• IDS042 - Aménagement type d'une salle standard de bloc opératoire

    Avertissement

    Les projets ou stages publiés auxquels vous accédez sont des rapports d'étudiants et doivent être pris comme tels. Il peuvent donc comporter des imperfections ou des imprécisions que tout lecteur doit admettre et donc supporter. Il ont été réalisés pendant les périodes de formation et constituent avant-tout des travaux de compilation bibliographique, d'initiation et d'analyse sur des thématiques associées aux concepts, méthodes, outils et expériences sur les démarches qualité dans les organisations ou sur les technologies en santé.

    Si, malgré nos précautions, vous avez des raisons de contester ce droit de diffusion libre, , nous nous efforcerons d'y apporter une réponse rapide. L'objectif de la présentation des travaux sur le web est de permettre l'accès à l'information et d'augmenter ainsi la qualité des échanges professionnels.

    Nous ne faisons aucun usage commercial des travaux de projet ou de stage publiés, par conséquent les citations des informations et l'emploi des outils mis à disposition sont totalement libres. Dans ce cas, nous vous demandons de respecter les règles d'éthique en citant explicitement et complètement vos sources bibliographiques.

    Bonne lecture...

    Auteurs

    Contacts

    Citation

    A rap­pe­ler pour tout usage : A.DUBOURG, G. GOSSIN et L. ZAGHDOUDI, « Amé­na­ge­ment type d'une salle stan­dard de bloc opé­ra­toire », Uni­ver­si­té de Tech­no­lo­gie de Com­piègne (France), Mas­ter Ingé­nie­rie de la San­té, Par­cours Tech­no­lo­gies Bio­mé­di­cales et Ter­ri­toires de San­té (TBTS) et Dis­po­si­tifs Médi­caux et Affaires Régle­men­taires (DMAR), Mémoire de pro­jet, jan­vier 2020, https://travaux.master.utc.fr/formations-master/ingenierie-de-la-sante/ids042/

    Résumé

    La chi­rur­gie a une place impor­tante dans le trai­te­ment de cer­taines patho­lo­gies ain­si que dans la prise en charge urgente du patient lorsque néces­saire.
    Les avan­cées tech­no­lo­giques concer­nant le maté­riel ain­si que les décou­vertes de nou­veaux moyens de trai­te­ments per­mettent au patient une amé­lio­ra­tion de sa prise en charge qui a une influence posi­tive sur son espé­rance de vie.
    Il est pri­mor­dial que chaque acteur puisse exer­cer dans des condi­tions opti­males pour un ren­du de résul­tat per­for­mant ain­si que pour la sécu­ri­té de tous. L'aménagement des salles de bloc opé­ra­toire consti­tue donc un élé­ment essen­tiel car en étant bien réa­li­sées, elles per­mettent aux acteurs d’assurer le bon dérou­le­ment des actes opé­ra­toires.
    Ce mémoire de pro­jet a pour fina­li­té de pro­po­ser un outil d’aide à l’aménagement d’une salle stan­dard de bloc opé­ra­toire, afin que les acteurs sou­hai­tant créer ou restruc­tu­rer un bloc opé­ra­toire et plus par­ti­cu­liè­re­ment les salles d’opérations puissent dis­po­ser d’un référentiel.

    Téléchargements

    IDS042_Poster

    Pos­ter - Aide à l'aménagement type d'une salle de bloc opératoire.

    IDS042_Mémoire

    Mémoire d'Intelligence Métho­dique : Amé­na­ge­ment type d'une salle stan­dard de bloc opératoire.

    IDS042_Cartographie

    Car­to­gra­phie d'aide à l'aménagement type d'une salle stan­dard de bloc opé­ra­toire (pdf)

    Mémoire complet :

    Aménagement type d'une salle standard de bloc opératoire

    Résumé

    La chi­rur­gie a une place impor­tante dans le trai­te­ment de cer­taines patho­lo­gies ain­si que dans la prise en charge urgente du patient lorsque néces­saire.
    Les avan­cées tech­no­lo­giques concer­nant le maté­riel ain­si que les décou­vertes de nou­veaux moyens de trai­te­ments per­mettent au patient une amé­lio­ra­tion de sa prise en charge qui a une influence posi­tive sur son espé­rance de vie.
    Il est pri­mor­dial que chaque acteur puisse exer­cer dans des condi­tions opti­males pour un ren­du de résul­tat per­for­mant ain­si que pour la sécu­ri­té de tous. L'aménagement des salles de bloc opé­ra­toire consti­tue donc un élé­ment essen­tiel car en étant bien réa­li­sées, elles per­mettent aux acteurs d’assurer le bon dérou­le­ment des actes opé­ra­toires.
    Ce mémoire de pro­jet a pour fina­li­té de pro­po­ser un outil d’aide à l’aménagement d’une salle stan­dard de bloc opé­ra­toire, afin que les acteurs sou­hai­tant créer ou restruc­tu­rer un bloc opé­ra­toire et plus par­ti­cu­liè­re­ment les salles d’opérations puissent dis­po­ser d’un référentiel.

    Mot(s)-clé(s)

    Bloc opé­ra­toire, Amé­na­ge­ment, Archi­tec­ture, Flux médi­caux, Fluides, Equi­pe­ments biomédicaux 

    Abstract

    Sur­ge­ry has an impor­tant place in the treat­ment of certain/some patho­lo­gies as well as in the urgent care of the patient when it is neces­sa­ry.
    Tech­no­lo­gi­cal advances in equip­ment and dis­co­ve­ries of new treat­ment mean that patients can improve their care, which has a posi­tive influence on their life expec­tan­cy.
    It is essen­tial that each actor can exer­cise in opti­mal condi­tions for a result of high per­for­mance and for the safe­ty of all. The layout of ope­ra­ting thea­ter rooms is the­re­fore an essen­tial ele­ment because, being well done, they allow the actors to ensure the smooth run­ning of ope­ra­tions.
    The pur­pose of this pro­ject brief is to pro­vide a layout guide for a stan­dard ope­ra­ting room, so that the actors wishing to create or restruc­ture an ope­ra­ting room and more par­ti­cu­lar­ly the rooms can have a repository.

    Key Words

    Ope­ra­ting thea­ter, Ope­ra­ting room, Deve­lop­ment, Archi­tec­ture, Medi­cal flows, Fluids, Bio­me­di­cal equipment

    Liste des abréviations

    • AS : Aide soignante
    • CHU : Centre Hos­pi­ta­lier Universitaire 
    • CSBM : Consom­ma­tion de soins et de biens médicaux
    • DM : Dispositif(s) Médi­cal (aux)
    • HAD : Hos­pi­ta­li­sa­tion à domicile
    • IADE : Infir­mière anes­thé­siste diplô­mée d’Etat
    • IBODE : Infir­mière de bloc opé­ra­toire diplô­mée d’Etat
    • IDE : Infir­mière diplô­mée d’Etat
    • MCO : Méde­cine chi­rur­gie obstétrique
    • SS : Sécu­ri­té Sociale
    • SSR : Soins de suite et de réadaptation

    Remerciements

    L’équipe pro­jet tient à remer­cier par­ti­cu­liè­re­ment l’ingénieur bio­mé­di­cal du CHU de Caen de nous avoir accor­dé son temps lors de la visite sur site et éga­le­ment à tra­vers la trans­mis­sion de ses nom­breux conseils et connais­sances sur le sujet.

