• IDS135 - Management de la Performance Biomédicale au Profit du Patient

    Avertissement

    Les projets ou stages publiés auxquels vous accédez sont des rapports d'étudiants et doivent être pris comme tels. Il peuvent donc comporter des imperfections ou des imprécisions que tout lecteur doit admettre et donc supporter. Il ont été réalisés pendant les périodes de formation et constituent avant-tout des travaux de compilation bibliographique, d'initiation et d'analyse sur des thématiques associées aux concepts, méthodes, outils et expériences sur les démarches qualité dans les organisations ou sur les technologies en santé.

    Si, malgré nos précautions, vous avez des raisons de contester ce droit de diffusion libre, , nous nous efforcerons d'y apporter une réponse rapide. L'objectif de la présentation des travaux sur le web est de permettre l'accès à l'information et d'augmenter ainsi la qualité des échanges professionnels.

    Nous ne faisons aucun usage commercial des travaux de projet ou de stage publiés, par conséquent les citations des informations et l'emploi des outils mis à disposition sont totalement libres. Dans ce cas, nous vous demandons de respecter les règles d'éthique en citant explicitement et complètement vos sources bibliographiques.

    Bonne lecture...

    Auteurs

    BOURJAC Mickaël

    Contacts

    Citation

    A rap­pe­ler pour tout usage : M.BOURJAC , « Mana­ge­ment de la Per­for­mance Bio­mé­di­cale au pro­fit du Patient », Uni­ver­si­té de Tech­no­lo­gie de Com­piègne (France), Mas­ter Ingé­nie­rie de la San­té, Rap­port de Stage, IDS135, juillet 2022, https://travaux.master.utc.fr/formations-master/ingenierie-de-la-sante/ids135/

    Résumé

    Au sein des Grou­pe­ments Hos­pi­ta­liers de Ter­ri­toires, les Centres Hos­pi­ta­lier pour­suivent leurs pro­jets de moder­ni­sa­tion de l’offre de soin au pro­fit du patient. Le Bio­mé­di­cal demeure un acteur majeur en pro­po­sant son exper­tise notam­ment sur l’achat et la main­te­nance des dis­po­si­tifs médi­caux. Aujourd’hui encore, le métier d’ingénieur ou de tech­ni­cien conti­nue d’évoluer au gré des nou­velles tech­no­lo­gies, contraintes bud­gé­taires et plus récem­ment avec la crise de la covid 19. Mon tra­vail se porte sur un état des lieux avec la prise en compte du contexte pour ensuite pro­po­ser des actions d’amélioration conti­nue en uti­li­sant les outils et savoirs acquis au sein de l’Université Tech­no­lo­gique de Com­piègne com­bi­nés à mon expé­rience de Mana­geur et de technicien.

    Abstract

    Within the Ter­ri­to­ry Hos­pi­tal Group, the Hos­pi­tal cen­ters conti­nues its pro­jects to moder­nize the care offe­red for the bene­fit of the patient. Bio­me­di­cal ingi­nee­ring remains a major player by offe­ring its exper­tise, par­ti­cu­lar­ly in the pur­chase and main­te­nance of medi­cal devices. Even today, the pro­fes­sion of engi­neer or tech­ni­cian conti­nues to evolve accor­ding to new tech­no­lo­gies, bud­ge­ta­ry constraints and the covid 19 cri­sis. My work focuses on an inven­to­ry taking into account the context and then pro­po­sing conti­nuous impro­ve­ment actions using the tools and know­ledge acqui­red within the Uni­ver­si­ty  « Uni­ver­si­té Tech­no­lo­gique de  Com­piègne » com­bi­ned with my expe­rience as a Mana­ger and technician.

