• IDS156 - Ingénieur d'application dans le management du rythme cardiaque au sein d'un établissement de santé

    Avertissement

    Les projets ou stages publiés auxquels vous accédez sont des rapports d'étudiants et doivent être pris comme tels. Il peuvent donc comporter des imperfections ou des imprécisions que tout lecteur doit admettre et donc supporter. Il ont été réalisés pendant les périodes de formation et constituent avant-tout des travaux de compilation bibliographique, d'initiation et d'analyse sur des thématiques associées aux concepts, méthodes, outils et expériences sur les démarches qualité dans les organisations ou sur les technologies en santé.

    Si, malgré nos précautions, vous avez des raisons de contester ce droit de diffusion libre, , nous nous efforcerons d'y apporter une réponse rapide. L'objectif de la présentation des travaux sur le web est de permettre l'accès à l'information et d'augmenter ainsi la qualité des échanges professionnels.

    Nous ne faisons aucun usage commercial des travaux de projet ou de stage publiés, par conséquent les citations des informations et l'emploi des outils mis à disposition sont totalement libres. Dans ce cas, nous vous demandons de respecter les règles d'éthique en citant explicitement et complètement vos sources bibliographiques.

    Bonne lecture...

    Auteure

    Camille MAROT

    Contact

    Citation

    A rap­pe­ler pour tout usage : Camille MAROT, « Ingé­nieur d'application dans le mana­ge­ment du rythme car­diaque au sein d'un éta­blis­se­ment de san­té », Uni­ver­si­té de Tech­no­lo­gie de Com­piègne (France), Mas­ter Ingé­nie­rie de la San­té, Mémoire de Stage, https://travaux.master.utc.fr/, réf n° IDS156, juillet 2022, https://travaux.master.utc.fr/formations-master/ingenierie-de-la-sante/ids156/

    Résumé

    Le cœur est un des organes vitaux du corps humain. C’est un organe mus­cu­laire pos­sé­dant 4 cavi­tés qui se contractent de manière coor­don­née, ce qui donne un rythme car­diaque effi­cace, fiable et constant. Néan­moins, une par­tie de la popu­la­tion, en par­ti­cu­lier les per­sonnes âgées, est concer­née par des troubles du rythme car­diaque plus ou moins graves. Afin de gérer ces troubles et leurs consé­quences sur les patients, des dis­po­si­tifs médi­caux ont été créés par dif­fé­rentes entre­prises mon­diales de mana­ge­ment du rythme car­diaque (CRM). Ces entre­prises four­nissent des moyens de diag­nos­tic et de trai­te­ments pour ces patho­lo­gies tels que des élec­tro­car­dio­grammes ou, des dis­po­si­tifs car­diaques implan­tables (sti­mu­la­teurs car­diaques, défi­bril­la­teurs auto­ma­tiques implan­tables et dis­po­si­tifs de resyn­chro­ni­sa­tion car­diaque). C’est à l’ingénieur d’application CRM que revient la res­pon­sa­bi­li­té de res­ti­tuer aux patients qui ont un cœur défaillant, un rythme nor­mal, en pro­gram­mant ces dif­fé­rents dis­po­si­tifs implan­tables. Ce rap­port de stage met en lumière mon évo­lu­tion durant ces 6 der­niers mois au cœur de la socié­té Micro­Port CRM et expose les mis­sions ain­si que la com­po­si­tion des dif­fé­rentes jour­nées d’un ingé­nieur d’application CRM. Dans cette entre­prise, j’ai appris l’ensemble des mala­dies du rythme car­diaque trai­tées par Micro­Port CRM ain­si que l’organisation et la pro­gram­ma­tion des dif­fé­rents dis­po­si­tifs implan­tables conçus par celle-ci. Durant cette immer­sion pro­fes­sion­nelle, j’ai éga­le­ment pris conscience de l’importance de ce métier dans la prise en charge des dif­fé­rents troubles du rythme cardiaque.

    Mots-clés : Troubles du rythme car­diaque ; Diag­nos­tic ; Trai­te­ment ; Car­diac Rhythm Mana­ge­ment ; Dis­po­si­tifs car­diaque implan­table ; Ingé­nieur d’Application CRM

    Abstract

    The heart is one of the vital organs of the human body. It is a mus­cu­lar organ with 4 cham­bers that contracts in a coor­di­na­ted way, which pro­vides an effi­cient, reliable and constant heart rhythm. Never­the­less, a part of the popu­la­tion, espe­cial­ly the elder­ly, is affec­ted by more or less serious heart rhythm disor­ders. In order to manage these disor­ders and their conse­quences on patients, seve­ral glo­bal car­diac rhythm mana­ge­ment (CRM) com­pa­nies have crea­ted medi­cal devices. These com­pa­nies pro­vide means for diag­no­sing and trea­ting these patho­lo­gies, such as elec­tro­car­dio­grams and implan­table car­diac devices (pace­ma­kers, implan­table auto­ma­tic defi­bril­la­tors and car­diac resyn­chro­ni­za­tion devices). It is the res­pon­si­bi­li­ty of the CRM field engi­neer to advise the car­dio­lo­gist on the ope­ra­tion of the various implan­table devices and to adapt the set­tings accor­ding to his or her wishes. This inter­n­ship report high­lights my evo­lu­tion during the last 6 months in the heart of the com­pa­ny Micro­Port CRM and exposes the mis­sions as well as the com­po­si­tion of the dif­ferent days of a CRM field engi­neer. In this com­pa­ny, I lear­ned about eve­ry car­diac rhythm disease trea­ted by Micro­Port CRM as well as the orga­ni­za­tion and pro­gram­ming of the various implan­table devices desi­gned by the com­pa­ny. During this pro­fes­sio­nal immer­sion, I was also able to become aware of the impor­tance of this pro­fes­sion in the mana­ge­ment of the various car­diac rhythm disorders.

    Key­words : Car­diac rhythm disor­ders ; Diag­no­sis ; Treat­ment ; Car­diac Rhythm Mana­ge­ment ; Implan­table car­diac devices ; CRM Field Engineer.

    Téléchargements

    IDS156 - Camille MAROT - Rap­port de Stage

    Mémoire complet

    Ingénieur d'application dans le management du rythme cardiaque au sein d'un établissement de santé

    Remerciements

    Je tiens tout d’abord à remer­cier mon tuteur de stage, M. Domi­nique Escande, et toute son équipe pour leur accueil au sein de Micro­Port CRM. Je le remer­cie aus­si pour l’ensemble des ensei­gne­ments qu’il a mis à ma dis­po­si­tion, la confiance ain­si que les oppor­tu­ni­tés qu’il m’a accordées.

    J’ai éga­le­ment une pen­sée par­ti­cu­lière pour l’ensemble de l’équipe d’ingénieurs d’application CRM ; Sarah Renault, Jose Luis Vil­le­ga, et les res­pon­sables com­mer­ciaux CRM ; Auré­lie Euzet, Didier Huron et Guillaume Baron­deau, qui m’ont for­mée et ont ren­du cette expé­rience pro­fes­sion­nelle chez Micro­Port CRM très enri­chis­sante. L’ensemble de leurs expli­ca­tions, de leurs for­ma­tions ain­si que leurs conseils m’ont ame­née à évo­luer en com­pé­tence dans le domaine du mana­ge­ment du rythme car­diaque et à mieux com­prendre la mis­sion d’un ingé­nieur d’application CRM. Je tiens éga­le­ment à les remer­cier pour la bonne inté­gra­tion au sein de leur équipe et pour leur par­tage d’expériences.

    Éga­le­ment, je remer­cie l’ensemble de l’équipe Busi­ness Unit ain­si que l’équipe Mar­ke­ting qui ont su me trans­mettre leur exper­tise sur les dif­fé­rents pro­duits de Micro­Port CRM. Leur dis­po­ni­bi­li­té et leur savoir-faire ont répon­du à l’ensemble de mes interrogations.

    Je suis recon­nais­sante envers l’ensemble des méde­cins et infirmières.ers pour leurs for­ma­tions, leurs conseils, leur confiance ain­si que leur bien­veillance à mon égard tout au long de ce stage. Ils m’ont per­mis de bien inté­grer le métier d’ingénieur d’application CRM et de mon­trer mes capa­ci­tés à exer­cer ce métier.

    Je pense éga­le­ment à l’ensemble des per­sonnes chez Micro­Port CRM avec qui j’ai pu tra­vailler, échan­ger et par­ta­ger durant ce stage.

    Fina­le­ment, je remer­cie toutes les per­sonnes qui ont contri­bué au bon dérou­le­ment de mon stage, dont les res­sources humaines, la sco­la­ri­té de l’UTC dont Mme Isa­belle Claude et M. Prot et en par­ti­cu­lier Mme Murielle Dufresne qui m’a sui­vie durant ce stage et qui m’a conseillée lors de l’élaboration de mon rap­port de stage.

    Abréviations

    • AIDA : Auto­ma­tic Inter­pre­ta­tion for Diag­no­sis Assistance 
    • ATP : Anti Tachy­car­dia Pacing
    • AV : Auri­cu­lo-Ven­tri­cu­laire
    • BAV : Bloc auriculo-ventriculaire
    • Bpm : Bat­te­ments par minute
    • CRM : Car­diac Rhythm Management
    • CRT-D ou CRT-P : Car­diac Resyn­chro­ni­za­tion The­ra­py  Defi­bril­la­tor ou Pacemaker
    • DAI : Défi­bri­la­teur Auto­ma­tique Implantable
    • DM : Dis­po­si­tifs Médicaux
    • ECG : Electrocardiogramme
    • EGM : Elec­tro­car­dio­grammes intracardiaque
    • FA : Fibril­la­tion Atriale
    • FEVG : Frac­tion d’Ejection Ven­tri­cu­laire Gauche
    • FV : Fibril­la­tion Ventriculaire
    • IA : Ingé­nieur d’Application
    • IC : Insuf­fi­sance Cardiaque
    • ICD : Implan­table Car­dio­ver­ter Defibrillator
    • NS : Nœud Sinusal
    • NYHA : New York Heart Association
    • OD : Oreillette droite
    • PM : Pace­ma­ker
    • PSA : Pro­gram­meur et Ana­ly­seur de Stimulation
    • SAM : Sleep Apnea Monitoring
    • TSV : Tachy­car­die Supra-Ventriculaire
    • TV : Tachy­car­die Ventriculaire
    • VD : Ven­tri­cule Droit
    • VG : Ven­tri­cule Gauche
    • VCS : Veine Cave Supérieur
    • VCI : Veine Cave Inférieur

    Introduction

    L’arrêt car­diaque, aus­si nom­mé la mort subite, est éva­lué entre 50 et 100 arrêts car­diaques pour 100 000 per­sonnes par an, tou­chant ain­si poten­tiel­le­ment en moyenne 40 000 per­sonnes en France chaque année. Cepen­dant, l'un des pro­blèmes majeurs de l’arrêt car­diaque est qu’il n’est sou­vent pré­cé­dé d'aucun symp­tôme externe appa­rent, avec un taux de sur­vie d'environ 10 %. Le méca­nisme de cette patho­lo­gie, pro­vient fré­quem­ment d’un trouble du rythme car­diaque ven­tri­cu­laire (fibril­la­tion ven­tri­cu­laire ou tachy­car­die ven­tri­cu­laire). De plus, toutes mala­dies car­diaques (car­dio­pa­thie) peuvent se com­pli­quer et pro­vo­quer des aryth­mies supra-ven­tri­cu­laires ou ven­tri­cu­laires au cours de son évo­lu­tion, et ain­si pro­ba­ble­ment conduire à un arrêt car­diaque. Ain­si, ces mala­dies sont la pre­mière cause de mor­ta­li­té dans le monde [1][5].  

    Afin de répondre à cette pro­blé­ma­tique majeure de san­té publique, l’entreprise Micro­Port CRM déve­loppe et se spé­cia­lise dans les dis­po­si­tifs médi­caux de car­dio­lo­gie trai­tant les troubles du rythme car­diaque. Cette socié­té est pion­nière dans le monde de la ges­tion du rythme du cœur et son siège est situé à Cla­mart en France. Ses prin­ci­paux pro­duits sont : les sti­mu­la­teurs car­diaques, les défi­bril­la­teurs auto­ma­tiques implan­tables et les dis­po­si­tifs de resyn­chro­ni­sa­tion car­diaque qui per­mettent de sau­ver des  patients et d’améliorer leur qua­li­té de vie [6][8]. Par consé­quent, la pré­ven­tion de cette pro­blé­ma­tique est un défi majeur ; l’indication de pré­ven­tion pri­maire est pour les patients à haut risque met­tant en jeu leur pro­nos­tic vital ou l’indication de pré­ven­tion secon­daire après l’apparition d’une mort subite ou d’une tachy­car­die ven­tri­cu­laire syn­co­pale. Il existe un grand risque de réci­dives pour les patients, et cela même s’ils sont cor­rec­te­ment sui­vis et trai­tés. C’est pour cela que l’implantation d’un dis­po­si­tif car­diaque implan­table est recom­man­dé par un car­dio­logue sti­mu­liste, aus­si nom­mé ryth­mo­logue. Ain­si, c’est l’ingénieur d’application CRM spé­cia­liste du domaine qui se char­ge­ra, sous la res­pon­sa­bi­li­té du méde­cin, de la pro­gram­ma­tion [1], [9].

    Au cours de mon mas­ter Ingé­nie­rie de le San­té (TBTS) à l’Université de Tech­no­lo­gies de Com­piègne, j’ai effec­tué un stage de 6 mois au sein de l’entreprise Micro­Port CRM, en tant qu’Ingénieur d’Application CRM. J’ai choi­si de m’orienter vers ce métier car j’ai tou­jours été pas­sion­née par la car­dio­lo­gie. Ain­si, ce rap­port de stage retra­ce­ra le métier d’un ingé­nieur d’application dans le mana­ge­ment du rythme car­diaque (CRM) au sein d’un éta­blis­se­ment de san­té. Dans ce rap­port j’explique l’histoire de Micro­Port CRM et son envi­ron­ne­ment, le diag­nos­tic et la ges­tion des dif­fé­rents troubles du rythme car­diaque, les dis­po­si­tifs de mana­ge­ment du rythme car­diaque ain­si que les mis­sions et l’importance d’un ingé­nieur d’application CRM au sein d’un éta­blis­se­ment de san­té et enfin les apports de ce stage.

    I. MicroPort CRM et son environnement

    Fon­dé en 1998, le groupe Micro­Port (Micro­Port Scien­ti­fic Cor­po­ra­tion) est à la fois un déve­lop­peur et un fabri­cant mon­dial de dis­po­si­tifs médi­caux (DM), dont le siège est basé à Shan­ghai, en Chine. L’objectif de Micro­Port, est de « pro­lon­ger et remo­de­ler » la vie des patients à l’aide de tech­no­lo­gies médi­cales les plus avan­cées au monde. Ils ont une vision cen­trée sur le patient. C’est notam­ment pour cette rai­son que ce groupe com­mer­cia­lise plus de 300 pro­duits dans dif­fé­rents domaines médi­caux. Cou­vrant 10 dis­ci­plines médi­cales majeures, telles que la car­dio­lo­gie inter­ven­tion­nelle, la ges­tion du rythme car­diaque (CRM = car­diac rhythm mana­ge­ment), l’endovasculaire, l’angiographie médi­cale, l’électrophysiologie, la ges­tion chi­rur­gi­cale car­diaque, la neu­ro­lo­gie, le dia­bète, la radio­lo­gie inter­ven­tion­nelle et l’orthopédie, Micro­Port se posi­tionne comme l’un des lea­ders du mar­ché. Ces dif­fé­rents pro­duits sont uti­li­sés dans plus de 11 000 hôpi­taux dans le monde entier. Envi­ron 70% des reve­nus de cette entre­prise sont pro­duits en dehors du mar­ché chi­nois. La sec­tion Micro­Port CRM fait par­tie du groupe Micro­Port. Celle-ci est pri­mor­diale puisqu’en 2020 ce seg­ment CRM a été la deuxième plus grosse acti­vi­té du groupe [10][12].  

    A. MicroPort CRM : une entreprise pionnière dans le domaine du CRM

    La socié­té, aujourd’hui nom­mée Micro­Port CRM, a vu le jour dans les années 1960 et avait pour nom à cette époque : ELA médi­cal. Son évo­lu­tion a mar­qué le domaine du CRM au cours des der­nières décen­nies de déve­lop­pe­ment tech­no­lo­gique et thé­ra­peu­tique. Leur savoir-faire consiste à trai­ter des cœurs qui battent à un rythme trop lent (bra­dy­car­die) avec des sti­mu­la­teurs car­diaques, ou des cœurs qui battent trop rapi­de­ment (tachy­car­die) avec un défi­bril­la­teur auto­ma­tique implan­table afin de réta­blir un rythme car­diaque nor­mal. Les inno­va­tions constantes ont per­mis à ces dis­po­si­tifs médi­caux d’être minia­tu­ri­sés et trans­for­més en de réels implants intel­li­gents et embar­qués, ayant la capa­ci­té de régu­ler chaque bat­te­ment du cœur en fonc­tion de l’état et de l’activité de chaque patient [12], [13].

    Suite à plu­sieurs chan­ge­ments d’actionnaires, tout d’abord Sorin Group en 2004 puis Liva­No­va en 2015, la socié­té est fina­le­ment deve­nue Micro­Port CRM en 2018, avec le groupe Micro­Port comme action­naire prin­ci­pal [12], [13].

    Actuel­le­ment, le siège de Micro­Port CRM est situé à Cla­mart, en région pari­sienne. Elle compte 1155 sala­riés dans le monde dont 388 en France (chiffres de 2021). C’est aus­si Cla­mart que les plus petits sti­mu­la­teurs car­diaques et les défi­bril­la­teurs ayant la plus longue durée de vie du mar­ché sont conçus et fabri­qués dans la plus gigan­tesque « salle blanche » d’Europe (Figure 1) [12].

    Figure 1 : Salle Blanche de MicroPort CRM de 2300m2 [13]

    B. Localisation mondiale et division régionale en France

    Micro­Port CRM est pré­sent en vente directe dans 17 pays tels que la Chine, les USA, le Cana­da, le Japon, l’Australie et 12 pays d’Europe (France, Ita­lie, Espagne, Por­tu­gal…) [12].

