• IDS121 - Evaluation et suivi clinique des dispositifs médicaux

    Avertissement

    Les projets ou stages publiés auxquels vous accédez sont des rapports d'étudiants et doivent être pris comme tels. Il peuvent donc comporter des imperfections ou des imprécisions que tout lecteur doit admettre et donc supporter. Il ont été réalisés pendant les périodes de formation et constituent avant-tout des travaux de compilation bibliographique, d'initiation et d'analyse sur des thématiques associées aux concepts, méthodes, outils et expériences sur les démarches qualité dans les organisations ou sur les technologies en santé.

    Si, malgré nos précautions, vous avez des raisons de contester ce droit de diffusion libre, , nous nous efforcerons d'y apporter une réponse rapide. L'objectif de la présentation des travaux sur le web est de permettre l'accès à l'information et d'augmenter ainsi la qualité des échanges professionnels.

    Nous ne faisons aucun usage commercial des travaux de projet ou de stage publiés, par conséquent les citations des informations et l'emploi des outils mis à disposition sont totalement libres. Dans ce cas, nous vous demandons de respecter les règles d'éthique en citant explicitement et complètement vos sources bibliographiques.

    Bonne lecture...

    Auteurs

    Contacts

    Citation

    A rap­pe­ler pour tout usage : Ham­za BENCHERRIF, Chris­ti­na Roxanne GBELAY, Ham­za AIT SAID, Char­line LEVEL, Cathe­rine DALLA RIVA, « Eva­lua­tion et sui­vi cli­nique des dis­po­si­tifs médi­caux », Uni­ver­si­té de Tech­no­lo­gie de Com­piègne (France), Mas­ter Ingé­nie­rie de la San­té, Mémoire de Pro­jet, https://travaux.master.utc.fr/, réf n° IDS121, https://doi.org/10.34746/3hfj-jb17, jan­vier 2022, https://travaux.master.utc.fr/formations-master/ingenierie-de-la-sante/ids121

    Résumé

    Le 26 Mai 2017, le nou­veau règle­ment euro­péen 2017/745 est entré en vigueur et a cham­bou­lé les opé­ra­teurs du sec­teurs, en par­ti­cu­lier les fabri­cants. En effet, ce nou­veau règle­ment, appa­ru suite à dif­fé­rents scan­dales sani­taires et notam­ment l’affaire des implants PIP, a pour voca­tion de ren­for­cer le cadre règle­men­taire autour des dis­po­si­tifs médi­caux. De fait, les pro­duits déjà en ser­vice doivent être cer­ti­fiés CE selon ces nou­velles exi­gences pour pou­voir conti­nuer d’être com­mer­cia­li­sés au sein de l'Union Européenne.

    L’évaluation cli­nique est un des points les plus concer­nés par cette évo­lu­tion règle­men­taire et les fabri­cants doivent faire face à l’apparition de nou­velles exi­gences dans leur stra­té­gie d’évaluation cli­nique. Ce pro­ces­sus conti­nu peut prendre dif­fé­rentes formes selon la classe du dis­po­si­tif, son degré d’innovation et les don­nées dis­po­nibles dans la lit­té­ra­ture. Dans la course à la cer­ti­fi­ca­tion, l’optimisation de l’évaluation cli­nique per­met au fabri­cant de gagner du temps et de dis­po­ser d'un avan­tage concurrentiel. 

    Ce mémoire pro­pose une syn­thèse des grandes étapes du pro­ces­sus d’évaluation cli­nique d'un dis­po­si­tif médi­cal, ain­si que la docu­men­ta­tion et les acteurs asso­ciés à chaque étape. Un guide pra­tique des­ti­né aux fabri­cants est asso­cié à ce pro­jet et per­met d’obtenir rela­ti­ve­ment rapi­de­ment une pro­po­si­tion de stra­té­gie cli­nique adap­tée à chaque dis­po­si­tif.

    Abstract

    On May 26, 2017 the new Euro­pean regu­la­tion 2017/745 ente­red into force and upset the ope­ra­tors of the sec­tor, in par­ti­cu­lar the manu­fac­tu­rers. Indeed, this new regu­la­tion, which appea­red fol­lo­wing various health scan­dals and in par­ti­cu­lar the CASE of PIP implants, aims to streng­then the regu­la­to­ry fra­me­work around medi­cal devices. In fact, pro­ducts alrea­dy in ser­vice must be CE cer­ti­fied accor­ding to these new requi­re­ments in order to conti­nue to be mar­ke­ted in Europe. 

    Cli­ni­cal eva­lua­tion is one of the points most affec­ted by this regu­la­to­ry evo­lu­tion and manu­fac­tu­rers must face the emer­gence of new requi­re­ments in their cli­ni­cal eva­lua­tion stra­te­gy. This conti­nuous pro­cess can take dif­ferent forms depen­ding on the class of the device, its degree of inno­va­tion and the data avai­lable in the lite­ra­ture. In the race for cer­ti­fi­ca­tion, opti­mi­zing the cli­ni­cal eva­lua­tion saves the manu­fac­tu­rer time in the cer­ti­fi­ca­tion pro­cess and the­re­fore money. 

    To do this, this brief offers a syn­the­sis of the main stages of cli­ni­cal eva­lua­tion, as well as the docu­men­ta­tion and actors asso­cia­ted with each step. With this in mind, a prac­ti­cal guide for manu­fac­tu­rers is asso­cia­ted with this pro­ject and makes it pos­sible to obtain a cli­ni­cal stra­te­gy pro­po­sal adap­ted to each device rela­ti­ve­ly quickly.

    Téléchargements

    IDS121_Mémoire
    IDS121_Poster
    IDS121_Outilv2
    IDS121_Vidéo_RDV_Biomédical

    Remerciements

    Nous sou­hai­te­rions tout d’abord remer­cier Jean-Mat­thieu PROT, notre sui­veur de pro­jet, de nous avoir
    accom­pa­gné tout au long de ce semestre. Ses recom­man­da­tions biblio­gra­phiques, ses conseils et
    indi­ca­tions, nous ont été pré­cieux et nous ont gui­dé tout au long de cette démarche. Mer­ci d’avoir pris
    le temps de répondre à nos interrogations.

    Nous aime­rions remer­cier éga­le­ment Isa­belle Claude et Gil­bert Farges, pour avoir assis­té à nos trois sou­te­nances, relu notre rap­port et nous avoir conseillé pour pro­gres­ser dans notre travail. 

    Mer­ci à Béa­trice Koe­ning pour nous avoir for­mé sur les tech­niques de mise en page d’une biblio­gra­phie, puis d’avoir pris le temps de relire et cor­ri­ger la nôtre.

    Un grand mer­ci aus­si aux dif­fé­rents inter­ve­nants, qui sont venus, dans le cadre de notre for­ma­tion, nous par­ta­ger leurs connais­sances et leurs retours d’expériences. Ces infor­ma­tions nous ont été d'une grande uti­li­té pour déve­lop­per et amé­lio­rer notre mémoire d’intelligence méthodologique.

    Un grand mer­ci pour finir à Duns­tan Becht, étu­diant ingé­nieur, qui nous a aidé en appor­tant ses connais­sances en infor­ma­tique pour la mise en forme de notre guide inter­ac­tif à des­ti­na­tion des fabricants.

    Liste des abréviations

    • ANSM : Agence Natio­nale de la Sécu­ri­té du Médi­ca­ments et des dis­po­si­tifs médicaux
    • CNIL : Com­mis­sion Natio­nale de l’Informatique et des libertés
    • DM : Dis­po­si­tif Médical 
    • DMDIV : Dis­po­si­tif Médi­cal de Diag­nos­tic In Vitro 
    • DMIA : Dis­po­si­tif Médi­cal Implan­table Actif 
    • IUD : Iden­ti­fi­ca­tion Unique d’un Dispositif 
    • MIM : Mémoire d’Intelligence Méthodologique
    • MDCG : Medi­cal Device Coor­di­na­tion Group (Groupe de coor­di­na­tion des dis­po­si­tifs médicaux)
    • OE : Opé­ra­teurs Economiques 
    • ON : Orga­nismes Notifiés 
    • PDS : Pla­ni­fi­ca­tion Dyna­mique Stra­té­gique (Outil qualité) 
    • PSUR : Rap­ports Pério­diques Actua­li­sés de Sécurité 
    • QQOQCP : Qui, Quoi, Où, Quand, Com­ment, Pour­quoi (Outil qualité) 
    • RDM : Règle­ment Des Dis­po­si­tifs Médicaux 
    • SCAC : Sur­veillance Cli­nique Après Commercialisation 
    • SAC : Sui­vi Après Commercialisation
    • UE : Union Européenne

    Introduction 

    La méde­cine est en constant pro­grès et ce grâce à l’évolution des tech­niques et des ins­tru­ments de soins, avec comme objec­tif constant la sécu­ri­té du patient. Ces avan­cées sont le fruit de nom­breuses recherches et inves­ti­ga­tions cli­niques. Cepen­dant, ces expé­ri­men­ta­tions n’ont pas tou­jours été exé­cu­tées dans des condi­tions éthiques. Par exemple, avant 1945, cer­taines expé­riences diri­gées par des méde­cins nazis (ino­cu­la­tion de germes mor­tels, injec­tions intra­vei­neuses de phé­nol, etc) ont été réa­li­sées sur des pri­son­niers, en l'absence des pro­to­coles scien­ti­fiques et des codes déon­to­lo­giques actuel­le­ment admis et recon­nus par la com­mu­nau­té scien­ti­fique et médi­cale inter­na­tio­nale. Ces expé­riences ont expo­sé les cobayes humains à des condi­tions cruelles avec des apports scien­ti­fiques contes­tables, voire inutiles.

    A l’issue de la Seconde Guerre Mon­diale, le pro­cès des Méde­cins de Nurem­berg a eu lieu afin d’incriminer ces méde­cins accu­sés de crimes de guerre et crimes contre l'humanité et juger leurs actes. Ce pro­cès his­to­rique a don­né lieu à la décla­ra­tion d’Helsinki et au code Nurem­berg. Le prin­cipe géné­ral de la décla­ra­tion est qu'une recherche médi­cale, impli­quant des êtres humains, ne peut être conduite que si l’importance de l’objectif, dépasse les risques et incon­vé­nients pour les per­sonnes impli­quées. Le code de Nurem­berg à quant à lui été le point de départ de la recon­nais­sance des dan­gers exces­sifs que peuvent appor­ter les pro­grès scien­ti­fiques et de l’importance fon­da­men­tale de les enca­drer avec des règles [2], [3].

    L’évaluation cli­nique fait par­tie de la recherche cli­nique et cor­res­pond à l’évaluation de don­nées cli­niques obte­nues suite à l’utilisation d’un médi­ca­ment ou d’un dis­po­si­tif médi­cal, pour s’assurer de sa per­ti­nence en termes de per­for­mance et sécu­ri­té pour les patients et uti­li­sa­teurs [4]. Aujourd’hui encore, cette vigi­lance est pri­mor­diale. Assu­rée en majeur par­tie par l’ANSM, elle se tra­duit par une éva­lua­tion des dis­po­si­tifs médi­caux tout au long de leur cycle de vie. Il y a 10 ans envi­ron, l’affaire des implants mam­maires PIP a démon­tré une fois de plus les enjeux de la mise sur le mar­ché d’un dis­po­si­tif et de sa sur­veillance après com­mer­cia­li­sa­tion. En 2016, l’ANSM publiait une syn­thèse d’incidents sur ces pro­thèses indi­quant envi­ron 10 000 signa­le­ments d’incidents par an [5].

    Sur le site de l’ANSM, des décla­ra­tions de défaut de qua­li­té ou de risques d’effets secon­daires sont ren­sei­gnés par les fabri­cants, les patients, les pro­fes­sion­nels de san­té ou encore les dis­tri­bu­teurs. Cette année par exemple, deux gammes de pro­duit du fabri­cant NUVASIVE SPECIALIZED ORTHOPAEDICS Inc. (NSO) ont vu leur mar­quage CE sus­pen­du pour cause d’insuffisance de confor­mi­té des dis­po­si­tifs aux exi­gences règle­men­taires [6].

    Au cœur de l’actualité ces der­niers mois, les vac­cins contre le Covid 19 sont aus­si sou­mis à une vigi­lance
    stricte de la part de l’ANSM [7]. C’est pour limi­ter les risques, garan­tir la per­for­mance des dis­po­si­tifs et ren­for­cer la sécu­ri­té des patients que le 26 mai 2021, le nou­veau règle­ment euro­péen 2017/745 est entré en appli­ca­tion. Cette
    nou­velle régle­men­ta­tion s’applique spé­ci­fi­que­ment aux dis­po­si­tifs médi­caux et vise en une har­mo­ni­sa­tion des règle­men­ta­tions au sein de l’Europe [8].

    Cette nou­velle règle­men­ta­tion implique, de la part des fabri­cants, de rééva­luer leurs dis­po­si­tifs mis sur le mar­ché afin de cer­ti­fier leur confor­mi­té aux exi­gences géné­rales requises. Cepen­dant, les chan­ge­ments dans les pro­cé­dures plongent les fabri­cants dans une grande confu­sion. Les pro­ces­sus d’évaluation cli­nique font par­ties des exi­gences qui ont été ren­for­cées, de fait il est indis­pen­sable d’en connaitre les évo­lu­tions afin que le fabri­cant puisse espé­rer obte­nir un nou­veau mar­quage CE. Com­po­sé de près de 175 pages et fai­sant réfé­rence à d’autres normes, le règle­ment est un docu­ment consé­quent et en prendre connais­sance prend du temps, et néces­site une cer­taine expertise.

    Contexte

    L’entrée en appli­ca­tion du nou­veau règle­ment 2017/745 vient rem­pla­cer les anciennes direc­tives 90/385 et 93/42, et contrai­re­ment à ces der­nières, il s’applique direc­te­ment sans trans­po­si­tion, dans tous les États membres de l’Union Européenne.

    Aus­si, le règle­ment intro­duit quelques nou­veau­tés concer­nant les exi­gences cli­niques par rap­port à l’état de l’art, par­ti­cu­liè­re­ment dans l’article 61, et notamment :

    1. La pos­si­bi­li­té de consul­ta­tion d’un groupe d’expert par le fabricant
    2. L’obli­ga­tion d’établir un contrat entre deux fabri­cants pour la démons­tra­tion de l’équivalence
    3. Le recours incon­tour­nable aux inves­ti­ga­tions cli­niques pour les dis­po­si­tifs médi­caux implan­tables et ceux en classes III avant commercialisation
    4. Une défi­ni­tion pré­cise du Sui­vi Cli­nique Après Com­mer­cia­li­sa­tion (SCAC) et de son contenu
    5. L’obligation pour les groupes de pro­duits n’ayant pas de des­ti­na­tion médi­cale d’effectuer une éva­lua­tion clinique

    Abor­dons plus en détails cha­cune d’entre elles :

    1. La consul­ta­tion d’un groupe d’experts par le fabricant :

    Pour tous les dis­po­si­tifs de classe III et IIb des­ti­nés à admi­nis­trer dans l'organisme et/ou à reti­rer de l'organisme un médi­ca­ment, le fabri­cant aura la pos­si­bi­li­té de consul­ter un groupe d’experts avant d'effectuer son éva­lua­tion cli­nique, y com­pris son inves­ti­ga­tion cli­nique.

