé­di­caux de faire valoir leur com­pé­tence et savoir-faire[9].

    1.2. Le biomédical, un service essentiel dans la démarche qualité et la sécurité des soins mais peu reconnu 

    En 1996, une ordon­nance [10] rela­tive à l’accréditation de l’activité des éta­blis­se­ments de san­té est mise en place. Cette accré­di­ta­tion consiste à éva­luer la qua­li­té des soins pro­di­gués aux patients ain­si que le sys­tème de mana­ge­ment de la qua­li­té de l’établissement [11]. Pour aiguiller les éta­blis­se­ments, les cri­tères d’évaluation sont four­nis dans le guide « manuel de cer­ti­fi­ca­tion des éta­blis­se­ments de san­té » [12]. Dans les deux pre­mières ver­sions, le mot bio­mé­di­cal n’était pas men­tion­né dans le manuel alors que le ser­vice bio­mé­di­cal joue un rôle essen­tiel dans la qua­li­té des soins puisqu’il est garant de la confor­mi­té du parc d’équipement.

    Mal­gré le décret n°2001-1154 du 5 décembre 2001 et l’arrêté du 3 mars 2003, c’est seule­ment lors de la ver­sion 3 (2010) du manuel de cer­ti­fi­ca­tion, que le terme bio­mé­di­cal a été men­tion­né pour la pre­mière fois. En effet, le cri­tère 8K de l’HAS fait réfé­rence à la ges­tion des équi­pe­ments bio­mé­di­caux. Avec l’apparition de cette pre­mière éva­lua­tion obli­ga­toire pour les ser­vices bio­mé­di­caux, l’HAS com­mence enfin à recon­naître l’influence impor­tante du ser­vice bio­mé­di­cal dans la qua­li­té des soins et dans le sys­tème de mana­ge­ment de la qua­li­té. Une nou­velle ver­sion est pré­vue pour 2020 et appor­te­ra peut-être de nou­velles obli­ga­tions aux­quelles devront se sou­mettre les ser­vices biomédicaux.

    Depuis 2010, il y a donc une éva­lua­tion par­tielle des ser­vices bio­mé­di­caux en éta­blis­se­ment de san­té lors de la cer­ti­fi­ca­tion de l’établissement. D’autres normes plus com­plètes existent telles que la NF S 99-170 rela­tive à la main­te­nance des dis­po­si­tifs médi­caux en exploi­ta­tion, la NF S 99-172 rela­tive au mana­ge­ment des risques des dis­po­si­tifs médi­caux en exploi­ta­tion et l’ISO 9001 :2015 rela­tive au mana­ge­ment de la qua­li­té mais elles ne sont pas obligatoires. 

    En France, la norme ISO 9001 est la norme de réfé­rence qui per­met au ser­vice bio­mé­di­cal de se faire recon­naître par la direc­tion et les ser­vices de soins, pour­tant en 2013 seul 17 ser­vices bio­mé­di­caux étaient cer­ti­fiés [13]. Afin de com­prendre ce chiffre rela­ti­ve­ment bas des tra­vaux ont été réalisé. 

    En 2013, L. Garet et G. Farges ont réa­li­sé un Bilan sur la cer­ti­fi­ca­tion ISO 9001 des ser­vices bio­mé­di­caux. Une enquête avait été réa­li­sée et il était res­sor­ti que 61% des ser­vices bio­mé­di­caux inter­ro­gés trou­vaient la démarche de cer­ti­fi­ca­tion ISO 9001 acces­sible. Ce bon résul­tat pou­vait lais­ser pen­ser qu’une aug­men­ta­tion des cer­ti­fi­ca­tions ISO 9001 aurait lieu dans les années sui­vantes [13]. 

    En 2015, un outil d’autodiagnostic per­met­tant de connaître la confor­mi­té des ser­vices bio­mé­di­caux à la norme a été réa­li­sé afin d’accompagner les ser­vices bio­mé­di­caux dans leur cer­ti­fi­ca­tion [14].  Cepen­dant, en 2019 soit 4 ans après l’outil d’autodiagnostic le nombre de ser­vices bio­mé­di­caux cer­ti­fié peine à évo­luer en France [15].

    Figure 2 : Historique de la démarche qualité des services biomédicaux en France  [Source Auteurs]

    Il est donc impor­tant de se poser des ques­tions sur l'intérêt que portent les ser­vices bio­mé­di­caux hos­pi­ta­liers à l’égard de cette norme.

    1.3. La norme ISO 9001 : Un des référentiels qualité 

    La norme ISO 9001 fait par­tie de la famille des normes ISO 9000, créée en 1987 par l’International Orga­ni­sa­tion for Stan­dar­zi­sa­tion dans l’optique de répondre aux exi­gences qua­li­té à l'échelle inter­na­tio­nale. A l’époque la norme ISO 9000 est une norme intro­duc­tive énon­çant les prin­cipes du mana­ge­ment de la qualité.

    En 1994, une pre­mière révi­sion a lieu et voit la créa­tion de nou­velles normes afin de com­plé­ter l’ISO 9000. La norme ISO 9002 qui s'intéressait à la pres­ta­tion de ser­vice d’une orga­ni­sa­tion, la norme ISO 9003 qui trai­tait des contrôles finaux après fabri­ca­tion pour veiller à ce que les ser­vices finaux cor­res­pondent aux exi­gences spé­ci­fiées et la norme ISO 9001. Cette norme, la plus com­plète de la famille ISO 9000, cou­vrait la concep­tion du pro­duit jusqu'à son ser­vice après-vente. Elle était basée sur le prin­cipe de l’assurance qua­li­té et met­tait l’accent sur le fait qu’une entre­prise ou qu’un orga­nisme doit être en mesure de livrer un pro­duit conforme aux exi­gences énon­cées et attendues. 

    La norme ISO 9001 a connu une grande évo­lu­tion lors de sa deuxième révi­sion en 2000 où les normes ISO 9002 et les normes ISO 9003 se sont uni­fiées à cette der­nière. Depuis, elle a inté­gré cer­tains concepts comme l’amélioration conti­nue, la satis­fac­tion client, l’approche pro­ces­sus et le cycle PDCA (Plan, Do, Check, Act) qui per­met  à un orga­nisme de s’assurer que ses pro­ces­sus sont dotés de res­sources adéquates.

    La ver­sion 2008 appor­ta des pré­ci­sions sur cer­tains concepts comme le ren­for­ce­ment de la confor­mi­té aux exi­gences pro­duits. Pour finir, la der­nière ver­sion publiée en 2015 inté­gra la ges­tion des risques per­met­tant de mettre en place une maî­trise pré­ven­tive pour limi­ter les effets néga­tifs sur les résul­tats atten­dus [16]. Afin d’être en accord avec les besoins de l’industrie, la norme iso 9001 est rééxa­mi­née tous les 5 ans [17] . 

