• IDS150 - Réaménagement de la pharmacie à usage intérieur

    Avertissement

    Les projets ou stages publiés auxquels vous accédez sont des rapports d'étudiants et doivent être pris comme tels. Il peuvent donc comporter des imperfections ou des imprécisions que tout lecteur doit admettre et donc supporter. Il ont été réalisés pendant les périodes de formation et constituent avant-tout des travaux de compilation bibliographique, d'initiation et d'analyse sur des thématiques associées aux concepts, méthodes, outils et expériences sur les démarches qualité dans les organisations ou sur les technologies en santé.

    Si, malgré nos précautions, vous avez des raisons de contester ce droit de diffusion libre, , nous nous efforcerons d'y apporter une réponse rapide. L'objectif de la présentation des travaux sur le web est de permettre l'accès à l'information et d'augmenter ainsi la qualité des échanges professionnels.

    Nous ne faisons aucun usage commercial des travaux de projet ou de stage publiés, par conséquent les citations des informations et l'emploi des outils mis à disposition sont totalement libres. Dans ce cas, nous vous demandons de respecter les règles d'éthique en citant explicitement et complètement vos sources bibliographiques.

    Bonne lecture...

    Auteur

    Moha­med Ala­min HAMID SALIH

    Contact

    Moha­med Ala­min HAMIDSALIH :

    Citation

    A rap­pe­ler pour tout usage : Moha­med Ala­min HAMID SALIH, "Réamé­na­ge­ment de la phar­ma­cie à usage inté­rieur ", Uni­ver­si­té de Tech­no­lo­gie de Com­piègne (France), Mas­ter Ingé­nie­rie de la San­té, Mémoire de Stage, https://travaux.master.utc.fr/, réf n°IDS150, août 2022, url directe :https://travaux.master.utc.fr/formations-master/ingenierie-de-la-sante/ids150/

    Résumé

    La trans­for­ma­tion numé­rique (Robo­ti­sa­tion, intel­li­gence arti­fi­cielle ...) est entrée dans le monde de la san­té. Cette trans­for­ma­tion per­met donc à la phar­ma­cie d’usage inté­rieur (PUI) au sein d'un hôpi­tal de gagner du temps, assu­rer la sécu­ri­té, faci­li­ter la ges­tion de la phar­ma­cie et ren­for­cer le tra­vail du phar­ma­cien et du pré­pa­ra­teur au quotidien.

     Le Groupe hos­pi­ta­lier public du sud de l’Oise (GHPSO), pro­jette le réamé­na­ge­ment de la PUI. Le pro­jet vise la créa­tion sur le site Creil, d’une phar­ma­cie à usage inté­rieur cen­trale regrou­pant les besoins des deux sites de Creil et de Senlis.

    Dans le cadre de ce pro­jet, l'ingénieur bio­mé­di­cal a un rôle impor­tant à jouer au-delà de la ges­tion du parc des équi­pe­ments. Dès le début du pro­jet il est consul­té pour la pré-étude de pro­jet et la rédac­tion du pro­gramme tech­nique. Par ailleurs, il iden­ti­fie les attentes des uti­li­sa­teurs, se coor­donne avec les ingé­nieurs en charge des tra­vaux et l’équipe pro­jet pour répondre à ces besoins tout en res­pec­tant les contraintes tech­no­lo­giques, bud­gé­taires et règlementaires.

    Abstract

    The digi­tal trans­for­ma­tion (Robo­ti­za­tion, arti­fi­cial intel­li­gence ...) has ente­red the world of health. This trans­for­ma­tion, the­re­fore allows the phar­ma­cy for inter­nal use (PUI) within a hos­pi­tal to save time, ensure the safe­ty, faci­li­tate phar­ma­cy mana­ge­ment and pro­mote the work of the phar­ma­cist and the Pre­pa­rer on dai­ly tasks.

     The Public Hos­pi­tal Group of the South of Oise (GHPSO), pro­jects the rene­wal of the PUI. The pro­ject aims to create a cen­tral inter­nal phar­ma­cy on the Creil site, brin­ging toge­ther the needs of the two sites of Creil and Senlis.

    Within the fra­me­work of this pro­ject, the bio­me­di­cal engi­neer has an impor­tant role to play beyond the mana­ge­ment of the equip­ment fleet. From the begin­ning of the pro­ject, he is consul­ted for the pre-pro­ject stu­dy and the draf­ting of the tech­ni­cal pro­gram. In addi­tion, he iden­ti­fies user expec­ta­tions and needs, coor­di­nates with the others engi­neers in charge of the construc­tion and the pro­ject team to meet these needs while res­pec­ting tech­no­lo­gi­cal, bud­ge­ta­ry and regu­la­to­ry constraints.

    الملخص

    Téléchargement

    IDS150_Mohamed Alamin_HAMID SALIH_RAPPORT STAGE

    Mémoire complet

    Renouvellement de la pharmacie à usage intérieur

    Remerciements

    Je remer­cie vive­ment Mme CONDETTE, la res­pon­sable du ser­vice bio­mé­di­cal et ma maî­tresse d’apprentissage, pour son temps, sa confiance et les connais­sances qu’elle a su par­ta­ger avec moi. Je la remer­cie aus­si pour sa dis­po­ni­bi­li­té et la qua­li­té de son enca­dre­ment du ser­vice. Je tiens à expri­mer ma recon­nais­sance et ma gra­ti­tude à Madame BASSET, Direc­trice des Achats, de la Logis­tique et du Biomédical.

    Je remer­cie aus­si le corps ensei­gnant du mas­ter Ingé­nie­rie de la San­té de l’Université de Com­piègne, ain­si que les res­pon­sables de for­ma­tion Mme Claude et M. PROT, pour leur bien­veillance et leur sou­tien durant cette année déli­cate. Ils ont su appor­ter les outils intel­lec­tuels et métho­do­lo­giques indis­pen­sables pour la réus­site de ce cursus.

    Je pense éga­le­ment à M. FARGES, ensei­gnant à l’Université de Compiègne.

    Je remer­cie éga­le­ment M. TROCHON, l'adjoint bio­mé­di­cal, pour sa bien­veillance, son sou­tien et son aide durant mon stage.

    Un grand mer­ci aux membres de l’équipe bio­mé­di­cale pour leur aide ain­si que leur sou­tien inconditionnel.

    J’adresse mes sin­cères remer­cie­ments aux membres de ma famille pour leurs encou­ra­ge­ments. Je remer­cie aus­si mes cama­rades de pro­mo­tion, pour tout le tra­vail de groupe que nous avons pu réa­li­ser, je leur sou­haite aus­si beau­coup de réussite.

