• IDS043 - Stratégie de passage au Règlement Européen 2017/745 d’un dispositif médical de classe I déjà commercialisé

    Avertissement

    Les projets ou stages publiés auxquels vous accédez sont des rapports d'étudiants et doivent être pris comme tels. Il peuvent donc comporter des imperfections ou des imprécisions que tout lecteur doit admettre et donc supporter. Il ont été réalisés pendant les périodes de formation et constituent avant-tout des travaux de compilation bibliographique, d'initiation et d'analyse sur des thématiques associées aux concepts, méthodes, outils et expériences sur les démarches qualité dans les organisations ou sur les technologies en santé.

    Si, malgré nos précautions, vous avez des raisons de contester ce droit de diffusion libre, , nous nous efforcerons d'y apporter une réponse rapide. L'objectif de la présentation des travaux sur le web est de permettre l'accès à l'information et d'augmenter ainsi la qualité des échanges professionnels.

    Nous ne faisons aucun usage commercial des travaux de projet ou de stage publiés, par conséquent les citations des informations et l'emploi des outils mis à disposition sont totalement libres. Dans ce cas, nous vous demandons de respecter les règles d'éthique en citant explicitement et complètement vos sources bibliographiques.

    Bonne lecture...

    Auteurs

    Contact

    Citation

    A rap­pe­ler pour tout usage : Rihab OMRANI, Chris­py PETNTANG, Silya­na SALMI "Stra­té­gie de pas­sage au règle­ment 2017/745 d'un dis­po­si­tif médi­cal de classe I déjà com­mer­cia­li­sé", Uni­ver­si­té de Tech­no­lo­gie de Com­piègne (France), Mas­ter Ingé­nie­rie de la San­té, Par­cours Tech­no­lo­gies Bio­mé­di­cales et Ter­ri­toires de San­té (TBTS) et Dis­po­si­tifs Médi­caux et Affaires Régle­men­taires (DMAR), Mémoire de pro­jet, jan­vier 2020, https://travaux.master.utc.fr/formations-master/ingenierie-de-la-sante/ids043/

    Résumé

    Ce Mémoire d’Intelligence Métho­do­lo­gique (MIM) a été rédi­gé par un groupe d’étudiants de l’Université de Tech­no­lo­gies de Com­piègne en col­la­bo­ra­tion avec une star­tup dans le cadre des évo­lu­tions régle­men­taires pour les aider dans la tran­si­tion de la direc­tive 93/42/CEE au Règle­ment Euro­péen 2017/745 rela­tif aux Dis­po­si­tifs Médicaux.

    Ce MIM pré­sente le pro­jet réa­li­sé et le plan d’action pro­po­sé comme solu­tion dans cette phase tran­si­toire de l’entreprise, et les outils déve­lop­pés pour aider les fabri­cants de dis­po­si­tifs médi­caux de classe I dans la maî­trise des écarts entre le Règle­ment 2017/745 et la direc­tive 93/42/CEE.

    Abstract

    This Memo­ran­dum of Metho­do­lo­gi­cal Intel­li­gence (MIM) was writ­ten by a group of stu­dents from the Uni­ver­si­ty of Tech­no­lo­gy of Com­piegne in col­la­bo­ra­tion with a star­tup in the context of regu­la­to­ry deve­lop­ments to help them in the tran­si­tion from Direc­tive 93/42/EEC on Medi­cal Devices to Euro­pean Regu­la­tion 2017/745 on Medi­cal Devices.

    This MIM pre­sents the pro­ject car­ried out and the action plan pro­po­sed as a solu­tion in this tran­si­tio­nal phase of the com­pa­ny, the tools deve­lo­ped to help manu­fac­tu­rers of Class I medi­cal devices in control­ling the gaps bet­ween Regu­la­tion 2017/745 and Direc­tive 93/42/EEC.

    Remerciements

    Nous tenons à témoi­gner toute notre recon­nais­sance à chaque per­sonne qui a contri­bué à la réa­li­sa­tion de ce tra­vail. Nous remer­cions en par­ti­cu­lier Mme Pau­tard, res­pon­sable qua­li­té à l’entreprise Blue­back , qui nous a fait confiance et nous a gui­dé durant tout ce pro­jet. Nous la remer­cions de nous avoir don­né l'opportunité de tra­vailler sur son dis­po­si­tif médi­cal et de pro­po­ser nos propres solu­tions et d'agir avec flexibilité. 