    Figure 3 : Historique de la norme ISO 9001 [Source Auteurs]
    Figure 4 : Modèle processus ISO 9001 version 2015 [18]

    La cer­ti­fi­ca­tion ISO 9001 dans le monde 

    La démarche de cer­ti­fi­ca­tion de la norme ISO 9001 est volon­taire et doit être appli­quée sur un champ d’activité défi­nit par le ser­vice deman­deur [5]. En 2018, 878 664 cer­ti­fi­cats ISO 9001 ont été déli­vrés sur un ensemble de 1 180 965 sites dans le monde (Figure 5). Ain­si elle est la norme la plus uti­li­sée par­mi les 22 467 normes ISO. La France tota­lise un nombre de 21 095 cer­ti­fi­cats répar­tis sur 58 467 sites. Depuis l’année 2013 on remarque une baisse pro­gres­sive du nombre de cer­ti­fi­ca­tion ISO 9001 en France tous sec­teurs confon­dus (Figure 6). 

    Figure 5 : Histogramme du nombre de certificats ISO 9001 délivrés dans le monde par année [Source : [19]  ]
    Figure 6 : Histogramme du nombre de certificats ISO 9001 délivrés en France par année  [Source :  [19] ]

    La cer­ti­fi­ca­tion ISO 9001 des ser­vices bio­mé­di­caux en France 

    Depuis quelques années en France, une dimi­nu­tion du nombre de ser­vices bio­mé­di­caux cer­ti­fiés ISO 9001 est obser­vée. En effet, selon les infor­ma­tions recueillies sur le site du mas­ter qua­li­té de l’UTC, 21 ser­vices étaient cer­ti­fiés en 2015 (Figure 7) alors qu’ils ne sont plus que 12 en 2019 (Figure 8).

    Figure 7 : Cartographie des services biomédicaux certifiés ISO 9001  en 2015 (droite) et 2019 (gauche)  [Source : [15] ]
    Figure 8 : Courbe de l’évolution des services biomédicaux certifiés de 1997 à 2020  [Source : Auteurs d’après [15] ]

    Les autres réfé­ren­tiels qua­li­té pour les ser­vices bio­mé­di­caux en France 

    En plus de la norme ISO 9001, d’autres réfé­ren­tiels per­mettent aux ser­vices bio­mé­di­caux de  garan­tir la qua­li­té des ser­vices bio­mé­di­caux en éta­blis­se­ments de san­té et d’obtenir de la recon­nais­sance en interne et en externe [5]. Par­mi ces réfé­ren­tiels, cer­tains sont obli­ga­toires et d’autres volontaires. 

    • Comme réfé­ren­tiels obli­ga­toires, il y a le cri­tère 8K “ Ges­tion des équi­pe­ments bio­mé­di­caux” qui est une cer­ti­fi­ca­tion déli­vrée par l’HAS (Haute auto­ri­té de san­té) [20]. Ce cri­tère inté­gré lors de la ver­sion 2010 du manuel de cer­ti­fi­ca­tion a pour objec­tif d'évaluer la main­te­nance des dis­po­si­tifs médi­caux afin de garan­tir les résul­tats. Les exi­gences du cri­tère 8K se divisent tou­jours en trois étapes suc­ces­sives qui sont : la pré­ven­tion (E1) , la mise en œuvre (E2) et l’évaluation et l’amélioration (E3). Ain­si, ce cri­tère oblige les ser­vices bio­mé­di­caux à adop­ter une démarche d’amélioration conti­nue. Étant une démarche qua­li­té obli­ga­toire, le cri­tère 8K a été pen­sé de manière à ce qu’il n'interfère pas avec les démarches volon­taires comme celle de la norme ISO 9001 [21]. La cer­ti­fi­ca­tion HAS de 2014 s’appuie sur celle de 2010 en insis­tant sur les points les plus à risques. Ces der­niers sont clas­sés en trois caté­go­ries : les locaux, l’organisation des soins et les pra­tiques médicales.

    Comme réfé­ren­tiels volon­taires, il y a la norme NF S99-170, la norme NF S99-172  et le guide des bonnes pratiques. 

    • La norme NF S99-170 est basée prin­ci­pa­le­ment sur la norme ISO 13485, cen­trée sur les dis­po­si­tifs médi­caux, tout en inté­grant les exi­gences du mana­ge­ment qua­li­té de la norme ISO 9001. Edi­tée en 2013, elle porte prin­ci­pa­le­ment sur le sys­tème de mana­ge­ment de la qua­li­té de deux acti­vi­tés : la main­te­nance et la ges­tion des risques des dis­po­si­tifs bio­mé­di­caux [15]. Cette norme est la pre­mière à être cen­trée sur la main­te­nance et la ges­tion des risques [23].  Comme la norme ISO 9001, elle per­met d’être cer­ti­fié sur les champs d’activité qui ont été spé­ci­fiées [20]. Elle rem­place la norme XP-S99 170 de sep­tembre 2000 qui fixait les exi­gences et les recom­man­da­tions à réa­li­ser concer­nant la main­te­nance des équi­pe­ments bio­mé­di­caux. 

      Les exi­gences de la norme sont décrites dans 5 des 8 articles. L’article 4 “ Sys­tème de mana­ge­ment de la qua­li­té de la main­te­nance” iden­ti­fie les actions à mettre en place pour le sys­tème de mana­ge­ment de la main­te­nance. L’article 5 “Res­pon­sa­bi­li­té de la direc­tion” traite des actions que doit mener la direc­tion, ses actions sont cen­trées sur la com­mu­ni­ca­tion, l’écoute et des étapes pour la mise en œuvre d’une poli­tique de main­te­nance. L’article 6 “Mana­ge­ment des res­sources” décrit les res­sources humaines et maté­rielles en spé­ci­fiant les devoirs de l’exploitant pour réa­li­ser cor­rec­te­ment un ser­vice qua­li­té. L’article 7 “Réa­li­sa­tion de la main­te­nance” traite du pro­ces­sus où l’exploitant défi­nit les exi­gences clients. Enfin l’article 8 “Mesures l’analyse et l’amélioration” dresse la liste des actions de sur­veillance pour prou­ver la confor­mi­té du sys­tème de mana­ge­ment de main­te­nance [24].

    Les dif­fé­rences essen­tielles entre la norme NF S99-170 et la norme ISO 9001 sont que dans cette norme le client est défi­ni comme un “orga­nisme béné­fi­ciant du résul­tat”. Ce terme englobe les pôles médi­caux, les ser­vices de soins et plus indi­rec­te­ment les agences de san­té ou les auto­ri­tés régle­men­taires. L’écoute du client et la des­crip­tion de ses exi­gences sont pla­cées au début de la poli­tique de main­te­nance et le mana­ge­ment des risques et la cri­ti­ci­té sont des don­nées d’entrée de la poli­tique de main­te­nance [25]. Ain­si la norme NF S99-170 est un réfé­ren­tiel impor­tant et cré­dible pour garan­tir la maî­trise d’un sys­tème de qua­li­té grâce à ses affi­ni­tés avec les normes ISO 9001 et ISO 13485.