    Nous remer­cions Madame Claude I., res­pon­sable du mas­ter Ingé­nie­rie de la San­té, de nous avoir appor­té les élé­ments néces­saires à l’évolution de notre Mémoire d’Intelligence Métho­dique et de notre car­to­gra­phie afin qu’ils puissent être appré­ciés par nos lecteurs.

    Enfin, nous tenons à remer­cier le cadre de san­té en anes­thé­sie au CHRU de Tours d’avoir accep­té et pris le temps de nous faire visi­ter le ser­vice du bloc opératoire.

    Introduction

    Dans le cadre de notre uni­té d’enseignement IDCD inti­tu­lée « Pro­jet d’Intégration », nous sommes ame­nés à pro­po­ser un amé­na­ge­ment type d’une salle stan­dard de bloc opé­ra­toire en pre­nant le cas pra­tique du CHU de Caen.
    La chi­rur­gie hos­pi­ta­lière repré­sente un enjeu majeur dans le par­cours de soins du patient. Ces actes médi­caux à haut risque, sont réa­li­sés dans des salles de blocs opé­ra­toires de haute tech­no­lo­gie d’un point de vue médi­cal (maté­riel) et  tech­nique (ges­tion de l’air…). Mal­gré les contraintes bud­gé­taires exer­cées sur les moyens maté­riels et humains, le chi­rur­gien doit offrir à son patient la meilleure offre de soin pos­sible. Afin de garan­tir une bonne prise en charge du patient avec ces contraintes impor­tantes, le bloc se doit d’être bien conçu et son orga­ni­sa­tion interne doit être opti­mi­sée. Pour aiguiller les dif­fé­rents acteurs en lien avec le bloc, des docu­ments trai­tant des dif­fé­rents aspects du bloc opé­ra­toire existent.
    En effet, il est pos­sible de trou­ver des docu­ments don­nant des conseils pour mener à bien la créa­tion ou la restruc­tu­ra­tion d’un bloc opé­ra­toire ou concer­nant l’organisation du bloc opé­ra­toire. Cepen­dant à l’heure actuelle, aucun outil détaillant tous les élé­ments à prendre en compte et les étapes pour créer un bloc opé­ra­toire n’existe. L’ingénieur bio­mé­di­cal, par ses com­pé­tences spé­ci­fiques et sa plu­ri­dis­ci­pli­na­ri­té est aujourd’hui ame­né à s’investir dans des pro­jets de concep­tion et d’aménagement des blocs opé­ra­toires, c’est pour­quoi la réa­li­sa­tion d’une car­to­gra­phie inter­ac­tive d’aménagement type d’une salle d’opération est néces­saire afin de lier l’efficacité, l’efficience et la qua­li­té per­çue pour l’ensemble des personnes. 

    I. Contexte du bloc opératoire

    1. Historique du bloc opératoire 

    Avant la fin du XIXème siècle, les chi­rur­giens ne pos­sé­daient pas de lieu à pro­pre­ment dit pour exer­cer un acte de chi­rur­gie. Ils exer­çaient à domi­cile, sur les champs de bataille ou dans des tentes for­tuites [1].
    Les pre­miers blocs opé­ra­toires sont nés à la fin du XIXème siècle avec les notions d’hygiène hos­pi­ta­lière. La décou­verte par Pas­teur de l’asepsie et de l’antisepsie par Lucas Cham­pion­nière per­met la créa­tion de salles dédiées à la chi­rur­gie avec du maté­riel spé­ci­fique.
    Par la suite, afin d’améliorer la qua­li­té des actes chi­rur­gi­caux, la tenue  du chi­rur­gien, la table d’opération et l’éclairage arti­fi­ciel feront leurs appa­ri­tions dans les salles de bloc opé­ra­toire.
    Le pre­mier essor des nou­velles tech­no­lo­gies de chi­rur­gie appa­raît suite à la seconde guerre mon­diale. Elles sont liées à l’apparition de nou­velles tech­niques d’imagerie comme la radio­gra­phie, l’échographie et l’IRM.
    En 2016, selon la sta­tis­tique annuelle des éta­blis­se­ments de san­té, ce n’est pas moins de 8,6 mil­lions d’actes chi­rur­gi­caux [2] qui ont été effec­tués et ce nombre d’interventions devrait aug­men­ter dans les années à venir avec l'augmentation de la popu­la­tion et l’augmentation du nombre de patho­lo­gies pou­vant être soi­gnées par actes chirurgicaux.

    2. Les blocs opératoires en France

    En France, en 2018, les soins hos­pi­ta­liers repré­sentent 46,4% de la consom­ma­tion de soins et de biens médi­caux (CSBM) soit plus de 94 Mil­liards d’euros et 91,7% de cette somme est prise en charge par la sécu­ri­té sociale [3]. Dû au fait que les actes médi­caux sont de plus en plus tech­niques et que le volume de per­sonnes pris en charge aug­mente chaque année, la somme des soins hos­pi­ta­liers a aug­men­té de près de 21% entre 2009 et 2018. Cepen­dant, ce chiffre est à rela­ti­vi­ser car avec les res­tric­tions bud­gé­taires des der­nières années, l’augmentation des coûts a dimi­nué dras­ti­que­ment (+3,9% en 2009 contre +0,8% en 2018) [3].
    Les soins hos­pi­ta­liers regroupent 4 grandes acti­vi­tés : La Méde­cine, Chi­rur­gie, Obs­té­trique (MCO), les Soins de Suite et de Réadap­ta­tion (SSR), l'Hospitalisation à Domi­cile (HAD) et la psy­chia­trie. La MCO est l’activité pre­nant en charge le plus de patients. En effet, sur les 12,8 mil­lions de patients hos­pi­ta­li­sés en France en 2018, 12,3 mil­lions de patients ont cumu­lé 18,8 mil­lions de séjours en MCO [3].

    La chi­rur­gie est une dis­ci­pline de la MCO, en 2017 près de 6,4 mil­lions d’interventions chi­rur­gi­cales ont été réa­li­sées en France. Grâce au pro­grès de la chi­rur­gie et de l’anesthésie, un grand nombre d’opérations sont doré­na­vant réa­li­sées en ambu­la­toire. Les séjours en ambu­la­toire sont avan­ta­geux pour l’établissement car le patient reste un jour à l’hôpital, l’établissement n’a donc pas à mobi­li­ser une chambre pen­dant plu­sieurs jours (gain finan­cier).  En France, le taux de recours à la chi­rur­gie ambu­la­toire a aug­men­té de 13% depuis 2011 pour pas­ser à 58% en 2018. De par ces avan­tages d’un point de vue éco­no­mique et médi­cal, les enti­tés fran­çaises ont pour objec­tif de faire pas­ser le taux de recours à la chi­rur­gie ambu­la­toire à 70% en 2020 [4].

