• IDS124 - Bonnes pratiques pour une conception frugale d'un dispositif médical

    Avertissement

    Les projets ou stages publiés auxquels vous accédez sont des rapports d'étudiants et doivent être pris comme tels. Il peuvent donc comporter des imperfections ou des imprécisions que tout lecteur doit admettre et donc supporter. Il ont été réalisés pendant les périodes de formation et constituent avant-tout des travaux de compilation bibliographique, d'initiation et d'analyse sur des thématiques associées aux concepts, méthodes, outils et expériences sur les démarches qualité dans les organisations ou sur les technologies en santé.

    Si, malgré nos précautions, vous avez des raisons de contester ce droit de diffusion libre, , nous nous efforcerons d'y apporter une réponse rapide. L'objectif de la présentation des travaux sur le web est de permettre l'accès à l'information et d'augmenter ainsi la qualité des échanges professionnels.

    Nous ne faisons aucun usage commercial des travaux de projet ou de stage publiés, par conséquent les citations des informations et l'emploi des outils mis à disposition sont totalement libres. Dans ce cas, nous vous demandons de respecter les règles d'éthique en citant explicitement et complètement vos sources bibliographiques.

    Bonne lecture...

    Auteurs

    Contacts

    Citation

    A rap­pe­ler pour tout usage : Mickaël BOURJAC, Kévin GOUFFAUD, Alan MESMEUR, Maë­va WAXWEILER, « Bonnes pra­tiques pour une concep­tion fru­gale d'un dis­po­si­tif médi­cal », Uni­ver­si­té de Tech­no­lo­gie de Com­piègne (France), Mas­ter Ingé­nie­rie de la San­té, Mémoire de Pro­jet, https://travaux.master.utc.fr/, réf n° IDS124, https://doi.org/10.34746/aemm-ad45, jan­vier 2022, https://travaux.master.utc.fr/formations-master/ingenierie-de-la-sante/ids124/

    Résumé

    Le concept d’innovation fru­gale est de plus en plus pré­sent dans nos vies que ça soit dans l’industrie ou dans le domaine de la san­té, en rai­son notam­ment d’une prise de conscience essen­tielle concer­nant l’épuisement de cer­taines de nos res­sources et de la néces­si­té d’intégrer des enjeux de déve­lop­pe­ment durable.

    Mal­gré ces aspects socio­lo­giques, éco­no­miques et éco­lo­giques, il ne faut pas asso­cier le prin­cipe de fru­ga­li­té au modèle low-cost. En effet, la fru­ga­li­té s’est avant tout inno­ver dans le but de répondre à un besoin immé­diat, en uti­li­sant les res­sources à dis­po­si­tion, s’inscrivant ain­si dans un envi­ron­ne­ment de contraintes qui tend à favo­ri­ser la créa­ti­vi­té pour être un véri­table levier en termes de performance.

    Face à ce concept, l’outil déve­lop­pé per­met de don­ner un score de fru­ga­li­té d’un dis­po­si­tif médi­cal, avant ou pen­dant sa concep­tion et éga­le­ment lors de son exploi­ta­tion, en ciblant les points cri­tiques à améliorer.

    Abstract

    The concept of fru­gal inno­va­tion is more and more impor­tant in our lives, whe­ther in indus­try or in the field of health, because of an essen­tial awa­re­ness concer­ning the deple­tion of some of our resources and the need to inte­grate sus­tai­nable deve­lop­ment issues.

    Des­pite these socio­lo­gi­cal, eco­no­mic and eco­lo­gi­cal aspects, the prin­ciple of fru­ga­li­ty should not be asso­cia­ted with the low-cost model. Indeed, fru­ga­li­ty is above all about inno­va­ting in order to respond to an imme­diate need, using the avai­lable resources, fit­ting into an envi­ron­ment of constraints which tends to pro­mote crea­ti­vi­ty to be a real lever in terms of performance.

    Faced with this concept, the tool deve­lo­ped makes it pos­sible to give a “fru­ga­li­ty” score of a medi­cal device, before or during its desi­gn and also during it’s using, by tar­ge­ting the cri­ti­cal points for improvement.

    Téléchargements

    IDS124_Bonnes pra­tiques pour une concep­tion frugale_Mémoire

    Mémoire

    IDS124_Bonnes pra­tiques pour une concep­tion frugale_Poster

    Pos­ter

    IDS124_Bonnes pra­tiques pour une concep­tion frugale_PDF Interactif

    PDF Inter­ac­tif pour com­prendre l'innovation frugale

    IDS124_Bonnes pra­tiques pour une concep­tion frugale_Autodiagnostic_V01

    Outil d'autodiagnostic de l'innovation fru­gale sur les dis­po­si­tifs médicaux

    Bonnes pratiques pour une conception frugale 

    d'un dispositif médical

    Avant propos

    Dans le cadre de nos études en Mas­ter 2 Ingé­nie­rie de la San­té à l’Université de Tech­no­lo­gie de Com­piègne, nous avons eu la chance d’étudier le concept de fru­ga­li­té dans son ensemble et appli­qué dans les dis­po­si­tifs médicaux.

    En effet, l’innovation fru­gale en san­té est au cœur d’enjeux consi­dé­rables tant pour les fabri­cants que pour les exploi­tants et, in fine, les patients. L’innovation fru­gale de dis­po­si­tifs médi­caux per­met un plus large accès aux soins rédui­sant de fait, les inéga­li­tés de traitements.

    C’est dans ce contexte que s’inscrit cette étude, por­tant sur les cri­tères de mise en œuvre du modèle d'innovation fru­gale en san­té. Ce mémoire d’intelligence métho­do­lo­gique inter­vient dans un pro­jet d’intégration.

    Remerciements

    Notre groupe tient à remer­cier l’équipe péda­go­gique de l’Université de Tech­no­lo­gie de Com­piègne et plus par­ti­cu­liè­re­ment notre sui­veur Mon­sieur Jean-Mat­thieu Prot. C’est essen­tiel­le­ment grâce à ses conseils, cri­tiques et retours que nous avons pu pour­suivre notre projet.

    Nos remer­cie­ments sont éga­le­ment tour­nés vers Mon­sieur Navi Rad­jou, sur­nom­mé dans la presse “le gou­rou de l'innovation fru­gale", auteur de plu­sieurs livres et articles sur l'innovation fru­gale qui a pris beau­coup de temps pour répondre à nos mails et à nos sollicitations.

    Il est néces­saire de remer­cier le Pr. Armand MEKONTSO DESSAP des Hôpi­taux Uni­ver­si­taires Hen­ri-Mon­dor, Chef du Ser­vice de Méde­cine Inten­sive Réani­ma­tion, qui a pris le temps de nous rece­voir dans son éta­blis­se­ment et qui nous a insuf­flé une vision quelques peu dif­fé­rente de l'innovation fru­gale dans les dis­po­si­tifs médicaux.

    Enfin nous remer­cions nos cama­rades de pro­mo­tions notam­ment pour leurs pré­sences et leurs encou­ra­ge­ments lors des pré­sen­ta­tions orales.

    1. Qu'est-ce-que la frugalité ?

    1.1 Définition et origine

    L’innovation fru­gale est un mou­ve­ment éclai­ré de co-créa­tion de valeurs (...) Il s’agit de déve­lop­per des pro­duits et ser­vices de qua­li­té abor­dables et durables qui ont un impact posi­tif sur la socié­té et la planète.

    RADJOU, Navi. Fru­gal Inno­va­tion. Pro­file Books, 2015.

    A tra­vers les siècles, la fru­ga­li­té s’est déve­lop­pée dans le but de répondre à un besoin immé­diat, avec les res­sources à dis­po­si­tion. On peut citer un grand nombre d'exemples, à l’instar d’Apollo 13. Durant cette mis­sion, un réser­voir d’oxygène a explo­sé, les membres d’équipages ont dû se réfu­gier dans le module lunaire non pré­vu pour héber­ger 4 astro­nautes et ont dû résoudre plu­sieurs pro­blèmes tech­niques à par­tir d’objets limi­tés et de res­sources limi­tées pré­sents dans le module [1]. Il s’agit là d’une concep­tion fru­gale en pre­nant en consi­dé­ra­tion les besoins ain­si que les res­sources disponibles.

    Dans le contexte de la seconde guerre mon­diale, de nou­veaux concepts ont émer­gé comme le “Do it your­self” amé­ri­cain, le “Sys­tème D” fran­çais et le “Control­led Com­mo­di­ty, 1941” anglais. Le CC41 ou le “Control­led Com­mo­di­ty, 1941” est un exemple concret de concept pré-fru­gal. Cette méthode avait pour but de ratio­na­li­ser les besoins deman­dés pour conce­voir un vête­ment sans gas­pillage inutile de res­sources maté­rielles (Nombre de poches sur un man­teau, nombre de bou­tons sur une che­mise) tout en gar­dant une liber­té esthé­tique. L'efficacité de cette méthode à réduire la consom­ma­tion de res­sources sera uti­li­sée jusque dans les années 50 pour évi­ter les pénu­ries de l’après-guerre.

    A la fin des années 50, de nou­velles idéo­lo­gies appa­raissent, March et Simons expliquent qu’un pro­duit inno­vant peut être conçu en absence d’une R&D coû­teuse, de res­sources impor­tantes comme une main d'œuvre qua­li­fiée [2]. Dans ce cas, cette nou­velle inno­va­tion peut pro­ve­nir d’innovations exis­tantes et emprun­tée à d’autres sec­teurs d’activités.

    La fru­ga­li­té a eu un inté­rêt gran­dis­sant au cours des années 2010 [3]–[5]. Des experts ont cher­ché à concep­tua­li­ser le prin­cipe et la défi­ni­tion de l’innovation fru­gale. Ain­si, Navi Rad­jou, expert de l’innovation fru­gale et auteur du “Guide des bonnes pra­tiques”, démontre que l’industrie et l’innovation se foca­lisent à tort sur le “plus avec plus” et le “plus c’est gros mieux c’est” [6]. Or, nous le ver­rons à tra­vers cette étude, le concept de fru­ga­li­té peut se résu­mer de la manière sui­vante : Faire mieux avec moins.

    Le concept de fru­ga­li­té n’a en réa­li­té pas d’origine pré­cise car l’Homme à tra­vers les époques, a dû réa­li­ser des objets à par­tir de tech­no­lo­gies et de res­sources limitées. 

    Figure 1 : Evolution du frugale à l’innovation frugale [source : auteurs]

    L’une des pre­mières défi­ni­tions moderne don­née au terme “inno­va­tion fru­gale” a été défi­nie dans un dos­sier du jour­nal The Eco­no­mist : “not just a mat­ter of exploi­ting cheap labour (although cheap labour helps), it is a mat­ter of rede­si­gning pro­ducts and pro­cesses to cut out unne­ces­sa­ry costs” [7].

    Néan­moins, d’autres défi­ni­tions de l’innovation fru­gale existent. En effet, elle peut être asso­ciée à la reverse inno­va­tion, au concept indien jugaad inno­va­tion ou éga­le­ment au shanz­hai inno­va­tion. D’autres défi­ni­tions peuvent être uti­li­sées comme celle de George déter­mi­nant une inno­va­tion fru­gale comme inno­vante, low-cost et avec des pro­duits de bonnes qua­li­tés [8]. On peut éga­le­ment par­ler des modèles éco­no­miques ori­gi­naires de pays en voie de déve­lop­pe­ment qui peuvent être expor­tés pour d’autres pays. La reverse inno­va­tion peut être  ain­si défi­nie. On peut aus­si retrou­ver dans cette défi­ni­tion de la fru­ga­li­té, la notion de pro­duits low cost, expli­ci­tée selon le point de vue de Rama­mur­ti [9].