    Liste des abréviations

    • GHPSO : Groupe Hospi­ta­lier Public du Sud de l’Oise
    • PUI : Phar­ma­cie à Usage Inté­rieur
    • UHTCD : l’Unité d'Hospi­ta­li­sa­tion de Très Courte Durée
    • SMUR : Struc­tures Mobiles d'Urgence et de Réani­ma­tion
    • CAMSP : Centre d’Action Médi­co-Sociale Précoce
    • IFAS : Insti­tut de Forma­tion d’Aide-Soignant
    • EHPAD : Etablis­se­ment d’Héber­ge­ment pour Personnes Agées Dépen­dantes
    • HAS : Haute Auto­ri­té de Santé
    • URAD : Urgences-Réani­ma­tion-Anes­thé­sie-Douleur
    • USLD : Unité de Soins de Longue Durée.
    • D.M : Dispo­si­tif Médi­cal
    • MAD : Mise A Dispo­si­tion
    • ARS : Agence Régio­nale de la Santé
    • AMO : Assis­tance Maîtrise d’Ouvrage
    • COPIL : Comités de Pilotage
    • DCE : Dossier de Consul­ta­tion des Entre­prises
    • CCAP : Cahiers des Clauses Admi­nis­tra­tives Parti­cu­lières
    • CCTP : Cahiers des Clauses Tech­niques Parti­cu­lières
    • PV : Procès-Verbal
    • SAV : Service Après-Vente
    • REX : Retour d’Expériences

    1.   Introduction

    Le Groupe Hos­pi­ta­lier Public du Sud de l’Oise (GHPSO) est un éta­blis­se­ment de san­té (858 lits et places au total), depuis le 1er jan­vier 2012, unis­sant le Centre Hos­pi­ta­lier de Creil et le Centre Hos­pi­ta­lier de Senlis.

    L’évolution per­ma­nente du sec­teur médi­cal impose une mise à jour régu­lière des nou­velles règles et tech­no­lo­gies. Le GHPSO a ini­tié depuis plu­sieurs années une réflexion pour mener un réamé­na­ge­ment et une mise aux normes de sa PUI (Phar­ma­cie à Usage Inté­rieur), des Urgences pédia­triques, des Urgences adultes, de l’Unité d'Hospitalisation de Très Courte Durée (UHTCD) et des Struc­tures Mobiles d'Urgence et de Réani­ma­tion (SMUR) sur le site de Creil.

    Actuel­le­ment, chaque site des hôpi­taux de Creil et de Sen­lis dis­pose de sa propre PUI, alors que le ser­vice de sté­ri­li­sa­tion des deux sites se trouve déjà sur le site de Creil.
    Pour cette rai­son, un nou­veau bâti­ment va être éri­gé pour accueillir exclu­si­ve­ment la PUI sur le site de Creil.

    Le nou­veau bâti­ment abri­te­ra les ser­vices de la phar­ma­cie cen­trale et de la sté­ri­li­sa­tion cen­trale pour les hôpi­taux de Creil et de Sen­lis. Il sera orga­ni­sé pour assu­rer l'approvisionnement des ser­vices de soins des sites de Creil et de Sen­lis en médi­ca­ments et dis­po­si­tifs médi­caux, la rétro­ces­sion et la pré­pa­ra­tion cen­tra­li­sée des cytotoxiques.

    2. Présentation de l’établissement

    2.1. Historique du centre hospitalier de Creil

    En 1978 l'Hôpital Géné­ral de Creil ouvre ses portes offi­ciel­le­ment. Implan­té dans la ville de Creil bou­le­vard Laen­nec dans le but d’offrir des soins variés visant à répondre aux besoins de san­té de la popu­la­tion. [1]

    Figure 1 : Vue historique du CH LAENNEC de CREIL[1]

    2.2. Historique du centre hospitalier de Senlis

    L’hôpital géné­ral de Sen­lis a été bâti en 1839, loca­li­sé à Sen­lis ave­nue Paul Rou­gé. Il a été construit sur l’emplacement du l’hôpital Mala­dre­rie Saint-Lazare fon­dé par Hugues Capet, fils de Robert le pieu.[1]

    Figure 2 : vue historique du CH de Senlis[1]

    2.3. Présentation du GHPSO

    Le Groupe Hos­pi­ta­lier Public du Sud de l’Oise (GHPSO) naît le 1er jan­vier 2012 avec la fusion des Centres Hos­pi­ta­liers de Creil et Sen­lis. Il assure une direc­tion com­mune avec le Centre d’action médi­co-sociale pré­coce (CAMSP) situé au cœur de la ville de Creil, l’Institut de for­ma­tion d’aide-soignant (IFAS) loca­li­sé à Creil ain­si que l’Etablissement d’hébergement pour per­sonnes âgées dépendantes(EHPAD) de Nan­teuil-le-Hau­douin.[2]

    Figure 3 : Le site de Creil[3]
    Figure 4 : Le site de Senlis
     

    Le GHPSO s’attache à par­faire son offre sur le ter­ri­toire notam­ment par l’amélioration de la qua­li­té et de la lisi­bi­li­té de ses filières de soins implan­tées sur le ter­ri­toire Oise-Est de la Région Picardie.

    Le GHPSO déve­loppe un total de 858 lits et places, le tableau sui­vant, extrait de l’évaluation réa­li­sé par l’haute auto­ri­té de san­té HAS en jan­vier 2022, indique la répar­ti­tion des lits et places au sein de l’établissement :

    Figure 5 : Activités de GHPSO en 2022[4]

    L’HAS réa­lise une éva­lua­tion externe afin de déter­mi­ner le niveau de cer­ti­fi­ca­tion de l’établissement. Cette éva­lua­tion donne une vue indé­pen­dante sur la qua­li­té et la sécu­ri­té des soins dans les éta­blis­se­ments de santé.


    Figure 6 : Résultats de la certification HAS pour le GHPSO[5]

    Le GHPSO est consti­tué de huit pôles d’activités :

    1. Méde­cine                                                            
    2. Chi­rur­gie
    3. Femme mère-enfant
    4. Géron­to­lo­gie
    5. Médi­co­tech­nique
    6. Onco­lo­gie
    7. URAD (Urgences, Réani­ma­tion, Anes­thé­sie, Douleur)
    8. Car­dio-vas­cu­laire et Prévention 

    Le GHPSO est aujourd’hui la plus grande mater­ni­té de la Picar­die. Voi­ci quelques chiffres clés :[6]

    • 73 827 pas­sages aux urgences dont 47 597 aux urgences générales
    • 2 725 accouchements
    • 110 315 venues en consultations
    • 52 011 entrées en hos­pi­ta­li­sa­tions (hors EHPAD et USLD)
    • 2 770 naissances
    • 53 731 jour­nées d’hébergement en EHPAD et USLD
    • 2 835 sor­ties SMUR

    2.4. Présentation de la PUI actuelle

    Actuel­le­ment, chaque site de Creil et de Sen­lis dis­pose de sa propre phar­ma­cie, la sté­ri­li­sa­tion cen­trale est située uni­que­ment sur le site de Creil. Le pro­jet per­met­tra de consti­tuer une PUI cen­trale pour les deux sites de Creil et de Sen­lis. Elle regroupera :

    • Les locaux de la phar­ma­cie com­por­tant : les locaux de récep­tion des livrai­sons, les zones de sto­ckage (médi­ca­ments, dis­po­si­tifs médi­caux et solu­tés), les locaux de pré­pa­ra­tion et les dif­fé­rents bureaux.
    • Les locaux de la pré­pa­ra­tion des cytotoxiques.
    • Les locaux de la dis­pen­sa­tion et de la rétrocession.
    • Les locaux de la sté­ri­li­sa­tion centrale.

    L’entité sté­ri­li­sa­tion cen­trale regrou­pe­ra les com­po­santes suivantes :

    • Les locaux filtres et les locaux du personnel,
    • Les Locaux de la zone de récep­tion et du trai­te­ment du sale,
    • Les locaux de la zone du trai­te­ment sté­rile (zone protégée),
    • Les locaux de la zone de récep­tion des four­ni­tures de la zone stérile,
    • Les locaux de la zone de distribution.