    En 2017, la France comp­tait 7342 salles de bloc opé­ra­toires [5] répar­ties sur 981 hôpi­taux [6]. Envi­ron 44% de ces salles sont loca­li­sées dans les 433 hôpi­taux publics. En effet, la majo­ri­té des salles sont loca­li­sées dans des hôpi­taux pri­vés car une grande par­tie de ces éta­blis­se­ments inves­tissent dans des salles de chi­rur­gie pour une ques­tion de ren­ta­bi­li­té.
    Les nou­velles salles de bloc opé­ra­toire (public comme pri­vé) visant une ren­ta­bi­li­té maxi­male, ces espaces doivent être adap­tables afin qu’une grande par­tie des acti­vi­tés chi­rur­gi­cales puissent être exer­cées dans une même salle. 

    3. Le bloc opératoire, un lieu complexe soumis à de nombreuses contraintes

    • L’organisation du bloc un élé­ment impor­tant dans la per­for­mance du bloc

    Le bloc opé­ra­toire est un pôle tech­nique de l’établissement qui néces­site d’être rigou­reu­se­ment orga­ni­sé. En effet, afin d’assurer une flui­di­té dans la prise en charge des patients et de garan­tir un ren­de­ment opti­mal du bloc [7], il est néces­saire de pou­voir faci­le­ment adap­ter les acti­vi­tés et la dis­tri­bu­tion du per­son­nel en fonc­tion des besoins. Pour cela, il est néces­saire que le pro­gramme du bloc opé­ra­toire soit éta­bli et com­mu­ni­qué avec fia­bi­li­té. Lors de la réa­li­sa­tion du pro­gramme, il est impor­tant d’anticiper les opé­ra­tions impré­vues (urgence vitale ou autre) notam­ment en pré­voyant une ou plu­sieurs salles de libre et d’anticiper l’approvisionnement des consom­mables et l’immobilisation du maté­riel en cas de main­te­nance. Cer­tains éta­blis­se­ments ont des blocs opé­ra­toires dédiés à l’urgence, et non des salles. De plus, il est pri­mor­dial que les dif­fé­rents cir­cuits en chi­rur­gie (cir­cuit patient, maté­riel et per­son­nel) soient éta­blis avec pré­ci­sion afin d’assurer la sécu­ri­té du patient. 

    Concer­nant sa dis­po­si­tion, le bloc est consti­tué de plu­sieurs zones sou­mises à dif­fé­rentes orga­ni­sa­tions en fonc­tion des acti­vi­tés pratiquées.

    • La salle de bloc opératoire
      • La zone d’anesthésie
      • Le SAS d’accueil
      • La salle de réveil 
      • La sté­ri­li­sa­tion ; (à proxi­mi­té directe souhaitée)
      • Les locaux de stockage
      • Le ter­tiaire (bureau, salle de repos, de codage…)
    • Contraintes et équi­pe­ments

    Le bloc opé­ra­toire étant un pla­teau tech­nique de haute tech­no­lo­gie où sont réa­li­sés des actes inva­sifs, cet espace est régle­men­té (trai­te­ment des déchets, per­son­nel por­tant des vête­ments spé­ci­fiques…). De plus, il y a le prin­cipe d’asepsie pro­gres­sive afin de limi­ter les bio­con­ta­mi­na­tions.
    Concer­nant le maté­riel médi­cal, la majo­ri­té des appa­reils uti­li­sés pour réa­li­ser les actes médi­caux sont des dis­po­si­tifs médi­caux clas­sés selon leur niveau de cri­ti­ci­té pour le patient. En fonc­tion des spé­cia­li­tés, les dis­po­si­tifs médi­caux uti­li­sés vont varier. En effet, les équi­pe­ments uti­li­sés pour réa­li­ser de l’orthopédie (scie chi­rur­gi­cale, optique…) ne seront pas les mêmes que pour les opé­ra­tions de la rétine (micro­scopes chi­rur­gi­caux…). Il est donc néces­saire d’avoir suf­fi­sam­ment de maté­riel pour pou­voir réa­li­ser un grand nombre d’activités chi­rur­gi­cales. Il y a quand même une base com­mune ; éclai­rages, res­pi­ra­teurs, bistouris, …

    • De nom­breux acteurs

    Pour fonc­tion­ner cor­rec­te­ment, le bloc opé­ra­toire néces­site des res­sources humaines avec des com­pé­tences variées ayant des mis­sions bien défi­nies. Il est donc impor­tant que le bloc soit pen­sé et orga­ni­sé pour l’ensemble de ces acteurs afin de faci­li­ter la coor­di­na­tion entre ces pro­fes­sion­nels. En fonc­tion de leurs mis­sions vis à vis du patient,  les acteurs sont regrou­pés dans les 3 caté­go­ries suivantes : 

    • Les acteurs fixes qui com­portent les chi­rur­giens, les   anes­thé­sistes, les IBODE et les IADE
      • Les acteurs trans­verses qui com­portent le/la chef de ser­vice, les bran­car­diers, ou encore les AS
      • Les acteurs externes au bloc qui com­portent le per­son­nel des ser­vices tech­niques ou encore de la pharmacie.
    Figure 1 Sché­ma repré­sen­ta­tif des dif­fé­rents acteurs Source : auteurs 

    4. Enjeux

    Dans le contexte actuel, les hôpi­taux sont sou­mis à trois contraintes prin­ci­pales : le coût, les délais et la qua­li­té de l’acte. L’optimisation d’une salle de bloc opé­ra­toire a pour consé­quence une har­mo­ni­sa­tion de ces contraintes et un équi­libre entre la demande du patient et l’attente du chirurgien.

    Enjeux humains

    Comme pré­cé­dem­ment vu, de nom­breux acteurs sont impac­tés d’où la néces­si­té d’optimiser une salle de bloc opé­ra­toire.
    Une salle de bloc opé­ra­toire conçue de manière opti­male pour assu­rer la coor­di­na­tion des dif­fé­rents uti­li­sa­teurs, néces­site la connais­sance des besoins de chaque par­tie car l’implication de chaque acteur tend à rendre la salle de bloc opé­ra­toire effi­cace et effi­ciente.
    Les dif­fé­rents acteurs tech­niques en charge de la concep­tion et de l’aménagement de la salle de bloc opé­ra­toire ont donc un rôle essen­tiel puisqu’ils doivent recueillir les besoins des par­ties uti­li­sa­trices. En effet, ces acteurs doivent déter­mi­ner les élé­ments consti­tuant les salles (inté­gra­tions des écrans dans les murs, prises élec­triques, sus­pen­sion pla­fon­nière avec ancrage, posi­tion­ne­ment des fluides médi­caux, des bras…) de manière à ce que l’ensemble du per­son­nel du bloc soit satis­fait et que la sécu­ri­té des patients et du per­son­nel puissent être garan­tie.
    De plus, ces déci­sions ont un impact presque irré­ver­sible car une fois ces élé­ments ins­tal­lés, il est dif­fi­cile voire impos­sible de faire des modi­fi­ca­tions.
    De plus, par la qua­li­té des condi­tions de tra­vail, l’attractivité des pro­fes­sion­nels de san­té au sein d’un éta­blis­se­ment de san­té sera croissante.