    • La norme NF S99-172 “Sys­tème de mana­ge­ment du risque lié à l'exploitation des dis­po­si­tifs médi­caux” publiée en février 2017 est com­plé­men­taire de la norme “coeur de métier” NF S99-170 [26] . Elle a été mise à jour suite à la révi­sion de la norme ISO 9001 en 2015 et  se struc­ture sur le même modèle mais rem­place l’article 8 de la norme ISO 9001 par les pro­ces­sus opé­ra­tion­nels de ISO 31000 “Mana­ge­ment du risque - Prin­cipes et lignes direc­trices”. Doré­na­vant, elle intègre la ges­tion des risques et détaille la concep­tion ain­si que la mise en œuvre d’un sys­tème com­plet de mana­ge­ment du risque lié à l’exploitation des dis­po­si­tifs médi­caux.

      Les points per­ti­nents de la NF S99-172 sont qu’elle couvre une plage de risques liée au contexte dans lequel évo­lue l’exploitant des dis­po­si­tifs, les risques médi­caux, les risques hygié­niques et sécu­ri­taires, les risques liés au cycles de vie du logi­ciel, les risques infor­ma­tiques, finan­ciers ou encore ceux liés à l’image socié­tale. En défi­ni­tif les exi­gences de cette norme sont simi­laires à celles de l’ISO 9001 mais deux points impor­tants sont mis en avant : la pré­sence d’une enti­té res­pon­sable de la ges­tion des risques repré­sen­tée dans la direc­tion pour per­mettre une capa­ci­té d’action effi­cace et la mise à jour d’un dos­sier de maî­trise conti­nue des risques (DMCR) par un sys­tème de ges­tion des infor­ma­tions four­nis­sant des preuves sur les résul­tats de son effi­ca­ci­té [22].
    • Et le Guide des bonnes pra­tiques bio­mé­di­cales en éta­blis­se­ment de san­té per­met d’identifier les moyens dis­po­nibles pour que les ser­vices bio­mé­di­caux puissent obte­nir les res­sources néces­saires afin d'assurer leurs mis­sions. Le pre­mier guide des bonnes pra­tiques a été réa­li­sé en 2002 suite à la volon­té des ser­vices bio­mé­di­caux de faire valoir leur capa­ci­té pro­fes­sion­nelle et à l’apparition au début des années 2000 des pre­miers textes régle­men­taires à l’échelle natio­nale et euro­péenne sur la maî­trise des dis­po­si­tifs médi­caux [5]. La deuxième ver­sion du guide édi­tée en 2011 prend en compte plu­sieurs réfé­ren­tiels comme l’ancienne ver­sion du guide des bonnes pra­tiques, sa ver­sion qué­bé­coise, le manuel suisse des bonnes pra­tiques, les normes ISO 9001 et ISO 9004, le manuel de cer­ti­fi­ca­tion HAS V 2010 et le guide de main­te­nance des dis­po­si­tifs médi­caux DRASS des Midi-Pyré­nées [27]. Cette nou­velle ver­sion a été mise en place pour répondre à l’évolution de la pro­fes­sion bio­mé­di­cale, il contient des bonnes pra­tiques d’activités connexes (BPAC) qui visent à inté­grer des acti­vi­tés par­ti­cu­lières des ser­vices bio­mé­di­caux. 

      Par­mi les six bonnes pra­tiques d’activités connexes on retrouve : La BPAC 1 qui décrit les bonnes pra­tiques en coopé­ra­tion bio­mé­di­cale inter­na­tio­nale, la BPAC 2 qui décrit les bonnes pra­tiques de ges­tion de l’accueil et de l’encadrement des sta­giaires ou encore la BPAC 5 qui spé­ci­fie la main­te­nance des dis­po­si­tifs médi­caux. La BPAC 6 “Ingé­nie­rie bio­mé­di­cale au sein d’un GHT en France” créée dans le but d’aider les ser­vices bio­mé­di­caux à s’organiser col­lec­ti­ve­ment et à se struc­tu­rer selon l’organisation appe­lé 3 “S” pour “Sens, Sou­tien et Suivi”.
    Figure 9 : Cartographie des référentiels qualité spécifiques aux services biomédicaux en établissement de santé  [Source : Auteurs ]

    II. Investigation auprès des services biomédicaux 

    2.1. Choix de la méthode de travail 

    Afin de réa­li­ser le bilan des démarches ISO 9001 en milieu hos­pi­ta­lier, une métho­do­lo­gie rigou­reuse a été mise en œuvre afin d’obtenir un bilan le plus per­ti­nent pos­sible. Pour cela, dans un pre­mier temps divers outils qua­li­té ont été utilisés :

    • Un QQOQCP pour cadrer le contexte et éla­bo­ré une pro­blé­ma­tique (Annexe 2). 
    • Un Brains­tor­ming pour trou­ver des solu­tions pour réa­li­ser le bilan
    • Une car­to­gra­phie pour mettre en évi­dence les élé­ments exis­tants et déter­mi­ner les élé­ments sou­hai­tés à la fin du pro­jet (Annexe 3)
    • Un dia­gramme pour déter­mi­ner les plans d’action, les risques et les alter­na­tives (Annexe 4).

    Ces outils uti­li­sés dans les pre­mières semaines du pro­jet, ont per­mis à l’ensemble de l’équipe de s’impliquer et de com­prendre les dif­fé­rents enjeux rela­tifs à la cer­ti­fi­ca­tion ISO 9001 des ser­vices bio­mé­di­caux en milieu hospitalier. 

    Pour appro­fon­dir nos connais­sances sur le sujet, une longue phase de docu­men­ta­tion a été réa­li­sé afin de pro­duire une syn­thèse de l’existant et com­prendre les dif­fé­rentes actions mises en place pour aider les ser­vices bio­mé­di­caux à mieux se faire recon­naître pour le tra­vail qu’ils effectuent.

    Pour mener à bien cette étude,  il a sem­blé judi­cieux de ques­tion­ner les acteurs bio­mé­di­caux sur l’intérêt des réfé­ren­tiels qua­li­té afin de déter­mi­ner la place de la qua­li­té, notam­ment de la cer­ti­fi­ca­tion ISO 9001 et de ses alter­na­tives,  au sein de leur ser­vice. Pour cela, il a été déci­dé de réa­li­ser un son­dage sous la forme d’un Google Form qui a été envoyé par mail aux acteurs bio­mé­di­caux. Réa­li­ser un son­dage sous cette forme pré­sente de nom­breux avan­tages tels que : 

    • Avoir un large panel de réponses ; 
    • Obte­nir des résul­tats qui pour­ront être simple à ana­ly­ser et traiter ; 
    • Assu­rer le sto­ckage et l’actualisation des réponses obtenues ; 
    • Obte­nir le véri­table avis des acteurs ;
    • Per­mettre aux acteurs de choi­sir quand ils répondent au sondage ; 
    • Garan­tir l’anonymat des acteurs.