    Nous tenons à remer­cier M Jean-Mat­thieu PROT, notre sui­veur UTC qui a sacri­fié son temps pour nous aider et nous four­nir les conseils néces­saires à la bonne conduite du projet.

    Nous remer­cions notre col­lègue Yihan Chen pour sa par­ti­ci­pa­tion active pour l'élaboration de ce travail. 

    Téléchargements

    IDS043-Mémoire
    Stra­té­gie de pas­sage Direc­tive 93/42/CEE au Règle­ment Euro­péen 2017/745 DM classe I
    IDS043-Pos­ter
    Dis­po­si­tifs Médi­caux de classe I : Stra­té­gie de mise en confor­mi­té selon le Règle­ment Euro­péen 2017/745
    IDS043-Outil d'appropriation

    Outil d'aide à la com­pré­hen­sion du Règle­ment Euro­péen 2017/745

    IDS043-Outil d'autodiagnostic

    Maî­tri­ser vos écarts par rap­port au Règle­ment Euro­péen 2017/745

    Introduction

    C’est dans le cadre de notre for­ma­tion de mas­ter Ingé­nie­rie de la San­té (IdS) par­cours Dis­po­si­tif Médi­cal et Affaires Régle­men­taires (DMAR) à l’Université de Tech­no­lo­gie de Com­piègne (UTC) que nous sommes ame­nés à réa­li­ser un pro­jet dans le but de mettre en pra­tique et conso­li­der les connais­sances acquises. Ce docu­ment reflète notre tra­vail réa­li­sé avec la star­tup BLUEBACK pour l’assister dans sa démarche de pas­sage de son DM (classe I) au nou­veau Règle­ment Euro­péen 2017/745 rela­tif aux dis­po­si­tifs médicaux[1].

    Ce pro­jet ini­tié par cette star­tup s’inscrit dans le cadre d’un grand chan­ge­ment du point de vu règle­men­taire autour du dis­po­si­tif médi­cal qui va impac­ter les dis­tri­bu­teurs, les fabri­cants, les consom­ma­teurs, les concep­teurs et les patients.

    Notre objec­tif est de four­nir un plan d’action réa­liste des actions à entre­prendre après iden­ti­fi­ca­tion des exi­gences pour se confor­mer au dit règle­ment avec des dates cri­tiques en fonc­tion des actions prio­ri­taires. Nous pro­po­se­rons un plan d’action à court (à mettre en œuvre d’ici Mai 2020) et un plan d’action sur le moyen terme (à mettre en œuvre d’ici 2024) pour que le dis­po­si­tif se conforme aux exi­gences du nou­veau Règle­ment Européen.

    I- Contexte général : secteur des DM, mise sur marché des DM, réglementation 

    1.1        Secteur des dispositifs médicaux

    Le Mar­ché du dis­po­si­tif médi­cal (DM) en Europe repré­sente près de 110 Mil­liards d’euros de chiffre d’affaire dans les ventes, et prêt de 700 000 emplois en 2017 [2].En France on compte envi­ron 1500 entre­prises pour un mar­ché des dis­po­si­tifs médi­caux repré­sen­tant près de 30 Mil­liards d’euros de chiffre d’affaires en 2017[3]. 93% de ces entre­prises sont des TPE (Très Petites Entre­prises) et des PME (Petites et Moyennes Entreprises)[3]. Les dis­po­si­tifs médi­caux couvrent une gamme de pro­duits très variée du pousse-seringue, à l’IRM en pas­sant par les dis­po­si­tifs de moni­to­rage per­son­na­li­sés. Pour des rai­sons évi­dentes de sécu­ri­té, ce sec­teur est sou­mis à diverses régle­men­ta­tions tant au niveau natio­nal et inter­na­tio­nal. C’est ain­si qu’a été éta­bli le règle­ment Euro­péen 2017/745 rela­tif aux dis­po­si­tifs médi­caux qui vient abro­ger la direc­tive 90/385/CE rela­tive aux dis­po­si­tifs médi­caux implan­tables actifs[4] et la direc­tive 93/42/CE rela­tive aux dis­po­si­tifs médicaux[5].

