• IDS137 - Le rôle de l'Ingénieur d'Application Scanner

    Avertissement

    Les projets ou stages publiés auxquels vous accédez sont des rapports d'étudiants et doivent être pris comme tels. Il peuvent donc comporter des imperfections ou des imprécisions que tout lecteur doit admettre et donc supporter. Il ont été réalisés pendant les périodes de formation et constituent avant-tout des travaux de compilation bibliographique, d'initiation et d'analyse sur des thématiques associées aux concepts, méthodes, outils et expériences sur les démarches qualité dans les organisations ou sur les technologies en santé.

    Si, malgré nos précautions, vous avez des raisons de contester ce droit de diffusion libre, , nous nous efforcerons d'y apporter une réponse rapide. L'objectif de la présentation des travaux sur le web est de permettre l'accès à l'information et d'augmenter ainsi la qualité des échanges professionnels.

    Nous ne faisons aucun usage commercial des travaux de projet ou de stage publiés, par conséquent les citations des informations et l'emploi des outils mis à disposition sont totalement libres. Dans ce cas, nous vous demandons de respecter les règles d'éthique en citant explicitement et complètement vos sources bibliographiques.

    Bonne lecture...

    Auteure

    CANADA Cyriane

    Contact

    Citation

    A rap­pe­ler pour tout usage : C. CANADA, « Le rôle de l'Ingénieur d'Application Scan­ner », Uni­ver­si­té de Tech­no­lo­gie de Com­piègne (France), Mas­ter Ingé­nie­rie de la San­té, Mémoire de Stage, réf n° IDS137, juillet 2022, https://travaux.master.utc.fr/formations-master/ingenierie-de-la-sante/ids137/

    Résumé

    Le rôle de l’ingénieur d’application en scan­ner est indis­pen­sable, tant pour l’entreprise que pour les clients, uti­li­sa­teurs des scan­ners Phi­lips. En effet, il assure l’accompagnement, la for­ma­tion et le sup­port pour les mani­pu­la­teurs en élec­tro­ra­dio­lo­gie médi­cale (MERM) et les radio­logues. Il pos­sède des connais­sances solides sur la phy­sique du scan­ner ain­si que sur la cli­nique, per­met­tant de répondre aux demandes de qua­li­tés image des radio­logues en jouant sur les para­mètres tech­niques. C’est au cours de ce stage de fin d’études en tant qu’ingénieure d’application scan­ner chez Phi­lips que j’ai décou­vert le milieu de l’imagerie médi­cal du côté indus­triel, ayant obte­nu deux ans aupa­ra­vant un diplôme de MERM. Aux côtés d’autres ingé­nieurs d’application, je me suis dépla­cée sur dif­fé­rents sites Phi­lips afin de suivre les équipes pour les for­mer et/ou par­faire leur uti­li­sa­tion du scan­ner. Ce stage m’a per­mis de déve­lop­per des com­pé­tences tech­niques et rela­tion­nel néces­saires au métier d’ingénieur d’application en scanner. 

    Mots-clés : Scan­ner, Tomo­den­si­to­mé­trie, ima­ge­rie médi­cale, MERM, Philips 

    Abstract

    The role of the CT cli­ni­cal appli­ca­tion spe­cia­list is essen­tial, both for the com­pa­ny and for the cus­to­mers who use Phi­lips CT scans. They pro­vide gui­dance, trai­ning and sup­port for tech­no­lo­gists and radio­lo­gists. He has a solid know­ledge of the phy­sics of the scan­ner as well as the cli­nic, allo­wing him to meet the image qua­li­ty demands of the radio­lo­gists by adjus­ting the tech­ni­cal para­me­ters. It was during this inter­n­ship as a CT cli­ni­cal appli­ca­tion spe­cia­list at Phi­lips that I dis­co­ve­red the world of medi­cal ima­ging from the indus­trial side, having obtai­ned a tech­no­lo­gist degree two years ear­lier. Along­side other appli­ca­tion engi­neers, I tra­vel­led to dif­ferent Phi­lips sites to fol­low CT users in order to train them and/or per­fect their use of the CT scan. This inter­n­ship allo­wed me to deve­lop tech­ni­cal and rela­tio­nal skills neces­sa­ry for the CT cli­ni­cal appli­ca­tion specialist. 

    Key­words : CT scan, medi­cal ima­ging, tech­no­lo­gist, Philips

    Téléchargements

    IDS 137 - Cyriane CANADA - Rap­port de stage

    Mémoire Complet

    Le rôle de l'Ingénieur d'Application Scanner

    Remerciements

    Mer­ci à ma mana­ger, Émi­lie LEGAY-CROUZET, pour m’avoir don­né l’opportunité de réa­li­ser ce stage de fin d’études au sein de l’équipe scan­ner Philips. 

    Je remer­cie par­ti­cu­liè­re­ment mon tuteur de stage Nader TAGUELMINT qui s’est assu­ré du bon dérou­le­ment de ce stage dans la bien­veillance et la bonne humeur.

    Je tiens éga­le­ment à remer­cier toute l’équipe scan­ner Phi­lips pour m’avoir inté­gré aus­si cha­leu­reu­se­ment durant mon stage. Leur sym­pa­thie et leur patience m’ont per­mis de prendre confiance en moi pro­gres­si­ve­ment au sein de l’équipe. 
    Mer­ci à Johan MARMOUGET, Jona­than LE GOUESTRE, Mar­jo­rie VILLIEN, Ste­ven THEBAUT, Flo­rian BOULAY, Syl­vain SANS, Eve­lyne GEORGET, Lio­nel HENAREJOS, Jérôme PRAT. 

    Enfin, je remer­cie Isa­belle Claude, ma res­pon­sable de mas­ter et mon sui­veur de stage pour sa pré­sence et son sou­tien tout au long de mon par­cours en mas­ter et par­ti­cu­liè­re­ment pen­dant le stage. 

    Introduction

    Dans ce rap­port je sou­haite par­ta­ger mon expé­rience en tant que sta­giaire Ingé­nieure d’Application Scan­ner au sein de l’entreprise Phi­lips France Commercial. 