    Enjeux finan­ciers

    Lors de la créa­tion ou la restruc­tu­ra­tion d’un bloc opé­ra­toire, l’établissement a la pos­si­bi­li­té de faire appel à des cabi­nets d’architectes et des socié­tés spé­cia­li­sées (Stry­ker, Drä­ger…) qui pro­posent des solu­tions de bloc opé­ra­toire aménagé/intégré. Cepen­dant, dans un sou­ci de res­tric­tion bud­gé­taire, il est pré­fé­rable que l’ingénieur bio­mé­di­cal puisse pla­ni­fier et gérer l’ensemble des étapes afin de pou­voir maî­tri­ser les coûts au maxi­mum.
    De plus, le coût horaire d’une salle de bloc opé­ra­toire étant éle­vé (600 euros/h) il est néces­saire que le taux d’occupation des salles soit le plus impor­tant pos­sible afin que l’établissement soit ren­table. Les salles doivent donc être conçues de manière à pou­voir accueillir un grand nombre d’activités en fonc­tion des besoins.
    Un gain finan­cier est éga­le­ment per­çu via le gain de temps repré­sen­té en amont par les acteurs de pro­jets lors de la concep­tion d’un bloc.

    Enjeux régle­men­taires

    De par la défi­ni­tion régle­men­taire exis­tante, l’ensemble des normes aux­quelles une salle de bloc opé­ra­toire est sou­mise est res­pec­té et maîtrisé.

    5. Éléments constitutifs d’une salle de bloc standard

    Définition d’une salle de bloc opératoire standard

    Une salle de bloc opé­ra­toire stan­dard est une salle d’activité chi­rur­gi­cale per­met­tant d’accueillir n’importe quelle spé­cia­li­té hos­pi­ta­lière excep­té la cardiologie. 

    Eléments constitutifs

    Nous dis­tin­guons trois grandes catégories : 

    • L’architecture
      • Les murs
      • Pla­fond
      • Dalle, Sols
      • Affi­chage
      • Porte
    • Les flux et fluides
      • Élec­tri­ci­té
      • Infor­ma­tique
      • Ven­ti­la­tion
      • Fluides médi­caux
    • Les équi­pe­ments
      • Fixes
        • Scia­ly­tiques
        • Bras de chirurgie
        • Bras d’anesthésie
        • Table opé­ra­toire
        • Ecrans de report
      • Mobiles
        • Equi­pe­ments médi­caux (bis­tou­ris, pompe à per­fu­sion, table..)
        • Equi­pe­ments non médi­caux (éta­gères de sto­ckage, chaise..)

    L’ensemble de ces caté­go­ries est régi par des exi­gences régle­men­taires que sont les lois et les normes.

    Problématique

    Com­ment amé­na­ger une salle de bloc opé­ra­toire stan­dard performante ?

    Le tra­vail réa­li­sé ici est des­ti­né prin­ci­pa­le­ment aux Ingé­nieurs Bio­mé­di­caux Hos­pi­ta­liers (IBMH) lors de la créa­tion ou la restruc­tu­ra­tion d'un bloc opé­ra­toire, dans l'objectif non pas de figer une solu­tion com­plète clé en main mais afin de don­ner les clés de réus­site tech­nique sur les points cri­tiques à trai­ter. C'est pour­quoi, une car­to­gra­phie d'aide d'aménagement est pro­po­sée en guise de check-list de ques­tions à se poser.

    II. Etat de l’art de l’architecture pour créer ou restructurer un bloc opératoire

    1. Maîtrise d’œuvre

    La maî­trise d’œuvre est la pre­mière étape de réa­li­sa­tion d’une salle de bloc opé­ra­toire. En effet, que ce soit la dalle, les murs, les sols ou pla­fonds, tous ces élé­ments, une fois mis en place seront irré­ver­sibles. Il est donc impé­ra­tif d’anticiper les besoins futurs pour l’équipement de la salle : l’emplacement et le nombre de prises élec­triques, l’arrivée des fluides médi­caux, l’agencement de la salle (l’entrée du lit du patient qui déter­mi­ne­ra l’emplacement du bras d’anesthésie), les écrans de moni­to­ring, les éclai­rages. Il faut éga­le­ment pré­voir les moda­li­tés de secours en cas de pannes.

    • La dalle :

    Il est indis­pen­sable de connaître au préa­lable l’ordre de gran­deur concer­nant la masse totale des maté­riaux qui seront posés sur le sol afin de pré­voir la  charge sup­por­tée par la dalle [8].

    • Les murs :

    Les murs peuvent être recou­verts de maté­riaux en poly­chlo­rure de vinyle ou être peints avec une pein­ture spé­ci­fique conte­nant du poly­uré­thane afin d’éviter une dété­rio­ra­tion chi­mique lors de la dés­in­fec­tion de la salle d’opérations ou encore de limi­ter les impacts dus aux maté­riaux mobiles. Ils doivent suf­fi­sam­ment être résis­tant afin de pou­voir y fixer des élé­ments d’ancrage et d’y accueillir les prises élec­triques, com­mandes d’éclairage, de ven­ti­la­tion et l’apport des fluides médi­caux [8].

    Des élé­ments modu­laires dépla­çables, tels que des cloi­sons types salle blanche en HPL (High Pres­sure Lami­nate) per­mettent d’envisager l’évolutivité de la salle [9].

    A noter la néces­si­té de fenêtre avec un éclai­rage natu­rel et la pos­si­bi­li­té pour cer­taines chi­rur­gies de leurs occlusions.

    • Le pla­fond :

    Comme tout élé­ment consti­tu­tif de la salle d’opérations, le pla­fond devra être lisse et lavable. Il est impor­tant de le conso­li­der si besoin afin de pou­voir y fixer les élé­ments d’ancrage tels que les éclai­rages ou bras de chi­rur­gie. De plus, en cas de pro­blème, il faut pré­voir une trappe pour faci­li­ter l’accès aux tech­ni­ciens de main­te­nance [9]. La main­te­nance, d’une manière géné­rale doit pou­voir se faire sans accès direct à la salle ven­ti­la­tion, gaine tech­nique (infor­ma­tique).