    Ce groupe est un ensemble des experts de pre­mier plan dans leur domaine, nom­més par la com­mis­sion euro­péenne sur la base de leur exper­tise scien­ti­fique, cli­nique et tech­nique. Leur sélec­tion est faite par la Com­mis­sion euro­péenne, en consul­ta­tion avec le groupe de coor­di­na­tion en matière de dis­po­si­tifs médi­caux (GCDM/MDCG). Ce groupe per­met­tra de gui­der les fabri­cants dans leur stra­té­gie de déve­lop­pe­ment cli­nique et de pré­pa­ra­tion d'investigation cliniques.

    2. Un contrat entre fabri­cants pour la démons­tra­tion de l’équivalence : 

    L’évaluation cli­nique sui­vra « une pro­cé­dure défi­nie et métho­do­lo­gi­que­ment fon­dée sur :

    1. Une éva­lua­tion cri­tique des publi­ca­tions scien­ti­fiques per­ti­nentes, actuel­le­ment dis­po­nibles concer­nant la sécu­ri­té, les per­for­mances, les carac­té­ris­tiques de concep­tion et la des­ti­na­tion du dis­po­si­tif, à condi­tion que : 
      • L’équivalence du dis­po­si­tif fai­sant l'objet de l'évaluation cli­nique, en ce qui concerne la des­ti­na­tion, et du dis­po­si­tif auquel se rap­portent les don­nées soit démon­trée, et 
      • Le res­pect des exi­gences géné­rales per­ti­nentes en matière de sécu­ri­té et de per­for­mances soit dûment établi.
    2. Une éva­lua­tion cri­tique des résul­tats de toutes les inves­ti­ga­tions cli­niques dis­po­nibles en tenant dûment compte de la ques­tion de savoir si les inves­ti­ga­tions ont été conduites au titre des articles 62 à 80, de tout acte adop­té en ver­tu de l'article 81 et de l'annexe XV ; et
    3. La prise en compte des alter­na­tives de trai­te­ment actuel­le­ment dis­po­nibles à cette fin, s'il en existe. » Autre­ment dit la prise en compte de l’état de l’art.

    Mais en termes de démons­tra­tion de l’équivalence le règle­ment intro­duit sur­tout les nou­velles exi­gences suivantes :

    • Les deux fabri­cants doivent avoir conclu un contrat qui accorde expli­ci­te­ment au fabri­cant du second dis­po­si­tif un accès total et per­ma­nent à la docu­men­ta­tion tech­nique, et 
    • L'évaluation cli­nique d'origine doit avoir été effec­tuée confor­mé­ment aux exi­gences du règle­ment, et le fabri­cant du second dis­po­si­tif doit en appor­ter la preuve mani­feste à l'organisme noti­fié (ON).

    3. Le recours incon­tour­nable aux inves­ti­ga­tions cli­niques pour les dis­po­si­tifs implan­tables et de classe III.

    Dans le cas des dis­po­si­tif médi­caux implan­tables et de classe III, les inves­ti­ga­tions cli­niques seront obli­ga­toires avant mise sur le marché. 

    Cette obli­ga­tion de conduire des inves­ti­ga­tions cli­niques, avant mise sur le mar­ché, pour­ra être évi­tée par les fabri­cants si les condi­tions sui­vantes sont réunies :

    • Le dis­po­si­tif a été conçu en modi­fiant un dis­po­si­tif déjà com­mer­cia­li­sé par le même fabricant,
    • Le fabri­cant a démon­tré que le dis­po­si­tif modi­fié est équi­valent au dis­po­si­tif com­mer­cia­li­sé et cette démons­tra­tion a été approu­vée par l’organisme notifié.
    • L’évaluation cli­nique du dis­po­si­tif com­mer­cia­li­sé suf­fit à démon­trer la confor­mi­té du dis­po­si­tif modi­fié avec les exi­gences per­ti­nentes en matière de sécu­ri­té et de performances.
    • Les dis­po­si­tifs qui ont été léga­le­ment mis sur le mar­ché ou mis en ser­vice confor­mé­ment à la direc­tive 90/385/CEE ou à la direc­tive 93/42/CEE et pour les­quels l'évaluation clinique :
      • Est fon­dée sur des don­nées cli­niques suf­fi­santes, et
      • Est conforme à la spé­ci­fi­ca­tion com­mune par pro­duit qui est appli­cable pour l'évaluation cli­nique de ce type de dis­po­si­tif, lorsqu'il en existe une ; ou des sutures, agrafes, pro­duits d'obturation den­taire, appa­reils ortho­don­tiques, cou­ronnes den­taires, vis, cales, plaques, guides, broches, clips ou dis­po­si­tifs de connexion et pour les­quels l'évaluation cli­nique est fon­dée sur des don­nées cli­niques suf­fi­santes et est conforme à la spé­ci­fi­ca­tion com­mune par pro­duit qui est appli­cable, lorsqu'il en existe une.

    4. Exi­gences rela­tives à la sur­veillance après commercialisation :

    Le Sui­vi Cli­nique Après Com­mer­cia­li­sa­tion (SCAC) est décrit comme un pro­ces­sus conti­nu de mise à jour de l'évaluation cli­nique qui s’inscrit dans le plan de sur­veillance après com­mer­cia­li­sa­tion éta­bli par le fabricant.

    Pour le fabri­cant, mettre en place un SCAC consiste à collec­ter et éva­luer de manière proac­tive les don­nées cli­niques résul­tant de l'utilisation d’un dis­po­si­tif mar­qué CE et commercialisé.

    Les objec­tifs du SCAC sont :

    • De confir­mer la sécu­ri­té et les per­for­mances pen­dant toute la durée de vie pré­vue du dispositif
    • D’assurer le carac­tère constam­ment accep­table des risques identifiés
    • De détec­ter les risques émer­gents sur la base d'éléments de preuve concrets

    C’est la par­tie B de l’annexe XIV du règle­ment qui défi­nit et décrit le conte­nu du SCAC.

    Le plan de SCAC com­prend au moins : 

    • Les méthodes et les pro­cé­dures géné­rales du SCAC à appli­quer, telles que la col­lecte de l'expérience cli­nique acquise et des retours d'information des uti­li­sa­teurs ain­si que la consul­ta­tion de la lit­té­ra­ture scien­ti­fique et d'autres sources de don­nées cliniques.
    • Les méthodes et les pro­cé­dures spé­ci­fiques du SCAC à appli­quer, par exemple l'évaluation des registres appro­priés ou des études de SCAC.
    • Une jus­ti­fi­ca­tion de l'adéquation des méthodes et des pro­cé­dures précédentes. 
    • Une réfé­rence aux par­ties per­ti­nentes du rap­port d'évaluation cli­nique et du dos­sier de ges­tion des risques.
    • Les objec­tifs spé­ci­fiques fixés pour le SCAC.
    • Une éva­lua­tion des don­nées cli­niques rela­tives à des dis­po­si­tifs équi­va­lents ou similaires.
    • Une réfé­rence aux spé­ci­fi­ca­tions com­munes, normes har­mo­ni­sées ou aux guides uti­li­sés par le fabri­cant, concer­nant le SCAC.
    • Un calen­drier détaillé et jus­ti­fié pour les acti­vi­tés de SCAC (par exemple, ana­lyse des don­nées issues du SCAC et rapport).


    5. Cas des groupes de pro­duit n'ayant pas de des­ti­na­tion médicale : 

    En ce qui concerne les groupes de pro­duits sans des­ti­na­tion médi­cale (qui ont des tech­no­lo­gies et une uti­li­sa­tion très proche d’un dis­po­si­tif, mais sans reven­di­ca­tion liée au diag­nos­tic ou au thé­ra­peu­tique. NB : aupa­ra­vant ils fai­saient par­tie de la régle­men­ta­tion des pro­duits cos­mé­tiques et grand public), le point 9 de l’article 61 pré­cise que ces pro­duits sont sou­mis aux mêmes exi­gences que les dis­po­si­tifs médi­caux en matière d’évaluation cli­nique, d’investigations cli­niques, de SAC et de SCAC [1], [9].

    La mise en pra­tique de ces prin­cipes énon­cés ci-des­sus fera l’objet du cha­pitre suivant.

    Outre ces nou­veaux aspects théo­riques de l'évaluation cli­nique appor­tés par le règle­ment, on peut consta­ter éga­le­ment, grâce au tableau 1 pré­sen­té ci-des­sous, une aug­men­ta­tion des textes évo­quant l'évaluation clinique. 

    Tableau 1 : Evolution de la description des obligations cliniques entre directive et règlement (Source : Auteurs d’après [7])

    Ain­si, la mise en place du nou­veau règle­ment avait pour objec­tif de ren­for­cer les exi­gences pour assu­rer la per­for­mance et la sécu­ri­té des dis­po­si­tifs, notam­ment au niveau de l’évaluation cli­nique. Ce tableau 1 com­pa­ra­tif le confirme. Des pré­ci­sions rela­tives au pro­ces­sus d’évaluation cli­nique ont été ajou­tées, ain­si que pour le sui­vi post com­mer­cia­li­sa­tion.  Cette pré­ci­sion des exi­gences a pour objec­tif de limi­ter les abus en pro­po­sant un cadre plus strict. 

    Actuel­le­ment, les fabri­cants et autres opé­ra­teurs éco­no­miques du sec­teur se trouvent dans une phase de tran­si­tion (figure 1) au cours de laquelle ils doivent cer­ti­fier la confor­mi­té de leurs dis­po­si­tifs aux nou­velles exi­gences du règle­ment 2017/745, qu’ils soient nou­vel­le­ment mis sur le mar­ché ou déjà cer­ti­fiés sur les anciennes directives.

    Figure 1 : Schéma chronologique simplifié de la phase transitoire induite par l'entrée en vigueur du nouveau règlement européen (source : d’après [10])

    Aus­si, mal­gré les dif­fé­rents élé­ments mis en place pour faci­li­ter l’utilisation de ces régle­men­ta­tions, la prise en main des exi­gences reste un pro­ces­sus chro­no­phage pour les opé­ra­teurs du sec­teur. En effet, pour la mise sur le mar­ché ou la rééva­lua­tion des dis­po­si­tifs déjà sur le mar­ché, les fabri­cants doivent s’appuyer sur les exi­gences énon­cées dans le règlement. 

    Seule­ment, après consul­ta­tion dudit règle­ment, il appa­raît que les infor­ma­tions peuvent par­fois être dif­fi­ciles à appré­hen­der. Effec­ti­ve­ment, les dif­fé­rentes régle­men­ta­tions, que ce soit pour l’évaluation cli­nique, le mar­quage CE, le sui­vi cli­nique après com­mer­cia­li­sa­tion et toute la docu­men­ta­tion tech­nique, sont répar­ties dans dif­fé­rents cha­pitres et articles, mais aus­si dans les annexes. De fait, la déter­mi­na­tion de la meilleure stra­té­gie d’évaluation cli­nique peut prendre du temps à être éla­bo­rée. Et ce temps, les fabri­cants ne l’ont pas.

    L’objectif de ce pro­jet est de four­nir un sup­port aux fabri­cants afin de les accom­pa­gner dans ces démarches et res­ter concur­ren­tiels dans cette course à la mise sur le marché.

    Pour ce faire, il est d’abord néces­saire de pré­ci­ser les enjeux, les étapes de dérou­le­ment et les acteurs impli­qués dans ce pro­ces­sus d’évaluation. Au vu de ces infor­ma­tions, il sera alors pos­sible de défi­nir les pro­ces­sus à mettre en place par le fabri­cant pour assu­rer cette éva­lua­tion cli­nique et ce, lors de phases clés du cycle de vie du dis­po­si­tif [11].

    Sous la forme d’un guide, les fabri­cants auront accès à un pro­ces­sus de déter­mi­na­tion des stra­té­gies cli­niques à mettre en œuvre selon les dif­fé­rents cri­tères de leur dis­po­si­tif : type de don­nées col­lec­tées, niveau de risque du dis­po­si­tif… Ce qui leur per­met­tra d’obtenir une stra­té­gie cli­nique adaptée.

    Éga­le­ment, grâce à ce guide stra­té­gique, les fabri­cants pour­ront éva­luer le niveau de risque de leur dis­po­si­tif et ain­si déter­mi­ner sa classe de risque.

    Enjeux

    Le prin­ci­pal enjeu de l’évaluation cli­nique, et du ren­for­ce­ment des exi­gences asso­ciées, est un enjeu humain. C’est un enjeu cru­cial pour assu­rer la qua­li­té des soins, puisque les dis­po­si­tifs ont pour objec­tif de soi­gner, diag­nos­ti­quer ou encore pré­ve­nir d’une patho­lo­gie de la façon la plus per­for­mante pos­sible et sécu­ri­taire pour les patients. Autre­ment dit, le dis­po­si­tif entre indi­rec­te­ment et direc­te­ment en contact avec le patient. Assu­rer la sécu­ri­té humaine, ain­si que la per­for­mance de l’instrument uti­li­sé est alors la prio­ri­té, le rap­port bénéfices/risques doit être donc en faveur du béné­fice pour le patient. C’est d'ailleurs sur cette base de rap­port bénéfices/risques que l’ANSM délivre ou non une auto­ri­sa­tion d’essais et d’investigation clinique. 

                  Le mar­ché du dis­po­si­tif est impor­tant et génère de grands béné­fices finan­ciers pour les dif­fé­rents fabri­cants et opé­ra­teurs éco­no­miques du sec­teur. C’est pour­quoi l’enjeu éco­no­mique est aus­si un enjeu impor­tant à prendre en compte. En effet, plu­sieurs dépenses sont à pré­voir pour accom­plir l’évaluation cli­nique et notam­ment lorsqu'on doit avoir recours à une inves­ti­ga­tion cli­nique. En effet, le coût de cette der­nière com­prend entre autres : le nombre de patients dans l’investigation, la durée de l’étude, la durée de recru­te­ment des patients, la patho­lo­gie étu­diée ain­si que les sur­coûts hos­pi­ta­liers et heures de tra­vail. Ain­si, un pro­mo­teur, ayant à sa charge un dis­po­si­tif néces­si­tant une inves­ti­ga­tion cli­nique, devra anti­ci­per le bud­get adé­quat de façon opti­male. Selon une pro­fes­sion­nelle du domaine, la four­chette de prix est de l'ordre de 50000/80000 euros et peut aller jusqu'à des cen­taines de mil­liers d'euros, en fonc­tion du dis­po­si­tif médical.