    L’imagerie médi­cale est en pleine évo­lu­tion depuis plus de 50 ans. Son rôle est cru­cial dans le diag­nos­tic des patho­lo­gies et dans leur sui­vi. Obte­nir la meilleure qua­li­té d’examen pos­sible est une quête constante, au même titre que la volon­té de déli­vrer des doses les plus basses possibles. 

    Le scan­ner est l’examen de réfé­rence en ima­ge­rie. Il per­met de visua­li­ser l’anatomie en coupes, de réhaus­ser des lésions lors d’injections de pro­duit et per­met aus­si une ana­lyse fonc­tion­nelle dans cer­tains cas. C’est l’examen de pre­mière inten­tion pour de nom­breuses indi­ca­tions comme les chutes chez les patients consom­mant des anti­coa­gu­lants, pour la recherche de cal­cul vési­cal, recherche de frac­ture ou encore sus­pi­cion d’Accident Vas­cu­laire Céré­bral (AVC).

    Les scan­ners se trouvent prin­ci­pa­le­ment dans les centres hos­pi­ta­liers uni­ver­si­taires mais éga­le­ment de plus en plus dans les petits hôpi­taux de péri­phé­rie ain­si que dans les cliniques. 

    Dif­fé­rentes tech­no­lo­gies existent, selon les besoins. Cer­tains modèles sont dédiés à la car­dio­lo­gie, d’autres per­mettent d’acquérir des images en double éner­gie, et d’autres sont plu­tôt appré­ciés pour leur rapi­di­té et leur poly­va­lence dans le cadre des urgences.

    Chaque construc­teur peau­fine ses tech­no­lo­gies afin d’améliorer l’expérience patient, la pro­duc­ti­vi­té et les pro­ba­bi­li­tés de diag­nos­tic. C’est pour­quoi il est indis­pen­sable pour les construc­teurs d’être auprès des équipes afin d’optimiser le fonc­tion­ne­ment du scan­ner. Dans ce sens, l’ingénieur d’application inter­vient dans la for­ma­tion des méde­cins et des uti­li­sa­teurs lors de l’installation et du sui­vi des scanners.

    La pre­mière par­tie de ce rap­port pré­sen­te­ra Phi­lips et son envi­ron­ne­ment. Ensuite, les mis­sions que j’ai réa­li­sées durant ce stage seront déve­lop­pées afin de mieux com­prendre le rôle de l’ingénieur d’application en scan­ner. Enfin, un bilan pro­fes­sion­nel et per­son­nel per­met­tra de mettre en évi­dence les com­pé­tences et com­por­te­ments qu’il reste à acqué­rir et ceux déjà acquis pour exer­cer ce métier. 

    I. Présentation de l'entreprise Philips 

    1) Philips

    His­to­ri­que­ment, à sa créa­tion en 1891, Phi­lips com­mer­cia­li­sait des ampoules. L’effervescence de la révo­lu­tion indus­trielle a mené à la construc­tion du pre­mier labo­ra­toire de recherche Phi­lips. En 1918, Phi­lips pré­sente son pre­mier tube à rayons X médi­cal et fait ses pre­miers pas dans le milieu médi­cal. Par la suite, l’entreprise a com­mer­cia­li­sé de nom­breux pro­duits élec­tro­niques comme des rasoirs élec­triques, des télé­vi­seurs mais s’est éga­le­ment lan­cé dans la musique en lan­çant un label dis­co­gra­phique en 1950 [1].

    À la suite de l’arrivée en 2011 du nou­veau pré­sident direc­teur Frans Van Hou­ten, l’entreprise a pro­gres­si­ve­ment concen­tré son acti­vi­té dans le domaine de la santé.

    Phi­lips s’organise autour de trois acti­vi­tés (figure 1) :

    Figure 1 : Activités de l'entreprise Philips [source : auteur]

    C’est dans la divi­sion Heal­th­care que se trouve l’imagerie médicale.

    2) Philips France Commercial 

    En France, la socié­té Phi­lips France Com­mer­cial est diri­gée par David Cor­cos depuis 2016. En 2020, l’entreprise employait envi­ron 81 600 per­sonnes pour un chiffre d’affaires de 19 535 mil­liard d’euros [2]. Le siège social (figure 2) se situe à Sur­esnes, au 33 rue de Verdun. 

    Figure 2 : Siège social de Philips à Suresnes (Hauts de Seine) [1]

    Phi­lips France Com­mer­cial se divise en 3 branches dis­tinctes (figure 3) 

    Figure 3 : Les 3 branches de Philips France Commercial [source : auteur]
    • Pre­ci­sion Diag­no­sis : regroupe toutes les moda­li­tés d’imagerie : scan­ner, IRM, ultra­sons, radio­lo­gie conven­tion­nelle, solu­tion d’imagerie pour la radio­lo­gie interventionnelle.
    • Heal­th­care Infor­ma­tics : regroupe les solu­tions infor­ma­tiques comme le PACS mais aus­si la divi­sion Connec­ted Care qui contient les sys­tèmes de moni­to­ring, et les solu­tions pour accom­pa­gner les patients souf­frant de troubles res­pi­ra­toires du som­meil, d’insuffisance res­pi­ra­toire chro­nique ain­si que les défibrillateurs.
    • Per­son­nal Health : cette divi­sion regroupe tous les pro­duits bien-être : brosses à dents élec­triques, rasoirs, épi­la­teurs à lumière pul­sée, etc…

    En tant que sta­giaire Ingé­nieur d’Application Scan­ner, je fais par­tie de la branche Pré­ci­sion Diag­no­sis dont voi­ci l'organigramme (figure 4)

    Figure 4 : Organigramme Philips [source : auteur]

    3) Le marché de l'imagerie médicale 

    A l’échelle mon­diale, le mar­ché de l’imagerie médi­cale est esti­mé à plus de 20 mil­liards d’euros [10]. En France, le mar­ché est par­ta­gé entre 4 construc­teurs : Phi­lips, Gene­ral Elec­tric Heal­th­care, Sie­mens Heal­thi­neers et Canon

    Chaque construc­teur pro­pose dif­fé­rentes inno­va­tions tech­no­lo­giques dans le but d’être le lea­der dans le sec­teur du scanner.