    Une autre manière est de défi­nir la fru­ga­li­té est une uti­li­sa­tion éco­no­mique des res­sources pour conce­voir des pro­duits acces­sibles pour les per­sonnes avec un faible reve­nu. La fru­ga­li­té reste donc com­plexe à défi­nir de par son concept récent et les autres formes d’innovations pou­vant avoir une défi­ni­tion proche de celle de la fru­ga­li­té [5].

    1.2 Concept

    Comme expli­qué pré­cé­dem­ment, la démarche fru­gale est d’utiliser les res­sources à dis­po­si­tions pour répondre au besoin dans un envi­ron­ne­ment de contraintes (Figure 2).

    Un pro­duit conçu de manière fru­gale s’appuie sur trois cri­tères prin­ci­paux (une réduc­tion sub­stan­tielle des coûts de pro­duc­tion, une foca­li­sa­tion sur les fonc­tion­na­li­tés essen­tielles et une per­for­mance opti­mi­sée) [10], aux­quels nous pou­vons ajou­ter plu­sieurs autres cri­tères impor­tants que l’on décrit dans le sché­ma suivant : 

    Figure 2 : Les principes de la conception frugale [source : auteurs]

    Récon­ci­lier ce qui ne l’est plus en trou­vant l’équilibre entre l’essentiel et les aspi­ra­tions (Figure 3).

    En effet, comme illus­tré, les élé­ments sont en oppo­si­tion. Une concep­tion fru­gale doit essayer de tous les appré­hen­der sans les occulter.

    Figure 3 : L’équilibre entre l’essentiel et les aspirations [source : auteurs]

    Ain­si, un des prin­ci­paux enjeux de l’innovation fru­gale est le fait de s’inscrire dans une démarche de  déve­lop­pe­ment durable. (voir par­tie 2. Enjeux)

    1.3 Les catégories d'innovations

    L’innovation, dans son terme géné­ral, peut se décom­po­ser en plu­sieurs inno­va­tions  lors de la concep­tion d’un pro­duit [18] (Figure 4):

    • L’innovation incré­men­tale consiste à déve­lop­per un pro­duit à par­tir des tech­no­lo­gies exis­tantes dans un mar­ché déjà exis­tant. Ce concept repré­sente la majo­ri­té des inno­va­tions actuelles. Cette idéo­lo­gie pour­rait se résu­mer par l’amélioration conti­nue d’un produit.
    • L’innovation adja­cente vise à uti­li­ser des tech­no­lo­gies déjà exis­tantes dans un mar­ché pour l’appliquer à un autre mar­ché. Par exemple, les GAFA (entre­prises “stars” qui ont enva­hi notre quo­ti­dien) uti­lisent ce type d’innovations en rache­tant des bre­vets de start-ups pour le trans­fé­rer à leur propre pro­duit ou service.
    • L’innovation de rup­ture ou dis­rup­tive est défi­nie par la concep­tion d’un pro­duit avec de nou­velles tech­no­lo­gies, pro­ces­sus ou modèles com­mer­ciaux dans un mar­ché déjà exis­tant. Cette approche vient remettre en cause le mar­ché en pro­po­sant une alter­na­tive aux autres tech­no­lo­gies actuelles. L’iPhone en est un exemple en réin­ven­tant l’utilisation de la téléphonie.
    • L’innovation radi­cale repose sur le déve­lop­pe­ment d’une nou­velle tech­no­lo­gie entraî­nant des chan­ge­ments pro­fonds dans la socié­té et en créant de nou­veaux mar­chés. Cette inno­va­tion peut être illus­trée par l’invention de l’aviation qui a bou­le­ver­sé nos habi­tudes de voyages ain­si que la pro­duc­tion industrielle.
    Figure 4 : Les 4 grands types d’innovation [19]

    2. La place de l'innovation frugale en santé

    2.1 Le cadre et les pièges à éviter

    Comme expli­ci­té pré­cé­dem­ment, l'innovation fru­gale se charge d’apporter des solu­tions effi­caces et effi­cientes, aux dif­fé­rents pro­blèmes sus­cep­tibles d’être ren­con­trés par une large par­tie de la popu­la­tion en prô­nant une phi­lo­so­phie qui s’engage à uti­li­ser un mini­mum de res­sources pos­sibles. En effet, le sec­teur des dis­po­si­tifs médi­caux est un sec­teur repré­sen­tant en 2020, 90 Mil­liards d’euros en France d'après le SNITEM (Syn­di­cat Natio­nal de l'Énergie des Tech­no­lo­gies Médi­cales), mais aus­si très inégal puisque les pays à faible reve­nu ren­contrent des dif­fi­cul­tés majeures pour répondre aux besoins de leur popu­la­tion, pro­vo­quant un manque consi­dé­rable de dis­po­si­tifs médi­caux adap­tés [11]–[13]

    Ce manque cruel naît du fait que la plu­part de ces dis­po­si­tifs sont pen­sés et éla­bo­rés par de nom­breuses entre­prises occi­den­tales, qui dis­posent en géné­ral de toutes les res­sources néces­saires, et qui repré­sentent à ce jour, la source d’innovation la plus impor­tante. Ces dis­po­si­tifs médi­caux ne sont donc pas tou­jours adap­tés pour être fonc­tion­nels hors de nos mar­chés natio­naux (par exemple en termes d’accès à la l’électricité, à l’eau etc…). Ain­si, cette inno­va­tion fru­gale dans le domaine de la san­té se voit essen­tielle pour pou­voir ten­ter répondre aux dif­fé­rents pro­blèmes et défis de san­té publique que relèvent les pays en voie de déve­lop­pe­ment [14].

    Cepen­dant, même si la fru­ga­li­té est sou­vent asso­ciée à un manque de moyens, ou bien à une réduc­tion des coûts, il est impor­tant de gar­der aus­si à l’esprit que ces inno­va­tions fru­gales ne se limitent pas seule­ment aux milieux pré­caires. En effet, la fru­ga­li­té repré­sente éga­le­ment une manière de faire preuve de créa­ti­vi­té, tout en ayant l’avantage de s'affranchir des contraintes que peuvent impo­ser les struc­tures et en résol­vant les pro­blèmes liés à la stra­té­gie de recherche et développement.

    Au-delà d’un gain de res­sources maté­rielles et éco­no­miques, il peut donc éga­le­ment s’agir d’un véri­table gain de temps qui peut s’avérer par­fois essen­tiel, notam­ment dans des cas de crise sani­taire COVID-19.

    Selon le Pr Mekont­so, on peut défi­nir l’innovation fru­gale par deux notions essen­tielles. La pre­mière notion serait de se foca­li­ser sur le besoin. En effet, pour le défi­nir, il est impor­tant de connaître ce que sou­haite chaque uti­li­sa­teur pour qu’il puisse repré­sen­ter une “réa­li­té” et non un “arti­fice” qui aurait été défi­ni par des notions de mar­ke­ting. En inno­va­tion fru­gale, le besoin ne doit pas être iden­ti­fié selon la dési­ra­bi­li­té d’un pro­duit ou d’une popu­la­tion cible. 

    Une démarche de mise sur le mar­ché d’un nou­veau pro­duit "clas­sique" consiste à obser­ver son poten­tiel puis de défi­nir un prix en fonc­tion des coûts et des marges à adop­ter. Dans le cas de la fru­ga­li­té, le prix est une consé­quence du concept. Ain­si, le low cost n’est qu’une résul­tante de l’innovation fru­gale et non, une spé­ci­fi­ci­té du cahier des charges.

    La fru­ga­li­té doit au contraire prendre en compte l’ensemble des besoins de chaque acteur (for­ma­tion, uti­li­sa­tion, concep­tion, main­te­nance) et faire émer­ger ce qui est essen­tiel. Ce concept est éga­le­ment appe­lé l’innovation décloisonnée.

    La deuxième notion impor­tante en inno­va­tion fru­gale selon le Pro­fes­seur Armand Mekont­so Des­sap est de conce­voir le pro­duit avec des contraintes. Les contraintes per­mettent aux fabri­cants de repen­ser le concept d’un pro­duit rem­plis­sant une fonc­tion. En effet, dans une démarche “clas­sique”, elles sont davan­tage limi­tées par les res­sources (R&D, main d'œuvre, qua­li­fi­ca­tion, ...) que par la fonc­tion du produit.

    Cette vision entraîne une sophis­ti­ca­tion de la solu­tion pro­po­sée pour rem­plir cette fonc­tion. En se foca­li­sant sur des contraintes fortes, le pro­duit sera poten­tiel­le­ment plus dis­rup­tif et sera tour­né vers son effi­ca­ci­té. On peut ima­gi­ner que cela entraî­ne­ra une évo­lu­tion dans les pra­tiques, qui à terme ouvri­ra les portes d’un nou­veau marché.

    Pour illus­trer l’innovation fru­gale, deux exemples peuvent être retenus :

    • La banque Orange Bank Afri­ca : cet exemple d’innovation a pris en compte une contrainte par­ti­cu­liè­re­ment pré­sente dans de nom­breux pays en met­tant en évi­dence que l’accès à une banque se trouve limi­té par un manque d’infrastructures. La solu­tion a été de pro­po­ser des ser­vices acces­sibles par SMS puisque la plu­part de la popu­la­tion pos­sède un télé­phone [15].
    • Le res­pi­ra­teur à faible pres­sion déve­lop­pé par Air Liquide et le CH Hen­ri-Mon­dor :  la concep­tion de ce dis­po­si­tif est inter­ve­nue durant la crise du Covid-19. Dans le cadre de l’urgence sani­taire et du manque de res­pi­ra­teur dans les hôpi­taux, le but était de four­nir un oxy­gé­na­teur haut débit per­met­tant une satu­ra­tion en O2 suf­fi­sante pour évi­ter ou retar­der le pas­sage du patient en réani­ma­tion. Le res­pi­ra­teur devait être simple à pro­duire, peu cher et facile à uti­li­ser pour le per­son­nel [16], [17].

    L’ensemble des études contex­tuelles pré­cé­dentes  a per­mis de com­prendre l’environnement et les enjeux gra­vi­tant autour du sujet et ain­si mettre en exergue la pro­blé­ma­tique suivante : 

    QUELS SONT LES CRITÈRES DE RÉUSSITE POUR ASSURER LA PÉRENNITÉ D’UN DISPOSITIF MÉDICAL FRUGAL ?

    Notre objec­tif est donc de répondre à cette pro­blé­ma­tique en étu­diant des exemples d’innovations fru­gales afin de déga­ger un cer­tain nombre de cri­tères de réus­site (Figure 5). Il sera ensuite ques­tion d’apporter une syn­thèse de manière à per­mettre le déve­lop­pe­ment durable d’un dis­po­si­tif médi­cal frugal.