    Téléchargement

    IDS135 Pos­ter
    IDS 135 Rap­port de Stage MBourjac

    Lexique sigles et acronymes

    • AAMB : Asso­cia­tion des Agents de Main­te­nance Biomédicale
    • AFIB : Asso­cia­tion Fran­çaise des Ingé­nieurs Biomédicaux
    • BP : Bonnes Pratiques
    • BPM : Bonnes Pra­tiques de Management
    • BPO : Bonnes Pra­tiques d’Organisation
    • BPR : Bonnes Pra­tiques de Réalisation
    • BPAC 6 : Bonne pra­tique d’activité connexe 6
    • CGD : Centre de Géron­to­lo­gie Départemental
    • CH : Centre Hospitalier
    • CHSCT : Comi­té d'Hygiène, de Sécu­ri­té et des Condi­tions de Travail
    • CH : Centre Hospitalier
    • CHS : Centre Hos­pi­ta­lier spécialisé
    • CHU : Centre Hos­pi­ta­lier Universitaire
    • DM : Dis­po­si­tifs Médicaux
    • ETP : Equi­va­lent Temps Plein
    • ETPR : Equi­va­lent Temps Plein Rémunéré
    • GBPIB : Guide des Bonnes Pra­tiques d’Ingénierie Biomédicale
    • GHT : Grou­pe­ment Hos­pi­ta­lier de Territoire
    • MCO : Méde­cine Chi­rur­gie Obstétrique
    • RGPD : Règle­ment Géné­ral sur la Pro­tec­tion des Données
    • TH : Tech­ni­cien Hospitalier
    • TSH : Tech­ni­cien Supé­rieur Hospitalier
    • UTC : Uni­ver­si­té de Tech­no­lo­gies de Compiègne
    • VBA : Vir­tual Basic for Applications

    Rapport de Stage : 

    « Management de la Performance Biomédicale au Profit du Patient »

    Introduction

    Dans un contexte dif­fi­cile notam­ment au tra­vers de la crise de la Covid 19, le ser­vice Bio­mé­di­cal pour­suit son évo­lu­tion au sein des éta­blis­se­ments et des Grou­pe­ments Hos­pi­ta­liers de Ter­ri­toires.

    L'ingénieur comme le tech­ni­cien demeure un acteur majeur en pro­po­sant son exper­tise notam­ment sur l’achat et la main­te­nance des dis­po­si­tifs médi­caux.

    Le métier de Bio­mé­di­cal conti­nue sa moder­ni­sa­tion au gré des nou­velles tech­no­lo­gies, contraintes bud­gé­taires avec par­fois une perte de sens dom­ma­geable au patient.

    Mon tra­vail se porte sur un état des lieux d'un ser­vice avec la prise en compte du contexte, pour ensuite pro­po­ser des actions d’amélioration conti­nue en uti­li­sant les outils et savoirs acquis au sein de l’Université Tech­no­lo­gique de Com­piègne com­bi­nés à mon expé­rience de mana­geur et de technicien.

    Contexte

    Depuis quelques années, le ser­vice diag­nos­ti­qué subit des bou­le­ver­se­ments avec le tur­no­ver impor­tant des équipes en place, le départ du chef de ser­vice, l’ouverture d’un nou­veau bâti­ment et bien sûr la crise Covid 19.

    Le nou­veau res­pon­sable constate un glis­se­ment des bonnes pra­tiques d’ingénierie Bio­mé­di­cale et une baisse de la per­for­mance, dom­ma­geable à la conti­nui­té de ser­vice, in fine au patient !

    Il sou­haite donc faire une éva­lua­tion de la per­for­mance de son service.

    Chapitre 1 : Evaluation de la performance 

    Pour éva­luer cette per­for­mance, j'ai uti­li­sé 3 outils.

    Outil d’évaluation de la satisfaction client 

    Présentation de l'outil

    Ne sou­hai­tant pas « ré inven­ter la roue », j’ai réa­li­sé une fer­ti­li­sa­tion croi­sée en m’inspirant du tra­vail de mes col­lègues de pro­mo­tion, à savoir l’IDS 119 « satis­fac­tion client » et son for­mu­laire  « son­dage » [1] sur google form (Figure 1) per­met­tant de récol­ter direc­te­ment la qua­li­té per­çue du Tri­angle de la per­for­mance du ser­vice Bio­mé­di­cal par les cadres soignants.

    Figure 1 : Sondage [source : Auteur]

    Mise en œuvre du sondage

    Le son­dage est com­po­sé de 12 ques­tions (avec com­men­taires et pré­ci­sions) (Figure 1).

    Le lien est envoyé à l'ensemble des cadres et cadres supérieurs.

    En point de vigi­lance, il faut acter que les réponses sont volon­taires et basées sur la confiance. On ne peut avoir la cer­ti­tude qu’elles soient tota­le­ment sin­cères et repré­sen­ta­tives. Ce risque se limi­tant avec la par­ti­ci­pa­tion majo­ri­taire des cadres.

    Résultats

    Ci-des­sous, une par­tie des résul­tats du son­dage pro­ve­nant de l’outil Google Form (Figure 2) (Figure 3) (Figure 4) (Figure 5) (Figure 6) :

    Figure 2 : Contact avec le service [Source : Sondage Auteur]
    Figure 3 : Délais de Maintenance [Source : Sondage Auteur]
    Figure 4 : Les réparations [Source : Sondage Auteur]
    Figure 5 : Satisfaction Atelier [Source : Sondage Auteur]
    Figure 6 : Satisfaction Ingénierie [Source : Sondage Auteur]

    Après une ana­lyse pré­cise et fac­tuelle des résul­tats, il est néces­saire de décli­ner les points forts et faibles (à améliorer) :

    Les points Forts :

     Le son­dage montre avec ses résul­tats et aus­si ses com­men­taires qu’il y a glo­ba­le­ment une satis­fac­tion des cadres soi­gnants sur les com­pé­tences des tech­ni­ciens et des ingé­nieurs avec de bons résul­tats sur la qua­li­té des répa­ra­tions. On note aus­si un bon accueil téléphonique.