    Ce mar­ché est tou­te­fois très règle­men­té et la mise sur le mar­ché de cha­cun des dis­po­si­tifs ne peut avoir lieu que en res­pec­tant les exi­gences requises. Ain­si, l’enjeu régle­men­taire fait par­tie des enjeux prin­ci­paux de cette nou­velle règle­men­ta­tion et oblige les fabri­cants à s’aligner aux exi­gences régle­men­taires en termes d’évaluation cli­nique. Il est, entre autres, essen­tiel pour l’obtention du mar­quage CE sous le règle­ment 2017/745. La règle­men­ta­tion influe gran­de­ment sur la durée néces­saire à la mise sur le mar­ché des nou­veaux dis­po­si­tifs, de fait, la prise en main rapide de ces nou­velles exi­gences devient un enjeu concur­ren­tiel pour les fabri­cants. C’est pour­quoi, les dif­fé­rents outils pro­po­sés par les entre­prises de conseil, les orga­nismes noti­fiés et le guide éla­bo­ré dans le cadre de ce pro­jet, deviennent des sup­ports pri­sés du secteur.

    Chapitre 1 : Principes généraux sur l’évaluation clinique selon le Nouveau Règlement Européen 2017/745

    1) Distinction entre évaluation clinique et investigation clinique 

    1.1) L’évaluation clinique 

    Décrite comme un pro­ces­sus conti­nu, l’évaluation cli­nique, per­met de recueillir, éva­luer et ana­ly­ser des don­nées cli­niques se rap­por­tant à un ins­tru­ment médi­cal et d’évaluer si les preuves sont suf­fi­santes, pour prou­ver la confor­mi­té aux exi­gences essen­tielles per­ti­nentes en matière de sécu­ri­té, sûre­té et de per­for­mance lors de l’utilisation du dis­po­si­tif, confor­mé­ment aux ins­truc­tions d’utilisation du fabricant. 

    Ces exi­gences géné­rales sont don­nées par le règle­ment 2017/745 dans le cha­pitre VI et l'annexe XIV, et sont rela­tives à la sécu­ri­té et à la per­for­mance du dis­po­si­tif. Ces exi­gences sont, pour la plu­part, lar­ge­ment ins­pi­rées du MEDDEV 2.7.1, pro­gres­si­ve­ment rem­pla­cé ou mis à jour dans les guides publiés par le MDCG [12].

    Ce guide, éta­bli à l’intention des fabri­cants et des orga­nismes noti­fiés, résume les pro­ces­sus néces­saires à la mise en place des éva­lua­tions cli­niques de façon à consti­tuer un docu­ment de référence.

    C’est le fabri­cant qui défi­nit le niveau de preuves cli­niques néces­saires pour confir­mer le res­pect de ces exi­gences dans le plan d’évaluation cli­nique défi­ni avant sa production.

    C’est la clas­si­fi­ca­tion du dis­po­si­tif qui déter­mine le niveau d’exigence requis. La classe attri­buée au dis­po­si­tif dépend de son niveau de risques, de sa durée d’utilisation sur le patient, et de sa des­ti­na­tion. Pour chaque dis­po­si­tif, l’évaluation cli­nique doit être inté­grée dans sa docu­men­ta­tion tech­nique [13], [14].

    1.2) L’investigation clinique

    Selon le Règle­ment (UE) 2017/745, l’inves­ti­ga­tion cli­nique est défi­nie comme « toute inves­ti­ga­tion sys­té­ma­tique impli­quant un ou plu­sieurs par­ti­ci­pants humains des­ti­nés à éva­luer la sécu­ri­té ou les per­for­mances d’un dis­po­si­tif ».

    En effet, à comp­ter du 26 mai 2021, tous les pro­jets de recherche visant à éva­luer un dis­po­si­tif médi­cal, ou un dis­po­si­tif uti­li­sé à des fins non-médi­cales lis­té à l’annexe XVI du règle­ment (UE) 2017/745, seront enca­drés par ce der­nier et seront nom­més inves­ti­ga­tions cli­niques (IC) [15].

    L'ISO 14155 défi­nit l’investigation cli­nique comme une inves­ti­ga­tion sys­té­ma­tique por­tant sur un ou plu­sieurs sujets humains, entre­prise en vue d'évaluer les per­for­mances cli­niques, l’efficacité ou la sécu­ri­té d'un dis­po­si­tif médi­cal. Les termes « essai cli­nique » ou « étude cli­nique » sont des syno­nymes d'« inves­ti­ga­tion cli­nique » [16].

    Mal­gré les pro­grès actuels, la méde­cine ne per­met pas encore de tout gué­rir. Pour évo­luer, elle a besoin de trou­ver de nou­veaux trai­te­ments plus effi­caces, moins toxiques, moins contrai­gnants, pour le patient. La recherche cli­nique ou inves­ti­ga­tion cli­nique, inter­vient après la recherche fon­da­men­tale et repré­sente toutes les recherches faites sur l’homme. Elle a pour but d’améliorer les connais­sances sur les mala­dies, amé­lio­rer leur dépis­tage, amé­lio­rer les trai­te­ments mais aus­si amé­lio­rer la prise en charge des patients à court, moyen et long terme [17].

    Les pro­jets de recherche cli­nique sont basés sur la par­ti­ci­pa­tion volon­taire des per­sonnes à des essais cli­niques qui leurs sont pro­po­sés par le méde­cin. On dis­tingue les recherches inter­ven­tion­nelles, des recherches non-inter­ven­tion­nelles, aus­si appe­lées études obser­va­tion­nelles (figure 2). 

    Les recherches inter­ven­tion­nelles impliquent une par­ti­ci­pa­tion directe de la per­sonne et peuvent modi­fier la prise en charge habi­tuelle. Cela peut aller de la simple réa­li­sa­tion d’une prise de sang sup­plé­men­taire à la mise en route d’un trai­te­ment spé­ci­fique en fonc­tion du degré de contrainte et du risque pour le patient.

    Figure 2 : Types de recherches cliniques impliquant la personnes humaines et caractéristiques associés (source auteurs, d’après [18]).

    2) Quand faire une évaluation clinique et comment ?

    2.1) Quand faire l’évaluation clinique ?

    Pour com­men­cer, il appa­raît pri­mor­dial de cla­ri­fier les dif­fé­rentes étapes de cette éva­lua­tion et de pré­ci­ser à quel moment du cycle de vie du dis­po­si­tif médi­cal elle inter­vient (figure 4). Le Groupe de Coor­di­na­tion en matière de Dis­po­si­tifs Médi­caux (MDCG) rap­pelle que l’évaluation cli­nique est un pro­ces­sus qui est conti­nu tout au long de la vie du dis­po­si­tif (figure 3). Il est tou­te­fois pos­sible d’identifier 3 séquences en par­ti­cu­lier dans laquelle elle intervient :

    • La 1ère éva­lua­tion cli­nique a lieu dès la concep­tion du dis­po­si­tif. A ce moment, elle va per­mettre d’identifier les don­nées en termes de per­for­mance et de sécu­ri­té cli­nique, d’équivalence avec d’autres dis­po­si­tifs déjà sur le mar­ché, ana­lyse des lacunes par rap­port aux don­nées trou­vées dans la lit­té­ra­ture néces­saire à la future mise sur le mar­ché du dis­po­si­tif. Au cours de cette séquence, le fabri­cant va mettre en place le plan d’évaluation cli­nique. Dans ce docu­ment, le fabri­cant doit énon­cer clai­re­ment la thé­ma­tique du pro­jet de recherche et les élé­ments mis en place pour y répondre. Ils seront pris en compte pour la défi­ni­tion de la pro­cé­dure d’évaluation clinique.
    • La 2ème éva­lua­tion a lieu lors du mar­quage CE ini­tial. L’objectif est de col­lec­ter des don­nées cli­niques suf­fi­santes pour confir­mer le res­pect des exi­gences en matière de per­for­mance et de sécu­ri­té cli­nique. Au cours de cette séquence, les don­nées qui doivent être sys­té­ma­ti­que­ment contrô­lées après la mise sur le mar­ché, vont être iden­ti­fiées. Cette ana­lyse va per­mettre d’évaluer les risques rési­duels. Ces cri­tères dési­gnent typi­que­ment les pos­si­bi­li­tés de com­pli­ca­tions, les incer­ti­tudes, le niveau de rareté, … 
    • C’est fina­le­ment lors de la mise à jour par le fabri­cant qu’à lieu la 3ème  étape de l’évaluation cli­nique. C’est le fabri­cant qui défi­nit et jus­ti­fie la fré­quence de mise à jour néces­saire pour le dis­po­si­tif. Au cours de ces étapes, il se dit notamment :
      • D’analyser les risques signi­fi­ca­tifs du produit,
      • De consi­dé­rer les inno­va­tions dans le sec­teur au niveau cli­nique, tech­no­lo­gique ou autres qui sont liés au dispositif,
      • D’évaluer le niveau de per­for­mance et de sécu­ri­té du dis­po­si­tif d’après les don­nées cli­niques dis­po­nibles et le nombre de dis­po­si­tifs équi­va­lents dis­po­nibles sur le marché.

    L’évaluation cli­nique peut être mise à jour selon un pro­ces­sus dit « actif » à la suite :

    • D’un poten­tiel chan­ge­ment requis dans l’évaluation,
    • Ou dans le cas où aucune infor­ma­tion de ce type ne s’applique :
      • Mise à jour annuelle pour les dis­po­si­tifs de classe III, consi­dé­rés comme à risque, ou encore pour des dis­po­si­tifs pour les­quels les risques ne sont pas encore tout à fait bien établis
      • Mise à jour tous les 2 à 5 ans si le dis­po­si­tif ne pré­sente pas de risque signi­fi­ca­tif [19].
    Figure 3 : Représentation simplifiée du processus continu d'évaluation clinique d'un dispositif médical (Source : Auteurs)

    Comme évo­qué plus haut, l’évaluation cli­nique est un pro­ces­sus conti­nu tout au long du cycle de vie de dis­po­si­tif, elle va donc néces­si­ter une mise à jour conti­nuelle de la docu­men­ta­tion tech­nique afin de conser­ver le mar­quage CE.

    Figure 4 : Schéma des différentes phases clés de l'évaluation clinique au cours du cycle de vie du dispositif (source : d’après [19])

    2.2) L’intérêt de l’évaluation clinique

    A la lec­ture des exi­gences essen­tielles géné­rales de la direc­tive 93/42/CEE (modi­fié par la direc­tive 2007/47/CE), il peut être noté qu'elles sont toutes autour du patient et de l’utilisateur pour garan­tir leur san­té ain­si que leur sécu­ri­té (voir tableau 2). Notez bien que la sécu­ri­té et les per­for­mances d’un dis­po­si­tif doivent être assu­rées pen­dant tout son cycle de vie. Pour assu­rer sa confor­mi­té à ces exi­gences, l’éva­lua­tion cli­nique des dis­po­si­tifs reste indis­pen­sable pour garan­tir la sécu­ri­té et avoir un rap­port bénéfice/risque favo­rable.

    Les essais cli­niques sont soi­gneu­se­ment conçus pour engen­drer le moins de risques et le plus d’avantages pos­sibles pour chaque par­ti­ci­pant. Cet équi­libre est dési­gné sous l’appellation de « rap­port bénéfice/risque » et cor­res­pond à l’élément cen­tral dans tous les pro­ces­sus d’évaluation cli­nique. Les béné­fices et les risques pos­sibles sont propres à chaque essai et il est impor­tant de les anti­ci­per au maxi­mum et d’en infor­mer les res­pon­sables le plus rapi­de­ment pos­sible. Le tableau 2 ci-des­sous pré­sente des exemples non-exhaus­tifs des béné­fices et risques pou­vant sur­ve­nir au cours d’une étude. 

    Tableau 2 : Exemples de bénéfices et risques liés aux essais cliniques (Source : Auteurs)

    En recherche cli­nique sur les dis­po­si­tifs médi­caux, ain­si que sur les médi­ca­ments, de nom­breuses mesures sont prises pour limi­ter les risques encou­rus par les patients. Par exemple dans le cas des médi­ca­ments, de nom­breux tests pré-cli­niques et des pro­grammes d’expérimentation ani­male sont conduits avant toute admi­nis­tra­tion à l'homme. Ensuite, les plans de recherche pré­voient d’exposer d’abord de très faibles nombres de volon­taires en bonne san­té à de faibles doses de pro­duit, avant d’augmenter les doses, puis le pas­sage à un plus grand nombre de patients [20], si les résul­tats sont concluants. Ces pré­cau­tions sont appe­lées « pré-requis » de la recherche. Des pré­ci­sions à ce sujet seront abor­dées dans la par­tie rela­tive au dérou­le­ment d’un essai clinique.

     3) Acteurs mobilisés dans l’évaluation clinique

    Une éva­lua­tion cli­nique est un pro­ces­sus com­plexe, qui néces­site l’intervention de dif­fé­rents acteurs avec un champs d’expertise et une impli­ca­tion dif­fé­rente (figure 5). Ain­si, ils vont ryth­mer le par­cours de lan­ce­ment d’un essai clinique. 

    Par­mi eux, le pro­mo­teur ini­tie l’essai. Il peut être un indi­vi­du, une entre­prise, une ins­ti­tu­tion ou un orga­nisme qui prend la res­pon­sa­bi­li­té de mettre en place, de gérer et/ou de finan­cer un essai cli­nique. Selon les textes de loi, le pro­mo­teur est "la per­sonne phy­sique ou morale qui prend l'initiative d'une recherche bio­mé­di­cale sur l'être humain, qui en assure la ges­tion et véri­fie que le finan­ce­ment de la recherche est pré­vu". Il s’assure que la recherche se déroule selon les Bonnes Pra­tiques Cli­niques et il est consi­dé­ré Inter­lo­cu­teur unique du CPP et de l’Autorité Compétente.

    Le pro­mo­teur a plu­sieurs missions :

    • Ini­tier le pro­jet scien­ti­fique et conce­voir le protocole
    • Choi­sir l'investigateur
    • Assu­rer et contrô­ler la qualité
    • Faire le lien avec le Comi­té de Pro­tec­tion des Per­sonnes et l'autorité compétente
    • Contrac­ter une assu­rance cou­vrant les consé­quences éven­tuelles de cette recherche
    • Décla­rer au Minis­tère et à l’Autorité com­pé­tente les éven­tuels évé­ne­ments indé­si­rables sur­ve­nus au cours de la recherche

    Le Comi­té de Pro­tec­tion des Per­sonnes (CPP) pos­sède un rôle clé et incon­tour­nable dans le dérou­le­ment d’un essai. En effet, sa vali­da­tion est néces­saire pour lan­cer un essai cli­nique en France. La mis­sion du CPP est de véri­fier que la pro­tec­tion des per­sonnes est bien assu­rée en éva­luant un pro­to­cole (avant sa réa­li­sa­tion), selon :

    • La per­ti­nence de la recherche
    • L’information déli­vrée au participant
    • Le rap­port bénéfice/risque
    • La qua­li­fi­ca­tion des méde­cins investigateurs
    • L’adéquation entre les objec­tifs et les moyens mis en œuvre.