    Figure 5 : Le processus d’étude à venir [source : auteurs]

    2.2 Les catégories d’innovations frugales en santé

    On peut alors dis­tin­guer plu­sieurs caté­go­ries d’innovations fru­gales [20]

    • Les outils et tech­niques “Lean” (inno­va­tion opti­mi­sée) sont une tech­nique qui vise à sim­pli­fier et à adap­ter les tech­no­lo­gies exis­tantes dans le but de dimi­nuer consi­dé­ra­ble­ment les coûts. Bien sou­vent, ces outils conçus pour les pays à faibles res­sources sont par­fois beau­coup plus ren­tables vis-à-vis de ceux uti­li­sés dans nos pays occi­den­taux, puisqu’ils sont en géné­ral dépour­vus des fonc­tions moins utiles et coûtent ain­si beau­coup moins cher. Dans cette caté­go­rie d’innovation, on peut retrou­ver la grande filiale GE (Gene­ral Elec­tric) avec son chauffe-bébé “Lul­la­by” (Figure 6) qui coûte moins de la moi­tié que ce même dis­po­si­tif ven­du aux Etats-Unis (3000$ en Inde contre 12000$ aux Etats-Unis) mais qui rem­plit en revanche d’autres fonc­tions [21]. En effet, le « Lul­la­by » de chez GE a sou­le­vé quelques défis pour pou­voir pro­po­ser un dis­po­si­tif durable, moins cher, qui résiste aux pannes de cou­rant et qui peut être éga­le­ment uti­li­sé par des uti­li­sa­teurs non for­més. Pour répondre à toutes ces contraintes, les fabri­cants ont sup­pri­mé les fonc­tion­na­li­tés non essen­tielles pour se concen­trer fina­le­ment sur la fonc­tion prin­ci­pale de lutte contre l’hypothermie. Ain­si, GE a choi­si de sim­pli­fier les maté­riaux en rem­pla­çant la com­mande moteur par une mani­velle et une poi­gnée, en ajou­tant une sonde de tem­pé­ra­ture réuti­li­sable, et en sup­pri­mant le sta­bi­li­sa­teur de ten­sion afin que la cou­veuse puisse s’adapter aux contraintes élec­triques des pays émer­gents. Ce pro­duit per­met donc de réduire sa consom­ma­tion en élec­tri­ci­té d’environ 50% par rap­port à un incu­ba­teur traditionnel.
    Figure 6 : Le chauffe-bébé “Lullaby Warmer” de GE [22]
    • Les inno­va­tions oppor­tu­nistes s’appuient sur une uti­li­sa­tion intel­li­gente des tech­no­lo­gies acces­sibles à tous pour s'attaquer aux pro­blèmes exis­tants. On peut par­ler dans ce cas des impri­mantes 3D qui consti­tuent un véri­table enjeu dans l’accès à ces dis­po­si­tifs médi­caux comme des pro­thèses ou bien la concep­tion des pièces de rechange [23]. Les logi­ciels capables d’impression en 3D se font de plus en plus cou­rant et ce dans divers domaines. La san­té, et notam­ment l’orthopédie peut lar­ge­ment pro­fi­ter de ce genre de tech­no­lo­gie afin de conce­voir des plâtres dotés de mul­tiples ouver­tures (Figure 7). Ces mul­tiples ouver­tures offrent de nom­breux avan­tages comme le fait d’être véri­ta­ble­ment plus léger qu’un plâtre tra­di­tion­nel, ils per­mettent aus­si de lais­ser la peau des patients à l’air libre et ain­si de ne pas absor­ber la trans­pi­ra­tion. De plus, au-delà du confort des patients, les pro­fes­sion­nels médi­caux gagnent un temps pré­cieux puisqu’ils n’ont plus à confec­tion­ner et mode­ler eux-mêmes le plâtre.
    Figure 7 : Exemple d’un plâtre réalisé par impression 3D [24]
    • Les adap­ta­tions contex­tua­li­sées qui consistent en une démarche de contour­ne­ment et d’adaptation des tech­niques pour une fina­li­té tota­le­ment dif­fé­rente. On peut prendre l’exemple des ban­de­lettes réac­tives uri­naires dont leur uti­li­sa­tion a été détour­née pour pou­voir éva­luer le liquide cépha­lo-rachi­dien ou le liquide syno­vial et poser un diag­nos­tic à coût moindre. Ou bien on peut aus­si citer le masque décath­lon qui a été détour­né de son uti­li­sa­tion (Figure 8). En effet, le masque décath­lon se pré­sente à l’origine comme un masque uti­li­sé lors de la pra­tique du « snor­ke­ling » (ran­don­née sous-marine). Cepen­dant, lors de la crise sani­taire COVID-19, un méde­cin pro­pose de le détour­ner de son uti­li­sa­tion ini­tiale pour en faire un res­pi­ra­teur. C’est notam­ment grâce à une impri­mante 3D qu’ils a été pos­sible de fabri­quer les rac­cords néces­saires entre le masque et les tubes d’hôpital. Les pièces ont été choi­si de manière à ce qu’elles puissent s’adapter à la plu­part des tuyaux des hôpi­taux [23].
    Figure 8 : Le masque Décathlon avec un embout imprimé en 3D [25]
    • Les inno­va­tions ascen­dantes qui carac­té­risent des idées ori­gi­nales mais très simples pour répondre à des objec­tifs inac­ces­sibles, et sou­vent fon­dées sur des pra­tiques locales. Par exemple, on peut citer la méthode “des soins kan­gou­rou” (Figure 9) qui s’est avé­rée aujourd’hui essen­tielle dans des ser­vices de néo­na­to­lo­gie pour la prise en charge des pré­ma­tu­rés [26]. Cette méthode a été lan­cée en Colom­bie, en rai­son d’un manque réel d’incubateurs et face à un taux éle­vé de mor­ta­li­té néo­na­tales. Les « soins kan­gou­rou » se carac­té­risent par un allai­te­ment exclu­sif et très fré­quent ain­si que la mise en place d’un contact peau à peau pré­coce et pro­lon­gé entre la maman et son bébé. Cette méthode mère-kan­gou­rou a mon­tré de nom­breux bien­faits comme, la sta­bi­li­sa­tion de son rythme car­diaque et res­pi­ra­toire, une meilleure régu­la­tion ther­mique, la dimi­nu­tion de la fré­quence de ses apnées et des risques d’infection, etc… 
    Figure 9 :  La méthode Kangourou [27]

    Néan­moins, l’un des pro­blèmes majeurs de la fru­ga­li­té, réside dans le fait que de nom­breuses inno­va­tions fru­gales res­tent uni­que­ment dif­fu­sées à une échelle locale et non mon­diale. Ceci limite donc consi­dé­ra­ble­ment l’accès et l’utilisation de toutes ces inno­va­tions, s’avérant être utiles et pou­vant être élar­gies dans de nom­breuses situa­tions pour répondre aux objec­tifs majeurs de san­té publique.

    2.3 Les limites de la frugalité

    2.3.1 Limites réglementaires 

    Pour rap­pel, tout dis­po­si­tif médi­cal dans l’Union Euro­péenne est sou­mis au mar­quage CE Règle­ment (UE) 2017/745 du 5 avril 2017 ain­si que la norme NF EN ISO 13485:2016 (pré­somp­tion de preuve) décri­vant un cycle de vie bien spé­ci­fique, qui défi­nit un cer­tain nombre d’étapes clés, syn­thé­ti­sées dans la Figure 10. En pre­mier lieu, il s’agit de défi­nir des exi­gences de concep­tion qui sont pré­ci­sées selon une régle­men­ta­tion de com­mer­cia­li­sa­tion et le res­pect de dif­fé­rentes normes et exi­gences. Une fois cette étape réa­li­sée, il s’agit alors de pas­ser à l’étape de concep­tion du dis­po­si­tif médi­cal et du pro­to­ty­page, en pré­pa­rant un dos­sier de fabri­ca­tion du pro­to­type en vue de la pré­pa­ra­tion des études pré­cli­niques. Ensuite, suit l’étape de fabri­ca­tion et d’industrialisation qui néces­site l’obtention d’un mar­quage CE, auprès d’organismes noti­fiés, et une éva­lua­tion du rem­bour­se­ment pour pou­voir pour­suivre la mise sur le mar­ché. Après cette mise sur le mar­ché, l’étape de sur­veillance du dis­po­si­tif médi­cal est une étape pri­mor­diale pour main­te­nir ou non le main­tien du mar­quage CE.

    Figure 10 : Le cycle de vie du dispositif médical [28]

    On s’aperçoit donc d’ores et déjà que le sec­teur des dis­po­si­tifs médi­caux met en jeu de nom­breux acteurs et de nom­breux règle­ments et normes, qui vont consti­tuer une limite majeure à l’innovation fru­gale dans nos pays euro­péens afin d’en assu­rer la qua­li­té et la sécurité. 

    2.3.2 Les limites spatio-temporelles

    La fru­ga­li­té per­met d’innover dans des contextes par­ti­cu­liers. L’environnement socio-éco­no­mique peut sti­mu­ler l’innovation fru­gale. Dans le cas des pays émer­gents, la pré­sence d’une popu­la­tion ayant un taux de pau­vre­té supé­rieur aux pays occi­den­taux empêche l’accès de cer­tains ser­vices ou pro­duits. L’Inde fait par­tie des plus grands pour­voyeurs de solu­tions fru­gales. Ain­si, la popu­la­tion indienne, comme vue dans l’exemple d’Embrace, peut obte­nir grâce à des pro­duits et des ser­vices fru­gaux, de nou­velles fonc­tion­na­li­tés qui seraient trop coû­teuses dans le cas d’un pro­duit ou d’un ser­vice sim­ple­ment innovant.

    Cepen­dant, ces solu­tions ne sont pré­sentes qu’à l’échelle d’un pays dans le meilleur des cas. La fru­ga­li­té reste com­pli­quée à expor­ter dans le sens où les entre­prises qui déve­loppent des pro­duits fru­gaux sont blo­qués par le contexte socio-éco­no­mique. Les besoins qu’apportent un pro­duit fru­gal est adap­té à une culture, à la pré­sence de res­sources par­ti­cu­lières mais éga­le­ment aux besoins immé­diats lors d’une crise sani­taire comme le Covid-19. La pan­dé­mie du Covid-19 a per­mis par exemple d’assouplir les exi­gences régle­men­taires cli­niques dans le cadre des vac­cins mais éga­le­ment dans le déve­lop­pe­ment de nou­veaux res­pi­ra­teurs fru­gaux comme le masque Décath­lon. Il y a donc une limite à l’innovation fru­gale en termes de zone géo­gra­phique et du contexte socio-éco­no­mique voire poli­tique dans lequel ces pro­duits voient le jour. Mal­gré ces limites, l’open source semble être une voie intéressante.

    2.3.3 Les limites idéologiques et économiques

    Une autre limite à abor­der est le droit de pro­prié­té intel­lec­tuelle. Lors­qu’ une entre­prise sou­haite conce­voir un pro­duit fru­gal, la concur­rence peut être impor­tante. Dans ce contexte, un para­doxe peut être pré­sent. Une entre­prise a besoin de pro­té­ger ces idées inno­vantes pour déve­lop­per son pro­duit et sa socié­té serei­ne­ment. D’autre part, une entre­prise fru­gale cherche avant tout à pro­po­ser un pro­duit abor­dable au plus grand nombre en ayant des marges de ren­ta­bi­li­té faible ce qui peut jouer sur la soli­di­té et la péren­ni­té de la socié­té et de leurs pro­duits fru­gaux. La crainte de par­ta­ger son inno­va­tion fru­gale peut créer une réti­cence à s’engager dans la voie de la frugalité.

    L’open source ou l'hyper col­la­bo­ra­tion est une solu­tion envi­sa­gée pour pal­lier cette limi­ta­tion éco­no­mique. L’open source rentre dans une démarche éthique de la fru­ga­li­té qui consiste à pro­po­ser des pro­duits fru­gaux sans res­tric­tion de droits d’auteurs, de manière à étendre leur accessibilité.

    Il s’agit d’une voie inté­res­sante pour per­mettre une uti­li­sa­tion éten­due d’un pro­duit fru­gal. Le masque Décath­lon, adap­té à une uti­li­sa­tion bio­mé­di­cale durant la crise du Covid-19, en est un par­fait exemple. Les plans de l’adaptateur per­met­tant de le bran­cher à un ven­ti­la­teur d’anesthésie ont été mis à dis­po­si­tion en open source.