     Le sché­ma fonc­tion­nel sui­vant indique la répar­ti­tion des locaux et les étapes du cir­cuit du médi­ca­ment au sein de la PUI :

    Figure 7 : Le schéma fonctionnel de la pharmacie

    Le sché­ma fonc­tion­nel géné­ral sui­vant illustre les dif­fé­rents sec­teurs du ser­vice de la sté­ri­li­sa­tion centrale :

    Figure 8 : Le schéma fonctionnel de la stérilisation centrale

    Pour res­pec­ter la régle­men­ta­tion, le GHPSO doit créer une voie échelle en lieu et place de la PUI actuelle située au rez-de-chaus­sée bas de l’hôpital. Par consé­quent, la phar­ma­cie actuelle doit démé­na­ger dans des nou­veaux locaux. L’emplacement du pro­jet PUI a été défi­ni dans les études préa­lables de fai­sa­bi­li­té éta­blies par l’équipe de maî­trise d’œuvre, dont le sché­ma est joint ci-des­sous à titre indicatif.

    Figure 9 : Localisation des projets 

    2.5. Rôle et missions du service biomédical :

    Le ser­vice bio­mé­di­cal joue un rôle de conseil tech­nique au sein du pro­jet PUI. Par ailleurs, il est char­gé de gérer le parc des équi­pe­ments bio­mé­di­caux du GHPSO, en inter­ve­nant sur toutes les étapes du cycle de vie des équi­pe­ments. Les sys­tèmes bio­mé­di­caux sont consi­dé­rés dans leur inté­gra­li­té, logi­ciels inclus. Les mis­sions du ser­vice bio­mé­di­cal sont diverses :

    • L’achat (inves­tis­se­ments, loca­tions...), com­pre­nant le recen­se­ment des besoins, l’identification des obso­les­cences, la bud­gé­ti­sa­tion, les pro­cé­dures d’achats jusqu’à la mise en service
    • Les main­te­nances pré­ven­tives, cura­tives et contrôles qualité
    • La ges­tion des contrats (main­te­nance, mise à dis­po­si­tion (MAD), locations)
    • La ges­tion des prêts de DM (essais, dépannages)
    • La ges­tion de la maté­rio­vi­gi­lance et de la cyber sécu­ri­té liée aux équipements
    • La ges­tion des réformes (mise au rebus, pièces déta­chées, ventes, dons).

    2.6. Organisation du service biomédical :

    Le ser­vice bio­mé­di­cal est com­po­sé de plu­sieurs per­sonnes ayant cha­cune des fonc­tions dif­fé­rentes. Ain­si, pour mener à bien ses mis­sions au sein du groupe hos­pi­ta­lier, le ser­vice bio­mé­di­cal se compose :

    • D’un ingé­nieur bio­mé­di­cal res­pon­sable du ser­vice, char­gé de gérer l’intégralité du parc des équi­pe­ments bio­mé­di­caux de l’établissement. Il est rat­ta­ché au Direc­teur des Achats, de la Logis­tique et du Biomédical
    • D’un adjoint à l’ingénieur bio­mé­di­cal qui s’occupe de l’encadrement de l’équipe des tech­ni­ciens bio­mé­di­caux et de l’organisation de la main­te­nance pré­ven­tive interne et externe.
    •  De 4 tech­ni­ciens bio­mé­di­caux, char­gés de réa­li­ser des main­te­nances en interne et de gérer les pres­ta­taires externes.
    Figure 10 : Organigramme du service biomédical

    2.7. Attentes principales des services de la part du service biomédical

    Afin d’achever ses mis­sions, le ser­vice bio­mé­di­cal se coor­donne avec la direc­tion, les ser­vices de soins et les ser­vices médicotechniques

    • Garan­tir la dis­po­ni­bi­li­té des équi­pe­ments pour assu­rer la conti­nui­té des soins
    • Garan­tir le niveau de per­for­mance et de sécu­ri­té des équipements
    • Garan­tir la sécu­ri­té du per­son­nel lors de l’utilisation de l’équipement
    • Réa­li­ser les achats et les inter­ven­tions dans des délais rai­son­nables ou sui­vant un calen­drier établi
    • Assu­rer la veille régle­men­taire liée aux équi­pe­ments biomédicaux
    • Assu­rer la veille tech­no­lo­gique et le renou­vel­le­ment du parc

    3. Contexte du projet

    3.1 Objectifs et missions de stage

    Depuis mon inté­gra­tion au sein du GHPSO, mon objec­tif est de par­ti­ci­per à mener à terme le pro­jet de la construc­tion et de l’aménagement d’un nou­veau bâti­ment pour la phar­ma­cie et la sté­ri­li­sa­tion. L’aménagement cor­res­pond à toutes les démarches de l’achat jusqu'à la mise en ser­vice des Dis­po­si­tifs Médi­caux (DM) suivants :

    • Pla­teau tech­nique de sté­ri­li­sa­tion : auto­claves, laveurs, cabine de lavage, logi­ciel de super­vi­sion, sou­deuses, petits équi­pe­ments, sta­tion de trai­te­ment d’eau ;
    • Iso­la­teurs pour la recons­ti­tu­tion des cyto­toxiques, logi­ciel de contrôle et de tra­ça­bi­li­té des reconstitutions ;
    • Équi­pe­ments de sto­ckage des médi­ca­ments et des DM : robot de sto­ckage, tours de sto­ckage, sto­ckeur rota­tif, logi­ciels et connexions associées ;
    • Auto­mate de dis­pen­sa­tion des médi­ca­ments, armoires sécu­ri­sées en lien avec la sécu­ri­sa­tion du cir­cuit du médicament.

    3.2 La problématique

    Le tableau QQOQCP sui­vant per­met de mener une ana­lyse fine de la situa­tion de la phar­ma­cie du GHPSO.

    Figure 11 : Tableau de l’analyse QQOQCP du projet [7]

    3.3 Enjeux

    Les prin­ci­paux enjeux du pro­jet sont : 

    • Tout d'abord, créer une phar­ma­cie cen­trale regrou­pant les besoins des deux sites de Sen­lis et Creil. De plus, relo­ca­li­ser les acti­vi­tés de la phar­ma­cie dans des locaux adé­quats pour l’ensemble de ses acti­vi­tés (ter­tiaire, pré­pa­ra­tion, stockage…) ;
    • De mettre en confor­mi­té le bâti­ment cen­tral par rap­port aux exi­gences de sécu­ri­té et offrir des locaux adé­quats en termes de confor­mi­té aux règlements ;
    • De moder­ni­ser les ins­tal­la­tions de la phar­ma­cie (robo­ti­sa­tion) et per­mettre l’évolution des sur­faces et le déve­lop­pe­ment des acti­vi­tés de la pré­pa­ra­tion des cytotoxiques. ;
    • D’optimiser et d’améliorer l’organisation logis­tique, flui­di­fier et iden­ti­fier clai­re­ment les accès et les dif­fé­rents flux pour assu­rer une liai­son facile de dis­tri­bu­tion entre la nou­velle PUI vers le sec­teur interne et vers le site de Senlis ;
    • De garan­tir aux per­son­nels des condi­tions de prise en charge et de tra­vail satis­fai­santes et évi­ter le départ de per­son­nels vers des hôpi­taux plus modernes.

