• IDS145 - Etude exploratoire sur le développement de produits dédiés ou compatibmes avec la radiothérapie

    Avertissement

    Les projets ou stages publiés auxquels vous accédez sont des rapports d'étudiants et doivent être pris comme tels. Il peuvent donc comporter des imperfections ou des imprécisions que tout lecteur doit admettre et donc supporter. Il ont été réalisés pendant les périodes de formation et constituent avant-tout des travaux de compilation bibliographique, d'initiation et d'analyse sur des thématiques associées aux concepts, méthodes, outils et expériences sur les démarches qualité dans les organisations ou sur les technologies en santé.

    Si, malgré nos précautions, vous avez des raisons de contester ce droit de diffusion libre, , nous nous efforcerons d'y apporter une réponse rapide. L'objectif de la présentation des travaux sur le web est de permettre l'accès à l'information et d'augmenter ainsi la qualité des échanges professionnels.

    Nous ne faisons aucun usage commercial des travaux de projet ou de stage publiés, par conséquent les citations des informations et l'emploi des outils mis à disposition sont totalement libres. Dans ce cas, nous vous demandons de respecter les règles d'éthique en citant explicitement et complètement vos sources bibliographiques.

    Bonne lecture...

    Auteur

    Ade­bo­la FATOKE

    Contact

    Ade­bo­la FATOKE :

    Citation

    A rap­pe­ler pour tout usage : Ade­bo­la FATOKE, "ÉTUDE EXPLORATOIRE SUR LE DÉVELOPPEMENT DE PRODUITS DÉDIÉS OU COMPATIBLES AVEC LA RADIOTHÉRAPIE" Uni­ver­si­té tech­no­lo­gique de Com­piègne (France), Mas­ter Ingé­nie­rie de la san­té, Rap­port de stage, https//travaux.master.utc.fr/, réf n° IDS145, juillet 2022, url directe : https://travaux.master.utc.fr/formations-master/ingenierie-de-la-sante/ids145

    Résumé

    La recherche d’une meilleure effi­ca­ci­té du trai­te­ment des tumeurs et l’utilisation accrue de l’imagerie pen­dant la prise en charge des patients ont per­mis la concep­tion de machines asso­ciant l’accélérateur linéaire de par­ti­cules avec l’IRM. Dans ce contexte, l’entreprise OLEA-MEDICAL aime­rait étu­dier les pos­sibles oppor­tu­ni­tés liées à cette nou­velle approche de traitement.

    Ain­si, pour explo­rer cette pos­si­bi­li­té, la com­pré­hen­sion des dif­fé­rentes tumeurs céré­brales, les dif­fé­rentes tech­niques et tech­no­lo­gies uti­li­sées, les com­pé­tences néces­saires, le par­cours patient en radio­thé­ra­pie neu­ro-onco­lo­gie et l’environnement macro-éco­no­mique sont des élé­ments indispensables.

    J'ai donc mis en pra­tique des outils de ges­tion de pro­jet comme le QQOQCP pour mieux cadrer la pro­blé­ma­tique, le Gantt pour avoir une vision claire des tâches et la durée d’exécution, les dia­grammes de cause à effet et en arbre pour anti­ci­per au mieux les risques, puis j'ai fait une veille tech­no­lo­gique et docu­men­taire, et enfin, j'ai dis­cu­té avec les acteurs de la radio­thé­ra­pie neuro-oncologie.

    Cette étude a confir­mé la place impor­tante qu’occupe l’imagerie (CT et IRM) de la phase diag­nos­tic jusqu’au sui­vi post trai­te­ment, et m’a per­mis l’amélioration de mes com­pé­tences tech­niques, stra­té­giques, humaines et linguistiques.

    Abstract

    The search for grea­ter effi­cien­cy in tumor treat­ment and the increa­sed use of ima­ging during patient mana­ge­ment have led to the desi­gn of machines that com­bine the linear acce­le­ra­tor (LINAC) with MRI. To this end, OLEA-MEDICAL would like to stu­dy the pos­sible oppor­tu­ni­ties rela­ted to this new treat­ment approach.

    To explore this pos­si­bi­li­ty, the unders­tan­ding of the dif­ferent brain tumors, the dif­ferent tech­niques and tech­no­lo­gies used, the neces­sa­ry skills, the patient path­way in neu­ro-onco­lo­gy radio­the­ra­py and the macro-busi­ness envi­ron­ment are essen­tial elements.

    I the­re­fore used pro­ject mana­ge­ment tools such as the QQOQCP to bet­ter define the pro­blem, the Gantt to have a clear vision of the tasks and the dura­tion of exe­cu­tion, cause and effect dia­grams and tree dia­grams to bet­ter anti­ci­pate the risks, then I did a tech­no­lo­gi­cal and docu­men­ta­ry moni­to­ring, and final­ly, I dis­cus­sed with the actors of the neu­ro-onco­lo­gy radio­the­ra­py. This stu­dy confir­med the impor­tant place of ima­ging (CT and MRI) from the diag­nos­tic phase to the post-treat­ment fol­low-up, and allo­wed me to improve my tech­ni­cal, stra­te­gic, human, and lin­guis­tic skills.

    Téléchargements

    IDS145-ÉTUDE EXPLORATOIRE SUR LE DÉVELOPPEMENT DE PRODUITS DÉDIÉS OU COMPATIBLES AVEC LA RADIOTHÉRAPIE
    ids145- Clas­si­fi­ca­tion his­to­lo­gique et moléculaire
    ids145- Clas­si­fi­ca­tion his­to­lo­gique et grade
    ids145- Epi­dé­mio­lo­gie mondiale
    ids145-Epi­dé­mio­lo­gie continentale
    ids145-Méta­stases céré­brales par can­cer primaire
    ids145-Clas­si­fi­ca­tion des rayon­ne­ments en radiothérapie
    ids145-Pres­crip­tion des doses en radio­thé­ra­pie anti-cancéreuse
    ids145-Tech­niques d’application des radia­tions ionisantes

    Mémoire complet : Étude exploratoire sur le développement de produits dédiés ou compatibles avec la radiothérapie

    Remerciements

    Je tiens tout abord à remer­cier M. Fay­çal Dje­ri­dane pré­sident d’Olea Medi­cal pour m’avoir don­né l’opportunité d’intégrer OLE-MEDICAL.

    Je remer­cie ma tutrice de stage Mme Mar­ga­ri­ta ARANGO-LIEVANO pour tous les ensei­gne­ments, le par­tage d’expérience et la confiance qu’elle m’a accor­dée pen­dant mon stage.

    Je sou­haite remer­cier l’équipe solu­tion cli­nique, en par­ti­cu­lier M. Mael FLOCH, M. Franck GIRARD et Mme Natha­lie KIEUSSEYAN pour leur aide et leur coopé­ra­tion dans la réa­li­sa­tion du pré­sent document.

    Je tiens à remer­cier l’équipe ensei­gnante de l’UTC, notam­ment Mme Isa­belle Clau­deet M.Jean-Matthieu Prot pour leurs conseils et disponibilité.

    Liste des sigles/acronymes

    • SNC : Sys­tème Ner­veux Central
    • INCR : Ins­ti­tut des Neu­ros­ciences Clinques de Rennes
    • LINAC : Accé­lé­ra­teurs Linéaires de Particules
    • AVCI : Année de Vie Cor­ri­gée de l'Incapacité
    • Gy : GRAY
    • KV : Kilovolt
    • MV : Mégavolt
    • PFS : Pro­gres­sion-free survival
    • OS : Ove­rall survival
    • TMZ : Temozolomide
    • PCV : pro­car­ba­zine lomus­tine vincristine
    • CBCT : Cone Beam Com­pu­ted Tomography
    • PSMA : Pros­tate-Spe­ci­fic Mem­brane Antigen
    • ADC : Appa­rent Dif­fu­sion Coefficient
    • DSC : Dyna­mic Sus­cep­ti­bi­li­ty Contrast-enhanced
    • DCE : Dyna­mic Contrast-Enhanced
    • FLAIR : Fluid-Atte­nua­ted Inver­sion Recovery
    • DICOM : Digi­tal Ima­ging and Com­mu­ni­ca­tions in Medical

    Introduction

    L’augmentation de l’espérance de vie de la popu­la­tion a contri­bué à l’accroissement du nombre de per­sonnes vivant avec des mala­dies du sys­tème ner­veux cen­tral (SNC) : mala­die de Par­kin­son, sclé­rose en plaques, mala­die d’Alzheimer, tumeurs céré­brales, acci­dent vas­cu­laire céré­bral, dépres­sion, etc. La tumeur céré­brale cor­res­pond à une ano­ma­lie de la crois­sance cel­lu­laire qui peut être de nature bénigne ou maligne. Les tumeurs du sys­tème ner­veux cen­tral peuvent se déve­lop­per dans la région intra­crâ­nienne ou dans la région du canal rachi­dien. Elles recouvrent plus d’une ving­taine de tumeurs dis­tinctes. Leurs pro­nos­tics et leur prise en charge sont très dif­fé­rents selon le type de tumeur et l’âge[1].

    Les tumeurs du sys­tème ner­veux cen­tral peuvent être trai­tées par chi­rur­gie, la radio­thé­ra­pie et la chi­mio­thé­ra­pie, ou le plus sou­vent, une com­bi­nai­son de ces trai­te­ments. La radio­thé­ra­pie inter­vient dans la prise en charge d’environ 70% des patients atteints de tumeurs céré­brales[2]. Il existe deux dif­fé­rents types de radio­thé­ra­pie : la radio­thé­ra­pie externe et interne. La radio­thé­ra­pie externe uti­lise les accé­lé­ra­teurs linéaires de par­ti­cules (LINAC) pour trai­ter le patient, tan­dis que la radio­thé­ra­pie interne uti­lise des sub­stances radio­ac­tives dans le corps[3] [4].

    Face à cette uti­li­sa­tion crois­sante de la radio­thé­ra­pie dans la prise en charge des tumeurs céré­brale, OLEA MEDICAL, entre­prise spé­cia­li­sée dans la concep­tion et la com­mer­cia­li­sa­tion d’application d’imagerie (IRM et CT) du groupe CANON MEDICAL SYSTEMS, a déci­dé de pro­po­ser une solu­tion inté­grable et intégrée.

    Ain­si, ce rap­port pré­sen­te­ra la place de l’imagerie en radio­thé­ra­pie neu­ro-onco­lo­gie. Ceci sera fait en ayant comme fil conduc­teur : la pré­sen­ta­tion l’entreprise de stage, les tumeurs céré­brales, l’état de l’art de la radio­thé­ra­pie neu­ro-onco­lo­gie et l’apport du stage.

    Chapitre 1 : OLEA-MEDICAL et son environnement

    1.1 Présentation de l’entreprise, Historique

    Olea Médi­cal est une socié­té ano­nyme (SA) spé­cia­li­sée dans le post-trai­te­ment d’images pour le diag­nos­tic médi­cal. La mis­sion de l’entreprise, ‘Impro­ved Diag­no­sis for Life’ (Figure 1) est de four­nir une solu­tion pour amé­lio­rer le pro­ces­sus de diag­nos­tic et sui­vi des mala­dies. Sur le plan tech­nique et scien­ti­fique, Olea Medi­cal® déve­loppe des solu­tions avan­cées de post-trai­te­ment d’images IRM et de scan­ner mul­ti-construc­teurs, multi-applications.

    Olea Medi­cal® a été fon­dée en 2008, mais son his­toire com­mence bien avant, en 1998, créant un logi­ciel de recherche cli­nique, basé sur des algo­rithmes mathé­ma­tiques, pour le post-trai­te­ment d’images de patients ayant subi un AVC.

    Dix ans plus tard, M. Fay­çal DJERIDANE crée Olea Medi­cal® avec l’aide de Mme Anca Mitu­les­cu, M.Cyril Di Gran­di et M. Benoît Gy, avec pour mis­sion : Impro­ved Diag­no­sis for Life (un meilleur diag­nos­tic pour pré­ser­ver la vie).

    En 2015, Olea Medi­cal® rejoint le groupe Toshi­ba Medi­cal Sys­tems Cor­po­ra­tions, 3ème lea­der mon­dial dans le domaine de l’imagerie médi­cale main­te­nant connue tant que Canon Inc. Ce rachat, d’enjeux à la fois éco­no­miques et tech­no­lo­gique a pour mis­sion pre­mière d’accélérer l’innovation dans le déve­lop­pe­ment des sys­tèmes d’IRM.

    Figure 1 : Symbole de Olea Medical 
    Source : OLEA-MEDICAL

    1.2 Organigramme et organisation du travail

    OLEA-MEDICAL est consti­tué de 133 employés répar­tis sui­vant sept (7) pôles. J’ai effec­tué mon stage dans le pôle Stra­té­gie et Inno­va­tion, plus pré­ci­sé­ment dans le dépar­te­ment solu­tions cli­niques (Figure 2) en tant que chef de pro­jets. L’équipe est com­po­sée de cinq (5) per­sonnes dont ma tutrice de stage Mme Mar­ga­ri­ta ARANGO-LIEVANO, res­pon­sable solu­tions cli­niques char­gée des solu­tions dédiées à la neuroimagerie.

    Figure 2 : Organigramme OLEA-MEDICAL
    Source : OLEA-MEDICAL

    Créé en 2021, le dépar­te­ment solu­tion cli­nique (Figure 2) à un rôle de veille stra­té­gique et tech­no­lo­gique. En rela­tion avec le dépar­te­ment Recherche et Inno­va­tion (R&I), il a pour mis­sion prin­ci­pale de déter­mi­ner la stra­té­gie des pro­duits et la fai­sa­bi­li­té des nou­veaux pro­jets. Il doit déter­mi­ner si l’entreprise a un inté­rêt à réa­li­ser un nou­veau pro­duit, s’il y a un mar­ché et où, quel est le pro­duit mini­mum viable (MVP en anglais) et enfin voir si l’entreprise a les bases de l’algorithme néces­saire à son développement.