    A par­tir des plans 3D, la fabri­ca­tion de l’adaptateur peut être effec­tuée n’importe où dans le monde, à moindre coût, per­met­tant ain­si de lut­ter contre la crise sani­taire mondiale.

    Mais l’innovation en open source ne s'arrête pas là. Si l’on pour­suit cet exemple, quatre pro­jets en open source ont vu le jour autour de l’adaptation du masque décath­lon à usage médi­cal. Ceux-ci vont de la créa­tion d’une pièce per­met­tant l'intégration de lunettes de vue jusqu’à une solu­tion d'interphonie filaire avec les sché­mas élec­tro­niques asso­ciés libres de droits (Figure 11).

    Tous les plans, réa­li­sés en open source, ou hyper col­la­bo­ra­tion, sont donc acces­sibles par­tout et par tous. Il s’agit là d’un exemple de concep­tion fru­gale de dis­po­si­tifs médicaux.

    Figure 11 : Déclinaisons du masque Décathlon en Open Source [29]

    3. Les enjeux de l'innovation frugale

    Pour com­prendre davan­tage les enjeux liés à l’innovation fru­gale, il est néces­saire avant tout de cer­ner les dif­fé­rents acteurs concer­nés par ce concept inno­vant. En effet, dans le sec­teur bio­mé­di­cal, on peut citer deux familles d’acteurs prin­ci­paux avec d’un côté les fabri­cants et de l’autre les exploi­tants, sans oublier les patients qui sont pla­cés au centre de ce trio, puisque les fabri­cants et exploi­tants tra­vaillent ensemble au ser­vice du patient (Figure 12).

    Figure 12 : Les acteurs [source : auteurs]

    3.1 Des enjeux économiques

    3.1.1 Pour les fabricants

    Pour dimi­nuer ses coûts de pro­duc­tion, une entre­prise doit dis­po­ser de res­sources fiables et dis­po­nibles. En adap­tant les concepts d’innovation fru­gale, le fabri­cant va pri­vi­lé­gier une res­source abon­dante et dis­po­nible qui ne para­ly­se­ra pas sa chaîne de pro­duc­tion [30].

    Une entre­prise qui sou­haite rem­por­ter des appels d’offres se doit d’intégrer une dimen­sion éco­lo­gique dans son pro­ces­sus de fabri­ca­tion et/ou de livrai­son et de main­te­nance. En effet, avec l’attribution d’un nombre de points pour le déve­lop­pe­ment durable dans un mar­ché public, une entre­prise qui pra­tique l’innovation fru­gale obtien­dra néces­sai­re­ment un meilleur score qui per­met­tra de se dis­tin­guer des autres concur­rents [31].

    L’effet per­vers étant qu’un dis­po­si­tif fru­gal par défi­ni­tion a voca­tion à se renou­ve­ler moins sou­vent avec le risque de dimi­nuer ses ventes. Le Fabri­cant peut ne pas être ten­té par l'innovation fru­gale et y pré­fé­rer l’obsolescence pro­gram­mée [32].

    L’entreprise pour­rait éga­le­ment entre­voir une aubaine finan­cière en sou­hai­tant conqué­rir un nou­veau mar­ché por­teur sans pour autant adhé­rer au concept, en se suf­fi­sant à faire du “fru­gal­wa­shing” (par ana­lo­gie au Green­wa­shing : éco­blan­chi­ment) [33].
    Que ça soit par convic­tion,  ou pour répondre à une néces­si­té de mar­ché, l'entreprise peut inté­grer l’innovation fru­gale pour aug­men­ter ses ventes qui répon­dront aux besoins des consom­ma­teurs com­men­çant à  deve­nir fru­gaux [34].

    3.1.2 Pour les exploitants

    Dans son exploi­ta­tion, une entre­prise, un éta­blis­se­ment de san­té, qu'il soit pri­vé ou public, doit tenir son budget. 

    Depuis les créa­tions des Grou­pe­ments Hos­pi­ta­liers de Ter­ri­toire (GHT), les éta­blis­se­ments qui en font par­tie doivent réa­li­ser des Gains d’achats, mais aus­si des gains d’exploitation expli­ci­tés sous formes de rap­ports annuels. 

    Dans les com­mandes publiques,  il est facile de géné­rer une éco­no­mie en aug­men­tant le volume, puisque le GHT com­mande pour tout le monde, ain­si on obtient géné­ra­le­ment un meilleur prix. (Exemple : 10 000 couches à 1€, 50 000 à 0.86€).

    Le dis­po­si­tif médi­cal étant un mar­ché spé­ci­fique, le gain sur le volume est sou­vent négligeable.Un dis­po­si­tif fru­gal par défi­ni­tion sera sou­vent moins cher à l’achat ou moins cher à l’exploitation voire les deux. Il y a donc un réel inté­rêt pour l’exploitant de se tour­ner vers un dis­po­si­tif fru­gal avec lequel il géné­re­ra très pro­ba­ble­ment des éco­no­mies non pas par le volume mais  en inves­tis­se­ment et en exploi­ta­tion [35]. Enfin, le dis­po­si­tif ayant voca­tion à durer plus long­temps, l’exploitant le rem­pla­ce­ra plus tard et géné­re­ra des éco­no­mies sur son bud­get  d'investissement. 

    3.2 Des enjeux sociaux

    La pan­dé­mie du Covid-19 a lit­té­ra­le­ment bou­le­ver­sé les habi­tudes des pro­fes­sion­nels, et les éta­blis­se­ments de san­té et entre­prises pri­vées ont été les pre­miers tou­chés et les pre­miers contraints à repen­ser leur façon de pro­cé­der dans le but d’être effi­caces pour venir en aide à un maxi­mum de patients. En effet, durant cette crise sani­taire, les patients ont cruel­le­ment man­qué de dis­po­si­tifs médi­caux et de consom­mables. Ain­si, un nombre consi­dé­rable d’initiatives ori­gi­nales ont pu voir le jour pour résoudre les problèmes.

    "La contrainte a boos­té l’innovation fru­gale"

    RADJOU, Navi. L'innovation fru­gale - Navi Rad­jou. 31 Juillet 2020. You­tube[34].

    En dehors de la crise, qui a mis en lumière l’innovation fru­gale, le prin­ci­pal enjeu pour le patient a tou­jours été et sera tou­jours la pré­oc­cu­pa­tion de sa santé. 

    Par consé­quent, le concept d’innovation fru­gal per­met­tra de four­nir plus faci­le­ment et plus rapi­de­ment un dis­po­si­tif médi­cal pour répondre aux besoins de san­té public. 

    Une approche fru­gale peut ain­si per­mettre d'effectuer de meilleurs soins en uti­li­sant le moins de res­sources pos­sibles pour les patients les plus gra­ve­ment malades [36]

    A titre d’exemple, la cou­veuse EMBRACE Nest a sau­vé près de 200 000 bébés pré­ma­tu­rés dans plus de 20 pays depuis 2008 [37].

    Figure 13 : La couveuse EMBRACE Nest [38]

    3.3 Des enjeux écologiques

    Dans un ave­nir incer­tain, tant sur le plan cli­ma­tique que socio-éco­no­mique,  la stra­té­gie des entre­prises en géné­ral, comme des éta­blis­se­ments de san­té, est d’évoluer de plus en plus rapi­de­ment sans oublier le res­pect de l'environnement (Figure 14). L’innovation fru­gale y repré­sente un véri­table levier en répon­dant effi­ca­ce­ment aux pro­blé­ma­tiques de coupe bud­gé­taire et d'optimisation des res­sources [39].

    Figure 14 : Le triptyque du développement durable [source : auteurs]

    Les enjeux de la concep­tion fru­gale répondent au trip­tyque du déve­lop­pe­ment durable. En effet, l’essence même de la fru­ga­li­té est la coexis­tence de ces dif­fé­rents enjeux. L'Organisation Mon­diale de la San­té (OMS) syn­thé­tise d’ailleurs ce triple enjeu sous la forme de 17 points cru­ciaux. Cette syn­thèse se charge de rap­pe­ler ces défis liés au déve­lop­pe­ment durable dans tous les pays, comme le cli­mat, la pau­vre­té, l’eau, l’énergie, etc, et par consé­quent, la tota­li­té de ces points cru­ciaux se retrouvent invrai­sem­bla­ble­ment liés à la concep­tion fru­gale qui sou­haite s’inscrire dans un envi­ron­ne­ment durable pour tous en rédui­sant le prin­cipe de sophis­ti­ca­tion. L’innovation fru­gale se veut res­pec­tueuse de l'environnement en pro­po­sant des pro­duits plus simples avec des pièces faci­le­ment récu­pé­rables pour pou­voir offrir une plus longue durée de vie au pro­duit.  Ces prin­cipes sont donc en par­faite har­mo­nie avec l’idée de pla­cer la concep­tion fru­gale au cœur d’une éco­no­mie circulaire. 

    Il est évident que la majo­ri­té des indi­ca­teurs alertent sur un réchauf­fe­ment pla­né­taire et une raré­fac­tion des res­sources. Ain­si, il devient plus que jamais néces­saire de les éco­no­mi­ser [40]. L'innovation fru­gale se veut donc éco­lo­gique, par­ti­cu­liè­re­ment si on la com­pare avec son équi­valent non frugal.

    Figure 15 : Des déchets électroniques dans une décharge africaine  [41]

    En France, depuis le 1er Jan­vier 2021,  l'affichage obli­ga­toire d’un indice de répa­ra­bi­li­té est ins­ti­tué par l’article 16-I de la loi n° 2020-105 du 10 février 2020 de lutte contre le gas­pillage et pour l’économie cir­cu­laire, pour les dis­po­si­tifs élec­tro­niques. Une note sur dix informe le consom­ma­teur de l’indice de répa­ra­bi­li­té des produits. 

    Ces cri­tères sen­si­bi­lisent les consom­ma­teurs en orien­tant leurs com­por­te­ments d’achat vers des pro­duits plus faci­le­ment réparables.

    Il consti­tue un outil fru­gal de lutte contre l’obsolescence pour évi­ter la mise au rebut des pro­duits et pré­ser­ver davan­tage les res­sources néces­saires à leur conception. 

    En 2024, la loi pré­voit que cet indice devient un indice de dura­bi­li­té avec notam­ment  des nou­veaux cri­tères de  fia­bi­li­té et de robus­tesse [42].

    4. Des exemples d'innovations et de dispositifs médicaux frugaux

    4.1 Les échecs d'innovations frugales

    4.1.1 La Tata mobile : des problèmes de fiabilité et de sécurité

    Figure 16 : Un voiture Tata Nano en train de brûler [43]

    En 2008, lors du 9ème salon indien de l’automobile, la Tata Nano sub­ju­gua la plu­part des obser­va­teurs du monde entier, en se pré­sen­tant comme un véhi­cule low tech à par­tir de 1500$. Annon­cée comme la nou­velle coc­ci­nelle, la voi­ture du peuple pré­cé­dait la révo­lu­tion fru­gale des véhi­cules, avec un prix d’appel de 1500$, bou­le­ver­sant le monde auto­mo­bile. Une phi­lo­so­phie « fru­gale » du véhi­cule fai­sant écho au suc­cès de DACIA.

    Ce petit prix est notam­ment ren­du pos­sible grâce à la réuti­li­sa­tion d’une majo­ri­té des pièces asso­ciées, à l’utilisation de pan­neaux en plas­tique pour gagner du poids et éga­le­ment grâce au moteur 2 cylindres qui se trouve être plus petit que pour cer­taines motos.