    Les points Faibles (à améliorer) :

    Le son­dage révèle un mécon­ten­te­ment sur les délais de main­te­nance trop long, une satis­fac­tion sur l’atelier en géné­ral et la conduite de pro­jet miti­gé. Dans les com­men­taires, on peut lire des phrases chocs "c'était mieux avant".

    Outil de diagnostic des bonnes pratiques 

    Présentation de l'outil

    Les Guides des Bonnes Pra­tiques Bio­mé­di­cales sont déve­lop­pés en France depuis 2002. Ils visent à aider les acteurs bio­mé­di­caux afin de contri­buer à la qua­li­té et à la sécu­ri­té des dis­po­si­tifs médi­caux.

    Ces équi­pe­ments sont mis à dis­po­si­tion des soi­gnants dans l'intérêt du patient. Les démarches et tra­vaux col­lec­tifs ont été sou­vent super­vi­sés par l'Université de Tech­no­lo­gie de Com­piègne, dans le cadre de recherches et d'enseignements notam­ment sur les par­cours Mas­ters en qua­li­té et en ingé­nie­rie de la santé.

    Afin d'évaluer les bonnes pra­tiques bio­mé­di­cales, un outil d’auto­diag­nos­tic a été déve­lop­pé et est dis­po­nible en télé­char­ge­ment. Il est conçu à par­tir d'un tableur Excel. C’est une révi­sion de l’outil de 2013 qui a été effec­tuée afin qu’il soit davan­tage un outil de mana­ge­ment en 49 pro­ces­sus expli­ci­tés, plus acces­sible et rapide

    J’ai choi­si d’utilisé cet outil que je connais bien puisque j’ai contri­bué per­son­nel­le­ment à sa réa­li­sa­tion [2], pro­ve­nant du guide des bonnes pra­tiques bio­mé­di­cales 2011[3]. Il a été uti­li­sé sur l’ensemble des tech­ni­ciens et ingé­nieurs afin pour recueillir une éven­tuelle dif­fé­rence de per­cep­tion des bonnes pra­tiques.

    Mise en œuvre

     Lors d’une réunion d’information, j’ai dû rapi­de­ment dis­si­per les craintes des tech­ni­ciens (un pré­cé­dent audit avait pro­po­sé la sup­pres­sion d’un poste) en insis­tant sur le fait que ce diag­nos­tic avait pour but d’améliorer et valo­ri­ser leurs tra­vail, in fine, redon­ner du sens à ce qu'ils font au pro­fit du patient.

    Après cette réunion, l'ensemble des agents du ser­vice ont été invi­tés dans un bureau pour recueillir ano­ny­me­ment leurs éva­lua­tions des Bonnes pra­tiques au sein du ser­vice biomédical.

    Le temps était variable, sou­vent moins d’une heure pour le diag­nos­tic mais com­bi­né à quelques ques­tions ouvertes par­fois plus de deux heures.

    Pour chaque pro­ces­sus, j’ai deman­dé aux tech­ni­ciens de me dire ce qu’ils feraient eux, pour amé­lio­rer le résul­tat, parce que leurs avis comptent.

    Pour que le diag­nos­tic soit un suc­cès, il était néces­saire de res­pec­ter les fon­da­men­taux de l’ « audit » pro­ve­nant de la norme Afnor ISO 19011 [4] : 2018, à savoir :

    • Indé­pen­dance
    • Approche fon­dée sur la preuve
    • Impar­tia­li­té
    • Confi­den­tia­li­té
    • Déon­to­lo­gie de l’auditeur
    • Conscience pro­fes­sion­nelle

    Ain­si que les fon­da­men­taux du com­por­te­ment à avoir[4] :

    • Intègres
    • Ouverts d’esprit
    • Diplo­mates
    • Pers­pi­caces
    • Poly­va­lents
    • Tenaces
    • Capables de décision
    • Auto­nomes
    • Capables
    • Déon­to­lo­gique
    • Ouverts aux améliorations
    • Ouverts aux dif­fé­rences culturelles
    • Acteurs en équipe

    Résultats

    L'ano­ny­mat des réponses étant garan­tie, seules les moyennes et écarts types des scores seront dévoi­lées et com­men­tées. Les com­men­taires et notes seront éga­le­ment ano­ny­mi­sés et ras­sem­blés par thèmes.