    La der­nière inno­va­tion en date est celle de Sie­mens Heal­thi­neers qui a récem­ment com­mer­cia­li­sé le Naeo­tom Alpha (figure 6), le pre­mier scan­ner à comp­tage pho­to­nique. Ce type de scan­ner est l’évolution du scan­ner spec­tral, il per­met de quan­ti­fier l’énergie de cha­cun des pho­tos trans­mis. Seul le Centre Hos­pi­ta­lier Uni­ver­si­taire de Lille en est équi­pé pour le moment car cette machine est très oné­reuse. Comme on peut le remar­quer, c’est une révo­lu­tion en termes de qua­li­té image (figure 7). Cette inno­va­tion a creu­sé l’écart entre Phi­lips et Sie­mens Heal­thi­neers car pour le moment Phi­lips ne com­mer­cia­lise pas son scan­ner à comp­tage pho­to­nique qui est uni­que­ment uti­li­sé pour de la recherche cli­nique aux Hos­pices Civils de Lyon. 

    Figure 6 : Naeotom Alpha, scanner à comptage photonique par Siemens Healthineers [11]
    Figure 7 : Images réalisées par le Naeotom Alpha, Siemens Healthineers [11]

    Face à ces nou­veau­tés, Phi­lips peut comp­ter sur ses tech­no­lo­gies per­for­mantes qui lui per­mettent de conser­ver une part de mar­ché consi­dé­rable dans le milieu de l’imagerie médi­cale. Comme notam­ment le pre­mier scan­ner spec­tral à double couche de détec­teurs IQon Spec­tral CT puis CT 7500), qui per­met de s’affranchir de tous les incon­vé­nients ren­con­trés avec les autres technologies.

    Le Spec­tral CT 7500 a d’ailleurs reçu un Min­nie Award dans la caté­go­rie « Best New Radio­lo­gy Device of 2021 ». 

    4) Organisation de l'équipe scanner 

    La branche moda­li­tés est donc divi­sée en 3 segments :

    • Diag­nos­tic Ima­ging (42% des ventes) [2] 
    • Image-Gui­ded The­ra­py (31% des ventes) [2] 
    • Ultra­sound (19% des ventes) [2] 

    Je détaille­rai uni­que­ment celle dont j’ai fait par­tie, l’équipe scan­ner (CT). Com­po­sée de 27 membres, voi­ci les dif­fé­rents postes au sein de l’équipe scanner :

    • Tech­ni­cien : Il pos­sède les com­pé­tences et connais­sances tech­niques sur les dif­fé­rents modèles de la gamme de scan­ner Phi­lips. Il a la capa­ci­té de diag­nos­ti­quer une panne et de la résoudre. Il est en charge de plu­sieurs machines dans leur région et gère les ins­tal­la­tions pla­ni­fiées mais aus­si les pannes tech­niques imprévues.
    • Ingé­nieurs d’application (cli­ni­cal appli­ca­tion spe­cia­list) : Il a un rôle de for­ma­teur auprès des méde­cins, des mani­pu­la­teurs et des phy­si­ciens en fai­sant si besoin des rap­pels phy­siques sur la tech­no­lo­gie du scan­ner. Ce métier allie com­pé­tences cli­niques et tech­niques. Ils s’assurent que les para­mètres du scan­ner per­mettent l’acquisition d’images qui conviennent aux radio­logues, et que les doses déli­vrées sont conformes. L’ingénieur d’application est pré­sent lors des démar­rages de nou­velles machines, de l’introduction de nou­veaux logi­ciels et lorsque le site a une demande par­ti­cu­lière comme faire le point avec les équipes pour ajus­ter des paramètres. 
    • Chefs pro­duit (moda­li­ty spe­cia­list) : Il est spé­cia­liste des scan­ners Phi­lips, il est en charge des démons­tra­tions pro­duits, et par­ti­cipe gran­de­ment à la vente. Il répond éga­le­ment aux appels d’offres des centres sou­hai­tant acqué­rir un scanner. 
    • Com­mer­cial : Il est char­gé de pros­pec­ter pour trou­ver de poten­tiels clients dans le but de vendre des solu­tions d’imagerie. Il tra­vaille régu­liè­re­ment en binôme avec un moda­li­ty spe­cia­list. Il est en charge de la négo­cia­tion, la rédac­tion des contrats et de pas­ser la commande.

    Au sein de l’équipe, chaque acteur inter­vient à un moment par­ti­cu­lier du cycle de vie de la machine (figure 8) :

    Figure 8 : Les différentes étapes de la vie d'un scanner et leurs acteurs 

    5) La gamme de scanners Philips

    La gamme de scan­ners Phi­lips se renou­velle régu­liè­re­ment, soit par la com­mer­cia­li­sa­tion de nou­velle machine, soit par la sor­tie de mises à jour sur les logi­ciels d’acquisition et/ou de post trai­te­ment.
    Actuel­le­ment, plus de 1000 sys­tèmes sont ins­tal­lés dans le monde avec une forte concen­tra­tion en Europe (figure 9). Les sys­tèmes d’imagerie tomo­den­si­to­mé­trique Phi­lips se déclinent selon leur uti­li­sa­tion. Il existe des modèles d’imagerie conven­tion­nelle, d’imagerie spec­trale et d’imagerie oncologique. 

    Figure 9 : Base installée de scanners Philips dans le monde [source : interne]

    La gamme conventionelle : 

    Voi­ci les prin­ci­paux scan­ners de la gamme conven­tion­nel, réper­to­riés dans un tableau avec les infor­ma­tions sur la lar­geur du tun­nel (cm), la vitesse de rota­tion du tube (secondes pour 1 tour) et le nombre ins­tal­lé en France pour chaque modèle (tableau 1)

    Tableau 1 : Principaux scanners de la gamme conventionnelle Philips [source : auteur]
    Modèle du scannerLar­geur du tun­nel (cm)Vitesse de rota­tion du tube (sec pour 1 tour)Nombre de scan­ners ins­tal­lés en France
    Inci­sive CT720,5 / 0,4 / 0,3552
    CT 6000 iCT700,275
    CT 5000 Ingenuity700,5 / 0,75 / 1,0 / 1,15100

    Dans la gamme conven­tion­nelle, l’Incisive CT est le scan­ner le plus ven­du, uti­li­sé très faci­le­ment en rou­tine, rapide et per­for­mant. Ce modèle dis­pose d'un algo­rithme de recons­truc­tion d’images uti­li­sant l’intelligence arti­fi­cielle. Il per­met d’obtenir des images avec un niveau de bruit très dimi­nué en com­pa­rai­son d’autres scanners. 