    Pour autant, dès sa sor­tie, le véhi­cule pré­sente des pro­blèmes de fia­bi­li­té en rai­son de nom­breux épi­sodes mar­quants de com­bus­tion spon­ta­née (Figure 16).

    Fina­le­ment, le suc­cès et l’engouement pour la Tata Nano se voit éphé­mère, puisque ce véhi­cule low-cost ne rem­porte pas la moindre étoile au crash test. Ce qui rend impos­sible la com­mer­cia­li­sa­tion de cette voi­ture dans l’Union Euro­péenne et les États-Unis. De plus, la tata Nano a mal­heu­reu­se­ment été for­te­ment asso­cié à une « voi­ture bon mar­ché », ce qui n’attire pas les consom­ma­teurs à faible reve­nu, qui sont mal­gré tout eux aus­si à la recherche d’un pro­duit de qua­li­té. Ain­si, la forte asso­cia­tion de la voi­ture au “véhi­cule du pauvre" n’a pas aidé à déve­lop­per les ventes [44], [45].

    Aujourd’hui on peut donc s'interroger quant à l'échec de la Tata Nano. Mal­gré ces quelques cri­tères qui répondent au prin­cipe de fru­ga­li­té, un dis­po­si­tif d’innovation fru­gale avec un faible coût n’est pas syno­nyme de réus­site, ni même une assu­rance en matière de sécu­ri­té (Figure 17).

    Figure 17 : Bilan de l’analyse de frugalité de la Tata Nano (source : auteurs)

    4.1.2 Le respirateur "Usine à gaz": des fonctions secondaires trop complexes

    Figure 18 : Le respirateur “Usine à Gaz”

    Il est dif­fi­cile d’obtenir des infor­ma­tions offi­cielles de cet échec com­mer­cial. Les infor­ma­tions sui­vantes pro­viennent de sources ano­nymes et d'expériences professionnelles.

    L'entreprise X décide de déve­lop­per un nou­veau res­pi­ra­teur « HIGH TECH » (Figure 18), un res­pi­ra­teur en appa­rence de CHU, acces­sible pour tous, avec des fonc­tion­na­li­tés révolutionnaires.

    Il avait de nom­breux points forts dont son auto­no­mie qui repré­sente un véri­table gain de temps pour les anes­thé­sistes qui n’avaient désor­mais plus besoin d’intervenir sur cer­tains réglages de para­mètres, puisque ceux-ci avaient la capa­ci­té de se modi­fier et s’ajuster auto­ma­ti­que­ment. Ce res­pi­ra­teur était aus­si très poly­va­lent et pos­sé­dait de nom­breuses fonc­tions capables d’améliorer la prise en charge du patient, notam­ment grâce à une admi­nis­tra­tion médi­ca­men­teuse opti­mi­sée qui évi­tait les sur­doses et réveils com­pli­qués après l’intervention (Figure 19).

    De plus, ce pro­duit se sou­ciait éga­le­ment de l’empreinte éco­lo­gique en dimi­nuant l’émission de gaz à effet de serre des agents halo­gé­nés. Par ailleurs, les consom­ma­tions en agent anes­thé­sique et oxy­gène étaient lar­ge­ment dimi­nuées ce qui per­met­tait de réduire le coût uni­taire des pro­cé­dures d’anesthésie. Mal­gré tout cela, le dis­po­si­tif en lui-même était très chère, envi­ron le double du prix des concur­rents (Figure 19).

    En dépit de ces avan­tages cer­tains, ce dis­po­si­tif médi­cal a très vite eu une mau­vaise répu­ta­tion. Les ingé­nieurs d’applications res­taient en moyenne deux fois plus long­temps pour for­mer les uti­li­sa­teurs.  Si bien que l’entreprise X face à cet échec com­mer­cial a fait rapi­de­ment évo­luer son res­pi­ra­teur en pré­sen­tant une ver­sion moins auto­ma­ti­sée, moins chère et beau­coup moins complexe.

    Aujourd’hui, avec une prise de recul suf­fi­sante, on peut pen­ser que ce dis­po­si­tif était à prio­ri sans aucun doute inno­vant, peut-être même en avance sur son temps, pour autant, ce res­pi­ra­teur ne sem­blait pas répondre aux besoins de l’anesthésiste et son uti­li­sa­tion n’était pas intui­tive. Fina­le­ment, après cet échec, les besoins ont été pris en compte sur une nou­velle ver­sion du res­pi­ra­teur « usine à gaz », le concep­teur a pro­po­sé une inter­face plus intui­tive, sup­pri­mé des fonc­tions non essen­tielles et dimi­nué son prix, ain­si le dis­po­si­tif médi­cal est deve­nu un suc­cès com­mer­cial dans toute l’Europe.

    Figure 19 : Bilan de l’analyse de frugalité du respirateur "usine à gaz" (source : auteurs)

    4.2 Les succèes d'innovations frugales

    4.2.1 La voiture Logan : des pièces réutilisées et un besoin identifié

    Figure 20 : La voiture Logan de Dacia [46]

    “L’épopée” com­mence en 1995, avec une idée de concept de voi­ture fru­gale (Figure 20). Un des pre­miers véhi­cules de cet époque sym­bo­li­sant cette inno­va­tion majeure est la Logan, fon­dée sur une stra­té­gie de rup­ture qui contri­bue encore aujourd’hui lar­ge­ment au suc­cès du groupe. Renault s’est lan­cée dans cette aven­ture affron­tant les obs­tacles et les sur­prises qui l’ont jalon­née pour deve­nir un suc­cès. Pour par­ve­nir à la construc­tion de ce pro­duit, Renault a réuni une équipe de desi­gners fran­çais, qui avaient le sens du desi­gn haute gamme, et des ingé­nieur rou­mains, qui eux étaient sou­cieux des coûts.

    La Logan a sur­mon­té les pro­blé­ma­tiques indus­trielles, éco­no­miques, géo­po­li­tiques et sociales de por­tée géné­rale, qui concernent l’industrie auto­mo­bile mais aus­si l’ensemble de nos orga­ni­sa­tions économiques.

    Dacia a mis en lumière une voie alter­na­tive en matière d’offre de com­mer­cia­li­sa­tion et sur­tout de modèle rap­pe­lant sur beau­coup de points les prin­cipes de l’innovation fru­gale. Dacia est un suc­cès, tout d'abord pour son faible coût (6000$), mais pas uniquement.

    La stra­té­gie de Renault de réuti­li­ser les pièces et acces­soires des modèles plus anciens qui ont fait leurs preuves, par­ti­cipe gran­de­ment à la fia­bi­li­té de la Logan. Les ingé­nieurs ont fait le choix de réduire le nombre total des pièces en choi­sis­sant par exemple de faire un tableau de bord mou­lé d’une seule pièce, afin de limi­ter l’utilisation de matières pre­mières et de faci­li­ter l’assemblage des pièces.

    La voi­ture pos­sède une durée de vie supé­rieure, n’a pas beau­coup de dys­fonc­tion­ne­ment et uti­lise des pièces que l’on peut faci­le­ment retrou­ver par­tout. Le coût d'entretien, avec la main d'œuvre com­prise, est éga­le­ment lar­ge­ment dimi­nué aujourd’hui encore en rap­port aux autres marques (Figure 21) [46], [47].

    Ain­si, cette voi­ture ne pos­sède ni gad­get ni d’électronique embar­quée et répond par­fai­te­ment aux besoins de mul­tiples consom­ma­teurs, qui ne sou­haitent qu’un véhi­cule simple et sécu­ri­sé, sans arti­fices, pour pou­voir se dépla­cer. Tous ces avan­tages font de la Logan, une voi­ture simple, peu coû­teuse et faci­le­ment répa­rable. La Logan, qui au départ était à des­ti­na­tion des pays à faibles reve­nus, a fina­le­ment séduit plus d’un consom­ma­teur Euro­péen (Figure 22).

    Figure 21 : Comparaison des tarifs de la main-d'œuvre en fonction du véhicule [47].
    Figure 22 : Bilan des critères de réussite de frugalité issus de la voiture Logan (source : auteurs)

    4.2.2 Embrace : un besoin essentiel et une population ciblée

    L’incubateur Embrace a été conçu et pen­sé par un groupe d’étudiants de l’université de Stan­ford lors d’un cours dédié à la concep­tion de pro­duits acces­sibles à des per­sonnes ne pou­vant pas dépen­ser plus de 1$ par jour. Ces étu­diants ont choi­si de répondre à une pro­blé­ma­tique majeure de san­té publique, qui concerne la nais­sance d’enfants pré­ma­tu­rés. En effet, la pré­ma­tu­ri­té est un phé­no­mène qui touche tous les pays, avec près de 15 mil­lions de bébés pré­ma­tu­rés qui naissent chaque année [48]

    Cepen­dant, ces nais­sances pré­ma­tu­rées sont répar­ties de manière très inégales puisque les pays en voie de déve­lop­pe­ment res­tent fina­le­ment les pre­miers concer­nés par cette pro­blé­ma­tique, avec un taux de mor­ta­li­té bien plus éle­vé : plus de 90% des pré­ma­tu­rés nés dans un pays à faible reve­nu (comme l’Inde) décèdent dès leurs pre­miers jours de vie sou­vent en rai­son d’une hypo­ther­mie, contre moins de 10% dans des pays à reve­nu éle­vé [48].

    Les étu­diants de Stan­ford ont alors pen­sé en pre­mier lieu à conce­voir une cou­veuse plus légère et plus acces­sible en termes de prix. Or, c’est lors d’un voyage au Népal et après avoir lon­gue­ment dis­cu­té avec la popu­la­tion et les méde­cins que les étu­diants ont pu réel­le­ment défi­nir les uti­li­sa­teurs finaux et les contraintes asso­ciées à cette inno­va­tion. Ils se sont ain­si ren­du compte que les hôpi­taux ne man­quaient pas néces­sai­re­ment d’incubateurs dans leur ser­vice, mais qu’ils se trou­vaient pour­tant tous vides, en rai­son notam­ment d’un manque de tech­ni­ciens qua­li­fiés pour répa­rer ces dis­po­si­tifs. Leur pre­mier pro­to­type ne cor­res­pon­dait fina­le­ment pas aux besoins de la popu­la­tion puisque la plu­part des nais­sances, en Inde, se font dans des zones rurales ou une grande par­tie de la popu­la­tion n’a ni accès aux trans­ports, ni à l'électricité, ce qui rend les dépla­ce­ments jusqu’à l’hôpital très com­pli­qués. Les étu­diants ont alors chan­gé de point de vue et ont déci­dé de pla­cer la mère au centre des besoins en créant un incu­ba­teur à usage domes­tique, capable de fonc­tion­ner sans élec­tri­ci­té, faci­le­ment trans­por­table et bien sûr éga­le­ment peu coû­teux. Et tout cela dans le but de gar­der le bébé au chaud dans des zones rurales suf­fi­sam­ment long­temps pour que celui-ci puisse être trans­por­té jusqu’à l’hôpital [37].