    L’organisation en France est divi­sée en quatre régions (Figure 2) : Paris-Ouest (bleu), Sud-Ouest (orange), Nord-Est (vert) et Sud-Est (jaune) (et la région DOM/TOM). Chaque région est gérée par un Direc­teur Régio­nal (DR) qui manage une équipe com­po­sée de res­pon­sables com­mer­ciaux ain­si que d’Ingénieurs d’Application (IA) de sa région [12].

    Figure 2 : Répartition des différentes régions chez MicroPort CRM [12]

    Chaque ingé­nieur com­mer­cial pos­sède une spé­cia­li­té dans le CRM, soit en Bra­dy­car­die ou soit en Tachy­car­die. Ils ont de nom­breux centres de dis­po­si­tifs car­diaques implan­tables à leur charge. Les objec­tifs de ventes sont défi­nis sur un an par les direc­teurs régio­naux, de vente et mar­ke­ting. Puis ils sont redis­tri­bués entre les ven­deurs des dif­fé­rentes régions [12].

    C. MicroPort CRM : Business et Investissements

    Les acti­vi­tés com­mer­ciales de Micro­Port CRM repré­sentent envi­ron 28% des reve­nus de Micro­Port. En 2020, leurs reve­nus glo­baux étaient de 649 mil­lions de dol­lars. Soit, envi­ron 182 mil­lions de dol­lars pour Micro­Port CRM dont 90 mil­lions de dol­lars pro­ve­nant de la France [12].

    Il est bon de noti­fier que le mar­ché fran­çais du pace­ma­ker en 2021 s’est éle­vé à envi­ron 80 mille poses dont 20 mille poses de la marque Micro­Port CRM. Pour ce qui est du mar­ché du défi­bril­la­teur auto­ma­tique implan­table en 2021, il s’est éle­vé à envi­ron 15 mille poses dont 2 mille poses de la marque Micro­Port CRM [12].

    Micro­Port CRM fait par­tie des cinq plus grands fabri­cants mon­diaux de dis­po­si­tifs médi­caux de mana­ge­ment du rythme car­diaque. A ce jour, ses prin­ci­paux concur­rents sont Med­tro­nic, Bos­ton Scien­ti­fic, Bio­tro­nik et Saint Jude Medi­cal rache­té par Abbott [14].

    Cette socié­té se démarque des autres concur­rents grâce à leurs algo­rithmes per­for­mants et leurs inno­va­tions telles que :

    • Le SafeR qui per­met de pré­ser­ver une bonne conduc­tion auri­cu­lo-ven­tri­cu­laire et de limi­ter au maxi­mum la sti­mu­la­tion ventriculaire,
    • La pre­mière tech­no­lo­gie au monde d’IRM qui per­met d’ajuster auto­ma­ti­que­ment les para­mètres du pace­ma­ker lorsqu’il est sous un champ magnétique,
    • Le plus petit pace­ma­ker double chambre du mar­ché (8 cm3),
    • Le SonR : sys­tème unique qui repose sur un cap­teur incor­po­ré dans une sonde, qui opti­mise la resyn­chro­ni­sa­tion car­diaque auto­ma­ti­que­ment lors d’insuffisance cardiaque.

    L’activité CRM de Micro­Port comprend :

    • Des sti­mu­la­teurs car­diaques - Pace­ma­kers (PM)
    • Des Défi­bril­la­teurs Auto­ma­tiques Implan­tables (DAI)
    • Des dis­po­si­tifs médi­caux de Thé­ra­pie de Resyn­chro­ni­sa­tion Car­diaque (CRT = Car­diac Resyn­chro­ni­za­tion Therapy)
    • Des sondes de sti­mu­la­tions et de défibrillations
    • Les pro­gram­ma­teurs et moniteurs/transmetteurs domestiques
    • Des enre­gis­treurs ECG ambu­la­toires de longue durée, Hol­ter ECG (Spi­der Flash), et des logi­ciels d’analyse d’ECG

    La fabri­ca­tion de ces dif­fé­rents pro­duits s’effectue sur 4 sites de pro­duc­tion ; dont Cla­mart (France) pour les cir­cuits élec­tro­niques, Salug­gia (Ita­lie) pour l’assemblage des dis­po­si­tifs, San­to Domin­go (Répu­blique Domi­ni­caine) pour les sondes de sti­mu­la­tion et de défi­bril­la­tion et Shan­ghai (Chine) pour l’assemblage de dis­po­si­tifs pour le mar­ché chinois.

    Avec ces  centres de R&D, Micro­Port CRM est un acteur majeur de l’innovation dans ces domaines d’expertises, avec plus de 1000 bre­vets dépo­sés par le groupe .En ce qui concerne les inves­tis­se­ments, Micro­Port en pos­sède de mul­tiples et effec­tue des recherches dans plu­sieurs sec­teurs thé­ra­peu­tiques, notam­ment dans les mala­dies car­diaques de types struc­tu­relles, vas­cu­laire péri­phé­rique ou aor­tique mais aus­si dans la ges­tion du rythme du cœur, dans l’intervention car­dio­vas­cu­laire, l’électrophysiologie etc…

    II. Diagnostic et gestion des maladies du rythme cardiaque

    Le cœur fait par­tie des organes vitaux qui par­ti­cipe au bon fonc­tion­ne­ment de l’ensemble du corps humain. Il s’agit d’un muscle qui pos­sède une fonc­tion élec­trique et méca­nique, assu­rant une bonne cir­cu­la­tion san­guine par des contrac­tions qui sont ryth­mées. Il com­porte deux com­par­ti­ments (droit et gauche) qui ne com­mu­niquent pas ensemble mais qui fonc­tionnent de manière syn­chrone, tous deux consti­tués de 2 cavi­tés, une oreillette et un ven­tri­cule, reliées par une valve et for­mant ain­si 4 cavi­tés (Figure 3) [15].

    Figure 3 : Structure anatomique du cœur sain [15]

    Le com­par­ti­ment de droite contient du sang désoxy­gé­né, qui pro­vient de dif­fé­rentes veines, et qui est envoyé dans la cir­cu­la­tion pul­mo­naire par l’artère pulmonaire.

    Quant au com­par­ti­ment de gauche, le plus puis­sant, il contient le sang oxy­gé­né par les pou­mons qui est envoyé dans la cir­cu­la­tion sys­té­mique de façon à appor­ter les nutri­ments et l’oxygène afin de satis­faire les besoins méta­bo­liques de tous le corps humain. Il est impor­tant de savoir que le tis­su mus­cu­laire du ven­tri­cule gauche (VG) est bien plus déve­lop­pé que celui du ven­tri­cule droit (VD), et cela en rai­son du VG qui a besoin d’une plus grande force mus­cu­laire afin d’assurer une pres­sion bien plus grande pour envoyer le sang oxy­gé­né, dans l’ensemble du corps humain.

    A. Physiologie du rythme cardiaque

    La cir­cu­la­tion san­guine est garan­tie par un cycle car­diaque ryth­mé, dont le cœur doit garan­tir quant à lui, un débit car­diaque le plus opti­mal pos­sible. Ce qui veut dire, qu’il doit éjec­ter un volume san­guin à un rythme car­diaque bien défi­nit afin d’assurer le bon fonc­tion­ne­ment du corps humain, soit, en moyenne 5 litres de sang par minute [16].

    Au cours d’un cycle car­diaque, il est essen­tiel que les deux com­par­ti­ments du cœur se contractent simul­ta­né­ment. Et pour cela, ce cycle se décom­pose en deux périodes, sys­tole et dias­tole, qui se divisent en cinq phases très ryth­mées (Figure 4) [17] :

    • Pre­miè­re­ment la période de sys­tole ven­tri­cu­laire (30%) com­prend deux phases de contrac­tions :
      • Phase 1 :  Une contrac­tion iso­vo­lu­mé­trique : elle com­mence à la fin de la phase de dias­tole ven­tri­cu­laire et appa­rait au moment où les ven­tri­cules, VG et VD, sont pleins. Lors de cette phase, la pres­sion intra-ven­tri­cu­laire aug­mente, avec aucun chan­ge­ment de volume san­guin à l’intérieur, de façon à être supé­rieure à celle dans les oreillettes. De cette façon, les valves auri­cu­lo­ven­tri­cu­laires (mitrale et tri­cus­pide) se ferment et pro­duisent un pre­mier son (S1).
      • Phase 2 : Une contrac­tion iso­to­nique : lors de cette phase, la pres­sion intra­ven­tri­cu­laire conti­nue d’augmenter de façon à ce qu’elle devienne supé­rieure à la pres­sion dans les artères. De cette façon, les valves sig­moïdes (aor­tiques et pul­mo­naires) s’ouvrent afin de chas­ser le sang dans la cir­cu­la­tion san­guine rapi­de­ment puis à une vitesse qui décroit petit à petit.
    • Deuxiè­me­ment la période de dias­tole ven­tri­cu­laire (70%) com­prend trois phases :
      • Phase 3 : Relaxa­tion iso­mé­trique : lors de cette phase, la pres­sion intra-ven­tri­cu­laire dimi­nue de façon à ce qu’elle soit plus faible que celle dans les artères (aorte et pul­mo­naire). De cette façon, les valves sig­moïdes se ferment et pro­duisent le deuxième son.
      • Phase 4 : Rem­plis­sage ven­tri­cu­laire : lors de cette phase, la pres­sion intra-ven­tri­cu­laire dimi­nue de façon à être infé­rieur à celle des oreillettes ce qui ouvre les valves auri­cu­lo-ven­tri­cu­laires. A ce moment un rem­plis­sage pas­sif des ven­tri­cules commence.
      • Phase 5 : Contrac­tion auri­cu­laire : lors de cette phase, le rem­plis­sage des ven­tri­cules devient actif ; la sys­tole auri­cu­laire expulse le sang res­tant dans les ven­tri­cules. Ain­si un nou­veau cycle peut recommencer.
    Figure 4 :  Hémodynamique du cœur (Source : auteure)

    Afin que ce cycle soit réa­li­sé cor­rec­te­ment, le cœur dis­pose d’un sys­tème élec­trique. En effet, la contrac­tion du muscle car­diaque est asso­ciée à des modi­fi­ca­tions de type élec­triques nom­mées « dépo­la­ri­sa­tion », qui suivent un sys­tème de conduc­tion. Ce sys­tème de conduc­tion intra­car­diaque garan­tit que le muscle car­diaque, le myo­carde, se contracte de manière conti­nue et uni­forme dans les cavi­tés ven­tri­cu­laires ou auri­cu­laires. L’impulsion élec­trique dépo­la­ri­sante (de l’ordre du mil­li­volts), prend ori­gine au niveau du nœud sinu­sal (NS), situé dans l’OD, et pro­voque la conduite d’un cou­rant élec­trique le long des cel­lules du muscle car­diaque (car­dio­myo­cytes), ce qui per­met une contrac­tion du myo­carde. Il est pos­sible de détec­ter ces modi­fi­ca­tions grâce à des élec­trodes col­lés sur la sur­face de la peau et de les obser­ver sur un ECG (élec­tro­car­dio­gramme) [18][20].

    Ain­si, le sys­tème élec­trique du cœur se décom­pose en plu­sieurs phases elles aus­si ryth­mées (Figure 5)[20]:

    • Phase 1 : Le nœud sinu­sal (situé dans l’oreillette droite) émet une impul­sion, de ce fait le cou­rant élec­trique ain­si géné­ré se pro­page de cel­lules en cel­lules au niveau des oreillettes droite et gauche ce qui pro­voque leur dépo­la­ri­sa­tion et donc leur contrac­tion. Ce phé­no­mène de dépo­la­ri­sa­tion est obser­vable sur un ECG et est repré­sen­té par l’onde P.
    • Phase 2 : Par la suite, le nœud auri­cu­lo-ven­tri­cu­laire est tra­ver­sé par le cou­rant élec­trique qui va conti­nuer de se pro­pa­ger au niveau du fais­ceau de His et de ces branches (droite et gauche) jusqu’aux fibres de Pur­kinje. Ce sys­tème de conduc­tion per­met aux cel­lules ven­tri­cu­laires de se dépo­la­ri­ser et donc de contrac­ter les ven­tri­cules. Ce phé­no­mène de dépo­la­ri­sa­tion est tout aus­si obser­vable sur un ECG et est repré­sen­té par le com­plexe QRS (ou onde R).
    • Phase 3 : Cette phase repré­sente la repo­la­ri­sa­tion de l’ensemble des cel­lules ven­tri­cu­laires. Ce phé­no­mène de repo­la­ri­sa­tion est obser­vable sur l’ECG et est repré­sen­té par l’onde T.
    Figure 5 : Circuit électrique d'un cœur sain  [19]

    Il est essen­tiel de savoir, que cha­cune de ces cavi­tés pos­sède la capa­ci­té d’induire une dépo­la­ri­sa­tion de leurs cel­lules (extra­sys­tole ven­tri­cu­laire ou auri­cu­laire). Si l’origine de cette dépo­la­ri­sa­tion ne pro­vient pas du nœud sinu­sal, celle-ci peut pro­ve­nir d’une zone où les cel­lules sont défaillantes. De plus, si le sys­tème de conduc­tion du cou­rant élec­trique est per­tur­bé voir rom­pu, à ce moment-là le sys­tème de conduc­tion peut prendre le relais à dif­fé­rents niveaux. En effet, le nœud auri­cu­lo-ven­tri­cu­laire (nœud AV) peut être, lui aus­si, un site élec­tro­gé­nique (40-60 bat­te­ments par minutes), qui peut ser­vir de sou­tien en cas de défaut du sys­tème élec­trique ou du sys­tème de conduc­tion supé­rieur au ven­tri­cule. Les troubles de conduc­tions situés sous le nœud AV peuvent être sup­pléer par le fais­ceau de His (40-60 bat­te­ments par minutes) et le réseau de Pur­kinje (20-40 bat­te­ments par minutes) et donc pro­vo­quer une dépo­la­ri­sa­tion des cel­lules ven­tri­cu­laires et ain­si une contrac­tion des ven­tri­cules. Cepen­dant cette dépo­la­ri­sa­tion se fait à un rythme lent, nom­mé rythme d’échappement, puisqu’il n’est pas ryth­mé par le nœud sinu­sal, qui est le seul à pou­voir assu­rer un rythme phy­sio­lo­gique constant.

    Lors d’un rythme d’échappement, le débit car­diaque est impac­té puisqu’il ne sera plus opti­mal pour four­nir au corps l’oxygène, les nutri­ments et donc l’énergie adé­quate. De ce fait ces troubles sont asso­ciés à une mor­ta­li­té qui est net­te­ment majo­rée et donc à ne sur­tout pas négli­ger [19].

    B. Les troubles du rythme cardiaque et leurs diagnostics

    Les symp­tômes des nom­breux troubles du rythme et de la conduc­tion car­diaque sont variés : la fatigue, l’étourdissements, les ver­tiges et les pal­pi­ta­tions peuvent être l’un des signes avant-cou­reurs. Face à ces dif­fé­rents symp­tômes, le méde­cin peut recom­man­der divers exa­mens, afin de diag­nos­ti­quer un trouble du rythme car­diaque ou de conduc­tion,  tels que [21], [22] :

    • L’électrocardiogramme (ECG) : cet exa­men consiste à obser­ver la conduc­tion des signaux élec­triques du cœur grâce à des élec­trodes dis­po­sées sur la peau du patient. Ain­si, le car­dio­logue peut inter­pré­ter le tra­cé qui res­sort de l’ECG. Cepen­dant, lorsque les troubles sont courts, variables ou appa­raissent dans des situa­tions spé­ci­fiques, alors il est essen­tiel d’effectuer des enre­gis­tre­ments de plus ou moins longue durée (heures, jours, semaines, années) à l’aide d’un Hol­ter externe (Figure 6 : Spi­der Flash [23]) ou d’un Hol­ter implantable.
    • Le test d’effort : ce test consiste à ana­ly­ser le rythme du patient, à l’aide d’un ECG, lors d’un effort phy­sique lorsque celui-ci décrit des troubles appa­rais­sant seule­ment à l’effort.
    • Explo­ra­tion élec­tro­phy­sio­lo­gique du cœur : cet exa­men s’effectue sous anes­thé­sie locale. L’exploration per­met d’enregistrer les signaux élec­triques du cœur à l’aide d’électrodes dis­po­sées dans le cœur. Cela per­met d’analyser la conduc­tion du signal élec­trique plus précisément.
    Figure 6 : SpiderFlash [23]

    Suite à la détec­tion de troubles, divers bilans com­plé­men­taires sont effec­tués pour confir­mer le diag­nos­tic, tels que des ana­lyses de sang afin de recher­cher des ano­ma­lies pou­vant favo­ri­ser l’arythmie, et un bilan car­diaque du malade en réa­li­sant une écho­car­dio­gra­phie du cœur afin d’évaluer les reten­tis­se­ments. D’autres exa­mens sup­plé­men­taires peuvent être utiles afin de com­plé­ter le bilan géné­ral tels qu’une IRM car­diaque, une coro­na­ro­gra­phie etc… De plus, il est recher­ché la pré­sence de fac­teurs de risque tels que du cho­les­té­rol, de l’hypertension arté­rielle, du dia­bète, du tabac, du sur­poids etc… car ce sont des fac­teurs qui vont aggra­ver davan­tage les troubles car­diaques [21], [22].

    Enfin, ces troubles sont par­fois négli­gés car ils ne pro­voquent aucun signe évident. Leurs décou­vertes peuvent être for­tuites lors d’un ECG effec­tué pour une autre rai­son. Cepen­dant, en rai­son des nom­breux symp­tômes asso­ciés aux dif­fé­rents troubles du rythme et de la conduc­tion, l’origine car­diaque n’est pas tou­jours facile à identifier.