    Une grande par­tie des opé­ra­tions chez Olea Medi­cal ® se fait en mode pro­jet pilo­té par un chef de pro­jet au sein du pôle pro­gramme, qui coor­donne les acti­vi­tés des col­la­bo­ra­teurs du pôle déve­lop­pe­ment, vali­da­tion, affaires cli­niques et régle­men­taires afin de mettre des nou­veaux pro­duits sur le mar­ché ou amé­lio­rer les pro­duits existants.

    Dans ce but, l’organisation du tra­vail est axée sur une struc­ture dite coopé­ra­tive. Et de ce point de vue, l’entreprise four­nit de grands efforts pour main­te­nir une ambiance fami­liale. Cet esprit se tra­duit par un mana­ge­ment le plus trans­ver­sal pos­sible, hié­rar­chi­sé dans une moindre mesure, avec les créa­teurs de la socié­té et direc­teurs des ser­vices qui par­ti­cipent quo­ti­dien­ne­ment au déve­lop­pe­ment des pro­duits, en plus du mana­ge­ment des équipes.

    1.3 Présentation de l’offre logiciels

    Olea Medi­cal® déve­loppe des outils d’aide au diag­nos­tic per­met­tant aux pro­fes­sion­nels de san­té une ana­lyse plus pré­cise et plus rapide des images de réso­nance magné­tique (IRM) et scan­ner (CT pour com­pu­ted tommography).

    En 2008, Olea Medi­cal® conçut la pre­mière géné­ra­tion de logi­ciels per­met­tant d’améliorer de façon signi­fi­ca­tive la prise en charge des acci­dents vas­cu­laires céré­braux. Elle per­met à la suite d’un exa­men IRM ou CT, de pro­duire un diag­nos­tic en moins d’une minute contre 25 à 30 minutes avec les outils exis­tants à ce moment-là et de faci­li­ter l’utilisation de l’imagerie de per­fu­sion en rou­tine cli­nique. Par la suite, les logi­ciels Perf­Scape™ et Neu­roS­cape™ ont aus­si ser­vi à l’analyse des tumeurs cérébrales.

    En avril 2012, Olea Medi­cal® élar­git son champ de vision et agran­dit sa gamme de logi­ciels tout en pro­po­sant à ses clients l’Olea Sphere® (Figure 3).

    OleaS­phere® com­porte dif­fé­rentes appli­ca­tions inno­vantes d’imagerie médi­cale, telles que :

    Neu­ro­lo­gie
    ORL (oto-rhi­no-laryn­go­lo­gie)
    Séno­lo­gie
    Pros­tate
    Pel­vis féminin
    Rec­tum
    Onco­lo­gie en géné­ral
    Car­dio­lo­gie
    Ostéo-arti­cu­laire
    Sein

    Les dif­fé­rents modules dis­po­nibles sont :

    Dif­fu­sion
    Per­fu­sion (per­fu­sion T2)
    Per­méa­bi­li­té (per­fu­sion T1)
    Sui­vi des fibres
    Dif­fu­sion mul­ti-b-DTI
    fMRI-DTI
    CEST
    Mar­quage de spin (Arte­rial Spin Label­ling : ASL)
    Ana­lyse
    Sui­vi

    En évo­lu­tion per­ma­nente, le module Cli­nique breasts­cape est déjà dis­po­nible dans la der­nière ver­sion Olea Sphere®, en revanche che­mi­cal exchange satu­ra­tion trans­fer (CEST) est en phase la recherche.

    Figure 3 – Olea Sphere ® 
    Source : OLEA-MEDICAL

    Il existe deux ver­sions dif­fé­rentes sur le mar­ché mon­dial : la ver­sion 2.3 et la ver­sion 3.0 qui est plus récente. Olea dis­pose des auto­ri­sa­tions de mise sur le mar­ché (AMM) en Europe (mar­quage CE) et aux Etats-Unis (FDA). Olea Sphere® est un ensemble de modules per­met­tant le post trai­te­ment et l’archivage d’images médi­cales pour le corps entier. Son inter­face intui­tive et ses appli­ca­tions auto­ma­ti­sées per­mettent la stan­dar­di­sa­tion du post-trai­te­ment, de l’analyse et de l’affichage d’images IRM dyna­mique, d’IRM fonc­tion­nelle et de scan­ner, ain­si que le sui­vi opti­mal entre dif­fé­rentes dates, moda­li­tés, séries.

    Actuel­le­ment, se déve­loppe un nou­veau pro­duit pour rem­pla­cer Olea Sphere (Figure 3). Il s’agira d’une pla­te­forme qui intègre plu­sieurs appli­ca­tions, per­met­tant aux cli­ni­ciens d’accéder à plu­sieurs options dans un seul pro­duit. Par consé­quent, l'objectif du pro­duit peut appor­ter de grands avan­tages à tout domaine dans lequel l'imagerie est impli­quée, et est donc inté­res­sé par la recherche de solu­tions com­pa­tibles ou dédiées avec la radiothérapie.

    Chapitre 2 : Tumeurs cérébrales

    Le sujet d’intérêt porte essen­tiel­le­ment sur la neu­ro-onco­lo­gie, dis­ci­pline médi­cale qui prend en charge les can­cers du sys­tème ner­veux. Dans ce cha­pitre, ma mis­sion était de faire la veille docu­men­taire néces­saire pour faci­li­ter en pre­mier lieu la com­pré­hen­sion du sys­tème ner­veux sur le plan phy­sio­lo­gie et fonc­tion­nel, ensuite sur l’apparition et déve­lop­pe­ment de ces mala­dies et enfin iden­ti­fier les dif­fé­rents types de trai­te­ments disponibles.

    2.1 Structures et fonction du cerveau

    Le sys­tème ner­veux cen­tral (SNC) est com­po­sé de l’encéphale (conte­nant le cer­veau, le tronc céré­bral et le cer­ve­let) et de la moelle épi­nière. Le cer­veau est consti­tué de deux types de tis­sus céré­braux (Figure 4) : la sub­stance blanche com­po­sée majo­ri­tai­re­ment des axones de neu­rones et la sub­stance grise où se trouvent leurs corps. L’axone assure une bonne cir­cu­la­tion de l'information dans le sys­tème ner­veux et connecte les dif­fé­rentes régions du cer­veau. Le corps cel­lu­laire ou le cor­tex a pour rôle de rece­voir les mes­sages, d'examiner les infor­ma­tions et de pré­pa­rer les réponses. 

    Le cor­tex (Figure 5) est divi­sé en quatre lobes [5] :

    • Lobe fron­tal : impli­qué dans les tâches cog­ni­tives supé­rieures comme la réso­lu­tion de pro­blèmes, la pen­sée, la pla­ni­fi­ca­tion et les émotions.
    • Lobe parié­tal : qui inter­vient dans les pro­ces­sus sen­so­riels, l'attention et le langage. 
    • Lobe occi­pi­tal :  à l'arrière du cer­veau qui par­ti­cipe à l'information visuelle y com­pris dans la recon­nais­sance des formes et des couleurs.
    • Lobe tem­po­ral :  qui joue un rôle impor­tant dans l'encodage des infor­ma­tions audi­tives et dans l'intégration des infor­ma­tions pro­ve­nant des autres moda­li­tés sensorielles. 
    Figure 4 : Types de tissus cérébraux
    Source : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01740330

    Figure 5 : le cortex cérébral
    Source : lobes-cerveau.jpg

    La popu­la­tion cel­lu­laire du cer­veau est divi­sée en deux grandes par­ties (Figure 6): les cel­lules neu­ro­nales (en bleu), spé­cia­li­sées dans la récep­tion, le trai­te­ment et la trans­mis­sion de l’influx ner­veux ; et les cel­lules gliales com­pre­nant les astro­cytes (vert), les oli­go­den­dro­cytes (en orange) et les cel­lules micro­gliales qui assurent le bon fonc­tion­ne­ment des neu­rones[5].

    Figure 6 : Population cellulaire cérébrale
    Source : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01740330

    2.2 Physiologie des tumeurs cérébrales

    La tumeur céré­brale ou tumeur du sys­tème ner­veux cen­tral (SNC) est une masse for­mée d’un amas de cel­lules qui se sont mul­ti­pliées de façon anar­chique dans une zone du cer­veau. Selon leur nature, elle peut être bénigne (non can­cé­reuse) ou maligne (can­cé­reuse).

    Du fait de leur pro­ve­nance et loca­li­sa­tion, la tumeur est soit pri­maire ou pri­mi­tive quand elle nait direc­te­ment à l’intérieur du crâne, et secon­daire ou méta­stase céré­brale quand elle se déve­loppe au niveau de l’encéphale en pro­ve­nance d’une cel­lule can­cé­reuse situé dans une autre par­tie du corps : le sein, les pou­mons, etc.

    La caté­go­ri­sa­tion his­to­lo­gique était prin­ci­pa­le­ment fonc­tion du tis­su céré­bral dans lequel la tumeur se déve­loppe. Ain­si les cel­lules astro­cy­taires donnent nais­sance aux astro­cy­tomes, les oli­go­den­dro­cytes aux oli­go­den­dro­gliomes, les cel­lules épen­dy­maires aux épen­dy­momes, les cel­lules des nerfs péri­phé­riques aux neu­ri­nomes. Le gliome regroupe d’une façon géné­rale l’ensemble des tumeurs issues des cel­lules gliales et les ménin­giomes à par­tir des méninges.

    Plus récem­ment, l’OMS a inclus de nou­velles infor­ma­tions molé­cu­laires dans sa nou­velle clas­si­fi­ca­tion 2021, une ver­sion qui vient rem­pla­cer celle de 2016 et dont la pre­mière ver­sion date de 1979. Cette caté­go­ri­sa­tion, inté­grant chaque fois l’état de la recherche, a pour but d’améliorer l'objectivité, la pré­ci­sion du diag­nos­tic en pra­tique cli­nique, et de déter­mi­ner avec plus de pré­ci­sion le pro­nos­tic et la réponse au trai­te­ment (Tableau 1) (Tableau 2) [6].

    Tableau 1 : Classification histologique et moléculaire
    Tableau 2 : Classification histologique et grade
    Source : classification OMS 2021

    2.3 Epidémiologie des tumeurs cérébrales

    Rap­pel 1 :

    Inci­dence : l’incidence du can­cer est le nombre de nou­veaux cas de can­cer sur­ve­nant dans une popu­la­tion spé­ci­fiée sur une période don­née (géné­ra­le­ment 1 an). Il peut être expri­mé en nombre abso­lu de cas dans l’ensemble de la popu­la­tion par an ou en taux pour 100 000 per­sonnes par an. Le taux d’incidence du can­cer four­nit une approxi­ma­tion du risque moyen de déve­lop­per un can­cer. Les don­nées sur l’incidence sont sys­té­ma­ti­que­ment recueillies par les registres natio­naux ou infra-natio­naux du can­cer fon­dées sur la popu­la­tion [17].

    Mor­ta­li­té : la mor­ta­li­té par can­cer est le nombre de décès dus au can­cer sur­ve­nant dans une popu­la­tion spé­ci­fiée sur une période don­née (géné­ra­le­ment 1 an). Il peut être expri­mé en nombre abso­lu de décès dans l’ensemble de la popu­la­tion par an ou en un taux pour 100 000 per­sonnes par an. Les don­nées sur la mor­ta­li­té par cause sont sys­té­ma­ti­que­ment col­lec­tées par les sys­tèmes natio­naux d’enregistrement de l’état-civil [17].

    Pré­va­lence : la pré­va­lence d’un can­cer don­né est le nombre de per­sonnes au sein d’une popu­la­tion défi­nie qui a reçu un diag­nos­tic de ce can­cer et qui sont encore en vie à un moment don­né (les sur­vi­vants). La pré­va­lence com­plète est le nombre de per­sonnes vivantes, à un moment don­né, qui ont reçu un diag­nos­tic de mala­die d’intérêt, peu importe le temps écou­lé depuis le diag­nos­tic ou si la per­sonne est tou­jours sous trai­te­ment ou est consi­dé­rée comme gué­rie. La pré­va­lence par­tielle limite le nombre de patients à ceux qui ont reçu un diag­nos­tic au cours d’une période défi­nie dans le pas­sé, et il s’agit d’une mesure par­ti­cu­liè­re­ment utile du far­deau du can­cer [17].

    Année de Vie Cor­ri­gée de l’Incapacité (AVCI) ou disa­bi­li­ty-adjus­ted life year (DALY) : une AVCI repré­sente la perte de l'équivalent d'une année de pleine san­té. Les AVCI pour une mala­die ou un pro­blème de san­té sont la somme des années de vie per­dues en rai­son de la mor­ta­li­té pré­ma­tu­rée (AVP) et des années vécues avec un han­di­cap (AVH) en rai­son des cas pré­va­lents de la mala­die ou du pro­blème de san­té dans une popu­la­tion [18].

    Taux nor­ma­li­sé selon l’âge (TSA) Age-Stan­dar­di­zed Rate (ASR) : un taux nor­ma­li­sé selon l’âge (TSA) est une mesure som­maire du taux qui aurait été obser­vé si la popu­la­tion avait une struc­ture d’âge stan­dard. La nor­ma­li­sa­tion est néces­saire lors de la com­pa­rai­son de plu­sieurs popu­la­tions qui dif­fèrent selon l’âge, car l’âge a une forte influence sur le risque de can­cer. Un ASR est une moyenne pon­dé­rée des taux par âge ; la pon­dé­ra­tion est basée sur la répar­ti­tion de la popu­la­tion d’une popu­la­tion stan­dard. La popu­la­tion stan­dard la plus fré­quem­ment uti­li­sée est la popu­la­tion stan­dard mon­diale (W). L’incidence cal­cu­lée ou le taux de mor­ta­li­té est alors appe­lée inci­dence nor­ma­li­sée par âge ou taux de mor­ta­li­té (W), et est expri­mée par 100 000 années-per­sonnes [17].