    3.4 Les parties prenantes internes/externes

    Les par­ties pre­nantes internes sont :

    • Le maître d’ouvrage, ou com­man­di­taire : qui défi­nit le pro­jet, ain­si que ses objec­tifs et son calen­drier [8] ;
    • Le maître d’œuvre : char­gé d’assurer le sui­vi des tra­vaux et la coor­di­na­tion entre les dif­fé­rents acteurs ;
    • L’équipe pro­jet : com­prend tous les ser­vices internes (le ser­vice bio­mé­di­cal dont je fais par­tie, l’informatique, la phar­ma­cie, le ser­vice des achats, le ser­vice tech­nique) qui tra­vaillent en col­la­bo­ra­tion avec le maître d'ouvrage pour réa­li­ser le projet ;
    • Les autres ser­vices de l'hôpital : tous les ser­vices, hors l’équipe pro­jet, qui peuvent être ame­nés à par­ti­ci­per à diverses phases du pro­jet, tels que le ser­vice comp­ta­bi­li­té et finance et la logistique ;

    Les par­ties pre­nantes externes :

    • Les four­nis­seurs : orga­nisme qui four­nit un pro­duit ou une pres­ta­tion à l'hôpital. Comme les four­nis­seurs des DM [8] ;
    • L’Agence Régio­nale de la San­té (ARS) : char­gée de finan­cer et pro­gram­mer les moyens au pro­jet au sein de son pro­jet régional ;
    • Le phar­ma­cien ins­pec­teur :  tra­vaille avec l’ARS et exerce des fonc­tions de direc­tion, d'encadrement, de contrôle, d'inspection, d'expertise, d'étude, d'enseignement et de recherche. Au sein de notre pro­jet il assure que les régle­men­ta­tions ont été res­pec­tées  et valide l’aspect tech­nique (plan, fonc­tion­ne­ment, équi­pe­ments …)[9]
    • Autres pres­ta­tions externes : autres orga­nismes externes en lien avec le pro­jet. Par exemple, le maître d’ouvrage peut délé­guer et s'appuyer sur une pres­ta­tion externe pour l'assister dans la ges­tion de pro­jet : comme dans notre cas actuel avec l’Assistance Maî­trise d’Ouvrage AMO. 

    3.5 Moyens et méthodes

     3.5.1 Moyens :

    Les res­sources maté­rielles englobent tout ce que pos­sède l'hôpital (les salles, les bureaux, les voi­tures…), ain­si qu’un télé­phone, un poste infor­ma­tique équi­pé d’un accès à ASSET PLUS, pour avoir une vision sur le parc actuel, des logi­ciels bureau­tiques, un accès à Inter­net, accès aux dos­siers infor­ma­tiques (bio­mé­di­cal, pro­jet et partagé).

    3.5.2 Méthodes :

    Un pro­jet pos­sède plu­sieurs phases qui doivent être res­pec­tées afin de le mener à terme. Les démarches ont été entre­prises par l'hôpital depuis 2019. Des réunions col­lec­tives internes ont été réa­li­sées afin d’identifier et défi­nir les objec­tifs du pro­jet. Ensuite, l’établissement a effec­tué un appel à pro­jets auprès de l’ARS pour finan­cer le projet.

    Une fois que l’accord de l’ARS est obte­nu, l’équipe pro­jet se réunit pour iden­ti­fier concrè­te­ment les objec­tifs, en tenant compte de contraintes diverses (temps, bud­get, délais, risques…), et pour pla­ni­fier et attri­buer les tâches à réaliser.

    Actuel­le­ment, nous sommes dans la phase du sui­vi de pro­jet et de l’évaluation des risques et contraintes liés au pro­jet qui per­met de vali­der les tâches pré­dé­fi­nies et satis­faire les besoins iden­ti­fiés. La clô­ture du pro­jet et la res­ti­tu­tion du dérou­le­ment du pro­jet per­mettent à l'établissement de faire le point sur les axes d'amélioration poten­tiels pour ses futurs projets.

    Le ser­vice bio­mé­di­cal fait par­tie de l’équipe pro­jet. Il pos­sède un rôle indis­pen­sable dans toutes les étapes de l’identification des besoins et assure le sui­vi du nou­veau parc de dis­po­si­tifs médi­caux de la phar­ma­cie au-delà la clô­ture du projet.

    4. Le cycle de projet PUI

    Le pro­jet de la PUI est un long pro­ces­sus effec­tué par l’équipe pro­jet et pilo­té par le ser­vice bio­mé­di­cal pour les équi­pe­ments dont il a la charge. Ce pro­ces­sus contient plu­sieurs étapes :

    4.1. Identification des besoins

    Le ser­vice bio­mé­di­cal a par­ti­ci­pé à l’identification des besoins des uti­li­sa­teurs et des objec­tifs. Ces besoins sont basés sur l’activité actuelle de l'hôpital et une pers­pec­tive d'extension poten­tielle. Le ser­vice bio­mé­di­cal a beau­coup échan­gé direc­te­ment avec les uti­li­sa­teurs et avec l’équipe pro­jet lors des réunions de sui­vi ou des comi­tés de pilo­tage (COPIL). Des tableaux de recen­se­ment des besoins ont été faits dans l’intention de défi­nir et jus­ti­fier chaque besoin. Par ailleurs, les besoins ont été chif­frés avec une marge de 20% afin de déter­mi­ner le coût total du projet.

    4.2. Planification

    La pla­ni­fi­ca­tion per­met d'avoir une vision claire des objec­tifs et du calen­drier du début du pro­jet jusqu'à la fina­li­té. Dans le dos­sier par­ta­gé interne, un rétro­plan­ning pour les DM a été créé afin de suivre les étapes de l’avancement du pro­jet avec pré­ci­sion. Ce rétro­plan­ning contient des infor­ma­tions impor­tantes sur les DM de PUI, telles le type de DM, l’emplacement poten­tiel, le sec­teur, la socié­té choi­sie, la méthode d’achat (cen­trale d’achat ou appel d’offre) et le cycle de vie de chaque DM en pré­ci­sant le temps pour chaque étape (choix du maté­riel, conven­tion cen­trale d'achat, réa­li­sa­tion de la com­mande, fabri­ca­tion - déve­lop­pe­ment, livrai­son - ins­tal­la­tion- test, for­ma­tion des uti­li­sa­teurs, for­ma­tion du per­son­nel tech­nique / bio­mé­di­cal, mise en ser­vice, inté­gra­tion dans le plan de renouvellement). 

    Figure 12 : Exemple de rétroplanning du projet

    4.3. Étude de marché

    Une fois que l’étape d'identification des besoins est ter­mi­née, le bio­mé­di­cal réa­lise une étude de mar­ché des­ti­née à connaître les options pré­sentes sur le mar­ché. Cette étude a éga­le­ment per­mis de déter­mi­ner le rap­port qualité/prix pour faci­li­ter le choix final. Géné­ra­le­ment, il y a deux moda­li­tés d’achat : pas­ser par cen­trale d’achat ou effec­tuer un appel d’offre :

    4.3.1. Les centrales d’achat :

    Selon le code de la com­mande publique, la cen­trale peut rem­plir deux rôles prin­ci­paux “ l’acquisition de four­ni­tures et biens qu’elle stocke puis cède aux ache­teurs (rôle de gros­siste) et la pas­sa­tion de mar­chés publics répon­dant aux besoins d’autres ache­teurs pour le compte de ces der­niers (rôle inter­mé­diaire)” [10]. Le GHPSO est adhé­rent des trois grandes cen­trales : UGAP, UNIHA et RESAH. Pour notre pro­jet actuel nous avons prio­ri­sé les cen­trales d’achats car elles répondent aux contraintes du code de la com­mande publique, le prix est déjà négo­cié, cela per­met un gain de temps et la tra­ça­bi­li­té est assu­rée dans toutes les étapes. Tous les DM ont été com­man­dés dans les diverses cen­trales d’achat, à part les tours de sto­ckage et le sto­ckeur rotatif.