    1. Bradycardie et troubles conductifs

    La bra­dy­car­die est carac­té­ri­sée par un rythme du cœur trop lent voir irré­gu­lier du cœur, géné­ra­le­ment infé­rieur à envi­ron 50 bat­te­ments par minutes (bpm). Lors d’un tel rythme, durant une acti­vi­té nor­male ou une acti­vi­té phy­sique, le cœur n'est plus en mesure de four­nir suf­fi­sam­ment de sang et donc d’oxygène à l'organisme. Ce genre de phé­no­mène peut donc entraî­ner de la fatigue, des pertes de mémoire et une sen­sa­tion d'évanouissement voir des syn­copes. Il est aus­si pos­sible d’avoir des pauses car­diaques qui peuvent engen­drer dif­fé­rents symp­tômes tels qu’une perte d’équilibre, ou une chute sans expli­ca­tion par­ti­cu­lière, voire même une perte de connais­sance pro­vi­soire [22]. Cette mala­die pos­sède dif­fé­rentes causes dont :

    • Pre­miè­re­ment, elle peut être dû à une dys­fonc­tion du nœud sinu­sal (NS) qui, soit, réa­lise des pauses ou des arrêts spon­ta­nés (phé­no­mène d’asystolie), soit, envoie des impul­sions élec­triques trop len­te­ment (bra­dy­car­die sinu­sale). En effet, une dys­fonc­tion sinu­sale engendre un pro­blème au niveau de la dépo­la­ri­sa­tion cel­lu­laire à l’origine de l’ensemble du cir­cuit élec­trique ce qui conduit à un défaut de contrac­tion des oreillettes. A ce moment, comme dit pré­cé­dem­ment, c’est le sys­tème de conduc­tion au niveau des ven­tri­cules qui peut prendre le relais (nœud AV, fais­ceau de His ou réseaux de Pur­kinje) [19].
    • Deuxiè­me­ment, elle peut être due à des blocs auri­cu­lo-ven­tri­cu­laires (BAV), au niveau du nœud AV, pro­dui­sant un pro­blème de conduc­tion des oreillettes vers les ven­tri­cules. Il existe trois types de BAV :
      • Le BAV de type 1 (BAV1) cor­res­pond à un allon­ge­ment, régu­lier, du délai entre l’onde P et l’onde R (délai PR > 200 ms) [19], [24].
      • Le BAV de type 2 (BAV2) se décom­pose en deux types [19] :
        • Mobitz I : aus­si nom­mé Wen­cke­back, cor­res­pond à un allon­ge­ment pro­gres­sif du délai PR avec une dis­pa­ri­tion ponc­tuelle du com­plexe QRS (perte de conduc­tion aux ven­tri­cules)[25].
        • Mobitz II : cor­res­pond à une dis­pa­ri­tion ponc­tuelle de l’onde QRS qui se tra­duit par une perte de conduc­tion aux ven­tri­cules. Il y a donc, par exemple, deux ondes P pour un com­plexe QRS, aus­si noté 2:1 [26].
      • Le BAV de type 3 (BAV3) aus­si nom­mé BAV com­plet, cor­res­pond à une désyn­chro­ni­sa­tion totale entre les ondes P et les ondes QRS (Figure 7). Ce qui se tra­duit par un nœud AV désor­mais plus fonc­tion­nel. A ce moment, comme dit pré­cé­dem­ment, c’est le sys­tème de conduc­tion au niveau des ven­tri­cules qui peut prendre le relais (fais­ceau de His ou réseau de Pur­kinje) [19], [27].
    • Troi­siè­me­ment, elle peut être due à des blocs de branches droit ou gauche, se carac­té­ri­sant comme un trouble de la conduc­tion dans les ven­tri­cules dans une des branches (droite ou gauche) du fais­ceau de His. Ce blo­cage peut être par­tiel (ralen­tis­se­ment du rythme car­diaque) ou com­plet (arrêt de l’influx élec­trique), ana­to­mique (dû à une lésion de la branche) ou fonc­tion­nel (aber­ra­tion ven­tri­cu­laire qui se tra­duit par une dis­tri­bu­tion non nor­male de l’influx élec­trique dans un ven­tri­cule [28]). De ce fait, lorsqu’il y a un bloc de branche, la dépo­la­ri­sa­tion du ven­tri­cule tou­ché par le bloc est assu­rée par l’autre ven­tri­cule qui trans­met à tra­vers du tis­su myo­car­dique l’influx élec­trique. Ce phé­no­mène pro­longe donc la durée du com­plexe QRS qui est envi­ron supé­rieure ou égale à 120ms et peut engen­drer des désyn­chro­ni­sa­tions entre les ven­tri­cules et par consé­quent une insuf­fi­sance car­diaque [29].
    • Enfin, elle peut être due à une incom­pé­tence chro­no­trope qui se tra­duit comme la non capa­ci­té d’accélérer le rythme car­diaque, afin de garan­tir les besoins méta­bo­liques, lors d’exercices phy­siques par exemple. Autre­ment dit, le rythme du cœur peut ne pas réus­sir à atteindre la fré­quence maxi­male qui est théo­rique ou du moins il est retar­dé.  Cela peut être une incom­pé­tence chro­no­trope du NS, ou d’un rythme d’échappement lors d’un BAV III, ou d’une régu­la­tion inap­pro­priée du nœud AV lors de troubles du rythme venant d’au-dessus du ven­tri­cule (supra­ven­tri­cu­laire) [30].

    Il convient tou­te­fois, de mettre en avant que tous troubles de la conduc­tion peuvent entraî­ner de nom­breux symp­tômes, pou­vant aller d’un simple ver­tige à une syn­cope. Ain­si, la gra­vi­té des troubles du rythme est indé­pen­dante des consé­quences phy­siques du malade, qui dépendent en réa­li­té du contexte ain­si que de l’activité de celui-ci lors de l’apparition des troubles conduc­tifs [19].

    Figure 7 : BAV de type 3 – Echappement à QRS fins [27]

    2. Tachycardies

    La tachy­car­die est carac­té­ri­sée par un rythme du cœur trop rapide, voire irré­gu­lier, dépas­sant com­mu­né­ment un rythme de 100 bpm au repos, et pou­vant aller jusqu’à des fré­quences très éle­vées (> 300 bpm). Lors de tachy­car­die avec des fré­quences très éle­vées, le cœur bat tel­le­ment vite qu’il ne se contracte plus cor­rec­te­ment afin de four­nir du sang oxy­gé­né dans tout le corps. Si ce rythme se pro­longe dans le temps, cela peut engen­drer des symp­tômes tels que des étour­dis­se­ments, des pal­pi­ta­tions car­diaques, des ver­tiges, pou­vant aller jusqu’à la mort du patient si ce rythme per­siste [22]. Ce genre de patho­lo­gie peut sur­ve­nir dans les deux régions du cœur : soit au niveau supé­rieur nom­mé tachy­car­die supra-ven­tri­cu­laire (TSV), soit au niveau infé­rieur nom­mé tachy­car­die ven­tri­cu­laire (TV). De plus, il existe dif­fé­rents types de TSV et TV [19] :

    • Les tachy­car­dies supra-ven­tri­cu­laires (TSV) :
      • La tachy­car­die sinu­sale : est une accé­lé­ra­tion nor­male et pro­gres­sive du rythme du cœur lors d’un exer­cice phy­sique ou lors de stress.
      • La tachy­car­die atriale : est une accé­lé­ra­tion sou­daine du rythme de contrac­tions des oreillettes (100-220 bpm) due à des extra­sys­toles auri­cu­laires. Cette contrac­tion n’est pas phy­sio­lo­gique et peut donc conduire à un rythme du cœur anor­ma­le­ment rapide.
      • Le Flut­ter atrial : est un rythme très rapide des oreillettes qui est conduit aux ven­tri­cules de manière régu­lière avec un niveau d’association N pour 1 (N :1) c’est-à-dire N onde P pour 1 onde QRS.
      • La Fibril­la­tion atriale (FA) : contrac­tion anar­chique des oreillettes, condui­sant à une grande accé­lé­ra­tion de la contrac­tion des oreillettes (>300 bpm). De ce fait, ce phé­no­mène peut être conduit aux ven­tri­cules de manière anar­chique et donc accé­lé­rer leur rythme. Cette patho­lo­gie est l’une des plus fré­quentes avec une pré­va­lence d’environ 1% dans la popu­la­tion fran­çaise et plus de 10% pour les patients de plus de 80 ans en 2018 [31].
    • Les tachy­car­dies ven­tri­cu­laires (TV) :  
      • La tachy­car­die ven­tri­cu­laire (TV) : est une grande accé­lé­ra­tion, sou­daine et régu­lière, du rythme de contrac­tions des ven­tri­cules (100-230 bpm). Elle cor­res­pond au mini­mum à 3 extra­sys­toles ven­tri­cu­laires. Il existe deux types de TV, celle focale et celle par ré entrée.
      • Fibril­la­tion ven­tri­cu­laire (FV) : se défi­nit comme étant le type de TV le plus dan­ge­reux puisque celle-ci entraine bien sou­vent la mort du patient. En effet, elle pro­voque une grande accé­lé­ra­tion, sou­daine et anar­chique, du rythme de contrac­tion des ven­tri­cules (>250 bpm). Cette patho­lo­gie est pré­sente chez 70% des patient en arrêt car­diaque [32].

    Il est essen­tiel d’établir un trai­te­ment adap­té pour chaque type de troubles car cela peut aider à pré­ve­nir l’apparition de cer­taines com­pli­ca­tions. Par exemple, si une fibril­la­tion atriale n’est pas trai­tée, elle peut favo­ri­ser la for­ma­tion de caillots san­guins, pou­vant ain­si se dépla­cer vers le cer­veau et créant un acci­dent vas­cu­laire céré­bral (AVC) ou se dépla­cer vers une artère coro­naire et créant ain­si un infarc­tus du myo­carde. La tachy­car­die ven­tri­cu­laire, elle aus­si, doit être trai­tée au plus vite puisqu’elle peut être à l’origine d’un arrêt car­diaque et essen­tiel­le­ment si le patient a déjà fait un infarc­tus du myo­carde. La fibril­la­tion ven­tri­cu­laire, quant à elle, conduit à une inef­fi­ca­ci­té inté­grale de tout le cœur condui­sant donc à un arrêt car­diaque. En cas de FV, il est donc très impor­tant de com­men­cer la réani­ma­tion car­diaque en réa­li­sant un mas­sage sui­vi d’un choc élec­trique externe pro­di­gué par un défi­bril­la­teur afin d’assurer la sur­vie de la per­sonne [22].

    3. Insuffisance cardiaque

    L’insuffisance car­diaque (IC) est un trouble du rythme ven­tri­cu­laire qui découle de l’ensemble des ano­ma­lies struc­tu­relles ou fonc­tion­nelles des ven­tri­cules dans l’éjection ou le rem­plis­sage du sang. De plus, cette patho­lo­gie est un « syn­drome cli­nique » où les malades peuvent avoir des symp­tômes très carac­té­ris­tiques tels qu’une sen­sa­tion de fatigue, de manque d’énergie, d’essoufflements et même un excès de liquide dans le corps. En 2019, 2,3% de la popu­la­tion en France et 2% de la popu­la­tion en Europe serait atteinte d’une IC et jusqu’à 10% dans la popu­la­tion de plus de 65 ans. Ain­si, la France comp­tait plus d’un mil­lion d’IC. Chaque année, envi­ron 70 200 décès sont asso­ciés à une IC et plus de 160 000 patients hos­pi­ta­li­sés sont recen­sés. Quant à la mor­ta­li­té, elle est de 30 à 40% à un an et de 60 à 70% à 5 ans. De plus, il est bon de mettre en lumière que la mor­ta­li­té des patients pos­sé­dant une insuf­fi­sance car­diaque est plus impor­tante que la mor­ta­li­té chez les patients can­cé­reux [33], [34].

    L’expression de l’insuffisance car­diaque dépend de la sor­tie car­diaque aus­si appe­lée en Anglais « Car­diac out­put » qui est égale au pro­duit de la fré­quence car­diaque par le volume à la fin du rem­plis­sage des ven­tri­cules. Elle dépend aus­si de la Frac­tion d’Ejection Ven­tri­cu­laire Gauche (FEVG) qui éva­lue la capa­ci­té du VG à se rem­plir et à éjec­ter du sang, éva­luant ain­si la pré­sence et la gra­vi­té de l’insuffisance car­diaque du patient (Tableau 1). La FVEG peut être mesu­rée par écho­car­dio­gra­phie (le plus fré­quem­ment), une IRM car­diaque, et une scin­ti­gra­phie [35].

    Tableau 1 : Valeurs pathologiques et physiologiques de la FEVG (Source : auteure)

    De plus, l’insuffisance car­diaque est clas­sée par la NYHA (New York Heart Asso­cia­tion) qui exprime les limites du patient en termes de symp­tômes dû à son insuf­fi­sance car­diaque (Tableau 2).

    Tableau 2 : Classes du NYHA (Source : auteure)

    Enfin, pour confir­mer l’insuffisance car­diaque chez un patient, un ECG, une ima­ge­rie par rayons X, une écho­car­dio­gra­phie, et même des tests san­guins peuvent être effec­tués. Cepen­dant, l’examen le plus utile est l’ECG car il per­met de véri­fier et de contrô­ler s’il y a la pré­sence d’un défaut de conduc­tion tels que des blocs AV, blocs de branches etc… qui seraient à l’origine d’une insuf­fi­sance car­diaque. Comme énon­cé pré­cé­dem­ment, il est vrai­ment essen­tiel d’établir un trai­te­ment adap­té pour chaque type de troubles car ils peuvent pro­vo­quer voire aggra­ver une insuf­fi­sance car­diaque déjà existante.

    C. Traitement : Gestion des troubles du rythme cardiaque

    Les trai­te­ments peuvent varier en fonc­tion du type de troubles du rythme car­diaque. En cas de tachy­car­die bénigne, les pra­ti­ciens ont ten­dance à pré­co­ni­ser une modi­fi­ca­tion hygié­no-dié­té­tique en com­men­çant par l’arrêt du café ou de l’alcool qui sont des exci­tants, du repos, de l’exercice phy­sique etc… Lors de cas plus graves, des médi­ca­ments peuvent être essen­tiels. Néan­moins, lors de troubles résis­tant aux médi­ca­ments, les patients peuvent se voir pro­po­ser une inter­ven­tion chi­rur­gi­cale afin de détruire, par abla­tion, les zones de cel­lules à l’origine de l’arythmie.

    Cepen­dant, il n’existe actuel­le­ment aucun trai­te­ment médi­ca­men­teux au long cours pour trai­ter la bra­dy­car­die, la tachy­car­die ou la fibril­la­tion ven­tri­cu­laire, qui sont des patho­lo­gies qui nous inté­ressent dans ce rap­port, et qui de ce fait néces­sitent la mise en place de dis­po­si­tifs médi­caux implan­tables actifs. Cepen­dant, en cas d’urgence lors de fibril­la­tion ven­tri­cu­laire chez un patient, le trai­te­ment d’urgence est un choc élec­trique externe pro­di­gué par un défi­bril­la­teur externe afin de pou­voir lui réta­blir un rythme nor­mal [21].   

    1. Principes des dispositifs médicaux implantables actifs dans le traitement des troubles

    a) Pacemaker : Traitement de la bradycardie et des troubles conductifs

    Il est recom­man­dé, pour les patients de plus de 75 ans ayant un rythme lent (bra­dy­car­die), une incom­pé­tence chro­no­trope et souf­frant de symp­tômes tels que des syn­copes, d’avoir recours à un dis­po­si­tif implan­table. Ain­si, le trai­te­ment de la bra­dy­car­die et des troubles conduc­tifs se réa­lise par l’implantation d’un boi­tier qui est un dis­po­si­tif médi­cal implan­table actif, nom­mé sti­mu­la­teur car­diaque, ou plus com­mu­né­ment nom­mé pace­ma­ker (PM). Le plus sou­vent implan­té devant le muscle pec­to­ral gauche, l'appareil rem­pli­ra 4 fonc­tions maî­tresse :

    • Détec­ter les contrac­tions mus­cu­laires car­diaques internes.
    • Sti­mu­ler les car­dio­myo­cytes afin d’engendrer une contrac­tion mus­cu­laire lorsqu’elle n’est pas détectée.
    • Accé­lé­rer le rythme car­diaque, par des sti­mu­la­tions plus rapides lors de la détec­tion d’un effort phy­sique réa­li­sé par un patient atteint d’incompétence chronotrope.
    • Col­lec­ter à long terme des don­nées sur l’état des troubles élec­trique du cœur et sur les sondes implantées.

    Afin d’assurer toutes ces fonc­tions le dis­po­si­tif est connec­té à une ou deux sondes (dépend de l’indication du patient) implan­tées dans le cœur. C’est via ces sondes que le cœur sera sti­mu­lé et/ou écou­té. C’est au niveau du haut du dis­po­si­tif, que les sondes sont fixées au connec­teur et qu’elles peuvent four­nir au boi­tier l’ensemble des don­nées de sti­mu­la­tions et de détec­tions, et donc par la même occa­sion l’état des troubles élec­triques du cœur du patient. Selon la cavi­té à détec­ter ou sti­mu­ler, le sti­mu­la­teur car­diaque peut être un simple chambre, carac­té­ri­sé par une seule sonde à l’intérieur du VD, ou un double chambre, carac­té­ri­sé par une sonde de sti­mu­la­tion à l’intérieur du VD et une à l’intérieur de l’OD. De plus, le sti­mu­la­teur car­diaque doit être confi­gu­ré avec pré­ci­sion, de façon à trai­ter rigou­reu­se­ment la patho­lo­gie du malade, à l'aide d'un pro­gram­ma­teur de sa marque.

    Micro­Port CRM a conçu le plus petit pace­ma­ker (8 cm3) double chambre du mar­ché mon­dial du CRM (pace­ma­ker ENO - Figure 8). La socié­té pos­sède une large gamme de sti­mu­la­teur car­diaque simple chambre (1 sonde dans une cavi­té), ou double chambre (2 sondes dans deux cavi­tés), cha­cun ayant des capa­ci­tés spé­ci­fiques. Le choix du PM simple ou double chambre ou de la gamme est effec­tué par le méde­cin en fonc­tion de la mala­die du patient [36].

    Figure 8 : Stimulateur cardiaque ENO [36]

    Le dis­po­si­tif implan­table le plus com­plet dans la gamme de pro­duit de sti­mu­la­teur car­diaque est l’ALIZEA (Figure 9). Ce pro­duit per­met de main­te­nir de très bons sui­vis cli­niques à dis­tance. Il pos­sède une très bonne lon­gé­vi­té (13 ans) ce qui réduit donc les remplacements. 

