• IDS075 - Guide d'accompagnement pour la mise sur le marché d'un Dispositif Médical

    Avertissement

    Les projets ou stages publiés auxquels vous accédez sont des rapports d'étudiants et doivent être pris comme tels. Il peuvent donc comporter des imperfections ou des imprécisions que tout lecteur doit admettre et donc supporter. Il ont été réalisés pendant les périodes de formation et constituent avant-tout des travaux de compilation bibliographique, d'initiation et d'analyse sur des thématiques associées aux concepts, méthodes, outils et expériences sur les démarches qualité dans les organisations ou sur les technologies en santé.

    Si, malgré nos précautions, vous avez des raisons de contester ce droit de diffusion libre, , nous nous efforcerons d'y apporter une réponse rapide. L'objectif de la présentation des travaux sur le web est de permettre l'accès à l'information et d'augmenter ainsi la qualité des échanges professionnels.

    Nous ne faisons aucun usage commercial des travaux de projet ou de stage publiés, par conséquent les citations des informations et l'emploi des outils mis à disposition sont totalement libres. Dans ce cas, nous vous demandons de respecter les règles d'éthique en citant explicitement et complètement vos sources bibliographiques.

    Bonne lecture...

    Auteures

    Contacts

    Citation

    A rap­pe­ler pour tout usage : A. Guillo­teau, E. de Beau­fort, M. Paul et M. Gior­gi, "Guide d'accompagnement pour la mise sur le mar­ché d'un Dis­po­si­tif Médi­cal", Uni­ver­si­té de Tech­no­lo­gie de Com­piègne (France), Mas­ter Ingé­nie­rie de la san­té par­cours Tech­no­lo­gies Bio­mé­di­cales et Ter­ri­toires de San­té, Mémoire de pro­jet, Décembre 2020, https://travaux.master.utc.fr/formations-master/ingenierie-de-la-sante/ids075/ ; https://doi.org/10.34746/nf04-kg53

    Article publié

    Suite à ces tra­vaux, un article a été publié : ID interne : 2021_03_idsap

    Résumé 

    Face à la crise sani­taire du COVID-19, les éta­blis­se­ments de san­té ont deman­dé une mul­ti­pli­ca­tion des dis­po­si­tifs médi­caux dis­po­nibles pour trai­ter les patients en insuf­fi­sance res­pi­ra­toire : les ven­ti­la­teurs arti­fi­ciels. C’est ain­si que de nom­breuses ini­tia­tives indé­pen­dantes ont vu le jour pour pro­po­ser des ven­ti­la­teurs fabri­qués par des ingé­nieurs ou fabri­cants indé­pen­dants afin de sup­pléer à un manque dans cer­tains hôpi­taux. Pour ce faire, les équipes d’experts avaient besoin de connaitre et appli­quer les règle­men­ta­tions néces­saires et obli­ga­toires afin de dif­fu­ser et com­mer­cia­li­ser leur dis­po­si­tif ou inno­va­tion. Pour cela, ce guide d’accompagnement à la mise sur le mar­ché d’un Dis­po­si­tif Médi­cal, expose toutes les phases dans l’ordre chro­no­lo­gique à suivre pour un por­teur de pro­jet d’innovation bio­mé­di­cale. L’utilisateur sera alors gui­dé à par­tir de l’étude du mar­ché et de la concur­rence jusqu’à la sur­veillance après com­mer­cia­li­sa­tion de son dis­po­si­tif. En sui­vant judi­cieu­se­ment les étapes expli­ci­tées dans des fiches tech­niques spé­ci­fiques, le fabri­cant s’assure de four­nir les docu­ments néces­saires aux auto­ri­tés com­pé­tentes et de pro­duire un dis­po­si­tif conforme aux régle­men­ta­tions euro­péennes. Une car­to­gra­phie inter­ac­tive sous forme de spi­rale, per­met à l’utilisateur d’avoir une vision glo­bale de son pro­ces­sus et d’avancer pas à pas vers la mise sur le mar­ché. L’aboutissement de cet outil sera la mise à dis­po­si­tion de l’innovation dans les éta­blis­se­ments de san­té et l’utilisation par les pro­fes­sion­nels pour leurs patients. 

    Summary 

    Facing the health cri­sis of COVID-19, heal­th­care ins­ti­tu­tions have reques­ted to increase the num­ber of medi­cal devices avai­lable. For the COVID-19 disease, arti­fi­cial ven­ti­la­tors are nee­ded to treat patient with SARDS (Acute res­pi­ra­to­ry dis­tress syn­drome). As a result, many inde­pendent ini­tia­tives have emer­ged to offer ven­ti­la­tors manu­fac­tu­red by inde­pendent engi­neers or manu­fac­tu­rers. It could be used to make up for a shor­tage in some hos­pi­tals. To do so, teams of experts nee­ded to know and apply the man­da­to­ry regu­la­tions in order to spread and mar­ket their new device. Then, this com­mer­cia­li­za­tion guide for a Medi­cal Device, sets out all the phases in chro­no­lo­gi­cal order to fol­low for a bio­me­di­cal inno­va­tion pro­ject. It will guide the user from the bench­mark stu­dy to the post-com­mer­cia­li­za­tion sur­veillance of its device. By judi­cious­ly fol­lo­wing the steps explai­ned in spe­ci­fic tech­ni­cal sheets, the manu­fac­tu­rer ensures that he pro­vides the neces­sa­ry docu­ments to the com­petent autho­ri­ties and pro­duces a device that com­plies with Euro­pean regu­la­tions. A spi­ral inter­ac­tive car­to­gra­phy allows the user to have a glo­bal vision of his pro­cess and to pro­gress step by step towards the com­mer­cia­li­za­tion. The out­come of this tool will be the avai­la­bi­li­ty of use of the device in hos­pi­tals for patient care. 

    Téléchargements

    IDS075_Mémoire
    IDS075_Poster
    IDS075_Guide
    IDS075_Matrice de décision
    IDS075_Livret fiches techniques

    Mémoire complet :

    Guide d'accompagnement pour la mise sur le marché d'un Dispositif Médical

    Introduction

    Dans le contexte de crise sani­taire qu’a ren­con­tré le monde entier depuis jan­vier 2020, la san­té et les dis­po­si­tifs médi­caux (DM) sont plus que jamais au centre de toutes les pré­oc­cu­pa­tions. Il est alors pri­mor­dial aujourd’hui que chaque acteur du monde de la san­té puisse agir à son échelle pour contri­buer à la san­té de la popu­la­tion et aux avan­cées de la recherche. C’est dans cer­tains élans de soli­da­ri­té que de jeunes ingé­nieurs, cher­cheurs ou méde­cins ont su unir leurs forces et leurs com­pé­tences pour aider le gou­ver­ne­ment et les popu­la­tions face à une détresse sani­taire. Il parait alors impen­sable qu’une per­sonne ayant des res­sources (intel­lec­tuelles ou maté­rielles) dans le domaine de la san­té ne puisse pas s’en ser­vir et en faire pro­fi­ter ceux qui ont besoin d’aide ou de sup­port tech­nique. Aujourd’hui, c’est à la crise du COVID-19 que le monde doit faire face, mais il est impor­tant de noter que demain, une catas­trophe natu­relle pour­rait cau­ser autant de dégâts sani­taires voire plus et que les res­sources néces­saires devront être mul­ti­pliées. Les ingé­nieurs de demain devront donc être prêts à affron­ter un manque de res­sources en san­té et devront pou­voir agir dans l’urgence. 

    Dans un contexte de com­mer­cia­li­sa­tion et de mise à dis­po­si­tion de dis­po­si­tifs médi­caux, les pro­cé­dures sont par­fois très longues et très régle­men­tées. Ce mémoire est à des­ti­na­tion de toute per­sonne ayant des connais­sances dans le domaine de l’ingénierie bio­mé­di­cale et qui aurait comme pro­jet de com­mer­cia­li­ser une inno­va­tion de rup­ture ou un dis­po­si­tif médi­cal. Grâce à ce mémoire, il connai­tra toutes les étapes néces­saires à suivre de l’étude de mar­ché à la mise à dis­po­si­tion, en res­pec­tant les régle­men­ta­tions euro­péennes et en étant conforme à la norme NF EN ISO 13485 - Dis­po­si­tifs médi­caux - Sys­tèmes de mana­ge­ment de la qua­li­té - Exi­gences à des fins régle­men­taires. Le fabri­cant ou por­teur de pro­jet trou­ve­ra ici un guide d’accompagnement à la com­mer­cia­li­sa­tion et à la dif­fu­sion d’un dis­po­si­tif médi­cal. Un guide détaillé et pré­cis qui lui per­met­tra d’être méti­cu­leux dans son pro­ces­sus et de n’oublier aucune étape. Il semble impor­tant de signa­ler toute l’utilité de ce guide dans un contexte urgent, en offrant un sys­tème opé­ra­tion­nel immé­dia­te­ment qui néces­site sim­ple­ment d’être sui­vi de près par le por­teur de projet. 

    Ce mémoire est alors consti­tué de trois par­ties, une pre­mière qui trai­te­ra du contexte et des cibles du pro­jet, une deuxième qui four­nit une notice d’utilisation du guide inter­ac­tif et une troi­sième qui expri­me­ra les résul­tats atten­dus et espé­rés pour le por­teur de pro­jet. Il répon­dra alors à la pro­blé­ma­tique sui­vante : Com­ment rendre la com­mer­cia­li­sa­tion et la dif­fu­sion d’un dis­po­si­tif médi­cal acces­sible et simple pour un fabricant ? 