    L’Agence Natio­nale de Sécu­ri­té du Médi­ca­ment et des pro­duits de san­té (ANSM), est l'autorité com­pé­tence en France en matière de dis­po­si­tifs médi­caux, à cet égard elle assure la sur­veillance du mar­ché, valide la per­ti­nence et l’intérêt médi­cal du dis­po­si­tif. Elle évalue :

    • La sécu­ri­té d’emploi
    • La qua­li­té 
    • Le bon usage des médi­ca­ments et pro­duits de santé.

    Elle attri­bue notam­ment l’autorisation de mise sur le mar­ché (AMM) pour les médi­ca­ments. Elle a la res­pon­sa­bi­li­té de déli­vrer aux pro­mo­teurs les auto­ri­sa­tions pour tous les essais cli­niques inter­ven­tion­nels qui com­portent une inter­ven­tion pos­si­ble­ment à risque sur la per­sonne, non jus­ti­fiée par sa prise en charge habi­tuelle. Cela concerne les essais cli­niques inter­ven­tion­nels sur les médi­ca­ments, les dis­po­si­tifs médi­caux, les dis­po­si­tifs médi­caux de diag­nos­tic in vitro, les pro­duits bio­lo­giques ain­si que les essais cli­niques ne por­tant pas sur des pro­duits de san­té se dérou­lant en France. L’agence peut deman­der des infor­ma­tions com­plé­men­taires ou des modi­fi­ca­tions des pro­to­coles d’essais.

    N.B : Le CPP et l’ANSM sont char­gés d’autoriser le début de l'investigation cli­nique après l’évaluation des dossiers. 

    L’ANSM est l’autorité com­pé­tente en matière d’essais cli­niques conduits en France. Elle peut sus­pendre ou arrê­ter un essai à tout moment. 

    La Com­mis­sion Natio­nale Infor­ma­tique et Liber­té (CNIL) veille au res­pect de la confi­den­tia­li­té des infor­ma­tions recueillies notam­ment dans le cadre d’une recherche. Elle donne son auto­ri­sa­tion sur la mise en place de tout fichier infor­ma­ti­sé concer­nant un essai et les patients de cet essai. Elle est donc fon­da­men­tale au bon dérou­le­ment d’un essai clinique.

    L’investigateur est un indi­vi­du médi­ca­le­ment qua­li­fié, res­pon­sable de la conduite de la recherche sur un centre choi­si, appe­lé « centre inves­ti­ga­teur ». Il inclut les patients dans l'étude et veille à la sécu­ri­té des per­sonnes. Ses prin­ci­pales mis­sions lors d’un essai sont :

    • Super­vi­ser la recherche dans un ser­vice (centre inves­ti­ga­teur) : il est le seul qui est décla­ré au Comi­té de Pro­tec­tion des Personnes
    • Res­pon­sable du dérou­le­ment de la recherche (enga­ge­ment de responsabilités)
    • Dési­gner, au début de l'étude, ses col­la­bo­ra­teurs et leur fonc­tion dans la recherche (for­mu­laire de délé­ga­tion de fonc­tions trans­mis au pro­mo­teur [21].
    Figure 5 : Chronologie de l'implication successive des différents acteurs d'un essai clinique (Source : d’après auteurs)

    Chapitre 2 : Processus d'évaluation clinique

    1) Etapes d'évaluation clinique

    NB : Les réfé­rences énon­cées dans cette par­tie font réfé­rence au règle­ment 2017/745.

    L'évaluation cli­nique peut être divi­sée en 6 étapes dis­tincts (figure 6).

    Figure 6 : Etapes définies du plan d’évaluation clinique (Source : d’après auteurs)
    • Étape 0 : défi­nir le domaine d’application et le plan d’évaluation clinique

    Avant de démar­rer une étude, le fabri­cant doit en défi­nir la por­tée en s’appuyant sur les exi­gences essen­tielles, qui doivent être abor­dées d’un point de vue cli­nique selon la nature et l’historique du dis­po­si­tif. C’est ce qu’on appelle aus­si le cadrage.

    La por­tée sert de base à d’autres étapes, y com­pris l’iden­ti­fi­ca­tion des don­nées per­ti­nentes (Etape 1). Le fabri­cant éta­blit une des­crip­tion de l’instrument éva­lué et un plan d’évaluation cli­nique. Une éva­lua­tion cli­nique doit être cri­tique. Par consé­quent, il doit iden­ti­fier, éva­luer et ana­ly­ser les don­nées favo­rables et défa­vo­rables aux hypo­thèses de l’étude. En fonc­tion du stade du cycle de vie du pro­duit, des consi­dé­ra­tions rela­tives à la mise en place d’un plan d’évaluation doivent com­prendre cer­tains aspects spécifiques.

    • Etape 1 : iden­ti­fier les don­nées pertinentes

    Ces don­nées sont col­lec­tées par le fabri­cant et proviennent :

    • Des inves­ti­ga­tions pré-commercialisation ;
    • Des don­nées cli­niques obte­nues grâce au pro­ces­sus de ges­tion des risques : rap­ports de vigi­lance, recherches issues de la lit­té­ra­ture, plaintes reçues ;
    • Des études pré­cli­niques réa­li­sées, avec les rap­ports des tests incluant la véri­fi­ca­tion et la vali­da­tion des données.

    Si les don­nées ne pro­viennent pas du fabri­cant, elles peuvent aus­si être extraites de la lit­té­ra­ture, par exemple lors d’études réa­li­sées pour des dis­po­si­tifs équi­va­lents ou pro­ve­nant d’articles rela­tifs aux connais­sances actuelles d’un domaine.

    • Etape 2 : éva­luer chaque don­nées (vali­di­té et poids scientifique)

    L’objectif de cette étape est :

    • D’identifier les don­nées pré­sentes dans chaque étude,
    • D’évaluer la qua­li­té métho­do­lo­gique de l’étude et sa valeur scientifique,
    • D’évaluer la per­ti­nence de l’étude vis-à-vis de l’évaluation cli­nique en cours,
    • De pon­dé­rer sys­té­ma­ti­que­ment la contri­bu­tion de chaque étude par rap­port aux autres don­nées retenues

    Cette éva­lua­tion de don­nées est sou­vent réa­li­sée selon un plan pré­cis et déter­mi­née à l’avance (au cours de l’étape 0) en fonc­tion de cri­tères rela­tifs à la qua­li­té, à la vali­di­té scien­ti­fique, à la per­ti­nence de l’évaluation cli­nique, de l’intérêt cli­nique géné­ral du produit.

    • Etape 3 : ana­ly­ser les don­nées vis-à-vis des per­for­mances, de la sécu­ri­té, des infor­ma­tions four­nies par le fabri­cant et des risques rési­duels afin d’envisager des conclu­sions d’étude. Afin de démon­trer la confor­mi­té, les éva­lua­teurs se doivent d’utiliser des méthodes pré­cises, d’effectuer une ana­lyse com­plète, afin de déter­mi­ner si d’autres études cli­niques ou d’autres mesures sont néces­saires. Cette étape va aus­si per­mettre de déter­mi­ner les exi­gences à indi­quer dans le CRF (Case Report Form). Ce docu­ment a pour objec­tif de conte­nir toutes les infor­ma­tions requises par le pro­to­cole concer­nant les per­sonnes impli­quées dans un pro­jet de recherche biomédicale.

    NB : Ces 3 étapes seront abor­dées plus bas dans le cha­pitre 3.

    • Etape 4 : rap­port d’évaluation (check list à véri­fier avant de libé­rer le rap­port) selon le plan de Sui­vi après com­mer­cia­li­sa­tion (SAC)/Suivi cli­nique après com­mer­cia­li­sa­tion (SCAC)

    Le rap­port contient tous les docu­ments rela­tifs à cette éva­lua­tion, ain­si que toutes les infor­ma­tions rela­tives à l’étude qui doivent être expli­ci­tés clai­re­ment. Ce rap­port contient aus­si des réfé­rences à la littérature.

    Des groupes d'experts issus de l’organisme noti­fié devraient s'acquitter de la tâche consis­tant à four­nir un avis sur les rap­ports d'évaluation sur l'évaluation cli­nique des orga­nismes noti­fiés dans le cas de cer­tains dis­po­si­tifs à haut risque. Ces groupes d’experts doivent être dési­gnés en amont, lors de la pla­ni­fi­ca­tion de l’étude [19], [22]. Ils vont ain­si vali­der les don­nées récol­tés et les pro­ces­sus scien­ti­fiques mise en place, ain­si que le res­pect des règle­men­ta­tions et de l’éthique.

    L’étape 5 concer­nant le sui­vi cli­nique après com­mer­cia­li­sa­tion (SCAC) sera abor­dée dans la suite du mémoire au cha­pitre 3.

    2) Types d’évaluation clinique 

    2.1) Par le biais de la littérature 

    La pre­mière phase de l’évaluation cli­nique est l’évaluation par la lit­té­ra­ture, afin de col­lec­ter les don­nées exis­tantes et d’établir l’état de l’art de la tech­no­lo­gie pro­po­sée par le fabri­cant. Ces pre­mières recherches vont être essen­tielles pour éta­blir la suite de la pro­cé­dure d’évaluation cli­nique. Elles répondent à des exi­gences par­ti­cu­lières qui sont défi­nies dès la rédac­tion du plan d’évaluation cli­nique et vont être ins­crites dans le rap­port final. En effet, par­mi les docu­ments à four­nir on retrouve un pro­to­cole ain­si qu'un rap­port de recherche documentaire.

    A titre d’exemple, le GMED pro­pose un som­maire réca­pi­tu­lant les dif­fé­rents élé­ments atten­dus dans la consti­tu­tion de cet état de l’art. Tout d’abord, il va être indis­pen­sable de défi­nir le contexte cli­nique, en pré­ci­sant les domaines médi­caux et patho­lo­gies asso­ciées ; mais aus­si les évo­lu­tions et les consé­quences pos­sibles, popu­la­tion cible et fac­teurs d’incidences. Ensuite, un résu­mé de la stra­té­gie cli­nique envi­sa­gée basée sur des recherches biblio­gra­phiques avec les connais­sances actuelles (ques­tions de recherches, résul­tats d’études, publi­ca­tions, …). Pour finir, tous les docu­ments consul­tés doivent être men­tion­nés, les articles rete­nus comme ceux exclus, avec dans chaque cas une jus­ti­fi­ca­tion. Les don­nées récol­tées vont être éva­luées par pon­dé­ra­tion selon leur per­ti­nence et leur vali­di­té scien­ti­fique [22].

    Au vu des don­nées col­lec­tées, le fabri­cant va pou­voir s’orienter soit vers une pro­cé­dure d’équivalence, soit vers une inves­ti­ga­tion cli­nique si le dis­po­si­tif est inno­vant ou à haut niveau de risque.

    2.2) Par le biais de l’équivalence avec un dispositif existant

    Dans cer­tains cas, un dis­po­si­tif de tech­no­lo­gie simi­laire existe déjà sur le mar­ché, dans ce cas, le fabri­cant n’a pas la néces­si­té de réa­li­ser de nou­velles études cli­niques. Si l’équi­va­lence est démon­trée et que les don­nées de ce der­nier sont suf­fi­santes, le fabri­cant peut donc gagner du temps dans son pro­ces­sus de cer­ti­fi­ca­tion. Cepen­dant, le nou­veau règle­ment euro­péen ren­force les exi­gences pour démon­trer cette équi­va­lence. La démons­tra­tion de l’équivalence doit se faire sur trois plans : tech­niques, cli­nique et bio­lo­gique (figure 7) (Annexe XIV.3) [1].

    Figure 7 : Schématisation simplifiée des trois points de démonstration d'équivalence d'un dispositif médical (Source : d’après auteurs)

    Au niveau des carac­té­ris­tiques tech­niques, cer­taines condi­tions sont donc à prendre en compte :

    • L'appareil doit être de concep­tion similaire.
    •  Il doit être uti­li­sé dans des condi­tions d'utilisation simi­laires et pos­sé­der des spé­ci­fi­ca­tions et des pro­prié­tés simi­laires, notam­ment des pro­prié­tés phy­si­co-chi­miques telles que l'intensité de l'énergie, la résis­tance à la trac­tion, la vis­co­si­té, les carac­té­ris­tiques de sur­face, la lon­gueur d'onde et les algo­rithmes logiciels.
    • Il doit pos­sé­der des prin­cipes de fonc­tion­ne­ment et des exi­gences de per­for­mance cri­tiques similaires.

    Les carac­té­ris­tiques cli­niques doivent aus­si être équi­va­lente et ce à dif­fé­rents niveaux : 

    • L’état cli­nique (c’est-à-dire des sévé­ri­tés et stades simi­laires de la mala­die, la même indi­ca­tion clinique),
    • Le même usage prévu,
    • La même zone ana­to­mique cible,
    • Une popu­la­tion simi­laire (cela peut concer­ner l'âge, le sexe, l'anatomie, la phy­sio­lo­gie, éven­tuel­le­ment d'autres aspects),
    • Les per­for­mances (il s’agit ici des per­for­mances cli­niques per­ti­nentes telles que l’effet cli­nique atten­du, les des­ti­na­tions pré­vues spé­ci­fiques, la durée d’utilisation, etc.).

    Cette équi­va­lence se retrouve fina­le­ment aus­si au niveau des carac­té­ris­tiques biologiques : 

    • Mêmes maté­riaux ou sub­stances en contact avec les mêmes tis­sus humains ou fluides cor­po­rels pour un même type ou une même durée de contact et des carac­té­ris­tiques de libé­ra­tion des sub­stances simi­laires, y com­pris les pro­duits de dégra­da­tion et sub­stances relargables.
    • Des excep­tions peuvent être pré­vues pour les dis­po­si­tifs en contact avec la peau intacte et les com­po­sants mineurs de dis­po­si­tif ; dans ces cas, l’évaluation de la sécu­ri­té bio­lo­gique (par exemple en confor­mi­té avec les normes EN ISO 10993) et l’analyse des risques doivent prendre en consi­dé­ra­tion le rôle et la nature des maté­riaux simi­laires, aus­si bien que d’autres aspects néces­saires à une démons­tra­tion com­plète de l’équivalence.
    • Une jus­ti­fi­ca­tion expli­quant la situa­tion doit être four­nie pour toute différence.