    Figure 9 : Stimulateur cardiaque ALIZEA [37]

    De plus, il pos­sède des fonc­tion­na­li­tés de pointe, pré­sentes uni­que­ment dans les pro­duits de Micro­Port CRM tels que [37] :

    • SafeR :   Ce mode, créé par Micro­Port CRM, per­met de mini­mi­ser la sti­mu­la­tion du ven­tri­cule pour les patients qui ont une mala­die sinu­sale ou pour ceux qui font des BAV, leur lais­sant donc une chance d’avoir une contrac­tion spon­ta­née des ven­tri­cules. Cela per­met donc de pré­ser­ver le muscle car­diaque. Puisque nor­ma­le­ment, l’activation du VD com­mence avec une dépo­la­ri­sa­tion du sep­tum inter­ven­tri­cu­laire. Cepen­dant, lors d’une sti­mu­la­tion arti­fi­cielle, le VD com­men­ce­ra sa dépo­la­ri­sa­tion à un autre endroit, ce qui peut être délé­tère pour le ven­tri­cule et donc conduire à une désyn­chro­ni­sa­tion entre les deux ventricules.
    • Sur­veillance de l’apnée du som­meil (Sleep Apnea Moni­to­ring = SAM) : Un moni­teur pour l’apnée du som­meil est pré­sent dans le dis­po­si­tif. L’apnée du som­meil est une mala­die qui est sous détec­tée, de ce fait avec cet algo­rithme, durant la nuit le dis­po­si­tif peut sus­pec­ter une apnée du som­meil et envoyer une alerte.
    • AutoM­RI : est un mode auto­ma­tique qui per­met de rendre, main­te­nant, les dif­fé­rents exa­mens IRM beau­coup plus faciles et sûrs pour les malades por­teurs d’un PM. En effet, lorsque ce mode est pro­gram­mé par un car­dio­logue, il pos­sède la capa­ci­té de para­mé­trer de façon auto­ma­tique le dis­po­si­tif lorsqu’il détecte qu’il est dans un champ magné­tique et cela dans le but d’assurer la sécu­ri­té du porteur.
    • Double cap­teur : fabri­qué afin de modu­ler phy­sio­lo­gi­que­ment un rythme du cœur, en fonc­tion de l’activité du por­teur, en asso­ciant deux cap­teurs d’asservissement (R) : accé­lé­ro­mètre et ven­ti­la­tion minute. Ce mode a été conçu pour des patients atteints d’incompétences chronotropes.
    • Sur­veillance à dis­tance : cette fonc­tion­na­li­té per­met au patient d’être sur­veillé et sui­vi à dis­tance, de façon à four­nir des alertes si besoin et des rap­ports détaillés des enre­gis­tre­ments du dispositif.

    L’ensemble de ces fonc­tion­na­li­tés sont uti­li­sées chaque jour par l’IA CRM lors des implan­ta­tions ou des consul­ta­tions de sui­vis, il est donc essen­tiel pour lui de les maîtriser.

    b) Défibrillateur : Traitement de la tachycardie

    Il est recom­man­dé, pour les patients de 60 - 70 ans ayant un rythme rapide (tachy­car­die), souf­frant de rythmes car­diaques poten­tiel­le­ment mor­tels (FV) et ris­quant de faire un arrêt car­diaque, d’avoir recours à un dis­po­si­tif implan­table. Ain­si, le trai­te­ment de la tachy­car­die se réa­lise par l’implantation d’un dis­po­si­tif médi­cal, nom­mé défi­bril­la­teur auto­ma­tique implan­table (DAI). Ce boi­tier pos­sède la capa­ci­té de pro­di­guer deux types de thé­ra­pies afin de res­tau­rer un rythme phy­sio­lo­gique lors d’épisodes de tachycardie :

    • ATP (Anti Tachy­car­dia Pacing) : ce type de thé­ra­pie, sou­vent effec­tuer en pre­mier, a pour but de four­nir une sti­mu­la­tion plus rapide que la fré­quence de TV de façon à récu­pé­rer un rythme phy­sio­lo­gique du cœur en « cas­sant » le cir­cuit élec­trique qui accé­lé­rait celui-ci.
    • Chocs : ce type de thé­ra­pie, effec­tué lors de FV ou lors d’échecs d’ATP, consiste à déli­vrer un ou plu­sieurs chocs élec­triques d’énergies variables ou non (en fonc­tion du choix du méde­cin) afin de bri­ser le sys­tème élec­trique chao­tique, per­met­tant ain­si de faire un « reset » des cel­lules mus­cu­laires cardiaques.

    Ain­si, les DAI enre­gistrent l’activité élec­trique du cœur et traitent les troubles du rythme ven­tri­cu­laire dan­ge­reux par des ATP ou des chocs élec­triques [14].

    Micro­Port CRM a récem­ment conçu un défi­bril­la­teur auto­ma­tique implan­table (DAI) nom­mé ULYS (Figure 10). Ce DM à la pointe de la tech­no­lo­gie est dis­po­nible en simple chambre (SR) et en double chambre (DR) et a désor­mais une durée de vie plus longue que les dis­po­si­tifs dis­tri­bués par les concur­rents. En effet, la lon­gé­vi­té pour les DAI simple chambre peut durer jusqu’à 14,7 ans. De plus, il pos­sède un volume de petite taille pour un DAI de 31 cm3 ce qui est plei­ne­ment accep­té par les pra­ti­ciens et les malades. Les DAI dis­posent des mêmes fonc­tion­na­li­tés qu’un pace­ma­ker dans la ges­tion et le trai­te­ment de la bra­dy­car­die et de la détec­tion de fibril­la­tion atriale [38].

    Figure 10 : Défibrillateur automatique implantable ULYS [38]

    A la dif­fé­rence d’un pace­ma­ker, un DAI va dis­po­ser en plus de zones de thé­ra­pies et d’algorithmes afin de trai­ter au mieux les dif­fé­rents types de tachy­car­die. Micro­Port CRM a donc conçu un algo­rithme phy­sio­lo­gique nom­mé PARAD +, qui a la capa­ci­té de dis­cri­mi­ner les dif­fé­rentes ori­gines des aryth­mies, soit ven­tri­cu­laire, soit supra­ven­tri­cu­laire, dans le but de réduire au maxi­mum les thé­ra­pies jugées inutiles et inappropriées.

     En effet, l’algorithme per­met de ne pas trai­ter les tachy­car­dies supra­ven­tri­cu­laires (non trai­table par des ATP ou des chocs). Les DAI de Micro­Port pos­sède aus­si le mode BTO qui est un mode qui per­met de che­vau­cher le trai­te­ment de la bra­dy­car­die et de la tachy­car­die en même temps. C’est-à-dire, que le DAI a la capa­ci­té de prendre en charge l’exercice phy­sique du malade atteint d’incompétence chro­no­trope, donc d’accélérer son rythme, et en même temps il a la capa­ci­té de détec­ter une TV lente du patient [38].

    c) CRT : Traitement de l’insuffisance cardiaque

    Il est recom­man­dé, pour les patients de 60 - 70 ans pos­sé­dant une dys­fonc­tion sys­to­lique sévère, FEVG 35 %, avec une insuf­fi­sance car­diaque, situé dans la classe NYHA de II à IV, et ayant une conduc­tion intra-ven­tri­cu­laire qui est longue (QRS > 120 ms), d’avoir recours à une thé­ra­pie de resynchronisation.

    e trai­te­ment de l’insuffisance car­diaque se réa­lise donc par l’implantation d’un boi­tier qui est un dis­po­si­tif médi­cal implan­table actif, nom­mé CRT (Car­diac Resyn­chro­ni­za­tion The­ra­py). C’est un dis­po­si­tif qui per­met de resyn­chro­ni­ser les deux ven­tri­cules ensemble de façon à ce que la frac­tion d’éjection du patient aug­mente jusqu’à atteindre une valeur accep­table pour qu’il y ait une aug­men­ta­tion de la contrac­ti­li­té du VG. Pour cela, il est donc néces­saire de pou­voir sti­mu­ler le ven­tri­cule droit mais aus­si le ven­tri­cule gauche, ain­si ce type de dis­po­si­tif est un triple chambre, carac­té­ri­sé par une sonde à l’intérieur de l’OD (sonde verte de la figure 11), une sonde à l’intérieur du VD (sonde jaune de la figure 11) et aus­si une sonde dans la veine coro­naire anté­ro­la­té­rale qui rejoint donc la sur­face du VG (sonde bleu de la figure 11)[39]. Un CRT, en plus d’avoir la fonc­tion de resyn­chro­ni­ser le cœur du patient pos­sède soit les fonc­tion­na­li­tés d’un défi­bril­la­teur (CRT-D) soit celles d’un pace­ma­ker (CRT-P).

    Figure 11 : Position des sondes d'un CRT dans le cœur [12]

    Micro­Port CRM a récem­ment conçu un CRT nom­mé GALI 4LV SONR (Figure 12). Ce DM à la pointe de la tech­no­lo­gie per­met de réduire de 35% les risques d’hospitalisation pour un cas d’insuffisance car­diaque, pour des patients qui sont opti­mi­sés avec une sonde SonR [39]. La lon­gé­vi­té pour les CRT-D peut durer jusqu’à 10,9 ans. Il dis­pose des mêmes fonc­tion­na­li­tés qu’un DAI dans la ges­tion et le trai­te­ment de la bra­dy­car­die et de la tachy­car­die [39]. De plus, la sonde allant dans le VG pos­sède un mode de sti­mu­la­tion sur plu­sieurs points (Mul­ti­point Pacing) qui per­met de cap­tu­rer une zone net­te­ment plus large du VG,

    Figure 12 : CRT - GALI 4LV SONR [39]

    Pour infor­ma­tion, la sonde VG n’est pas direc­te­ment implan­tée dans le ven­tri­cule gauche car aux vus des fortes pres­sions dans le VG celle-ci ne res­te­rait pas fixée dans la cavité.

    2. Principe de détection et de stimulation des dispositifs dans le traitement des arythmies

    L’ensemble des dif­fé­rents dis­po­si­tifs médi­caux implan­tables actifs (PM, DAI et CRT) exploitent la fonc­tion­na­li­té de détec­tion, afin qu’un trai­te­ment effi­cace des dif­fé­rents troubles du rythme soit réa­li­sé, par une thé­ra­pie de sti­mu­la­tion pré­cise. Ces deux fonc­tion­na­li­tés, sont pos­sibles grâce à des sondes et ont pour objec­tif de gérer au mieux les nom­breuses pathologies.

    Le prin­cipe de détec­tion dans le trai­te­ment des aryth­mies est d’analyser le signal élec­trique du cœur et de four­nir, par le dis­po­si­tif, la réponse la plus appro­priée. De ce fait, l’algorithme va constam­ment ana­ly­ser et dis­tin­guer l’ensemble des évè­ne­ments qu’il per­çoit en uti­li­sant des mar­queurs. En fonc­tion de ceux-ci et donc des évé­ne­ments, la réponse de l’algorithme s’adaptera et sti­mu­le­ra le cœur pour qu’il fonc­tionne de manière opti­male. Pour dis­cri­mi­ner les dif­fé­rents évè­ne­ments, l’algorithme uti­lise deux cri­tères que sont l’amplitude et la fré­quence du signal détec­té. La détec­tion peut se faire de façon uni­po­laire (expli­qué plus bas). Cepen­dant elle pré­sente des désa­van­tages : elle peut conduire à la détec­tion d’interférence pro­ve­nant de l’extérieur du cœur tel que des myo­po­ten­tiels ou tout sim­ple­ment une écoute croi­sée (détec­tion des signaux ven­tri­cu­laire par la sonde atriale). Pour l’ensemble de ces rai­sons, ce type de détec­tion est rare­ment uti­li­sé, cela dépend vrai­ment du patient et de l’emplacement de la sonde. La détec­tion bipo­laire, quant à elle, est uti­li­sée quo­ti­dien­ne­ment, en s’affranchissant des incon­vé­nients cités [12].

    Le prin­cipe de la thé­ra­pie de sti­mu­la­tion dans le trai­te­ment des aryth­mies est de sti­mu­ler le cœur du patient lorsque celui-ci ne se contracte pas. Cepen­dant, sti­mu­ler quo­ti­dien­ne­ment le cœur du patient dépense énor­mé­ment la bat­te­rie des dis­po­si­tifs. Il est donc néces­saire de limi­ter au maxi­mum l’énergie qui est four­nis au cœur pour le contrac­ter. Il faut donc trou­ver un équi­libre entre la durée d’impulsion (ms) et la ten­sion de sor­tie (V) de sti­mu­la­tion uti­li­sée mais aus­si avec le risque qui est encou­ru par le patient. Ces para­mètres peuvent chan­ger en fonc­tion de la posi­tion et de l’état de la sonde, il est donc essen­tiel de prendre en consi­dé­ra­tion ces fac­teurs et de savoir cor­rec­te­ment régler les valeurs de sor­tie de sti­mu­la­tion afin que le trai­te­ment soit le plus opti­mal pos­sible [12].

    Les sondes de sti­mu­la­tion sont consti­tuées de 3 par­ties : un connec­teur fixé au dis­po­si­tif, un corps de sonde qui est le conduc­teur de la sti­mu­la­tion et de la détec­tion (et du choc élec­trique), et d’une ou deux élec­trodes (une élec­trode à l’extrémité et une bague) dis­tale qui pos­sèdent la capa­ci­té de détec­ter et de sti­mu­ler le muscle car­diaque. En fonc­tion du nombre d’électrodes la sonde est soit uni­po­laire soit bipo­laire (ou qua­dri­po­laire) ce qui condi­tionne le mode de sti­mu­la­tion et de détec­tion [12].

    Pour ce qui est la stimulation/détection uni­po­laire du myo­carde (Figure 13), elle se fait entre l’électrode située à l’extrémité de la sonde (anode -) et le dis­po­si­tif implan­té (cathode +), cela forme donc un vec­teur de stimulation/détection entre ces deux struc­tures. Ce type de sti­mu­la­tion se voit plus aisé­ment sur un ECG puisque des spikes (impul­sion élec­trique) appa­raissent devant les dif­fé­rentes ondes.

    Figure 13 : Stimulation/ Détection unipolaire [12]

    Cepen­dant, comme énon­cé pré­cé­dem­ment, la sti­mu­la­tion uni­po­laire peut entrai­ner un risque de sti­mu­la­tion du muscle pec­to­ral, certes non dan­ge­reux pour le malade, mais dan­ge­reux si à l’inverse la contrac­tion du muscle pec­to­ral est détec­tée ce qui aura des consé­quences dra­ma­tiques puisque l’appareil sera leur­ré. Il détec­te­ra une contrac­tion du muscle pec­to­ral et non une contrac­tion du cœur ce qui peut inhi­ber les thé­ra­pies de sti­mu­la­tion du cœur ou trom­per des thé­ra­pies de tachycardies.

    Pour ce qui est de la stimulation/détection bipo­laire du myo­carde (Figure 14), elle se fait entre les 2 élec­trodes dis­tales de la sonde, plus par­ti­cu­liè­re­ment entre celle à l’extrémité de la sonde (anode -) et celle plus proche nom­mée bague (cathode +). Cela forme donc un vec­teur de stimulation/détection entre ces deux struc­tures. Avec ce type de sonde, il n’y aura pas de sti­mu­la­tion du muscle pec­to­ral, cepen­dant il sera plus com­plexe de visua­li­ser les « spikes » à l’ECG.

    Figure 14 : Stimulation/ Détection bipolaire [12]

    Il existe aus­si un type de sti­mu­la­tion qua­dri­po­laire du myo­carde, uti­li­sé pour les thé­ra­pies de resyn­chro­ni­sa­tion (CRT). En effet, ce type de sti­mu­la­tion per­met d’avoir un plus large choix de vec­teurs de stimulation. 

    De plus, il existe une codi­fi­ca­tion inter­na­tio­nale (NASPE/BPEG), com­po­sée de 3 à 4 lettres suc­ces­sives, qui per­met de défi­nir les dif­fé­rents modes de sti­mu­la­tion qui peuvent être pro­gram­més dans les dif­fé­rents dis­po­si­tifs en fonc­tion du nombre de cavi­té qu’ils stimulent/détectent (simple chambre, double chambre ou triple chambre) ou des dif­fé­rentes aryth­mies (Tableau 3) [12].

    Tableau 3 : Explication des différents modes de stimulations (Source : auteure)

    La 4ème lettre n’est pas obli­ga­toire, ce mode R est ajou­té pour les patients ayant une insuf­fi­sance chro­no­trope. Le dis­po­si­tif va donc pou­voir, par la sti­mu­la­tion, aug­men­ter puis dimi­nuer la fré­quence car­diaque en fonc­tion de l’effort ou du stress du patient.

    Les dif­fé­rents modes de sti­mu­la­tions sont à maî­tri­ser par­fai­te­ment par l’ingénieur d’application CRM (Voir Annexe 1).

    3. La télé cardiologie au service d’un suivis médical optimisé

    Les nou­veaux pro­duits implan­tables (PM, DAI et CRT), conçu par Micro­Port CRM, peuvent être connec­tés quo­ti­dien­ne­ment à dis­tance aux méde­cins. Ils sont équi­pés d’une puce Blue­tooth à faible consom­ma­tion d’énergie, et sont sui­vis à dis­tance, via à un trans­met­teur domes­tique sans fil qui uti­lise la 4G, sans que les patients aient besoin de retour­ner à l’hôpital. Ain­si, Micro­Port CRM répond aux défis de notre époque [12].

    Ce sys­tème de sui­vi cli­nique à dis­tance est acces­sible, auto­ma­tique, et faci­lite for­te­ment les sui­vis, par un gain de temps, pour le car­dio­logue ryth­mo­logue qui a implan­té le dis­po­si­tif et pour le patient. Cela per­met donc au méde­cin de réa­li­ser une consul­ta­tion du fonc­tion­ne­ment du dis­po­si­tif implan­té à dis­tance, via un site inter­net sécu­ri­sé. Il peut ain­si ana­ly­ser les pour­cen­tages de sti­mu­la­tion et de détec­tion des cavi­tés, véri­fier l’état des sondes et prin­ci­pa­le­ment véri­fier si le patient fait des aryth­mies ou non, sans que celui-ci ait besoin de se dépla­cer dans un centre de car­dio­lo­gie [40].