    Les tumeurs du sys­tème ner­veux cen­tral (SNC) sont des tumeurs rares et leurs causes sont mal connues. En 2020, GLOBAL CANCER OBSERVATORY a publié une étude effec­tuée dans 185 pays pour 36 types de can­cer par sexe et groupe d’âge. Le nombre esti­mé de nou­veaux cas de tumeur céré­brale dans le monde est 308 102, soit 1,6 pour 100 000 per­sonnes et le nombre de décès est 251 329, soit 2,5 pour 100 000 per­sonnes (Tableau 3) [7].

    Tableau 3 : Epidémiologie mondiale

    Cette étude inclut aus­si la part de chaque conti­nent dans le taux mon­dial d’incidence et de mor­ta­li­té, par exemple, l’Europe prend une part de 21,8% dans la tota­li­té des inci­dences et 21,4% dans la tota­li­té des mor­ta­li­tés (Figure 7)[8].

    Figure 7 : Epidémiologie continentale
    Source : GLOBAL CANCER OBSERVATORY

    Cepen­dant, le taux mon­dial de mor­ta­li­té évo­qué pré­cé­dem­ment n’informe pas sur l’année de vie cor­ri­gée de l'incapacité (AVCI) des patients afin de mon­trer l’impact des tumeurs du sys­tème ner­veux cen­tral sur la san­té com­pa­ra­ti­ve­ment aux autres mala­dies du cer­veau. L’AVCI est un indi­ca­teur très impor­tant pour éva­luer le far­deau des dif­fé­rentes mala­dies du corps. Il est obte­nu par la somme des années de vie per­dues en rai­son de la mor­ta­li­té pré­ma­tu­rée (AVP) et des années vécues avec un han­di­cap (AVH) en rai­son des cas pré­va­lents de la mala­die ou du pro­blème de san­té. Ain­si, en com­pa­rant les deux études publiées par Glo­bal Bur­den of Disease (GBD) en 2019 sur les tumeurs du sys­tème ner­veux cen­tral et l'AVC (Figure 8). Nous avons consta­té que le taux d'AVP (YLL en anglais) du groupe d'âge <40 ans, est plus éle­vé pour les tumeurs du SNC com­pa­ra­ti­ve­ment à l'AVC, tan­dis que l’inverse se pro­duit par rap­port au taux d’AVH (YLD en anglais) pour le groupe >40 ans. Ce qui per­met d’affirmer que les tumeurs du SNC sont plus mor­telles tan­dis que les patients atteints de l’AVC vivent avec des han­di­caps tout au long de la vie[9] [10].

    Figure 8 : Comparaison du taux mondial selon l'âge de l'AVC et tumeurs du SNC
    Figure 8 (A) : Taux mon­dial selon l’âge d'AVH et d'AVP de l'AVCFigure 8 (B) : Taux mon­dial selon l’âge d'AVH et d'AVP des tumeurs du sys­tème ner­veux central
    Source : Global Burden of Disease (GBD)

    Selon l’étude publiée en 2016 par le jour­nal Amé­ri­cain Neu­ro-Onco­lo­gy, les méta­stases céré­brales de tumeurs malignes sys­té­miques consti­tuent la majo­ri­té des can­cers intra­crâ­niens, avec une inci­dence esti­mée entre 8,3 et 11,0 pour 100 000 contre 6,6 pour 100 000 pour toutes les tumeurs malignes pri­maires du sys­tème ner­veux cen­tral[11]. En 2021 Neu­ro-Onco­lo­gy Advances et CLINICAL PRACTICE GUIDELINES IN ONCOLOGY révèlent que 8,5 à 9,6 % des patients can­cé­reux déve­loppent une méta­stase céré­brale, tan­dis qu'environ 25 % des per­sonnes décé­dées d'un can­cer avaient déve­lop­pé une mala­die méta­sta­tique au cer­veau [12][13]. Les méta­stases pro­viennent sou­vent de tumeurs pri­mi­tives extra-crâ­niennes telles que : le can­cer du pou­mon avec une inci­dence autour de 40 %, sui­vi du sein pour envi­ron 11%, méla­nome et rein autour de 7%, et colo­rec­tal près de 2% (Figure 9)[11][14][15]. Elles sont loca­li­sées à la jonc­tion matière grise - matière blanche, à l’espace sous-arach­noï­dien et aux inter­faces des prin­ci­paux ter­ri­toires vas­cu­laires arté­riels. Dans le paren­chyme céré­bral, la plu­part des méta­stases céré­brales (jusqu’à 80 %) se pro­duisent dans les hémi­sphères céré­braux, tan­dis que 17 % se pro­duisent dans le cer­ve­let et 3 % dans les gan­glions basaux. Dans le cer­veau, les méta­stases ont ten­dance à se pro­duire plus sou­vent dans les lobes fron­taux et parié­taux que dans les lobes tem­po­raux et occi­pi­taux[16].

    Figure 9 : métastases cérébrales par cancer primaire
    Source : Brain metastases : epidemiology

    2.4 Traitement des tumeurs cérébrales

    Actuel­le­ment, trois types de trai­te­ments asso­ciés les uns aux autres sont pro­po­sés au cours de la prise en charge des tumeurs du sys­tème ner­veux cen­tral : une inter­ven­tion chi­rur­gi­cale, la chi­mio­thé­ra­pie et la radiothérapie.

    • Inter­ven­tion chirurgicale

    Ce trai­te­ment, sauf chez les per­sonnes trop âgées ou trop faibles pour le sup­por­ter, est qua­si sys­té­ma­tique lorsqu’un diag­nos­tic incer­tain de lésion du SNC est posé, ou une méta­stase est asso­ciée à un œdème céré­bral éten­du ou la méta­stase domi­nante est dans une région élo­quente [17]. Elle consiste à reti­rer la plus grande par­tie pos­sible de la tumeur en limi­tant les consé­quences fonc­tion­nelles [18]. Dans le cas d’une méta­stase céré­brale, l’intervention chi­rur­gi­cale per­met de récu­pé­rer les tis­sus pour le diag­nos­tic, la réduc­tion de l’effet de masse et l’amélioration de l’œdème[12].

    • Chi­mio­thé­ra­pie

    La chi­mio­thé­ra­pie uti­lise des médi­ca­ments anti­can­cé­reux admi­nis­trés avant ou après la chi­rur­gie selon les cas par voie orale et/ou intra­vei­neuse. Lorsque par exemple l'évérolimus, un inhi­bi­teur de mTOR, est uti­li­sé avant la chi­rur­gie, il per­met la réduc­tion d'au moins 50 % du volume tumo­ral pour faci­li­ter la résec­tion chi­rur­gi­cale et une sur­vie sans pro­gres­sion (PFS en anglais) à 6 mois de 86 % après le trai­te­ment[12].

    La chi­mio­thé­ra­pie uti­lise aus­si des médi­ca­ments comme le TMZ ou PCV pen­dant ou après la radio­thé­ra­pie pour amé­lio­rer signi­fi­ca­ti­ve­ment la PFS et la sur­vie glo­bale (OS en anglais), éli­mi­ner d’éventuelles cel­lules can­cé­reuses res­tantes et réduire le risque de réci­dive. Par exemple, dépen­dam­ment de l’âge et le type de tumeur du patient, l’utilisation de PCV après la radio­thé­ra­pie per­met d’améliorer le taux de sur­vie à 10 ans d’environ 60% contre 100% [12]. Outre les médi­ca­ments de chi­mio­thé­ra­pie, il existe d’autres trai­te­ments médi­ca­men­teux d’accompagnement comme des cor­ti­coïdes pour dimi­nuer l’œdème du cer­veau pro­vo­qué par la tumeur ou les trai­te­ments ; des diu­ré­tiques pour faci­li­ter l’élimination de l’excès de liquide à l’intérieur du cer­veau ; des  anti­épi­lep­tiques pour pré­ve­nir les crises d’épilepsie ; des antal­giques pour sou­la­ger la dou­leur, en par­ti­cu­lier les maux de tête ; ou encore des anti­coa­gu­lants pour évi­ter une phlé­bite ou une embo­lie pul­mo­naire[18].

    Dans le cadre d’une méta­stase céré­brale, un trai­te­ment sys­té­mique est recom­man­dé lorsque la tumeur pri­maire est sen­sible à la chi­mio­thé­ra­pie, ou les options thé­ra­peu­tiques ont été épui­sées et il existe un médi­ca­ment rai­son­nable dis­po­nible[17].

    • Radio­thé­ra­pie

    En com­plé­ment des trai­te­ments pré­cé­dem­ment évo­qués, envi­ron 70% des patients atteints du can­cer béné­fi­cie­ront d’une radio­thé­ra­pie au cours de leur mala­die [18] [2]. Elle per­met un contrôle local total de la tumeur pri­maire et/ou de la méta­stase. Ce der­nier type de trai­te­ment fera l’objet de la suite du document.

    Chapitre 3 : Radiothérapie

    Dans le pré­sent cha­pitre, après la com­pré­hen­sion super­fi­cielle du sys­tème ner­veux cen­tral, ma mis­sion était de com­prendre le par­cours patient et le rôle des dif­fé­rents acteurs (cli­niques et indus­triels) inter­ve­nants dans la radio­thé­ra­pie afin d’identifier les besoins cli­niques et indus­triels. Ain­si, j’ai fait l’état de l’art de la radio­thé­ra­pie en pro­cé­dant par une veille docu­men­taire et en sou­met­tant un ques­tion­naire au cours des entre­tiens avec les dif­fé­rents acteurs du domaine.

                3.1 Définition

    La radio­thé­ra­pie est un trai­te­ment loco­ré­gio­nal des can­cers. Son prin­cipe est basé sur l’utilisation de rayon­ne­ments ioni­sants à haute éner­gie afin de détruire ou endom­ma­ger les cel­lules can­cé­reuses empê­chant ain­si leur mul­ti­pli­ca­tion. Pour cela, une équipe plu­ri­dis­ci­pli­naire tra­vaille sur la prise en charge du patient et uti­lise de nom­breux outils spé­ci­fiques et de haute pré­ci­sion, qu’ils soient logi­ciels ou maté­riels. Dans l’application thé­ra­peu­tique, ces rayon­ne­ments sont diri­gés vers dif­fé­rents volumes pré­dé­fi­nis comme suit :

    Volume tumo­ral ou gross tumor volume (GTV) : cor­res­pond à la tumeur et aux tis­sus enva­his macro­sco­pi­que­ment par du tis­su can­cé­reux ; ils sont visibles grâce aux tech­niques d’imagerie.

    Volume cli­nique ou cli­ni­cal tar­get volume (CTV) : cor­res­pond au volume tumo­ral ou lit d’exérèse (tis­sus adja­cents à la tumeur suite à son extrac­tion), addi­tion­né des tis­sus à forte pro­ba­bi­li­té d’envahissement infra cli­nique. Ces volumes peuvent être conti­nus (tis­sus de proxi­mi­té) ou dis­con­ti­nus (ter­ri­toire ganglionnaire).

    Volume pla­ni­fié ou plan­ning tar­get volume (PVT) : cor­res­pond au volume cli­nique aug­men­té d’une marge dite de sécu­ri­té. Le prin­cipe de la marge de sécu­ri­té est d’intégrer la dif­fi­cul­té à posi­tion­ner, de manière pré­cise et repro­duc­tible, le volume cible dans le fais­ceau. Pendre en compte les impré­ci­sions liées à l’installation du patient. C’est aus­si le volume qui doit rece­voir, de la manière la plus uni­forme pos­sible, la dose prescrite.

    Volume trai­té ou trea­ted volume (TV) : cor­res­pond au volume de tis­sus rece­vant une dose dont la valeur est au moins égale à la dose mini­male du volume planifié.

    Volume irra­dié ou irra­dia­ted volume (IV) : cor­res­pond au volume rece­vant une cer­taine pro­por­tion de la dose pres­crite (par exemple 50%), suf­fi­sante pour être prise en compte par rap­port à la tolé­rance des tis­sus tra­ver­sés[19].

    Mal­heu­reu­se­ment, mal­gré la défi­ni­tion de ces régions, la radio­thé­ra­pie affecte les cel­lules saines qui se trouvent autour du volume cible[20] [2].

    3.2 Radiation ionisante en radiothérapie

    3.2.1 Différents rayonnements

    La radio­thé­ra­pie uti­lise deux types de rayon­ne­ments à savoir :

    • Rayon­ne­ment de par­ti­cules : il s’agit des élec­trons et pro­tons pos­sé­dant de masse et charge, issus des accé­lé­ra­teurs de particules.
    • Rayon­ne­ment des ondes élec­tro­ma­gné­tiques : consti­tué de pho­ton (rayon X et rayon gam­ma) de haute éner­gie sans masse ni charge.

    Le tableau 4 ci-des­sous per­met de clas­ser les rayon­ne­ments selon leur qua­li­té et leur pro­duc­tion[21].

    Tableau 4 : classification des rayonnements en radiothérapie

    3.2.2 Objectifs des rayonnements

    Asso­ciée ou non à la chi­rur­gie ou la chi­mio­thé­ra­pie, la radio­thé­ra­pie a pour objec­tif de par­ti­ci­per au contrôle de la mala­die. Quand elle per­met de gué­rir le patient, on parle de radio­thé­ra­pie cura­tive ; elle est pal­lia­tive lorsqu’elle est uti­li­sée dans le but de frei­ner la pro­gres­sion de la mala­die et d’assurer au patient une rémis­sion cli­nique dans les situa­tions de dis­sé­mi­na­tion méta­sta­tique ; et elle est dite symp­to­ma­tique lorsqu’elle sou­lage le patient d’un symp­tôme gênant comme la dou­leur. Le tableau 5 ci-des­sous pré­sente la pres­crip­tion selon les moda­li­tés adap­tées au contexte de la mala­die[21].