    4.3.2. Appel d’offres :

    “L'appel d'offres est la pro­cé­dure par laquelle un com­man­di­taire va faire le choix du four­nis­seur le plus à même de répondre à son besoin”[11]. Un appel d'offres pour les tours de sto­ckage et le sto­ckeur rota­tif est éta­bli. Selon le code de la com­mande publique du 1er avril 2016 l’appel d’offre est obli­ga­toire pour les four­ni­tures et ser­vices ayant un coût de plus que 215 000 € HT [12]. Il y a deux types d'appels d'offres :  Ouvert, quand il est acces­sible à tous les four­nis­seurs ; res­treint lorsque les four­nis­seurs auto­ri­sés peuvent remettre leurs offres. Donc nous avons choi­si un appel d'offres ouvert avec un seul lot.

    L’appel d’offres se com­pose de trois phases principales :

    Pre­mier phase de rédaction

    Dans cette phase, la rédac­tion du DCE (Dos­sier de Consul­ta­tion des Entre­prises) a été réa­li­sée et a déter­mi­né les cri­tères de choix et les lots.

     L’équipe pro­jet a mon­té le DCE d’appel d’offres qui est consti­tué des docu­ments suivants :

    Règle­ment de la consultation

    ●      Cahier des Clauses Admi­nis­tra­tives Par­ti­cu­lières (CCAP) (le ser­vice achat du GHPSO pos­sède un modèle unique pour les CCAP, adap­table selon l’appel d'offres) ;

    ●      Cahier des Clauses Tech­niques Par­ti­cu­lières (CCTP), le ser­vice bio­mé­di­cal a pris en charge la rédac­tion du CCTP, il a ensuite été vali­dé par la pharmacie.

    ●      Actes d’Engagement du can­di­dat, pour lequel le can­di­dat s’engage à se confor­mer aux CCTP et CCAP [13].

    ●      Annexes : tableaux de prix, ques­tion­naires tech­niques (condi­tions de main­te­nance et de garantie).

    Le mar­ché a été publié le 11 février 2022 sur le site de mar­ché public PLACE pour une remise des offres au 18 mars 2022.

    Deuxième phase de sélec­tion du prestataire

    Le 18 mars 2022, nous avons reçu deux can­di­da­tures de la part des socié­tés KARDEX et HANEL. Ain­si, elles ont été étu­diées et ana­ly­sées par le ser­vice bio­mé­di­cal en col­la­bo­ra­tion avec la phar­ma­cie selon les cri­tères d’attributions men­tion­nés dans le DCE.

    Les cri­tères de juge­ment des offres figu­rant dans le Règle­ment de la Consul­ta­tion sont détaillés dans le tableau ci-dessous :

    Figure 13 : Tableau des critères d’analyse de l’appel d’offre

    La note de prix des pres­ta­tions : elle enve­loppe l’exploitation sur 10 ans (garan­tie inclus) (10 points) et l’investissement (30 points), donc 40 points au total. 

    La note maxi­male (40 points), pour le cri­tère de prix de l’ensemble de l’offre, sera attri­buée à la meilleure offre c’est-à-dire à l’offre de prix la plus basse.

    Les autres offres seront notées pro­por­tion­nel­le­ment à cette meilleure note selon la for­mule suivante :

    Note =

    Cri­tères tech­niques :  La note maxi­male est sur 55 points, elle contient 40 points pour les sous cri­tères tech­niques et 15 points pour la garan­tie et SAV (Ser­vice Après-Vente) selon le tableau ci-dessous :

    Figure 14 : Tableau des critères techniques d’analyse de l’appel d’offre

    Déve­lop­pe­ment Durable (DD) : Ce cri­tère est basé sur le res­pect des régle­men­ta­tions les plus récentes en matière d’environnement. La note maxi­male est de 5 points.

    Troi­sième phase de contractualisation

    Le GHPSO a infor­mé le can­di­dat noti­fié, ain­si que le can­di­dat non rete­nu par la com­mis­sion de choix de l’appel d’offres via une lettre de rejet. Un rap­port de choix et un tableau de syn­thèse sont éta­blis afin de jus­ti­fier l'attribution des notes. Sur la base de l’article 99 du décret n° 2016- 360 du 25 mars 2016 rela­tif aux mar­chés publics [14], les can­di­dats peuvent connaître le nom de l'entreprise rete­nue, le mon­tant du mar­ché, les avan­tages de son offre, avec le res­pect du secret indus­triel et com­mer­cial. Le can­di­dat non rete­nu pos­sède 15 jours pour faire le recours jours à comp­ter de la récep­tion[15].

    Dès la noti­fi­ca­tion du titu­laire le choix de DM est faite. En revanche, en cas de mul­ti choix aux cen­trales d’achat des essais et visites sont prévus.

    4.4. Essais et visites

    Suite à l’étude du mar­ché, la méthode d’achat a été iden­ti­fiée. Ensuite, des visites ont été réa­li­sées afin d’observer le fonc­tion­ne­ment des sys­tèmes et obte­nir les retours d'expériences sur toute la vie des DM de l’achat à la mise en ser­vice ain­si que la main­te­nance. Par exemple, pour le parc de sté­ri­li­sa­tion Getinge, nous sommes allés au Centre Hos­pi­ta­lier de Gonesse. Pour les ther­mo-sou­deuses des essais au sein de l’établissement ont été pré­vus pour les tester.

    4.5. Validation du choix des matériels

    Une étude com­pa­ra­tive est réa­li­sée et syn­thé­ti­sée avec un tableau (cf. ex : Laveurs en annexe) pour faci­li­ter la prise de déci­sion. Une fois que l’équipe pro­jet a confir­mé le choix final des DM, un tableau de jus­ti­fi­ca­tion du choix est réa­li­sé pour jus­ti­fier le choix de chaque DM (cf. Annexe).

    4.6. Passation de commande

    Suite à la vali­da­tion des choix des DM, le ser­vice bio­mé­di­cal demande un devis auprès des four­nis­seurs. Ce devis sera réa­li­sé à l’issue de la vali­da­tion des besoins de la PUI. L’équipe phar­ma­cie valide le devis avec le ser­vice bio­mé­di­cal et véri­fie toutes les lignes dans le devis. Une fois que le devis est vali­dé, le ser­vice bio­mé­di­cal adresse une demande d’achat au ser­vice achat. L’ingénieur bio­mé­di­cal adresse à l’acheteur le devis vali­dé, accom­pa­gné d’une fiche de demande d’achat. Le rôle du ser­vice achat est d’assurer que les com­mandes res­pectent le code de la com­mande publique et de gérer la par­tie appel d’offre (les CCAP, la publi­ca­tion, la pla­te­forme…). Enfin, l’acheteur valide la com­mande et l’envoie au ser­vice d’approvisionnement pour pas­ser le bon de commande.