    Si néces­saire, il peut uti­li­ser le trans­met­teur pour adap­ter les trai­te­ments. Cepen­dant, il est bon de rap­pe­ler que ce n’est en aucun cas un dis­po­si­tif d’urgence [41].

    Un trans­met­teur est condi­tion­né pour com­mu­ni­quer avec le dis­po­si­tif implan­té du patient et pour trans­mettre l’ensemble des don­nées récol­tées, sous la forme d’un rap­port, au centre qui suit le patient qui a été implan­té, régu­liè­re­ment, et de façon pla­ni­fiée (le soir). Ces don­nées concernent prin­ci­pa­le­ment le niveau de la pile du dis­po­si­tif, l’état des sondes qui font le lien entre le dis­po­si­tif et le cœur du patient, et d’éventuels troubles du rythme car­diaque (TV, FV) qui ont été détec­tés et trai­tés (ou échec de trai­te­ment). Ain­si, s’il y a le moindre pro­blème, le méde­cin pour­ra le savoir grâce à des alertes trans­mises, qui ont été détec­tées de façon auto­ma­tique par le dis­po­si­tif implan­té selon les dif­fé­rents para­mètres qui ont été défi­nis à l’implantation par le méde­cin. Il pour­ra de ce fait, contac­ter le patient pour conve­nir d’une consul­ta­tion en urgence de façon à ce que celui-ci est tou­jours un trai­te­ment et un sui­vi opti­mal [41].

    Micro­Port CRM, pro­pose deux types de trans­met­teurs domes­tiques (Figure 15) :

    • Smart­View Connect : est un dis­po­si­tif de sui­vi à dis­tance afin de veiller sur l’ensemble des para­mètres du sti­mu­la­teur car­diaque qui a été implanté.
    • Smart­View Home Moni­tor : est un dis­po­si­tif de sui­vi à dis­tance afin de veiller sur l’ensemble des para­mètres du défi­bril­la­teur auto­ma­tique qui a été implanté.
    Figure 15 : Transmetteur domestique : SmartView Connect (gauche) et SMARTVIEW Home Monitor (droite) [42]

    III. Dispositifs de management du rythme cardiaque : les missions d’un Ingénieur d’Application CRM au sein d’un établissement de santé

    Toutes ces connais­sances tech­niques, pré­cé­dem­ment expo­sées, sont à mai­tri­ser par un ingé­nieur d’application (IA) CRM. Il exerce avec pré­ci­sion et pro­fes­sion­na­lisme dans le domaine de la san­té et plus par­ti­cu­liè­re­ment dans la car­dio­lo­gie et rythmologie.

    Relié à un Direc­teur Régio­nal, un IA est donc for­mé théo­ri­que­ment puis accom­pa­gné au sein des dif­fé­rents éta­blis­se­ments de san­té dans le but qu’il devienne un sup­port tech­nique, cli­nique et un point de contact pri­vi­lé­gié des méde­cins, de l’équipe para­mé­di­cale mais aus­si des patients. Pour cela il doit être accré­di­té, grâce à des for­ma­tions théo­riques en anglais de 4 semaines, et pra­tiques en salle d’opération, à vali­der, sur les pro­duits de Micro­Port CRM et les dif­fé­rents troubles du rythme cardiaque.

    Suite à l’obtention de ses quatre accré­di­ta­tions, il pour­ra donc inter­ve­nir en toute auto­no­mie lors des pro­cé­dures de pose de sti­mu­la­teur car­diaque, défi­bril­la­teur auto­ma­tique implan­table ou CRT au sein d’un éta­blis­se­ment de santé.

    C’est donc un spé­cia­liste, un expert qui maî­trise toutes les com­plexi­tés tech­no­lo­giques, tech­niques et cli­niques se rap­por­tant à une gamme de dis­po­si­tifs médi­caux implan­tables actifs, qui per­mettent de gérer les troubles du rythme. C’est en alliant toutes ces com­pé­tences qu’il peut ain­si assu­rer un sou­tien sans faille lors de ces inter­ven­tions sur le ter­rain auprès du corps médi­cal. L’IA est donc ame­né à tra­vailler en étroite col­la­bo­ra­tion avec les méde­cins, l’équipe para­mé­di­cale et les patients.

    L’ingénieur d’application doit dis­po­ser de qua­li­tés indis­pen­sables telles que l’adaptation à toutes situa­tions, la péda­go­gie et l’observation afin d’être prêt à n’importe quelles épreuves. Il se déplace au sein des dif­fé­rents éta­blis­se­ments de san­té pour assis­ter les méde­cins lors des implan­ta­tions au bloc opé­ra­toire et lors des consul­ta­tions à l’hôpital ou en cabi­net pour assu­rer un ajus­te­ment opti­mal des dis­po­si­tifs. De plus, c’est aus­si lui qui assure la for­ma­tion conti­nue des méde­cins et de l’équipe para­mé­di­cale à l’utilisation et au fonc­tion­ne­ment de nou­veau pro­duit. Il est donc pri­mor­dial pour lui de com­prendre et de mai­tri­ser par­fai­te­ment l’ensemble des aryth­mies, des algo­rithmes et des modes de ges­tion des troubles du rythme ain­si que tous les temps opé­ra­toires des dif­fé­rentes pro­cé­dures d’implantations des nom­breux dis­po­si­tifs. De plus, il doit connaître l’ensemble des erreurs de mani­pu­la­tion récur­rentes de façon à recon­naitre l’évènement et donc anti­ci­per en for­mant les méde­cins sur ces erreurs. Ain­si, l’IA pos­sède une grande res­pon­sa­bi­li­té lors des implan­ta­tions et des consul­ta­tions puisqu’il sera sol­li­ci­té quo­ti­dien­ne­ment sur ces connais­sances afin de conseiller le méde­cin lors de cas com­plexes de patients ou, sur demande, résoudre un pro­blème tech­nique ou cla­ri­fier le fonc­tion­ne­ment d’un algo­rithme. Pour finir, l’IA en salle d’opération peut contri­buer à une réelle amé­lio­ra­tion conti­nue de l’ensemble des pro­duits pro­po­sés par Micro­Port CRM et des pro­gram­ma­teurs en trans­met­tant les infor­ma­tions les plus impor­tantes aux ingé­nieurs commerciaux.

    De plus, il dis­pose de dif­fé­rentes mis­sions sup­plé­men­taires qui per­mettent le bon fonc­tion­ne­ment des nom­breux dis­po­si­tifs. Il peut aus­si être ame­né à avoir un rôle de sup­port tech­nique dans la pose d’holter et dans la télé car­dio­lo­gie. La mis­sion d’un IA CRM est de s'assurer aus­si que les pro­duits de Micro­Port CRM soient uti­li­sés cor­rec­te­ment et de faire l’interface avec les dif­fé­rents ingé­nieurs com­mer­ciaux de sa région, l’équipe mar­ke­ting France ain­si que les dif­fé­rents dépar­te­ments de l'entreprise

    A. La mission de l’Ingénieur d’Application lors d’une implantation d’un dispositif cardiaque implantable

    La pre­mière étape dans le sui­vi d’un malade, pour un IA CRM chez Micro­Port CRM, consiste à implan­ter un dis­po­si­tif médi­cal dans une salle d’opération. Lors du début de cette pre­mière étape, le méde­cin choi­si­ra par­mi les dif­fé­rents pro­duits exis­tants, tels qu’un sti­mu­la­teur car­diaque, défi­bril­la­teur auto­ma­tique implan­table ou un CRT, le modèle le plus appro­prié (Simple, double ou triple chambre) pour trai­ter le ou les troubles du rythme du patient.

    L'IA CRM sera un sup­port tech­nique et cli­nique la plu­part du temps lors d’implantations de DAI et sur­tout de CRT-D, qui sont des inter­ven­tions très déli­cates, et rare­ment durant des implan­ta­tions de sti­mu­la­teurs car­diaques car, à l'exception du sti­mu­la­teur car­diaque triple chambre (CRT-P), cette implan­ta­tion n'introduit pas de com­plexi­té particulière.

    1. Présentation du matériel nécessaire pour l’implantation de DAI

    Lors de chaque inter­ven­tion il est néces­saire, pour l’IA, de com­men­cer à pré­pa­rer le maté­riel qui va être implan­té tel que les dif­fé­rentes sondes et le boi­tier (Micro­Port CRM) deman­dé par le car­dio­logue sti­mu­liste. Il existe plu­sieurs types de sondes, que l’IA doit connaitre, en fonc­tion de leurs pola­ri­tés, de leurs fixa­tions dans la cavi­té et de leurs types de connexion :

    • Type de pola­ri­té : Uni­po­laire ou bipo­laire (voir quadripolaire)
    • Type de fixa­tion (Figure 16)[43]
      • Pas­sive, aus­si nom­mée à barbe, qui se fixe dans la zone fibro­tique de l’oreillette ou du ven­tri­cule (Sonde XFine chez Micro­Port CRM).
      • Active, aus­si nom­mée à vis ou vis rétrac­table, qui se fixe dans le myo­carde de la cavi­té dans laquelle elle est (Sonde Vega ou SonR chez Micro­Port CRM
    • Type de connexion :
      • IS-1 ou IS-4 : sont des sondes de sti­mu­la­tion bipo­laire (IS-1) et qua­dri­po­laire (IS-4) à fixa­tion active ou passive.
      • DF-1 ou DF-4 : sont des sondes de défi­bril­la­tion, à fixa­tion active ou pas­sive qui vont conduire les thé­ra­pies anti-tachy­car­diques au patient. La sonde DF-1 pos­sède 3 connec­teurs (sti­mu­la­tion, défi­bril­la­tion VD et VCS) tan­dis que la sonde DF-4 pos­sède qu’un seul connecteur.
    Figure 16 : Fixations passive (haut) ou active (bas) (Source auteure)

    Concer­nant le boi­tier, comme expli­qué pré­cé­dem­ment, il existe des : simple chambre, double chambre ou triple chambre. Cepen­dant ils dif­fé­rent aus­si en fonc­tion de leurs connexions, l’IA doit donc faire atten­tion au type de connexion de sondes qui sont ins­crites sur le boi­tier. Si le méde­cin choi­sit un double chambre, le plus sou­vent, les connexions peuvent être IS-1, pour sti­mu­ler la cavi­té atriale droite (RA en anglais), et DF4, pour pou­voir pro­di­guer des thé­ra­pies dans la cavi­té ven­tri­cu­laire droite (RV en anglais) (Figure 17).

    Figure 17 : Connexion DAI double chambre (Source : auteure)

    Ain­si, l’ensemble du maté­riel implan­table rap­por­té par l’IA doit être cor­rec­te­ment véri­fié en fonc­tion des demandes du méde­cin tels que la date de non-confor­mi­té de l’ensemble du maté­riel implantable.

    Une fois que l’ensemble du maté­riel est pré­pa­ré l’IA doit se munir du pro­gram­ma­teur Micro­Port CRM qui est affi­lié au centre. Ce pro­gram­ma­teur a été conçu uni­que­ment pour les boi­tiers implan­tables de Micro­Port CRM, il est donc impos­sible d’interroger nos boi­tiers avec un autre pro­gram­ma­teur d’une marque concur­rente. Micro­Port CRM en dis­pose deux, un plus récent, la Smart Touch, et un plus ancien, l’Orchestra plus. Ce pro­gram­ma­teur lui per­met­tra dans un pre­mier temps d’interroger le DAI sélec­tion­né à l’aide d’une tête de télé­mé­trie et ensuite de le pro­gram­mer à dis­tance à l’aide d’une antenne RF (Figure 18) [42], [44].

    Figure 18 : Programmateur de MicroPort CRM : La Smart Touch avec sa tête de télémétrie (gauche) et son antenne RF (droite) (Source : auteure)

    L’ensemble boi­tier, sondes et pro­gram­ma­teur forment un sys­tème de défi­bril­la­tion qui doit être com­plet pour le bon dérou­le­ment de l’implantation.

    2. Procédure d’implantation pour des DAI

    Les pro­cé­dures d'implantation des défi­bril­la­teurs auto­ma­tiques implan­tables sont un peu plus longues que celles pour les pace­ma­kers. En effet, la pro­gram­ma­tion des DAI néces­site plus de temps puisqu'en plus de pro­gram­mer dans la par­tie bra­dy­car­die les thé­ra­pies de sti­mu­la­tions, il est néces­saire de pro­gram­mer dans la par­tie tachy­car­die des thé­ra­pies asso­ciées, ce qui est bien plus com­plexe. Lors de ces pro­cé­dures, il est essen­tiel pour le méde­cin et l'IA CRM de bien contrô­ler l'intégrité des sondes, des connec­tiques et le fonc­tion­ne­ment opti­mal du boi­tier afin de pou­voir assu­rer com­plè­te­ment la sécu­ri­té du malade. De plus, l’IA assure la sécu­ri­té du patient tout au long de la pro­cé­dure ; car c’est à lui qu’incombe la sti­mu­la­tion en cas de BAV, de pauses, ou de tachy­car­die. En effet, beau­coup de méde­cin s’attendent à ce que les IA soient leurs yeux sur l’ECG et le rythme du patient de façon à ce qu’ils soient réac­tifs lors d’un évènement.

    Pour ce genre de pro­cé­dure, l’IA CRM, est ame­né à tra­vailler avec un grand nombre de car­dio­logues sti­mu­listes, ce der­nier doit donc s'adapter conti­nuel­le­ment puisque chaque car­dio­logue pos­sède des habi­tudes de tra­vail dif­fé­rentes. Il est donc essen­tiel pour l'IA de connaitre les habi­tudes de chaque méde­cin et d’être très atten­tif pour que l'implantation rem­plisse ces objectifs.

    En ce qui concerne la pro­cé­dure dans sa glo­ba­li­té, elle com­mence, pour le car­dio­logue sti­mu­liste, au moment de ponc­tion­ner ou dis­sé­quer une veine et donc de posi­tion­ner les sondes dans les dif­fé­rentes cavi­tés du cœur. Selon les dif­fé­rents besoins du malade, le méde­cin peut implan­ter soit un DAI simple chambre avec une seule sonde de défi­bril­la­tion dans le VD, soit un DAI double chambre avec une sonde de défi­bril­la­tion dans le VD et une sonde de sti­mu­la­tion dans l’OD. Une fois que le méde­cin a ter­mi­né de fixer ces sondes, il va devoir conce­voir une poche natu­relle sous la peau, le plus sou­vent au niveau pré-pec­to­ral, afin de pou­voir y fixer le dis­po­si­tif. Enfin, l’ensemble des sondes sont vis­sées au dis­po­si­tif, puis rabat­tues der­rière celui-ci lorsque le tout est posi­tion­né dans la poche. A ce moment le méde­cin attend la confir­ma­tion des dif­fé­rents tests réa­li­sés par l’IA pour refer­mer l’incision [45].

    En ce qui concerne la mis­sion de l’IA CRM lors de cette pro­cé­dure d’implantation, elle se décom­pose en trois grandes étapes. La pre­mière étape pour lui, en arri­vant dans la salle d’opération, com­mence par véri­fier que l’ensemble du maté­riel (sondes, dis­po­si­tif, pro­gram­ma­teur et ces péri­phé­riques) soit conforme.  Puis, il va inter­ro­ger le dis­po­si­tif (encore dans sa boite) et réa­li­ser en prio­ri­té un temps de charge des conden­sa­teurs à 42 Joules, qui doit impé­ra­ti­ve­ment être infé­rieur à 13 secondes afin de garan­tir un fonc­tion­ne­ment opti­mal des thé­ra­pies du dispositif.

    Ce test est à uti­li­ser avec par­ci­mo­nie parce qu’il consomme de l’énergie. Ain­si, le rôle d’un IA CRM est de pro­gram­mer le boi­tier de façon à ce qu’il consomme le moins d’énergie afin que la bat­te­rie du dis­po­si­tif puisse durer le plus long­temps pos­sible (Figure 19).

    Figure 19 : Interrogation de l’appareil et test de temps de charge à 42J (Source : auteure)

    Par la suite, l’IA va com­men­cer par ren­sei­gner l’onglet « Patient » avec l’ensemble des infor­ma­tions qu’il aura récol­té (Figure 20). Puis il com­men­ce­ra à pré­pro­gram­mer les dif­fé­rents para­mètres et mode de stimulation/détection, de bra­dy­car­die, et de tachy­car­die (ATP et chocs maxi­mums à 42 Joules) en fonc­tion des dif­fé­rentes habi­tudes des méde­cins mais aus­si prin­ci­pa­le­ment en fonc­tion de l‘indication du patient (Figure 20). Ain­si, il est donc essen­tiel pour l’IA de connaitre toutes les patho­lo­gies liées aux troubles du rythme afin d’adapter au mieux les para­mètres et les modes à pro­gram­mer. De plus, à ce jour, les méde­cins demandent à ce que les patients soient sui­vi à dis­tance (télé­car­dio­lo­gie), dans ce cas-là, l’IA pro­gramme aus­si le sui­vis à distance.

    Figure 20 : Onglet patient puis onglet de thérapie de tachycardie à programmer (Source : auteure)

    De plus, pen­dant toute la durée de l’intervention l’IA doit ren­sei­gner un car­net patient qui indique que le por­teur dis­pose d’un DAI.

    Pour la deuxième étape, l’IA CRM doit revê­tir un gilet de plomb ain­si qu’un cache tyroïde puisque cette étape néces­site l’utilisation de Rayon X. Il doit faire preuve d’une grande obser­va­tion durant l’implantation, puisqu’il doit savoir où le car­dio­logue sti­mu­liste à posi­tion­ner les dif­fé­rentes sondes dans les cavi­tés, veiller à ce que la vis de chaque sonde est bien sor­tie et véri­fier qu’elles sont bien fixées aux parois mus­cu­laires du cœur (Figure 21). En ce qui concerne la posi­tion des sondes, qui seront à com­plé­ter dans l’onglet et le car­net patient, IA CRM doit savoir si la sonde est posi­tion­née dans l’auricule (endroit recom­man­dé) ou dans un autre endroit de l’oreillette, pour cela, il doit regar­der à la sco­pie si celle-ci fait un mou­ve­ment « d’essuie-glace ». Si c’est le cas alors la sonde est bien implan­tée dans l’auricule. Pour ce qui est du ven­tri­cule, il lui suf­fit de regar­der à la sco­pie si la sonde est par exemple implan­tée au niveau du sep­tum du ven­tri­cule ou au niveau de l’apex de celui-ci.  Enfin, pour ce qui est de savoir si la sonde VD est bien posi­tion­née dans le ven­tri­cule et pas dans l’oreillette par exemple, il suf­fit d’observer des petits sauts au niveau du corps de sonde.