    Chapitre 1 : Mise en contexte – Mettre sur le marché un dispositif médical

    1.   Contextualisation de la crise sanitaire, les cibles du projet

    Il s’agit ici, de mettre en place un outil d’accompagnement sui­vant la norme ISO 13485 qui per­met­trait à tout fabri­cant, ingé­nieur, start-up, autoen­tre­pre­neur de pou­voir mettre sur le mar­ché un dis­po­si­tif médi­cal qu’il a fabri­qué. Cet outil lis­te­ra toutes les étapes à suivre par le fabri­cant pour pou­voir com­mer­cia­li­ser rapi­de­ment le dis­po­si­tif qu’il a produit.

    1.1 Les cibles et objectifs du projet

    Le fabri­cant peut être un ingé­nieur, une start-up, un autoen­tre­pre­neur (Figure 1); toute per­sonne avec les capa­ci­tés tech­niques et maté­rielles de fabri­quer un dis­po­si­tif médi­cal dans le besoin d’être gui­dé. Cet outil s’apparente donc à un guide de com­mer­cia­li­sa­tion « pour les nuls ». 

    Les béné­fi­ciaires de cet outil sont ceux qui vont uti­li­ser le dis­po­si­tif fabri­qué c’est-à-dire, les hôpi­taux, les méde­cins et les patients. Ces per­sonnes seront donc indi­rec­te­ment reliées à l’outil car s’il est effi­cace, un dis­po­si­tif sera fabri­qué et com­mer­cia­li­sé rapi­de­ment et sera pro­fi­table pour les per­sonnes citées.

    Figure 1 : Illustration présentant les cibles du projet, source : auteures

    Cet outil a un fort poten­tiel car il a un impor­tant por­te­feuille de futurs clients et le domaine de l’innovation des dis­po­si­tif médi­caux conti­nue de croître. En effet avant la crise de la covid-19, le mar­ché fran­çais des dis­po­si­tif médi­caux était esti­mé à 30 mil­liards d’euros [1]. Ensuite, l’OMS et la com­mis­sion euro­péenne créent un conseil de faci­li­ta­tion de la cir­cu­la­tion des dis­po­si­tif médi­caux pour essayer de déve­lop­per un nou­vel accès au mar­ché, encou­ra­ger la fabri­ca­tion de nou­veaux dis­po­si­tifs par des par­ti­cu­liers afin de palier à la crise de la covid-19 et anti­ci­per d’éventuelles autres crises à venir qui tou­che­raient le monde de la santé.

    La fina­li­té d’un tel outil est éga­le­ment de remettre au centre des pré­oc­cu­pa­tions le patient. En effet, à pre­mière vue le prin­ci­pal concer­né par ce guide serait un por­teur de pro­jet bio­mé­di­cal ou un ingé­nieur en capa­ci­té de fabri­quer un dis­po­si­tif médi­cal, mais l’aboutissement d’un tel pro­jet pro­fite aux éta­blis­se­ments de san­té. En effet, une fois le dis­po­si­tif fabri­qué et prêt à être dif­fu­ser il pour­ra être pré­sen­ter aux ser­vices bio­mé­di­caux des hôpi­taux, puis aux méde­cins concer­nés par la spé­cia­li­té du dis­po­si­tif médi­cal puis pour­ra être uti­li­sé auprès d’un patient dans le besoin. Il est donc pri­mor­dial que le por­teur de pro­jet ait tou­jours comme fina­li­té le patient, celui à qui pro­fi­te­ra le dis­po­si­tif, et qui par­ti­ci­pe­ra à son diag­nos­tic, son trai­te­ment ou son confort de vie. C’est donc comme pré­sen­té sur la figure 2 qu’il faut appré­hen­der l’utilisation de ce guide : l’idée nait d’une situa­tion par­ti­cu­lière, grâce aux res­sources dis­po­nibles et à l’outil le dis­po­si­tif est fabri­qué, puis uti­li­sé dans les éta­blis­se­ments de san­té pour les patients. 

    Figure 2 : Schéma replaçant l'utilisation de l'outil, source : auteures

    1.2 Le contexte actuel en France

    En mars 2020, face au manque de dis­po­si­tifs médi­caux dis­po­nibles sur le mar­ché en France, les hôpi­taux ont cher­ché tous les moyens pos­sibles pour com­bler ce manque. Dans le cadre de la crise Covid-19, c’est prin­ci­pa­le­ment sur les res­pi­ra­teurs arti­fi­ciels que s’est por­té la demande. 

    Le gou­ver­ne­ment a donc lan­cé une demande de pro­duc­tion en masse de res­pi­ra­teurs qui pour­raient prendre en charge les patients covid, en insuf­fi­sance res­pi­ra­toire. La demande a prin­ci­pa­le­ment été prise en charge par l’industriel Air Liquide Medi­cal Sys­tems, fabri­cant fran­çais de ven­ti­la­teurs arti­fi­ciels [2].

    Cepen­dant, de nom­breux appels à pro­jets ont été éga­le­ment lan­cé par d’autres fabri­cants, étu­diants, ingé­nieurs ou start-up qui avaient éga­le­ment les capa­ci­tés maté­rielles et tech­niques de fabri­quer un MUR : Mini­mal Uni­ver­sal Res­pi­ra­tor (figure 3). C’est un res­pi­ra­teur uti­li­sé dans des situa­tions d’urgence qui per­met de sup­pléer les fonc­tions res­pi­ra­toires d’un patient SDRA (syn­drome de détresse res­pi­ra­toire aiguë). C’est un res­pi­ra­teur « de base » qui contient peu de fonc­tion­na­li­tés mais qui suf­fit à assis­ter le méca­nisme de res­pi­ra­tion d’un patient en détresse res­pi­ra­toire [3]. Dans cette situa­tion, de nom­breux pro­jets ont vu le jour. 

    Figure 3 : Photographie d'un MUR, d'après [3]

    La pro­blé­ma­tique ne se tourne donc pas autour de la fabri­ca­tion du dis­po­si­tif médi­cal, car chaque pro­jet était lan­cé par des ingé­nieurs capables tech­ni­que­ment de pro­duire une telle machine mais consiste à les orien­ter, une fois le dis­po­si­tif médi­cal fabri­qué, vers la com­mer­cia­li­sa­tion et l’obtention du mar­quage CE. 

    Fina­le­ment, il semble com­pli­qué aujourd’hui pour une start-up ou un jeune ingé­nieur indé­pen­dant de com­prendre tout le pro­ces­sus d’avant et après com­mer­cia­li­sa­tion, le sui­vi tech­nique et cli­nique du dis­po­si­tif et la méthode d’obtention du mar­quage CE. 

    1.3 Une approche de l’outil

    Le tra­vail se divise donc en plu­sieurs par­ties. En pre­mier lieu, il semble pri­mor­dial d’analyser et de com­prendre la norme ISO 13485 [4], pour en tirer les infor­ma­tions essen­tielles. Ensuite, il s’agit d’expliciter clai­re­ment chaque étape à suivre pour que le fabri­cant veille à la confor­mi­té de son dis­po­si­tif médi­cal avant de se lan­cer dans un pro­ces­sus de com­mer­cia­li­sa­tion. Il fau­dra ensuite veiller à l’aptitude de son dis­po­si­tif médi­cal d’obtenir le mar­quage CE pour qu’il puisse être com­mer­cia­li­sé et uti­li­sé dans les hôpi­taux. Enfin, il est impor­tant de mettre en place un sui­vi tech­nique et cli­nique du dis­po­si­tif médi­cal, des révi­sions ou mises à jour, afin de main­te­nir ce mar­quage CE et de gar­der le dis­po­si­tif médi­cal sur le mar­ché. Il s’agit fina­le­ment de per­mettre au jeune fabri­cant de com­prendre chaque étape du cycle de vie de son dis­po­si­tif, de sa fabri­ca­tion à sa réforme. 

    Cet outil sim­pli­fie alors le pro­ces­sus de com­mer­cia­li­sa­tion d’un dis­po­si­tif médi­cal et encou­rage chaque orga­nisme en capa­ci­té de pro­duire un dis­po­si­tif médi­cal à le mettre sur le mar­ché de manière rapide et efficace. 

    Il faut réduire la perte de temps à lire les normes et com­prendre les régle­men­ta­tions à appli­quer, l’outil accom­pa­gne­ra chaque fabri­cant tout au long de son pro­jet bio­mé­di­cal, pour obte­nir le mar­quage CE et com­mer­cia­li­ser son dis­po­si­tif médical. 

    Ce pro­jet est donc né dans le contexte de la crise sani­taire actuelle, car il était vrai­ment com­pli­qué de mettre sur le mar­ché un dis­po­si­tif médi­cal « home made » tout à fait conforme aux normes qua­li­té. Le pro­jet est aujourd’hui orien­té sur le MUR, car c’est un exemple concret sur lequel il y a du recul depuis mars 2020, mais l’outil sera uti­li­sable pour chaque dis­po­si­tif médi­cal qui doit être com­mer­cia­li­sé rapi­de­ment, dans un contexte d’urgence sani­taire (ou autre) et qui doit res­ter sur le mar­ché le temps de sa durée de vie. 