    Tableau 5 : Prescription des doses en radiothérapie anti-cancéreuse

    Rap­pel : GRAY : Uni­té du sys­tème inter­na­tio­nal (SI) de dose absor­bée lors d'une irra­dia­tion par des rayon­ne­ments ioni­sants. « Source : dic­tion­naire Larousse »

    3.2.3 Types de radiothérapie

    La radio-onco­lo­gie uti­lise deux dif­fé­rents types de radio­thé­ra­pie, la radio­thé­ra­pie externe et interne :

    • Radio­thé­ra­pie externe

    La source de rayon­ne­ment est pla­cée en dehors du patient. Le rayon­ne­ment peut être pro­duit par une source radio­ac­tive comme le cobalt ou par un géné­ra­teur ou un accé­lé­ra­teur de particules.

    • Radio­thé­ra­pie interne « cas de Curiethérapie »

    À l’opposé du pré­cé­dent, la source radio­ac­tive est pla­cée à l’intérieur de l’organisme du malade sous forme scel­lée comme le césium, l’iridium ou l’iode. La curie­thé­ra­pie est endo­ca­vi­taire (endo­lu­mi­nale) quand la radio­ac­ti­vi­té est pla­cée dans une cavi­té et endo-curie­thé­ra­pie (inter­sti­tielle) lorsqu’elle est pla­cée direc­te­ment dans un organe[21].

    Le réca­pi­tu­la­tif des tech­niques d’application des radia­tions ioni­santes est pré­sent dans le tableau 6.

    Tableau 6 : Techniques d’application des radiations ionisantes

                3.3 L’irradiation en radiothérapie

    3.3.1 Pathologies cérébrales

    Le trai­te­ment des patho­lo­gies en radio­thé­ra­pie varie selon que la tumeur céré­brale est pri­maire (maligne ou bénigne) ou secon­daire (méta­stase) :

    • Tumeurs céré­brales malignes

    La majo­ri­té des tumeurs pri­maires malignes du cer­veau est des gliomes. C’est une caté­go­rie de tumeurs qui se déve­loppent à par­tir des cel­lules gliales. Ils vont des astro­cy­tomes pilo­cy­tiques, qui sont très rares et non inva­sifs, aux glio­blas­tomes, la tumeur céré­brale maligne la plus fré­quente chez les adultes, très inva­sifs et pra­ti­que­ment incu­rables[12].

    La nou­velle clas­si­fi­ca­tion de l'Organisation mon­diale de la san­té basée sur les simi­li­tudes bio­lo­giques au sein des types de tumeurs plu­tôt que sur le com­por­te­ment cli­nique approxi­ma­tif, a opté pour la défi­ni­tion de grade des tumeurs en chiffre arabe “1,2,3,4” (Tableau 2) au pro­fit de l’ancienne numé­ra­tion romaine (I, II, III, IV) afin de réduire les erreurs cli­niques liées à la numé­ro­ta­tion et aus­si pour se confor­mer à la clas­si­fi­ca­tion de l’OMS pour les autres tumeurs du corps[6]. Les gliomes de bas grade (1 & 2) repré­sentent envi­ron 5 % à 10 % de toutes les tumeurs du SNC et sont géné­ra­le­ment gué­ris­sables par la chi­rur­gie [12]. Lorsque la radio­thé­ra­pie est asso­ciée à la chi­rur­gie, le trai­te­ment est admi­nis­tré à dose faible (45-54 Gy) avec des marges res­treintes, recom­man­dée par Natio­nal Com­pre­hen­sive Can­cer Net­work (NCCN). Cepen­dant, les gliomes de hauts grades (3 & 4) sont sou­vent trai­tés par chi­rur­gie sui­vie de la radio­thé­ra­pie à 60 Gy sur 6 semaines[12]. Mal­heu­reu­se­ment, presque tous les gliomes de hauts grades réci­divent. Des doses de radia­tion suf­fi­santes sont néces­saires pour maxi­mi­ser ce béné­fice de sur­vie[22].

    • Tumeurs céré­brales bénignes

    Les ménin­giomes sont les tumeurs céré­brales bénignes les plus fré­quentes, sui­vis de schwan­nomes ves­ti­bu­laires, les adé­nomes hypo­phy­saires, les cra­nio­pha­ryn­giomes et les para­gan­gliomes. Dépen­dam­ment du grade et de l’histologie de la tumeur, la dose recom­man­dée varie de 45 à 60 Gy à 1,8 ou 2 Gy par frac­tion[23].

    • Méta­stase cérébrale

    Les méta­stases céré­brales sont le plus sou­vent diag­nos­ti­quées chez les patients atteints de tumeurs malignes pri­maires déjà déce­lées. Tou­te­fois, elles sont éga­le­ment pré­sentes jusqu'à 30 % des patients lorsque la tumeur pri­maire est diag­nos­ti­quée[24]. Le choix du trai­te­ment par radio­thé­ra­pie dépend du scé­na­rio cli­nique, y com­pris le nombre et le volume de méta­stases, la dose et le frac­tion­ne­ment de la radio­thé­ra­pie pla­ni­fiée, les options de trai­te­ment sys­té­mique, et les avan­tages pré­vus de la résec­tion chi­rur­gi­cale. Ain­si, la dose stan­dard est de 30 Gy déli­vrées en 10 frac­tions ou 20 Gy en 5 frac­tions[25].

    3.3.2 Techniques d’irradiation

    • Radio­thé­ra­pie externe

    La radio­thé­ra­pie externe est la forme la plus cou­rante de trai­te­ment en radio-onco­lo­gie. Les dif­fé­rents types de radio­thé­ra­pie externe sont pré­sen­tés ci-dessous :

    Radio­thé­ra­pie confor­ma­tion­nelle 3D (RTC-3D)

    La radio­thé­ra­pie confor­ma­tion­nelle 3D per­met de faire cor­res­pond le plus pré­ci­sé­ment pos­sible le volume sur lequel vont être diri­gés les rayons, au volume de la tumeur. Elle uti­lise les images en 3D de la tumeur et des organes avoi­si­nants obte­nus par ima­ge­rie (CT, IRM, PET). Les rayons sont diri­gés vers la tumeur avec des caches en métal ou lames, fixés à l’appareil de radio­thé­ra­pie, pour sculp­ter la dose de rayon autour de la tumeur tout en pro­té­geant les zones saines. La limite de cette tech­nique est que l’efficacité dépend de la posi­tion de l’organe à risque (OAR) par rap­port au PVT (Tableau 7)[26].

    Radio­thé­ra­pie confor­ma­tion­nelle avec modu­la­tion d’intensité (RCMI, IMRT en anglais)

    La radio­thé­ra­pie avec modu­la­tion d'intensité repré­sente la prin­ci­pale évo­lu­tion de la RTC-3D, car elle per­met une meilleure dis­tri­bu­tion de la dose dans le volume cible et la déli­vrance d'une irra­dia­tion hau­te­ment conforme à des volumes concaves et de forme irré­gu­lière. Contrai­re­ment à la RTC-3D, l'intensité des fais­ceaux d'irradiation est déli­vrée sous la forme d'une séquence de nom­breux petits fais­ceaux modu­lés par un col­li­ma­teur mul­ti-lames (MLC) de manière dyna­mique par balayage (fenêtre glis­sante) ou par paliers, en uti­li­sant une pla­ni­fi­ca­tion infor­ma­ti­sée sophis­ti­quée par opti­mi­sa­tion (pla­ni­fi­ca­tion inverse). La tech­nique RCMI peut être uti­li­sée pour déli­vrer dif­fé­rentes doses de rayon­ne­ment à dif­fé­rents volumes cibles en une seule phase, sous forme de boost inté­gré simul­ta­né. En revanche, cette tech­nique est recon­nue pour déli­vrer des doses inté­grales aux tis­sus sains envi­ron­nants, ce qui peut engen­drer un risque éle­vé de tumeur secon­daire au patient ayant une longue expé­rience de vie. L'incidence esti­mée du risque de can­cer secon­daire en uti­li­sant la RCMI pour le trai­te­ment des tumeurs céré­brales est d'environ 130/10 000 personnes/an[27]. Il existe deux modes d’irradiation avec la RCMI :

    RCMI sta­tique (step and shoot en anglais) : les lames du col­li­ma­teur mul­ti-lames sont sta­tiques pen­dant l’irradiation et se déplacent entre deux irradiations ;

    RCMI dyna­mique (IMAT en anglais) : la modu­la­tion d’intensité est obte­nue par le dépla­ce­ment conti­nu des lames durant l’irradiation[2].

    Le tableau 7 ci-des­sous est une com­pa­rai­son de RTC-3D et IRMT dans le cas de trai­te­ment de gliomes [26]:

    Tableau 7 : Comparaison de RTC-3D et IRMT
    Source : https://doi.org/10.1016/j.radonc.2009.10.002.

    Arc­thé­ra­pie à modu­la­tion volu­mé­trique (VMAT en anglais)

    Une évo­lu­tion de la tech­nique RCMI dyna­mique est repré­sen­tée par la VMAT, dans laquelle la dose de rayon­ne­ment est déli­vrée en conti­nu pen­dant que le por­tique de l'accélérateur linéaire tourne autour du patient en décri­vant un ou plu­sieurs arcs. La VMAT per­met d'obtenir une dis­tri­bu­tion de dose très conforme à la tumeur, en modu­lant l'intensité du fais­ceau de rayon­ne­ment, le débit de dose et la vitesse de rota­tion du por­tique, tout en rac­cour­cis­sant la durée du trai­te­ment et en rédui­sant le nombre d'unités moni­teur déli­vré, par rap­port à la RCMI clas­sique[27]. Les patients trai­tés par cette tech­nique pré­sentent une toxi­ci­té minime, se limi­tant géné­ra­le­ment à une légère alo­pé­cie ou maux de tête[28].

    Tomo­thé­ra­pie hélicoïdale

    Grâce à la com­bi­nai­son d’un sys­tème d’imagerie par scan­ner et d’un appa­reil de radio­thé­ra­pie, la tomo­thé­ra­pie asso­cie la tech­nique de RCMI et le mode héli­coï­dal pour obte­nir la confor­mi­té de la dose à la tumeur en modu­lant l'intensité d'un fais­ceau en éven­tail rota­tif à l'aide du col­li­ma­teur mul­ti-lames[27].

    Radio­thé­ra­pie du cer­veau entier (WBRT en anglais)

    La radio­thé­ra­pie du cer­veau entier uti­lise la tech­nique tra­di­tion­nelle de la radio­thé­ra­pie pour trai­ter les patients atteints de méta­stases céré­brales, en par­ti­cu­lier de méta­stases céré­brales mul­tiples. La pla­ni­fi­ca­tion du trai­te­ment pour la WBRT, ne néces­site géné­ra­le­ment aucune fusion d’image, car les fron­tières ana­to­miques du cer­veau déter­mi­ne­ront les fron­tières des champs de trai­te­ment. C’est une tech­nique asso­ciée à un bon contrôle local, mais la sur­vie glo­bale est faible et les toxi­ci­tés aiguës telles que l'alopécie, les maux de tête et les nau­sées, les effets tar­difs des radia­tions comme le déclin neu­ro­cog­ni­tif a été iden­ti­fié chez les patients trai­tés par WBRT[28] [16].

    Radio­chi­rur­gie Sté­réo­taxie (SRS en anglais)

    L'irradiation sté­réo­taxique repré­sente un raf­fi­ne­ment sup­plé­men­taire de la RTC, avec l'avantage d'une meilleure immo­bi­li­sa­tion du patient grâce à l'utilisation d'un sys­tème sté­réo­taxique avec ou sans cadre, ce qui per­met de repo­si­tion­ner le patient avec une pré­ci­sion sub­mil­li­mé­trique. La SRS est fré­quem­ment uti­li­sée pour trai­ter les tumeurs céré­brales malignes ou bénignes, et est adop­tée comme alter­na­tive à la WBRT pour les patients atteints de méta­stases céré­brales limi­tés (≤ 4 lésions de dia­mètre < 3 cm) [27]. La pla­ni­fi­ca­tion du trai­te­ment par SRS néces­site la core­gis­tra­tion des séquences IRM et CT pour défi­nir un GTV, avec une expan­sion de 0-2 mm par rap­port au PTV[16]. Cette tech­nique est favo­rable au control local de la tumeur et à la sur­vie glo­bale du patient. Néan­moins, elle pré­sente sou­vent un risque de toxi­ci­té tar­dive liée à l'apparition d'une nécrose chez les patients, des défi­cits neu­ro­lo­giques notam­ment des crises d'épilepsie et des défi­cits moteurs et cog­ni­tifs[28].

    Radio­thé­ra­pie gui­dée par l'image (IGRT en anglais)

    La radio­thé­ra­pie gui­dée par l'image (IGRT) implique l'utilisation d'une ima­ge­rie fré­quente du patient dans la salle de trai­te­ment par radio­thé­ra­pie, dans le but d'améliorer la pré­ci­sion de l'administration du rayon­ne­ment tout au long d'un pro­ces­sus d'acquisition d'images, de com­pa­rai­son avec les images de réfé­rence et de cor­rec­tions de confi­gu­ra­tion[27]. Les dif­fé­rents sys­tèmes uti­li­sant l’IRGT sont :

    • Le détec­teur d'imagerie por­tale élec­tro­nique (EPID en anglais), per­met l'utilisation directe du fais­ceau de trai­te­ment et la pos­si­bi­li­té d'obtenir des images pen­dant le trai­te­ment. L’EPID est basé sur un sys­tème à détec­tion indi­recte com­po­sé de 3 couches. La couche supé­rieure est une plaque métal­lique qui conver­tit les pho­tons inci­dents en élec­trons et absorbe la dif­fu­sion à faible éner­gie. La couche inter­mé­diaire est un phos­phore scin­tillant qui conver­tit les élec­trons en pho­tons visibles, et la troi­sième est le réseau de détec­teurs. Le réseau de détec­teurs est une matrice de paires de pho­to­diodes et de tran­sis­tors en couches minces, dont cha­cune forme un pixel ;
    • L’imagerie CT à fais­ceau conique kV et MV (CBCT kV et MV), un sys­tème com­po­sé d'un tube à rayons X conven­tion­nel rétrac­table et de détec­teurs de rayons X en sili­cium amorphe mon­tés soit ortho­go­na­le­ment à l'axe du fais­ceau de trai­te­ment, soit le long de l'axe du fais­ceau de trai­te­ment. Cette moda­li­té four­nit rapi­de­ment des ensembles de don­nées volu­mé­triques et est com­pa­tible avec une grande varié­té de sites ana­to­miques, de posi­tions du patient et de dis­po­si­tifs de positionnement ;
    • L’imagerie IRM, un sys­tème com­po­sé de réso­nance magné­tique à bas champ per­met­tant l’amélioration du contraste des tis­sus mou par rap­port au CBCT au cours du trai­te­ment. Cette moda­li­té contri­bue donc à la dimi­nu­tion des marges du volume cible de pla­ni­fi­ca­tion, ce qui faci­lite l'augmentation de la dose et l'hypo-fractionnement[29].