    Ain­si, un son­dage a été réa­li­sé en fonc­tion des résul­tats qu’il était sou­hai­table d’obtenir de la part des acteurs bio­mé­di­caux puis les résul­tats ont été analysés. 

    2.2. Elaboration du sondage 

    Afin d’aboutir à un son­dage per­ti­nent et effi­cace, l’élaboration de ce der­nier fut scin­dée en plu­sieurs étapes : 

    • La pre­mière étape : Défi­ni­tion des résul­tats atten­dus par ce sondage

    Cette étape est essen­tielle car elle per­met de déter­mi­ner les ques­tions appro­priées per­met­tant d’obtenir ces résul­tats. Cela per­met d’aboutir à des ques­tions per­ti­nentes et de déter­mi­ner la cible du son­dage. C’est à cette étape qu’il a été déci­dé de ques­tion­ner les ser­vices bio­mé­di­caux cer­ti­fiés, jamais cer­ti­fiés, ancien­ne­ment cer­ti­fiés et en démarche de certification. 

    • La deuxième étape : Refor­mu­la­tion des questions 

    Lors de cette étape, il a fal­lu réflé­chir à la meilleure tour­nure de phrase pos­sible pour évi­ter une mau­vaise com­pré­hen­sion des acteurs et ain­si obte­nir des réponses per­ti­nentes.  Cette étape a éga­le­ment per­mis de véri­fier l’orthographe des ques­tions et de rendre le son­dage pro­fes­sion­nel et fiable. 

    • La troi­sième étape : Choix des pré­sen­ta­tions et formes des questions 

    La majo­ri­té des ques­tions sont fer­mées (plu­sieurs réponses pro­po­sées) afin que les réponses ne dif­fèrent pas trop pour une seule et même ques­tion. En effet, un son­dage avec des réponses ouvertes peut être plus dif­fi­cile à ana­ly­ser.
    De plus, cette étape a per­mis de défi­nir la forme la plus adé­quate pour les ques­tions : Cases à cocher, listes dérou­lantes, échelle, choix mul­tiples…. afin de per­mettre de répondre plus rapi­de­ment au son­dage. Pour finir, l’option “Autres : …”  a été ajou­té à cer­taines ques­tions pour per­mettre aux acteurs de s’exprimer s’il le sou­haite de s’exprimer. 

    • La qua­trième étape : Regrou­pe­ment les ques­tions par thème

    Pour que le son­dage soit com­pré­hen­sible, les ques­tions sont regrou­pées par thématique : 

    • Contexte du ser­vice biomédical

    Cette rubrique vise à com­prendre dans quel contexte évo­lue le ser­vice bio­mé­di­cal : Nombre de lits MCO, nombres d’acteurs bio­mé­di­caux, sta­tut par rap­port à la cer­ti­fi­ca­tion ISO 9001 …. . En com­pre­nant le cadre de tra­vail dans lequel évo­luent les dif­fé­rents acteurs bio­mé­di­caux, il sera plus facile de com­prendre les réponses et d’établir des solu­tions spé­ci­fiques pour cha­cun. En effet, en réa­li­sant un son­dage géné­ra­liste cer­taines struc­tures peuvent trou­ver que les solu­tions sont inadap­tées à leur situa­tion. De plus, cette rubrique per­met de déter­mi­ner le contexte d’un ser­vice bio­mé­di­cal type pour cha­cun des statuts.

    • Connais­sance de la qualité 

    Cette rubrique consiste à éva­luer les connais­sances qua­li­té en lien avec l'ingénierie bio­mé­di­cale (ISO 9001 et ses alter­na­tives).  En ques­tion­nant les dif­fé­rents acteurs sur leur niveau de connais­sance, il est pos­sible de déter­mi­ner si les dif­fé­rents réfé­ren­tiels qua­li­té sont connus et donc de savoir s’ils ont été cor­rec­te­ment pro­mus. De plus, il est com­pli­qué de se faire cer­ti­fier sur un réfé­ren­tiel qui n’est pas connu d’où la néces­si­té de cette rubrique.

    • Mise en oeuvre 

    Cette rubrique a pour objec­tif de déter­mi­ner quels sont les élé­ments qui peuvent inci­ter ou décou­ra­ger un ser­vice à se faire cer­ti­fier et si les outils mis à dis­po­si­tion des acteurs bio­mé­di­caux sont réel­le­ment utiles pour la cer­ti­fi­ca­tion ISO 9001. De plus, cette rubrique doit per­mettre de déter­mi­ner les res­sources humaines et finan­cières néces­saires pour la mise en oeuvre d’une démarche de cer­ti­fi­ca­tion ISO 9001.

    • Béné­fices de la certification 

    Cette rubrique vise à iden­ti­fier l'apport de la cer­ti­fi­ca­tion ISO 9001 pour les ser­vices bio­mé­di­caux, en les ques­tion­nant sur le niveau de recon­nais­sance obte­nue par les acteurs internes et externes à leur éta­blis­se­ment. Ces acteurs concernent aus­si bien la direc­tion, les four­nis­seurs, le per­son­nel soi­gnant ou encore les tutelles gouvernementales. 

    • Pers­pec­tives qua­li­té pour un ser­vice biomédical

    Cette rubrique consiste à iden­ti­fier des axes d'amélioration pour les ser­vices bio­mé­di­caux. Elle per­met de mettre en avant les inté­rêts futurs en matière de normes.

    Afin que les résul­tats soient per­ti­nents, en fonc­tion du sta­tut du ser­vice bio­mé­di­cal par rap­port à la cer­ti­fi­ca­tion ISO 9001 (cer­ti­fié, jamais cer­ti­fié, ancien­ne­ment cer­ti­fié, en cours de cer­ti­fi­ca­tion) les ques­tions des rubriques “Connais­sance de la qua­li­té”, “Mise en oeuvre” et “Béné­fices de la cer­ti­fi­ca­tion” dif­fèrent.   Réa­li­ser un son­dage déter­mi­nisme en fonc­tion du sta­tut du ser­vice bio­mé­di­cal par rap­port à la cer­ti­fi­ca­tion est ce qu’il y a de plus per­ti­nent pour impli­quer tout au long du son­dage les dif­fé­rents acteurs répon­dant au ques­tion­naire. En effet, un son­dage “unique” à pour risque qu’un acteur devant répondre à une ques­tion qui ne lui est pas direc­te­ment des­ti­née néglige sa réponse. 

    Cela a pour but d’obtenir de la part : 

    ⇒ des ser­vices bio­mé­di­caux jamais cer­ti­fiés :  les freins à la certification.

    ⇒ des ser­vices bio­mé­di­caux ancien­ne­ment cer­ti­fiés : les rai­sons de leur abandon. 