    2.   Les exigences réglementaires indispensables pour un projet biomédical

    Il semble avant tout pri­mor­dial de cibler les dif­fé­rents acteurs qui inter­viennent tout au long de la démarche de com­mer­cia­li­sa­tion d’un dis­po­si­tif médical : 

    • Fabri­cant 
    • Orga­nisme noti­fié vis-à-vis de la réglementation
    • Auto­ri­té com­pé­tente : Agence Natio­nale de Sécu­ri­té du Médi­ca­ment et des pro­duits de san­té en France
    • Sous-trai­tant cri­tique : une entre­prise qui éva­lue la sécu­ri­té ou les per­for­mances du dispositif 
    • For­ma­teur : res­pon­sable des for­ma­tions à l’utilisation 
    • Dis­tri­bu­teur : orga­nisme qui met à dis­po­si­tion le DM, à l’utilisateur ou à un autre distributeur
    • Impor­ta­teur : orga­nisme qui met sur le mar­ché UE un DM dont le fabri­cant est hors UE
    • Man­da­taire : le repré­sen­tant légal d’un fabri­cant hors UE (obli­ga­toire)

    2.1 Le système de management de la qualité

    Le sys­tème de mana­ge­ment de la qua­li­té, ou SMQ sous sa forme abré­gée, réunit des règles et des valeurs qui concourent au fonc­tion­ne­ment opti­mal d’un orga­nisme ou d’une entre­prise. Ain­si le fabri­cant a tout inté­rêt à s’investir dans un SMQ pour obte­nir des per­for­mances dans son entreprise. 

    Ce sys­tème est for­ma­li­sé depuis les années 1990 avec la norme ISO 9001 [5].

    L’ISO 9001 donne les exi­gences d’un SMQ, visant à :

    • Four­nir en per­ma­nence des pro­duits et des ser­vices conformes aux exi­gences du client et aux exi­gences légales et régle­men­taires applicables
    • Don­ner de plus grandes oppor­tu­ni­tés d'amélioration de la satis­fac­tion du client
    • Prendre en compte des risques et oppor­tu­ni­tés asso­ciés au contexte et aux objec­tifs de l'organisme
    • Savoir démon­trer la confor­mi­té aux exi­gences spé­ci­fiées du sys­tème de mana­ge­ment de la qualité. 

    Le fabri­cant va donc devoir répondre aux 7 prin­cipes fon­da­men­taux du SMQ, pré­sen­tés sur la figure 4 [6] :

    Figure 4 : Les 7 principes du SMQ, d’après [6]

    Un SMQ per­met de déter­mi­ner les pro­ces­sus à réa­li­ser (dia­gramme des pro­ces­sus), d’avoir une amé­lio­ra­tion tou­jours en conti­nue (PDCA), pou­voir anti­ci­per les risques poten­tiels et sai­sir les dif­fé­rentes oppor­tu­ni­tés (SWOT ou dia­gramme des déci­sions).    En s’investissant dans un SMQ, le fabri­cant est gagnant. Sur le long terme il est prou­vé que cela apporte de l’efficience, de l’efficacité et de la per­for­mance à l’entreprise. Elle sera donc dans la capa­ci­té d’être fiable et les clients pour­ront avoir confiance en leurs pro­duits, choses essen­tielles à l’heure actuelle [7].

    Com­ment construire un SMQ quand on est un fabri­cant d’un dis­po­si­tif médical ? 

    Pour cela il faut s’inspirer de la norme ISO 13485. C’est une approche par les pro­ces­sus et par les risques propres au domaine médical. 

    Exi­gences qua­li­té [8]:

    • Acti­vi­tés de mana­ge­ment : ges­tion des RH, revues de direc­tion, sui­vi et ana­lyse des acti­vi­tés, ges­tion des non-conformités
    • Acti­vi­tés de sup­port : ges­tion des infra­struc­tures, des équi­pe­ments, des docu­ments, des achats
    • Acti­vi­tés opé­ra­tion­nelles : concep­tion et déve­lop­pe­ment, pro­duc­tion, pres­ta­tions de ser­vice, sur­veillance après commercialisation 

    Exi­gences selon deux para­mètres fondamentaux :

    • La sécu­ri­té du dis­po­si­tif médi­cal : essais de sécu­ri­té élec­trique, bio­com­pa­ti­bi­li­té, éva­lua­tion bio­lo­gique, vali­da­tion de la stérilisation
    • Les per­for­mances du dis­po­si­tif médi­cal : éva­lua­tion clinique

    2.2 La norme ISO 13485

    La norme ISO 13485 spé­ci­fie les exi­gences d'un sys­tème de mana­ge­ment de la qua­li­té pou­vant être uti­li­sé par un orga­nisme impli­qué dans une ou plu­sieurs étapes du cycle de vie incluant la concep­tion et le déve­lop­pe­ment, la pro­duc­tion, le sto­ckage et la dis­tri­bu­tion, l'installation ou les pres­ta­tions asso­ciées d'un dis­po­si­tif médi­cal, ain­si que la concep­tion, le déve­lop­pe­ment ou la pres­ta­tion d'activités asso­ciées (par exemple sup­port tech­nique). Elle per­met donc d’offrir un moyen volon­taire de se confor­mer aux exi­gences du règle­ment euro­péen [4].

    L’outil d’accompagnement doit répondre aux exi­gences d’un SMQ. Ce SMQ pour­ra alors être uti­li­sé par une uni­ver­si­té ou tout éta­blis­se­ment de recherche, pour l’accompagner dans les étapes du cycle de vie du dis­po­si­tif médi­cal : concep­tion, déve­lop­pe­ment, pro­duc­tion, dis­tri­bu­tion et uti­li­sa­tion. Il devra éga­le­ment por­ter sur la concep­tion, le déve­lop­pe­ment ou la pres­ta­tion d’activités asso­ciées : docu­men­ta­tion tech­nique, balance bénéfices/risques etc. Le SMQ devra démon­trer la capa­ci­té de l’organisme à satis­faire les exi­gences des hôpi­taux et du corps médi­cal sur le dis­po­si­tif médi­cal choi­si et aux exi­gences régle­men­taires cor­res­pon­dant à la classe du dis­po­si­tif médi­cal associé. 

    Com­ment obte­nir la cer­ti­fi­ca­tion ISO ? 

    La cer­ti­fi­ca­tion ISO 13485 est défi­nie comme une « pré­somp­tion » de confor­mi­té aux exi­gences des règle­ments. Sa rai­son d’être est d’offrir un moyen volon­taire de se confor­mer aux exi­gences du règle­ment européen.

    Les articles de l’ISO 13485 per­mettent de défi­nir les étapes à suivre dans l’outil d’accompagnement. 

    Dans cette norme, on retrouve 5 articles principaux : 

    • Sys­tème de mana­ge­ment de la qualité 
    • Res­pon­sa­bi­li­té de la direction
    • Mana­ge­ment des ressources
    • Réa­li­sa­tion du produit 
    • Mesu­rage, ana­lyse et amélioration 

    2.3 Du marquage CE à la mise sur le marché

    La mise sur le mar­ché des dis­po­si­tifs médi­caux (DM), des dis­po­si­tifs médi­caux implan­tables actifs (DMIA), et des dis­po­si­tifs médi­caux de diag­nos­tic in vitro (DMDIV) est contrô­lé grâce à un mar­quage CE préa­lable, « CE » signi­fie « confor­mi­té euro­péenne ». Le fabri­cant est donc dans l’obligation d’obtenir ce mar­quage CE pour toute com­mer­cia­li­sa­tion de n’importe quel dis­po­si­tif médi­cal [9]. Avant et après l’obtention de ce mar­quage de nom­breuses étapes pré­sentes sur la figure 5 sont néces­saires.

    Figure 5 : Processus de commercialisation d'un DM, auteures d’après [11]

    Ce mar­quage CE est la preuve d’une confor­mi­té aux exi­gences essen­tielles et que le pro­duit res­pecte la san­té et la sécu­ri­té des uti­li­sa­teurs (sté­ri­li­té, com­pa­ti­bi­li­té bio­lo­gique et sécu­ri­té électrique).

    Pour obte­nir le mar­quage CE, le fabri­cant est sous sa propre res­pon­sa­bi­li­té pour sou­mettre les dis­po­si­tifs à une pro­cé­dure d’évaluation de confor­mi­té aux exi­gences décrites dans le règle­ment euro­péen 2017/745 rela­tif aux dis­po­si­tifs médi­caux. En effet, depuis 1993, c’est la direc­tive euro­péenne 93/42/CEE qui don­nait les indi­ca­tions rela­tives à la mise sur le mar­ché des dis­po­si­tifs médi­caux, mais de nom­breux conflits et scan­dales dans le domaine médi­cal ont mené à un chan­ge­ment et à l’application d’un règle­ment en avril 2017. Ce nou­veau texte vise alors à uni­fier les acteurs du dis­po­si­tif médi­cal en étant uni­fié sur le contexte tech­no­lo­gique. Il a pour but d’améliorer la tra­ça­bi­li­té et la trans­pa­rence des orga­ni­sa­tions et de sur­veiller les orga­nismes noti­fiés. Il entre­ra en vigueur le 26 mai 2021 et en 2024 les dis­po­si­tifs médi­caux ayant un mar­quage CE selon la direc­tive euro­péenne ne pour­ront plus être utilisés. 

    Pour cer­tains dis­po­si­tifs, une éva­lua­tion par un orga­nisme noti­fié, dési­gné par l’autorité com­pé­tente est néces­saire avant d’apposer le mar­quage CE. Pour la France, l’autorité com­pé­tente est l’ANSM. Le fabri­cant est tenu de s’adresser à l’ANSM qui éva­lue­ra la confor­mi­té de ses pro­duits et les cer­ti­fie­ra, mais il reste en fin de compte res­pon­sable de leur confor­mi­té [10].

    Avant toute chose, le fabri­cant doit déter­mi­ner la classe de son dis­po­si­tif médi­cal. Une fois cela fait, il doit réper­to­rier toutes les direc­tives et les exi­gences asso­ciées à la classe de son dis­po­si­tif médi­cal. En effet, l’ANSM véri­fie éga­le­ment si les fabri­cants ont bien déter­mi­né les direc­tives et les exi­gences essen­tielles qui s’appliquent à leur produit. 