    Dif­fé­rence de per­cep­tion technicien/ingénieur

    De par mon expé­rience de tech­ni­cien deve­nu ingé­nieur, j’ai sou­hai­té obser­ver et com­men­ter une éven­tuelle dif­fé­rence de per­cep­tion, de vision entre les pro­ta­go­nistes. Après avoir col­lec­té les résul­tats, des moyennes ingé­nieurs et moyennes tech­ni­ciens ont été réa­li­sées sur les bonnes pra­tiques (Figure 7):

    Figure 7 : Moyenne des Bonnes Pratiques Techniciens / Ingénieurs [Source : Auteur]

    La consta­ta­tion est la sui­vante : les Ingé­nieurs diag­nos­tiquent un score plus bas dans le mana­ge­ment et l’orga­ni­sa­tion, on peut l’expliquer par le fait qu’ils sont les acteurs directs de ces bonnes pratiques.

    Inver­se­ment, les tech­ni­ciens diag­nos­tiquent un score plus bas sur la réa­li­sa­tion des dis­po­si­tifs médi­caux, qui s’explique par le fait qu’ils sont plus proches de la réa­li­sa­tion, du terrain.

    Tri­angle de la performance

    Ensuite, ci-des­sous : le tri­angle de la per­for­mance (Figure 8).

    Figure 8 : Triangle de la Performance : Moyenne Ingénieurs Moyenne Techniciens [Source : Auteur]

    On peut voir qu'il y a un calque qua­si par­fait entre les tech­ni­ciens et les ingé­nieurs, cela signi­fie que les pro­ta­go­nistes sont lucides sur la per­for­mance du service.

    Le score de 55% étant lar­ge­ment insuf­fi­sant pour le chef de service.

    Ecart type

    Ci-des­sous : l’écart type des scores de bonnes pra­tiques de l’ensemble de la popu­la­tion de tech­ni­ciens et d'ingénieurs (Figure 9), en uti­li­sant la fonc­tion excel ECARTYPE.PEARSON qui cal­cule l’écart type d’une popu­la­tion en pre­nant en compte toute la popu­la­tion et en uti­li­sant les argu­ments spécifiés.

    Figure 9 : Ecart type des Bonnes pratiques sur les agents [Source : Auteur]

    Comme on peut le voir sur la figure, il y a des Bonnes pra­tiques qui ont un écart type plus éle­vées. Les tra­vaux de syn­thèse sur les bonnes pra­tiques men­tionnent cette uti­li­sa­tion de l’Ecart type « en cas de diver­gence impor­tante entre les éva­lua­teurs, peut être riche de sources de pro­grès internes »[3].

                    Les écarts-types qui se dis­tinguent sont :

    • BPM1 : Mana­ger le ser­vice et la communication.
    • BPO2 : Orga­ni­ser la qua­li­té attendue.
    • BPR1 : Réa­li­ser les acti­vi­tés supports.
    • BPR2 : Réa­li­ser la ges­tion des dis­po­si­tifs médicaux.

    Sur ces 4 bonnes pra­tiques, le diag­nos­tic est hété­ro­gène ce qui indique que les pra­tiques ne sont pas har­mo­ni­sées et désorganisées.

    Ensuite, la moyenne de chaque bonne pra­tique sur l'ensemble des tech­ni­ciens et ingé­nieurs (Figure 10) :

    Figure 10 : Moyenne des scores des Bonnes Pratiques [Source : Auteur]

    Le score est 52% (Figure 10) étant lar­ge­ment insuf­fi­sant pour le chef de ser­vice, il devra néces­sai­re­ment s’améliorer pour la péren­ni­té du service.

    His­to­rique des résultats

    L’éva­lua­tion des Bonnes Pra­tiques étant réa­li­sé depuis quelques années au sein de l'établissement dans une démarche d’amélioration, on peut voir ici les résul­tats depuis 2011 (Figure 11).

    Figure 11 : Historique des Bonnes Pratiques [Source : auteur]

    On observe des scores en faible aug­men­ta­tion jusqu’en 2015, ensuite une aug­men­ta­tion jusqu’en 2019 et ensuite une baisse bru­tale jusqu’à aujourd’hui. On peut faire cor­ré­la­tion avec les élé­ments suivants :

    2015 : Cor­res­pond à l'embauche d'un Ingé­nieur sup­plé­men­taire pour déta­cher du temps sur l'enca­dre­ment des équipes. 