    Radio­thé­ra­pie interne « Curiethérapie »

    La curie­thé­ra­pie, c'est-à-dire l'implantation chi­rur­gi­cale d'isotopes radio­ac­tifs (125Iode ou 131Césium) soit au contact de la tumeur « inser­tion dans un appli­ca­teur qui a été pla­cé contre la tumeur », soit dans la tumeur elle-même « intro­duc­tion par de fins cathé­ters qui sont implan­tés à l’intérieur des tis­sus et de la tumeur ». C’est une tech­nique d'irradiation confor­ma­tion­nelle qui per­met de déli­vrer de fortes doses de rayon­ne­ment à des tumeurs céré­brales bien défi­nies mesu­rant moins de 5 à 6 cm de dia­mètre. Elle peut être uti­li­sée comme trai­te­ment pri­maire, comme trai­te­ment adju­vant ou comme trai­te­ment de la réci­dive de cer­taines tumeurs céré­brales et méta­stases. La curie­thé­ra­pie pour les tumeurs céré­brales peut être divi­sée en trois grandes caté­go­ries : faible débit de dose (5 à 60 Gy/heure), haut débit de dose (100 à 200 Gy/min) et intra cavi­taire, uti­li­sée pour trai­ter les tumeurs kys­tiques[4] [3].

    3.3.3 Technologies utilisées

    Actuel­le­ment en radio­thé­ra­pie il y a trois caté­go­ries d'équipements, dont cha­cun uti­lise une ins­tru­men­ta­tion et des sources de rayon­ne­ment différentes :

    Le Gam­ma Knife, uti­lise 192 ou 201 fais­ceaux de rayons gam­ma au cobalt-60 dis­po­sé en hémi­sphère à l'intérieur d'une struc­ture for­te­ment blin­dée. Un col­li­ma­teur pri­maire dirige le rayon­ne­ment émis par ces sources vers un point focal com­mun. Un deuxième casque col­li­ma­teur externe, qui s'insère dans le col­li­ma­teur pri­maire, com­porte un ensemble de col­li­ma­teurs amo­vibles en tungs­tène (un par source) avec des ouver­tures cir­cu­laires d'une taille de 4 à 18 mm. La meilleure confor­ma­tion de la tumeur est obte­nue par une com­bi­nai­son dif­fé­rente du nombre, de la taille et de la posi­tion des col­li­ma­teurs (Figure 10).

    Le Gam­ma Knife est prin­ci­pa­le­ment uti­li­sé pour trai­ter les lésions intra­crâ­niennes de taille petite à moyenne, en appli­quant la tech­nique de radio­chi­rur­gie sté­réo­taxique (SRS). Le trai­te­ment se fait en une seule séance, mais ne convient géné­ra­le­ment pas aux cibles de plus de trois ou quatre cen­ti­mètres[30] [27]. Le fabri­cant lea­der de cette tech­no­lo­gie est ELEKTA.

    Figure 10 : Exemple de machine Gamma knife
    Source : www.elekta.com

    L'accélérateur linéaire médi­cal (LINAC en anglais), uti­lise la tech­no­lo­gie des micro-ondes (sem­blable à celle uti­li­sée pour les radars) pour accé­lé­rer les élec­trons dans une par­tie de l'accélérateur appe­lée "guide d'ondes", puis per­met à ces élec­trons d'entrer en col­li­sion avec une cible en métal lourd pour pro­duire des rayons X à haute éner­gie. Ces rayons X à haute éner­gie sont mode­lés à la sor­tie de la machine pour épou­ser la forme de la tumeur du patient et le fais­ceau per­son­na­li­sé est diri­gé vers la tumeur du patient. Le fais­ceau est géné­ra­le­ment façon­né par un col­li­ma­teur à feuilles mul­tiples inté­gré à la tête de la machine. Le patient est allon­gé sur une table de trai­te­ment mobile et des lasers sont uti­li­sés pour s'assurer que le patient est dans la bonne posi­tion. La table de trai­te­ment peut se dépla­cer dans de nom­breuses direc­tions, notam­ment vers le haut, le bas, la droite, la gauche, l'intérieur et l'extérieur. Le fais­ceau sort d'une par­tie de l'accélérateur appe­lé "por­tique", qui peut tour­ner autour du patient. Le rayon­ne­ment peut être déli­vré à la tumeur sous de nom­breux angles en fai­sant tour­ner le por­tique et en dépla­çant la table de trai­te­ment (Figure 11).

    LINAC est l'appareil le plus cou­ram­ment uti­li­sé pour les trai­te­ments des tumeurs de grande taille en une seule séance ou en plu­sieurs séances. Il est uti­li­sé pour trai­ter tous les sites du corps, en uti­li­sant les tech­niques conven­tion­nelles, la radio­thé­ra­pie à modu­la­tion d'intensité (IMRT), l'arc thé­ra­peu­tique à modu­la­tion volu­mé­trique (VMAT), la radio­thé­ra­pie gui­dée par l'image (IGRT), la radio­chi­rur­gie sté­réo­taxique (SRS) et la radio­thé­ra­pie sté­réo­taxique du corps (SBRT)[31]. Les prin­ci­paux construc­teurs de cette tech­no­lo­gie sont : varian medi­cal sys­tem, ELEKTA et Accuray.

    Figure 11 : Exemple de machine LINAC

     

     
    Source : www.accuray.com Source :  www.varian.com

    La radio­chi­rur­gie à fais­ceau de pro­tons ou à par­ti­cules lourdes, uti­lise des machines spé­ciales à base de pro­ton tel que le cyclo­tron et le syn­chro­tron pour géné­rer et accé­lé­rer des pro­tons à des vitesses pou­vant atteindre 60 % de la vitesse de la lumière et des éner­gies allant jusqu'à 250 mil­lions d'électron-volts. Ces pro­tons à haute éner­gie sont diri­gés par des aimants vers la salle de trai­te­ment, puis vers la par­tie spé­ci­fique du corps à trai­ter. Dans cer­tains anciens appa­reils à pro­tons, des équi­pe­ments sup­plé­men­taires sont néces­saires pour modi­fier la por­tée des pro­tons et la forme du fais­ceau. Les ins­tal­la­tions plus récentes pro­cèdent à des ajus­te­ments simi­laires en réglant avec pré­ci­sion l'énergie du fais­ceau et les champs magné­tiques qui guident sa tra­jec­toire ("balayage du fais­ceau par crayon" ou "balayage du fais­ceau"). Ces modi­fi­ca­tions per­mettent de gui­der le fais­ceau de pro­tons vers des endroits pré­cis du corps où ils délivrent l'énergie néces­saire à la des­truc­tion des cel­lules tumo­rales (Figure 12).

    Cette tech­no­lo­gie est en par­ti­cu­lier pour les tumeurs de petite taille, la dose de rayon­ne­ment peut se confor­mer beau­coup plus étroi­te­ment à la tumeur et il peut y avoir moins de dom­mages aux tis­sus sains. Actuel­le­ment, les doses de pres­crip­tion pour les tumeurs et les contraintes OAR sont basées sur une effi­ca­ci­té bio­lo­gique rela­tive (EBR) géné­rique et constante de 1,1 pour nor­ma­li­ser la dose phy­sique à un équi­valent pho­ton. Il a été choi­si de manière conser­va­trice pour assu­rer la cou­ver­ture de la cible avec des pres­crip­tions basées sur l'expérience des pho­tons[32]. Le méde­cin peut donc admi­nis­trer une dose encore plus impor­tante à la tumeur tout en mini­mi­sant les effets secon­daires indé­si­rables. Ceci est par­ti­cu­liè­re­ment impor­tant pour le trai­te­ment des enfants, car les pro­tons per­mettent de réduire les radia­tions sur les tis­sus en crois­sance et en déve­lop­pe­ment[1]. Les prin­ci­paux construc­teurs de cette tech­no­lo­gie sont : varian medi­cal sys­tems et Ion Beam Appli­ca­tions (IBA).

    Figure 12 : Exemple de machine protonthérapie

     

     
    Source : iba-worldwide.com Source :  www.varian.com

                3.4 Place de l’imagerie en radiothérapie neuro-oncologie

    3.4.1 Compétences indispensables

    • SECRETAIRE MEDICALE : C’est une per­sonne qui orga­nise les ren­dez-vous de consul­ta­tion et s’occupe de l’ensemble du dos­sier patient. Elle trans­met au méde­cin les infor­ma­tions du patient.
    • MANIPULATEUR/TRICE EN ELECTRORADIOLOGIE MEDICALE : C’est un spé­cia­liste des scan­ners, des radios et des écho­gra­phies. Il par­ti­cipe en radio­thé­ra­pie aux diag­nos­tics et trai­te­ments des mala­dies comme le cancer.
    • MEDECIN RADIOTHERAPEUTE : C’est un méde­cin spé­cia­liste dans le trai­te­ment du can­cer par rayons. Il pose l’indication, pré­pare et réa­lise le trai­te­ment, déter­mine la zone à trai­ter, choi­sit la dose à pres­crire, et fixe la manière dont les organes voi­sins seront pro­té­gés. Il rece­vra géné­ra­le­ment le patient en consul­ta­tion chaque semaine pour sur­veiller l’efficacité du trai­te­ment et sa tolérance.
    • PHYSICIEN MEDICAL : le radio­phy­si­cien défi­nit la balis­tique selon les pres­crip­tions du méde­cin et s’assure du contrôle qua­li­té des machines. Il pro­pose le meilleur plan de trai­te­ment afin d’éviter les effets secon­daires à court et long terme.
    • DOSIMETRISTE : il appar­tient à l’unité de phy­sique comme le phy­si­cien. Son rôle est de pré­pa­rer le trai­te­ment en fai­sant un plan de trai­te­ment afin d’optimiser la dose dans la tumeur tout en pro­té­geant les organes sains autour.
    • INFIRMIERE : cette per­sonne est sou­vent pré­sente lors des consul­ta­tions. Elle admi­nistre les soins et réa­lise les prises de sang éven­tuelles. Elle assiste par­fois le méde­cin lorsqu’il exa­mine le patient et est aus­si à l’écoute du patient.
    • AIDE-SOIGNANTE : elle aide le patient à s’habiller, désha­biller, mon­ter sur la table d’examen. Elle peut aider aus­si le méde­cin lors des consultations.
    • NEURORADIOLOGUE : c’est un spé­cia­liste des exa­mens d'imagerie du crâne (dont l'imagerie céré­brale) et du rachis cer­vi­cal, dor­sal et lom­baire. Il aide au diagnostic.
    • NEURO-ONCOLOGUE : c’est un méde­cin spé­cia­li­sé dans les can­cers tou­chant le sys­tème ner­veux comme le cer­veau, la moelle épi­nière et les nerfs péri­phé­riques. Il par­ti­cipe à la prise en charge et sui­vi du patient.
    • NEURO-CHIRURGIEN : encore appe­lé « chi­rur­gien neu­ro­logue », il s’occupe des inter­ven­tions chi­rur­gi­cales liées au sys­tème nerveux.

    3.4.2 Biomarqueurs des tumeurs cérébrales

    Un bio­mar­queur est une carac­té­ris­tique mesu­rable avec pré­ci­sion, uti­li­sée comme indi­ca­teur d'une fonc­tion du corps, d'une mala­die ou de l'action d'un médi­ca­ment[33]. En neu­ro-onco­lo­gie, l’imagerie IRM per­met d’extraire des bio­mar­queurs d’imagerie incon­tour­nable dans le diag­nos­tic et le sui­vi des tumeurs céré­brales. Par exemple pour les gliomes, les séquences stan­dards sont : T1, T1-G, T2 et T2 Flair. T1 est une séquence ana­to­mique hypo­si­gnal dont les tis­sus appa­raissent plus sombres sur l’image per­met­tant la mise en évi­dence de la tumeur tan­dis que T1-G est un T1 injec­té de gado­li­nium, un pro­duit de contraste per­met­tant un rehaus­se­ment pon­dé­ré en T1. T2 est une séquence hyper­si­gnal dont les tis­sus appa­raissent plus blancs sur l’image tra­dui­sant l’étendue de la tumeur, un œdème ou une inflam­ma­tion et T2-Flair est un T2 avec le liquide cépha­lo­ra­chi­dien (CSF en anglais) en hypo­si­gnal[34].

    Les tech­niques d'IRM avan­cées telles que : la dif­fu­sion (DWI), la per­fu­sion (PWI) et spec­tro­sco­pie par réso­nance magné­tique (SRM) sont plus sen­sibles et/ou spé­ci­fiques aux pro­ces­sus bio­phy­siques, cel­lu­laires et micro-struc­tu­rels. De plus, dans une enquête récente sur l’utilisation des tech­niques de l’IRM quan­ti­ta­tive dans la pra­tique neu­ro­ra­dio­lo­gique cli­nique en Europe, l’IRM de dif­fu­sion (ADC) est uti­li­sé à hau­teur de 80% des répon­deurs, l’IRM de per­fu­sion (DCS, DCE) à 70% et la spec­tro­sco­pie par réso­nance magné­tique (N-acé­tyl aspar­tate, la cho­line, le lac­tate, les lipides et la créa­tine) à 65%[35]. Ces bio­mar­queurs d'imagerie sont cou­ram­ment uti­li­sés pour le pro­nos­tic et le sui­vi des approches thé­ra­peu­tiques des tumeurs cérébrales.