    Le fabri­cant peut ensuite pro­cé­der à la concep­tion (conforme) de son dis­po­si­tif médi­cal. La réa­li­sa­tion de pro­to­ty­page afin de réa­li­ser les inves­ti­ga­tions cli­niques. Ces inves­ti­ga­tions sont for­te­ment régle­men­tées et très contrô­lées par l’ANSM et la Haute Auto­ri­té de San­té (HAS) [11].

    Tout au long de la créa­tion de son dis­po­si­tif, le fabri­cant doit mener une docu­men­ta­tion tech­nique sérieuse sur la confor­mi­té de son pro­duit et qui répond aux exi­gences du mar­quage CE. 

    L’évaluation de cette confor­mi­té avec les direc­tives euro­péennes com­prend dif­fé­rentes acti­vi­tés : fabri­ca­tion, concep­tion, y com­pris l’essai du pro­duit, l’inspection visuelle, l’analyse du risque ain­si que l’examen des éti­quettes et des ins­truc­tions rela­tives à la classe (le risque potentiel). 

    Les étapes de l’évaluation de la confor­mi­té sont notam­ment les sui­vantes [12]:

    • Exa­men de la docu­men­ta­tion tech­nique rela­tive à la concep­tion, à la fabri­ca­tion et au fonc­tion­ne­ment du produit
    • Essai d’un ou de plu­sieurs aspects plus pré­cis de chaque pro­duit, ou d’un échan­tillon des pro­duits, ou d’un exem­plaire repré­sen­ta­tif du produit
    • Éva­lua­tion des sys­tèmes liés à la qua­li­té de la pro­duc­tion du fabricant
    • Véri­fi­ca­tion conti­nue de la confor­mi­té de l’unité de produit.

    L’ANSM délivre alors le mar­quage CE, don­nant l’accès aux fabri­cants au mar­ché euro­péen.  Une fois le mar­quage CE obte­nu, il est néces­saire d’y appo­ser une éti­quette CE conforme aux exi­gences européennes. 

    2.4 Suivi de la mise sur le marché et dérogation

    Une fois sur le mar­ché, le dis­po­si­tif médi­cal est pla­cé sous la res­pon­sa­bi­li­té du fabri­cant qui le com­mer­cia­lise et cela durant tout le cycle de vie de celui-ci. Il doit donc en sur­veiller le contrôle pour véri­fier qu’aucun pro­blème ne sur­vient lors de l’utilisation de son dis­po­si­tif médi­cal. Ain­si il est res­pon­sable de la prise de mesures pré­ven­tives ou cor­rec­tives. Des audits sont réa­li­sés régu­liè­re­ment chez le fabri­cant par l’ANSM. Elle peut d’ailleurs à tout moment reti­rer le dis­po­si­tif médi­cal du mar­ché européen. 

    Cepen­dant, le mar­quage CE a une date de péremp­tion ! Au bout de 5 ans, le dis­po­si­tif médi­cal ne pour­ra plus être ven­du ou uti­li­sé. Une nou­velle pro­cé­dure de renou­vel­le­ment du mar­quage CE sera à faire. 

    Comme démon­tré ci-des­sus, les démarches d’apposition au mar­quage CE sont longues et fas­ti­dieuses. C’est pour­quoi, dans le cadre d’une crise sani­taire comme celle de la Covid-19, l’urgence prime à la confor­mi­té. C’est ain­si qu’est né un article pro­po­sant une déro­ga­tion du mar­quage CE. 

    Selon l’Article R5211-19 : « Sur demande dûment jus­ti­fiée, le direc­teur géné­ral de l'Agence natio­nale de sécu­ri­té du médi­ca­ment et des pro­duits de san­té peut auto­ri­ser, à titre déro­ga­toire, la mise sur le mar­ché et la mise en ser­vice de dis­po­si­tifs n'ayant pas fait l'objet des pro­cé­dures de cer­ti­fi­ca­tion, mais dont l'utilisation pré­sente un inté­rêt pour la pro­tec­tion de la san­té. » [13].

    Ain­si cela per­met à un fabri­cant de mettre sur le mar­ché un dis­po­si­tif ne pos­sé­dant pas encore de mar­quage CE, mais il doit rapi­de­ment réa­li­ser une docu­men­ta­tion afin d’obtenir la cer­ti­fi­ca­tion dans les années qui suivent. 

    Chapitre 2 : Le guide méthodologique de la commercialisation d'un dispositif médical

    1.   Mise en contexte : comment utiliser ce guide ?

    1.1 Un accompagnement pour le fabricant

    Le guide d’accompagnement a pour voca­tion d’aider toute orga­ni­sa­tion ou per­sonne en capa­ci­té de pro­duire un DM à com­mer­cia­li­ser son innovation. 

    En effet, com­prendre pré­ci­sé­ment chaque item de cette norme semble être un tra­vail fas­ti­dieux pour les fabri­cants et ne cor­res­pond pas tou­jours à leurs aspi­ra­tions et/ou com­pé­tences. Le but de l’outil est d’apporter une aide dans la com­pré­hen­sion de cette norme et de ses exi­gences, pour que la com­mer­cia­li­sa­tion d’un dis­po­si­tif médi­cal devienne « un jeu d’enfant ». C’est donc un moyen de faire res­pec­ter la norme sans devoir s’en pré­oc­cu­per. C’est moins effrayant et décou­ra­geant pour le fabricant.

    C’est éga­le­ment un gain de temps consi­dé­rable pour l’utilisateur qui n’a qu’à suivre le fil direc­teur indi­qué par une car­to­gra­phie qui pré­sente toutes les phases à vali­der, dans l’ordre chro­no­lo­gique, de l’étude de mar­ché à la commercialisation. 

    Comme expli­ci­té pré­cé­dem­ment, la mise sur le mar­ché d’un dis­po­si­tif médi­cal est un tra­vail qui néces­site la vali­da­tion de nom­breux cri­tères et qui doit se faire pro­gres­si­ve­ment en sui­vant un ordre bien pré­cis. C’est pour cela que l’outil pro­pose une car­to­gra­phie en spi­rale repré­sen­tant 4 grandes phases, divi­sées en sous-phases puis chaque sous-phase en étapes. C’est un outil intui­tif, qui gui­de­ra réel­le­ment l’utilisateur dans son pro­jet d’innovation ou de fabri­ca­tion d’un DM. Cela lui per­met­tra d’agir effi­ca­ce­ment dans un contexte urgent. 

    En uti­li­sant cet outil, le fabri­cant pour­ra suivre conscien­cieu­se­ment chaque étape à vali­der, et s’avancer peu à peu vers la mise sur le mar­ché de son dis­po­si­tif. L’objectif est double :  four­nir au fabri­cant un moyen de démon­trer la confor­mi­té de son dis­po­si­tif médi­cal et à un orga­nisme noti­fié d’évaluer la confor­mi­té du fabri­cant aux exi­gences requises pour les dis­po­si­tif médicaux. 

    1.2 Le fonctionnement de l’outil  

    Cet outil se construit en 3 par­ties dif­fé­rentes et sous dif­fé­rentes formes en fonc­tion de l’utilisateur. Une spi­rale per­met de car­to­gra­phier le pro­ces­sus dans son ensemble, pour visua­li­ser les 4 phases indis­pen­sables à par­cou­rir pour le fabricant :

    1. Avant la conception/fabrication
    2. Concep­tion
    3. Fabri­ca­tion et industrialisation
    4. Sur­veillance

    Ces 4 phases se divisent ensuite en sous-phases, qui com­portent cha­cune un nombre d’étapes défi­ni pour com­plé­ter et vali­der la phase. A chaque étape, se dresse une fiche tech­nique, qui per­met d’aider l’utilisateur à com­prendre l’étape qu’il est en train d’effectuer et de faire un lien avec son dis­po­si­tif médi­cal. Il est donc pri­mor­dial que l’utilisateur ait bien en tête son dis­po­si­tif médi­cal ou son idée d’innovation pour per­mettre de concré­ti­ser au maxi­mum son tra­vail et d’avancer dans son processus. 

    Voi­ci sur la figure 6, le détail de toutes les étapes recen­sées qui repré­sentent un pro­ces­sus com­plet, de l’étude de mar­ché à la sur­veillance post-com­mer­cia­li­sa­tion d’un dis­po­si­tif médical : 

    Figure 6 : Sommaire de l'outil, source : auteures

    Chaque étape fait réfé­rence à un article de la norme ISO 13485 ou à un item de la docu­men­ta­tion tech­nique. Ce qui per­met à l’utilisateur de four­nir toutes les infor­ma­tions néces­saires aux exi­gences, sans même se plon­ger dans les docu­ments réglementaires. 

    Cepen­dant, toutes les étapes sont réfé­ren­cées en fonc­tion des normes aux­quelles elles se réfèrent, il fau­dra donc tout de même s’y réfé­rer de temps en temps pour véri­fier la confor­mi­té. Chaque méthode indi­quée aux étapes est non-exhaus­tive, l’utilisateur devra à la fin de chaque phase tes­ter son dis­po­si­tif grâce aux outils d’autodiagnostic des normes correspondantes. 

    L’outil inter­ac­tif se divise donc en trois axes prin­ci­paux (figure 7) : la spi­rale qui sert de fil direc­teur avec un code cou­leur bien pré­cis pour les 4 phases du pro­jet, des fiches réca­pi­tu­la­tives de l’étapes dans laquelle se trouve l’utilisateur et un lien de chaque étape vers une fiche tech­nique à effec­tuer et à valider. 