    2019-2021 : Cor­res­pond au départ du chef de ser­vice ain­si que le tur­no­ver impor­tant de plu­sieurs tech­ni­ciens et gestionnaires. 

    Le ser­vice s’est retrou­vé en dif­fi­cul­té et cela s’objective par la baisse signi­fi­ca­tive du score des Bonnes pra­tiques sur cette période.

    Le Bio­mé­di­cal s’est concen­tré sur ses acti­vi­tés cri­tiques deman­dées par la direc­tion, à savoir la main­te­nance cor­rec­tive et pré­ven­tive en aban­don­nant notam­ment les acti­vi­tés connexes dont le score baisse encore plus significativement.

    Outil de gestion de la performance des services biomédicaux

    Présentation

    Afin de com­plé­ter l'ana­lyse de l’existant, il a été uti­li­sé un outil déve­lop­pé par Antoine Mariac­cia étu­diant Ingé­nieur Bio­mé­di­cal mis­sion­né par l’AFIB basé sur la ges­tion de la per­for­mance.[5]

    Cet outil étant en VBA (Vir­tual Basic for Appli­ca­tions) et en Excel, il est pos­sible d’exploiter des indi­ca­teurs et courbes à par­tir de don­nées extraites direc­te­ment depuis une GMAO, pro­po­sant une inter­pré­ta­tion fidèle

    et sur­tout rapide des données.

    En pre­mier lieu, il suf­fit d’extraire les bases GMAO (Inter­ven­tions et parc ) sur un tableau excel en res­pec­tant scru­pu­leu­se­ment l’ordre des colonnes. L’avantage est donc que cet outil est com­pa­tible avec toutes les GMAO.

    Une fois les ana­lyses lan­cées et ter­mi­nées, on peut navi­guer sur les dif­fé­rents gra­phiques pour consul­ter les indi­ca­teurs sui­vants :

    • Sui­vis annuels des inter­ven­tions cor­rec­tives internes archi­vées depuis 10 ans
    • Evo­lu­tion de la taille et de la valeur du parc sur les 15 der­nières années
    • Les « Infor­ma­tions géné­rales », repre­nant le bud­get alloué et la liste des pôles de l’établissement 

    Mal­heu­reu­se­ment, du fait d’une base GMAO incom­plète et non mise à jour, notam­ment l’inventaire, on peut consta­ter qu'il y a un cer­tain nombre de don­nées inex­ploi­tables comme par exemple :

    • Répar­ti­tion quan­ti­ta­tive et finan­cière des familles d’équipements
    • Repré­sen­ta­tion quan­ti­ta­tive et finan­cière de la vétus­té du parc
    • Repré­sen­ta­tion quan­ti­ta­tive et finan­cière du parc de dis­po­si­tifs médi­caux en fonc­tion des fournisseurs
    • Répar­ti­tion du nombre inter­ven­tions cor­rec­tives archi­vées en fonc­tion du temps d’indisponibilité
    • Valo­ri­ser les gains sur achat réa­li­sés par le ser­vice biomédical 

    Résultats

    On peut voir que depuis 2019, le nombre d'interventions internes cor­rec­tives est en baisse (Figure 12).

    Figure 12 : Suivi des interventions correctives [Source : Outil de Gestion de la performance [5]]

    On observe une aug­men­ta­tion constante du nombre de dis­po­si­tifs médi­caux alors que les effec­tifs sont en baisse au niveau des ingé­nieurs (Figure 13).

    Figure 13 : Nombre de dispositifs médicaux / ETP ingénieurs 

    Les effec­tifs tech­ni­ciens sont constants au niveau Res­sources humaines avec néan­moins un tur­no­ver sur des périodes entre deux recru­te­ments à -1, -2 ETP.

    Figure 14 : Nombre de dispositifs médicaux / ETP Techniciens

    Pour autant, le bud­get après avoir aug­men­té : baisse, pour s’approcher du niveau de 2016 (Figure 15).

    Figure 15 : Nombre de dispositifs médicaux / EPRD

    Si l'on com­pare les résul­tats aux autres éta­blis­se­ments de la caté­go­rie du même nombre de lits, on observe qu’ils sont iden­tiques la médiane France (Figure 16) pour l’inves­tis­se­ment (2.6M€), au-des­sus pour l’exploi­ta­tion (3.5M€ au lieu de 1.6M€), et au-des­sus de la pour la valeur du parc (Figure 17) (50M€ au lieu de 33M€)[6].