    3.4.3 Parcours patient en radiothérapie neuro-oncologie

    • Consul­ta­tion prétraitements

    Le patient est géné­ra­le­ment réfé­ré au centre de la radio­thé­ra­pie par les dif­fé­rentes spé­cia­li­tés médi­cales (onco­logue, chi­rur­gien). Ensuite, son dos­sier passe en réunion de concer­ta­tion plu­ri­dis­ci­pli­naire (RCP) consti­tué de neu­ro­chi­rur­gien, neu­ro-onco­logue, méde­cin radio­thé­ra­peute, neu­ro­ra­dio­logue et patho­lo­giste, afin de dis­cu­ter du dos­sier patient et ain­si de sou­mettre au choix du patient un plan per­son­na­li­sé de soin le plus adap­té à sa patho­lo­gie, à ses anté­cé­dents et à sa volon­té. Après la RCP, le méde­cin radio­thé­ra­peute reçoit le patient en consultation.

    Lors de cette consul­ta­tion, le méde­cin radio­thé­ra­peute expli­que­ra les béné­fices atten­dus par le trai­te­ment de la radio­thé­ra­pie ain­si que les effets indé­si­rables qui peuvent sur­ve­nir pen­dant et après le trai­te­ment. Après la consul­ta­tion avec le méde­cin radio­thé­ra­peute où il aborde toutes les ques­tions rela­tives au trai­te­ment et le temps à pas­ser avec le per­son­nel soi­gnant, sui­vra la consul­ta­tion paramédicale.

    • Ima­ge­rie pour la pré­pa­ra­tion des traitements

    La consul­ta­tion para­mé­di­cale ou la simu­la­tion a pour but prin­ci­pal de défi­nir l’isocentre et la posi­tion de trai­te­ment. Cette iden­ti­fi­ca­tion se fait à l’aide de la tomo­den­si­to­mé­trie (CT) avec des acces­soires comme les conten­tions ther­mo­for­mées. La conten­tion est appli­quée sur le visage du patient et fixée à la table du CT, et a pour but d’assurer une bonne repro­duc­ti­bi­li­té en salle de radio­thé­ra­pie. Dans cer­taines centres, le CT offre la pos­si­bi­li­té de faire des séries d’images à l’aide d’un sys­tème de syn­chro­ni­sa­tion res­pi­ra­toire (gating) afin de déter­mi­ner et de repro­duire la meilleure phase res­pi­ra­toire pour l’irradiation[2] [20].

    • Core­gis­tra­tion des don­nées d’imagerie et déli­néa­tion des volumes d’intérêt

    Selon la pra­tique en radio­thé­ra­pie, une fois les images recons­truites, le méde­cin radio­thé­ra­peute dépen­dam­ment du centre va impli­quer le neu­ro-onco­logue, le neu­ro­chi­rur­gien et le neu­ro­ra­dio­logue dans la réa­li­sa­tion de la déli­néa­tion appe­lée fami­liè­re­ment « contou­rage » des volumes cibles ain­si que des organes à risques. Il s’agit de déli­mi­ter le volume PVT, consti­tué du volume GTV, le CTV et la marge de sécu­ri­té (0-2mm). Le méde­cin se sert des séquences ana­to­miques IRM pour faire le contou­rage, parce que T1 et T2 per­mettent la loca­li­sa­tion pré­cise de la tumeur, géné­ra­le­ment, il s’agit du T1-G et T2-Flair. D’habitude cette étape se faire manuel­le­ment, mais depuis peu, l’utilisation des atlas par loca­li­sa­tion ana­to­mique (organes à risque) et d’intelligence arti­fi­cielle (tumeurs) per­met son automatisation.

    Après le contou­rage, sui­vra la core­gis­tra­tion de l’imagerie IRM contou­rée avec l’imagerie CT de pla­ni­fi­ca­tion. Actuel­le­ment les cli­ni­ciens uti­lisent soit de la core­gis­tra­tion par reca­lage rigide soit élas­tique, mais le plus cou­rant en neu­ro-onco­lo­gie est le reca­lage rigide. Il per­met donc au méde­cin de visua­li­ser d’éventuels chan­ge­ments entre les deux moda­li­tés d’imagerie. La pres­crip­tion médi­cale est alors com­plé­tée par la déter­mi­na­tion du frac­tion­ne­ment en tenant compte des para­mètres cli­niques (type his­to­lo­gique, le volume de la lésion ou encore le type de tech­nique)[2] [20].

    • Pla­ni­fi­ca­tion du traitement

    À par­tir de la pres­crip­tion médi­cale, est réa­li­sé le plan de trai­te­ment, com­pre­nant la pla­ni­fi­ca­tion dosi­mé­trique et la défi­ni­tion de la balis­tique (éner­gie du fais­ceau, angles/arcs d’incidence du fais­ceau, etc.). La dosi­mé­trie est éta­blie en fonc­tion de la loca­li­sa­tion à trai­ter, des organes à risques pré­sents dans la zone d’irradiation ain­si que du maté­riel dis­po­nible dans le centre. Le plan dosi­mé­trique contient le cal­cul de dose néces­saire à par­tir des acqui­si­tions d’imagerie CT de diag­nos­tic. La majo­ri­té des logi­ciels actuels sont basées sur un algo­rithme de Monte Car­lo. Il existe actuel­le­ment d’autres solu­tions nom­mées « pseu­do-syn­the­tic » qui per­mettent le cal­cul de dose à par­tir de l’imagerie IRM de diag­nos­tic, une méthode en cours de vali­da­tion. Le plan balis­tique consiste à choi­sir le type de par­ti­cules ioni­santes (pho­ton, élec­tron ou pro­ton). Selon le type de par­ti­cules rete­nues, le choix de la balis­tique déter­mi­ne­ra la méthode de trai­te­ment. Par exemple pour les pho­tons, il y a deux types de plan balis­tique : direct « cor­res­pon­dant à une méthode simple et rapide de créa­tion de balis­tique de trai­te­ment » et indi­recte « cor­res­pon­dant à une construc­tion balis­tique basée sur la modu­la­tion d’intensité (IMRT et VMAT) ».

    Le plan de trai­te­ment est éla­bo­ré par des phy­si­ciens médi­caux et dosi­mé­tristes, à l’aide du logi­ciel de pla­ni­fi­ca­tion de trai­te­ment ou Treat­ment Plan­ning Sys­tem (TPS). Les TPS sont géné­ra­le­ment com­po­sés des élé­ments suivants :

    • une base de don­nées ras­sem­blant les carac­té­ris­tiques et don­nées phy­siques des équi­pe­ments du centre qui pro­duisent des rayon­ne­ments ioni­sants. Une modé­li­sa­tion spé­ci­fique de chaque éner­gie, de chaque accé­lé­ra­teur du centre est obli­ga­toi­re­ment réa­li­sée avant son uti­li­sa­tion clinique ;
    • dif­fé­rents outils d’imagerie pour mani­pu­ler des séries d’images DICOM ;
    • des algo­rithmes mathé­ma­tiques per­met­tant un cal­cul de dépôt de dose à tra­vers un modèle d’interaction rayonnement/matière.
    • des algo­rithmes de pla­ni­fi­ca­tion inverse uti­li­sés pour les trai­te­ments com­plexes (IMRT et VMAT) ;
    • une inter­face gra­phique per­met­tant l’affichage du dépôt de dose dans les trois dimen­sions de l’espace et sous forme d’histogramme dose-volume (HDV).

    Le plan de trai­te­ment réa­li­sé est vali­dé conjoin­te­ment avec le méde­cin pres­crip­teur de manière à véri­fier qu’elle réa­lise un bon com­pro­mis entre cou­ver­ture des volumes cibles et épargne des organes à risques per­met­tant des effets secon­daires accep­tables pour le patient[2] [20].

    • Posi­tion­ne­ment pré-trai­te­ment et déli­vrance du traitement

    La pré­pa­ra­tion du trai­te­ment ayant été effec­tuée et vali­dée, la phase d'exécution du trai­te­ment peut débu­ter. Il s'agit en pre­mier lieu à faire l’assurance qua­li­té, qui consiste à un contrôle secon­daire des dis­po­si­tifs médi­caux et des plans de trai­te­ment des patients à l’aide de fan­tômes. Sui­vra, la phase de la déli­vrance où le mani­pu­la­teur va ins­tal­ler le patient avec les mêmes conten­tions que lors de la simu­la­tion. Durant cette phase, l'imagerie radio­gra­phique (EPID, CBCT) embar­quée dans l’accélérateur linéaire est uti­li­sée pour repo­si­tion­ner le patient et par­fois pour la repla­ni­fi­ca­tion offline du plan de trai­te­ment selon la mor­pho­lo­gie de la tumeur au cours du trai­te­ment. Pour les accé­lé­ra­teurs linéaires asso­ciés à l’IRM « IRM-LINAC », le repo­si­tion­ne­ment et la repla­ni­fi­ca­tion du plan de trai­te­ment peuvent se faire en temps réel et pré­sentent le béné­fice de ne pas être ioni­sants, et four­nissent aus­si plus d’informations ana­to­miques sur les tis­sus mous que la CBCT. D’autres outils spé­ci­fiques com­plé­men­taires ont été déve­lop­pés comme le gating où l’accélérateur ne va réa­li­ser un fais­ceau que sur une phase de mou­ve­ment déter­mi­née ; et des sys­tèmes per­met­tant un tra­cking où l’accélérateur ne stop­pe­ra pas son fais­ceau et va le syn­chro­ni­ser au mouvement.

    • Sui­vi lors de la déli­vrance du traitement

    Cette étape com­porte deux (2) défis majeurs, le pre­mier consiste à pou­voir maî­tri­ser la déli­vrance de rayon­ne­ment en temps réel, par la suite véri­fier la cohé­rence entre le cal­cul et ce qui est réel­le­ment déli­vré au patient à tra­vers des mesures pen­dant et après le traitement.

    Le pre­mier défi est réa­li­sé par les sys­tèmes d’information onco­lo­gique (OIS) ou R&V pour Record and Veri­fy. Il s’agit des logi­ciels de véri­fi­ca­tion de don­nées entre le trai­te­ment pro­gram­mé et l’état de l’accélérateur linéaire.

    Le second défi est sou­vent réa­li­sé par la dosi­mé­trie in vitro, en mesu­rant la dose déli­vrée par le fais­ceau soit via un détec­teur posé sur le patient dans le champ de trai­te­ment (méthode clas­sique), soit via un détec­teur por­tal situé après le patient, on parle de dosi­mé­trie de tran­sit[2] [20].

    • Sui­vi post-traitement

    Le sui­vi post-trai­te­ment com­mence géné­ra­le­ment dans les six semaines après le trai­te­ment. Il consiste à suivre le patient pen­dant au moins cinq (5) années. Durant cette étape, le méde­cin radio­thé­ra­peute et/ou neu­ro-onco­logue com­pare sui­vant des périodes déter­mi­nées la récente et l’ancienne ima­ge­rie d’IRM du patient pour faire des ana­lyses cli­niques et d’imageries afin d’évaluer les effets secon­daires du trai­te­ment et la réponse au traitement.

    • Dos­sier ou rap­port post traitement

    Le rap­port de trai­te­ment conte­nant la pres­crip­tion de dose, les para­mètres d'installation, le cal­cul de dose et le for­mu­laire d'enregistrement de la dose quo­ti­dienne ; repré­sente un outil de tra­vail impor­tant en radio­thé­ra­pie, non seule­ment pour la com­pi­la­tion de don­nées, mais aus­si pour le mode de com­mu­ni­ca­tion entre méde­cins, phy­si­ciens, dosi­mé­triste et mani­pu­la­teurs (Annexe 5). Il est géné­ra­le­ment consti­tué[36]:

    • Résu­mé des prescriptions ;
    • Fiche de trai­te­ment regrou­pant les infor­ma­tions sur l’identité, loca­li­sa­tion, posi­tion, conten­tions, para­mètres de cha­cun des fais­ceaux et les doses ;
    • Radio­gra­phie numé­rique recons­truite (DRR en anglais) ;
    • His­to­grammes de dose volume (HDV) ;
    • Iso­doses ou organes à risque ;
    • Vue 2D ou 3D ;
    • Pré­pa­ra­tion des mesures de dosi­mé­trie in vivo (DIV) ;
    • Mise sur le réseau infor­ma­tique (R&V) des don­nées en vue du trai­te­ment du patient.
    •  Dif­fi­cul­tés de sui­vi en imagerie

    La radio­thé­ra­pie peut avoir trois consé­quences, selon le moment où elle se pro­duit et la pré­sen­ta­tion cli­nique. Il peut s’agir de la radio­né­crose, la mort des tis­sus à la suite de la radio­thé­ra­pie ; de la pseu­do-pro­gres­sion, défi­nie comme une aug­men­ta­tion de la taille de la tumeur pri­maire ou l’apparition d’une nou­velle lésion sui­vie d’une régres­sion tumo­rale ; ou de la pro­gres­sion de la tumeur.

    Cepen­dant, aucune tech­nique neu­ro-radio­gra­phique n’a suf­fi­sam­ment démon­tré la dif­fé­rence entre ces trois phé­no­mènes liés au trai­te­ment du patient. Bien que cer­tains pro­fils radio­gra­phiques sur les séquences IRM conven­tion­nel (T1, T1-G, T2), tels que l’implication du corps cal­leux avec une pro­pa­ga­tion sous-épen­dy­maire ou des lésions mul­tiples de rehaus­se­ment, soient plus cohé­rents avec une mala­die pro­gres­sive qu’une pseu­do-pro­gres­sion, pour­tant ces pro­fils ne sont pas assez répan­dus ou fiables pour clas­ser tous les chan­ge­ments radio­gra­phiques comme la nécrose. Ce phé­no­mène bio­lo­gique est la dif­fi­cul­té à laquelle sont confron­tés les cli­ni­ciens et les neu­ro­ra­dio­logues lors du sui­vi post trai­te­ment. Des tech­niques d'imagerie avan­cées (DWI, PWI, SRM) et les stra­té­gies basées sur la TEP sont actuel­le­ment à l'étude pour pal­lier les insuf­fi­sances de l’IRM conven­tion­nel[37] [38].