    La gamme oncologie : 

    Tableau 2 : Spécificités du scanner Philips dédié à l'oncologie [source : auteur]
    Modèle du scannerLar­geur du tun­nel (cm)Vitesse de rota­tion du tube (sec pour 1 tour)Nombre de scan­ners ins­tal­lés en France
    Big Bore RT850,44 / 0,5 / 0,75 / 1,0 / 1,5 / 2.060

    La gamme spectrale : 

    Tableau 3 : Scanners de la gamme spectrale de Philips [source : auteur]
    Modèle du scannerLar­geur du tun­nel (cm)Vitesse de rota­tion du tube (sec pour 1 tour)Nombre de scan­ners ins­tal­lés en France
    IQon Spec­tral CT700,2716 (22 prochainement)
    Spec­tral CT 7500800,271 (2 prochainement)

    Concer­nant la gamme spec­trale, l’iQon Spec­tral CT est com­po­sé d’un détec­teur à double couche. Cela per­met de dis­cri­mi­ner les hautes éner­gies des faibles, afin d’extraire des don­nées propres à la com­po­si­tion de chaque tis­su tra­ver­sé. Un choix à prio­ri n’est pas néces­saire, cela per­met d’obtenir des don­nées spec­trales sur 100% des examens. 

    Ci-des­sous un visuel des dif­fé­rents scan­ners de la gamme Phi­lips (figure 10) : 

    Figure 10 : Les différents scanners de la gamme Philips [source : auteur et interne]

    L’équipe scan­ner tra­vaille sur toutes les machines de la gamme, mais dans le cadre de ce stage je me suis concen­trée uni­que­ment sur l’Incisive CT. En effet, ce scan­ner connaît un franc suc­cès pour sa rapi­di­té de dépla­ce­ment de table, sa qua­li­té d’image grâce à l’intelligence arti­fi­cielle, ain­si que son ergonomie. 

    4.1) Incisive CT : caractéristiques techniques 

    L’incisive CT est doté de la Pre­cise Suite, ce sont des inno­va­tions basées sur des réseaux de neu­rones d’intelligence arti­fi­cielle qui aident à réduire dras­ti­que­ment la dose de rayons X tout en aug­men­tant les réso­lu­tions spa­tiales et en contraste pour un meilleur diagnostic.

    Cette suite est com­po­sée de : 

    • Pre­cise Image : Cet algo­rithme per­met de réduire la dose et le bruit sur l’image et donc d’augmenter la détec­ta­bi­li­té à faible contraste, ain­si que de réduire le temps de lec­ture des images. C’est l’algorithme de recons­truc­tion le plus rapide du mar­ché qui suc­cède à l’algorithme iDose (figure 11)
    Figure 11 : Comparaison de l'algorithme de reconstruction classique iDose et Precise Image [source : interne]
    • Pre­cise Posi­tion : Il s’agit d’une camé­ra posi­tion­née au-des­sus de la table d’examen, qui va détec­ter auto­ma­ti­que­ment la posi­tion du patient et le cen­trer selon l’examen choi­si par le MERM. Cela per­met d’améliorer la repro­duc­ti­bi­li­té inter-opé­ra­teur et de limi­ter les doses reçues car un mau­vais cen­trage a pour consé­quence une aug­men­ta­tion de la dose. 
    • Pre­cise Car­diac : Uti­li­sé pen­dant ou a pos­te­rio­ri de l’acquisition, cet algo­rithme cor­rige le mou­ve­ment car­diaque afin d’améliorer la qua­li­té image, même à fré­quences car­diaques élevées. 
    • Pre­cise Inter­ven­tion : Lors d’actes de radio­lo­gie inter­ven­tion­nelle sca­no-gui­dées comme des biop­sies ou infil­tra­tions, cet algo­rithme per­met de suivre l’aiguille du radio­logue. Il cal­cule auto­ma­ti­que­ment la pro­fon­deur, l’angle, et la dévia­tion de l’aiguille par rap­port à la tra­jec­toire déter­mi­née par le radio­logue. Cela amé­liore la vitesse et l’efficacité pour des inter­ven­tions plus sûres. 

    Éga­le­ment, l’Incisive CT est très effi­cient grâce à ses per­for­mances techniques : 

    • Le tube à rayons X pos­sède un sys­tème de refroi­dis­se­ment rapide ce qui per­met d’enchaîner les exa­mens sans ris­quer une sur­chauffe du tube qui ralen­ti­rait le flux de patients. 
    • Les détec­teurs de l’Incisive Nano­Pa­nel Elite sont de haute fidé­li­té et offrent une très bonne réso­lu­tion spatiale.
    • Le taux d’échantillonnage est éle­vé ce qui aug­mente consi­dé­ra­ble­ment la qua­li­té image.
    • La rapi­di­té d’examen grâce à la recons­truc­tion rapide des images et le dépla­ce­ment de table ultra rapide. 

    Concer­nant la qua­li­té image, l’acquisition est très rapide : 128 coupes / 4 cen­ti­mètres. Ce qui per­met une très bonne réso­lu­tion tem­po­relle. Ce scan­ner pro­pose des matrices éle­vées 10242 et 7682, très utiles pour l’exploration des extré­mi­tés et des rochers. 

    Enfin, l’ergonomie de l’Incisive CT est très intui­tive grâce aux deux écrans tac­tiles de chaque côté du sta­tif per­met­tant d’avoir accès à la liste de patients, à leurs infor­ma­tions et aux dif­fé­rentes cartes d’examen conte­nues dans le logiciel. 

    En termes d’utilisation cli­nique, l’Incisive CT est très poly­va­lent et per­met de réa­li­ser des exa­mens d’excellente qua­li­té pour tout type d’indication. En voi­ci quelques exemples : 

    Figure 12 : Image d'un scanner thoracique avec visualisation d'un nodule pulmonaire grâce au logiciel Lung Nodule Assessment [source : interne]

    Cet exa­men est dif­fi­cile sur la plu­part des scan­ners car lorsque le délai est trop long entre la détec­tion du bolus de pro­duit de contraste et le début de l’acquisition, l’examen peut être raté. Ce n’est pas le cas avec l’Incisive CT qui est très réactif.