    Figure 7 : Aperçu de l'outil et de son fonctionnement, source : auteures

    L’outil peut se pré­sen­ter sous deux formes selon l’envie et le besoin de l’utilisateur : 

    • Un livret sous for­mat pdf impri­mable avec les fiches tech­niques : l’utilisateur peut écrire et rem­plir les dif­fé­rents cri­tères à la main 
    • Un pdf inter­ac­tif avec la pré­sen­ta­tion de la car­to­gra­phie des pro­ces­sus : l’utilisateur peut cli­quer sur les phases, qui mènent aux sous-phases, puis aux fiches techniques

    1.3 Le mode d’emploi de l’outil

    Pour gui­der l’utilisateur, un mode d’emploi (figure 8) est dis­po­nible et explique toutes les fonc­tion­na­li­tés des bou­tons et les endroits actifs pour cli­quer. Il est acces­sible à n’importe quelle page et à tout moment, de manière à ce que l’utilisateur ne soit pas per­du dans son pro­ces­sus et puisse se repé­rer à tout moment dans les dif­fé­rentes fonc­tion­na­li­tés de l’outil. 

    Il est acces­sible en cli­quant sur le bouton : 

    Figure 8 : Aperçu du mode d'emploi de l'outil, source : auteures

    1.4 Une auto-évaluation au fil de l’avancement  

    Grâce à la vali­da­tion de chaque étape, le fabri­cant avance dans les dif­fé­rentes phases et sous-phases. Pour vali­der une phase il faut pas­ser par une matrice de déci­sion. C’est un tableau qui per­met à l’utilisateur de s’auto-évaluer sur les étapes qu’il vient d’effectuer. 

    A chaque phase ou sous-phase cri­tique, il devra rem­plir cette matrice pour pou­voir conti­nuer serei­ne­ment. Voi­ci, sur la figure 9 un exemple de la matrice de déci­sion, qui se pré­sente à l’issue de la phase 1 : 

    Figure 9 : Matrice de décision de la phase 1 : Avant conception/fabrication, source : auteures

    Pour chaque étape, le fabri­cant doit noter si elle est « vali­dée », « en cours » ou « à faire ». Cela lui per­met d’évaluer son état d’avancement dans la phase et de véri­fier qu’il n’a pas oublié une étape. Cette matrice doit accom­pa­gner le fabri­cant à chaque étape pour qu’il puisse se repé­rer dans le pro­ces­sus et déci­der quand il faut pas­ser à la phase suivante. 

    Toutes les matrices de déci­sion sont éga­le­ment dis­po­nibles dans un clas­seur Excel, comme pré­sen­té sur la figure 10. De cette manière l’utilisateur peut rem­plir les phases et avoir direc­te­ment une idée de son état d’avancement dans la phase. Le clas­seur cal­cu­le­ra le nombre de phases « vali­dées », « en cours » et « à faire ». Ain­si, cela don­ne­ra un état d’avancement en fonc­tion du nombre dans chaque case, « à pour­suivre » ou « pas­sage à la phase sui­vante ». Ce clas­seur est dis­po­nible avec l’outil.

    Figure 10 : Apercu de l'outil Excel des matrices de décision, pour la phase 1 - Avant conception/fabrication

    Si le fabri­cant valide chaque étape, il sera cer­tain d’être en accord avec les régle­men­ta­tions en vigueur et d’avoir rem­pli tous les cri­tères néces­saires pour l’organisme noti­fié et les auto­ri­tés com­pé­tentes. Il pour­ra alors voir son DM com­mer­cia­li­sé et uti­li­sé auprès du corps médical. 

    2.   Une spirale interactive pour guider l’utilisateur

    La car­to­gra­phie des pro­ces­sus prend la forme d’une spi­rale inter­ac­tive (figure 11), elle se construit un peu comme le jeu de l’oie. Elle regroupe toutes les phases et sous-phases du pro­ces­sus de com­mer­cia­li­sa­tion rapide d’un DM. Elle est conçue via Power­Point en créant des liens entre les pha­ses/­sous-pha­ses/­fiches tech­niques. Plus pré­ci­sé­ment, si l’utilisateur clique sur une case de la spi­rale donc sur une sous-phase, cela l'emmène à la liste des étapes de cette sous-phase, qu’il doit com­plé­ter. Ensuite si la per­sonne clique sur une étape, elle est diri­gée vers la fiche tech­nique cor­res­pon­dante à l’étape. Chaque livrable est com­po­sé d’une notice d’utilisation pour com­prendre sa logique et son fonctionnement.

    Sur cette spi­rale, est direc­te­ment acces­sible un docu­ment inti­tu­lé « Zoom sur la direc­tive 93/42/CE » qui cor­res­pond à une des­crip­tion des annexes II à VII de cette direc­tive. En effet, elle per­met à l’utilisateur de se ren­sei­gner sur la pro­cé­dure de mar­quage CE à choi­sir en fonc­tion de la classe de risque de son DM, elle cor­res­pond donc à un com­plé­ment de la fiche 1.2.6 « Choix de la pro­cé­dure de mar­quage CE ».  Cepen­dant cette direc­tive est valable seule­ment jusqu’en 2024, il fau­dra se fier au nou­veau règle­ment européen. 

    Figure 11 : Aperçu de la spirale, source : auteures

    L’avantage majeur de cette spi­rale est qu’elle est très intui­tive. Elle per­met de gui­der l’utilisateur dans la réa­li­sa­tion et la vali­da­tion des taches, étape par étape afin d’éviter les oublis ou les erreurs. Elle est éga­le­ment attrayante par sa forme et ses cou­leurs donc encou­rage l’utilisation. C’est un outil rapide à uti­li­ser car il regroupe toutes les infor­ma­tions essen­tielles et évite à l’utilisateur d’aller cher­cher des infor­ma­tions sur d'autres docu­men­ta­tions comme les régle­men­ta­tions ou les direc­tives. Toutes les infor­ma­tions sont regrou­pées dans la spi­rale afin que l’utilisateur n’utilise qu’un outil, celui-ci.

    L’inconvénient de la spi­rale est qu’elle donne sim­ple­ment une vision glo­bale des phases à réa­li­ser. Si l’utilisateur veut obser­ver le pro­ces­sus com­plet avec toutes les étapes il faut se rendre à la page « Som­maire » qui donne une vision géné­rale des phases, sous-phases et étapes correspondantes. 

    Cepen­dant si l’utilisateur sou­haite voir toutes les étapes détaillées, un livret est mis à dis­po­si­tion et réper­to­rie toutes les fiches tech­niques. Ce sup­port pdf per­met à l’utilisateur de pou­voir s’approprier le dérou­le­ment des étapes de com­mer­cia­li­sa­tion et de pou­voir anno­ter des com­men­taires sur ce livret.

    3.   Un suivi minutieux des étapes grâce aux fiches techniques

    Comme vu pré­cé­dem­ment, chaque “sous-phase” com­prend un cer­tain nombre d’étapes. Les fiches tech­niques ont pour but d’appuyer ces étapes, en offrant à l’utilisateur toutes les don­nées essen­tielles à la réa­li­sa­tion de l’étape en ques­tion. Elles ont été conçues pour sim­pli­fier la com­pré­hen­sion à la com­mer­cia­li­sa­tion et à l’obtention du mar­quage CE. Ain­si chaque étape est cla­ri­fiée et clas­sée pour per­mettre à l’utilisateur de four­nir un mini­mum d’effort de recherche méthodologique. 

    La fiche tech­nique est donc un conden­sé d’informations triées et per­ti­nentes. Elles com­portent dif­fé­rents points : 

    • Objec­tifs de l’étape : cla­ri­fier le but de cette étape et ce qu’elle apporte à l’utilisateur
    • Acteurs : quels sont les acteurs qui vont inter­ve­nir dans cette étape (internes ou externes au projet)
    • Normes / régle­men­ta­tions asso­ciées :  les régle­men­ta­tions qui vont inter­ve­nir dans cette étape
    • Pro­ces­sus : le pro­ces­sus à suivre pour vali­der les objec­tifs de l’étape
    • Sché­ma : un sché­ma bilan pour sim­pli­fier la compréhension
    • Résul­tat / Vali­di­té : un point pour s’assurer que l’étape est vali­dée et que l’utilisateur peut pas­ser à la suivante
    • Point pour la docu­men­ta­tion tech­nique pour le mar­quage CE (Annexe II du règle­ment euro­péen 2017/745)
    • A quels points de la norme ISO 13485 répond cette étape 
    • Biblio­gra­phie : pour indi­quer les sources ou don­ner des liens inté­res­sants à l’utilisateur

    Il est pré­sen­té dans chaque fiche tech­nique un pro­ces­sus de réa­li­sa­tion. Cela a pour but de gui­der très pré­ci­sé­ment l’utilisateur. Ain­si il était essen­tiel de la pré­sen­ter de manière claire : elles com­portent donc un sché­ma “bilan” pour faci­li­ter la com­pré­hen­sion du lec­teur (quand cela est per­ti­nent). Pre­nons un exemple simple. La fiche “Défi­nir la classe du DM.”, située dans la sous-phase 2 de la phase 1 pro­pose un pro­ces­sus pour trou­ver la classe de risque du DM (figure 12). Un sché­ma avec “choix” a été choi­si pour sa pertinence.

    Figure 12 : Processus à suivre pour valider l'étape avant la conception/fabrication qui permet de déterminer la classe de risque du DM, nommée "Définir la classe du DM", source : auteures

    Les deux der­niers points des fiches tech­niques concernent les points aux­quels répond l’étape pour la docu­men­ta­tion tech­nique pour le mar­quage CE (Annexe II) et la norme ISO 13485. Ain­si tout au long de la réa­li­sa­tion des étapes, l’utilisateur forme sa docu­men­ta­tion pour le mar­quage CE et la norme ISO 13485. 