    Figure 16 : Les Budgets en fonction du nombre de lits MCO [Source : Benchmark des services biomédicaux [6]]
    Figure 17 : Valeur du Parc en fonction du nombre de lits MCO [Source : Benchmark des services biomédicaux [6]]

    Le volume des dépenses liées à cette exploi­ta­tion même s’il parait impor­tant en valeur abso­lue reste depuis de nom­breuses années très contraint. Il repré­sente 7 % de la valeur à neuf du parc de Dis­po­si­tif médi­caux, les moyennes natio­nales pour cette taille d'établissement pré­co­nisent des ratios (coût de main­te­nance biomédical/ valeur du parc à neuf) à envi­ron 10%, comme dans la plu­part des indus­tries à risque (ferroviaire/ aéro­nau­tique etc..). Ce faible ratio met en ten­sion les orga­ni­sa­tions et tend à aug­men­ter les risques d’utilisation des dis­po­si­tifs médi­caux[6] [7] [8].

    Présentation des résultats

    De par mon expé­rience de tech­ni­cien et sur­tout de mana­geur, j’ai sou­hai­té dis­cu­ter libre­ment avec les tech­ni­ciens des résul­tats obte­nus avant la pré­sen­ta­tion offi­cielle. L’objectif étant autour d’un café de pou­voir recueillir quelques impres­sions « à chaud » col­lec­tives sur l’état des lieux de leurs ser­vice et les pré­pa­rer aux résul­tats afin qu’ils ne soient pas trop brutaux.

    J’ai ensuite effec­tué la pré­sen­ta­tion offi­cielle avec le Direc­teur et l’ensemble de son ser­vice des résul­tats obte­nues. A la fin de la pré­sen­ta­tion, il a été pro­po­sé de faire un tour de table qui s’est clos par la parole du Direc­teur. Una­ni­me­ment et sans sur­prises, le ser­vice a glo­ba­le­ment adhé­ré aux résul­tats du diagnostic.

    Chapitre 2 : Actions 

    Propositions

    Après avoir pré­sen­té au Direc­teur et à l’ensemble de l’équipe l’état des lieux de la per­for­mance du ser­vice objec­ti­vé par le son­dage, l’autodiagnostic et l’outil de ges­tion, je pro­pose l’élaboration d’actions cor­rec­tives éla­bo­rées en col­la­bo­ra­tion avec les tech­ni­ciens, ges­tion­naires et ingénieurs.

    Elaboration des plans d'actions

    En vue des résul­tats pré­cé­dents j’ai lis­té 5 grands thèmes d’actions dis­cu­tés avec les ingé­nieurs et tech­ni­ciens indi­vi­duel­le­ment, ensuite infor­mel­le­ment autour d’un café et pour finir offi­ciel­le­ment et col­lec­ti­ve­ment autour d’un Brains­tor­ming tech­ni­cien. Le résul­tat est la pro­duc­tion de 20 actions lis­tées dans un tableau aux rubriques suivantes :

    Numé­ro de l’Action

    Avec une numé­ro­ta­tion simple des actions (1/2/3/…)

    Thème de l’action 

     Avec les 5 grands thèmes ras­sem­blant les actions :

    • Har­mo­ni­sa­tion des pratiques
    • Mana­ge­ment
    • Ingé­nie­rie
    • Evo­lu­tion du métier
    • Main­te­nance
    • Pro­blé­ma­tique :
      • Pour chaque action, une pro­blé­ma­tique est définie
    • Pour­quoi ?
      • Ques­tion impor­tante, pour­quoi ce score, pour­quoi cette action ?
    • Cri­ti­ci­té
      • Une cri­ti­ci­té a été défi­nie en pre­nant en compte le risque que cette action peut soustraire.
    • Prio­ri­té
      • Une prio­ri­té a été défi­nie, elle prend en compte la cri­ti­ci­té mais aus­si les moyens et res­sources dont dis­posent les équipes pour réa­li­ser l’action.
    • Com­ment ?
      • Deuxième ques­tion impor­tante, le com­ment, com­ment va-t-on y parvenir ?
    • Objec­tif
      • C’est essen­tiel, quel est l’objectif de cette action.
    • Gain
      • Donne le gain que l’action doit appor­ter (temps, agents …)
    • Réfé­rent 
      • Pour chaque action et sous actions, un réfé­rent de l’équipe sera nom­mé à l’issue de la réunion des plans d’actions.
    • Date de début
      • Date de début de l’action.
    • Date de Fin
      • Date de fin de l’action
    • Etat d’avancement
      • L’état d’avancement comme dans l’outils de mana­ge­ment [2]: Inexis­tant / Démar­rage / En cours (début) / En cours (moi­tié fini) / En cours (qua­si fini) / Réa­li­sé / Amélioré
    • Com­men­taires 
      • Avec un rajout de commentaires

    Présentation officielle

    Il a été pro­gram­mé une pré­sen­ta­tion avec le Direc­teur et l’ensemble du Bio­mé­di­cal pour pré­sen­ter les actions. Une fois de plus, il y a eu une adhé­sion de l’ensemble de l’équipe.