    ⇒ des ser­vices bio­mé­di­caux cer­ti­fiés et en cours de cer­ti­fi­ca­tion : les élé­ments moteurs et décourageants. 

    • La cin­quième étape : Envoyer le sondage

    Après vali­da­tion du tuteur, le son­dage est envoyé par mail aux ser­vices biomédicaux. 

    2.3. Objectifs du bilan 

    Le bilan a pour objectif : 

    • d’établir une ten­dance concer­nant l’intérêt por­té par les ser­vices bio­mé­di­caux à la cer­ti­fi­ca­tion ISO 9001. 
    • d’aider à déter­mi­ner si la cer­ti­fi­ca­tion ISO 9001 est tou­jours légi­time pour faire valoir les com­pé­tences des ser­vices bio­mé­di­caux et sinon quelles sont les alternatives. 
    Figure 10 : Courbe de l’évolutions possible du nombre de certification ISO 9001 des services biomédicaux en France [Source Auteurs]

    En effet, le nombre de ser­vices bio­mé­di­caux cer­ti­fiés a peu évo­lué au fil des années et il est impor­tant de trou­ver com­ment main­te­nir et déve­lop­per la recon­nais­sance des ser­vices bio­mé­di­caux. Ain­si, des pro­po­si­tions seront  énon­cées dans l’intention de péren­ni­ser la recon­nais­sance des ser­vices biomédicaux.

    Les résul­tats du son­dage peuvent reflé­ter plu­sieurs cas de figure :

    • Le pre­mier cas de figure cor­res­pond à une situa­tion où le son­dage révèle que le nombre de ser­vices bio­mé­di­caux cer­ti­fiés va évo­luer posi­ti­ve­ment dans les années à venir et que la majo­ri­té des acteurs pensent que la norme ISO 9001 est légitime. 
    • Le second cas de figure cor­res­pond à une situa­tion où le son­dage révèle que le nombre de ser­vices bio­mé­di­caux cer­ti­fiés va dimi­nuer dans les années à venir et que la majo­ri­té des acteurs pensent que la norme ISO 9001 est inutile. 
    • Le troi­sième cas de figure cor­res­pond à une situa­tion où le son­dage révèle que le nombre de ser­vices bio­mé­di­caux cer­ti­fiés va dimi­nuer dans les années à venir et que la majo­ri­té des pensent que la norme est utile.
    • Le qua­trième cas de figure cor­res­pond à une situa­tion où le son­dage ne révèle pas de ten­dance distincte. 

    Dans les cas de figure qui révèlent que la norme ISO 9001 est utile, il sera néces­saire de pro­po­ser des solu­tions qui per­met­tront aux ser­vices bio­mé­di­caux d’être accom­pa­gnés dans la certification.

    Dans les cas de figure où le son­dage ne reflète pas de ten­dance dis­tincte ou reflète que les acteurs ne sont pas inté­res­sés par la norme ISO 9001, il sera néces­saire de pro­po­ser des solu­tions qui per­met­traient aux ser­vices bio­mé­di­caux d’obtenir de la recon­nais­sance avec des moyens différents.

    III. Résultats et analyse du sondage 

    3.1. La norme ISO 9001 jugée utile par les services biomédicaux 

    A l’issue du son­dage, 105 acteurs répar­tis dans 96 éta­blis­se­ments de san­té ont répon­du. Cela repré­sente un taux de réponse de 11,5 % puisque ce son­dage avait été envoyé à 904 acteurs. Même si le taux de réponse peut paraître faible,  les résul­tats ont per­mis de réa­li­ser une ana­lyse cré­dible du contexte dans lequel évo­luent les ser­vices bio­mé­di­caux et du niveau de maî­trise des réfé­ren­tiels qua­li­té de ces derniers.

    Par­mi les dif­fé­rents acteurs ayant répon­du au son­dage, une très grande majo­ri­té exercent dans des éta­blis­se­ments publics ( Centre Hos­pi­ta­lier et Centre Hos­pi­ta­lier Uni­ver­si­taire) et 80 % exercent en France contre 20% à l’international ( Afrique, Cana­da, Suisse et Bel­gique ). Concer­nant les éta­blis­se­ments de san­té où ils tra­vaillent, la majo­ri­té (26,4%) com­porte entre 400 et 600 lits MCO et le nombre de per­sonnes asso­ciées au ser­vice bio­mé­di­cal évo­lue en fonc­tion du nombre de lits (Figure 11). 

    Figure 11 : Graphique représentant la médiane du nombre de personnes dans les services biomédicaux en fonction du nombre de lits MCO (Médecine-Chirurgie-Obstétrique) au sein de l’établissement de santé [Source Auteurs] 

    Par rap­port à la cer­ti­fi­ca­tion de la norme ISO 9001 qui est la norme de réfé­rence pour les ser­vices bio­mé­di­caux, près de 80% des ser­vices n’ont jamais été cer­ti­fiés ISO 9001 (Figure 12). Ces ser­vices jamais cer­ti­fiés sont géné­ra­le­ment dans de petites struc­tures ( entre 400 et 600 lits MCO ) et pos­sèdent des res­sources humaines simi­laires à la médiane. 

    Figure 12 : Diagramme de la position des services biomédicaux par rapport à la certification de la norme ISO 9001  [Source Auteurs]

    Les ser­vices cer­ti­fiés repré­sentent 7,4% des ser­vices et sont prin­ci­pa­le­ments dans des struc­tures impor­tantes ( entre 600 et 1000 lits MCO ) avec des res­sources humaines supé­rieures aux valeurs médianes ( entre 16 et 20 per­sonnes ). Concer­nant les ser­vices en cours de cer­ti­fi­ca­tion, ils se situent dans les même type de struc­tures que les ser­vices cer­ti­fiés et ont des res­sources humaines qui cor­res­pondent aux valeurs médianes ( entre 8 et 12 personnes ). 

    Par rap­port à la mise en oeuvre de la démarche de cer­ti­fi­ca­tion ISO 9001,  la majo­ri­té des acteurs juge qu’ entre ½ et 1 ETP (Esti­ma­tion Temps-plein) est néces­saire. Cela explique en par­tie pour­quoi le manque de dis­po­ni­bi­li­té des res­sources humaines repré­sente le prin­ci­pal frein à la cer­ti­fi­ca­tion ISO 9001 (Figure 13) et que la moti­va­tion des acteurs du ser­vices bio­mé­di­cale est le prin­ci­pal élé­ment moteur (Figure 14). Afin de pal­lier ce pro­blème, les ser­vices bio­mé­di­caux font géné­ra­le­ment appel à des pres­ta­taires exté­rieurs (per­sonne d’un autre ser­vice ou stagiaire). 