    3.4.4 Politique de remboursement

    • EUROPE

    Le sys­tème de rem­bour­se­ment euro­péen est basé sur trois dif­fé­rents types de rem­bour­se­ment. Le rem­bour­se­ment finan­cé par défi­ni­tion du bud­get « Ita­lie, Bel­gique », paie­ment grou­pé « Espagne, Por­tu­gal » et rému­né­ra­tion à l’acte « France, Alle­magne » (Tableau 8) (Rap­pel 2). Chaque sys­tème inclut un rem­bour­se­ment spé­ci­fique en fonc­tion du plan de frac­tion­ne­ment, des dif­fé­rentes tech­niques ou types de patients. Par exemple, la France rem­bourse essen­tiel­le­ment le sec­teur public sur les dif­fé­rents plans de frac­tion­ne­ment, tech­niques et les trai­te­ments effec­tués avec la machine Cyberk­nife ou Tomo­the­ra­py d'Accuray ou avec la tech­no­lo­gie SRS de Brain­lab ; cepen­dant, la Grèce rem­bourse le sec­teur pri­vé et fait une dis­tinc­tion entre le rayon­ne­ment au cobalt et les accé­lé­ra­teurs linéaires. De plus, il existe un autre rem­bour­se­ment basé sur les indi­ca­tions cli­niques selon le type de can­cer (sein, pros­tate, pou­mon, cer­veau). Dans le cas des tumeurs céré­brales notam­ment les méta­stases céré­brales, l’enquête publiée en 2020 par le groupe ESTRO-HERO a révé­lé que le rem­bour­se­ment de la radio­thé­ra­pie de l'ensemble du cer­veau (WBRT) est plus éle­vé que la radio­chi­rur­gie crâ­nienne sté­réo­taxique (SRS) dans seule­ment quatre pays de l’Europe (Den­mark, France, Luxem­bourg, Mace­do­nia) [39].

    Tableau 8 : Description du type de système de remboursement appliqué dans chaque pays
    Source : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1470204519307946

    Rap­pel 2 :

    • *Le bud­get est défi­ni comme un mon­tant annuel payé pour four­nir des ser­vices de radiothérapie.
    • *Le bud­get de l'hôpital fait réfé­rence au bud­get de la radio­thé­ra­pie inclus dans le bud­get de l'hôpital.
    • *Le bud­get dépar­te­men­tal désigne le bud­get spé­ci­fique du ser­vice de radiothérapie.
    • *Le paie­ment grou­pé fait réfé­rence à un paie­ment unique qui couvre toutes les acti­vi­tés et res­sources néces­saires pour four­nir des trai­te­ments dans un cycle total de soins pour la condi­tion médi­cale d'un patient spécifique.
    • *Le paie­ment par mala­die fait réfé­rence au paie­ment par type de mala­die, par patho­lo­gie (codes de la clas­si­fi­ca­tion inter­na­tio­nale des mala­dies) ou par diag­nos­tic (groupe lié au diag­nos­tic), ou les deux, qui peut éga­le­ment être pon­dé­ré par la pro­cé­dure, l'âge, le sexe, le sta­tut de sor­tie et la pré­sence de com­pli­ca­tions ou de comorbidités.
    • *Le paie­ment par trai­te­ment inclus le trai­te­ment pen­dant une période défi­nie, cou­vrant au moins le coût de la pré­pa­ra­tion et de l'administration du trai­te­ment, indé­pen­dam­ment du nombre de fractions.
    • *Le paie­ment jour­na­lier com­prend le paie­ment d'une frac­tion quo­ti­dienne, où toutes les frac­tions prises ensemble repré­sentent le trai­te­ment, cou­vrant au moins le coût de la pré­pa­ra­tion et de l'administration du traitement.
    • *La rému­né­ra­tion à l'acte est un modèle de paie­ment dans lequel les acti­vi­tés du trai­te­ment ou du par­cours de soins sont dégrou­pées et payées sépa­ré­ment.
    • USA

    Le sys­tème de rem­bour­se­ment des USA est basé sur la rému­né­ra­tion à l’acte appe­lé « Medi­care fee-for-ser­vice (FFS) ». Cette rému­né­ra­tion est payée dif­fé­rem­ment selon le cadre cli­nique. Par exemple, les ser­vices pro­fes­sion­nels et tech­niques sont payés selon Medi­care Phy­si­cian Fee Sche­dule (PFS) lorsque ces ser­vices sont four­nis par des centres de radio­thé­ra­pie indé­pen­dant, et dans les ser­vices hos­pi­ta­liers les pro­fes­sion­nels sont payés par le PFS, mais les ser­vices tech­niques sont payés selon l’Outpatient Pros­pec­tive Pay­ment Sys­tem (OPPS).

    Dans le cadre du PFS, Medi­care part B (Rap­pel 3) paie les ser­vices four­nis par les méde­cins, phy­si­ciens, les infir­mières, les assis­tants médi­caux et les kiné­si­thé­ra­peutes. Ces paie­ments sont basés sur les res­sources rela­tives géné­ra­le­ment uti­li­sées pour four­nir le ser­vice. Le ser­vice est iden­ti­fié soit par un code CPT (Cur­rent Pro­ce­du­ral Ter­mi­no­lo­gy), admi­nis­tré par l'American Medi­cal Asso­cia­tion, soit par un code HCPCS (Heal­th­care Com­mon Pro­ce­dure Coding Sys­tem) de niveau II, géré par Cen­ters for Medi­care and Medi­caid Ser­vices (CMS) à des fins pro­gram­ma­tiques. Les res­sources rela­tives de chaque code sont mesu­rées en uni­tés de valeur rela­tive (RVU) pour cha­cune des trois com­po­santes d'un ser­vice : (1) le tra­vail pro­fes­sion­nel, reflète le temps et l'intensité rela­tifs asso­ciés à la pres­ta­tion du ser­vice ; (2) les frais de pra­tique com­prennent à la fois les dépenses indi­rectes, comme l'espace de bureau, et les dépenses directes, comme l'équipement et les four­ni­tures uti­li­sés dans une pro­cé­dure par­ti­cu­lière ; et (3) la faute pro­fes­sion­nelle, reflète les coûts de l'assurance contre les fautes professionnelles.

    L’Outpatient Pros­pec­tive Pay­ment Sys­tem (OPPS) paie les ser­vices ambu­la­toires hos­pi­ta­liers dési­gnés, cer­tains ser­vices Medi­care Part B four­nis à des patients hos­pi­ta­li­sés lorsque le paie­ment de Medi­care Part A (Rap­pel 3) ne peut être effec­tué. Les ser­vices de radio-onco­lo­gie sont inclus dans les ser­vices ambu­la­toires cou­verts payés par l'OPPS. Dans le cadre de l'OPPS, les ser­vices indi­vi­duels décrits par des codes CPT® ou HCPCS de niveau II sont affec­tés à des groupes de paie­ment appe­lés Ambu­la­to­ry Pay­ment Clas­si­fi­ca­tions (APC). Les APC de radio­thé­ra­pie de l'OPPS sont actuel­le­ment orga­ni­sés en deux niveaux du plus bas au plus haut coût : les niveaux 1-3 pour la pré­pa­ra­tion du trai­te­ment et les niveaux 1-7 pour l'administration du trai­te­ment [40]. Par exemple, les tumeurs céré­brales sont cou­vertes à 80 % avec une fran­chise pré­dé­fi­nie par Medi­care Part B. Tou­te­fois, si le patient est hos­pi­ta­li­sé, Part A peut cou­vrir les séjours hos­pi­ta­liers et cer­tains médi­ca­ments sauf les trai­te­ments par voie orale sur ordon­nance, cou­verts par Part D. Pour une cou­ver­ture à 100 %, le patient doit sous­crire au plan d’assurance Medi­gap, qui réduit le par­tage des coûts requis dans les Part A et B [41].

    Rap­pel 3 :

    • Part A : couvre l’hospitalisation ;
    • Part B : couvre les ser­vices pro­fes­sion­nels et ambu­la­toires (incluant les médi­ca­ments admi­nis­trés par les professionnels) ;
    • Medi­gap est une assu­rance com­plé­men­taire Medicare.

    La radio­thé­ra­pie a connu une évo­lu­tion tech­nique et tech­no­lo­gique impor­tante au cours de ces der­nières années. Mal­gré cette pro­gres­sion, des amé­lio­ra­tions res­tent à appor­ter sur­tout au niveau des solu­tions de pla­ni­fi­ca­tion du trai­te­ment et du diag­nos­tic de sui­vi pen­dant et post trai­te­ment. D’une part, des solu­tions auto­ma­tiques de contou­rage des organes à risque et de la tumeur sont impor­tants pour amé­lio­rer la pré­ci­sion du plan de trai­te­ment. D’autre part, l’introduction de l’IRM-LINAC en rou­tine cli­nique pour­rait amé­lio­rer l’analyse d’imagerie et le plan de trai­te­ment lors de la déli­vrance du trai­te­ment. Mais cette tech­no­lo­gie néces­site selon les cli­ni­ciens, une modi­fi­ca­tion impor­tante des pra­tiques et un apport consé­quent en res­sources humaines dans le ser­vice de radio­thé­ra­pie. Enfin, la stan­dar­di­sa­tion des tech­niques d’imagerie avan­cées pour­rait répondre au dilemme diag­nos­tic des résul­tats post traitement.

    Chapitre 4 : Macro-Business « CONFIDENTIEL »

    Dans ce cha­pitre, je ferai avec l’assistance des dif­fé­rents ser­vices (com­mer­cial, mar­ke­ting) l’évaluation de la fai­sa­bi­li­té éco­no­mique du pro­duit de base.

    4.1 Etudes de marché

    Grâce à la veille docu­men­taire, je vais ana­ly­ser les don­nées pour esti­mer la taille du mar­ché et pro­po­ser les portes d’entrée sur le mar­ché euro­péen et américain.

    4.2 Concurrences

    Grâce à la veille docu­men­taire et aux entre­tiens, je vais énu­mé­rer les prin­ci­paux acteurs du domaine, leurs pro­duits ain­si que leur part de marché.

     4.3 Minimums requis

    Le mini­mum requis est défi­ni à la suite des entre­tiens effec­tués avec les acteurs inter­ve­nant dans le par­cours patient en radio­thé­ra­pie. Nous avons eu l’opportunité de dis­cu­ter avec deux (2) méde­cins radio­thé­ra­peutes, quatre (4) phy­si­ciens médi­caux et un (1) ingé­nieur bio­mé­di­cal. Ce qui a per­mis d’une part, d’énumérer les besoins cli­niques et indus­triels, d’autre part pro­po­ser un pro­duit de base pou­vant per­mettre à OLEA MEDICAL de péné­trer le mar­ché de la radiothérapie.

    4.4 Estimation de l’effort

    L’objectif est d’apporter des infor­ma­tions néces­saires sur la pos­si­bi­li­té de réa­li­ser le pro­duit. Ain­si, je ferai l’analyse de fai­sa­bi­li­té tech­nique en étu­diant la capa­ci­té tech­nique des solu­tions de l’entreprise (Olea Sphere et la solu­tion en déve­lop­pe­ment) et la fai­sa­bi­li­té éco­no­mique en esti­mant l’effort humain (interne et externe).

    4.5 Potentiel de prise de marché

    Je vais dis­cu­ter avec les com­mer­ciaux pour ana­ly­ser le poten­tiel de péné­tra­tion de l’entreprise dans le domaine de la radiothérapie.

    4.6 Coût

    Pour esti­mer le coût, je fais d’abord le Busi­ness model ensuite le busi­ness plan.

    4.7 Estimation point mort

    Je vais avec l’assistance du ser­vice mar­ke­ting, esti­mer la durée maxi­mum pour que le pro­duit soit ren­table éco­no­mi­que­ment pour l’entreprise.

    Chapitre 5 : Apports du stage

    Au cours de ce stage de fin d’études, j’ai pu par­ti­ci­per à des for­ma­tions comme la ges­tion de pro­jet orga­ni­sée par le dépar­te­ment solu­tion cli­nique, des jour­nées de tra­vail du groupe neu­ro et un congrès à Milan. Ces séances de tra­vail dont les valeurs sont vrai­ment cen­trées sur l’amélioration du work­flow du radio­logue et l’amélioration de la prise en charge du patient, sont pour moi une expé­rience très enri­chis­sante. De plus, les mis­sions qui m’ont été confiées ont ser­vi à mon déve­lop­pe­ment pro­fes­sion­nel et personnel.

    J’avais une mis­sion de chef de pro­jet sous un res­pon­sable de solu­tions cli­niques char­gée des solu­tions dédiées à la neu­roi­ma­ge­rie. Le métier de chef pro­jet est essen­tiel pour toutes entre­prises, puisque c’est un poste asso­ciant maî­trise tech­nique et capa­ci­té de gou­ver­nance. Dans le dépar­te­ment solu­tions cli­niques, le rôle du chef pro­jet est cen­tré sur les études explo­ra­toires de pos­sibles futurs pro­duits de l’entreprise.

    Cepen­dant, j’ai réa­li­sé d’une part le QQOQCP (Annexe 1) pour mieux cadrer la pro­blé­ma­tique, ensuite le Gantt (Annexe 2) pour la pla­ni­fi­ca­tion des tâches et la durée d’exécution, après le dia­gramme cause-effet (Annexe 3) pour iden­ti­fier les causes pos­sibles pour que le livrable ne soit par inache­vé et enfin le dia­gramme en arbre (Annexe 4) pour trou­ver les alter­na­tives aux causes. Je me suis aus­si impli­qué dans cer­taines tâches comme la pro­po­si­tion de cli­ni­ciens pour amé­lio­rer notre com­pré­hen­sion du par­cours patient afin d’énumérer les besoins de la radio­thé­ra­pie. Cela m’a fait réa­li­ser l’importance et les enga­ge­ments du métier.