    Figure 21 : Position des sondes IS-1 et DF-4 d'un DAI dans le cœur (Source : auteure)

    A chaque sonde fixée par le méde­cin, l’IA CRM va tes­ter leur empla­ce­ment selon la détec­tion (mV), l’impédance (admis entre 200 et 2000 Ohms), et le seuil de sti­mu­la­tion des sondes (défi­nis comme une ten­sion élec­trique mini­male appli­quée, en volt, durant un temps don­né, en mil­li­se­condes, pour géné­rer une contrac­tion mus­cu­laire car­diaque) avec un pro­gram­meur et ana­ly­seur de sti­mu­la­tion (PSA). En dehors de réa­li­ser l’ensemble de ces mesures, l’IA CRM doit aus­si pré­ve­nir le méde­cin lorsque les valeurs ne sont pas accep­tables. Pen­dant ce temps-là, le méde­cin va fixer les sondes à la peau, de façon à ce qu’elles ne bougent plus, puis il va deman­der le boi­tier à implan­ter. Une fois le boi­tier don­né, l’IA va récu­pé­rer l’étiquette avec le numé­ro de série de celui-ci et la col­ler dans le car­net patient. Lorsque le méde­cin, va s’apprêter à bran­cher les dif­fé­rentes sondes au boi­tier, l’ingénieur d’application doit être à ces cotés (à la tête du patient) afin de pou­voir conseiller ou véri­fier la connexion des dif­fé­rentes sondes dans le boi­tier. C’est à ce moment-là, où le dis­po­si­tif est bran­ché dans la poche pré-pec­to­ral, qu’il est néces­saire que l’IA effec­tue de nou­veau les dif­fé­rents tests avec le pro­gram­ma­teur de sa marque (Figure 22).

    Figure 22 : Tests d'impédance et de continuité des sondes, de détection et de seuil de stimulation (Source : auteure)

    Si les valeurs ne cor­res­pondent pas du tout aux valeurs du pre­mier test ou qu’elles abordent des valeurs limites, ain­si plu­sieurs pistes sont à explorer :

    • Soit la sonde s’est dépla­cée, dans ce cas il faut revé­ri­fier à la sco­pie si c’est vrai­ment le cas, il est néces­saire de la repositionner,
    • Soit le méde­cin a inter­ver­ti les sondes OD et VD dans les connec­teurs du DAI, dans ce cas il suf­fit de les véri­fier au niveau du boi­tier et de remettre les sondes dans leurs bons connecteurs,
    • Soit dans le cas le plus extrême, une rup­ture de la sonde, qui peut être due au moment où le méde­cin a fixé les sondes à la peau, dans ce cas pré­sent, le méde­cin doit inter­ve­nir à nou­veau pour chan­ger la sonde endommagée. 
    • Soit dans le cas le plus rare, un défaut au niveau du connec­teur du DAI.

    Atten­tion, il est pri­mor­dial de véri­fier au plus vite ces valeurs avant que le méde­cin referme l’incision du patient, de façon à ce qu’il n’est pas besoin de ré inter­ve­nir et donc de perdre du temps.

    Pour la der­nière étape, l’IA CRM doit deman­der à acti­ver les thé­ra­pies (choc et ATP) une fois que le méde­cin a refer­mé l’incision. Dès que celui-ci donne son accord, l’IA pro­gramme donc les thé­ra­pies et adapte au mieux les dif­fé­rentes pro­gram­ma­tions (bra­dy­car­die, tachy­car­die) en fonc­tion des demandes du méde­cin. L’activation des thé­ra­pies se réa­lise vrai­ment à la fin de l’intervention, car si le car­dio­logue sti­mu­liste emploie un bis­tou­ri élec­trique, l’outil pour­rait être détec­té par le dis­po­si­tif ce qui engen­dre­rait des arté­facts détec­tés (sur-détec­tion) et ain­si induire des chocs inutiles et inap­pro­priés.  A la suite de cela l’IA va faire le bon de livrai­son du DAI implan­té pour qu’il soit fac­tu­ré et renou­ve­lé. Pour finir, si l’IA n’a pas pu voir le patient avant l’intervention, il doit aus­si aller le voir en salle de réveil afin de lui par­ler du trans­met­teur (télé­car­dio­lo­gie). Pour infor­ma­tion, l’ensemble des numé­ros de série qui ont été récu­pé­ré pen­dant cette inter­ven­tion per­met, prin­ci­pa­le­ment, d’avoir une tra­ça­bi­li­té du maté­riel implan­té dans le patient, mais cela per­met aus­si de per­du­rer cette tra­ça­bi­li­té lors d’un chan­ge­ment de boitier.

    Autre­fois, l’induction, était constam­ment réa­li­sée afin de véri­fier la per­for­mance d’un DAI à détec­ter une tachy­car­die (TV) ou une fibril­la­tion ven­tri­cu­laire (FV) et à la trai­ter. A ce jours, l’induction n’est plus une pra­tique cou­rante durant la pre­mière pose d’un DAI, mais elle peut être réa­li­sée durant le chan­ge­ment d’un boi­tier afin de véri­fier l’intégrité de la sonde de défi­bril­la­tion. Ain­si, l’IA doit être à l’aise avec ce genre de pra­tique même si elle n’est pas sou­vent réalisée.

    Lors d’un chan­ge­ment de boi­tier, comme le nom l’indique, seul le boi­tier est chan­gé (à part si une sonde est défaillante, dans ce cas-là on rajoute une autre sonde simi­laire). L‘ensemble des sondes, quant à elles, sont tes­tées par l’IA CRM avec le pro­gram­ma­teur et le PSA, comme lors d’une pre­mière l’implantation, afin de véri­fier l’intégrité des sondes et si le patient est dépen­dant de son dis­po­si­tif (pro­cé­dure déli­cate à ce moment-là puisque l’IA CRM devra être prêt à sti­mu­ler le cœur du patient avec le PSA à tout moment). Cepen­dant, si le méde­cin à un doute sur une sonde de défi­bril­la­tion, il peut deman­der à ce qu’une induc­tion soit réalisée.

    Ain­si, l’induction a pour but d’induire une FV ou une TV au malade afin de véri­fier et de tes­ter la per­for­mance du DAI. En plus de tes­ter que le DAI soit apte à de déli­vrer un choc, le pro­cé­dé per­met éga­le­ment d’identifier l'énergie mini­male pou­vant stop­per la FV du patient. Dans cette approche, le rôle de l’IA CRM est de pro­gram­mer cor­rec­te­ment et minu­tieu­se­ment le dis­po­si­tif dans l’onglet EEP et d’induire une FV (par exemple) chez le patient. Pour cela, il existe deux méthodes bien distinctes :

    - La sti­mu­la­tion à 30 Hz (Figure 23) : est un qui per­met de réa­li­ser une sti­mu­la­tion à 30 Hz, un rythme rapide, sur une courte durée ce qui va pro­vo­quer une sou­daine accé­lé­ra­tion du rythme du cœur.

    Figure 23 : Induction par la stimulation à 30 Hz (Source : auteure)

    - Le choc sur l’onde T (Figure 24) : est un mode qui per­met d’appliquer un choc élec­trique d’une petite inten­si­té (0,8 Joules) sur l’onde T afin d’induire un trouble du rythme voir une FV. Une fois que le dis­po­si­tif à détec­ter l’arythmie celui-ci délivre un choc pour réta­blir la fonc­tion car­diaque du patient (voir un deuxième s’il n’est pas efficace).

    Figure 24 : Induction par un choc sur l'onde T (Source : auteure)

    Cepen­dant, pour ces deux méthodes, il est essen­tiel d’attendre que le malade syn­cope (ou sous anes­thé­sie géné­rale) avant d’administrer un choc puisqu’un choc est exces­si­ve­ment dou­lou­reux et trau­ma­ti­sant pour un patient, même s’il est infé­rieur à 10 Joules. Une fois le choc admi­nis­trer, il est néces­saire d’observer si le rythme du patient revient à la nor­mal ou si un deuxième est néces­saire. Ces dif­fé­rentes méthodes per­mettent donc de prou­ver la per­for­mance du DAI et de sa sonde de défi­bril­la­tion à détec­ter et trai­ter une aryth­mie ven­tri­cu­laire (FV).

    Un bilan qui retrace les prin­ci­pales mis­sions d’un ingé­nieur d’application CRM lors du dérou­le­ment d’une implan­ta­tion au bloc opé­ra­toire est dis­po­nible en Annexe 2.

    3. Procédure d’implantation pour des CRT

    La mis­sion de l’IA lors de la pro­cé­dure d’implantation d’un CRT (Car­diac Resyn­chro­ni­za­tion The­ra­py), ne dif­fère pas de celle des DAI. Cepen­dant les méde­cins ont besoin du sup­port tech­nique et cli­nique de l’IA, prin­ci­pa­le­ment, durant cette inter­ven­tion. En effet, l’IA va être sol­li­ci­té pour conseiller le méde­cin lors du pla­ce­ment de la sonde VG puisque cette pra­tique est la plus com­pli­quée de toutes les inter­ven­tions (Figure 25). L’objectif est de pas­ser la sonde VG dans le sinus coro­naire afin de la posi­tion­ner dans une veine anté­ro laté­rale (de pré­fé­rence) située au niveau du VG. Pour cela il est néces­saire de cathé­té­ri­ser le sinus coro­naire ce qui peut prendre plu­sieurs heures à le trou­ver, puis trou­ver une veine adé­quate qui pour­ra rece­voir la sonde. Ain­si, il est pri­mor­dial pour l’IA de connaitre tous les types de sondes gauche (IS-1, IS-4) des dif­fé­rentes marques afin de pou­voir conseiller le méde­cin sur celle qui sera la plus adap­tée à la forme et l’épaisseur de la veine ciblée. De plus, lors de cette inter­ven­tion il est pos­sible d’implanter une sonde auri­cu­laire SonR qui pos­sède la capa­ci­té de détec­ter les dif­fé­rents sons du cœur, de les ana­ly­ser et donc de chan­ger les para­mètres du dis­po­si­tif auto­ma­ti­que­ment de façon à four­nir une resyn­chro­ni­sa­tion car­diaque la plus opti­male possible.

    Figure 25 : Position de la sonde VG IS-4 d'un CRT-D dans le cœur (Source : auteure)

    B. La mission de l’Ingénieur d’Application CRM lors de consultations de suivis

    que leur boi­tier n’ait plus que quelque mois de bat­te­rie ( 6 mois). La fré­quence des consul­ta­tions de sui­vi peut aug­men­ter lorsqu’une com­pli­ca­tion menace la sécu­ri­té du patient ou lorsque le dis­po­si­tif se rap­proche des indi­ca­tions de chan­ge­ment. Dans cette situa­tion, le dis­po­si­tif implan­té doit donc être rem­pla­cé, et si les sondes sont tou­jours en bon état alors cette inter­ven­tion sera, nor­ma­le­ment, plus rapide que la pre­mière pose. Ces consul­ta­tions peuvent être faites dans un cabi­net de car­dio­lo­gie avec un car­dio­logue de ville, pour des pace­ma­kers, et à l’hôpital avec le car­dio­logue sti­mu­liste, pour des pace­ma­kers, des défi­bril­la­teurs et des CRT [45].

    Lors d’une consul­ta­tion de dis­po­si­tifs Micro­Port CRM, l’IA CRM tra­vaille en binôme avec le car­dio­logue sti­mu­liste du malade. Il assure donc un réel sui­vi des malades et assiste aux dif­fé­rentes consul­ta­tions post opé­ra­toires.  L’objectif de ces dif­fé­rentes consul­ta­tions est de véri­fier et de veiller à ce que le boi­tier du patient fonc­tionne cor­rec­te­ment depuis l’implantation de celui-ci et pour les jours à venir. Ces consul­ta­tions peuvent ser­vir aus­si lors d’un cas urgent, par exemple, lorsque l’appareil du patient a détec­té des troubles du rythme grave qui ont pu néces­si­ter des thé­ra­pies. Dans ce genre de cas, le rôle de l’IA est de véri­fier si le patient a réel­le­ment eu des troubles du rythme et dans quelle situa­tion, ou si l’appareil a été leur­ré et qu’il a donc pro­di­gué des thé­ra­pies inutiles et inap­pro­priées. Enfin, lorsqu’un patient doit pas­ser une IRM, il est indis­pen­sable que celui-ci passe par une consul­ta­tion de façon à ce que le méde­cin, ou l’IA s’il est pré­sent aus­si, pro­tège le dis­po­si­tif mais aus­si le patient en pro­gram­mant un mode asyn­chrone sur l’appareil le temps que le patient passe son exa­men médi­cal. Un fois l’IRM pas­sée par le malade, avant qu’il ne rentre à son domi­cile, celui-ci doit reve­nir en consul­ta­tion de façon à remettre les para­mètres de base [44].

    Par consé­quent, l’ensemble des consul­ta­tions post opé­ra­toire de sui­vis consti­tuent aus­si une par­tie non négli­geable du champ d’action de l’IA CRM. Pen­dant ces consul­ta­tions, les car­dio­logue sti­mu­liste ou de ville, peuvent poser de nom­breuses ques­tions allant de ques­tions tech­niques sur le fonc­tion­ne­ment des dif­fé­rents algo­rithmes du dis­po­si­tif à des dis­cus­sions sur les mul­tiples méthodes pour pro­gram­mer de façon opti­mum le dis­po­si­tif implanté.

    1. Echanges au près du patient et réalisation de tests

    L’IA CRM est pré­sent lors des consul­ta­tions de sui­vis de dis­po­si­tif de sa marque. Il sera donc en contact avec le méde­cin mais aus­si le patient, qui lui, s’interroge assez sou­vent sur son dis­po­si­tif implan­té. Un échange entre le patient ain­si que le car­dio­logue et l’IA peut alors débu­ter juste avant le contrôle du boi­tier. Pour ce qui est du contrôle du dis­po­si­tif, il se fera de la même manière que lors de l’implantation. Ain­si, il va com­men­cer par inter­ro­ger le dis­po­si­tif, en posant la tête de télé­mé­trie sur celui-ci (Figure 26).

    Figure 26 : Interrogation du dispositif (Source : auteure)

    La pre­mière action que l’IA va réa­li­ser est de contrô­ler les valeurs d’impé­dance et de conti­nui­té de coil (de la sonde de défi­bril­la­tion), de détec­tion afin de voir s’il y a des réglages à chan­ger et si le patient est dépen­dant de son dis­po­si­tif ou non, et de seuil de sti­mu­la­tion des dif­fé­rentes sondes. Une fois ces contrôles effec­tués, l’IA aura une idée de leur carac­tère défec­tueux ou du dépla­ce­ment de la sonde. Si c’est le cas, alors un chan­ge­ment de sonde est néces­saire. Une fois ces tests réa­li­sés et enre­gis­trés dans l’onglet résu­mé, il va annon­cer au méde­cin les pour­cen­tages de sti­mu­la­tion et de détec­tion du dis­po­si­tif, la lon­gé­vi­té de la bat­te­rie en année ou en mois et les valeurs des tests qu’il vient de réa­li­ser (Figure 27). De plus, sur l’onglet résu­mé, il est pos­sible de voir l’ensemble des épi­sodes de troubles du rythme que l’appareil à enre­gis­trer. Il est impor­tant durant cette étape pour l’IA de ne pas énon­cer devant le patient lorsqu’il y a un pro­blème. Pour cela, il doit seule­ment énon­cer les dif­fé­rentes valeurs au méde­cin, qui lui, com­pren­dra s’il y a un dys­fonc­tion­ne­ment avec le dis­po­si­tif. Ain­si, dans la situa­tion où un pro­blème est sou­le­vé, l’objectif de l’IA CRM est alors de dis­cu­ter avec le méde­cin des modi­fi­ca­tions de para­mètre à réa­li­ser afin d’optimiser au mieux le dis­po­si­tif sans oublier de tenir compte du bénéfice/risque pour le malade.

    Figure 27 : Onglet de résumé de la programmation du dispositif et des valeurs des différents tests (Source : auteure)

    A la suite de ces pre­miers tests et d’une véri­fi­ca­tion géné­rale du boi­tier, l’IA doit véri­fier plus en pro­fon­deur, avec le méde­cin, si les dif­fé­rents para­mètres mis en place ont été effi­caces et donc adap­tés au patient. Pour cela, il devra ana­ly­ser les mémoires du dis­po­si­tif. De plus, il peut être inté­res­sant de com­mu­ni­quer avec le patient, afin de voir avec lui s’il a res­sen­ti des symp­tômes ces der­niers mois tels que de la gêne, des pal­pi­ta­tions, des étour­dis­se­ments de la fatigue ou même fait une syn­cope. Ces infor­ma­tions per­met­tront d’aiguiller les recherches dans les mémoires.

    2. Analyse des mémoires du dispositif cardiaque

    La mis­sion pri­mor­diale, pour l’IA et méde­cin, lors des consul­ta­tions de sui­vi est la véri­fi­ca­tion des mémoires, nom­mées AIDA (Auto­ma­tic Inter­pre­ta­tion for Diag­no­sis Assis­tance) chez Micro­Port CRM. Ces mémoires regroupent l’ensemble des évè­ne­ments (épi­sodes de BAV, TV, FV et autres) enre­gis­trés qui sont appa­rus depuis l’implantation ou la pré­cé­dente consul­ta­tion. Ce qui a été enre­gis­tré est pri­mor­dial pour le car­dio­logue, puisque ça lui per­met de choi­sir le trai­te­ment le plus appro­prié pour le patient et de véri­fier le bon fonc­tion­ne­ment du dis­po­si­tif.  Pour cela, IA CRM doit ana­ly­ser l’ensemble des tra­cés qui sont enre­gis­trés, de façon à confir­mer ou infir­mer les ana­lyses du dis­po­si­tif. Ain­si, il doit connaitre l’ensemble des dif­fé­rentes spé­ci­fi­ci­tés de chaque trouble du rythme pour pou­voir les recon­naître et dire au méde­cin si l’appareil a cor­rec­te­ment fonc­tion­né ou non. Il doit aus­si par­fai­te­ment maî­tri­ser l’ensemble des fonc­tion­na­li­tés de chaque dis­po­si­tifs de façon à expli­quer au méde­cin pour­quoi, par exemple, l’appareil est pas­sé d’un mode AAI à un mode DDD (mode SafeR). Il peut aus­si pro­po­ser au méde­cin de mettre en place dif­fé­rents algo­rithmes tels que SAM, s’il est sus­pec­té des troubles d’apnée du som­meil chez le patient, ou de chan­ger dif­fé­rents para­mètres en fonc­tion des résul­tats des tests qui ont été réalisé.