    Figure 15 : Tableau des critères techniques d’analyse de l’appel d’offre

    La fiche de demande d’achat vient d’être mise à jour au GHPSO pour faci­li­ter le regrou­pe­ment des infor­ma­tions sur un seul docu­ment. Elle est néces­saire pour toute demande d’achat en exploi­ta­tion ou en inves­tis­se­ment. La fiche contient plu­sieurs infor­ma­tions tels que : le ser­vice deman­deur, le ser­vice pres­crip­teur, la prio­ri­té de la com­mande, le code pro­jet, le four­nis­seur rete­nu, l’intitulé de l’article, le mode d’achat …  

    Au GHPSO, il existe deux fiches :

    • Fiche de com­mande d’investissement (pour l’achat des DM)
    • Fiche de sui­vi des contrats (pour les mises à disposition)

    4.7. Validation des prérequis techniques et informatiques de l’installation

    Le four­nis­seur trans­met les pré­re­quis d’installation (contraintes tech­niques, infor­ma­tiques et archi­tec­tu­rales) de ses équi­pe­ments. Il pré­cise les contraintes d’environnement et d’installation ain­si que les attentes néces­saires au bon fonc­tion­ne­ment de son matériel.

    Une réunion est orga­ni­sée avant le lan­ce­ment de pro­duc­tion entre le four­nis­seur, l’architecte, l’équipe pro­jet et le bureau d’études afin de vali­der l’implantation des équi­pe­ments dans les lieux sou­hai­tés et d’assurer l’application des pré­re­quis deman­dés (étude de dalle, revê­te­ment, ali­men­ta­tion élec­trique, lar­geur des couloirs …).

    Le four­nis­seur four­ni­ra un rétro­plan­ning en indi­quant les délais sui­vants dès la récep­tion du bon de commande :

    • Fabri­ca­tion
    • Livrai­son
    • Ins­tal­la­tion
    • Cali­bra­tion et test
    • Mise en service
    • For­ma­tion

    A titre d’exemple, le rétro­plan­ning envoyé par la socié­té SIEVE concer­nant les isolateurs :

    Figure 16 : le rétroplanning des isolateurs  SIEVE

    4.8. Livraison et mise en service

    Les four­nis­seurs devront pré­voir et mettre en œuvre les moyens méca­niques et humains pour ache­mi­ner et ins­tal­ler le maté­riel sur le lieu de mise en ser­vice. Ils assu­re­ront le trans­port, le condi­tion­ne­ment, l’emballage, la manu­ten­tion, le débal­lage, l’installation, les bran­che­ments, l’évacuation des embal­lages, la remise en état des lieux y com­pris les dégra­da­tions éven­tuelles, la four­ni­ture des consom­mables et la loca­tion des ins­tru­ments de mesure néces­saires aux essais et contrôles.

    Les appa­reils seront livrés avec l’ensemble des acces­soires et des consom­mables néces­saires à leur mise en ser­vice et aux pre­mières uti­li­sa­tions. Les four­nis­seurs s’assurent, lors de l’installation, que les condi­tions sont réunies en matière d’alimentation élec­trique, de pro­tec­tions élec­triques, de tem­pé­ra­ture et d’hygrométrie pour que ses équi­pe­ments fonc­tionnent correctement.

    La pro­cé­dure de paie­ment sera déclen­chée à par­tir de la signa­ture du Pro­cès-Ver­bal (PV) de Mise en Ser­vice du GHPSO. Ce docu­ment sera four­ni par le ser­vice bio­mé­di­cal, il per­met­tra d’attester que le maté­riel livré fonc­tionne et que toutes les for­ma­tions ont bien été effectuées.

    4.9. Formation

    Les four­nis­seurs devront prendre en charge la for­ma­tion pour tous les per­son­nels du GHPSO inter­ve­nant sur les équipements :

    -  Uti­li­sa­teurs (phar­ma­cie et sté­ri­li­sa­tion) afin d’assurer le tra­vail de rou­tine (uti­li­sa­tion, para­mé­trage et entre­tien du maté­riel). Il pour­ra être deman­dé d’autres ses­sions de for­ma­tion, dont au moins un rap­pel trois mois après la mise en ser­vice, dans le cadre d’une remise à niveau des per­son­nels ou de l’affectation de nou­veaux per­son­nels devant inter­ve­nir sur le maté­riel installé.

    - Equipe tech­nique (infor­ma­tique, tech­nique et bio­mé­di­cal) un pre­mier niveau d’intervention sur lequel les per­son­nels de l’équipe tech­nique du GHPSO seront auto­ri­sés à inter­ve­nir. Une for­ma­tion à ce pre­mier niveau sera pro­po­sée sur place aux per­son­nels tech­niques pour un dépan­nage sur les aspects infor­ma­tiques, méca­niques et élec­triques. Toute docu­men­ta­tion utile aux dépan­nages devra être remise par les for­ma­teurs au moment de la formation.

    • Les four­nis­seurs doivent pré­ci­ser les don­nées suivantes :
    • Le nombre de per­sonnes maximum.
    • La durée de la for­ma­tion (jour).
    • La four­ni­ture d’un cer­ti­fi­cat d’aptitude à l’utilisation du matériel.
    • La docu­men­ta­tion remise lors de la formation.
    • Les rap­pels de formation.

    4.10. Exploitation (garantie et maintenance)

    Le ser­vice bio­mé­di­cal suit la garan­tie et assure le sui­vi des contrats des équi­pe­ments. Avant la fin de garan­tie une réunion sera faite avec les four­nis­seurs afin de déter­mi­ner le choix du contrat et le signer.

    Toutes les four­ni­tures doivent être assor­tie d'une garan­tie mini­male totale d’un an (pièces, main-d'œuvre, dépla­ce­ment, visites pré­ven­tives com­prises). Il devra être pré­ci­sé la ou les visites pré­ven­tives recom­man­dées par le four­nis­seur avant la fin de garan­tie et les pièces d’entretien à la charge des uti­li­sa­teurs dont le rem­pla­ce­ment n’est pas inclus dans la garan­tie ou dans l’extension de garantie.

    La garan­tie court à comp­ter de la signa­ture du Pro­cès-Ver­bal de Mise en Ser­vice. Le four­nis­seur assure, à ses frais, la télé­main­te­nance, la hot­line, la main­te­nance (pré­ven­tive et cor­rec­tive) et le contrôle qua­li­té des équi­pe­ments com­pre­nant pièces (hors consom­mables), main-d’œuvre et déplacements.

    Le four­nis­seur doit pro­po­ser un ou plu­sieurs types de contrat de main­te­nance qui seront étu­diés avec atten­tion. Le contrat doit préciser :

    • Les types de main­te­nances pro­po­sées (pré­ven­tive, cor­rec­tive, télé­main­te­nance, tout risque …)
    • Le coût glo­bal du contrat et les coûts d’intervention, pièces, main-d’œuvre, déplacements …
    • Le plan d’entretien préventif
    • Le des­crip­tif du service-après-vente.
    • Les horaires d’intervention, d’appel ain­si que le délai d’intervention sur lequel il s’engage.