    Ain­si, grâce aux mis­sions, j’ai pu mon­ter en com­pé­tences en conduite de pro­jet, la pra­tique de l’anglais, la veille tech­no­lo­gique et biblio­gra­phique. Le métier de chef de pro­jet est donc en adé­qua­tion avec mes valeurs professionnelles.

    Conclusion

    Les tumeurs du sys­tème ner­veux cen­tral (SNC) sont rares et leur cause n'est pas bien com­prise. La radio­thé­ra­pie est l’un des trai­te­ments les plus uti­li­sés dans la prise en charge de ces tumeurs. Quel que soit le type de radio­thé­ra­pie (interne ou externe), la place de l’imagerie est capi­tale. En radio­thé­ra­pie externe, l’imagerie inter­vient dans toutes les phases du trai­te­ment de la mala­die. Les exa­mens de scan­ner (CT) et l’IRM sont néces­saires pour le diag­nos­tic, la simu­la­tion, la pla­ni­fi­ca­tion du trai­te­ment, la déli­vrance du trai­te­ment et le sui­vi post traitement.

    Ce stage a per­mis à tra­vers le par­cours patient en radio­thé­ra­pie neu­ro-onco­lo­gie, d’identifier les besoins du domaine comme le contou­rage auto­ma­tique des volumes cibles, les dif­fi­cul­tés de sui­vi patient en ima­ge­rie ain­si que les contraintes liées à la nou­velle tech­no­lo­gie IRM-LINAC.

    À tra­vers ce pro­jet, j’ai eu l’opportunité d’appliquer cer­tains ensei­gne­ments de l’UTC liés à la ges­tion de pro­jet. J’ai aus­si amé­lio­ré mes com­pé­tences tech­niques, stra­té­giques et lin­guis­tiques en conduite de pro­jet. Ce qui me per­met d’affirmer que l’objectif de mon Mas­ter en Ingé­nie­rie de la San­té est atteint.

    Bibliographie

    [1]  R. S. of N. A. (RSNA) and A. C. of Radiology (ACR), « Proton Therapy », Radiologyinfo.org. https://www.radiologyinfo.org/en/info/protonthera (consulté le 11 mars 2022).

    [2]  E. Berenger et al., « ASTRO 2018 : état de l’art en radiothérapie », IRBM News, vol. 40, no 3, p. 75‑108, mai 2019, doi : https://doi.org/10.1016/j.irbmnw.2019.02.002.

    [3]  B. Chitti et al., « The role of brachytherapy in the management of brain metastases : a systematic review », J. Contemp. Brachytherapy, vol. 12, no 1, p. 67‑83, févr. 2020, doi : https://doi.org/10.5114/jcb.2020.93543.

    [4]  J. H. Suh et G. H. Barnett, « BRACHYTHERAPY FOR BRAIN TUMOR », Hematol. Oncol. Clin. North Am., vol. 13, no 3, p. 635‑650, juin 1999, doi : https://doi.org/10.1016/S0889-8588(05)70080-0.

    [5]  « Full Text PDF ». Consulté le : 11 février 2022. [En ligne]. Disponible sur : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01740330/document

    [6]  David N. Louis et al., « The 2021 WHO Classification of Tumors of the Central Nervous System : a summary », Oxf. Univ. Press Behalf Soc. Neuro-Oncol., juin 2021, doi : https://doi.org/doi:10.1093/neuonc/noab106.

    [7]  « 900-world-fact-sheets.pdf ». Consulté le : 11 février 2022. [En ligne]. Disponible sur : https://gco.iarc.fr/today/data/factsheets/populations/900-world-fact-sheets.pdf

    [8]  « 31-Brain-central-nervous-system-fact-sheet.pdf ». Consulté le : 10 février 2022. [En ligne]. Disponible sur : https://gco.iarc.fr/today/data/factsheets/cancers/31-Brain-central-nervous-system-fact-sheet.pdf

    [9]  C. O. Johnson et al., « Global, regional, and national burden of stroke, 1990–2016 : a systematic analysis for the Global Burden of Disease Study 2016 », Lancet Neurol., vol. 18, no 5, p. 439‑458, mai 2019, doi : https://doi.org/10.1016/S1474-4422(19)30034-1.

    [10]     A. P. Patel et al., « Global, regional, and national burden of brain and other CNS cancer, 1990–2016 : a systematic analysis for the Global Burden of Disease Study 2016 », Lancet Neurol., vol. 18, no 4, p. 376‑393, avr. 2019, doi : https://doi.org/10.1016/S1474-4422(18)30468-X.

    [11]     M. C. Chamberlain, C. S. Baik, V. K. Gadi, S. Bhatia, et L. Q. M. Chow, « Systemic therapy of brain metastases : non–small cell lung cancer, breast cancer, and melanoma », Neuro-Oncol., vol. 19, no 1, p. i1‑i24, déc. 2016, doi : https://doi.org/10.1093/neuonc/now197.

    [12]     L. B. Nabors et al., « Central Nervous System Cancers, Version 3.2020, NCCN Clinical Practice Guidelines in Oncology », J. Natl. Compr. Canc. Netw., vol. 18, no 11, p. 1537‑1570, nov. 2020, doi : https://doi.org/10.6004/jnccn.2020.0052.

    [13]     P. R. Ng, B. D. Choi, M. K. Aghi, et B. V. Nahed, « Surgical advances in the management of brain metastases », Neuro-Oncol. Adv., vol. 3, no Suppl 5, p. v4‑v15, nov. 2021, doi : https://doi.org/10.1093/noajnl/vdab130.

    [14]     Q. T. Ostrom, C. H. Wright, et J. S. Barnholtz-Sloan, « Chapter 2 - Brain metastases : epidemiology », in Handbook of Clinical Neurology, vol. 149, D. Schiff et M. J. van den Bent, Éd. Elsevier, 2018, p. 27‑42. Consulté le : 23 février 2022. [En ligne]. Disponible sur : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/B9780128111611000025

    [15]     M. Valiente et al., « The Evolving Landscape of Brain Metastasis », Trends Cancer, vol. 4, no 3, p. 176‑196, févr. 2018, doi : https://doi.org/10.1016/j.trecan.2018.01.003.

    [16]     N. Wijetunga et T. Yang, « A radiation oncology approach to brain metastases », Front. Neurol., vol. 11, août 2020, doi : https://doi.org/10.3389/fneur.2020.00801.

    [17]     X. Lin et L. M. DeAngelis, « Treatment of Brain Metastases », J. Clin. Oncol., vol. 33, no 30, p. 3475‑3484, oct. 2015, doi : https://doi.org/10.1200/JCO.2015.60.9503.

    [18]     « ald_30_gp_cancer_snc_edite_2011-04-08_09-38-48_889.pdf ». Consulté le : 16 février 2022. [En ligne]. Disponible sur : https://www.has-sante.fr/upload/docs/application/pdf/2011-04/ald_30_gp_cancer_snc_edite_2011-04-08_09-38-48_889.pdf

    [19]     J.-P Dillenseger, E. Moerschel, et C. Zorn, Guide des technologies de l’imagerie médicale et de la radiothérapie, 2e éd. Elsevier Masson, 2016. [En ligne]. Disponible sur : https://www.elsevier-masson.fr/guide-des-technologies-de-limagerie-medicale-et-de-la-radiotherapie-9782294752018.html

    [20]     V. Chassin, N. Dehaynin, J. Le Bourhis, B. Nord, H. Szymczak, et P. Meyer, « Mission ESTRO 2019 : focus physique en radiothérapie », IRBM News, vol. 41, no 1, p. 100228, févr. 2020, doi : https://doi.org/10.1016/j.irbmnw.2019.100228.

    [21]     A. C. Nonnotte, « Spécificités de la radiothérapie », Elsevier Connect, Consulté le : 25 février 2022. [En ligne]. Disponible sur : https://www.elsevier.com/fr-fr/connect/imagerie-medicale/specificites-de-la-radiotherapie

    [22]     S. Lapointe, A. Perry, et N. A. Butowski, « Primary brain tumours in adults », The Lancet, vol. 392, no 10145, p. 432‑446, juill. 2018, doi : https://doi.org/10.1016/S0140-6736(18)30990-5.

    [23]     G. Dissaux et al., « Radiotherapy of benign intracranial tumours », Cancer/Radiothérapie, vol. 26, no 1, p. 137‑146, avr. 2022, doi : https://doi.org/10.1016/j.canrad.2021.08.005.

    [24]     D. K. Mitchell, H. J. Kwon, P. A. Kubica, W. X. Huff, R. O’Regan, et M. Dey, « Brain metastases : An update on the multi-disciplinary approach of clinical management », Neurochirurgie, vol. 68, no 1, p. 69‑85, janv. 2022, doi : https://doi.org/10.1016/j.neuchi.2021.04.001.

    [25]     T. Siu et F. F. Lang, « Chapter 15 - Surgical Management of Cerebral Metastases », in Schmidek and Sweet Operative Neurosurgical Techniques (Sixth Edition), A. Quiñones-Hinojosa, Éd. Philadelphia : W.B. Saunders, 2012, p. 178‑191. Consulté le : 4 mars 2022. [En ligne]. Disponible sur : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/B9781416068396100152

    [26]     D. Wagner, H. Christiansen, H. Wolff, et H. Vorwerk, « Radiotherapy of malignant gliomas : Comparison of volumetric single arc technique (RapidArc), dynamic intensity-modulated technique and 3D conformal technique », Radiother. Oncol., vol. 93, no 3, p. 593‑596, déc. 2009, doi : https://doi.org/10.1016/j.radonc.2009.10.002.

    [27]     C. Scaringi, L. Agolli, et G. Minniti, « Technical Advances in Radiation Therapy for Brain Tumors », Anticancer Res., vol. 38, no 11, p. 6041‑6045, nov. 2018, doi : https://doi.org/10.21873/anticanres.12954.

    [28]     A. Andrevska, K. A. Knight, et C. A. Sale, « The feasibility and benefits of using volumetric arc therapy in patients with brain metastases : a systematic review », J. Med. Radiat. Sci., vol. 61, no 4, p. 267‑276, déc. 2014, doi : https://doi.org/10.1002/jmrs.69.

    [29]     JenniferDe Los Santos, Richard Popple, Nzhde Agazaryan, et John E. Bayouth, « Image Guided Radiation Therapy (IGRT) Technologies for Radiation Therapy Localization and Delivery | Elsevier Enhanced Reader », p. 33‑45, sept. 2013, doi : https://doi.org/10.1016/j.ijrobp.2013.02.021.

    [30]     R. S. of N. A. (RSNA) and A. C. of Radiology (ACR), « Gamma Knife », Radiologyinfo.org. https://www.radiologyinfo.org/en/info/gamma_knife (consulté le 11 mars 2022).

    [31]     R. S. of N. A. (RSNA) and A. C. of Radiology (ACR), « Linear Accelerator », Radiologyinfo. https://www.radiologyinfo.org/en/info/linac (consulté le 11 mars 2022).

    [32]     H. Paganetti et al., « Roadmap : proton therapy physics and biology », Phys. Med. Biol., vol. 66, no 5, p. 05RM01, févr. 2021, doi : https://doi.org/10.1088/1361-6560/abcd16.

    [33]     « Les biomarqueurs en cancérologie », Fondation contre le cancer. https://www.cancer.be/le-cancer/examens-m-dicaux/biomarqueurs/les-biomarqueurs-en-canc-rologie (consulté le 12 mai 2022).

    [34]     S. C. Thust et al., « Glioma imaging in Europe : A survey of 220 centres and recommendations for best clinical practice », Eur. Radiol., vol. 28, no 8, p. 3306‑3317, mars 2018, doi : https://doi.org/10.1007/s00330-018-5314-5.

    [35]     Marion Smits, « MRI biomarkers in neuro-oncology », vol. 17, août 2021, doi : https://doi.org/10.1038/ s41582-021-00510-y.

    [36]     « UE 4.8 DOSIMETRIE », wordpress « FICHES MANIP », 15 mars 2017. https://fichesmanip.wordpress.com/2017/03/15/ue-4-8-dosimetrie/ (consulté le 30 mars 2022).

    [37]     T. J. Kruser, M. P. Mehta, et H. I. Robins, « Pseudoprogression after glioma therapy : a comprehensive review », Expert Rev. Neurother., vol. 13, no 4, p. 389‑403, janv. 2014, doi : https://doi.org/10.1586/ern.13.7.

    [38]     K. Parvez, A. Parvez, et G. Zadeh, « The Diagnosis and Treatment of Pseudoprogression, Radiation Necrosis and Brain Tumor Recurrence », Int. J. Mol. Sci., vol. 15, no 7, p. 11832‑11846, juill. 2014, doi : https://doi.org/10.3390/ijms150711832.

    [39]     Y. Lievens et al., « How public health services pay for radiotherapy in Europe : an ESTRO–HERO analysis of reimbursement », Lancet Oncol., vol. 21, no 1, p. e42‑e54, janv. 2020, doi : https://doi.org/10.1016/S1470-2045(19)30794-6.

    [40]     A. B. Mariotto, L. Enewold, J. Zhao, C. A. Zeruto, et K. R. Yabroff, « Medical Care Costs Associated with Cancer Survivorship in the United States », Cancer Epidemiol. Biomarkers Prev., vol. 29, no 7, p. 1304‑1312, oct. 2020, doi : https://doi.org/10.1158/1055-9965.EPI-19-1534.

    [41]     « Medicare Coverage for Brain Tumors », End Brain Cancer. https://endbraincancer.org/portfolio-item/medicare-coverage-for-brain-tumors/ (consulté le 16 avril 2022).

    Annexes

    Annexe 1 : QQOQCP
    Annexe 2 : GANTT
    Annexe 3 : DIAGRAMME CAUSES-EFFETS
    Annexe 4 : DIAGRAMME EN ARBRE
    Annexe 5 : MODELE DE DOSSIER DE TRAITEMENT
    searchhomearrow-circle-left