    De plus, en ana­ly­sant les mémoires il est pos­sible que l’IA observe sur un épi­sode, consi­dé­rer comme de la FV, des inter­fé­rences ou des arté­facts qui leurrent l’appareil, tels que du 50Hz, des myo­po­ten­tiels, ou dans le pire des cas un défaut de conduc­teur sur une sonde (chan­ge­ment de sonde néces­saire). Lorsque ce genre d’évènements appa­rait ponc­tuel­le­ment et sur les sondes, il est donc impor­tant d’échanger avec le patient afin de savoir ce que celui-ci fai­sait pen­dant ces dif­fé­rents évè­ne­ments. Ain­si, il est essen­tiel pour l’IA CRM de savoir faire la dis­tinc­tion entre un réel évè­ne­ment de FV sui­vit d’un choc et des arté­facts (Figure 28).

    Figure 28 : Différence entre un épisode de FV dû à des artéfacts (gauche) et dû à une réelle FV (droite) (Source : auteure)

    Enfin, l’ultime but pour l’IA sera de pré­ser­ver au maxi­mum la bat­te­rie du dis­po­si­tif, en pro­gram­mant les dif­fé­rents algo­rithmes de façon à ce qu’ils détectent et réagissent, avec un mini­mum d’énergie, de manière adap­tée au rythme du malade afin d’éviter un chan­ge­ment pré­coce du dis­po­si­tif. Cepen­dant, aucun chan­ge­ment de para­mètre n’est effec­tué sans l’accord du médecin.

    3. Cas concrets d’une consultation d’un DAI double chambre

    e Mar­di 05 avril 2022, lors d’une consul­ta­tion d’un patient, por­tant un DAI double chambre, en ouvrant la ses­sion il a été décou­vert dans l’onglet résu­mé dif­fé­rents épi­sodes de FV dont 32 non trai­tés et 1 épi­sode trai­té par un choc (Figure 29). Pour­tant, le patient indi­quait que tout allait bien. Dans ce genre de cas, il est donc essen­tiel de com­prendre l’origine de ces épi­sodes. C’est pour cela que dif­fé­rents tests et dif­fé­rentes obser­va­tions sont réalisés.

    Figure 29 : Ecran résumé du patient (Source : auteure)

    Les para­mètres élec­triques des sondes, dont les tests d’impédances, de seuils et de détec­tions sont tous appa­rus nor­maux. Suite à un grand nombre d’épisodes non trai­tés, il est sus­pec­té une sur-détec­tion ven­tri­cu­laire. De ce fait, il est néces­saire de véri­fier la pro­gram­ma­tion des zones de fré­quences de tachy­car­dies. Après quoi, il faut véri­fier dans les mémoires AIDA, les courbes et les his­to­grammes. En par­ti­cu­lier celles de l’auto détec­tion atrial et ven­tri­cu­laire qui per­met de don­ner des infor­ma­tions sur la détec­tion des ondes P et R en fonc­tion de la sen­si­bi­li­té pro­gram­mée (Figure 30). Dans ces his­to­grammes, il est remar­qué des ondes R proches de la valeur mini­male de sen­si­bi­li­té durant des VT et des VF. Cela nous per­met de conti­nuer à sus­pec­ter une sur-détec­tion ventriculaire.

    Figure 30 : Histogrammes de sensibilités des ondes R (Source : auteure)

    Afin de confir­mer ces hypo­thèses il est essen­tiel d’ouvrir les dif­fé­rents épi­sodes de VF et de les ana­ly­ser. Lors de l’observation de l’électrocardiogramme intra­car­diaque (EGM), il a été détec­té des signaux qui n’évoquaient pas une acti­vi­té élec­trique car­diaque en plus des signaux phy­sio­lo­giques. Il y a donc bien une sur-détec­tion au niveau de la sonde ven­tri­cu­laire et non une réelle tachy­car­die ou fibril­la­tion ven­tri­cu­laire (Figure 31). Le patient a donc reçu un choc inapproprié.

    Figure 31 : Episode de Fibrillation Ventriculaire enregistré par le dispositif (Source : auteure)

    Mais la ques­tion est pour­quoi ? Pour répondre à cette ques­tion il faut deman­der au patient qu’est-ce qu’il était en train de faire durant ces jours où l’appareil a détec­té quelque chose d’anormale ?

    Le patient en ques­tion, était chez le kiné­si­thé­ra­peute durant ces jours avec des élec­trodes col­lées dans le dos. Cepen­dant durant ses séances de kiné­si­thé­ra­pies, ses sti­mu­la­tions ont été cap­tées par la sonde ven­tri­cu­laire et consi­dé­rées comme un signal pro­ve­nant du ven­tri­cule, cau­sant ain­si un choc inap­pro­prié. Suite à ces révé­la­tions et a une dis­cus­sion avec le méde­cin il a été déci­dé de chan­ger la valeur de la sen­si­bi­li­té et de l’augmenter en pas­sant de 0,4mv à 0,6mv de façon à ce que l’appareil ne détecte plus les signaux en des­sous de 0,6mV. De cette façon, si ce genre d’événements (la sur-détec­tion) venaient à ré appa­raitre, ils ne seraient pas trai­tés. Il est aus­si pos­sible en plus de modi­fier cer­tains para­mètres du dis­po­si­tif médi­cal de façon à évi­ter d’autres chocs inap­pro­priés tels que la per­sis­tance de l’évènement avant choc. De plus, le kiné­si­thé­ra­peute a été aver­ti de ne pas réité­rer cette pra­tique avec des patients por­tant un dis­po­si­tif car­diaque implantable.

    C. L’Ingénieur d’Application et ces missions supplémentaires

    Outre le fait que l’IA doit être un bon sup­port tech­nique au bloc opé­ra­toire et en consul­ta­tion afin d’assurer le réglage le plus opti­mal des dis­po­si­tifs car­diaques implan­tables, il doit savoir faire preuve de péda­go­gie lors de la for­ma­tion des méde­cins aux nou­veaux pro­duits par exemple. Il doit avoir un bon rela­tion­nel avec les méde­cins et le per­son­nel para­mé­di­cal tel que les infirmiers.ère, les anes­thé­sistes et les pharmaciens.ennes pour une bonne entente lors des dif­fé­rentes pro­cé­dures mais aus­si parce que l’IA est l’image de sa socié­té. En dehors des pro­cé­dures d’implantation et de consul­ta­tions, l’IA pos­sède d’autres mis­sions qui sont toutes aus­si importantes.

    1. Gestion des stocks et des mises à jour

    La ges­tion des stocks, est essen­tielle, elle concerne les pace­ma­kers, les défi­bril­la­teurs, les CRT, les sondes, les pro­gram­ma­teurs et tout ce qui est en rap­port avec celui-ci tels que la tête de télé­mé­trie, son adap­ta­teur et l’antenne de radio­fré­quence. Elle est réa­li­sée dans les dif­fé­rents éta­blis­se­ments de san­té, aus­si bien dans des centres hos­pi­ta­liers, que des cli­niques et même dans des cabi­nets de car­dio­lo­gie. Elle est aus­si réa­li­sée sur le stock per­son­nel de l’IA. Afin de gérer ces stocks un inven­taire est réa­li­sé dans le but de sur­veiller et maî­tri­ser ce qui est dis­po­nible de ce qui ne l’est plus et d’agir en consé­quence. De plus, l’IA est ame­né à réa­li­ser des mises à jour sur l’ensemble des pro­gram­ma­teurs de sa région afin de cor­ri­ger cer­taines ano­ma­lies. Il est donc néces­saire que des mises à jour soient effec­tuées sur l’ensemble des programmateurs.

    Il peut être aus­si ame­né à tes­ter et juger les mises à jour futures pour l’équipe de recherche et développement

    2. Collaboration avec les autres départements de l’entreprise

    L’Ingénieur d’application doit assu­rer le par­tage d’informations sur les dif­fé­rents pro­duits de son domaine ain­si que sur les dif­fé­rentes pro­blé­ma­tiques tech­niques qui ont été ren­con­trées au bloc opé­ra­toire ou lors de consul­ta­tions de sui­vis. Il est donc cru­cial pour lui d’être en étroite col­la­bo­ra­tion avec les équipes en mar­ke­ting, pour les remon­tées d’informations et pour les for­ma­tions conti­nues du corps médi­cal, sur­tout avec l’équipe de maté­rio­vi­gi­lance afin de trans­mettre toutes infor­ma­tions sur les pro­duits défaillants et en connaître les causes, mais aus­si avec le dépar­te­ment de Recherche Cli­nique où l’IA devra prendre part à la mise en place des dif­fé­rentes études réa­li­sées (Ex : Etudes sur les sondes).

    3. Support technique dans la pose d’holter et pour la télé cardiologie

    L’ingénieur d’application a éga­le­ment pour mis­sion de s’occuper du sup­port tech­nique lors de la pose d’Holters non inva­sifs (Spi­der­Flash = enre­gis­treurs d’évènements) dans les dif­fé­rents éta­blis­se­ments de san­té. L’IA pour­ra don­ner des conseils au méde­cin lors de diag­nos­tics et d’analyses tech­niques des ECG des patients. L’IA est aus­si sol­li­ci­té sur des cas de télé car­dio­lo­gie pour relayer le ser­vice de télé car­dio­lo­gie de Micro­Port CRM et les centres de télé car­dio­lo­gie, ou pour don­ner des conseils tech­niques concer­nant des rap­ports de télé car­dio­lo­gie au médecin.

    IV. Bilan personnel et professionnel

    A. Difficultés rencontrées

    Durant ce stage de fin d’études, j’ai pu tra­vailler en tant qu’Ingénieur d’Application (IA) en Mana­ge­ment du Rythme Car­diaque (CRM). Il a été gra­ti­fiant pour moi de faire par­tie d’une entre­prise mon­diale humaine qui accorde la prio­ri­té aux patients. Cepen­dant, j’ai été confron­té à cer­taines pro­blé­ma­tiques qui ont néces­si­té une prise de recul essen­tiel afin de savoir les gérer.

    L’une des prin­ci­pales dif­fi­cul­tés à laquelle j’ai dû faire face, a été d’assimiler et maî­tri­ser l’ensemble des troubles du rythme et les algo­rithmes des dif­fé­rents dis­po­si­tifs médi­caux. En effet, l’ensemble des dif­fé­rentes for­ma­tions ont été très intenses durant 4 semaines et étaient dis­pen­sées en anglais. Ne connais­sant rien au domaine de la ryth­mo­lo­gie, cela a été une réelle épreuve que de réus­sir à assi­mi­ler 80% du pro­gramme en si peu de temps. J’ai dû faire preuve de déter­mi­na­tion et de per­sé­vé­rance afin de réus­sir l’ensemble des for­ma­tions et acqué­rir des connais­sances solides ain­si que des com­pé­tences essen­tielles pour être cer­ti­fiée et deve­nir un IA CRM. Une autre pro­blé­ma­tique que j’ai ren­con­tré était liée à l’environnement au sein du bloc opé­ra­toire et à mes connais­sances cli­niques et techniques.

    En effet, les car­dio­logues sti­mu­liste sont des pro­fes­sion­nels très poin­tilleux et exi­geants, qui deman­daient un cer­tain niveau de connais­sances et de maî­trise pour inter­ve­nir avec eux. Ce qui pou­vait être très désta­bi­li­sant et impres­sion­nant au début de mes pre­mières implan­ta­tions et consul­ta­tions de sui­vi. Néan­moins, ma confiance en moi, mon auto­no­mie, et ma proac­ti­vi­té dans ce domaine, m’ont per­mis d’acquérir les connais­sances et com­pé­tences néces­saires pour mener à bien les dif­fé­rentes mis­sions qui m’étaient confiées. De plus, il m’est arri­vée par moments de me sen­tir débor­der face aux dif­fé­rentes situa­tions qui m’étaient encore jusqu’alors mécon­nues. En effet, au vu de ce milieu exi­geant, mes col­lègues ont sou­hai­té très rapi­de­ment que j’effectue un tra­vail de qua­li­té. Etant très proac­tive, rigou­reuse et avec la volon­té de réus­sir, j’ai su réagir en consé­quence et m’adapter à cette expérience.

    Ce stage a aus­si impo­sé une cer­taine contrainte car il a deman­dé une dis­po­ni­bi­li­té constante. En effet, notre agen­da change quo­ti­dien­ne­ment, soit en rai­son d’annulations ou d’urgences qui s’ajoutent dans la jour­née. Il était donc néces­saire pour moi d’être constam­ment atten­tive et réac­tive vis-à-vis de la sol­li­ci­ta­tion de mes col­lègues. Mais aus­si de savoir anti­ci­per le moindre évè­ne­ment et de m’adapter aux dif­fé­rents besoins des méde­cins et des patients. Ce qui n’a pas tou­jours été facile. Sans comp­ter toutes ces dif­fi­cul­tés aux­quelles j’ai été confron­té, la vie à Paris à éga­le­ment bou­le­ver­ser mes habi­tudes. En effet, étant une bonne par­tie du temps en dépla­ce­ment pour aller dans les dif­fé­rents éta­blis­se­ments de san­té, j’ai dû faire preuve d’une grande anti­ci­pa­tion quant au tra­fic pari­sien.  Ce qui au début de mon stage a été com­pli­qué à gérer. Cepen­dant, j’ai su m’adapter petit à petit à ce nou­veau mode de vie et à réus­sir à gérer l’ensemble de mes déplacements.

    Enfin, il a été com­pli­qué pour moi d’allier mon tra­vail en tant qu’étudiante et en tant que sta­giaire Ingé­nieur d’Application au sein de Micro­Port CRM. Mais avec beau­coup d’organisation j’ai su trou­ver un équi­libre pour m’investir com­plè­te­ment à tra­vers ces deux missions.

    B. Apports du stage

    Depuis le début de mon stage, l’ensemble des mis­sions qui m’ont été confiées par mes col­lègues m’ont aidée à me déve­lop­per tant pro­fes­sion­nel­le­ment que per­son­nel­le­ment. Il a été pour moi une réelle oppor­tu­ni­té parce qu’il m’a per­mis de rejoindre une équipe soli­daire, de décou­vrir un domaine fas­ci­nant, d’approfondir et de concré­ti­ser mon pro­jet pro­fes­sion­nel. Ain­si, grâce à l’ensemble des équipes de for­ma­tion, Mar­ke­ting, d’Ingénieurs d’Applications et des res­pon­sables com­mer­ciaux de France, j’ai pu acqué­rir et per­fec­tion­ner mes com­pé­tences en phy­sio­pa­tho­lo­gie, en tech­ni­ci­té (sur les pro­duits de Micro­Port CRM), en rela­tion­nel avec le per­son­nel médi­caux-soi­gnant et les patients, et en langue anglaise.

                    Le domaine du CRM est un envi­ron­ne­ment riche et en évo­lu­tion per­ma­nente. C’est pour­quoi, l’adaptation est l’une des qua­li­tés pri­mor­diales qui doit être maî­tri­sée dans le monde du CRM. Car les décou­vertes évo­luent constam­ment avec de nou­velles pra­tiques d’implantation et de nou­veaux dis­po­si­tifs médi­caux pos­sé­dant tou­jours plus de fonc­tion­na­li­tés. J’apprécie le métier d’IA et d’utiliser mes capa­ci­tés d’adaptation par un dis­cours et un com­por­te­ment adap­té en fonc­tion de chaque inter­lo­cu­teur que ce soit un col­lègue de l’entreprise, un méde­cin, un per­son­nel para­mé­di­cal ou un patient et de leur appor­ter des réponses à leurs ques­tions. De plus, j’ai trou­vé cela très gra­ti­fiant d’être impli­quée dans les soins des patients souf­frant de mala­dies car­diaques et en par­ti­cu­lier de troubles de rythme. Cela m’a per­mis de prendre conscience de l’importance de ce métier et mon uti­li­té en ce monde.

                    Après avoir été cer­ti­fiée, j’ai com­men­cé à exer­cer le métier en auto­no­mie, et ain­si assis­ter mes col­lègues. De plus, mes qua­li­tés sociales m’ont aidée à m’intégrer cor­rec­te­ment à l’équipe Paris-Ouest ain­si qu’avec l’ensemble des employés de Micro­Port CRM avec les­quelles j’ai eu l’opportunité d’échanger. Ma façon d’être ain­si que ma curio­si­té pour ce domaine qu’est la ryth­mo­lo­gie m’ont aidé à réus­sir à éta­blir un bon rela­tion­nel avec les méde­cins, les infir­mières, les phar­ma­ciens et sur­tout avec les patients.

                    Au total lors de mon stage, j’ai par­cou­ru plus de 15 000 km sur ma région Paris-Ouest et sur les autres régions de France, en inter­ve­nant en binôme pour des implan­ta­tions, des consul­ta­tions de sui­vis, des chan­ge­ments de maté­riels, des mises à jour et des inven­taires. De plus, j’ai effec­tué des mis­sions dans les dif­fé­rentes régions de France avec mes col­lègues, IA comme res­pon­sables com­mer­ciaux, afin qu’ils puissent me trans­mettre leur dif­fé­rente façon de tra­vailler. En voya­geant à tra­vers la France, j’ai pris conscience de l’importance d’être auto­nome et de la par­faite connais­sance de la théo­rie pour une bonne appli­ca­tion. C’est pour­quoi la for­ma­tion d’IA CRM dure mini­mum six mois afin d’être opé­ra­tion­nelle et experte en la matière. J’ai éga­le­ment vécu l’aspect soli­taire de la pro­fes­sion lors des diverses inter­ven­tions. Cepen­dant, mes col­lègues m’ont tou­jours appris à res­ter en contact avec eux pour res­ter une équipe soli­daire à l’écoute les uns des autres. A ce jour, je peux affir­mer que j’ai la capa­ci­té d’effectuer des pro­cé­dures d’implantations et des consul­ta­tions de sui­vis de pace­ma­ker en auto­no­mie et bien­tôt celles de défi­bril­la­teurs auto­ma­tiques implan­tables ain­si que de CRT. 