    Elles sont conçues pour regrou­per dif­fé­rents points de vue, dif­fé­rentes sources, des dif­fé­rents pro­ces­sus ou stra­té­gies. Elles n’indiquent que des conseils métho­do­lo­giques et ne sont en rien des docu­ments “offi­ciels”. 

    Au total, 35 fiches tech­niques sont réa­li­sées et pré­sen­tées sous for­mat PDF en mode por­trait avec un numé­ro qui cor­res­pond à la phase et à la sous-phase dans laquelle se trouve l'étape.

    4.   Risques anticipés, alternatives envisagées dans l’utilisation du guide

    4.1 Les risques anticipés

    Il a été expli­ci­té le fonc­tion­ne­ment de ce guide qui, si son fonc­tion­ne­ment reste opti­mal, per­met­tra au fabri­cant d’obtenir un sui­vi du cycle de son dis­po­si­tif médi­cal de manière intui­tive et interactive.

    Cepen­dant, il est impor­tant de prendre en compte d’éventuels risques de mise en œuvre de cet outil. En effet, il est néces­saire d’identifier tous les types d’aléas sus­cep­tibles de ralen­tir ou de “blo­quer” l’évolution du guide par toutes sortes de rai­sons, afin de les anti­ci­per et pour­voir agir sur ces pro­blèmes pour ne pas être surpris.

    Pour cibler ces risques il existe dif­fé­rentes méthodes telles que la méthode AMDEC (Ana­lyse des Modes de Défaillance, de leurs Effets et de leur Cri­ti­ci­té) ou encore le logi­gramme ARA (Actions, Risques, Alter­na­tives) repré­sen­té sur la figure 13.

    Voi­ci les aléas éven­tuels qui ont pu être iden­ti­fiés avec leurs alternatives :

    Figure 13 : Logigramme pour évaluer les risques dans l'élaboration du guide, source : auteures 

    4.2 Les alternatives envisagées

    Concer­nant les alter­na­tives, comme consta­té à tra­vers le logi­gramme ARA, il est indis­pen­sable de prendre en compte un éven­tuel défaut tech­nique, infor­ma­tique qui pour­rait nuire au for­mat PDF du guide. De même, si le for­mat final n’est pas suf­fi­sam­ment inter­ac­tif, ne plaît pas aux uti­li­sa­teurs, ou néces­si­te­rait des modi­fi­ca­tions, un deuxième for­mat est à envisager.

    Pour per­fec­tion­ner l’outil, cer­taines amé­lio­ra­tions infor­ma­tiques sont à envi­sa­ger. Tout d’abord, créer des liens directs des réfé­rences biblio­gra­phiques des fiches tech­niques vers le site inter­net ou le docu­ment concer­né. Il serait éga­le­ment judi­cieux de créer des liens vers les outils d’autodiagnostic des normes afin de véri­fier la confor­mi­té direc­te­ment au moment de l’étape correspondante. 

    Toutes les étapes qui ont été pré­sen­tées, pour­ront éga­le­ment être dis­po­nibles dans un livret papier afin d’anticiper un pro­blème quel­conque mais éga­le­ment de per­mettre aux fabri­cants, qui le sou­haitent, de dis­po­ser d’un sup­port papier. De cette manière, le guide pour­ra répondre à toutes les exi­gences sou­hai­tées de la part des uti­li­sa­teurs, afin de satis­faire leurs besoins.

    Il faut tout de même prendre en compte qu’un livret papier sera très consé­quent et impo­sant, au risque de perdre des don­nées ou ne plus se retrou­ver dans le sui­vi du cycle du dis­po­si­tif médi­cal. Il sera plu­tôt dis­po­nible dans un usage de der­nier recours.

    Une pers­pec­tive inté­res­sante serait de pou­voir créer un logi­ciel, ou site inter­net, qui pré­sente le guide de manière à avoir un impact plus pro­fes­sion­nel, et une pré­sen­ta­tion qui soit plus gui­dée et intui­tive. Pour cela, il faut un bud­get plus consé­quent, et un recul plus appro­fon­di sur l’outil, cette idée reste tou­te­fois envi­sa­geable dans un futur proche. 

    Chapitre 3 : Les résultats attendus, l’utilisation prévue pour les porteurs de projet d’innovation biomédicale

    1.   Expression des résultats attendus par un exemple concret : le M.U.R

    Pour démon­trer la per­ti­nence de l’utilisation de ce guide d’accompagnement, il parait judi­cieux d’appliquer ce pro­ces­sus à la concep­tion et dif­fu­sion d’un M.U.R. 

    Tout d’abord le fabri­cant ou por­teur de pro­jet devra appré­hen­der la spi­rale inter­ac­tive en fonc­tion du MUR et de la situa­tion économique/sanitaire actuelle. Voi­ci la démarche glo­bale atten­due pour un por­teur de pro­jet qui vou­drait fabri­quer et dif­fu­ser un M.U.R dans un contexte de crise sani­taire. Pour appli­quer cette étude de manière effi­cace, le pro­ces­sus sera sui­vi pour la phase 2 : la phase de concep­tion du dis­po­si­tif, qui se divise en 3 sous-phases (figure 14). 

    Figure 14 : Aperçu de la phase de conception du dispositif, source : auteures

    Grâce à la spi­rale et son code cou­leur, l’utilisateur prend connais­sances des étapes qui l’attend et peut donc anti­ci­per cer­taines de ses actions en fonc­tion de la suite. Ici, la pre­mière sous-phase est la concep­tion et la vali­di­té d’un pro­to­type, en cli­quant sur le rec­tangle cor­res­pon­dant, l’utilisateur est direc­te­ment redi­ri­gé vers les étapes qui cor­res­pondent aux dif­fé­rentes fiches tech­niques (figure 15). 

    Figure 15 : Aperçu de la sous-phase 1, conception et validité du prototype, source : auteures

    A pré­sent, l’utilisateur voit les dif­fé­rentes étapes qu’il doit suivre pour vali­der cette sous-phase : 

    • Déve­lop­per un pro­to­type tout en rem­plis­sant le dos­sier de fabri­ca­tion : méthode de prototypage 
    • Effec­tuer les essais de fonc­tion­na­li­tés : véri­fier que le ven­ti­la­teur fonc­tionne et qu’il répond aux attentes de l’utilisation pré­vue (échanges d’air avec l’extérieur) 
    • Ana­ly­ser les risques : anti­ci­per les risques envi­sa­geables à l’utilisation d’un tel ven­ti­la­teur au niveau des pro­fes­sion­nels de san­té, du patient et de l’environnement
    • Ana­ly­ser le rap­port bénéfices/risques : étu­dier les béné­fices et réa­li­ser une balance qui per­met de conclure sur un rap­port posi­tif des bénéfices/risques
    • Effec­tuer les tests cli­niques : pen­ser à l’utilisation médi­cale du ven­ti­la­teur, des appli­ca­tions médi­cales, l’aspect thé­ra­peu­tique et les éven­tuels effets secon­daires à anticiper 

    Pour le M.U.R, l’utilisateur doit donc fabri­quer un pre­mier pro­to­type ou une maquette qui sera à des­ti­na­tion de tous les tests qui suivent et qui sera sou­mis à une ana­lyse des risques. Confor­mé­ment à la fiche tech­nique n°2.1.1 (Déve­lop­per un pro­to­type), voi­ci le pro­ces­sus à suivre pour mettre en place un pro­to­type (figure 16). 

    Figure 16 : Processus à suivre pour élaborer un prototype du MUR, source : auteures

    Il est éga­le­ment pré­ci­sé au niveau de cette étape qu’il faut défi­nir l’utilisation pré­vue du dis­po­si­tif et éta­blir l’interaction avec le patient. La classe de risque aura été défi­nie lors de la phase 1 (Avant la conception/fabrication) à la sous-phase 2 (Etude de concep­tion), fiche tech­nique n°1.2.4. Pour le ven­ti­la­teur arti­fi­ciel, il parait indis­pen­sable de com­prendre le cir­cuit d’échange d’air entre la machine et le patient (figure 17)

    Figure 16 : Schéma présentant les échanges d'air entre la machine et le patient, source : auteures

    A l’issu de ces pre­mières étapes, le pre­mier pro­to­type du MUR devrait être prêt à être uti­li­sé pour les dif­fé­rents essais qui vont suivre. Par exemple, la figure 18 pré­sente le pro­to­type pré­sen­té par l’Université de Rice au Texas [14]. L’utilisation pré­vue est de pres­ser un BAVU (Bal­lon à valve uni­di­rec­tion­nelle) pour appor­ter une ven­ti­la­tion mini­male à une per­sonne en insuf­fi­sance res­pi­ra­toire. Un petit écran se situe au-des­sus du res­pi­ra­teur et sert sim­ple­ment à affi­cher le volume cou­rant, le rythme res­pi­ra­toire et le ratio inspiration/expiration. Trois bou­tons sont éga­le­ment visibles, un pour allu­mer le res­pi­ra­teur, un autre pour régler tous les para­mètres et le der­nier en cas d’arrêt d’urgence. Les com­po­sants sont très basiques, trou­vables par­tout (ser­vo­mo­teurs, des cartes ardui­nos) et la com­pres­sion se fait grâce à un rail d’engrenages qui avance et recule.