    Pour confir­mer l’équivalence sur ces trois points, dif­fé­rentes éva­lua­tions peuvent donc être réa­li­sées. Concer­nant, l'évaluation des carac­té­ris­tiques bio­lo­giques, il peut être néces­saire de mon­trer à par­tir d'études his­to­pa­tho­lo­giques que la même réponse de l'hôte est obte­nue in vivo dans l'application et la durée de contact envi­sa­gée et la durée de contact envi­sa­gée. Aus­si, lorsqu'une carac­té­ri­sa­tion chi­mique détaillée des maté­riaux en contact avec le corps est néces­saire, l'ISO 10993-18 Annexe C peut être uti­li­sée pour mon­trer l'équivalence toxi­co­lo­gique, mais ceci n'est qu'une par­tie de l'évaluation des cri­tères bio­lo­giques. Les pro­cé­dures d'approvisionnement et de fabri­ca­tion peuvent affec­ter néga­ti­ve­ment les pro­fils d'impuretés ; les méthodes ana­ly­tiques choi­sies pour carac­té­ri­ser les dis­po­si­tifs médi­caux doivent prendre en compte de manière appro­priée les connais­sances concer­nant les pro­fils d'impuretés atten­dus (les tests peuvent devoir être répé­tés lorsque les méthodes de pro­duc­tion ou l'approvisionnement sont modi­fiés). Pour les tests sur des ani­maux, les dif­fé­rences entre espèces peuvent limi­ter la valeur pré­dic­tive du test ; le choix du test et sa valeur pré­dic­tive doivent être justifiés.

    Pour l’évaluation des carac­té­ris­tiques cli­niques, les seules don­nées cli­niques consi­dé­rées comme per­ti­nentes sont les don­nées obte­nues quand le dis­po­si­tif équi­valent est un dis­po­si­tif médi­cal mar­qué CE, uti­li­sé confor­mé­ment à sa des­ti­na­tion tel que docu­men­té dans la notice d'utilisation.

    Au niveau tech­nique, les carac­té­ris­tiques vont être éva­lués dès le pro­ces­sus de fabri­ca­tion qui doit être recon­nu comme équi­valent. Si un trai­te­ment spé­cial a été appli­qué (par exemple une modi­fi­ca­tion de sur­face, un pro­cé­dé qui modi­fie les carac­té­ris­tiques du maté­riau) ; il pour­rait entraî­ner des dif­fé­rences dans le pro­duit final au niveau tech­nique et bio­lo­gique notam­ment. Cela doit être, ain­si, pris en compte pour la démons­tra­tion de l'équivalence et docu­men­té dans le rap­port cli­nique d’évaluation.

    Les dif­fé­rences entre le dis­po­si­tif en cours d'évaluation et le dis­po­si­tif pré­su­mé équi­valent doivent donc être iden­ti­fiées, plei­ne­ment divul­guées et éva­luées ; des expli­ca­tions doivent être four­nies pour les­quelles les dif­fé­rences ne devraient pas affec­ter de manière signi­fi­ca­tive les per­for­mances cli­niques et la sécu­ri­té cli­nique du dis­po­si­tif en cours d'évaluation.

    Cer­tains para­mètres vont être pris en compte, tels que le degré d’innovation et le niveau de risque du dis­po­si­tif. En effet, cela va influer sur les exi­gences de démons­tra­tion de l’équivalence. Par exemple, Lorsque l’équivalence concerne des dis­po­si­tifs de classe III et implan­tables déjà com­mer­cia­li­sés et non fabri­qués par le fabri­cant lui-même et que cette équi­va­lence per­met au fabri­cant de ne pas conduire d’investigations cli­niques, le fabri­cant doit four­nir le contrat conclu entre les deux fabri­cants, qui accorde expli­ci­te­ment au fabri­cant du dis­po­si­tif fai­sant l’objet de l’évaluation cli­nique un accès total et per­ma­nent à la docu­men­ta­tion tech­nique, ain­si que la preuve mani­feste que l’évaluation cli­nique d’origine a été effec­tuée confor­mé­ment aux exi­gences du règle­ment (UE) 2017/745.

    Lorsque l’équivalence concerne des dis­po­si­tifs autres que des dis­po­si­tifs de classe III et implan­tables déjà com­mer­cia­li­sés et non fabri­qués par le fabri­cant lui-même et que cette équi­va­lence per­met au fabri­cant de ne pas conduire d’investigations cli­niques, le règle­ment (UE) 2017/745 n’exige pas de contrat entre les fabri­cants pour régle­men­ter l’accès à la docu­men­ta­tion tech­nique. Cepen­dant, le fabri­cant doit avoir un niveau d’accès suf­fi­sant aux don­nées rela­tives aux dis­po­si­tifs avec les­quels il reven­dique l’équivalence et doit docu­men­ter cet accès [9], [21], [23].

    Par­mi les docu­ments atten­dus pour cette démons­tra­tion, le fabri­cant doit notam­ment four­nir des tableaux com­pa­rant les mesures des spé­ci­fi­ca­tions et pro­prié­tés cli­ni­que­ment per­ti­nentes, les rap­ports d'études pré cli­niques pré­sen­tant des jus­ti­fi­ca­tions d’équivalence cli­niques et non-cliniques.

    Ain­si, sous le nou­veau règle­ment, il est désor­mais très com­pli­qué pour les fabri­cants de démon­trer cette équi­va­lence. En effet, il doit confir­mer que son pro­duit est équi­valent en tout point à un pro­duit déjà sur le mar­ché. Deux pro­blèmes se posent alors au fabri­cant ; d’une part, il doit avoir accès à toutes les don­nées du pro­duit ven­du par le concur­rent et d’autre part, vendre un pro­duit exac­te­ment équi­valent à un autre déjà ven­du n’a pas de grand inté­rêt com­mer­cial. La pro­cé­dure d’équivalence tend donc à dis­pa­raitre dans les années à venir et encou­rage les fabri­cants à se tour­ner vers la réa­li­sa­tion d’études cli­niques (tou­jours dans un but de ren­for­cer la sécu­ri­té des dis­po­si­tifs médi­caux pour les patients et utilisateurs).

    2.3) Par le biais de l’investigation clinique (incluant les types)

    2.3.1. Description

    L’objectif majeur d’une inves­ti­ga­tion cli­nique est d’éta­blir la confor­mi­té du dis­po­si­tif aux exi­gences du règle­ment euro­péen afin d'en assu­rer les per­for­mances et la sécu­ri­té pour le patient et ain­si, pou­voir le com­mer­cia­li­ser au sein de l’Union Européenne. 

    La conduite d’une inves­ti­ga­tion n’est pas la même selon si elle porte sur un dis­po­si­tif mar­qué ou non mar­qué CE, ou sur un dis­po­si­tif déjà com­mer­cia­li­sé pour une autre des­ti­na­tion médicale.

    L’Agence Natio­nale de la Sécu­ri­té du Médi­ca­ment et des pro­duits de san­té (ANSM) pro­pose dif­fé­rents outils, sous forme de tableaux, pour aider les fabri­cants à savoir la pro­cé­dure à suivre dans chaque cas. Tou­te­fois, les tableaux contiennent beau­coup d’informations, et ne sont pas dans des for­mats faciles à lire ou faci­le­ment impri­mables [24].

    Le champ d’application des pro­duits pou­vant être sou­mis à ce type d’évaluation cli­nique est aus­si pré­ci­sé par cette régle­men­ta­tion. Ain­si, le règle­ment s’applique aux inves­ti­ga­tions cli­niques des pro­duits suivants :

    • Les dis­po­si­tifs médi­caux et leurs accessoires,
    • Les pro­duits lis­tés dans l’annexe XVI du règle­ment et n’ayant pas de des­ti­na­tion médi­cale (len­tilles de contact, sub­stances des­ti­nées à un com­ble­ment du visage, …) ;
    • Les dis­po­si­tifs pro­duits à par­tir de tis­sus ou cel­lules d’origine ani­male, ou de leur déri­vé, non viables ou ren­dus non-viables ;
    • Les dis­po­si­tifs fabri­qués à l’aide de déri­vés de tis­sus ou de cel­lules d’origine humaine non viables ou ren­dus non viables ; 
    • Les dis­po­si­tifs incor­po­rant comme par­tie inté­grante un dis­po­si­tif médi­cal de diag­nos­tic in vitro (DMDIV) ; 
    • Les dis­po­si­tifs incor­po­rant comme par­tie inté­grante une sub­stance qui, uti­li­sée sépa­ré­ment, serait consi­dé­rée comme un médi­ca­ment, notam­ment un médi­ca­ment déri­vé du sang ou du plas­ma humains, dont l’action est acces­soire à celle du dispositif ;
    • Les dis­po­si­tifs des­ti­nés à l’administration d’un médicament ; 
    • Les dis­po­si­tifs qui contiennent comme par­tie inté­grante des tis­sus ou cel­lules d’origine humaine non viables ou leurs dérivés.

    Il existe tou­te­fois plu­sieurs situa­tions pour les­quelles les inves­ti­ga­tions cli­niques ne sont pas obli­ga­toires. Pas­ser outre cette inves­ti­ga­tion per­met sou­vent au fabri­cant de gagner du temps, car la pro­cé­dure d’investigation est sou­vent celle qui demande le plus de temps et le plus de documentation. 

    Dans le cas où les inves­ti­ga­tions seraient menées dans dif­fé­rents États membres de l’Union Euro­péenne, la mise en place de la base de don­nées EUDAMED per­met­tra la mise en place d’une pro­cé­dure d’évaluation unique. Cette base de don­nées ne sera com­plè­te­ment effec­tive qu’à par­tir de 2022.

    En atten­dant, les demandes d’investigations cli­niques devront être effec­tuées par mail à l’ANSM [1].

    2.3.2) Étapes des investigations cliniques

    De manière géné­rale, pour démar­rer un nou­vel essai cli­nique, le pro­mo­teur de l’étude doit sou­mettre le pro­jet de recherche à l’avis d’un Comi­té de Pro­tec­tion des Per­sonnes (CPP) et à l’autorisation de l’Agence natio­nale de sécu­ri­té du médi­ca­ment et des pro­duits de san­té (ANSM) ce qui est démon­tré dans la figure 8. Pour tout pro­jet de ce type, la notion de bénéfice/risque déter­mine la fai­sa­bi­li­té du pro­jet et doit être consi­dé­ré avec grand attention.

    Figure 8 : Processus et délais d'autorisation de lancement d'une investigation clinique (Source : d’après auteurs)

    La norme ISO 14155 :2020 défi­nit les bonnes pra­tiques à suivre pour mener à bien un pro­to­cole d’investigation cli­nique. Elle pré­cise les dif­fé­rentes phases d’un essai : pré-cli­nique, cli­nique et de com­mer­cia­li­sa­tion. Elle pré­cise les res­pon­sa­bi­li­tés de cha­cun des acteurs impli­qués dans ce pro­ces­sus et la docu­men­ta­tion rela­tive à ses essais.

    1. Phase pré-cli­nique

    Avant de lan­cer une inves­ti­ga­tion, le fabri­cant, sou­vent accom­pa­gné de méde­cins ou cli­ni­ciens, rédige un plan d’investigation cli­nique pré­cis. Il défi­nit le pro­to­cole d’étude, les sites d’investigations choi­sis, les inves­ti­ga­teurs recru­tés, les cri­tères d’inclusions des patients (stade de patho­lo­gie, sexe, âge, …), le nombre de patients et les résul­tats espé­rés. Il doit aus­si pré­voir toute la docu­men­ta­tion infor­ma­tive à des­ti­na­tion des patients. En effet, il est indis­pen­sable d’informer les patients inclus dans l’étude et de s’adapter aux dif­fé­rentes popu­la­tions cibles (géria­triques, pédia­triques, handicapées, …). 

    Chaque patient est libre d’intégrer un pro­to­cole de recherche cli­nique et de se reti­rer à tout moment sans aucune consé­quence. Une liste de docu­ments et d’informations pré­cises à four­nir au patient est expli­ci­tée dans la norme ISO 14155. Pour for­ma­li­ser ce prin­cipe, le patient doit signer un consen­te­ment éclai­ré avant de com­men­cer l’étude. Pour les popu­la­tions pédia­triques, le repré­sen­tant légal devra lui aus­si signer un for­mu­laire de consen­te­ment éclai­ré. Par éclai­ré, il est sous-enten­du que les patients ont par­fai­te­ment com­pris les actes qui vont être réa­li­sés, les pro­cé­dures et les risques possibles.

    Une fois le dos­sier mis en place, le fabri­cant doit le sou­mettre aux auto­ri­tés com­pé­tentes afin de pou­voir l’initier (figure 9) :

    Figure 9 : Diagramme simplifié de l'outil DGS proposé par l'ANSM (Source : Auteurs d'après [15])

    *DM : Dis­po­si­tifs médicaux

    *CPP : Comi­té de Pro­tec­tion des Personnes

    * ANSM : Agence Natio­nale de sécu­ri­té du Médi­ca­ment et des pro­duits de santé

    Cette pro­cé­dure est assez longue et s’adapte au niveau de risques du dis­po­si­tif à éva­luer.

    2. Phase cli­nique : Pla­ni­fi­ca­tion de l’investigation clinique

    L’investigation cli­nique est sec­tion­née en 3 phases dis­tinctes (figure 10) :

    • La phase 1 cor­res­pond aux pre­miers tests réa­li­sés sur l’Homme pour éva­luer les risques du pro­duit. Elle est menée sur un petit groupe de patients sélec­tion­nés selon des cri­tères d’inclusions défi­nis. Tous les para­mètres phy­sio­lo­giques d’intérêts seront évalués.
    • La 2ème phase a pour objec­tif de déter­mi­ner la dose mini­male effi­cace basé sur le rap­port tolérance/efficacité. Le dis­po­si­tif sera alors tes­té sur une popu­la­tion de malades plus grande.
    • La phase 3 éva­lue l’intérêt du dis­po­si­tif sur une popu­la­tion plus large. Les patients inclus dans ces études sont sélec­tion­nés selon des cri­tères pré­cis et peuvent être répar­tis en sous-groupe de façon aléa­toire (popu­la­tion témoin, dif­fé­rents dosages, …).

    3. Com­mer­cia­li­sa­tion

    Si les résul­tats sont concluants et vali­dés par les auto­ri­tés com­pé­tentes, le pro­duit pour­ra obte­nir une auto­ri­sa­tion de mise sur le marché.

    La der­nière phase d’étude a lieu après la com­mer­cia­li­sa­tion du pro­duit et cor­res­pond au sui­vi cli­nique du dis­po­si­tif afin d’identifier d’autres risques rési­duels ou évè­ne­ments indésirables.