    • Angio scan­ner : visua­li­sa­tion des troncs supra aor­tiques (figure 13) :
    Figure 13 : Reconstruction en 3D des troncs supra aortiques (TSA) à gauche et images scannographiques à droite [source : interne]
    • Sui­vi post cra­nio­to­mie d’une hémor­ra­gie crâ­nienne (figure 14) :
    Figure 14 : Suivi post craniotomie d'une hémorragie crânienne [source : interne]

    C’est donc sur ce scan­ner que mes mis­sions se sont concen­trées, à tra­vers toute la France et majo­ri­tai­re­ment en région Sud-Est. 

    II. Missions réalisées durant le stage 

    1) Formation personnelle théorique et pratique 

    Étant diplô­mée Mani­pu­la­trice en Élec­tro­ra­dio­lo­gie Médi­cale (MERM), le scan­ner est une moda­li­té qui m’est fami­lière. Cepen­dant, comme expli­qué pré­cé­dem­ment, chaque construc­teur pos­sède ses spé­ci­fi­ci­tés tech­niques en termes d’acquisition et de recons­truc­tion d’images, ain­si qu’en ergo­no­mie de travail.

    Pour me for­mer, je me suis alors basée sur les connais­sances acquises lors de ma for­ma­tion de MERM, notam­ment sur les notions phy­siques. Avoir l’expérience et les connais­sances appor­tées par ce diplôme sont un réel avan­tage dans le métier d’ingénieur d’application scanner. 

    Suite à cela, je me suis fami­lia­ri­sée avec la gamme de scan­ners Phi­lips. Je me suis appuyée sur les connais­sances de mes col­lègues mais éga­le­ment sur des res­sources dis­po­nibles sur une pla­te­forme en ligne recueillant de nom­breuses don­nées Philips.

    Une des par­ti­cu­la­ri­tés dans cette entre­prise est que les sta­giaires ne béné­fi­cient pas d’une for­ma­tion sur les pro­duits. Il faut donc s’adapter et s’autonomiser en allant cher­cher les connais­sances soi-même. 

    2) Participation aux démarrages de scanners

    L’une des mis­sions prin­ci­pales d’un ingé­nieur d’application en scan­ner est l’installation d’une nou­velle machine. Il peut s’agir d’un renou­vel­le­ment, dans ce cas, le scan­ner pré­cé­dent était un Phi­lips, ou bien c’est un nou­veau site qui ne connaît pas les scan­ners Phi­lips et donc il fau­dra par­tir de zéro. 

    Durant ce stage, j’ai par­ti­ci­pé à l’installation d’un scan­ner à Aubagne et à Vienne et ces deux sites étaient déjà équi­pés d’un scan­ner Phi­lips aupa­ra­vant. Le site de Vienne allait être équi­pé d’un IQon Spec­tral CT et Aubagne d’un Inci­sive CT. 

    Pour faire face aux retards de livrai­son des scan­ners dû à la pénu­rie de maté­riaux, Phi­lips a inves­ti en rache­tant l’entreprise Agi­to qui com­mer­cia­lise des poids lourds dotés d’un Inci­sive CT dans la remorque. Tout est amé­na­gé pour accueillir les patients et pour tra­vailler dans des condi­tions opti­males (figure 15 et figure 16). C’est une solu­tion tem­po­raire per­met­tant de libé­rer l’ancien scan­ner afin de le dés­ins­tal­ler et de patien­ter jusqu’au pro­chain, tout en pre­nant en charge des patients. 

    Aubagne et Vienne ont béné­fi­cié de ce camion, il fal­lait donc for­mer les nou­veaux uti­li­sa­teurs sur l’Incisive CT. 

    Figure 15 : Vue extérieure du camion sur le parking du Centre Hospitalier d'Aubagne [source : auteur]
    Figure 16 : Vue intérieure du camion sur le parking du Centre Hospitalier d'Aubagne [source : auteur]

    Les condi­tions sont un peu dif­fé­rentes d’une salle de scan­ner stan­dard car l’espace est réduit, il faut donc trou­ver sa place pour accom­pa­gner les mani­pu­la­teurs sans encom­brer l’espace. Cepen­dant, le démar­rage d’un scan­ner dans un camion ou dans un ser­vice de radio­lo­gie requiert les mêmes com­pé­tences et se déroule de manière simi­laire pour l’ingénieur d’application. 

    2.1) Préparation du démarrage d'un scanner 

    Lorsqu’un scan­ner est ins­tal­lé sur un nou­veau site, l’ingénieur d’application doit anti­ci­per sa venue et se ren­sei­gner sur l’établissement afin de com­prendre le contexte et les enjeux s’y rap­por­tant (figure 18). Il est néces­saire de contac­ter le/la cadre du ser­vice de radio­lo­gie afin d’échanger sur les habi­tudes de tra­vail des équipes avec la machine pré­cé­dente. Cela per­met­tra de connaître leur type d’activité (urgences, ren­dez-vous pro­gram­més, les deux) et le rythme de tra­vail. 

    Éga­le­ment, l’ingénieur d’application doit se rendre sur place afin d’importer les pro­to­coles des dif­fé­rents exa­mens sur le logi­ciel du scan­ner, car en sor­tie d’usine les scan­ners pos­sèdent des pro­to­coles qui ne sont pas per­son­na­li­sés. Voi­ci à quoi res­semble l’interface de l’Incisive CT où se trouvent les dif­fé­rents pro­to­coles (figure 17)

    L’ingénieur d’application peut éga­le­ment être sol­li­ci­té pour don­ner aux équipes une pré for­ma­tion spé­ci­fique au scan­ner qui leur sera ins­tal­lé. Nous y revien­drons plus tard dans une par­tie dédiée. 

    C’est donc grâce aux dis­cus­sions avec les mani­pu­la­teurs, méde­cins et phy­si­ciens que l’ingénieur d’application peut adap­ter les pro­to­coles des dif­fé­rents exa­mens selon les besoins du site. 