    Figure 13 : Diagramme des éléments moteurs à la certification ISO 9001 [Source Auteurs]  
    Figure 14 : Diagramme des freins  à la certification ISO 9001 [Source Auteurs] 

    En plus des res­sources humaines, le sou­tien de la direc­tion est éga­le­ment néces­saire pour mener à bien une démarche de cer­ti­fi­ca­tion ISO 9001. En effet, ce fac­teur repré­sente la prin­ci­pale rai­son d’abandon de cer­ti­fi­ca­tion des ser­vices biomédicaux. 

    En dépit de ces freins, la majo­ri­té des acteurs, peu importe la posi­tion de leur ser­vice par rap­port à la cer­ti­fi­ca­tion, estiment que la norme est utile (Figure 15) et qu’elle per­met d’obtenir une meilleure recon­nais­sance aus­si bien en interne qu’en externe  (Figure 16). 

    Figure 15 : Diagramme de l’avis des acteurs des services biomédicaux sur la norme ISO 9001  [Source Auteurs] 

    En effet, cela est confir­mé par les ser­vices qui sont cer­ti­fiés ISO 9001 puisqu’ils estiment avoir obte­nu une meilleure recon­nais­sance de la part : de la direc­tion, du per­son­nel, des four­nis­seurs et des tutelles . Cette recon­nais­sance est prin­ci­pa­le­ment éva­luée grâce à : 

    • Des retours de la part des acteurs pré­cé­dents en majorité ;
    • Une meilleure entente avec ces acteurs ;
    • Une plus grande impli­ca­tion du ser­vice bio­mé­di­cal dans le fonc­tion­ne­ment de l’établissement. 
    Figure 16 : Diagramme de la proportion des services biomédicaux pensant que la norme ISO 9001 permet une meilleure reconnaissance  [Source Auteurs] 

    Le fait que les ser­vices bio­mé­di­caux estiment et constatent les béné­fices de la cer­ti­fi­ca­tion ISO 9001 jus­ti­fient que dans les années à venir : 

    • Les ser­vices bio­mé­di­caux cer­ti­fiés pensent renou­ve­ler ou étendre leur certification.
    • Les ser­vices bio­mé­di­caux jamais cer­ti­fiés pensent fran­chir le pas de la certification.

    Dans ce cas de figure, une aug­men­ta­tion du nombre de ser­vices bio­mé­di­caux Fran­çais sera obser­vée (Figure 17). 

    Figure 17 : Nombres de services biomédicaux concernés par la Certification ISO 9001 [Source Auteurs] 

    3.2. Propositions d’aide à la certification 

    Ain­si, pour confir­mer les pré­vi­sions rela­tives à l’augmentation du nombre de ser­vices médi­caux cer­ti­fiés en France,  plu­sieurs solu­tions à court terme pour­raient être pro­po­sées afin de les aider à ini­tier une démarche de certification : 

    • L’Utilisation d’une Ges­tion de main­te­nance assis­tée par ordi­na­teur (GMAO) inté­grant les exi­gences de la norme ISO 9001 

    Les logi­ciels de Ges­tion de main­te­nance assis­tée par ordi­na­teur (GMAO) sont uti­li­sés par une grande majo­ri­té des ser­vices bio­mé­di­caux pour réa­li­ser un grand nombre de tâche (ges­tion des main­te­nances, ges­tion du stock, ges­tion des plan­ning…) [28]. Cepen­dant, au vu des résul­tats du son­dage seule­ment une petite pro­por­tion des acteurs (envi­ron 31%) pensent que leur GMAO prend en compte les exi­gences de la norme ISO 9001.  Or, une GMAO inté­grant ces exi­gences faci­li­te­rait la réa­li­sa­tion des audits internes et la pré­pa­ra­tion des audits externes. 

    Il serait donc inté­res­sant que les construc­teurs intègrent dans leur logi­ciel si ce n’est pas le cas, dif­fé­rents indi­ca­teurs qui per­mettent aux acteurs de situer leur niveau de confor­mi­té. Si dif­fé­rents indi­ca­teurs rela­tifs à la cer­ti­fi­ca­tion sont déjà exis­tants, il serait sou­hai­table de les rendre plus explicite.

    • L’utilisation de l’outil d’autodiagnostic de la norme ISO 9001

    Les outils d'autodiagnostic peuvent être un excellent outil pour éva­luer la démarche qua­li­té d’un ser­vice bio­mé­di­cal. Ils per­mettent à tra­vers une grille d’analyse d’évaluer le niveau de confor­mi­té selon les exi­gences et de faire un état des actions et des pra­tiques au sein du ser­vice de manière à mettre en avant les axes d’amélioration. Ils per­mettent éga­le­ment de mettre en valeur les savoir-faire en matière de qua­li­té, élé­ments sou­vent omis des services. 

    Il existe plu­sieurs types d’outils d’autodiagnostics tous basés sur des réfé­ren­tiels qua­li­té dif­fé­rents. Par­mis tous ces outils d'autodiagnostics, un outil spé­ci­fique à la norme ISO 9001:2015 a été déve­lop­pé [14].  Cepen­dant, mal­gré le grande nombre d’outils d’autodiagnostic qui existent, ces outils sont peu uti­li­sés par les acteurs bio­mé­di­caux puisque près de 70% d’entre eux n’en n’ont jamais uti­li­sé. Au vu de ce chiffre impor­tant, il serait peut-être néces­saire de mieux pro­mou­voir ce genre d’outil.

    • Il est éga­le­ment pos­sible de pro­po­ser une solu­tion à long terme : la mise en place d’une cer­ti­fi­ca­tion à plu­sieurs niveaux. 

    Pour per­mettre une cer­ti­fi­ca­tion de manière pro­gres­sive, il serait peut-être sou­hai­table de réa­li­ser une cer­ti­fi­ca­tion à plu­sieurs niveaux. En effet, 80% des acteurs seraient inté­res­sé par ce type de démarche et les ser­vices bio­mé­di­caux avec des res­sources humaines rela­ti­ve­ment faibles seraient beau­coup moins impac­tés que lors d’une cer­ti­fi­ca­tion “stan­dard”.

    Conclusion 

    Ce bilan réa­li­sé dans l’optique de per­mettre aux ser­vices bio­mé­di­caux de mieux se faire recon­naître dans leur pro­fes­sion, a per­mis de connaître le contexte dans lequel évo­luent les ser­vices bio­mé­di­caux ain­si  que leur niveau de maî­trise des réfé­ren­tiels qualité. 

    Sou­cieux du manque de visi­bi­li­té de la pro­fes­sion bio­mé­di­cale dans les éta­blis­se­ments de san­té à l’échelle natio­nale et inter­na­tio­nale, il était impor­tant de se ques­tion­ner sur la légi­ti­mi­té des réfé­ren­tiels qua­li­té pour faire valoir les com­pé­tences de ces ser­vices. Mais éga­le­ment à ser­vir d’appui pour la péren­ni­sa­tion des métiers du bio­mé­di­cale à l’heure où les hôpi­taux fran­çais sont invi­tés à se regrou­per en Grou­pe­ments Hos­pi­ta­liers Ter­ri­to­riaux (GHT). 