    Figure 10 : Schéma des différentes phases d’un essai clinique (Source : Auteurs d'après [25])

    Chapitre 3 : Documentation et données utiles pour l’évaluation clinique

    1) Processus nécessaire à la collecte des données cliniques 

    Les don­nées cli­niques, issues d’une éva­lua­tion cli­nique d’un dis­po­si­tif médi­cal, repré­sentent des résul­tats per­met­tant d’appor­ter des infor­ma­tions rela­tives à la sécu­ri­té et à la per­for­mance de l’utilisation dudit dis­po­si­tif. La col­lecte des don­nées cli­niques repré­sente l’ensemble des moyens mis en œuvre pour par­ve­nir à récu­pé­rer les don­nées cli­niques pou­vant être exploi­tables pour mener à bien l’évaluation cli­nique [26]. 

    Aus­si, avant tout col­lecte de don­née, il faut s’assurer que les élé­ments sui­vants sont réunis : 

    • Être par­ve­nu à avoir l’autorisation et l’appui des auto­ri­tés com­pé­tentes (ANSM, CPP, CNIL...) et des par­ties pre­nantes (pro­fes­sion­nels de san­té, par­ti­ci­pants...), notam­ment en leur trans­met­tant une vision et une mis­sion leur pro­cu­rant de l’intérêt dans votre démarche 
    • Être en mesure de garan­tir la for­ma­tion des col­lec­teurs de don­nées et leur appor­ter le sou­tien néces­saire (res­sources...)  
    • Éta­blir des pro­ces­sus per­met­tant la véri­fi­ca­tion de la qua­li­té des don­nées [27]
    Figure 11 : Schéma général du cycle de vie des données (Source : d'après [23])

    La défi­ni­tion et la col­lecte des don­nées englobent un ensemble d’activité à effec­tuer pour s’assurer du bon dérou­le­ment de cette démarche (figure 12) :  

    • Détermination/définition des don­nées cli­niques nécessaires 
      • Iden­ti­fier les besoins poten­tiels en donnée 
      • Pla­ni­fier une approche et des méthodes 

    La défi­ni­tion des don­nées consiste essen­tiel­le­ment à déter­mi­ner le type de don­nées cli­niques qui sera néces­saire de géné­rer, la métho­do­lo­gie adé­quate pour leur ges­tion (acqui­si­tion trai­te­ment, ana­lyse ect), les résul­tats atten­dus (qu’il fau­dra appor­ter), les délais, mais aus­si le coût. 

    Le(s) moyen(s) de col­lecte de don­nées cli­nique est/sont fonc­tion du niveau de preuve cli­nique néces­saire, lui-même fonc­tion prin­ci­pa­le­ment de la classe de risque du dis­po­si­tif et de sa fina­li­té, il en est de même pour la proportion/la quan­ti­té de don­nées cli­nique adé­quate [28].

    Ces preuves cli­niques sont défi­nies par le nou­veau règle­ment « comme étant le volume et la qua­li­té de don­nées suf­fi­santes pour éva­luer en connais­sance de cause, si le dis­po­si­tif est sûr et offre le ou les béné­fices cli­niques atten­dus lorsqu'il est uti­li­sé confor­mé­ment à la des­ti­na­tion pré­vue par le fabri­cant. » [1].

    Il est dif­fi­cile de défi­nir quan­ti­ta­ti­ve­ment le niveau de preuve atten­du pour les dif­fé­rents types de dispositifs.

    La quan­ti­té de don­nées néces­saires est pré­vue dans un pro­to­cole docu­men­taire émis en amont. Toutes les recherches et articles vont être lis­tés dans le rap­port d’évaluation cli­nique, en pré­ci­sant ce qui ont été rete­nus ou non et les rai­sons de ce choix [11].

    Cette biblio­gra­phie sera éva­luée par un expert de l’organisme noti­fié, qui va éva­luer si le niveau de don­nées est suf­fi­sant en termes de quan­ti­té et de qua­li­té scien­ti­fique pour confir­mer le béné­fice du dis­po­si­tif et son niveau de sécu­ri­té. C’est-à-dire le ser­vice atten­du, défi­nit par le fabri­cant dans le plan d’évaluation cli­nique. C’est grâce à l’analyse de ges­tion des risques et l’identification d’indicateur d’analyse de ces risques, que l’expert pour com­pa­rer le rap­port bénéfice/risque.

    Dans le cas, d’un essai cli­nique une cen­taine de patients inclus est sou­vent consi­dé­rés comme le mini­mum accep­table pour jus­ti­fier l’intérêt de l’étude. En fonc­tion du niveau de risque du dis­po­si­tif, ce nombre de patients est variable est défi­nit dès le plan d’évaluation cli­nique. Il peut évo­luer au vu des résul­tats obser­vés tout au long de l’étude.

    • Créa­tion ou col­lecte des données 
      • Réa­li­sa­tion d’essai cli­nique per­met­tant d’obtenir de nou­velles don­nées cliniques 
      • Exploi­ta­tion des don­nées cli­niques d’autres solu­tions simi­laires au dis­po­si­tif étudié 

    La col­lecte de don­nées peut notam­ment se faire par des études cli­niques, par l’utilisation de registres ou encore par la réa­li­sa­tion d’enquêtes, dans le cas des dis­po­si­tifs inno­vants ou des dis­po­si­tifs à haut risque pour le patient. 

    Ces don­nées peuvent pro­ve­nir du fabri­cant lui-même ou être rele­vé de sources exté­rieures, elles peuvent être de nature qua­li­ta­tive ou quantitative.

    • Traitement/évaluation des données
      • Véri­fi­ca­tion des sources de don­nées et de la fia­bi­li­té des données 
      • Les don­nées doivent être, revues, contrô­lées et vali­dées [29]

    La qua­li­té des don­nées col­lec­tées est fon­da­men­tale lorsque l’on effec­tue une éva­lua­tion cli­nique, de ce fait les don­nées récol­tées sont sou­mises régu­liè­re­ment à de nom­breux contrôles qua­li­té. Cette qua­li­té des don­nées dépend notam­ment de 3 critères/facteurs : 

    • Leur fia­bi­li­té :  les don­nées cli­niques, pour être exploi­tables, doivent pré­sen­ter un haut degré de fia­bi­li­té. En effet, ce sont ces don­nées qui vont per­mettre de déduire si le dis­po­si­tif sur et pour lequel on col­lecte les don­nées, rem­plit les cri­tères néces­saires à sa com­mer­cia­li­sa­tion (notam­ment par rap­port à son rap­port bénéfice/risque) et peut donc être uti­li­sé sur des patients, sans risques incon­si­dé­rés. Pour s’assurer de la fia­bi­li­té des don­nées, il faut notam­ment s’assurer de la fia­bi­li­té des sources dans les­quelles ont été extraites ces données.
    • La per­ti­nence et exhaus­ti­vi­té : il faut s’assurer que les don­nées cli­niques col­lec­tées répondent ou apportent des élé­ments aux dif­fé­rentes inter­ro­ga­tions ayant mené à l’évaluation cli­nique (le rap­port bénéfice/risque est-il accep­table ?...). Aus­si, il faut s’assurer de col­lec­ter un nombre suf­fi­sant de don­nées pour appor­ter une signi­fi­ca­ti­vi­té à l’exploitation des don­nées. La quan­ti­té de don­nées col­lec­tées doit s’avérer suf­fi­sante pour per­mettre d’établir une étude sta­tis­tique per­ti­nente. Ces don­nées sont sou­vent accom­pa­gnées d’un niveau de confiance cal­cu­lé. Ce niveau de confiance est déter­mi­né selon dif­fé­rents cri­tères (durée d’utilisation, pro­duits uti­li­sés, …). La Food and Drug Admi­nis­tra­tion (FDA) pro­pose par exemple des for­mu­laires d’accompagnement pour les fabri­cants afin de les gui­der dans le pro­ces­sus d’évaluation [32]. Il reste tou­te­fois dif­fi­cile de don­ner clai­re­ment une quan­ti­té de don­née pré­cise car le niveau de preuve est fonc­tion du type de dis­po­si­tif et de sa nature, ain­si que de la pré­va­lence sur le mar­ché. Par exemple, pour cer­taines socié­tés qui n’ont aucune concur­rence et donc aucun anté­cé­dent sur le mar­ché seule­ment 5 articles peuvent suf­fire. Pour d’autres sec­teurs, tels que l’orthopédie par exemple, qui concernent des dizaines des mil­liers de patients tous les jours, une cen­taine d’articles doivent être pris en compte.
    • La régu­la­ri­té et la com­pré­hen­sion : il faut être en mesure de col­lec­ter les don­nées à une fré­quence conve­nant à l’usage pré­vu. Il faut véri­fier éga­le­ment que les don­nées col­lec­tées soient com­pré­hen­sives par les per­sonnes qui vont les exploi­ter, ana­ly­ser ect, il peut donc être néces­saire de les retrans­crire dans un lan­gage qui soit com­pré­hen­sible, sans ambi­guï­té, à leur des­ti­na­taire [27].

    Une fois la véri­fi­ca­tion effec­tuée, les don­nées sont vali­dées si elles répondent cor­rec­te­ment au besoin et sont suf­fi­sam­ment fiables. 

    • Conser­va­tion des données 
      • Sto­ckage des données 

    On fige les don­nées pour per­mettre leur réuti­li­sa­tion ulté­rieure [31]

    • Ana­lyse et inter­pré­ta­tion des données 
      • Déter­mi­na­tion de l’impact des données 

    L’analyse sta­tis­tique et l’interprétation des don­nées vont per­mettre de déter­mi­ner si le niveau de sécu­ri­té et la per­for­mance du dis­po­si­tif, et ain­si per­mettre de déduire la per­ti­nence de la com­mer­cia­li­sa­tion dudit dispositif. 

    Figure 12 : Schéma récapitulatif du processus de définition et collecte des données cliniques (Source : d’après auteurs)

    2) Exemples de sources et données cliniques pouvant être utilisées pour l’évaluation clinique

    Lors de la col­lecte des don­nées cli­niques, le fabri­cant a donc dif­fé­rentes stra­té­gies pos­sibles pour obte­nir ces don­nées. Le tableau 3 ci-des­sous pré­sente un réca­pi­tu­la­tif non exhaus­tive des sources et/ou type de don­née cli­nique pou­vant être uti­li­ser pour mener à bien l’évaluation cli­nique [19], [26], [32], [33] :  

    Tableau 3 : Tableau récapitulatif des différentes sources et types de données cliniques collectées par le fabricant (Source : d’après auteurs)

    3) Documentation spécifique à avoir pour la réalisation d'une investigation clinique 

    Comme expo­sé dans les par­ties pré­cé­dentes, l’investigation cli­nique est un pro­ces­sus très chro­no­phage. Plu­sieurs docu­ments sont essen­tiels à avoir avant le début de l’investigation cli­nique. Le tableau 4 ci-des­sous, extrait de la norme NF EN ISO 14155 (2020) pré­sente une par­tie des docu­ments à four­nir, accom­pa­gné d’annotations et de pré­ci­sions sur leur uti­li­sa­tion. L’annexe XV, Cha­pitre III du règle­ment euro­péen [1] pré­sente de façon exhaus­tive le reste des docu­ments néces­saires avant, pen­dant et après l’investigation cli­nique [16]

    Tableau 4 : Documents à réunir par le fabricant dans le cadre d'une investigation clinique (Source : d’après auteurs)

    4) Documentation nécessaire pour le suivi clinique 

    Le sui­vi cli­nique cor­res­pond à la col­lecte de don­nées cli­niques après la com­mer­cia­li­sa­tion, c’est-à-dire pen­dant l’utilisation réelle du dis­po­si­tif. Il s’effectue selon deux voies de sur­veillance : sur site par le fabri­cant et par l’autorité com­pé­tente via les retours ter­rains et les inspections.

    4.1) Surveillance après commercialisation

    4.1.1. Par les fabricants

    Ce sys­tème a donc pour objec­tif de col­lec­ter, enre­gis­trer et ana­ly­ser de façon active les don­nées rela­tives à la qua­li­té, la per­for­mance et la sécu­ri­té du dis­po­si­tif tout au long de son cycle de vie. Les don­nées sont récol­tées via un sys­tème de vigi­lance, mis en place par le fabri­cant. Par ces pla­te­formes, les usa­gers et patients peuvent noti­fier les inci­dents et qui sont trans­mis et docu­men­tés par les fabri­cants. Ain­si, quand cela est néces­saire des actions de pré­ven­tion, cor­rec­tives peuvent être appli­quées et assu­rer le sui­vi du pro­duit sur le mar­ché. Cette sur­veillance est donc basée sur une éva­lua­tion conti­nue du rap­port bénéfice/risque, de la ges­tion de risques asso­ciés, des infor­ma­tions tech­niques, l’évaluation cli­nique en fonc­tion des remon­tées terrains.

    Cette sur­veillance n’a pas seule­ment pour objec­tif de sanc­tion­ner les fabri­cants, elle va aus­si per­mettre de noti­fier les amé­lio­ra­tions d’utilisation, de per­for­mances et de sécu­ri­té par la mise en place de mesures cor­rec­tives et pré­ven­tives pour garan­tir la sécu­ri­té et la per­for­mance du dis­po­si­tif tout au long de sa vie. Toutes ces don­nées sont ins­crites dans un rap­port pério­dique de sécu­ri­té (PSUR) réa­li­sé par le fabri­cant (annexe III). Selon la classe du DM les spé­ci­fi­ca­tions sont dif­fé­rentes [1]. 

    Ces rap­ports pour­ront être direc­te­ment enre­gis­trés dans EUDAMED, une fois que la pla­te­forme sera plei­ne­ment active [35].

    4.1.2. Par l’ANSM

    En plus de cette sur­veillance éta­blie par le fabri­cant, une maté­rio­vi­gi­lance est mise en place par l’ANSM. Grâce aux déclarations/signalements réa­li­sées par l’ANSM, experts du comi­té tech­nique, uti­li­sa­teurs, éta­blis­se­ments de soins, patients ou le fabri­cant lui-même, les inci­dents liés à un dis­po­si­tif vont pou­voir être iden­ti­fiés. Sui­vant le niveau de risque sus­pec­té, une étude pour­ra être mise en place et conduire à la prise de déci­sion (sus­pen­sion, recom­man­da­tions, inter­dic­tion…) à appli­quer pour évi­ter que d’autres inci­dents se repro­duisent. Pour cela, le fabri­cant doit décla­rer une per­sonne de sa socié­té res­pon­sable de la maté­rio­vi­gi­lance et qui devient, alors, le cor­res­pon­dant avec l’ANSM [35].

    4.2. Documentation associée

    Pour répondre à cette exi­gence de sui­vi cli­nique du règle­ment, cer­tains docu­ments sont néces­saires et doivent être four­nis par le fabri­cant en cas d’audit :  

    • Le plan de sur­veillance après commercialisation

    Le plan de sur­veillance après com­mer­cia­li­sa­tion com­prend une sur­veillance de toutes les don­nées et infor­ma­tions en lien avec l’utilisation du dis­po­si­tif mis en ser­vice, tels que les récla­ma­tions, le nombre de maté­rio­vi­gi­lance, le nombre de pro­duit vendus, …

    • Le rap­port de sur­veillance après commercialisation
    • Une pla­ni­fi­ca­tion du SCAC (Sui­vi Cli­nique Après Commercialisation) 

    Il existe des tem­plates, tel que le MDCG 2020-7 « Post-mar­ket cli­ni­cal fol­low-up (PMCF) Plan tem­plate », afin de gui­der les fabri­cants dans la rédac­tion de ce docu­ment, en accord avec les exi­gences du règle­ment euro­péen [12], [36].