    Pour chaque plan d’action, un réfé­rent est nom­mé, sur la base du volon­ta­riat dans le but d’intégrer et res­pon­sa­bi­li­ser l’équipe.

    Réalisation

    Il est main­te­nant néces­saire de lan­cer les actions en fonc­tion des prio­ri­tés et res­sources dont le ser­vice dispose.

    5 thèmes d'actions

    Harmonisation des Pratiques

    J’ai créé ou mis à jour plu­sieurs pro­cé­dures rap­pe­lant les moda­li­tés de créa­tion, réforme… de dis­po­si­tifs médi­caux ain­si que la rédac­tion de rap­ports d’interventions.

    Une réunion est pro­gram­mée pour leurs mise en appli­ca­tion. Paral­lè­le­ment à cela, le fait juste de l’avoir évo­qué porte déjà ses fruits avec une amé­lio­ra­tion signi­fi­ca­tive des infor­ma­tions dis­po­nibles sur une inter­ven­tion GMAO.

    Management

    C’est un thème fort de mon tra­vail, le mana­ge­ment, pour don­ner suite aux résul­tats des dif­fé­rents outils on observe plu­sieurs pro­blé­ma­tiques sur le com­mu­ni­ca­tion et l’organisation. On peut rajou­ter le son­dage et les obser­va­tions de ter­rains com­plé­tant ce constat de « manque ».

    Au tra­vers de l’action d’amélioration numé­ro 5, j’ai sou­hai­té intro­duire un chef d’atelier sur le pro­fil d’un tech­ni­cien légi­time et expé­ri­men­té inter­ca­lé judi­cieu­se­ment entre les ingé­nieurs et les tech­ni­ciens pour ren­for­cer le mana­ge­ment de proxi­mi­té et com­bler cet « éche­lon » man­quant de l’Echelle d’Abstraction (Figure 18).

    L’action consis­ta en pre­mier lieu à la rédac­tion d’une fiche de poste approu­vée par la suite par le Direc­teur du ser­vice pour une mise en application.

    Figure 18 : Echelon manquant de l'échelle d'abstraction [Source : Auteur]

                   

    Pour conti­nuer sur le thème de mana­ge­ment, j’ai sou­hai­té orga­ni­ser une jour­née cohé­sion pour culti­ver la bonne ambiance au sein des équipes indis­pen­sable à la conti­nui­té de service.

    Ingénierie

    Pour l’ingénierie, on a obser­vé un arrêt de toutes les inter­ac­tions avec le GHT en par­tie expli­quées avec le Covid19. L'action consiste à relan­cer des réunions.

    D’autres actions sont pro­po­sées notam­ment dans la ges­tion de contrat avec la contrac­tua­li­sa­tion d’un embauche ponc­tuelle externe d’optimisation.

    Evolution du métier 

    A l’initiative des tra­vaux fait à l’UTC sur la cyber­sé­cu­ri­té [9] des Dis­po­si­tifs médi­caux, une action pro­pose un audit de sécurité.

    Le tra­vail s’est éga­le­ment por­té sur la rédac­tion d’une fiche de poste hybride tech­ni­cien infor­ma­tique et Bio­mé­di­cal fai­sant écho aux nou­velles contraintes informatiques.

    Pour finir, une action se porte sur la nomi­na­tion de réfé­rents et notam­ment un pour l’informatique.

    Maintenance

    La plu­part des struc­tures accu­mulent du retard sur la main­te­nance pré­ven­tive avec des causes diverses comme le manque de moyens ; dans les actions rete­nues, il y a l’exter­na­li­sa­tion ponc­tuelle de cer­taines main­te­nances par une socié­té tierce mul­ti­marques qui sera acti­vée à la demande ain­si que l’embauche effec­tive d'un tech­ni­cien en CDD.

    Mise en œuvre périodique de l'évaluation

    En dis­cus­sion avec l’équipe, il y a une volon­té una­nime de conti­nuer les actions après mon départ. Nous avons fixé un délai de 6 mois pour refaire une éva­lua­tion des actions et de leurs résul­tats. Ce tra­vail pour­ra être réa­li­sé par un autre stagiaire.