    • Les sols :

    Les sols plas­tiques en poly­chlo­rure de vinyle sont en géné­ral uti­li­sés ce qui per­met d’assurer la résis­tance à l’usure dû aux nom­breux dépla­ce­ments des maté­riels mobiles ain­si qu’à la masse que repré­sente le maté­riel fixe, comme la table d'opération ou le bras d’anesthésie. Suf­fi­sam­ment rigide pour que les élé­ments lourds puissent être dépla­cés sans contrainte. De plus les sols doivent être modu­lables pour faci­li­ter leur remon­tée sur les murs de l’ordre de 15 à 20 cm. Les sols doivent éga­le­ment être lisses et résis­tant aux pro­duits chi­miques uti­li­sés lors de l’intervention ou durant la phase de dés­in­fec­tion de la salle d’opération [8].

    Un clas­se­ment UPEC [10] (Usure, Poin­çon­ne­ment, Eau, Chi­mie) éta­bli selon le Centre Scien­ti­fique et Tech­nique du Bâti­ment (CSTB) est à respecter.

    • La porte :

    Les portes doivent être étanches et de lar­geur suf­fi­sam­ment grande pour per­mettre le pas­sage sans contraintes du bran­card et de maté­riaux. Il est pré­fé­rable qu’elles soient cou­lis­santes et à com­mandes non manuelles. La pré­sence de hublot est sou­hai­table afin de per­mettre aux pro­fes­sion­nels de san­té une vue de la salle directe sans avoir à entrer dans la salle.
    Le plom­bage de la porte est obli­ga­toire lors d’utilisation de rayon­ne­ments ioni­sants ou radio­ac­tifs. En cas de pré­sence d’un hublot sur la porte, des films de plomb pour­ront y être apposés.

    2. Flux et fluides

    Les flux et les fluides vont être étu­diés lors de la phase de concep­tion car une fois la salle construite il est dif­fi­cile d’y effec­tuer des modi­fi­ca­tions. Situés dans les salles de blocs opé­ra­toires mais aus­si dans tout l’hôpital, ils sont sou­mis à de nom­breux textes régle­men­taires afin de garan­tir la sécu­ri­té du patient ain­si que celle des uti­li­sa­teurs. On retrouve des textes à carac­tère obli­ga­toire comme l'arrêté du 22 octobre 1982 (sécu­ri­té des appa­reils dis­tri­buant le gaz) ou encore des normes non obli­ga­toires comme la FD S90-155 [11].

    • La ven­ti­la­tion :

    Pour garan­tir l’asepsie de la salle, il est impor­tant que la ven­ti­la­tion soit bien assu­rée. En effet, cet élé­ment tech­nique va per­mettre l’évacuation des par­ti­cules situées dans la salle d’opérations tout en garan­tis­sant le confort du patient et du per­son­nel de san­té. Au bloc opé­ra­toire, les sys­tèmes de ven­ti­la­tion régulent le débit d’air, la tem­pé­ra­ture ain­si que l’humidité. Lors de cette étape, il est impor­tant de bien sélec­tion­ner le type de dif­fu­sion en fonc­tion du niveau de risque de la zone opé­ra­toire. La notion de sur­pres­sion de la salle doit être garantie.

    Il sera aus­si néces­saire de sélec­tion­ner la cen­trale de trai­te­ment d’air qui per­met de fil­trer les par­ti­cules pour que celles-ci ne se  retrouvent pas dans la salle [11].
    Selon l’activité opé­ra­toire, la classe de la salle dif­fère (entre 1 et 4a). Les actes opé­ra­toires devant être réa­li­sés dans des salles où la classe de risque est au mini­mum celle de la norme, il ne sera donc pas pos­sible de réa­li­ser un acte de classe 4a dans une salle de classe 2. Dans un sou­ci d’évolutivité, il est légi­time de vou­loir conce­voir une salle opé­ra­toire de classe 4a afin d’y accueillir tout type d’opération. Cepen­dant ce type de salle coûte net­te­ment plus cher en concep­tion et en uti­li­sa­tion qu’une salle de classe de risque infé­rieur. Il est donc très impor­tant de déter­mi­ner au préa­lable les acti­vi­tés qui vont être réa­li­sées dans la salle afin de limi­ter les coûts liés à la surqualité.

    • Élec­tri­ci­té :

    Afin de pro­té­ger des chocs élec­triques les patients et le per­son­nel, il sera impor­tant de bien suivre les dif­fé­rentes régle­men­ta­tions (mettre une prise terre, pré­voir des sources d’alimentation en cas de cou­pure…). Les dif­fé­rents équi­pe­ments de la salle opé­ra­toire ayant des uti­li­tés dif­fé­rentes, il sera néces­saire de connaître les élé­ments reliés au sys­tème TN  et ceux reliés au sys­tème IT médi­cal [9].

    Concer­nant les prises, il est néces­saire de dimen­sion­ner au mieux leur nombre afin que l’ensemble des acti­vi­tés pré­vues dans la salle puissent y être réa­li­sées de manière opti­male tout en limi­tant le coût lié à un sur­di­men­sion­ne­ment (prendre en compte les prises des bras de dis­tri­bu­tion).
    De plus afin de faci­li­ter les condi­tions de tra­vail des uti­li­sa­teurs, leur posi­tion­ne­ment devra être réflé­chi au préa­lable et le type de prise devra être clai­re­ment iden­ti­fiable par des cou­leurs (rouge pour les prises ondu­lées, vert pour les prises reliées au sché­ma TN…).

    • Gaz médi­caux :
    Figure 2 Code cou­leur des gaz médi­caux Source : auteurs 

    Il existe deux types de gaz au bloc opé­ra­toire, les gaz médi­ci­naux qui vont notam­ment être uti­li­sés pour oxy­gé­ner, anes­thé­sier ou encore sou­la­ger le patient et les gaz consi­dé­rés comme des dis­po­si­tifs médi­caux (dioxyde de car­bone uti­li­sé en cœlio­sco­pie). Dans les éta­blis­se­ments de san­té, les prises de fluides ont des cou­leurs spé­ci­fiques en fonc­tion de la nature du gaz (jaune : vide ; bleu : pro­toxyde d’azote ;  air : noire avec tiret blanc ; Azote : noir ; oxy­gène blanc) (Figure 1). De plus, les prises sont spé­ci­fiques à chaque gaz afin d’éviter les erreurs d’administration. Nor­ma­le­ment un sys­tème com­plet de ges­tion de gaz com­porte une cen­trale d’alimentation, un réseau de cana­li­sa­tion et des prises murales. Cepen­dant dans le cadre de notre guide, seul le réseau de cana­li­sa­tion de la salle et les prises seront expli­ci­tés [9]. Les prises peuvent être murales ou bien pro­ve­nir du bras de dis­tri­bu­tion. Si l’établissement opte pour un bras de dis­tri­bu­tion, il devra s’assurer que des solu­tions sont pré­vues en cas de dys­fonc­tion­ne­ment du bras. 