    Un tableau de sui­vi de garan­tie et des contrats des main­te­nances est éta­bli dans le but de faci­li­ter la ges­tion des contrats. Le tableau contient plu­sieurs infor­ma­tions tels que le type de contrat (pré­ven­tif, par­ta­gé et tous risques), conte­nu des pres­ta­tions, durée des contrats, nombres des visites annuelles, Durée de garan­tie, via ou hors cen­trale et le coût de main­te­nance annuel sur toute la période de vie de DM.

    Le coût d’investissement glo­bal pour les équi­pe­ments gérés par le bio­mé­di­cal est d’environ 2 mil­lions euros en TTC. La main­te­nance de ces équi­pe­ments est entre (5-15) % du coût d’investissement. La figure sui­vante indique l’évolution des coûts annuels de la main­te­nance pour la PUI et son effet sur le coût total de main­te­nance biomédicale.

    Figure 17 : L’évolution annuelle des coûts de maintenance biomédicale

    4.11 Cartographie des processus

    Une car­to­gra­phie des pro­ces­sus est réa­li­sée pour appor­ter une com­pré­hen­sion glo­bale du cycle de pro­jet, éga­le­ment pour com­mu­ni­quer visuel­le­ment les détails importants.

    Figure 18 : La cartographie de processus du projet

    4.12 Résultats obtenus et état d’avancement actuel

    Actuel­le­ment, les pré­re­quis d’installation de nos équi­pe­ments sont vali­dés et pris en compte dans le dos­sier de consul­ta­tion des entre­prises (DCE), le tableau sui­vant nous per­met de sur­veiller l’état d’avancement et le sui­vi des phases de cycle du projet.

    Figure 19 : Tableau de suivi des phases de cycle du projet

    4.13 Risques et points à améliorer

    Les risques sont un élé­ment prin­ci­pal qui par­ti­cipe au des­tin d’un pro­jet (réus­site ou échec). C'est pour­quoi il est impor­tant d'y pen­ser dès le début du pro­jet (iden­ti­fi­ca­tion des besoins). Il existe dif­fé­rents types de risques : finan­ciers, humains, tem­po­rels, tech­niques, juri­diques, envi­ron­ne­men­taux et orga­ni­sa­tion­nels. Le dia­gramme Causes-Effet sui­vant montre les risques essentiels.


    Figure 20 : Diagramme Causes-Effet 

    La ges­tion de pro­jet est assu­mée par les dif­fé­rents acteurs d’une manière effi­cace comme ini­tia­le­ment pré­vu dans la phase plan­ning.  En revanche, il existe cer­tains points à amé­lio­rer selon les caté­go­ries dans le dia­gramme causes et effet, tels que :

    Mau­vaise ges­tion des risques 

    • -        Pré­voir une marge du temps et bud­gé­taire pour mai­tri­ser les risques de pro­lon­ga­tion des délais (Tra­vaux, fabri­ca­tion, livrai­son…) et d’augmentation des coûts à cause du contexte géo­po­li­tique (COVID, guerre en Ukraine …).

    Manque de direc­tion et leadership

    • La poli­tique de l’établissement pri­vi­lé­gie l’achat par les cen­trales d’achat même si l’offre hors cen­trale répond mieux aux besoins, de plus, les four­nis­seurs hors cen­trale sont exclus, donc les choix d’équipements sont limi­tés. Afin d’avoir plus de flexi­bi­li­té il est pré­fé­rable d’anticiper une marge du temps suf­fi­sant pour pré­pa­rer les appels d’offre si besoin.

    Besoins non précis

    L’identification des besoins est la pre­mière étape de cycle du pro­jet, les attentes des uti­li­sa­teurs peuvent chan­ger au fil du pro­jet. Donc, ces besoins devraient être vali­dés et tra­cés avec une marge rai­son­nable d’évolution potentielle.

    Mau­vaise ges­tion des ressources

    • Le pro­jet est finan­cé par l’ARS pour l’investissement, cepen­dant, le coût d’exploitation annuel des DM de la phar­ma­cie est à la charge de l’établissement (envi­ron 216k TTC). Afin d’éviter l’augmentation des dettes de GHPSO il faut pré­voir un plan pour prendre en charge ce montant.

    Manque de communication

    • Nom­mer un réfé­rent au sein du ser­vice tech­nique afin de faci­li­ter l’échange et ren­for­cer l’équipe de ce der­nier ayant un manque de per­son­nel. Si un des ser­vices ne fonc­tionne pas cor­rec­te­ment, l’équipe pro­jet aurait des risques et des dif­fi­cul­tés à trai­ter cer­tains dos­siers. Ce qui peut mener à l’échec du projet.
    • Nom­mer un res­pon­sable mis­sion pour avoir une coor­di­na­tion entre les ser­vices et avoir une légi­ti­mi­té pour suivre la mission.

    Manque de management 

    • Défi­nir les limites de chaque ser­vice et répar­tir les mis­sions, sur­tout pour les tâches fron­tières : au titre d’exemple, les logi­ciels de super­vi­sion et les impri­mantes sont-ils à la charge du ser­vice bio­mé­di­cal ou bien du ser­vice informatique ?
    • Sup­pri­mer les réunions inutiles et invi­ter seule­ment les ser­vices concer­nés pour être effi­cace et pour gagner du temps.

    5. Apports de stage

    Cette année d’alternance dans le ser­vice bio­mé­di­cal du GHPSO m’a per­mis d’offrir un sou­tien et une assis­tance dans la ges­tion et l'exécution des pro­jets (PUI & Urgences) pen­dant tous les phases du cycle du pro­jet, ain­si que la coor­di­na­tion et le sui­vi des plans et des élé­ments des projets.

    Tout d’abord, j’ai par­ti­ci­pé à l’identification des besoins de la PUI (nombre des DM, empla­ce­ments, options…), éga­le­ment j’ai réa­li­sé un QQOQCP pour mieux cadrer la pro­blé­ma­tique. En basant sur le plan­ning des tra­vaux, nous avons réa­li­sé un rétro­plan­ning pour le pro­jet (mis à jour régu­liè­re­ment). Ensuite, afin de déter­mi­ner les choix des DM des réunions ont été orga­ni­sées avec les four­nis­seurs, de la même manière, des essais et visites ont été faits comme celui de l’Hôpital de la Gonesse pour le parc de stérilisation.

    Suite à l’étude de mar­ché un appel d’offre (CCTP) a été effec­tué pour l’acquisition de 5 tours de sto­ckage et un sto­ckeur rota­tif.  De plus, j’ai orga­ni­sé des réunions pour étu­dier les pré­re­quis tech­niques et aus­si pour ana­ly­ser les risques poten­tiels (dia­gramme causes – effet). Puis, les tableaux de com­pa­rai­son afin d’aider les uti­li­sa­teurs à choi­sir l’équipement opti­mal pour leurs besoins. Une fois que le choix est iden­ti­fié les jus­ti­fi­ca­tions des choix ont été réunis dans un tableau pour synthétiser.

    Ensuite, des réunions ont été orga­ni­sées pour vali­der les com­mandes avec les uti­li­sa­teurs et envoyer les demandes de com­mandes aux achats. Les aspects for­ma­tion, garan­tie et contrats de main­te­nance ont été étu­diés et syn­thé­ti­sés. Enfin, une car­to­gra­phie des pro­ces­sus a été faite pour don­ner une vue sur l’ensemble du projet.