    Figure 18 : Photo du ventilateur ApolloBVM, source : d’après [14]
    http://oedk.rice.edu/resources/Pictures/ApolloBVMpictures/ApolloBVM_6590.JPG

    Une fois que le pro­to­type fonc­tionne selon les attentes de l’utilisation requise, le fabri­cant peut pas­ser à l’étape sui­vante afin de s’assurer de la vali­di­té de son pro­to­type en fonc­tion des dif­fé­rentes exi­gences réfé­rées à la figure 19, exi­gées lors de la rédac­tion de la docu­men­ta­tion tech­nique (DT) par les auto­ri­tés compétentes. 

    Figure 19 : Tableau présentant les exigences à respecter sur le prototype du MUR, source : auteures

    Afin d’être conforme et de res­pec­ter les dif­fé­rentes exi­gences ci-des­sus, il est pri­mor­dial de véri­fier que les exi­gences mini­males du res­pi­ra­teur sont inté­grées dans le pro­to­type. Pour un ven­ti­la­teur de res­pi­ra­tion mini­male, cer­tains para­mètres de ven­ti­la­tion sont à res­pec­ter [15] (figure 20). 

    Figure 20 : Tableau présentant les paramètres de ventilation minimale à respecter pour un MUR, source : auteures

    Pour conclure, l’efficacité du guide d’accompagnement sera avé­rée si chaque por­teur de pro­jet arrive à vali­der les phases au fur et à mesure de son pro­ces­sus. Ici, le fabri­cant du M.U.R doit pou­voir à la fin de cette deuxième phase, lan­cer une pré­sé­rie pour effec­tuer des tests sup­plé­men­taires de sécu­ri­té, fonc­tion­na­li­tés et des essais cli­niques et finir par indus­tria­li­ser son pro­duit. La fina­li­té sera alors d’obtenir une déro­ga­tion de l’ANSM, mise en place excep­tion­nel­le­ment dans le contexte de crise sani­taire actuelle, pour contour­ner tem­po­rai­re­ment le mar­quage CE. Une fois que la déro­ga­tion est obte­nue, le dis­po­si­tif pour­ra être mis sur le mar­ché et uti­li­sé dans les hôpi­taux au che­vet des patients. 

    2.   Un outil opérationnel et adaptable à tous les contextes

    En pre­nant l’exemple du M.U.R, cela per­met d’évaluer l’efficacité du guide dans un contexte urgent. En effet, grâce à la vision glo­bale que l’utilisateur a de son pro­ces­sus, cela lui per­met de se situer dans le temps et d’avancer pas à pas. Si son pro­jet est bien ancré et prêt à être mis en place, il n’a plus qu’à suivre des indi­ca­tions ins­crites sur les fiches tech­niques en se réfé­rant aux dif­fé­rentes res­sources biblio­gra­phiques dis­po­nibles et de com­plé­ter les livrables qu’il doit four­nir aux auto­ri­tés compétentes. 

    Il s’agit donc d’être minu­tieux dans le pro­ces­sus sans prendre le temps de lire chaque item des normes ou des textes régle­men­taires asso­ciés. Il est donc évident que l’utilisation de cet outil sera un gain de temps consi­dé­rable pour les por­teurs de pro­jets. Mal­gré le grand nombre d’étapes et fiches tech­niques à lire, l’utilisateur peut aller droit au but en lisant uni­que­ment le pro­ces­sus et en vali­dant les étapes dans les matrices de déci­sion. D’autre part, l’utilisateur est auto­nome dans son pro­ces­sus et est libre de modi­fier les étapes ou de les adap­ter plus pré­ci­sé­ment au dis­po­si­tif qu’il est en train de déve­lop­per. Cette auto­no­mie et l’auto-évaluation pro­po­sée à la fin de chaque phase, per­met à cha­cun de s’approprier l’outil et de l’adapter aux dif­fé­rentes situa­tions. En effet, il est pré­ci­sé à chaque étape si elle est obli­ga­toire régle­men­tai­re­ment ou for­te­ment recom­man­dée. Dans un contexte urgent, l’utilisateur est donc libre de pas­ser cer­taines étapes ou d’y reve­nir plus tard. 

    Cet outil est qua­li­fié de « guide », il a donc pour unique voca­tion de gui­der un por­teur de pro­jet ou un fabri­cant indé­pen­dant dans son pro­ces­sus de mise sur le mar­ché. Libre à cha­cun de se foca­li­ser sur une seule phase du cycle de vie de son pro­duit ou de suivre le pro­ces­sus en entier. Les phases sont acces­sibles à tout moment de manière à pou­voir anti­ci­per les étapes et sélec­tion­ner les plus impor­tantes. Il est vrai­ment impor­tant de pou­voir avoir cette vision glo­bale du pro­ces­sus pour appré­hen­der les étapes au mieux et s’approprier l’outil. Par ailleurs, il reste indi­ca­tif et n’a pas de cer­ti­fi­ca­tion offi­cielle, il sera donc indis­pen­sable pour tout uti­li­sa­teur de tou­jours faire réfé­rence aux dif­fé­rentes exi­gences régle­men­taires pour four­nir les dos­siers aux auto­ri­tés com­pé­tentes afin que le dis­po­si­tif obtienne le mar­quage CE. 

    3.   Des processus à valider par des professionnels

    Afin d’obtenir des résul­tats per­ti­nents suite à l’utilisation de ce guide, les fiches tech­niques doivent être vali­dées par des pro­fes­sion­nels dans des domaines par­ti­cu­liers. En effet, les résul­tats atten­dus sont la confor­mi­té à la norme ISO 13485, la rédac­tion de la docu­men­ta­tion tech­nique et des dif­fé­rents rap­ports de la ges­tion bénéfices/risques et des tests effectués. 

    En sui­vant les étapes de ce guide, l’utilisateur sera conforme aux dif­fé­rentes régle­men­ta­tions et normes en vigueur des dis­po­si­tifs médicaux : 

    • NF EN ISO 13485 : Dis­po­si­tifs médi­caux - Sys­tèmes de mana­ge­ment de la qua­li­té - Exi­gences à des fins réglementaires
    • NF EN ISO 14971 : Dis­po­si­tifs Médi­caux – Appli­ca­tion de la ges­tion des risques aux Dis­po­si­tifs Médi­caux [16]
    • NF EN ISO 60601-1 : Appa­reils élec­tro­mé­di­caux Par­tie 1 - Exi­gences Géné­rales pour la sécu­ri­té de base et les per­for­mances essen­tielles [17]
    • NF EN ISO 14155 : Inves­ti­ga­tion cli­nique des dis­po­si­tifs médi­caux pour sujets humains — Bonnes pra­tiques cli­niques [18]
    • Règle­ment Euro­péen 2017/745 rela­tif aux dis­po­si­tifs médi­caux [19]
    • Direc­tive Euro­péenne 93/42/CE rela­tive aux dis­po­si­tifs médicaux 

    Au fil de l’avancement de l’utilisateur dans le pro­ces­sus pro­po­sé par la spi­rale et par les dif­fé­rentes fiches tech­niques à suivre, les dif­fé­rentes régle­men­ta­tions rela­tives aux dis­po­si­tifs médi­caux sont évo­quées. L’objectif prin­ci­pal est donc qu’à la fin de chaque phase le dis­po­si­tif en concep­tion soit conforme aux exi­gences qui lui correspond. 

    A la fin de la phase 1 : le pro­jet est viable et concret, dans la sous-phase étude de fai­sa­bi­li­té l’utilisateur s’assure que son dis­po­si­tif est un dis­po­si­tif médi­cal au sens de la régle­men­ta­tion et com­mence à enga­ger ses res­pon­sa­bi­li­tés auprès des auto­ri­tés com­pé­tentes (ANSM en France). A ce moment, le fabri­cant doit s’être suf­fi­sam­ment ren­sei­gné sur les aspects régle­men­taires afin de les appli­quer à la phase sui­vante, lors de l’élaboration et de la concep­tion d’un pre­mier prototype. 

    La phase 2 se divise en deux étapes clés du pro­ces­sus géné­ral. Tout d’abord, la concep­tion d’un pro­to­type qui doit être vali­dé dans les fonc­tion­na­li­tés et la sécu­ri­té selon la norme 60601-1. Une fois que le pro­to­type est vali­dé, une pré­sé­rie est lan­cée après avoir obte­nu les auto­ri­sa­tions pour les essais pré-cli­niques et cli­niques. A la fin de cette deuxième sous-phase, l’utilisateur pro­pose un pro­to­type conforme à la norme ISO 14155. 

    La phase 3 est déter­mi­nante pour l’avenir du dis­po­si­tif médi­cal en cours de fabri­ca­tion. En effet, c’est ici que le fabri­cant devient conforme au mar­quage CE, qu’il envoie la docu­men­ta­tion tech­nique de son dis­po­si­tif et qu’il est en contact direct avec l’organisme noti­fié. C’est donc la phase qui concré­tise réel­le­ment le pro­jet et qui per­met­tra, au moment de sa vali­da­tion, de mettre sur le mar­ché le dis­po­si­tif médi­cal. A la fin de cette phase, le fabri­cant attend les retours des orga­nismes noti­fiés et si son dis­po­si­tif est vali­dé il pour­ra pro­cé­der à la mise sur le mar­ché, donc à la mise à dis­po­si­tion dans les hôpitaux. 

    La phase 4 est une phase com­plé­men­taire de tout ce pro­ces­sus qui consiste à conti­nuer à sur­veiller le dis­po­si­tif qui est en cours d’utilisation. A ce moment, le dis­po­si­tif est uti­li­sé par des pro­fes­sion­nels de san­té auprès de patients. Au niveau régle­men­taire, une sur­veillance est réa­li­sée par l’ANSM, des contrôles qua­li­té sont effec­tués dans les éta­blis­se­ments et cer­tains audits sont à pré­voir. Le dis­po­si­tif médi­cal est donc sui­vi tout au long de sa vie jusqu’à sa réforme. 