    • Réseau infor­ma­tique et vidéo : 

    Le réseau infor­ma­tique est très impor­tant car il va per­mettre de faire tran­si­ter et de sto­cker diverses don­nées. En effet, de nom­breux équi­pe­ments médi­caux peuvent être connec­tés en réseau et il est donc néces­saire de pré­voir les prises infor­ma­tiques dès la concep­tion. Le réseau infor­ma­tique est un point sen­sible de tout éta­blis­se­ment de san­té car mal sécu­ri­sé, les don­nées patients et du per­son­nel seront alors vul­né­rables. En effet, si une per­sonne mal inten­tion­née décide de les pira­ter, cela peut être lourd de consé­quences pour l’établissement de san­té (don­nées de patients per­dues ou fausses entrai­nant une mau­vaise prise en charge, uti­li­sa­tion de cer­tains dis­po­si­tifs médi­caux impos­sible pour la réa­li­sa­tion de l’opération, arrêt de l’activité, plainte…). Afin de limi­ter les risques, il est conseillé de pré­voir un mode dégra­dé de ce réseau afin que l’activité de l’établissement puisse conti­nuer en cas de dys­fonc­tion­ne­ment. De plus dans un sou­ci de per­for­mance, il est impor­tant que ce réseau soit cor­rec­te­ment dimen­sion­né et que le local infor­ma­tique soit sur­di­men­sion­né afin d’anticiper les évo­lu­tions car ce domaine évo­lue de façon per­ma­nente.
    Le réseau vidéo per­met au per­son­nel de san­té de pou­voir visua­li­ser les actes médi­caux sur des écrans. Mal­gré une trans­mis­sion vidéo sans fils pos­sible,  la majo­ri­té des éta­blis­se­ments conti­nuent d’utiliser des réseaux filaires. Dans cette situa­tion, il sera impor­tant de sur­di­men­sion­ner les gaines afin d’anticiper les évo­lu­tions futures.

    3. Équipements

    Par­mi les équi­pe­ments, nous avons les dis­po­si­tifs médi­caux et les équi­pe­ments non médi­caux. Lors de la phase d’aménagement, il est impor­tant de prendre en consi­dé­ra­tion les élé­ments les plus encom­brants et fixes car leurs posi­tion­ne­ments impac­te­ront dès la phase archi­tec­tu­rale  du bloc opératoire.

     
    • Les Scia­ly­tiques
    Figure 3 Eclai­rages opé­ra­toires fixés sur bras arti­cu­lé (Source : auteurs) 

    Ini­tia­le­ment le scia­ly­tique est le nom de marque d’un lumi­naire, qui désigne l’éclairage de bloc opé­ra­toire. Les éclai­rages peuvent être dif­fé­rents selon les spé­cia­li­tés. Par exemple, en chi­rur­gie vas­cu­laire, le chi­rur­gien a besoin de visua­li­ser le flux san­guin et selon l’éclairage uti­li­sé et les tem­pé­ra­tures géné­rées, la cou­leur du sang peut être dif­fé­rente. La res­ti­tu­tion fidèle des cou­leurs est donc pri­mor­diale.  Une adap­ta­bi­li­té de ce lumi­naire aux dif­fé­rentes acti­vi­tés de chi­rur­gie sera prise en compte [14].
    Aujourd’hui les éclai­rages uti­lisent comme tech­no­lo­gie des LED blanches ou des LED de cou­leur. Il est néces­saire d’avoir un éclai­rage com­pris entre 20 000 et 100 000 lux lors des pro­cé­dures chi­rur­gi­cales. L’éclairement ne sera pas iden­tique selon la pro­fon­deur du tis­su à opé­rer. Cette dif­fé­rence est due à l’absorption du fais­ceau lumi­neux dans le tis­su rouge[9]. De façon géné­rale, l’éclairage est posi­tion­né à 1 mètre du patient et der­rière l’épaule du chi­rur­gien [9].
    Le scia­ly­tique doit être étanche, maniable et facile à décon­ta­mi­ner. L’autonomie de la bat­te­rie, le type, la taille et la forme des cou­poles sont des élé­ments à prendre en compte lors du choix de l’équipement à ins­tal­ler.
    Des carac­té­ris­tiques impor­tantes  sont à prendre en compte au niveau des lampes chi­rur­gi­cales : l’illumination (en lux), la qua­li­té de la cou­leur (tem­pé­ra­ture dépen­dante), la sur­face de l’éclairage avec un dia­mètre mini­mal de 20 cm et une pro­fon­deur de tra­vail mini­male de 70 cm pour le champ opé­ra­toire et la cha­leur pour pré­ve­nir les tis­sus de l’exposition [9].

    Un point d’attention par­ti­cu­lière à ce niveau est la com­pa­ti­bi­li­té du ou des scia­ly­tiques  avec les bras pla­fon­niers [9]. D’un point de vue régle­men­taire, les lampes chi­rur­gi­cales font l’objet de plu­sieurs normes dont notam­ment la norme NFC 15-111 et la norme NF EN 60601-2-41.

    • La table de bloc opératoire 
    Figure 4 Table de bloc opé­ra­toire Source : auteur 

    C’est l’élément cen­tral de la salle de bloc opératoire. 

    Une table de bloc opé­ra­toire est com­po­sée d’un socle ou pied, d’une colonne et d’un pla­teau. Ce pla­teau peut être fixe ou mobile. Il en existe deux catégories : 

    • les tables conven­tion­nelles non dis­so­ciables dont le pla­teau est non trans­fé­rable de l’ensemble du sup­port qui est fixé au sol. Le trans­fert du patient de son bran­card à la table se fait par le per­son­nel [9].
    • et les sys­tèmes de trans­fert où le pla­teau est dis­so­ciable ou inter­chan­geable selon les spé­cia­li­tés. Ces der­niers per­mettent une meilleure poly­va­lence des salles d’opérations, une limite de trans­fert de poids à répé­ti­tion pour le per­son­nel  mais sont coû­teuses [9].

    Après avoir effec­tué le choix du type de table au sein de la salle de bloc, le choix des com­mandes du pla­teau sont à effec­tuer (méca­nique, hydrau­lique ou élec­trique). Un réseau élec­trique avec prise de terre est indis­pen­sable pour les tables élec­triques [9].
    La dis­po­si­tion de la table par rap­port à la porte d’entrée est impor­tante à prendre en compte car elle per­met­tra l’entrée plus facile des bran­cards. Le posi­tion­ne­ment de la table d’opération est direc­te­ment lié à l’emplacement du poste ou du bras d’anesthésie.  Les dimen­sions de la table et son poids (pou­vant aller jusqu’à 300 kg à charge vide) sont à consi­dé­rer dès l’architecture.
    Les tables d’opérations sont sou­mises à régle­men­ta­tion, comme par exemple la lettre-cir­cu­laire DH/EM 1 n°96-4459 du 12 août 1996 rela­tive à la sécu­ri­té d'utilisation des dis­po­si­tifs médi­caux, inci­dents ou risques d'incidents liés à l'utilisation de tables d'opération, la lettre-cir­cu­laire DH/EM1 98-1133 du 27 jan­vier 1998 spé­ci­fique aux risques d’utilisation des tables d’opération à pla­teau trans­fé­rable [8] et le Code de la San­té Publique, Article D6124-403.