    Figure 17 : Interface de l'Incisive CT lors du choix du protocole [source : auteur]
    Figure 18 : Missions de l'ingénieur d'application avant une installation de scanner [source : auteur]

    2.2) Démarrage du scanner 

    Le jour du démar­rage du scan­ner, l’activité est nor­ma­le­ment réduite sur les pre­miers jours afin de lais­ser le temps aux mani­pu­la­teurs de se fami­lia­ri­ser avec la nou­velle ergo­no­mie de la machine. 

    L’objectif pour l’ingénieur d’application étant de pré­sen­ter le scan­ner en lui-même, com­ment l’allumer, l’éteindre et com­ment fonc­tionne le logi­ciel. Cette étape com­mence sou­vent par une démons­tra­tion de l’interface puis, lors de l’arrivée d’un patient, l’ingénieur d’application accom­pagne pas à pas le mani­pu­la­teur pour la réa­li­sa­tion de l’examen. Il doit faci­li­ter l’utilisation de la machine en rou­tine, pour que les uti­li­sa­teurs se sentent à l’aise et capables de l’utiliser seuls.

    En paral­lèle, le radio­logue en charge de la vaca­tion ana­lyse la qua­li­té image des exa­mens réa­li­sés. Si des modi­fi­ca­tions des para­mètres sont néces­saires, les ajus­te­ments sont réa­li­sés rapi­de­ment afin d’obtenir une qua­li­té qui convienne pour réa­li­ser un diagnostic. 

    Le per­son­nel com­pé­tent en radio­pro­tec­tion (PCR) sur­veille éga­le­ment les doses dès les pre­miers exa­mens pour s’assurer que les doses déli­vrées par la nou­velle machine sont conformes. 

    L’ingénieur d’application inter­agit donc avec ces dif­fé­rents inter­lo­cu­teurs : mani­pu­la­teurs, radio­logues, cadre de ser­vice, phy­si­cien, PCR. 

    3) Suivi des sites Philips 

    L’une des autres mis­sions prin­ci­pales de l’ingénieur d’application est le sui­vi de scan­ners sur site. Il s’agit d’établissements où le scan­ner est ins­tal­lé depuis plu­sieurs semaines / mois. L’ingénieur d’application se rend sur place afin de faire le point avec les équipes et les méde­cins et faire des ajus­te­ments si besoin. 

    Cela per­met éga­le­ment de pas­ser du temps avec les mani­pu­la­teurs et de peau­fi­ner leur aisance sur la machine car sur les sites où les mani­pu­la­teurs sont très nom­breux, l’ingénieur ne peut pas tous les voir en une semaine de pré­sence lors du démarrage. 

    Lors de ce stage, j’ai par­ti­ci­pé au sui­vi des sites suivants : 

    • Mont­pel­lier 
    • Nantes
    • Aubagne
    • Mon­té­li­mar
    • St-Malo 
    • Quim­per

    Chaque sui­vi était en binôme avec un col­lègue ce qui m’a per­mis d’acquérir de l’expérience grâce à l’observation et la par­ti­ci­pa­tion. Les prin­ci­pales remarques faites par les équipes lors des visites de sui­vi portent sur la qua­li­té des images et leur aspect trop lisse ou trop dur. La durée d’une visite de sui­vi peut être d’un à sept jours selon les besoins des équipes. 
    Afin d’identifier les savoirs néces­saires avant une visite, les mis­sions à réa­li­ser sur place, le résul­tat atten­du ain­si que les éven­tuelles amé­lio­ra­tions, voi­ci un pro­ces­sus d’une visite de sui­vi (figure 19)

    Figure 19 : Processus d'une visite de suvi [source : auteur]

    4) Missions marketing

    En paral­lèle des dépla­ce­ments sur sites, des mis­sions orien­tées mar­ke­ting m’étaient confiées. Le but étant de four­nir de la docu­men­ta­tion et des sup­ports pour les chefs pro­duit et les com­mer­ciaux mais aus­si pour les manipulateurs. 

    Voi­ci les mis­sions mar­ke­ting réa­li­sées durant ce stage : 

    • Réa­li­sa­tion de tuto­riels sur l’Incisive CT : L’objectif était de créer un tuto­riel étape par étape pour les mani­pu­la­teurs sur la réa­li­sa­tion d’un scan­ner du crâne par exemple, afin d’apporter un sup­port même sans la pré­sence de l’ingénieur d’application. Plu­sieurs tuto­riels ont été réa­li­sés pour dif­fé­rentes loca­li­sa­tions ana­to­miques. Cela se pré­sen­tait sous la forme d’un docu­ment PDF, illus­tré de cap­tures d’écran réa­li­sées sur site lors des dépla­ce­ments (figure 20)
    Figure 20 : Tutoriel pour la réalisation d'un scanner thoracique sans injection de produit de contraste [source : auteur]
    • Tra­duc­tion de ques­tions d’évaluation pour le Phi­lips Lear­ning Cen­ter : En col­la­bo­ra­tion avec une sta­giaire en mar­ke­ting qui n’était pas for­mée sur le scan­ner, j’étais char­gée de véri­fier les tra­duc­tions de ques­tions qu’elle avait faites. Les ques­tions étaient à l’origine for­mu­lées en anglais et pro­ve­naient des usines Phi­lips aux Pays-Bas. Les ques­tions concer­naient entre autres la phy­sique du scan­ner, l’anatomie car­diaque, le scan­ner car­diaque. Voi­ci un exemple de ques­tions dont la tra­duc­tion était inexacte (figure 21) :  
    Figure 21 : Exemple de questions traduites de l'anglais à vérifier [source : auteur]
    • Réa­li­sa­tion de fiches en anglais et en fran­çais, à but mar­ke­ting, sur plu­sieurs thèmes : En vue d’un congrès de radio­lo­gie, il m’a été deman­dé de réa­li­ser des fiches PDF de 1 à 2 pages dans le but de les pré­sen­ter sur une tablette. Les fiches devaient être visuelles et devaient conte­nir les infor­ma­tions les plus impor­tantes. J’ai donc réa­li­sé une fiche sur chaque scan­ner ain­si que sur des spé­ci­fi­ci­tés Phi­lips : leur algo­rithme de recons­truc­tion Pre­cise Image, l’option de radio­lo­gie inter­ven­tion­nelle, etc…