    Pour finir, ce stage de fin d’étude a été enri­chis­sant. Cela m’a ame­né à confor­ter mon attrait pour le domaine de la car­dio­lo­gie et par­ti­cu­liè­re­ment la ryth­mo­lo­gie. J’ai eu la chance, dans le cadre de ce stage, de com­men­cer à m’épanouir dans un métier qui me plait et me fas­cine de jour en jour. Ce contact quo­ti­dien avec le per­son­nel médi­co-soi­gnant et les patients est deve­nu pour moi impor­tant et gra­ti­fiant. C’est pour cela, que je suis convain­cu d’avoir trou­vé ma voie pro­fes­sion­nelle grâce à ce stage.

    Conclusion

    L’humanité est confron­tée aux nom­breux arrêts car­diaques, à la réduc­tion de la qua­li­té de vie et au dan­ger d’engendrer voire aggra­ver des patho­lo­gies conco­mi­tantes. Leur trai­te­ment est donc une prio­ri­té pour l’entreprise Micro­Port CRM. Ain­si, l’ingénieur d’application CRM pos­sèdent de nom­breuses mis­sions capi­tales dans la prise en charge des patients atteints de troubles du rythme. Il doit être en mesure de répondre cor­rec­te­ment aux ques­tions for­mu­lées lors des dif­fé­rentes implan­ta­tions ain­si que lors de consul­ta­tions de sui­vis. Au cours de ce stage, mon par­cours sco­laire a gran­de­ment faci­li­té mon inté­gra­tion chez Micro­Port CRM. En effet, mes com­pé­tences en ana­to­mie, phy­sio­pa­tho­lo­gie et mon inté­rêt pour la car­dio­lo­gie, en par­ti­cu­lier la ryth­mo­lo­gie, m’ont aidé à mener à bien ce stage. De plus, cela m’a per­mis de décou­vrir un milieu pas­sion­nant, de déve­lop­per de nom­breuses com­pé­tences à la fois cli­niques et tech­niques et de deve­nir une experte dans la ges­tion des troubles du rythme. La rigueur, l’adaptabilité et le bon rela­tion­nel sont des qua­li­tés et com­pé­tences que j’ai acquis pour pou­voir mener à bien mon pro­jet professionnel.

    Par­ti­ci­per à ce monde de la meilleure façon qui soit est une prio­ri­té pour moi. Je suis fière de mettre mes com­pé­tences acquises lors de mon par­cours d’études et pro­fes­sion­nel au ser­vice d’une entre­prise nova­trice et lea­der dans le soin de haute tech­no­lo­gie médi­cale. C’est un hon­neur de contri­buer à sau­ver et péren­ni­ser des vies grâce à ce métier d’ingénieur d’application CRM. 

    Je suis impres­sion­née par les décou­vertes tech­no­lo­giques des dis­po­si­tifs médi­caux de pré­ci­sion et d’utilité vitale pour l’être humain. En effet, les défi­bril­la­teurs auto­ma­tiques implan­tables sont d’une tech­ni­ci­té si minu­tieuse et per­for­mante qu’ils m’offrent cette pos­si­bi­li­té de par­ti­ci­per à l’évolution de la méde­cine et de la vie. Cela confirme mon inté­rêt pour ce domaine d’activité pro­fes­sion­nelle et ma volon­té d’y pour­suivre mon parcours.

    Références bibliographiques

    [1]          S. Anys et al., « Mort subite, en quête d’une explication », Ann. Cardiol. Angéiologie, vol. 70, no 3, p. 129‑135, juin 2021, doi : 10.1016/j.ancard.2021.03.002.

    [2]          V. Waldmann et E. Marijon, « Troubles du rythme cardiaque : diagnostic et prise en charge », Rev. Médecine Interne, vol. 37, no 9, p. 608‑615, sept. 2016, doi : 10.1016/j.revmed.2015.12.032.

    [3]          W. Bougouin et al., « Characteristics and prognosis of sudden cardiac death in Greater Paris : population-based approach from the Paris Sudden Death Expertise Center (Paris-SDEC) », Intensive Care Med., vol. 40, no 6, p. 846‑854, juin 2014, doi : 10.1007/s00134-014-3252-5.

    [4]          R. Garcia, « Mort subite – Cardiopathie ischémique – Défibrillation cardiaque », These de doctorat, Poitiers, 2020. Consulté le : 18 juin 2022. [En ligne]. Disponible sur : https://www.theses.fr/2020POIT1402

    [5]          « L’OMS lève le voile sur les principales causes de mortalité et d’incapacité dans le monde : 2000-2019 », 9 décembre 2020. https://www.who.int/fr/news/item/09-12-2020-who-reveals-leading-causes-of-death-and-disability-worldwide-2000-2019 (consulté le 25 juin 2022).

    [6]          « History », Microport. https://microport.com/en/about-us/history (consulté le 18 juin 2022).

    [7]          « Purpose and Values », Microport. https://microport.com/en/about-us/purpose-and-values (consulté le 18 juin 2022).

    [8]          « Cardiac Rhythm Management », Microport. https://microport.com/en/healthcare-professional/cardiac-rhythm-management-home-page (consulté le 11 juin 2022).

    [9]          S. G. Priori et al., « 2015 ESC Guidelines for the management of patients with ventricular arrhythmias and the prevention of sudden cardiac death : The Task Force for the Management of Patients with Ventricular Arrhythmias and the Prevention of Sudden Cardiac Death of the European Society of Cardiology (ESC). Endorsed by : Association for European Paediatric and Congenital Cardiology (AEPC) », Eur. Heart J., vol. 36, no 41, p. 2793‑2867, nov. 2015, doi : 10.1093/eurheartj/ehv316.

    [10]        « About Us | Microport ». https://microport.com/about-us# (consulté le 20 mai 2022).

    [11]        « Purpose and Values », Microport. https://microport.com/en/about-us/purpose-and-values (consulté le 11 juin 2022).

    [12]        « Home - Page d’accueil », MicroPort (Source interne), 2022. https://microportfra.sharepoint.com/SitePages/fr/Home.aspx (consulté le 24 juin 2022).

    [13]        Club ETI - Île de France, « MICROPORT CRM », Club ETI - Ile de france, 2021. https://www.clubeti-idf.fr/listing/microportcrm/ (consulté le 11 juin 2022).

    [14]        ResearchAndMarkets, « Global Implantable Cardioverter Defibrillators (Cardiovascular) Market Report 2022 Featuring Medtronic, Abbott Laboratories, Boston Scientific, Biotronik, & MicroPort Scientific », 16 mars 2022. https://www.businesswire.com/news/home/20220316005573/en/Global-Implantable-Cardioverter-Defibrillators-Cardiovascular-Market-Report-2022-Featuring-Medtronic-Abbott-Laboratories-Boston-Scientific-Biotronik-MicroPort-Scientific---ResearchAndMarkets.com (consulté le 24 juin 2022).

    [15]        Pierre M., « Cardiologie : Généralités sur le coeur, Rythme cardiaque, Structure Anatomique », Santé sur le Net, l’information médicale au cœur de votre santé, 14 octobre 2015. http://dev.ssn.fr/fiches-info/generalites-sur-le-coeur/ (consulté le 23 mai 2022).

    [16]        SANOFI, « La circulation sanguine », Agir Thrombose, agir sur la thrombose, 2021. https://www.agir-thrombose.fr/coeur-et-vaisseaux/circulation-sanguine (consulté le 24 juin 2022).

    [17]        E. Docteur Mervoyer, « Bases de la cardiologie », Université médicale virtuelle francophone, 2009. http://campus.cerimes.fr/semiologie-cardiologique/enseignement/cardiologie/site/html/2_2.html (consulté le 24 juin 2022).

    [18]        J. R. Hampton, L’ECG facile. 2015.

    [19]        Robinet S, Van Casteren L, Delcour A, Lancellotti P, « Les Troubles du Rythme Cardiaque sévères », 2018, Consulté le : 6 juin 2022. [En ligne]. Disponible sur : https://orbi.uliege.be/bitstream/2268/234388/1/20180506_07.pdf

    [20]        Fédération Française de Cardiologie, « L’activité électrique du cœur », FFC, 23 août 2016. https://fedecardio.org/je-m-informe/l-activite-electrique-du-coeur/ (consulté le 23 mai 2022).

    [21]        « Tout savoir sur les troubles du rythme cardiaque », Fondation pour la Recherche Médicale. https://www.frm.org/recherches-maladies-cardiovasculaires/troubles-du-rythme-cardiaque/focus-sur-les-troubles-du-rythme-cardiaque (consulté le 11 juin 2022).

    [22]        « Symptômes, diagnostic et évolution des troubles du rythme cardiaque », L’assurance Maladie, Ameli, 11 février 2022. https://www.ameli.fr/moselle/assure/sante/themes/trouble-rythme-cardiaque/symptomes-diagnostic-evolution (consulté le 11 juin 2022).

    [23]        « SPIDERFLASH », Microport. https://microport.com/en/healthcare-professional/cardiac-rhythm-management/arrhythmia-assessment/spiderflash (consulté le 11 juin 2022).

    [24]        P. Taboulet, « Bloc AV 1er degré », e-cardiogram, 14 novembre 2020. https://www.e-cardiogram.com/bloc-av-1er-degre/ (consulté le 9 juin 2022).

    [25]        P. Taboulet, « Bloc AV 2e degré. Mobitz 1 », e-cardiogram, 14 novembre 2020. https://www.e-cardiogram.com/bloc-av-2eme-degre-2-mobitz-i/ (consulté le 9 juin 2022).

    [26]        P. Taboulet, « Bloc AV 2e degré. Mobitz 2 », e-cardiogram, 15 janvier 2022. https://www.e-cardiogram.com/bloc-av-2eme-degre-3-mobitz-ii/ (consulté le 9 juin 2022).

    [27]        P. Taboulet, « Bloc AV 3ème degré », e-cardiogram, 14 novembre 2020. https://www.e-cardiogram.com/bloc-av-3eme-degre/ (consulté le 9 juin 2022).

    [28]        P. Taboulet, « Aberration ventriculaire (BBD ou BBG) », e-cardiogram, 3 novembre 2021. https://www.e-cardiogram.com/aberration-ventriculaire-1/ (consulté le 10 juin 2022).

    [29]        P. Taboulet, « Bloc de branche : Généralités », e-cardiogram, 28 mars 2022. https://www.e-cardiogram.com/bloc-de-branche-1-generalites/ (consulté le 10 juin 2022).

    [30]        X. COPIE, G. LASCAULT, O. PAZIAUD, O. PIOT, « Incompétence chronotrope », 2010, Consulté le : 8 juin 2022. [En ligne]. Disponible sur : https://www.realites-cardiologiques.com/wp-content/uploads/sites/2/2010/11/0828.pdf

    [31]        A. Gabet, E. Chatignoux, C. Grave, Y. Béjot, et V. Olié, « Épidémiologie de la fibrillation atriale en France. Incidence des patients nouvellement traités par un anticoagulant oral, évolutions temporelles et disparités territoriales », SPF, 7 avril 2021. https://www.santepubliquefrance.fr/import/epidemiologie-de-la-fibrillation-atriale-en-france.-incidence-des-patients-nouvellement-traites-par-un-anticoagulant-oral-evolutions-temporelles-e (consulté le 25 juin 2022).

    [32]        L. Dipesh, G. Amandeep, et J. Mandar, « Ventricular Fibrillation », NIH, 11 août 2021. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK537120/ (consulté le 25 juin 2022).

    [33]        « Insuffisance cardiaque », Santé publique France, juin 2019. https://www.santepubliquefrance.fr/maladies-et-traumatismes/maladies-cardiovasculaires-et-accident-vasculaire-cerebral/insuffisance-cardiaque (consulté le 24 juin 2022).

    [34]        « Insuffisance cardiaque : des recherches novatrices », Institut Pasteur de Lille, 2019. https://pasteur-lille.fr/actualites/dossiers/recherche-insuffisance-cardiaque/ (consulté le 25 juin 2022).

    [35]        M. Tadic et al., « Right ventricular strain in heart failure : Clinical perspective », Arch. Cardiovasc. Dis., vol. 110, no 10, p. 562‑571, oct. 2017, doi : 10.1016/j.acvd.2017.05.002.

    [36]        « Pacemakers », Microport. https://microport.com/en/healthcare-professional/cardiac-rhythm-management/pacemakers (consulté le 11 juin 2022).

    [37]        « ALIZEATM », Microport. https://microport.com/en/healthcare-professional/cardiac-rhythm-management/pacemakers/alizea (consulté le 12 juin 2022).

    [38]        MicroPort, « UlysTM UNCOMPROMIZED EXCELLENCE ». mars 2022. Consulté le : 12 juin 2022. [En ligne]. Disponible sur : https://microport.com/assets/blog/brochure_def_ulys_mri_range_en_eu_digital.pdf

    [39]        MicroPort, « Gali SonRTM EXCELLENCE, REDEFINED ». mars 2022. Consulté le : 12 juin 2022. [En ligne]. Disponible sur : https://microport.com/assets/blog/brochure_def_gali_sonr_mri_range_en_eu_digital.pdf

    [40]        Y. Nassima, « Suivi par télésurveillance des patients porteurs d’un moniteur cardiaque implantable », p. 134, mars 2021.

    [41]        « SmartView Connect », Microport. https://microport.com/en/healthcare-professional/cardiac-rhythm-management/patient-follow-up/smartview-connect (consulté le 11 juin 2022).

    [42]        « Patient management », Microport. https://microport.com/en/healthcare-professional/cardiac-rhythm-management/patient-follow-up (consulté le 15 juin 2022).

    [43]        « Leads », Microport. https://microport.com/en/healthcare-professional/cardiac-rhythm-management/leads (consulté le 15 juin 2022).

    [44]        « Programmation du MODE IRM », MicroPort CRM, 2019. https://microportcrm.showpad.com/share/vJevstCf9GL3wUymK7AJP (consulté le 15 juin 2022).

    [45]        « Surveillance des sondes de défibrillation », ANSM, 10 juin 2021. https://ansm.sante.fr/dossiers-thematiques/surveillance-des-sondes-de-defibrillation-et-defibrillateurs-implantables (consulté le 24 juin 2022).

    [46]        P. Taboulet, « Pacemaker 1. électronique », e-cardiogram, 1 mai 2022. https://www.e-cardiogram.com/pacemaker-b-electronique/ (consulté le 13 juin 2022).

    Annexes

    Annexe 1 : Exemples de mode de stimulation

    Simple chambre :

    • AAI(R) : Sti­mu­la­tion de l’OD, détec­tion de la dépo­la­ri­sa­tion de celle-ci et inhi­bi­tion lors d’une détec­tion. Ce mode est recom­man­dé s’il y une dys­fonc­tion sinu­sale (asso­ciée à une insuf­fi­sance chro­no­trope), la conduc­tion auri­cu­lo-ven­tri­cu­laire doit être nor­male et il doit y avoir une absence totale de n’importe quelles car­dio­pa­thies évo­lu­tives. Ce mode est donc quo­ti­dien­ne­ment asso­cié à un algo­rithme (SafeR) impli­quant une élec­trode ven­tri­cu­laire ou pour réa­li­ser un seuil atrial ou si la sonde VD est endom­ma­gée [46].
    • VVI(R) : Sti­mu­la­tion du VD, détec­tion de la dépo­la­ri­sa­tion de celui-ci et inhi­bi­tion lors d’une détec­tion. Ce mode est un basique si le patient fait des BAV II ou III (asso­cié à une insuf­fi­sance chro­no­trope) et si l’OD ne peux pas être sti­mu­lé ou détec­té de façon géné­rale (FA conti­nue) [46].

    Double chambre :

    • DDD(R) : Sti­mu­la­tion et détec­tion des deux cavi­tés (VD + OD). Ce mode per­met de syn­chro­ni­ser la sti­mu­la­tion ven­tri­cu­laire sur la détec­tion et la sti­mu­la­tion de l’OD. Il y a donc un délai auri­cu­lo-ven­tri­cu­laire qui est pro­gram­mé [46].
    • DDI(R) : Sti­mu­la­tion et détec­tion des deux cavi­tés (VD + OD) sans sui­vis des oreillettes détec­tés. Si les oreillettes pos­sèdent une fré­quence de sti­mu­la­tion supé­rieure à la sti­mu­la­tion de base, donc détec­tion au niveau de l’OD, alors il y a une inhi­bi­tion de la sti­mu­la­tion OD et absence de déclen­che­ment de délai auri­cu­lo-ven­tri­cu­laire. Et ceci, afin d’éviter un embal­le­ment des ven­tri­cules lors d’arythmies atriales (Ex : FA). Ce mode est donc quo­ti­dien­ne­ment asso­cié au mode Switch (repli) [46].

    Asyn­chrone :

    • OOO : Aucune cavi­té est sti­mu­lée et détec­tée. Ce mode peut être acti­vé par le méde­cin, durant une consul­ta­tion, pour que le patient puisse pas­ser une IRM [46].
    • DOO : les deux cavi­tés sont sti­mu­lées. Cepen­dant l’appareil ne détecte aucune cavi­té. Ce mode a été conçu pour des patient dépen­dant de la sti­mu­la­tion de leur boi­tier. En revanche, ce mode ne pos­sède pas la capa­ci­té de détec­ter. De ce fait, la sti­mu­la­tion se fait à une fré­quence fixe sans tenir compte de la fré­quence du patient. Si celui-ci à un rythme supé­rieur à celui pro­gram­mé alors la sti­mu­la­tion de l’appareil pour­rait tom­ber dans une période vul­né­rable (onde T) qui pour­rait engen­drer des aryth­mies voir une FV[46].
    Annexe 2 : Les principales missions d’un ingénieur d’application CRM lors d’une implantation d’un DAI
    searchhomearrow-circle-left