    • Bras d’anesthésie
    Figure 5 Par­tie d’un bras lourd d'anesthésie Source : auteurs 

    Selon son posi­tion­ne­ment et son amé­na­ge­ment mural, un bras pla­fon­nier d’anesthésie per­met d’avoir une meilleure flexi­bi­li­té contrai­re­ment aux prises murales. La sécu­ri­té, l’ergonomie et l’hygiène sont les trois élé­ments phares pour cet équi­pe­ment. Ain­si une meilleure opti­mi­sa­tion de l’espace de tra­vail pour­rait être effec­tuée et les pra­ti­ciens auront une meilleure acces­si­bi­li­té du patient selon les spé­cia­li­tés [8].

    Cet équi­pe­ment est posi­tion­né côté tête du patient. 

    Trois dif­fé­rents types de bras existent :

    • Le bras simple (dis­tri­bu­tion de l’ensemble des fluides et des cou­rants forts et faibles) 
    • Le bras semi lourd (bras simple avec sup­port des appa­reils néces­saires à l’équipe d’anesthésie, excep­té le ventilateur)
    •  Le bras lourd (com­pre­nant l’ensemble de la sta­tion d’anesthésie, y com­pris le ven­ti­la­teur) utile pour les inter­ven­tions lourdes [8].

    Le choix du type de bras sera pris en compte au niveau de la charge plafonnière.

    • Bras chi­rur­gi­cal
    Figure 6 Exemple de bras chi­rur­gi­cal simple Source : auteur 

    Ce dis­po­si­tif est plus simple qu’un bras d’anesthésie.

    Il en existe deux types : 

    • le bras simple qui délivre des cou­rants forts et faibles uni­que­ment en plus de l’air com­pri­mé médi­cal et du vide
    • le bras semi lourd qui com­prend en plus les bis­tou­ris élec­triques et la colonne d’endoscopie [8].

    Il est impor­tant de pen­ser à l’adaptabilité de ce bras aux dif­fé­rentes spé­cia­li­tés de chi­rur­gie. Il faut faire atten­tion à ne pas figer le maté­riel de la salle, entraî­nant moins de poly­va­lence. Ceci obli­ge­rait éven­tuel­le­ment à démul­ti­plier les équi­pe­ments dans toutes les salles. En cas de panne d’un équi­pe­ment, le démon­tage est néces­saire. Il y a donc moins de sou­plesse par rap­port à un équi­pe­ment mobile. Tout comme le bras d’anesthésie, le bras de chi­rur­gie pré­sente aus­si un impact au niveau de la charge plafonnière.

    • Écrans de report 

    Les écrans, qui sont spé­cia­li­té-dépen­dantes, devront être posi­tion­nés et por­tés sur des portes-écrans grâce aux ancrages pré­vus. Ces écrans devront être com­pa­tibles au champ sté­rile, facile au net­toyage et à la décon­ta­mi­na­tion. Ils devront avoir une bonne réso­lu­tion et une bonne qua­li­té d’image afin de visua­li­ser en détails les vidéos d’opérations chi­rur­gi­cales spé­ci­fiques à cer­taines spé­cia­li­tés. Les four­reaux élec­triques et vidéo seront à adapter. 

    • Ancrages sup­plé­men­taires

    Il est utile de pré­voir des ancrages sup­plé­men­taires pour per­mettre à la salle d’évoluer selon les nou­velles technologies.

    III. Proposition d’un guide d’aménagement type d’une salle standard de bloc opératoire, cas pratique du CHU de Caen

    1. Outil d’aide d’aménagement

    Depuis les années 80, de nom­breuses évo­lu­tions en termes d’électronique, infor­ma­tique, robo­tique et de numé­ri­sa­tion des don­nées ont vu le jour. En tenant en compte de ces évo­lu­tions, le prin­cipe de base de construc­tion d’une salle de bloc opé­ra­toire reste le même : assu­rer la qua­li­té des soins aux patients par la maî­trise des risques et des exi­gences.
    L’outil pro­po­sé est une car­to­gra­phie inter­ac­tive d’aménagement d’une salle opé­ra­toire. Elle a pour objec­tif de répondre au plus près des besoins quo­ti­diens des uti­li­sa­teurs à tra­vers l’équipe pro­jet de réa­li­sa­tion.
    Une car­to­gra­phie inter­ac­tive sous for­mat « pdf » est mise à dis­po­si­tion pour per­mettre de navi­guer entre les items qui consti­tuent l’aménagement d’une salle d’opérations.

    Elle est constituée : 

    • d’un mode opé­ra­toire afin d’aider l’utilisateur dans sa prise en main.
    Figure 7 Mode opé­ra­toire de la car­to­gra­phie d'aménagement d’une salle stan­dard type de bloc opé­ra­toire Source : auteurs 
    • d’une vue globale 
    Figure 8 Vue glo­bale de la car­to­gra­phie d'aménagement d'une salle stan­dard type de bloc opé­ra­toire Source : auteurs 
    • d’une vue détaillée 
    Figure 9 Vue détaillée de la car­to­gra­phie d'aménagement d'une salle stan­dard type de bloc opé­ra­toire Source : auteurs 
    • d’une vue détaillée de chaque sous parties
    Figure 10 Vue détaillée d'une sous par­tie de la car­to­gra­phie d'aménagement d'une salle stan­dard type de bloc opé­ra­toire Source : auteurs 
    • chaque sous par­ties com­pre­nant les élé­ments néces­saires à prendre en compte
    Figure 11 Exemple de sous par­tie com­por­tant les élé­ments requis à l'aménagement d'une salle stan­dard type de bloc opé­ra­toire Source : auteurs 

    Cette icône per­met de navi­guer entre les dif­fé­rentes par­ties et sous par­ties, à tout moment lors de l’utilisation de l’outil .

    2. Situation au sein du CHU de Caen

    La construc­tion actuelle du CHU de Caen remonte vers la fin des années 70 dont il était à la pointe des tech­no­lo­gies [17]. Durant les années 80, de nom­breuses évo­lu­tions appa­rurent telles qu’informatique, tech­no­lo­gique, robo­tique, numé­rique. L’état des lieux actuel du CHU de Caen montre une inadap­ta­tion face à ses nou­velles évo­lu­tions, c’est pour­quoi, en 2010, Madame Rose­line Bache­lot, Ministre de la San­té et des Sports (2007-2010) annon­çait offi­ciel­le­ment la recons­truc­tion du CHU de Caen. Ce pro­jet sera lan­cée par Mari­sol Tou­raine, Ministre des Affaires Sociales et de la San­té (2012-2017), en 2016 pour un bud­get de 500M€ [18].
    Le CHU de Caen com­porte aujourd’hui 27 salles de bloc opé­ra­toire ain­si qu’un équi­pe­ment d’imagerie et des salles dédiées [19]. Le pro­jet 2026 pré­voit « un pla­teau tech­nique et ser­vice de soins » où 35 salles de bloc opé­ra­toire sont pré­vues au 1er étage ain­si qu’un pla­teau d’imagerie (entre autre) au rez-de-chaussée.