    Le plan ou pro­to­cole du SCAC est sans cesse réac­tua­li­sé en fonc­tion de l’évolution des pra­tiques, qui ques­tionne sa per­for­mance et son inté­rêt médi­cal. Cette pla­ni­fi­ca­tion a été ren­du obli­ga­toire par l’entrée en vigueur du règlement.

    • Un rap­port d’évaluation du SCAC, inclus dans le rap­port d’évaluation cli­nique, lui-même inclus dans la docu­men­ta­tion technique

    Ce rap­port contient notam­ment les syn­thèses des évé­ne­ments indé­si­rables et évé­ne­ments indé­si­rables graves, une syn­thèse des résul­tats et des conclu­sions de l’analyse des don­nées col­lec­tées. Le rap­port doit aus­si expo­ser la jus­ti­fi­ca­tion des mesures cor­rec­tives et pré­ven­tives éta­blies à la suite des conclu­sions. Ces preuves per­met­tant de mettre en avant le rap­port bénéfice/risque, le volume de vente, la fré­quence d’utilisation du dis­po­si­tif. Pour les classes les plus à risque, il doit être mis à jour une fois par an et il est inclus dans la docu­men­ta­tion tech­nique du pro­duit. Ce rap­port est acces­sible aux orga­nismes noti­fiés (article 8) et il per­met aux auto­ri­tés, aux uti­li­sa­teurs et aux patients d'avoir les infor­ma­tions concer­nant l’évolution du dis­po­si­tif à la suite de sa com­mer­cia­li­sa­tion. Ce rap­port doit être rédi­gé par, ou en col­la­bo­ra­tion avec un clinicien.

    De plus, le Sui­vi Après Com­mer­cia­li­sa­tion (SAC) (Annexe III et Article 85) com­pris avec le Sui­vi Cli­nique Après Com­mer­cia­li­sa­tion (SCAC) doit être ajou­té après la com­mer­cia­li­sa­tion du dis­po­si­tif ain­si que le Rap­port Pério­dique Actua­li­sé de Sécu­ri­té (PSUR) (Article 86). Pour finir, la durée de vie du dis­po­si­tif doit être défi­nie par l’ensemble des don­nées pré­cli­niques et cli­niques et pré­ci­sé dans le plan de sui­vi post commercialisation.

    • Le sui­vi des actions pré­ven­tives et cor­rec­tives déci­dées à la suite de SCAC
    • Le rap­port pério­dique actua­li­sé de sécu­ri­té (PSUR) [34], [22], [37]

    Le rap­port du PSUR com­porte une syn­thèse de l’évaluation et l’analyse des don­nées col­lec­tées dont dif­fé­rents élé­ments rela­tifs aux dis­po­si­tifs, comme :

    • Des don­nées administratives,
    • Date de com­mer­cia­li­sa­tion du dis­po­si­tif sur le mar­ché et le nombre d’unité vendues,
    • Taux de plaintes,
    • Nombres d’évènements identifiables,
    • Nombre de rap­ports noti­fiés à l’autorité compétente,
    • Risques impré­vus,
    • Nombre de rap­pels de produits.

    Ce type de rap­port est obli­ga­toire pour des dis­po­si­tifs de classe IIb et III. La pério­di­ci­té des rap­ports est défi­nie dans le pro­to­cole de sui­vi de com­mer­cia­li­sa­tion et dépend du niveau de risque et de la pro­por­tion de lots vendus.

    Conclusion

    Depuis tou­jours, la san­té est au ser­vice du patient. Les pro­grès tech­no­lo­gies et l’avancée des connais­sances a per­mis d’améliorer la prise en charge de nom­breuses patho­lo­gies grâce au déve­lop­pe­ment régu­lier de nou­veaux trai­te­ments et dis­po­si­tifs médicaux. 

    La sécu­ri­té des patients est la prio­ri­té. Pour s’en assu­rer dif­fé­rentes pro­cé­dures sont mise en place. L’éva­lua­tion cli­nique est un pro­ces­sus conti­nu tout au long de la vie du dis­po­si­tif qui per­met de ras­sem­blées toutes les don­nées rela­tives à un dis­po­si­tif issus de la lit­té­ra­ture, des tests pré-cli­niques et des inves­ti­ga­tions cli­niques. Depuis 2016, dif­fé­rents docu­ments tendent à pré­ci­ser ces exi­gences tels que le MEDDEV et sa nou­velle ver­sion le MDCG. Le nou­veau Règle­ment euro­péen 2017/745 a inté­gré ces exi­gences et les offi­cia­lise, ce qui contraint les fabri­cants à four­nir des preuves cli­niques suf­fi­santes selon la classe de leur pro­duit. L’évaluation est une pro­cé­dure qui peut appa­raitre com­plexe pour le fabri­cant et qui s’avère donc être un frein à l’innovation si le fabri­cant ne la mai­trise pas bien. Les cabi­nets de conseils et auto­ri­tés com­pé­tentes pro­posent dif­fé­rents sup­ports pour gui­der les fabri­cants dans cette démarche. 

    Cepen­dant, chaque dis­po­si­tif requiert un plan d’évaluation cli­nique adap­té, qui décou­le­ra sur un rap­port final qui pour­ra être vali­dé par l’organisme noti­fié. C’est pour­quoi, il sem­blait néces­saire de pro­po­ser aux indus­triels un outil inter­ac­tif, s’adaptant aux besoins du fabri­cant. Cet outil se devait être acces­sible faci­le­ment, pra­tique et fiable. Sur­fant sur les ten­dances actuelles, ce guide est pro­po­sé au for­mat numé­rique. Toutes les étapes de l’évaluation cli­nique y sont pré­ci­sées, telle que l’état de l’art, la démarche d’équivalence ou l’investigation cli­nique. La docu­men­ta­tion est aus­si pré­ci­sée. Le mar­ché du dis­po­si­tif est un mar­ché en constante pro­gres­sion et très com­pé­ti­tif. De fait, l’optimisation de cette pro­cé­dure est un moyen de gagner du temps et donc, d'améliorer ses gains.

    Références Bibliographiques

    [1] « Règlement (UE) 2017/745 du Parlement européen et du Conseil du 5 avril 2017 relatif aux dispositifs médicaux », Journal officiel de l’Union européenne, JO L 117 du 5.5.2017, avr. 2017. [En ligne]. Disponible sur : http://data.europa.eu/eli/reg/2017/745/oj

    [2] B. Halioua, « Du procès au code de Nuremberg : principes de l’éthique biomédicale | article | Espace éthique/Ile-de-France », Espace éthique/Région Ile-de-France, 19 mai 2014. https://www.espace-ethique.org/ressources/article/du proces-au-code-de-nurembergprincipes-de-lethique-biomedicale (consulté le nov. 23, 2021).

    [3] Association Médicale Mondiale, « Déclaration d’Helsinki de L’AMM – Principes éthiques applicables à la recherche médicale impliquant des êtres humains », WMA - The World Medical Association-, 15 février 2017. https://www.wma.net/fr/policies-post/declaration-dhelsinki-delamm-principes ethiques-applicables-a-la-recherche medicale-impliquant-des-etres-humains/ (consulté le nov. 23, 2021).

    [4] G. Promé, « Évaluation clinique des Dispositifs Médicaux », Qualitiso, 5 janvier 2019. https://www.qualitiso.com/evaluation-clinique-dispositif-medical/ (consulté le nov. 21, 2021)

    [5] ANSM, « Dossier thématique - Synthèse des données d’incidents déclarés », ANSM Santé, 22 décembre 2020. https://ansm.sante.fr/dossiers-thematiques/implants-mammaires-pip-pre-remplis-de-gel-de-silicone/synthese-des-donnees-dincidents-declares-chez-les-femmes-porteuses-dimplants-pip (consulté le déc. 13, 2021).

    [6] ANSM, « Information de sécurité - Suspension du marquage CE des gammes », ANSM Santé, 11 mai 2021. https://ansm.sante.fr/informations-de-securite/suspension-du-marquage-ce-des-gammes-de-dispositifs-medicaux-magec-et-precice (consulté le déc. 13, 2021).

    [7] ANSM, « Point de situation sur la surveillance des vaccins contre la Covid-19 - Période du 29/10/2021 au 11/11/2021 », ANSM Santé, 19 novembre 2021. https://ansm.sante.fr/actualites/point-de-situation-sur-la-surveillance-des-vaccins-contre-la-covid-19-periode-du-29-10-2021-au-11-11-2021 (consulté le déc. 13, 2021).

    [8] ANSM, « Entrée en application du nouveau règlement européen relatif aux dispositifs médicaux », ANSM Santé, 26 mai 2021. https://ansm.sante.fr/actualites/entree-en-application-du-nouveau-reglement-europeen-relatif-aux-dispositifs-medicaux (consulté le oct. 11, 2021).

    [9] N. Lionel Ekedi, « Évaluation clinique des dispositifs médicaux selon la voie de la littérature », Thèse de doctorat, Faculté de Pharmacie - Université de Grenoble Alpes, 2018. Consulté le : 1 octobre 2021. [En ligne]. Disponible sur : https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01882924/document

    [10] EcoMundo, « Dispositifs médicaux : La nouvelle réglementation européenne, applicable en 2021 », Ecomundo.eu, 29 août 2019. https://www.ecomundo.eu/fr/blog/dispositifs-medicaux-reglement-2020 (consulté le déc. 13, 2021).

    [11]  lne GMED, « L’évaluation clinique à l’ère du règlement (UE) 2017/745 », mars 2021. Consulté le : 23 octobre 2021. [En ligne]. Disponible sur : http://lne-gmed.com/wp-content/uploads/2021/03/Newsletter_GMED-Evaluation_clinique-20210330.pdf

    [12] « Guidance - MDCG endorsed documents and other guidance », Santé publique - European Commission. https://ec.europa.eu/health/md_sector/new_regulations/guidance_en (consulté le nov. 19, 2021). 

    [13] C. Mangeol, « Enjeux et exigences de la nouvelle réglementation européenne des dispositifs médicaux », Thèse de doctorat, Faculté de pharmacie - Aix Marseille Université, 2019. [En ligne]. Disponible sur : https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02140163/document

    [14] ANSM, « Essais cliniques : procédure standard pour la constitution et le traitement des demandes pour les médicaments », ANSM Santé. https://ansm.sante.fr/page/essais-cliniques-procedure-standard-pour-la-constitution-et-le-traitement-des-demandes-pour-les-medicaments (consulté le nov. 21, 2021).

    [15] ANSM, « Dispositifs médicaux - Demander une autorisation pour une investigation clinique », ANSM Santé, 29 septembre 2021. https://ansm.sante.fr/vos-demarches/industriel/demander-une-autorisation-pour-un-essai-clinique-pour-des-dispositifs-medicaux-categorie-1 (consulté le nov. 23, 2021).

    [16] « norme ISO 14155 - Investigation clinique des dispositifs médicaux pour sujets humains — Bonne pratique clinique », Ed. ISO, https://www.iso.org/fr/home.html, juillet 2020. Consulté le : 21 novembre 2021. [En ligne]. Disponible sur : https://www.iso.org/cms/render/live/fr/sites/isoorg/contents/data/standard/07/16/71690.html

    [17] Inserm, « La recherche clinique », Inserm, 7 juin 2021. https://www.inserm.fr/our-research/clinical/la-recherche-clinique/ (consulté le janv. 20, 2022).

    [18] S. Gallien, « Autorisations règlementaires : CPP, comité d’éthique, ANSM, CNIL », avr. 2019. [En ligne]. Disponible sur : https://www.infectiologie.com/UserFiles/File/formation/desc/2019/seminaire-avril-2019/jeudi-04-04-2019/recherche-9-jeudi-04-dr-gallien.pdf

    [19] A. Bignon, « Evaluation clinique des dispositifs médicaux : Évolutions du MEDDEV 2.7.1 Rev.4 », juill. 2016. [En ligne]. Disponible sur : https://www.dm-experts.fr/wp-content/uploads/2016/07/BioM-ADVICE-Note-danalyse-TechReg-07-2016-Evaluation-clinique-des-DM-MEDDEV-2.7.1-Rev.4-1.pdf

    [20] S. Lee, « Avantages, risques et frais liés aux essais cliniques », Société canadienne du cancer. https://cancer.ca/fr/treatments/clinical-trials/clinical-trial-benefits-risks-and-costs (consulté le nov. 24, 2021).

    [21] S. Makhlouf, « Les différents intervenants dans la recherche clinique et Relation entre ces différents acteurs », nov. 2016. [En ligne]. Disponible sur : https://www.recherchecliniquepariscentre.fr/wp-content/uploads/2016/11/DIU-COMMUN-Les-diff%C3%A9rents-acteurs-de-la-RC_04-11-16_S.Makhlouf.pdf

    [22] lne GMED, « Évaluation clinique des dispositifs médicaux résumé des caractéristiques de sécurité et des performances cliniques règlement (UE) 2017/745 », juill. 2020. [En ligne]. Disponible sur : https://lne-gmed.com/wp-content/uploads/2020/10/Guide_GMED-Evaluation_clinique_des_DM-RDM-FR.pdf

    [23] MDCG, « MDCG 2020-5 Clinical Evaluation - Equivalence A guide for manufacturers and notified bodies », avr. 2020. Consulté le : 1 octobre 2021. [En ligne]. Disponible sur : https://ec.europa.eu/health/sites/default/files/md_sector/docs/md_mdcg_2020_5_guidance_clinical_evaluation_equivalence_en.pdf

    [24] DGS et ANSM, « Classification et process d’évaluation des investigations cliniques (DM) selon le règlement 2017/745 (RDM) et adaptations nationales », mai 2021. [En ligne]. Disponible sur : https://ansm.sante.fr/uploads/2021/05/21/2021-05-21-tableau-classification-ic-20210517.pdf

    [25] Inserm, « Les essais cliniques (Recherches interventionnelles portant sur un produit de santé) », Inserm, 9 août 2017. https://www.inserm.fr/nos-recherches/recherche-clinique/essais-cliniques-recherches-interventionnelles-portant-sur-produit-sante/ (consulté le déc. 13, 2021).