    Cet incu­ba­teur, appe­lé Embrace, res­semble à un mini sac de cou­chage équi­pé d’une poche de maté­riau à chan­ge­ment de phase (la paraf­fine) capable de main­te­nir une tem­pé­ra­ture de 37°C suf­fi­sam­ment long­temps (jusqu’à 4h). Ce maté­riau peut ensuite être plon­gé dans une cas­se­role d’eau bouillante pour pou­voir être réchauf­fé et réuti­li­sé [37]

    Embrace ras­semble donc de nom­breux cri­tères essen­tiels pour la mise en œuvre des bonnes pra­tiques d’une concep­tion fru­gale (Figure 23). Il répond à un besoin essen­tiel en ayant ciblé par­fai­te­ment l’utilisateur final et ses contraintes exis­tantes (notam­ment l'électricité). Il est éga­le­ment beau­coup plus intui­tif à uti­li­ser que les incu­ba­teurs tra­di­tion­nels et s'associe par­fai­te­ment avec la démarche de soins kan­gou­rou pré­co­ni­sée pour le soin des pré­ma­tu­rés. De plus, son coût repré­sente seule­ment 1% du prix d’une cou­veuse tra­di­tion­nelle (20 000$ pour un incu­ba­teur tra­di­tion­nel contre 25$ pour l'incubateur Embrace). Cet incu­ba­teur a déjà sau­vé plus de 350 000 vies depuis 2011, l’année où le pro­duit est lan­cé, avec l’ambition d’atteindre le mil­lion d’ici 2026 [49]

    Figure 23 : Bilan des critères de réussite de frugalité issus de l’incubateur Embrace (source : auteurs)

    4.2.3 Le lanceur réutilisable Falcon 9 de SpaceX

    Il est dif­fi­cile d'imaginer que Fal­con 9, le lan­ceur à 62 Mil­lions de Dol­lars de la socié­té Spa­ceX soit une inno­va­tion fru­gale (Figure 24).

    Pour­tant, mal­gré son coût, la socié­té d’Elon Musk a bien créé une “fusée réuti­li­sable'' répon­dant par­fai­te­ment aux besoins de la Nasa à savoir un lan­ceur per­met­tant d'abaisser for­te­ment le prix des mises en orbite grâce à des coûts de fabri­ca­tion modé­rée, et à la récu­pé­ra­tion et la réuti­li­sa­tion des étages de sa fusée.

    Cet exemple illustre le fait que le prin­ci­pal cri­tère d'innovation fru­gale est bien de créer dans les contraintes un dis­po­si­tif répon­dant aux besoins.

    On peut donc voir dans cet exemple que le prix de concep­tion n’est qu’une consé­quence et qu’il ne doit pas for­cé­ment être minime pour être frugal.

    Figure 24 : Atterissage en “Suicide Burn” du lanceur Falcon

    Le lan­ceur tombe le plus vite pos­sible et déclenche au der­nier moment sa com­bus­tion “sui­cide burn” avec juste la quan­ti­té de car­bu­rant dont il a besoin, si bien qu’une fois que le dis­po­si­tif est posé, “il n’y a plus une goutte” de car­bu­rant [50]–[52].

    Le lan­ceur Fal­con 9 repré­sente donc un véri­table défi d’innovation fru­gale, que Space X a par­fai­te­ment su rele­ver en four­nis­sant une fusée réuti­li­sable mal­gré un envi­ron­ne­ment de contraintes impor­tant (Figure 25).

    Figure 25 : Bilan des critères de réussite de frugalité issus du lanceur Falcon 9 (source : auteur)

    4.3 Le M.U.R, un exemple en demi-teinte : un travail collaboratif et une production simple, mais des techniques essentielles manquées 

    Récem­ment, un pro­jet col­la­bo­ra­tif du nom de MUR - Mini­mal Uni­ver­sal Res­pi­ra­tor a pu voir le jour (Figure 26). Ce pro­jet a débu­té dans l’urgence de la pan­dé­mie du Covid avec le besoin impor­tant en termes de res­pi­ra­teur arti­fi­ciel. Le but de ce pro­jet est de déve­lop­per un res­pi­ra­teur pou­vant être pro­duit faci­le­ment, à bas coût et deman­dant un faible niveau de for­ma­tion pour les uti­li­sa­teurs. Pour cela, le pro­to­type est consti­tué de boi­tiers de contrôle phy­sique, d’un cap­teur baro­mé­trique, de filtres à char­bon, de valves impri­mées en 3D et d’une carte élec­tro­nique. Ce dis­po­si­tif per­met de répondre au besoin immé­diat tout en pre­nant en compte les contraintes liées au manque de matériel.

    Ce sont tous ces dif­fé­rents para­mètres qui per­mettent de carac­té­ri­ser ce dis­po­si­tif médi­cal comme fru­gal. Ce res­pi­ra­teur met aus­si en évi­dence l’avantage de l’open source qui apporte un enga­ge­ment et une trans­dis­ci­pli­na­ri­té dans le déve­lop­pe­ment d’un pro­duit fru­gal (Figure 28).

    Figure 26 : Respirateur M.U.R. - Minimal Universal Respirator

    Au pre­mier abord, ce pro­jet repré­sente un exemple de fru­ga­li­té. Cepen­dant, après avoir dis­cu­té avec un pro­fes­sion­nel de la réani­ma­tion, ce pro­duit serait peu utile car n’ayant pas les carac­té­ris­tiques tech­niques essen­tielles atten­dues par un res­pi­ra­teur. Mal­gré le manque d’investigation sur ce DM, cet exemple montre l’importance de défi­nir les fonc­tions essen­tielles en répon­dant aux besoins. Des concepts comme la low tech ou le low cost doivent être une consé­quence de la fru­ga­li­té et non une fina­li­té [53], [54].

    Ce constat concer­nant le M.U.R fait d’ailleurs l’objet d’une mise à jour du dis­po­si­tif de manière à répondre à l’ensemble des besoins expri­més. En effet, une mise à jour est à l’étude avec un réel réglage de la PEP (pres­sion expi­ra­toire positive).

    Figure 27 : Vers une nouvelle version du M.U.R [53]

    Figure 28 : Bilan de l’analyse de frugalité du M.U.R (source : auteurs)

    4.4 Présentation des critères extraits des exemples qui caractérisent la frugalité

    Après avoir pris le temps d’analyser et de détailler chaque inno­va­tion, il était néces­saire de réper­to­rier tous nos cri­tères de réus­site dans un tableau afin d’évaluer leur per­ti­nence (Figure 29). Pour cela, il s’agit d'attribuer une cou­leur repré­sen­ta­tive du res­pect ou non-res­pect des items : une pas­tille verte signi­fie que l’item est res­pec­té, une pas­tille orange indique que le cri­tère est par­tiel­le­ment res­pec­té, tan­dis qu’une croix signi­fie un non-res­pect total de l’item. Ce tableau met fina­le­ment en avant l’ensemble des dif­fé­rents cri­tères aux­quels répondent cha­cun de nos exemples illus­trés précédemment.

    Figure 29 : Evaluation des critères de réussite de la frugalité (source : auteurs)

    Grâce à cette ana­lyse, on remarque que l’incubateur Embrace répond de manière signi­fi­ca­tive à l’ensemble de ces cri­tères de réus­site. A contra­rio, le res­pi­ra­teur “usine à gaz”, qui est un contre-exemple de la fru­ga­li­té, ne répond qu’à très peu d’items. Ce tableau de syn­thèse per­met ain­si de confir­mer que nos cri­tères de réus­site sélec­tion­nés sont bien repré­sen­ta­tifs d’une concep­tion fru­gale. C’est notam­ment grâce à l’exploitation de ce tableau qu’a été construit l’autodiagnostic Excel, expli­qué dans les par­ties ci-des­sous. L’autodiagnostic per­met­tra d’être davan­tage pré­cis, et de four­nir un véri­table score de fru­ga­li­té afin d’être en mesure de com­pa­rer de manière quan­ti­ta­tive les dif­fé­rents exemples.

    5. Proposition d’un outil de détermination de l’indice de frugalité

    5.1 Le choix de l’outil

    L’analyse des dif­fé­rents exemples pré­cé­dem­ment décrits ont per­mis de déga­ger des cri­tères per­ti­nents, per­met­tant ain­si, l'élaboration d’un outil d’autodiagnostic (Annexe 2) pre­nant la forme d’un tableau Excel. Ce choix a été effec­tué afin de per­mettre un accès rapide, depuis dif­fé­rentes pla­te­formes, met­tant en exergue les résul­tats sous forme de graphe radar.

    L’autodiagnostic est un outil qui pro­cure de nom­breux avan­tages, dont celui de faci­li­ter la visua­li­sa­tion et la com­mu­ni­ca­tion. En effet, cet outil va per­mettre d’amorcer le dia­logue entre les dif­fé­rents acteurs et de mettre en place un véri­table tra­vail col­la­bo­ra­tif pour pou­voir éta­blir des plans d’action néces­saires à l'issue de cette évaluation.

    L’objectif prin­ci­pal de cet outil est donc de mesu­rer un indice de fru­ga­li­té en iden­ti­fiant les points forts et les points faibles de la phase de concep­tion (le cas échéant) d’un dis­po­si­tif médi­cal. Il per­met­tra ain­si de four­nir un score de fru­ga­li­té (tel qu’un nutri-score) que les fabri­cants pour­ront asso­cier à leur dis­po­si­tif médical.

    Cet outil d’autodiagnostic s’adresse en par­ti­cu­lier à toutes les entre­prises qui sou­haitent conce­voir ou éva­luer un dis­po­si­tif médi­cal fru­gal afin de déga­ger les points cri­tiques à amé­lio­rer. Mais il s’adresse éga­le­ment, dans une moindre mesure, aux exploi­tants, qui pour­ront se ser­vir de ce score de fru­ga­li­té dans la rédac­tion de leurs appels d'offres par exemple.

    5.2 L’organisation de l’outil

    5.2.1 Le PDF interactif

    Dans un pre­mier temps, pour accom­pa­gner l’outil d’autodiagnostic, il était per­ti­nent de four­nir un docu­ment per­met­tant de rap­pe­ler les notions néces­saires asso­ciées au prin­cipe de l’innovation fru­gale. Le for­mat PDF étant popu­laire, simple et géné­ra­li­sé à tous les ordi­na­teurs, c’est tout natu­rel­le­ment et logi­que­ment qu’il sem­blait plus judi­cieux de tra­vailler avec cet outil pour incar­ner notre concept de frugalité.

    • A qui s’adresse le PDF interactif ?

    Le PDF s’adresse avant tout au fabri­cant mais aus­si à l’exploitant. Ce docu­ment est un guide pour qui compte sou­haite savoir si le dis­po­si­tif médi­cal qu’il a en face de lui ou qu’il a ima­gi­né est frugal.

    • A quel moment ?

    Le docu­ment fonc­tionne à tout moment du cycle de vie du dis­po­si­tif médi­cal, de la concep­tion à la réforme ou déclas­se­ment. Évi­dem­ment, le résul­tat sera évo­lu­tif en fonc­tion de la période, des infor­ma­tions plus pré­cises seront dis­po­nibles par exemple pour un dis­po­si­tif médi­cal en exploi­ta­tion alors qu’elles ne seront qu’imagées ou anti­ci­pées lors de sa fabrication.

    • Pour­quoi ?

    On sou­haite savoir si notre dis­po­si­tif médi­cal répond aux cri­tères de réus­site de l’innovation frugale.

    • Dans quel but ?

    Pour un fabri­cant, il peut y avoir un inté­rêt com­mer­cial pour le mar­ke­ting "fru­gal washing" et ain­si pro­fi­ter “d’un nou­veau mar­ché” pour vendre davan­tage. Le but peut être aus­si dans un sou­ci per­son­nel ou ins­ti­tu­tion­nel de vou­loir s'engager davan­tage dans une démarche de déve­lop­pe­ment durable.

    5.2.2 L'autodiagnostic

    Concer­nant, l’outil en lui-même, l’autodiagnostic a été conçu grâce aux dif­fé­rents cri­tères de réus­site qui ont été réper­to­riés (Figure 30). Par­mi ces cri­tères, on a fait le choix de dif­fé­ren­cier les besoins et les contraintes.