    Les résul­tats de l’étude montre clai­re­ment le grand inté­rêt que porte les ser­vices bio­mé­di­caux à l’égard de la norme ISO 9001, mal­gré une baisse de cer­ti­fi­ca­tions ISO 9001 consta­tée sur ces der­nières années. Même si cet 'inté­rêt” est encou­ra­geant, le nombre de ser­vices bio­mé­di­caux sans cer­ti­fi­ca­tion demeure important. 

    Ain­si accom­pa­gner les acteurs dans leur cer­ti­fi­ca­tion en pro­po­sant des solu­tions en phases avec leurs réa­li­tés et leurs res­sources est cen­tral pour veiller au main­tien de la qua­li­té et arri­ver à ce que plus de ser­vices soit cer­ti­fiés afin de leur per­mettre d’obtenir la recon­nais­sance qu’ils méritent.

    Références bibliographiques

    [1] Hopital.fr - Fédé­ra­tion Hos­pi­ta­lière de France, « La qua­li­té », Hopital.fr, avr-2015. [En ligne]. Dis­po­nible sur : https://www.hopital.fr/Nos-Missions/Les-missions-de-l-hopital/Les-missions-de-l-hopital/La-qualite. [Consul­té le : 26-janv-2020].

    [2] France Cer­ti­fi­ca­tion, « Cer­ti­fi­ca­tion ISO 9001 - Norme Iso 9001 ». [En ligne]. Dis­po­nible sur : https://www.france-certification.com/les-certifications/iso-9001/. [Consul­té le : 26-jan-2020].

    [3] L. Char­let, « L’Étude ISO », ISO, déc. 2017. [En ligne]. Dis­po­nible sur : http://www.iso.org/cms/render/live/fr/sites/isoorg/home/standards/certification--conformity/the-iso-survey.html. [Consul­té le : 26-janv-2020].

    [4] Pôle des tech­no­lo­gies médi­cales, « Le mar­ché fran­çais des dis­po­si­tifs médi­caux », 2014. [En ligne]. Dis­po­nible sur : http://www.pole-medical.com/dm.html. [Consul­té le : 26-janv-2019].

    [5] G. Farges, « Ser­vices bio­mé­di­caux en éta­blis­se­ment de san­té : enjeux qua­li­té et ave­nir pos­sible… », IRBM News, vol. 39, no 1, p. 32‑38, févr. 2018.

    [6] A. Richard, A. Viol­let, B. Her­nan­dez, et G. Farges, « Guide des bonnes pra­tiques bio­mé­di­cales en éta­blis­se­ment de san­té », ITBM-RBM News, vol. 26, no 3‑4, p. 28‑30, juin. 2005.

    [7] Insee, « Per­son­nels et équi­pe­ments de san­té − Tableaux de l’économie fran­çaise ». [En ligne]. Dis­po­nible sur : https://www.insee.fr/fr/statistiques/3676711?sommaire=3696937&q=%C3%A9tablissement+de+sant%C3%A9#consul­ter. [Consul­té le : 26-janv-2020].

    [8] Com­mis­sion euro­péenne, « ESCO : Spé­cia­listes, sciences tech­niques non clas­sés ailleurs », avr. 2018. [En ligne]. Dis­po­nible sur : https://ec.europa.eu/esco/portal/occupation?uri=http%3A%2F%2Fdata.europa.eu%2Fesco%2Fisco%2FC2149&conceptLanguage=fr&full=true#&uri=http://data.europa.eu/esco/isco/C2149#&uri=http://data.europa.eu/esco/isco/C2. [Consul­té le : 26-janv-2020].

    [9] B. Schaaff, « Les apports de l’ISO 9001 pour un ser­vice bio­mé­di­cal en éta­blis­se­ment de san­té », IRBM News, vol. 37, no 1, p. 36‑38, févr. 2016.

    [10] Légi­france, « Ordon­nance no 96-346 du 24 avril 1996 por­tant réforme de l’hospitalisation publique et pri­vée ». [En ligne]. Dis­po­nible sur : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000742206&categorieLien=id. [Consul­té le : 26-janv-2020].

    [11] ARS, « La cer­ti­fi­ca­tion des éta­blis­se­ments », févr. 2018. [En ligne]. Dis­po­nible sur : https://www.ars.sante.fr/la-certification-des-etablissements. [Consul­té le : 26-janv-2020].

    [12] « Manuel de cer­ti­fi­ca­tion des éta­blis­se­ments de san­té V2010 ». Ed Haute Auto­ri­té de San­té, Paris, www.has-sante.fr, janv. 2014.

    [13] L. Garet et G. Farges, « Bilan 2013 sur la cer­ti­fi­ca­tion ISO 9001 des ser­vices bio­mé­di­caux », IRBM News, vol. 35, no 2, p. 54‑57, avr. 2014.

    [14] Y. Zheng, L.Martin Flo­ris, et M.Khediri, « Outil d’autodiagnostic pour le pro­jet de la norme ISO/DIS 9001:2015 », Uni­ver­si­té de Tech­no­lo­gie de Com­piègne, Mas­ter Qua­li­té et Per­for­mance dans les Orga­ni­sa­tions (QPO), Mémoire d’Intelligence Métho­do­lo­gique du pro­jet d’intégration, http://www.utc.fr/master-qualite, puis « Tra­vaux » « Qua­li­té-Mana­ge­ment » ref n°302, janv. 2015.

    [15] G. Farges, « “Page de veille” : cer­ti­fi­ca­tions des ser­vices bio­mé­di­caux en éta­blis­se­ment de san­té », UTC, mars. 2019. [En ligne]. Dis­po­nible sur : http://www.utc.fr/master-qualite/public/publications/qualite_et_biomedical/certifications_sbm.php. [Consul­té le : 26-janv-2020].

    [16] « norme NF EN ISO 9001- Sys­tèmes de mana­ge­ment de la qua­li­té- Exi­gences ». Edi­tions Afnor, Paris, www.afnor.org, oct. 2015.

    [17] « ISO 9001:2000 - Sys­tèmes de mana­ge­ment de la qua­li­té - Exi­gence ». Edi­tion  Afnor, www.afnor.org, déc. 2000.

    [18] G. Farges et al., « NF S99-172 : l’ISO 9001 appli­quée au mana­ge­ment du risque lié à l’exploitation des dis­po­si­tifs médi­caux », IRBM News, vol. 38, no 6, p. 199‑205, déc. 2017.

    [19] « Com­mit­tee 09. ISO Sur­vey of cer­ti­fi­ca­tions to mana­ge­ment sys­tem stan­dards - Full results ». [En ligne]. Dis­po­nible sur : https://isotc.iso.org/livelink/livelink?func=ll&objId=18808772&objAction=browse&viewType=1. [Consul­té le : 26-janv-2020].