    Conclusion

    Dans un contexte humain déli­cat fai­sant écho à beau­coup de centres hos­pi­ta­liers aujourd'hui, la seule énon­cia­tion du mot audit risque d'être mal per­çue pour l’ensemble des équipes qui peuvent entre­voir au tra­vers de ce mot le risque de perdre des effec­tifs et remettre en cause leurs com­pé­tences. C’est grâce à mon expé­rience et à mon pas­sé de tech­ni­cien que j’ai pu dis­si­per les craintes et avan­cer serei­ne­ment dans mon tra­vail de diag­nos­tic.

    Par la suite, l’utilisation des trois outils était indis­pen­sable pour dres­ser un état des lieux objec­tif, quan­ti­fier, rapide et robuste. C’est ensuite avec un mana­ge­ment par­ti­ci­pa­tif que j’ai pu obte­nir des res­sen­ties et attentes pour fina­le­ment géné­rer les actions d’amélioration conti­nue.

    J’ai sou­hai­té pro­po­ser des actions concrètes, pour autant, il faut avoir conscience du fait que dans le contexte éco­no­mique actuel, on ne peut pas tou­jours les acti­ver. La « solu­tion magique » qui consiste à pro­po­ser des embauches, des exter­na­li­sa­tions et des audits ont un coût et nos éta­blis­se­ments ne dis­posent pas tou­jours du bud­get néces­saire à leurs mise en œuvre.

    Pour pal­lier cela, j’ai éga­le­ment pro­po­sé des actions opé­ra­tion­nelles, uti­lises, uti­li­sables et uti­li­sées qui ne demandent pas beau­coup de res­sources.

    Au-delà de mon tra­vail, j’espère avoir hum­ble­ment ren­for­cer l’esprit d’équipe et redon­ner un peu de sens au ser­vice Bio­mé­di­cal au pro­fit du patient.

    Références bibliographiques

    [1] A. LAURENT, A. MESMEUR, L. ROUSSEL, et A. FATOKE, « IDS119 - La satisfaction client selon la norme ISO 10004:2018 », Bibliothèque des travaux Master. https://travaux.master.utc.fr/formations-master/ingenierie-de-la-sante/ids119/ (consulté le 21 mars 2022).

    [2] L. Blanpain, M. Bourjac, B. Dejenne, M. Gabbay, et D. Mamoud, « Outil de management pour l’ingénierie biomédicale 2022 », Université de Technologie de Compiègne (France), Master Ingénierie de la Santé, Mémoire de projet, réf n° IDS115, janv. 2022. [En ligne]. Disponible sur : https://doi.org/10.34746/ee1j-3272

    [3] G. Farges et al., Guide des bonnes pratiques de l’ingénierie biomédicale en établissement de santé, Les Pratiques de la Performance. Paris : Editions Lexitis, www.lespratiquesdelaperformance.fr, 2011.

    [4] « norme NF EN ISO 19011 -  Lignes directrices pour l’audit des systèmes de management (Tirage 2 (2018-08-14)) », Ed. Afnor, Paris, www.afnor.org, 4 juillet 2018. [En ligne]. Disponible sur : https://sagaweb-afnor-org.ezproxy.utc.fr/fr-FR/sw/consultation/notice/1523626?recordfromsearch=True

    [5] E. Masson, A. Stahl, et C. Gross, « Mise en place d’outils de gestion de la performance des services biomédicaux », EM-Consulte. https://www.em-consulte.com/article/1501745 (consulté le 21 mars 2022).

    [6] G. Farges, I. Claude, J. M. Prot, et P. M. Félan, « Benchmark des services biomédicaux : vision médiane et diversité de la maintenance hospitalière… », IRBM News, vol. 40, no 5, p. 1‑12, oct. 2019, doi : https://doi.org/10.1016/j.irbmnw.2019.07.001


    [7] « Tome_2_-_Methode_Base_d_Angers.pdf ». Consulté le : 19 juin 2022. [En ligne]. Disponible sur : https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/Tome_2_-_Methode_Base_d_Angers.pdf

    [8] « lesindicateursdemaintenance-afib2006.pdf ». Consulté le : 19 juin 2022. [En ligne]. Disponible sur : http://www.technologies-biomedicales.com/modules/download/upload/cours%20et%20technologie/lesindicateursdemaintenance-afib2006.pdf

    [9] H. Boucher, C. Canada, C. Debelle, J. Ramos, et J.-Y. Sinnas, « Maîtrise des risques pour les logiciels de santé ou des dispositifs médicaux connectés selon NF EN IEC 80001-1 », Université de Technologie de Compiègne (France), Master Ingénierie de la Santé, Mémoire de projet, réf n° IDS118, janv. 2022. [En ligne]. Disponible sur : https://doi.org/10.34746/yxb0-qp16



    searchhomearrow-circle-left