      Voi­ci la fiche que j’ai réa­li­sé sur le CT 6000 (figure 22)
    Figure 22 : Fiche marketing réalisée sur le CT 6000 [source : auteur]

    5) Participation à une MasterClass Manipulateurs à Marseille 

    L’équipe scan­ner Phi­lips a orga­ni­sé la pre­mière Mas­ter­Class Mani­pu­la­teurs à Mar­seille les 13, et 14 mai der­niers. Cette mas­ter class était dédiée aux retours d’expérience sur l’utilisation de l’Incisive CT. Des mani­pu­la­teurs de toute la France étaient invi­tés et ces deux jour­nées ont été ryth­mées par des pré­sen­ta­tions faites par des mani­pu­la­teurs et des membres Phi­lips. On m’a confié la mis­sion de réa­li­ser une pré­sen­ta­tion « retour d’expérience » sur une nou­velle option pour la radio­lo­gie inter­ven­tion­nelle sur l’Incisive CT. J’ai donc réa­li­sé un Power­Point que j’ai pré­sen­té à l’oral lors du congrès (figure 23). Pour cela je me suis dépla­cée à St Malo afin de faire des vidéos tuto­riel car ce site était déjà équi­pé de la nou­velle option.

    Figure 23 : Présentation effectuée à la MasterClass Manipulateurs de Marseille [source : auteur]

    6) Pré-formation des utilisateurs de l'Incisive CT 

    Comme men­tion­né plus haut, l’ingénieur d’application peut être sol­li­ci­té pour don­ner une pré-for­ma­tion aux futurs uti­li­sa­teurs d’un scanner. 

    Pour ma part, j’ai réa­li­sé une pré-for­ma­tion sur les sites d’Arles et Aubagne. Ces deux sites allant être équi­pés d’un Inci­sive CT, c’est sur ce modèle que la for­ma­tion por­tait. Elle dure envi­ron 2 jours selon les effec­tifs de mani­pu­la­teurs et plu­sieurs ses­sions sont orga­ni­sées dans la jour­née pour accueillir des groupes de 4 à 5 personnes. 

    La for­ma­tion com­mence par la pré­sen­ta­tion d’un Power­Point sur les dif­fé­rents logi­ciels per­met­tant de modu­ler la dose sur les scan­ners Phi­lips. Ce sont des notions assez tech­niques qui per­met­tront aux mani­pu­la­teurs de com­prendre les dif­fé­rents para­mètres du scanner. 

    Ensuite, l’équipe scan­ner a l’habitude d’utiliser un simu­la­teur du logi­ciel de l’Incisive CT, c’est un logi­ciel à ins­tal­ler qui per­met de simu­ler tota­le­ment les écran de la console du scanner. 

    Cela per­met de mon­trer com­ment fonc­tionne l’interface, de simu­ler la réa­li­sa­tion d’un exa­men et la recons­truc­tion des images. 

    Sur la cap­ture d’écran ci-des­sous (figure 24) on observe la simu­la­tion d’un scan­ner de l’abdomen avec en bleu le posi­tion­ne­ment de la zone d’acquisition dite « boite d’acquisition », sur une image en 2D du patient ser­vant de repérage. 

    Figure 24 : Capture d'écran du simulateur de l'Incisive [source : auteur]

    III. Bilan personnel et professionnel 

    1) Compétences et comportements acquis 

    Ce stage a été ma pre­mière expé­rience en entre­prise. Jusque-là, je n’avais réa­li­sé que des stages en milieu hos­pi­ta­lier lors de mes études de MERM. J’ai donc décou­vert le monde de l’imagerie médi­cal du coté industriel. 

    Sur le plan tech­nique ce stage m’a per­mis de décou­vrir la gamme de scan­ners Phi­lips. Je connais­sais déjà l’IQon suite à un pro­jet réa­li­sé durant mon mas­ter à l’UTC sur le scan­ner spec­tral mais je n’avais pas de notion sur les carac­té­ris­tiques des autres modèles. 
    Grâce aux taches mar­ke­ting j’ai éga­le­ment tra­vaillé sur les modèles des concur­rents ce qui me per­met d’avoir une vision glo­bale du mar­ché du scan­ner en France. 

    J’ai déve­lop­pé des savoirs-faire sur la console d’acquisition de l’Incisive CT, je suis capable de réa­li­ser des exa­mens et de modi­fier des para­mètres d’acquisition, de recons­truc­tion mais aus­si les cartes d’examen pour ajus­ter la qua­li­té image.

    Sur le plan humain, j’ai déve­lop­pé des com­pé­tences rela­tion­nelles. D’une part avec mes col­lègues mais aus­si avec les clients sur sites. Concer­nant les rela­tions internes, j’ai été agréa­ble­ment sur­prise par la gen­tillesse et l’accueil de cha­cun. J’ai appris à com­mu­ni­quer avec eux plus faci­le­ment et à les sol­li­ci­ter lorsque j’avais besoin d’aide. 


    D’autre part, les rela­tions avec les pro­fes­sion­nels de san­té comme les radio­logues, cadres de ser­vice et mani­pu­la­teurs sont très impor­tantes pour le bon dérou­le­ment des visites, et en vue d’un renou­vel­le­ment de la machine. Il est impor­tant lorsque l’on est sur site, de ne pas gêner le dérou­le­ment de la vaca­tion de scan­ners, mais de par­fois s’imposer pour don­ner des conseils sur leur façon de tra­vailler. J’ai eu de plus en plus d’aisance à m’imposer aux côtés des mani­pu­la­teurs pour tra­vailler avec eux, sans avoir peur de les déranger. 

    2) Compétences et comportements à acquérir

    A la suite de ce stage de fin d’études, je remarque qu’il me reste des points sur les­quels je dois m’améliorer. En effet, le métier d’ingénieur d’application néces­site un haut niveau de savoirs, des connais­sances sur la phy­sique du scan­ner, mais éga­le­ment sur le fonc­tion­ne­ment et le dérou­le­ment d’une vaca­tion de scanner. 