    [20] S. Nour, S. N. Tand­ja Tcha­mi, Z. Xu, et G. Farges, « Per­for­mance qua­li­té des ser­vices bio­mé­di­caux : outil tri­diag­nos­tique ISO 9001, cri­tère 8K HAS et NF S99-170 », IRBM News, vol. 39, no 3, p. 69‑73, juin. 2018.

    [21] G. Farges, « NF S99-170 : la conver­gence des cer­ti­fi­ca­tions HAS & ISO 9001 pour les ser­vices bio­mé­di­caux en éta­blis­se­ments de san­té », IRBM News, vol. 38, no 5, p. 155‑160, oct. 2017.

    [22] « Norme NF S99-170 - Main­te­nance des dis­po­si­tifs médi­caux - Sys­tème de mana­ge­ment de la qua­li­té pour la main­te­nance et la ges­tion des risques asso­ciés à l’exploitation des dis­po­si­tifs médi­caux ». Edi­tions Afnor, Paris, www.afnor.org, mai. 2013.

    [23] T. Bel­lon et N. Bois­rond, « Outil d’autodiagnostic pour la norme NF S99-170 », Uni­ver­si­té de Tech­no­lo­gie de Com­piègne (France), Mas­ter Tech­no­lo­gies et Ter­ri­toires de San­té (TTS), Mémoire d’Intelligence Métho­do­lo­gique du pro­jet d’intégration, http://www.utc.fr/master-qualite, puis « Tra­vaux » « Qua­li­té-Mana­ge­ment » ref n°275, janv. 2014.

    [24] J. Auber­tin, S. Gadek, S. Kopy­to, et J. Séhier, « Prou­ver sa confor­mi­té HAS 8k en uti­li­sant le norme NF S99-170 », Uni­ver­si­té de Tech­no­lo­gie de Com­piègne, Mas­ter Mana­ge­ment de la Qua­li­té, Mémoire d’Intelligence Métho­do­lo­gique du pro­jet d’intégration, http://www.utc.fr/master-qualite, puis « Tra­vaux » « Qua­li­té-Mana­ge­ment » ref n° 309, janv. 2015.

    [25] G Farges, J. Ance­lin, et A. Girard, « NF S 99-170 : genèse d’une norme « cœur de métier » pour l’ingénierie bio­mé­di­cale en éta­blis­se­ment de san­té », IRBM, p. 4, 2013.

    [26] « Norme NF S99-172 - Exploi­ta­tion et main­te­nance des dis­po­si­tifs médi­caux - Sys­tème de mana­ge­ment du risque lié à l’exploitation des dis­po­si­tifs médi­caux ». Edi­tions  Afnor, Paris, www.afnor.org, févr. 2017.

    [27] A. Bahi, V. Bon­ne­ton, M.-E. Cauf­fy-Akis­si, H. Gau­tier, et G. Farges, « Guide des bonnes pra­tiques bio­mé­di­cales ver­sion 2 : com­pa­ti­bi­li­té, pro­gres­si­vi­té et sim­pli­ci­té », IRBM News, vol. 31, no 4, p. 5‑10, sept. 2010.

    [28] Pla­non, « GMAO | La Ges­tion de Main­te­nance Assis­tée par Ordi­na­teur | ». [En ligne]. Dis­po­nible sur : https://planonsoftware.com/fr/a-la-une/centre-de-ressources/glossaire/gmao/. [Consul­té le : 26-janv-2020].

    Annexes 

    Annexe 1 : Planification Dynamique Stratégique 

    Figure 18 : Planification Dynamique Stratégique [Source Auteurs]

    La pla­ni­fi­ca­tion dyna­mique stra­té­gique est un outil qui for­ma­lise le sens du pro­jet en don­nant de la cohé­rence aux actions réalisées.

    Annexe 2 : QQOQCP [Source Auteurs]

    Figure 19 : QQOQCP [Source Auteurs]

    Le QQOQCP est un outil qui per­met de cadrer le pro­jet en inté­grant les don­nées d’entrées du pro­jet (l’enjeux) et la don­née de sor­tie (la problématique)

    Annexe 3 : Cartographie des processus [Source Auteurs]

    Figure 20 : Processus du bilan de la démarche ISO 9001  [Source : Auteurs ]

    La car­to­gra­phie des pro­ces­sus retrace les étapes néces­saires à la réa­li­sa­tion du pro­jet en inté­grant les dif­fé­rents acteurs. 

    Annexe 4 : Arbre des risques, des alternatives et des plans d’actions

    Figure 21 : Modèle en arbre des risques, des alternatives et des plans d’actions  [Source : Auteurs ]

    L’arbre des risques est un outil qui per­met de défi­nir les plans d’actions pour atteindre l’objectif du pro­jet en met­tant en avant les risques qui entra­ve­raient sa réa­li­sa­tion et les alter­na­tives possibles.

    Annexe 5 : Sondage 

    1. Défi­nir les résul­tats escomptés 

    Avant de rédi­ger les ques­tions, il est néces­saire de défi­nir les résul­tats sou­hai­tant être obte­nus à la suite du sondage. 

    1. Rédi­ger les questions 

    Après avoir défi­nir les résul­tats sou­hai­tés, il faut réflé­chir aux ques­tions per­met­tant d’obtenir ces résul­tats. Ces ques­tions consti­tuent le son­dage. Pour que le son­dage soit com­pré­hen­sible, les ques­tions sont regrou­pés par thé­ma­tique et dif­fèrent selon que le ser­vice bio­mé­di­cal soit : cer­ti­fiés, en cours de cer­ti­fi­ca­tion, jamais cer­ti­fiés ou ancien­ne­ment certifiés.

    • Contexte du ser­vice biomédical
    • Connais­sance de la qualité 
    • Mise en œuvre 
    • Béné­fices de la certification 
    • Pers­pec­tives qua­li­té pour un ser­vice biomédical. 
    1. Réa­li­ser le ques­tion­naire sur Google Form 

    A la suite de l’élaboration des ques­tions et de leur enchaî­ne­ment, vient la réa­li­sa­tion du Google Form et sur­tout le choix du type de la ques­tion : Choix mul­tiples, cases à cocher, liste dérou­lante, échelle … .  Lors du choix du type il est impor­tant de suivre les règles suivantes :

    • Rédi­ger les ques­tions claires, simples et sans fautes d’orthographe 
    • Faci­li­ter la rédac­tion de la réponse : 

    Comme par exemple pro­po­ser des cases à cocher avec dif­fé­rentes réponses pos­sibles pour évi­ter au son­der de devoir taper la réponse avec le cla­vier de son ordinateur. 

    • Ne pas frus­trer le sondé : 

    Ajou­ter des options “Autres :” pour lui per­mettre de s’exprimer. 

    Le son­dage est dis­po­nible sur le lien sui­vant : Google Form du Son­dage pour la bilan des démarches ISO 9001 des ser­vices biomédicaux

    searchhomearrow-circle-left