    Figure 30 : Récapitulatif des critères de réussite d'un dispositif médical frugal (source : auteurs)

    C’est notam­ment suite aux dif­fé­rents entre­tiens avec des pro­fes­sion­nels, qu’il a été choi­si de dif­fé­ren­cier le cri­tère “besoin” du cri­tère “contrainte”. En effet, le besoin se démarque comme étant le cri­tère fon­da­men­tal dans la concep­tion d’un dis­po­si­tif médi­cal, puisqu’il per­met avant tout de cibler l’utilisateur spé­ci­fique et de se foca­li­ser sur l’essentiel en autant le super­flus grâce à une col­la­bo­ra­tion effi­cace entre l’ensemble des par­ties pre­nantes. Cette pre­mière phase d’évaluation évo­lue ensuite dans un envi­ron­ne­ment de contraintes, où un cer­tain nombre de cri­tères per­mettent d’évaluer la per­ti­nence en termes de frugalité. 

    Ain­si, l’outil se pré­sente comme une grille d’évaluation consti­tuée de : 5 items carac­té­ri­sant le besoin et de 34 items pour illus­trer toutes les contraintes citées préa­la­ble­ment (Figure 30). L’utilisateur de l’outil choi­si­ra par­mi une liste dérou­lante, la réponse aux dif­fé­rents cri­tères d’évaluation, abou­tis­sant à un pour­cen­tage repré­sen­tant un score de frugalité. 

    5.3 Les exemples testés avec l’outil d’autodiagnostic

    Après la réa­li­sa­tion de l’autodiagnostic, il était néces­saire de véri­fier la per­ti­nence de l'outil en tes­tant cha­cun de nos exemples. Chaque exemple a donc été étu­dié à tra­vers l'outil par cha­cun des membres du groupe avant d'effectuer une moyenne (Figure 31). Il est à noter que l’outil est réa­li­sé pour les dis­po­si­tifs médi­caux et que l’étude d’innovations en dehors de ce domaine doit être vue à titre indicatif.

    Figure 31 : Résultats de l'autodiagnostic sur chacun des exemples étudiés

    Grâce à ce score de fru­ga­li­té, l’outil rend ain­si pos­sible une com­pa­rai­son quan­ti­ta­tive. Embrace, qui répond à l’ensemble des contraintes et satis­fait un besoin pri­maire, se dis­tingue des autres exemples en affi­chant un score de 88% (Figure 32). En oppo­si­tion, le res­pi­ra­teur “usine à gaz” pro­pose un pour­cen­tage de fru­ga­li­té de 29% (Figure 33), ce qui est lar­ge­ment infé­rieur à l’ensemble de nos résul­tats. Cette ana­lyse quan­ti­ta­tive, issue de l'autodiagnostic, est donc en adé­qua­tion avec les résul­tats obte­nus dans le tableau de syn­thèse (Figure 29).

    Figure 32 : Graphe Radar d’Embrace  (source : auteurs)
    Figure 33 : Graphe Radar du respirateur “usine à gaz” (source : auteurs)

    Cepen­dant, cer­tains des résul­tats obte­nus res­tent rela­ti­ve­ment proches. Pour cela, il convient d’établir un seuil de fru­ga­li­té : un score de fru­ga­li­té infé­rieur à 50% indique que le DM ne cor­res­pond pas à une inno­va­tion fru­gale. Fina­le­ment, l’autodiagnostic per­met d’affirmer que la tata Nano et le res­pi­ra­teur sont bien des échecs. Tan­dis que la voi­ture Logan, l’incubateur Embrace, et le Fal­con 9 sont bien des réus­sites d’innovation fru­gale.  En revanche, le M.U.R obtient un résul­tat moyen de 74% (figure 31), ce qui est bien au-des­sus du seuil de suc­cès esti­mé à 50%.

    Néan­moins, le M.U.R est décrit comme un échec par un cer­tain nombre de pro­fes­sion­nels de la san­té. Cet échec s’explique par le fait que les besoins n’ont pas été clai­re­ment iden­ti­fiés. En effet, outre le manque de sécu­ri­té du dis­po­si­tif, la fonc­tion PEP, pour­tant essen­tielle, n’est pas réa­li­sable avec le M.U.R pre­mière édition.

    Il est donc pri­mor­dial de suivre la che­ck­list de l’outils (feuille “Besoin”), avec la plus grande pré­ci­sion et ce, de manière col­lé­giale, puisque même si le M.U.R se pré­sente de prime abord comme un dis­po­si­tif médi­cal fru­gal qui prend en consi­dé­ra­tion de nom­breuses contraintes, il n’en reste pas moins qu’il ne répond pas au cri­tère pri­mor­dial : LE BESOIN.

    De plus, il est bon de rap­pe­ler éga­le­ment que l’outil mis en place a été réa­li­sé pour éva­luer seule­ment la fru­ga­li­té des dis­po­si­tifs médi­caux. Par consé­quent, l’analyse concer­nant le Fal­con 9 reste à titre indi­ca­tif et per­met sim­ple­ment de mon­trer que le coût n’est qu’une consé­quence et non un cri­tère fon­da­men­tal. Le prin­cipe de fru­ga­li­té est donc bien à dis­tin­guer du modèle “low-tech”.

    5.4 Les limites et améliorations de l’outil

    Comme tout outil, il pré­sente éga­le­ment quelques limites à son uti­li­sa­tion. En effet, l’innovation fru­gale reste par­ti­cu­liè­re­ment dif­fi­cile à défi­nir ce qui sous-entend une cer­taine sub­jec­ti­vi­té dans les réponses, la pon­dé­ra­tion et le choix des cri­tères utilisés.

    De plus, cer­tains cri­tères demandent une exper­tise tech­nique qui per­met­trait de tendre en faveur de résul­tats quan­ti­ta­tifs et non plus qua­li­ta­tifs, pour appor­ter ain­si davan­tage de robus­tesse à nos éléments.

    En rai­son de ces limites, cer­taines pistes d’améliorations pour­raient être envi­sa­gées, notam­ment le fait de recou­rir à d’autres exemples et contre-exemples pour vali­der la pon­dé­ra­tion de nos cri­tères et obte­nir un indice de fru­ga­li­té plus repré­sen­ta­tif (Figure 34).

    Figure 34 : Limites et améliorations envisagées de l’outil (source : auteurs)

    6. Conclusion

    La fru­ga­li­té est un concept com­plexe, par­ti­cu­liè­re­ment sub­jec­tif. C’est avant tout un état d’esprit, qui béné­fi­cie sou­vent d’une image péjo­ra­tive “low tech” et pas cher qu’il conve­nait de démentir.

    En défi­ni­tive, il s’agit plu­tôt de se foca­li­ser sur la réponse aux besoins, en éva­luant l'environnement de contraintes auquel est sou­mis l’innovation. Ain­si, le prix n'est fina­le­ment qu'une conséquence. 

    Dans le domaine des dis­po­si­tifs médi­caux, l’innovation est rare­ment fru­gale mais plu­tôt accès sur de nou­velles options, à la recherche constante d’améliorations et de fonc­tions super­flues pour se démar­quer de leurs concurrents.

    Pour autant, le contexte actuel a mis en évi­dence la néces­si­té de se tour­ner vers des dis­po­si­tifs médi­caux plus fru­gaux, per­met­tant un accès aux soins à tous les patients.

    L’innovation fru­gale per­met ain­si un retour aux fon­da­men­taux en s’affranchissant sou­vent de l’aspect mar­ke­ting. L’avenir appa­raît ain­si plus pro­pice au déve­lop­pe­ment de ces concepts, qui ôte­ront le super­flu pour ne gar­der que l'essentiel.

    7. Annexes

    Annexe 1 : Les 6 principes de la frugalité selon Navi Radjou : 

    Selon Navi Rad­jou, l’innovation fru­gale doit répondre à six prin­cipes fon­da­men­taux. En effet, en plus de l’étude des exemples, ses six prin­cipes vont ain­si nous per­mettre de déga­ger les cri­tères de réus­site de la concep­tion fru­gale d’un dis­po­si­tif médical.

    1. Enga­ger et ité­rer : ce prin­cipe fait réfé­rence au fait d’agir et de pen­ser de façon flexible, en s’efforçant de pla­cer l’utilisateur, le patient au centre de l’innovation pour cibler son besoin spé­ci­fique et ne pas s’intéresser seule­ment au pro­duit final. C’est une inno­va­tion qui doit se foca­li­ser autour du point de vue du client, du patient. 
    2. Flexi­bi­li­ser et opti­mi­ser toutes les res­sources : opter pour une méthode agile en for­mant des équipes poly­va­lentes et auto­nomes, tout en fai­sant des choix stra­té­giques pour éco­no­mi­ser les ressources.
    3. Régé­né­rer les gens, les lieux et la pla­nète : il est néces­saire d’imaginer des solu­tions durables, en valo­ri­sant une éco-concep­tion. Il peut s’agir de pro­duits bio­mi­mé­tiques ou recyclables.
    4. Façon­ner les com­por­te­ments des clients : un prin­cipe qui appa­raît comme para­doxal avec la phi­lo­so­phie Jugaad, puisque l’innovation se foca­lise seule­ment sur un besoin essen­tiel. Cepen­dant, l’innovation fru­gale doit cher­cher aus­si à façon­ner le com­por­te­ment du client, en ren­dant le pro­duit simple d’utilisation et en le trans­for­mant à la fois en pro­duit agréable.
    5. Co créer de la valeur avec les consom­ma­teurs acteurs : ce prin­cipe repose sur l’hypothèse que de nom­breux clients sou­haitent être de véri­tables acteurs et par­ti­ci­per à la concep­tion, la pro­duc­tion et à la dis­tri­bu­tion de cer­tains pro­duits ou ser­vices. Les clients deviennent à la fois consom­ma­teurs et pro­duc­teurs, ou “consom’acteurs”. 
    6. Hyper col­la­bo­rer : aller à la ren­contre directe de la popu­la­tion concer­née et des méde­cins pour cer­ner davan­tage le besoin et les contraintes. Ce prin­cipe vise à étendre le plus pos­sible l’application de cette inno­va­tion et de la rendre accessible.
    Annexe 2 : L’autodiagnostic [source : auteurs]

    Bibliographie

    [1]    « Report of Apollo 13 Review Board », NASA, 1970. Consulté le : oct. 19, 2021. [En ligne]. Disponible sur : https://history.nasa.gov/afj/ap13fj/pdf/report-of-a13-review-board-19700615-19700076776.pdf

    [2]    J. G. March et H. A. Simon, Organizations, 2. ed., Repr. Cambridge, Mass.: Blackwell Business, 1995.

    [3]    Y. Bhatti, « What ihttps://doi.org/10.2139/ssrn.2005910s Frugal, What is Innovation ? Towards a Theory of Frugal Innovation », SSRN Electron. J., févr. 2012, doi : https://doi.org/10.2139/ssrn.2005910.

    [4]    J. Cabtree, « More with less », Financial Times, mai 18, 2012. Consulté le : oct. 19, 2021. [En ligne]. Disponible sur : https://www.ft.com/content/d5612fac-960f-11e1-a6a0-00144feab49a

    [5]    Y. A. Bhatti et M. Ventresca, « How Can ‘Frugal Innovation’ Be Conceptualized ? », SSRN Electron. J., 2013, doi : https://doi.org/10.2139/ssrn.2203552.

    [6]    N. Radjou, J. Prabhu, S. Ahuja, et J. C. Prabhu, Jugaad innovation : think frugal, be flexible, generate breakthrough growth, 1. ed. San Francisco, Calif : Jossey-Bass, 2012.