    Certes j’ai le diplôme de MERM, mais je n’ai jamais exer­cé en tant que tel et j’ai donc un manque d’expérience sur les habi­tudes de tra­vail pour les dif­fé­rents exa­mens. Heu­reu­se­ment, cela se com­pense grâce au temps pas­sé sur site avec les manipulateurs. 

    Autre point impor­tant, l’ingénieur d’application doit entre­te­nir de bonnes rela­tions avec les pro­fes­sion­nels de san­té sur les dif­fé­rents sites. Cela passe par une bonne entente avec les mani­pu­la­teurs et un pro­fes­sion­na­lisme qui per­met de résoudre les pro­blèmes effi­ca­ce­ment. Per­son­nel­le­ment, j’ai trou­vé dif­fi­cile de me sen­tir confiante avec les équipes alors que j’avais des lacunes et que je ne pour­rais poten­tiel­le­ment pas répondre à toutes leurs ques­tions. Il est évident qu’en début de car­rière il est nor­mal d’avoir des lacunes mais je pense que l’absence de for­ma­tion en début de stage a joué sur la confiance en moi sur les sites. Cepen­dant, cela s’est amé­lio­ré au fur et à mesure du stage. 

    3) Apport de la formation du master dans la réussite du stage 

    La for­ma­tion don­née par l’UTC m’a aidé à en connaître davan­tage sur les dif­fé­rents acteurs de la san­té et de son fonc­tion­ne­ment. Grâce aux dif­fé­rentes inter­ven­tions de pro­fes­sion­nels, j’ai pu avoir une vision glo­bale du milieu bio­mé­di­cal hos­pi­ta­lier mais aus­si industriel. 

    L’enseignement tech­nique four­ni par l’UTC m’a aidé dans ce stage, notam­ment grâce aux cours de phy­sio­pa­tho­lo­gie, d’imagerie médi­cale qui m’ont fait un rap­pel à la suite de mon diplôme de MERM. 

    Les bases du mar­ke­ting ensei­gnées ont éga­le­ment été un avan­tage pour com­prendre le lan­gage lors d’échange avec des équipes du mar­ke­ting mais aus­si l’équipe scanner. 

    Les ensei­gne­ments sur les appels d’offres et la ges­tion des dis­po­si­tifs médi­caux dans les hôpi­taux ont éga­le­ment été un plus car ils m’ont per­mis de com­prendre qui étaient les acteurs déci­sion­naires lors de l’acquisition d’un scanner.

    La for­ma­tion accom­pa­gnée du stage m’ont per­mis d’avoir des bagages solides pour débu­ter ma car­rière d’ingénieure d’application. 

    Conclusion

    En conclu­sion ce stage m’a été très béné­fique sur le plan per­son­nel et pro­fes­sion­nel. J’ai décou­vert le fonc­tion­ne­ment interne d’une entre­prise mul­ti­na­tio­nale de dis­po­si­tifs médi­caux. J’ai eu l’occasion de par­ti­ci­per à dif­fé­rentes ins­tal­la­tions, sui­vis, et mis­sions mar­ke­ting, en inter­agis­sant avec divers acteurs ain­si qu’a des congrès : Mas­ter­Class Mani­pu­la­teurs à Mar­seille ain­si qu’un congrès à Nice sur le scan­ner cardiaque. 

    Cela m’a per­mis de me rendre compte des enjeux, avan­tages et incon­vé­nients du métier d’ingénieur d’application. Je suis désor­mais consciente de l’investissement per­son­nel que repré­sente ce type de métier. Ce stage a été l’occasion de voir l’autre face de l’imagerie médi­cale, celle du côté constructeur. 

    Ce stage a été l’occasion de mettre en pra­tique mes connais­sances en ima­ge­rie médi­cale qui sont un réel atout dans ce métier. 

    Bibliographie

    [1] Wikipédia, « Philips », 14 mais 2022 [En ligne]. Disponible : https://fr.wikipedia.org/wiki/Philips. [Accès le 16/06/2022]

    [2] Xerfi Global, « Les leaders mondiaux de la medtech », Décembre 2021. [En ligne]. Disponible : https://www-xerfi-com.ezproxy.utc.fr/STAMP/PdfEcole/3263870-21XEEE12-clYrEhEd.pdf. [Accès le 16/06/2022].

    [3] Philips, « Incisive CT », [En ligne]. Disponible : https://www.philips.fr/healthcare/product/HC728143/incisivect-scanner-tdm. [Accès le 16/06/2022].

    [4] Philips, « Gamme de solutions TDM Philips 5000 Ingenuity », [En ligne]. Disponible : https://www.philips.fr/healthcare/product/HCNOCTN193/gamme-de-solutions-tdm-philips-5000-ingenuity-scanner-tdm. [Accès le 16/06/2022].

    [5] Philips, « Gamme de solutions TDM Philips 6000 iCT », [En ligne]. Disponible : https://www.philips.fr/healthcare/product/HCNOCTN194/gamme-de-solutions-tdm-philips-6000-ict-scanner-tdm. [Accès le 16/06/2022].

    [6] Philips, « Big Bore RT », [En ligne]. Disponible : https://www.philips.fr/healthcare/product/HC728242/big-bore-rt. [Accès le 16/06/2022].

    [7] Philips, « IQon spectral CT », [En ligne]. Disponible : https://www.philips.fr/healthcare/product/HCNOCTN284/iqon-spectral-ct. [Accès le 16/06/2022].

    [8] Philips, « Spectral CT 7500 », [En ligne]. Disponible : https://www.philips.fr/healthcare/product/728333/spectral-ct-7500-philips-all-new-spectral-detector-ct-750. [Accès le 16/06/2022].

    [9] Philips, « Spectral CT7500,» [En ligne]. Available : https://www.philips.fr/healthcare/product/728333/spectral-ct-7500-philips-all-new-spectral-detector-ct-750. [Accès le 16 06 2022].

    [10] B. Actu, « Marché de l'imagerie médicale : chiffres et tendances,» [En ligne]. Available : https://www.business-actu.fr/marche-de-limagerie-medicale-chiffres-et-tendances.html. [Accès le 21 06 2022].

    [11] Ifdesign, « Naeotom Alpha,» 2022. [En ligne]. Available : https://ifdesign.com/en/winner-ranking/project/naeotom-alpha/343477. [Accès le 21 06 2022].
    searchhomearrow-circle-left