    [26] G. Promé, « Données cliniques », Qualitiso, 18 janvier 2018. https://www.qualitiso.com/dictionnaire/donnees-cliniques/ (consulté le nov. 07, 2021)

    [27] Fédération Mondiale de l’Hémophilie (FMH), « Collecte de données de qualité ». Consulté le : oct. 23, 2021. [En ligne]. Disponible sur : http://www1.wfh.org/publications/files/pdf-1595.pdf

    [28] S. Sorrel, « Evaluation clinique des dispositifs médicaux : le cas des « legacy devices » », DeviceMed, 4 février 2020. https://www.devicemed.fr/dossiers/reglementation/evaluation-clinique-des-dispositifs-medicaux-le-cas-des-legacy-devices/21909 (consulté le nov. 07, 2021).

    [29] S. Sohier et O. Capronnier, « Comprendre les enjeux de la recherche clinique : notions de méthodologie », DeviceMed, 21 juillet 2020. https://www.devicemed.fr/dossiers/sous-traitance-et-services/etudes-cliniques/comprendre-les-enjeux-de-la-recherche-clinique-notions-de-methodologie/23836 (consulté le nov. 07, 2021).

    [30] « Clinical Trials Guidance Documents », FDA.gov. https://www.fda.gov/regulatory-information/search-fda-guidance-documents/clinical-trials-guidance-documents (consulté le déc. 16, 2021). 

    [31] Bibliothèque du Ceris, « Gérer ses données de recherche », Institut Pasteur, 26 février 2019. https://www.pasteur.fr/fr/ceris/bibliotheque/gerer-ses-donnees-recherche (consulté le nov. 07, 2021).

    [32] Haute Autorité de santé, « Evaluation des DM connectés : Spécificités méthodologiques d’évaluation clinique d’un DM connecté (DMC) », Saint Denis La plaine, janv. 2019. Consulté le : 10 octobre 2021. [En ligne]. Disponible sur : https://www.has-sante.fr/upload/docs/application/pdf/2019-02/rapport_methodologiques_devaluation_clinique_dun_dmc.pdf

    [33] MDCG, « MDCG 2020-6 Regulation (EU) 2017/745 : Clinical evidence needed for medical devices previously CE marked under Directives 93/42/EEC or 90/385/EEC », avr. 2020. Consulté le : 16 octobre 2021. [En ligne]. Disponible sur : https://ec.europa.eu/health/sites/default/files/md_sector/docs/md_mdcg_2020_6_guidance_sufficient_clinical_evidence_en.pdf

    [34] G. Promé, « SCAC : le Suivi Clinique Après Commercialisation », Qualitiso, 24 novembre 2020. https://www.qualitiso.com/scac-suivi-clinique-apres-commercialisation/ (consulté le nov. 07, 2021).

    [35] A. Romain, « Parcours du dispositif médical en France », nov. 2017. [En ligne]. Disponible sur : https://www.has-sante.fr/upload/docs/application/pdf/2009-12/guide_pratique_dm.pdf

    [36] MDCG, « MDCG 2020-7 Post-market clinical follow-up (PMCF) Plan Template A guide for manufacturers and notified bodies », avr. 2020. Consulté le : 1 octobre 2021. [En ligne]. Disponible sur : https://ec.europa.eu/health/sites/default/files/md_sector/docs/md_mdcg_2020_7_guidance_pmcf_plan_template_en.pdf

    [37] A. Groell, H. Zkeik, et K. Benaceur, « Surveillance après commercialisation des dispositifs médicaux », Université de Technologie de Compiegne, Mémoire de projet réf n°IDS005 https://doi.org/10.34746/nq28-4w94, janv. 2019. Consulté le : 16 décembre 2021. [En ligne]. Disponible sur : https://travaux.master.utc.fr/formations-master/ingenierie-de-la-sante/ids005/

    Glossaire

    Les défi­ni­tions ci-des­sous sont issues du règle­ment euro­péen 2017/745 [1].

    Dis­po­si­tif médi­cal : tout ins­tru­ment, appa­reil, équi­pe­ment, logi­ciel, implant, réac­tif, matière ou autre article, des­ti­né par le fabri­cant à être uti­li­sé, seul ou en asso­cia­tion, chez l'homme pour l'une ou plu­sieurs des fins médi­cales pré­cises suivantes :

    • Diag­nos­tic, pré­ven­tion, contrôle, pré­dic­tion, pro­nos­tic, trai­te­ment ou atté­nua­tion d’une maladie.
    • Diag­nos­tic, contrôle, trai­te­ment, atté­nua­tion d'une bles­sure ou d'un han­di­cap ou com­pen­sa­tion de ceux-ci.
    • Inves­ti­ga­tion, rem­pla­ce­ment ou modi­fi­ca­tion d'une struc­ture ou fonc­tion ana­to­mique ou d’un pro­ces­sus ou état phy­sio­lo­gique ou pathologique.
    • Com­mu­ni­ca­tion d'informations au moyen d'un exa­men in vitro d'échantillons pro­ve­nant du corps humain, y com­pris les dons d'organes, de sang et de tis­sus, et dont l'action prin­ci­pale vou­lue dans ou sur le corps humain n'est pas obte­nue par des moyens phar­ma­co­lo­giques ou immu­no­lo­giques ni par méta­bo­lisme, mais dont la fonc­tion peut être assis­tée par de tels moyens.

    Béné­fice cli­nique : l'incidence posi­tive d'un dis­po­si­tif sur la san­té d'une per­sonne phy­sique, se tra­dui­sant par des résul­tats cli­niques signi­fi­ca­tifs, mesu­rables et per­ti­nents pour le patient, y com­pris les résul­tats en matière de diag­nos­tic, ou une inci­dence posi­tive sur la prise en charge de la san­té du patient ou sur la san­té publique. 

    Éva­lua­tion cli­nique : un pro­ces­sus sys­té­ma­tique et pla­ni­fié visant à pro­duire, col­lec­ter, ana­ly­ser et éva­luer en conti­nu les don­nées cli­niques rela­tives à un dis­po­si­tif afin de véri­fier la sécu­ri­té et les per­for­mances, y com­pris les béné­fices cli­niques, de celui-ci lorsqu'il est uti­li­sé confor­mé­ment à la des­ti­na­tion pré­vue par le fabricant.

    Inves­ti­ga­tion cli­nique : toute inves­ti­ga­tion sys­té­ma­tique impli­quant un ou plu­sieurs par­ti­ci­pants humains des­ti­née à éva­luer la sécu­ri­té ou les per­for­mances d'un dispositif.

    Don­nées cli­niques : des infor­ma­tions rela­tives à la sécu­ri­té ou aux per­for­mances obte­nues dans le cadre de l'utilisation d'un dis­po­si­tif et qui pro­viennent de dif­fé­rentes sources (inves­ti­ga­tions, publi­ca­tions scien­ti­fiques, sur­veillance après com­mer­cia­li­sa­tion, sui­vi cli­nique après commercialisation). 

    Annexes

    Annexe 1 : Développement du projet : Planification Dynamique Stratégique

    L'annexe 1 illustre la pla­ni­fi­ca­tion dyna­mique stra­té­gique (PDS) effec­tuée et uti­li­sée en début de pro­jet afin de cla­ri­fier, pour l'ensemble de l'équipe de pro­jet, la direc­tion à entre­prendre pour réa­li­ser le projet.

    Annexe 2 : Déroulement du projet : Analyse des risques associés au projet

    Le tableau ci-des­sous repré­sente l'analyse des risques de notre pro­jet. Cette ana­lyse a per­mis d'identifier les points cri­tiques et ain­si d'anticiper des solu­tions pour neu­tra­li­ser ou réduire les risques repérés.

    Annexe 3 : Présentation de l’outil : Note de clarification

    La note de cla­ri­fi­ca­tion pré­sen­tée dans l'annexe 3 per­met d'apporter les infor­ma­tions prin­ci­pales concer­nant notre pro­jet sur l'évaluation et le sui­vi cli­nique des dis­po­si­tifs médi­caux et plus par­ti­cu­liè­re­ment de l'outil réa­li­sé dans le cadre de ce projet.

    Note de cla­ri­fi­ca­tion 
    Pro­jet sur “L’évaluation et le sui­vi des dis­po­si­tifs médicaux”

    Ori­gine du projet

    Dans le cadre de l’UV IDCB “Ingé­nie­rie de pro­jet”, par groupe de 5 élèves un choix a été fait entre dif­fé­rents sujets en lien avec notre par­cours et por­tant sur des thèmes actuels impac­tant le domaine du bio­mé­di­cal. Notre choix s’est ain­si por­té sur l’évaluation et le sui­vi des dis­po­si­tifs médi­caux, thème phare du nou­veau règle­ment rela­tif aux dis­po­si­tifs médi­caux EU 2017/745.  

    Sujet et contexte du projet

    Le sujet de notre pro­jet porte sur “L’évaluation et le sui­vi cli­nique des dis­po­si­tifs médi­caux”. Ce sujet s’inscrit dans une période de tran­si­tion de la régle­men­ta­tion rela­tive aux dis­po­si­tifs médi­caux. En effet, les direc­tives pré­cé­dentes qui por­taient sur les dis­po­si­tifs médi­caux, ont été abro­gées et uni­fiées pour don­ner place à 2 règle­ments rela­tifs aux dis­po­si­tifs médi­caux. Ain­si, la notion d’évaluation et de sui­vi cli­nique a évo­lué avec cette tran­si­tion, lais­sant les fabri­cants de dis­po­si­tifs médi­caux dans une cer­taine incom­pré­hen­sion. Avec ce pro­jet, l’objectif est d’apporter un éclair­cis­se­ment aux fabri­cants sur les nou­veau­tés concer­nant l’évaluation et le sui­vi clinique.

    Pro­duit du pro­jet

    Le pro­duit final du pro­jet est un guide inter­ac­tif et per­son­na­li­sé, per­met­tant à chaque fabri­cant d’obtenir, à par­tir d’un dis­po­si­tif don­né, une éva­lua­tion du niveau de risques du pro­duit et de la stra­té­gie cli­nique recom­man­dée sous le nou­veau règlement. 

    Pro­duit asso­ciant des livrables maté­riels et immatériel

    Ce guide est asso­cié à un Mémoire d’Intelligence Métho­do­lo­gique (MIM) per­met­tant de de com­prendre plus en détail les enjeux rela­tifs à l’évaluation cli­nique sous le nou­veau Règle­ment euro­péen 2017/745.

    Aus­si, un pos­ter résu­mant les élé­ments impor­tants du MIM et pré­sen­tant les grands axes de l’outil sera aus­si réalisé. 

    Contraintes à respecter

    L’une des plus grosses contraintes a été de res­pec­ter les délais impar­tis selon les dif­fé­rents jalons du pro­jet. En effet jon­gler entre les dif­fé­rents pro­jets pro­fes­sion­nels mais aus­si les pro­jets uni­ver­si­taires de cha­cun a été le plus gros défi de ce projet.

    Aus­si, prendre connais­sance de tous les docu­ments et toutes les exi­gences rela­tives à l’évaluation cli­nique afin de four­nir un tra­vail de qua­li­té acces­sible à l’ensemble de la com­mu­nau­té bio­mé­di­cale n’a pas été une mince affaire.

    Pour finir, le guide mis en place repré­sen­tait peut-être un pro­jet trop impor­tant pour le délai qu’il res­tait. En effet, pour s’assurer de rendre un outil exhaus­tif, com­plet et pra­tique pour tous, un peu plus de temps aurait été bénéfique.

    Consé­quences et béné­fices attendus 

    Le prin­ci­pal béné­fice atten­du est un gain de temps et donc d’argent, pour les fabri­cants qui vont pou­voir opti­mi­ser leur pla­ni­fi­ca­tion d’évaluation cli­nique. En effet, les fabri­cants ont accès sur une même pla­te­forme à toutes les exi­gences et dis­po­si­tions à prendre pour cha­cun de leur dispositif. 

    Une autre consé­quence de ce pro­jet, c’est un béné­fice non négli­geable pour les membres du groupe avec une valo­ri­sa­tion auprès de nos futurs employeurs. Grâce à ce pro­jet, ils pour­ront avoir un aper­çu de nos connais­sances, de notre inté­rêt et de notre impli­ca­tion dans le domaine des dis­po­si­tifs médicaux.

    Et enfin bien évi­dem­ment, la vali­da­tion de l’Unité d’Enseignement est un béné­fice cer­tain pour le groupe.

    Don­née d'entrée du projet

    Les don­nées d’entrées de ce pro­jet sont, tout d’abord le règle­ment euro­péen 2017/745 et son cha­pitre rela­tif à l’évaluation cli­nique, mais aus­si tous les docu­ments rela­tifs aux nou­velles exi­gences concer­nant l'évaluation cli­nique tels que le MDCG.

    Le pro­jet se base aus­si sur le manque d’informations des fabri­cants sur ce sujet mal­gré tous les docu­ments appa­rem­ment mis à disposition.

    Acteurs du projet

    Ce pro­jet regroupe dif­fé­rents acteurs, qui ont œuvrés tous ensemble pour arri­ver à bout de ce projet.

    Tout d’abord, la maî­trise d’œuvre a été assu­ré par :

    Les maîtres d’ouvrage ou les per­sonnes pour qui est des­ti­né ce pro­jet sont prin­ci­pa­le­ment les fabri­cants de dis­po­si­tifs médi­caux ou autres opé­ra­teurs éco­no­miques res­pon­sables de l’évaluation cli­nique d’un produit.

    Les par­ties pre­nantes directs sont donc : 

    • Opé­ra­teurs éco­no­miques (fabri­cants, indus­triels, dis­tri­bu­teurs, man­da­taires, importateurs)
    • Orga­nismes notifiés
    • Agence Natio­nale de la Sécu­ri­té du Médi­ca­ments et des Pro­duits de San­té (ANSM) 

    Les par­ties pre­nantes indi­rects dont :

    • Patients, qui vont béné­fi­cier de dis­po­si­tifs médi­caux plus sûr, dont la sécu­ri­té et la per­for­mance est contrôlée ;
    • Pro­fes­sion­nels de san­té, qui vont mani­pu­ler ces dis­po­si­tifs dans leur rou­tine de soin.

    Dérou­le­ment du projet

    Le pro­jet s’est orga­ni­sé autour de 3 jalons, au cours des­quels nos avan­ce­ments sur le pro­jet ont été pré­sen­tés au jury de sui­vi afin de recueillir des cri­tiques construc­tives per­met­tant d’améliorer nos rendus. 

    Les deux pre­miers jalons ont été majo­ri­tai­re­ment concen­trés sur la prise de connais­sance des infor­ma­tions et du contexte du sujet condui­sant à la rédac­tion du mémoire. C’est au cours du der­nier jalon que l’outil a été développé.

    Amé­lio­ra­tions envisagées

    Pour le moment, l'outil n'est pas tota­le­ment com­plet. Cer­taines amé­lio­ra­tions sont encore à envi­sa­gées, telles que :

    • Pro­po­ser des tem­plates per­son­na­li­sées et personnalisables
    • Assu­rer l'exhaustivité des exigences

    searchhomearrow-circle-left