    Cette néces­si­té de construc­tion implique une coor­di­na­tion entre tous les corps de métier afin de four­nir aux patients une qua­li­té de soins. Le tra­vail que l’équipe pro­jet pro­pose à l’ingénieur bio­mé­di­cal par la réa­li­sa­tion d’une car­to­gra­phie d’aide à l’aménagement d’une salle stan­dard type de bloc opé­ra­toire per­met aux futurs confec­tion­neurs d’avoir une vue glo­bale des élé­ments à ne pas oublier lors de la réa­li­sa­tion de la salle, le but étant de rele­ver les ques­tions que le lec­teur doit se poser afin de répondre aux attentes de l’ensemble des uti­li­sa­teurs. Pour se faire, l’équipe pro­jet s’est ren­due sur place afin de réa­li­ser un état des lieux de l’existant pour  s’approcher au mieux des attentes futures et s’est éga­le­ment appuyée sur une veille biblio­gra­phique d’une par­tie de tra­vaux déjà effectués.

    3. Proposition de plan

    Cette pro­po­si­tion de plan [9] est réa­li­sée à par­tir des élé­ments prin­ci­paux cités dans la car­to­gra­phie inter­ac­tive liée à ce mémoire d’intelligence métho­dique.
    Les dimen­sions de la salle ne sont pas figées. La base de la salle pro­po­sée suit la forme d’un car­ré.
    Aucune indi­ca­tion fixe concer­nant le nombre de prises à ins­tal­ler est noté.  Le choix des dif­fé­rents élé­ments consti­tuant la salle est lais­sé libre. Cette pro­po­si­tion de plan reflète une pos­si­bi­li­té par­mi d’autres et ne défi­nit en aucun cas la salle d’opérations à adopter.

    Figure 12 Pro­po­si­tion d'un plan d'aménagement d'une salle d'opération Source : auteur 

    Conclusion

    Ce pro­jet a pour fina­li­té d’amener des pistes de réflexion à l’ensemble des per­son­nels en charge de la réa­li­sa­tion d’une salle de bloc opé­ra­toire. Pour se faire, une car­to­gra­phie inter­ac­tive, ras­sem­blant la majo­ri­té des élé­ments à prendre en consi­dé­ra­tion, est mise à dis­po­si­tion.
    Le carac­tère mul­tiple des para­mètres à prendre en consi­dé­ra­tion tels que les pra­tiques et équi­pe­ments spé­ci­fiques de chaque hôpi­tal, l’organisation interne des pra­tiques du corps pro­fes­sion­nels, et le finan­ce­ment attri­bué à la réa­li­sa­tion d’un pro­jet de recons­truc­tion,  incite l’équipe pro­jet à faire une pro­po­si­tion de plan de salle d’opération non uni­ver­selle.
    Les évo­lu­tions futures en termes de tech­no­lo­gie, d’informatique, de numé­ri­sa­tion de don­nées tendent à devoir  lais­ser une marge de manœuvre dans l’élaboration de la salle de bloc opé­ra­toire afin que celle-ci soit en per­ma­nence à la pointe et per­mette une qua­li­té de soins déli­vrés aux patients des plus performantes.

    Références bibliographiques

    [1]       Asso­cia­tion du Musée Hos­pi­ta­lier Régio­nal de Lille, « La lettre du patri­moine hos­pi­ta­lier et médi­cal du Nord-Pas-de-Calais », no 17, sept. 2015.


    [2]       ATIH, « Indi­ca­teurs glo­baux 2018 (GDR) | Sta­tis­tiques ATIH », Scan san­té, 2018. [En ligne]. Dis­po­nible sur : https://www.scansante.fr/. [Consul­té le : 30-nov-2019].


    [3]       DREES, « Les dépenses de san­té en 2018 ». Edi­tion DREES, www.drees.solidarites-sante.gouv.fr, 2019


    [4]       Minis­tère des soli­da­ri­tés et de la san­té, « Les chiffres clés de l’offre de soin ». www.solidarites-sante.gouv.fr, Edi­tion-2018.


    [5]       « Health faci­li­ties : num­ber of ope­ra­ting rooms France 2017 | Sta­tis­ta », Sta­tis­ta, 2019. [En ligne]. Dis­po­nible sur : https://www-statista-com. [Consul­té le : 30-nov-2019].


    [6]       « Num­ber of hos­pi­tals with at least one ope­ra­ting room France 2017 | Sta­tis­ta », Sta­tis­ta, 2019. [En ligne]. Dis­po­nible sur : https://www-statista-com. [Consul­té le : 30-nov-2019].


    [7]       Claude Girard, Sali­ma Ben­kha­dra, et Younes Ouard­hi­ri, « Concep­tion archi­tec­tu­rale et fonc­tion­nelle d’un bloc opé­ra­toire », Prat. En Anesth. Réani­ma­tion, vol. 10, no 4, p. 299‑304, sept. 2006, doi : 10.1016/S1279-7960(06)75584-X


    [8]      Fagot L., « Guide pour la concep­tion et la réno­va­tion des blocs opé­ra­toires », Uni­ver­si­té de Tech­no­lo­gie de Com­piègne, Diplôme d’études supé­rieures spé­cia­li­sées Tech­no­lo­gies bio­mé­di­cales hos­pi­ta­lières (TBH), Rap­port de stage, DESS TBH ref n°089, 2000.


    [9]       Patrick Breack, Com­prendre et conce­voir le bloc opé­ra­toire, Hos­pi­hub. 2018.


    [10]     « Notice sur le clas­se­ment UPEC et Clas­se­ment UPEC des locaux ». Edi­tion CSTB, Marne la Val­lée www.cstb.fr/, juin-2018. .


    [11]     ARS, « Blocs opé­ra­toires et locaux asso­ciés Guide de bonnes pra­tiques de concep­tion ». oct-2018.


    [12]     Lam­bert Hadrot, « Éclai­rage opé­ra­toire », RBM-News, vol. 20, no 3, p. 9‑15, mai 1998, https://doi-org.ezproxy.utc.fr/10.1016/S0222-0776(98)80029-1


    [13]     « Recons­truc­tion du CHU de Caen - Nor­man­die Concer­ta­tion préa­lable Bilan du garant ». Edi­tions CNDP, www.debatpublic.fr, 21-juill-2019.


    [14]     « Centre Hos­pi­ta­lier Uni­ver­si­taire de Caen Nor­man­die », 2019. [En ligne]. Dis­po­nible sur : https://www.chu-caen.fr/. [Consul­té le : 10-déc-2019]


    [15]     « Nou­veau CHU de Caen, l’hôpital uni­ver­si­taire de demain ». Edi­tions Uniks­tu­dio, Hérou­ville-Saint-Claire, www.unikstudio.fr, 2019.

    searchhomearrow-circle-left