    [7]    A. Woolridge, « The world turned upside down », The Economist, avr. 17, 2010. Consulté le : oct. 18, 2021. [En ligne]. Disponible sur : https://www.economist.com/special-report/2010/04/17/the-world-turned-upside-down

    [8]    G. George, A. M. McGahan, et J. Prabhu, « Innovation for Inclusive Growth : Towards a Theoretical Framework and a Research Agenda : Innovation for Inclusive Growth », J. Manag. Stud., vol. 49, no 4, p. 661‑683, juin 2012, doi : https://doi.org/10.1111/j.1467-6486.2012.01048.x.

    [9]    R. Ramamurti, « Competing with emerging market multinationals », Bus. Horiz., vol. 55, no 3, p. 241‑249, mai 2012, doi : https://doi.org/10.1016/j.bushor.2012.01.001.

    [10]    T. Weyrauch et C. Herstatt, « What is frugal innovation ? Three defining criteria », J. Frugal Innov., vol. 2, no 1, p. 1, déc. 2016, doi : https://doi.org/10.1186/s40669-016-0005-y.

    [11]    M. Hossain, « Frugal innovation : Conception, development, diffusion, and outcome », J. Clean. Prod., vol. 262, p. 121456, juill. 2020, doi : https://doi.org/10.1016/j.jclepro.2020.121456.

    [12]    « MedTech Europe’s Facts and Figures 2020 », MedTech Europe, mai 20, 2020. https://www.medtecheurope.org/resource-library/medtech-europes-facts-and-figures-2020/ (consulté le oct. 19, 2021).

    [13]    « Les dispositifs médicaux aux États-Unis », Business France, 2020. https://www.businessfrance.fr/les-dispositifs-medicaux-aux-etats-unis (consulté le oct. 19, 2021).

    [14]    S. Chakravarty, « Resource constrained innovation in a technology intensive sector : Frugal medical devices from manufacturing firms in South Africa », Technovation, p. 102397, oct. 2021, doi : https://doi.org/10.1016/j.technovation.2021.102397.

    [15]    « Orange Bank, la banque sur mobile ouverte à tous », Orange Bank, 2020. https://orangebank.ci/ (consulté le nov. 06, 2021).

    [16]    A. Mekobibliontso Dessap, « Frugal innovation for critical care », Intensive Care Med., vol. 45, no 2, p. 252‑254, févr. 2019, doi : https://doi.org/10.1007/s00134-018-5391-6.

    [17]    G. Carteaux et al., « Continuous positive airway pressure for respiratory support during COVID-19 pandemic : a frugal approach from bench to bedside », Ann. Intensive Care, vol. 11, no 1, p. 38, mars 2021, doi : https://doi.org/10.1186/s13613-021-00828-2.

    [18]    G. Satell, Mapping innovation : a playbook for navigating a disruptive age. New York : McGraw-Hill, 2017.

    [19]    « Liste des types d’innovations possibles. », Digital Corsaire, avr. 30, 2018. https://www.digitalcorsaire.com/formes-innovations/ (consulté le nov. 06, 2021).

    [20]    V.-T. Tran, P. Ravaud, et E. Diard, « Frugal Innovation in Medicine », Frugal Innovation in Medicine. http://frugal-innovation-medicine.com/index.php

    [21]    « Emerging economies drive frugal innovation », Bull. World Health Organ., vol. 91, no 1, p. 6‑7, janv. 2013, doi : https://doi.org/10.2471/BLT.13.020113.

    [22]    « Ge Healthcare Lullaby Warmer », indiamart.com. https://www.indiamart.com/proddetail/ge-healthcare-lullaby-warmer-16619100412.html (consulté le oct. 19, 2021).

    [23]    V.-T. Tran et P. Ravaud, « Frugal innovation in medicine for low resource settings », BMC Med., vol. 14, no 1, p. 102, juill. 2016, doi : https://doi.org/10.1186/s12916-016-0651-1.

    [24]    G. Promé, « L’impression 3D utilisée pour le médical », Qualitiso, févr. 05, 2018. https://www.qualitiso.com/impression-3d-dispositif-medical/ (consulté le oct. 19, 2021).

    [25]    « Coronavirus : les masques de plongée Decathlon au service des hôpitaux », parismatch.com, mars 31, 2020. https://www.parismatch.com/Actu/Sante/Coronavirus-les-masques-de-plongee-Decathlon-au-service-des-hopitaux-1680523 (consulté le oct. 19, 2021).

    [26]    A. Whitelaw et K. Sleath, « MYTH OF THE MARSUPIAL MOTHER : HOME CARE OF VERY LOW BIRTH WEIGHT BABIES IN BOGOTA, COLOMBIA », The Lancet, vol. 325, no 8439, p. 1206‑1208, mai 1985, doi : https://doi.org/10.1016/S0140-6736(85)92877-6.

    [27]    « Méthode Kangourou : Connaissez-vous la méthode kangourou ? », janv. 18, 2018. https://www.chusj.org/soins-services/M/Methode-Kangourou (consulté le oct. 19, 2021).

    [28]    A. GUILLOTEAU, E. DE BEAUFORT, M. PAUL, et M. GIORGI, « Guide d’accompagnement pour la mise sur le marché d’un Dispositif Médical », Universite de Technologie de Compiegne, 2021. doi : https://doi.org/10.34746/NF04-KG53.

    [29]    « Pneumask-Covid19 | Overview », Wikifactory, oct. 17, 2021. https://wikifactory.com/+uboopenfactory/pneumask-covid19 (consulté le oct. 19, 2021).

    [30]    F. Dèbes, « La pénurie de semi-conducteur perdure après une nouvelle vague de Covid-19 en Asie », Les Echos, oct. 01, 2021. Consulté le : oct. 19, 2021. [En ligne]. Disponible sur : https://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/la-penurie-de-semi-conducteur-perdure-apres-une-nouvelle-vague-de-covid-en-asie-1351410

    [31]    LOI n° 2021-1104 du 22 août 2021 portant lutte contre le dérèglement climatique et renforcement de la résilience face à ses effets (1). 2021. Consulté le : oct. 19, 2021. [En ligne]. Disponible sur : https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000043956924

    [32]    Article L213-4-1 - Code de la consommation - Légifrance. 2016. Consulté le : oct. 19, 2021. [En ligne]. Disponible sur : https://www.legifrance.gouv.fr/codes/article_lc/LEGIARTI000031053376/2021-10-19/

    [33]    É. Larousse, « Définitions : écoblanchiment - Dictionnaire de français Larousse ». Consulté le : oct. 19, 2021. [En ligne]. Disponible sur : https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/%C3%A9coblanchiment/10910961

    [34]    KPMG Innovation Lab, L’innovation frugale - Navi Radjou, (juill. 31, 2020). Consulté le : oct. 19, 2021. [En ligne Video]. Disponible sur : https://www.youtube.com/watch?v=nj5LP0EaRp0

    [35]    « Guide méthodologique La fonction achat des GHT », Ministère des Affaires Sociales et de la Santé, mai 2017. [En ligne]. Disponible sur : https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/dgos_ght_guide_achat-2.pdf

    [36]    A. Mekontso Dessap, « Frugal innovation for critical care », Intensive Care Med., vol. 45, no 2, p. 252‑254, févr. 2019, doi : https://doi.org/10.1007/s00134-018-5391-6.

    [37]    « Embrace – Design for Extreme Affordability », Extreme design for extreme affordability, 2017. https://extreme.stanford.edu/projects/embrace/ (consulté le oct. 20, 2021).

    [38]    « Embrace Innovations », Embrace Innovations. https://www.embraceinnovations.com (consulté le oct. 19, 2021).

    [39]    T. Chenel, « L’environnement devient la première préoccupation des Français, et ça change leur manière de consommer », Business Insider France, oct. 14, 2019. Consulté le : oct. 19, 2021. [En ligne]. Disponible sur : https://www.businessinsider.fr/lenvironnement-devient-la-premiere-preoccupation-des-francais-et-ca-change-leur-maniere-de-consommer-161986

    [40]    Global warming of 1.5°C. Intergovernmental Panel on Climate Change, 2018. Consulté le : oct. 19, 2021. [En ligne]. Disponible sur : http://www.ipcc.ch/report/sr15/

    [41]    A. McConnell, « Andrew McConnell - Photographer », Andrew McConnell - Photographer. https://www.andrewmcconnell.com (consulté le déc. 02, 2021).

    [42]    « Indice de réparabilité », Ministère de la Transition écologique, févr. 07, 2021. https://www.ecologie.gouv.fr/indice-reparabilite (consulté le déc. 08, 2021).

    [43]    J. Sarboraria, « La Nano prend feu, Tata ouvre une enquête », L’argus.fr, août 27, 2010. https://www.largus.fr/actualite-automobile/la-nano-prend-feu-tata-ouvre-une-enquete-190726.html (consulté le nov. 05, 2021).

    [44]    J. Bouissou, « La révolution manquée de Tata Nano en Inde », Le Monde.fr, avr. 02, 2013. Consulté le : nov. 05, 2021. [En ligne]. Disponible sur : https://www.lemonde.fr/economie/article/2013/04/02/la-revolution-manquee-de-tata-nano-en-inde_3151918_3234.html

    [45]    J. Chevalier, « Tata Nano : la fin du rêve pour la voiture à 1 500 euros », Le Point, janv. 27, 2019. Consulté le : nov. 05, 2021. [En ligne]. Disponible sur : https://www.lepoint.fr/automobile/tata-nano-la-fin-du-reve-pour-la-voiture-a-1-500-euros-27-01-2019-2289134_646.php

    [46]    B. Jullien, Y. Lung, et C. Midler, L’épopée Logan : nouvelles trajectoires pour l’innovation. Paris : Dunod, 2012.

    [47]    G. Pelletier, « Entretien automobile : quels sont les constructeurs les moins chers ? », L’argus.fr, juill. 01, 2019. https://www.largus.fr/actualite-automobile/entretien-automobile-quels-sont-les-constructeurs-les-moins-chers-9554391.html (consulté le nov. 05, 2021).

    [48]    « Naissances prématurées », OMS, févr. 19, 2018. https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/preterm-birth (consulté le nov. 05, 2021).

    [49]    « Embrace », Embrace. https://www.embraceglobal.org (consulté le nov. 05, 2021).

    [50]    « SpaceX », SpaceX, 2021. http://www.spacex.com (consulté le nov. 06, 2021).

    [51]    A. Genin, « Dernier lancement de SpaceX avant la Falcon Heavy – KerbalSpaceChallenge », Kerbal Space Challenge, janv. 02, 2018. https://kerbalspacechallenge.fr/2018/02/01/dernier-lancement-de-spacex-avant-la-falcon-heavy/ (consulté le nov. 06, 2021).

    [52]    M. Desmas et G. Dagorn, « Comment SpaceX s’est fait une place dans l’aérospatiale », Le Monde.fr, févr. 07, 2018. Consulté le : nov. 06, 2021. [En ligne]. Disponible sur : https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2018/02/07/comment-spacex-s-est-fait-une-place-dans-l-aerospatial_5253404_4355770.html

    [53]    « M.U.R – Minimal Universal Respirator – M.U.R – Minimal Universal Respirator », M.U.R – Minimal Universal Respirator, 2021. https://mur-project.org/une-section-de-page-daccueil/ (consulté le déc. 07, 2021).

    [54]    « AIDER ! – M.U.R – Minimal Universal Respirator », M.U.R – Minimal Universal Respirator, 2021. https://mur-project.org/aider/ (consulté le déc. 07, 2021).

    searchhomearrow-circle-left