    J’ai éga­le­ment eu l’opportunité d’apporter ma pierre à l’édifice sur les autres pro­jets de GHPSO en dehors du pro­jet PUI tels que la restruc­tu­ra­tion des ser­vices des urgences adultes et pédia­triques, UHTCD et SMUR, le pro­jet du Cône Beam den­taire, le pro­jet de démé­na­ge­ment du ser­vice bio­mé­di­cal et des nom­breuses acti­vi­tés du quo­ti­dien tels que l’achat et la mise en ser­vice de maté­riels et consommables. 

    Cette expé­rience enri­chis­sante m’a per­mis de mettre en pra­tique et appro­fon­dir mes connais­sances du métier d’ingénieur bio­mé­di­cal hos­pi­ta­lier et du domaine du mana­ge­ment de pro­jets. Les com­pé­tences acquises sont de deux types :

    5.1. Compétences techniques

    • Maî­tri­ser l’utilisation du logi­ciel ASSET PLUS : fonc­tion­ne­ment glo­bal du logiciel ;
    • -        Être capable d’élaborer et pilo­ter un projet ;
    • -        Deman­der les devis et envoyer les commandes ;
    • -        La connais­sance des contraintes infor­ma­tiques et techniques.

    5.2. Compétences transverses

    • Être capable d’exploiter des données ;
    • Être rigou­reux, métho­dique, orga­ni­sé et avoir l'esprit d’équipe ;
    • Faire preuve de qua­li­tés rela­tion­nelles et de communication ;
    • -        La ges­tion du temps et l'autonomie.

    Conclusion

    Le pro­jet de renou­vel­le­ment de la phar­ma­cie et de la sté­ri­li­sa­tion a pour objec­tif de mettre en confor­mi­té les deux uni­tés et d’assurer la conti­nui­té de ser­vice. Cela rejoint un des grands prin­cipes fon­da­teurs du GHPSO, qui est la qua­li­té et la sécu­ri­té des soins.
    Enfin, il répond aux enjeux du pro­jet régio­nal de san­té et aux besoins de la population.

    Dans le cadre de ce pro­jet, les tra­vaux de construc­tion du nou­veau bâti­ment ont com­men­cé fin juillet 2022, le choix des DM a été défi­ni avec les uti­li­sa­teurs. De même, les pré­re­quis tech­niques et infor­ma­tiques d’installation ont été vali­dés pour tous les DM. Les four­nis­seurs débutent la phase de fabri­ca­tion dans l’intention de livrer les DM et les ins­tal­ler vers fin août 2023.

    Cette période d'alternance a été sous tous les aspects très enri­chis­sante et très béné­fique pour moi. D’abord, cette période m’a per­mis de connaître le cœur de métier d’ingénieur bio­mé­di­cal, ses acti­vi­tés et son orga­ni­sa­tion en termes de res­sources. De plus, cela m’a per­mis de mettre en pra­tique les connais­sances assi­mi­lées en cours, telles que la maî­trise des prin­cipes de la com­mande publique, les appels d’offres et les cen­trales d’achats.

    Références bibliographiques

    [1]       J.-Y. LE GUYADER, « Gestion des stocks GHPSO », UTC, France, 2015. Consulté le : 20 août 2022. [En ligne]. Disponible sur : http://www.utc.fr/tsibh/public/3abih/15/stage/leguyader/index.html#1

    [2]       GHPSO, « Présentation - GHPSO ». https://www.ghpso.fr/Qui-sommes-nous/3/25/13 (consulté le 20 août 2022).

    [3]       P. HUGUEN, « Creil : “plan blanc” déclenché à l’hôpital qui a accueilli l’enseignant décédé », LExpress.fr, France, 26 février 2020. Consulté le : 20 août 2022. [En ligne]. Disponible sur : https://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/creil-plan-blanc-declenche-a-l-hopital-qui-a-accueilli-l-enseignant-decede_2119427.html

    [4]       HAS, « RAPPORT DE CERTIFICATION GROUPE HOSPITALIER PUBLIC DU SUD DE L’OISE Boulevard laennec », France, 6000004, janv. 2022. Consulté le : 7 mars 2022. [En ligne]. Disponible sur : https://www.has-sante.fr/upload/docs/application/pdf/2022-03/30131vsc_additif1_vd.pdf

    [5]       « CH GHPSO CREIL », Haute Autorité de Santé, 23 juin 2022. https://www.has-sante.fr/jcms/2030_FicheEtablissement/fr/ch-ghpso-creil (consulté le 20 août 2022).

    [6]       GHPSO, « Nos chiffres clés - GHPSO ». https://www.ghpso.fr/chiffres-cle/2/32 (consulté le 20 août 2022).

    [7]       MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA SANTÉ, Décret n° 2019-489 du 21 mai 2019 relatif aux pharmacies à usage intérieur. 2019, p. 152. Consulté le : 15 mai 2022. [En ligne]. Disponible sur : https://www.legifrance.gouv.fr/download/pdf?id=5TNW8eSKiIMSXUmIwkm2lTvytpTEMRDHxfRZ7iYE1vA=

    [8]       G. Coste, « Analyse des parties prenantes ▷ Définition, matrice, outils, cartographie des acteurs », appvizer.fr, février 2021. https://www.appvizer.fr/magazine/operations/gestion-de-projet/outils-et-matrice-pour-cartographier-les-parties-prenantes-de-son-projet (consulté le 14 mai 2022).

    [9]       Sous-section 1 : Pharmaciens inspecteurs de santé publique (Article R1421-13) - Légifrance. 2022. Consulté le : 20 août 2022. [En ligne]. Disponible sur : https://www.legifrance.gouv.fr/codes/section_lc/LEGITEXT000006072665/LEGISCTA000006196339/

    [10]     Code commandes publique, « Centrales d’achat », Code : Commande Publique. https://www.code-commande-publique.com/centrales-dachat/ (consulté le 14 mai 2022).

    [11]     M. Estève, « La procédure d’appel d’offres ». nnovaxion, 26 février 2010. Consulté le : 15 mai 2022. [En ligne]. Disponible sur : https://sc85ad36a9fbb2a6d.jimcontent.com/download/version/1267182081/module/2806027510/name/Appel_d_offres.pdf

    [12]     MINISTÈRE DE L’ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE LA RELANCE, Avis relatif aux seuils de procédure et à la liste des autorités publiques centrales en droit de la commande publique (1), vol. ECOM2136629V. 2022, p. 2. Consulté le : 20 août 2022. [En ligne]. Disponible sur : https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000044455275

    [13]     « Acte d’engagement (AE) - Signature des parties - Code : Commande Publique », Code : Commande Publique. https://www.code-commande-publique.com/acte-dengagement/?sfw=pass1652633902 (consulté le 15 mai 2022).

    [14]     Article 99 - Décret n° 2016-360 du 25 mars 2016 relatif aux marchés publics -. 2016. Consulté le : 21 août 2022. [En ligne]. Disponible sur : https://www.legifrance.gouv.fr/loda/article_lc/LEGIARTI000032299627/2016-03-28

    [15]     P. MATHON et T. VAES, « Boamp.fr | Guide de constitution du dossier d’offre et de candidature », 14 juin 2016. https://www.boamp.fr/Espace-entreprises/Comment-repondre-a-un-marche-public/Guide-de-constitution-du-dossier-d-offre-et-de-candidature (consulté le 14 mai 2022).
    searchhomearrow-circle-left