    Enfin, la der­nière fiche tech­nique pro­pose à l’utilisateur de faire un retour d’expérience sur son pro­jet et sur le pro­ces­sus qu’il vient d’effectuer s’il devait à nou­veau mener un pro­jet de cette enver­gure ou par­ti­ci­per à une étape du cycle de vie du dis­po­si­tif médi­cal. Cela per­met donc de mieux appré­hen­der les futurs pro­jets en anti­ci­pant les dif­fi­cul­tés qu’il a ren­con­tré et les risques qu’il pour­rait ren­con­trer à nouveau. 

    Fina­le­ment, un uti­li­sa­teur qui a sui­vi méti­cu­leu­se­ment toutes les étapes du guide doit donc avoir mis sur le mar­ché un dis­po­si­tif médi­cal qui répond à toutes les exi­gences le concer­nant et doit voir son dis­po­si­tif uti­li­sé dans les éta­blis­se­ments de san­té, par les pro­fes­sion­nels pour les patients dans le besoin. 

    Conclusion

    En 2020 la com­mer­cia­li­sa­tion d’innovations ou de dis­po­si­tifs médi­caux en rup­ture est une pro­cé­dure qui a été com­pro­mise suite à cette crise sani­taire qui touche le monde entier. Il était plus que néces­saire, d’apporter un sou­tien aux fabri­cants, ingé­nieurs et cher­cheurs dans les étapes indis­pen­sables à suivre pour la mise sur le mar­ché de leur pro­jet. Cet outil a été éla­bo­ré avec pré­ci­sion, en détaillant soi­gneu­se­ment chaque point essen­tiel dans ce pro­ces­sus d’accompagnement à la com­mer­cia­li­sa­tion, tout en répon­dant aux régle­men­ta­tions euro­péennes et en étant conforme à la norme NF EN ISO 13485.

    L’objectif était d’obtenir un outil fiable, intui­tif, inno­vant et simple d’utilisation afin de pro­po­ser le plus rapi­de­ment pos­sible tout dis­po­si­tif pou­vant sau­ver des vies en dan­ger dans les éta­blis­se­ments en manque de res­sources médi­cales néces­saires. Ce guide est un appui consi­dé­rable sur le cycle à suivre pour déployer une inno­va­tion médi­cale sur le mar­ché. Cela per­met de dimi­nuer les longues pro­cé­dures, les pertes de don­nées, les com­bats admi­nis­tra­tifs (quelle norme pour quel cas, quel orga­nisme pour quel dis­po­si­tif, etc) tout est sim­pli­fié et fait pour aider le monde médi­cal à sur­vivre face à une urgence sani­taire mondiale.

    Il est évident que des amé­lio­ra­tions sont encore pos­sibles et néces­saires pour assu­rer la péren­ni­té de ce guide d’accompagnement. C’est pour­quoi une amé­lio­ra­tion conti­nue est à prendre en compte avec tous les détails, retours, infor­ma­tions des uti­li­sa­teurs qui seront à prendre en compte. L’évolution des normes, des règle­ments, des règles de com­mer­cia­li­sa­tion sont éga­le­ment très évo­lu­tifs, il faut donc être vigilent sur le renou­vel­le­ment per­ma­nent de ce guide.

    L’intervention de pro­fes­sion­nels garan­tit la concré­ti­sa­tion de ce pro­jet. En effet, le groupe Meta­lians (SFAM – CFT – MDP), expert en desi­gn et com­mer­cia­li­sa­tion de dis­po­si­tifs médi­caux, a mon­tré un grand inté­rêt dans cette inno­va­tion. Il s’est pro­po­sé de revoir cha­cune des étapes de ce guide, pour confir­mer ou modi­fier les points mis en avant dans le bon pro­ces­sus de com­mer­cia­li­sa­tion des dis­po­si­tifs médicaux.

    Références bibliographiques

    [1]        « Panorama DM 2019 », snitem.fr, août 24, 2010. https://www.snitem.fr/dm-et-sante/panorama-dm (consulté le oct. 15, 2020).

    [2]        J. Monin, « Coronavirus : la France fabrique-t-elle en toute urgence des respirateurs artificiels inadaptés ? », Franceinfo, avr. 23, 2020. https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/coronavirus-8500respirateurs-artificiels-ont-ils-ete-fabriques-pour-rien_3930273.html (consulté le sept. 24, 2020).

    [3]        P. Coudrec, A. Siau, S. Juif, et A. Berr, « M.U.R – Minimal Universal Respirator - Open Source Lowtech Lowcost ». https://mur-project.org/ (consulté le oct. 15, 2020).

    [4]        « norme NF EN ISO 13485- Dispositifs médicaux - Systèmes de management de la qualité - Exigences à des fins réglementaires », Ed. Afnor, Paris, www.afnor.org, avr. 30, 2016.

    [5]        « norme NF EN ISO 9001:2015- Systèmes de management de la qualité - Exigences », Ed. Afnor, Paris, www.afnor.org, oct. 2015.

    [6]        « norme NF EN ISO 9004 - Management de la qualité - Qualité d’un organisme - Lignes directrices pour obtenir des performances durables », Ed. Afnor, Paris, www.afnor.org, avr. 11, 2018.

    [7]        « Fascicule de documentation - FD ISO/TR 10013 - Lignes directtrices pour la documentation des systèmes de management de la qualité », Ed. Afnor, Paris, www.afnor.org, mars 2006.

    [8]        « Directive 93/42/CEE du Conseil, du 14 juin 1993, relative aux dispositifs médicaux », 31993L0042, juill. 1993. Consulté le : oct. 08, 2020. [En ligne]. Disponible sur : http://data.europa.eu/eli/dir/1993/42/oj/fra.

    [9]        B. De Todaro, R. Droal, A. Gianolio et al., « Comprendre la démarche d’obtention du Marquage CE », Université de Technologie de Compiègne, Master Qualité et Performance dans les Organisations (QPO), Projet d’intégration de la Certification Professionnelle ABIH, http://www.utc.fr/tsibh/public/3abih/17/pi/groupe1/index.html, janv. 2016. Consulté le : oct. 11, 2020. [En ligne]. Disponible sur : https://www.utc.fr/master-qualite/public/publications/qualite_et_management/MQ_M2/2015-2016/MIM_projets/qpo12_2016_gp06_Marquage_CE/index.html.

    [10]      ANSM, « Mise sur le marché des dispositifs médicaux et dispositifs médicaux de diagnostic in vitro (DM/DMIA/DMDIV) - ANSM : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé ». https://www.ansm.sante.fr/Activites/Mise-sur-le-marche-des-dispositifs-medicaux-et-dispositifs-medicaux-de-diagnostic-in-vitro-DM-DMIA-DMDIV/Mise-sur-le-marche-des-dispositifs-medicaux-et-dispositifs-medicaux-de-diagnostic-in-vitro-DM-DMIA-DMDIV/(offset)/2 (consulté le oct. 08, 2020).

    [11]     P-E. De Joannis, « Evaluer les Technologies de Santé - Parcours du dispositif médical en France », Haute Autorité de Santé, nov. 2017. Consulté le : oct. 08, 2020. [En ligne]. Disponible sur : https://www.has-sante.fr/upload/docs/application/pdf/2009-12/guide_pratique_dm.pdf.

    [12]      SNITEM, « Parcours du DM pour sa mise sur le marché », snitem.fr, févr. 24, 2019. https://www.snitem.fr/le-snitem-en-action/les-publications/parcours-du-dm-pour-sa-mise-sur-le-marche (consulté le oct. 11, 2020).

    [13]      « Article R5211-19 - Code de la santé publique », Ed. Legifrance, Paris, mars 2012. Consulté le : oct. 08, 2020. [En ligne]. Disponible sur : https://www.legifrance.gouv.fr/codes/article_lc/LEGIARTI000025787318/2012-05-01.

    [14]      « ApolloBVM - Rice University ». http://oedk.rice.edu/apollobvm/ (consulté le oct. 18, 2020).

    [15]      M. Andellini, S. De Santis, F. Nocchi, E. Bassanelli, L. Pecchia, et M. Ritrovato, « Clinical needs and technical requirements for ventilators for COVID-19 treatment critical patients : an evidence-based comparison for adult and pediatric age », Health Technol., juill. 2020, doi : 10.1007/s12553-020-00467-w.

    [16]      « norme NF EN ISO 14971 - Dispositifs médicaux - Application de la gestion des risques aux dispositifs médicaux », Ed. Afnor, Paris, www.afnor.org, déc. 18, 2019.

    [17]      « norme NF EN 60601-1 Appareils électromédicaux - Partie 1 : exigences générales pour la sécurité de base et les performances essentielles (Tirage 5 (2014-09-01)) », Ed. Afnor, Paris, www.afnor.org, janv. 01, 2007.

    [18]      « Norme NF EN ISO 14155 - Investigation clinique des dispositifs médicaux pour sujets humains - bonne pratique clinique », Ed. Afnor, Paris, www.afnor.org, aout 2020.

    [19]      « Règlement (UE) 2017/745 du Parlement européen et du Conseil du 5 avril 2017 relatif aux dispositifs médicaux, modifiant la directive 2001/83/CE, le règlement (CE) n° 178/2002 et le règlement (CE) n° 1223/2009 et abrogeant les directives du Conseil 90/385/CEE et 93/42/CEE (Texte présentant de l’intérêt pour l’EEE. ) », Journal officiel de l’Union européenne, mai 2017. [En ligne]. Disponible sur : http://data.europa.eu/eli/reg/2017/745/oj/fra.

    searchhomearrow-circle-left