    Ce règle­ment ain­si que ses exi­gences défi­nissent des obli­ga­tions pour chaque opé­ra­teur éco­no­mique (fabri­cant, man­da­taire qui est la per­sonne phy­sique ou morale pré­sente au sein de l’UE ayant reçu un man­dat écrit d’un fabri­cant situé hors de l’UE, dis­tri­bu­teur qui est toute per­sonne phy­sique ou morale autre que le fabri­cant ou l’importateur et qui met à dis­po­si­tion sur le mar­ché le dis­po­si­tif médi­cal, impor­ta­teur qui est toute per­sonne phy­sique ou morale pré­sente dans l’UE et qui met sur le mar­ché un dis­po­si­tif pro­ve­nant d’un pays tiers)

    1.2- Mise sur le marché d’un DM de classe I selon la directive 93/42/CE

    Le mar­quage CE d’un dis­po­si­tif se fait selon une pro­cé­dure propre à chaque classe de dis­po­si­tifs médicaux. 

    • La pre­mière étape d’un mar­quage CE est de démon­trer que le dis­po­si­tif est un DM en regar­dant sa défi­ni­tion ain­si que l’usage reven­di­qué par ce DM.
    • La deuxième étape est de défi­nir la classe de son DM en se basant sur les règles de clas­si­fi­ca­tions de l’annexe IX (de la direc­tive 93/42). Les dis­po­si­tifs de classe I pré­sen­tant moins de risques que les autres classes, la direc­tive pré­voit juste au fabri­cant de faire une auto-décla­ra­tion [5].

    Les DM de classe I avec fonc­tion de mesu­rage suivent un che­min dif­fé­rent pour le mar­quage CE. Pour ces DM, il s’agit de suivre trois grands axes à savoir : 

    • Satis­faire aux exi­gences essentielles 
    • Créer une docu­men­ta­tion technique 
    • Mettre en place un sys­tème de ges­tion des risques

    L’intervention d’un orga­nisme noti­fié est néces­saire mais cet ON se limite à l’évaluation de la confor­mi­té des pro­duits aux exi­gences métro­lo­giques [5].

    1.3- Augmentation du niveau d’exigences réglementaires

    Le nou­veau règle­ment intro­duit 58 nou­velles défi­ni­tions, dont dis­po­si­tif fal­si­fié, éti­quette, notice d’utilisation, iden­ti­fiant unique, nano­ma­té­riau, sur­veillance après com­mer­cia­li­sa­tion… De plus, il existe 4 nou­velles règles de clas­si­fi­ca­tion ajou­tées par le règle­ment (règle 19 à 22 de l’annexe VIII). 

    Un grand accent a été mis sur l’aspect res­sources humaines chez les fabri­cants et les man­da­taires en les obli­geant sys­té­ma­ti­que­ment à dis­po­ser d’une « per­sonne char­gée de veiller au res­pect de la régle­men­ta­tion »[1]. Cette per­sonne devra avoir « un diplôme, un cer­ti­fi­cat ou un autre docu­ment de cer­ti­fi­ca­tion for­melle sanc­tion­nant des études uni­ver­si­taires en droit, en méde­cine, en phar­ma­cie, en ingé­nie­rie ou dans une autre dis­ci­pline scien­ti­fique per­ti­nente, ou une for­ma­tion recon­nue équi­va­lente par l'État membre concer­né, et une expé­rience pro­fes­sion­nelle d'au moins un an dans le domaine de la régle­men­ta­tion ou des sys­tèmes de ges­tion de la qua­li­té en rap­port avec les dis­po­si­tifs médi­caux ou jus­ti­fier de quatre ans d’expérience ». Ceci repré­sente un bud­get sup­plé­men­taire qui n’est pas for­cé­ment sup­por­table par tous.[6]

    1.4- Le Blueback Physio

    Cette idée de pro­duit est née en 2015 des anté­cé­dents médi­caux d’enfance d’un des fon­da­teurs et ils ont vou­lu ain­si contri­buer à cette course à l’innovation en créant le « Blue­back phy­sio ». Ce DM a été créé avec l’aide d’une pro­fes­sion­nelle (kiné­si­thé­ra­peute) qui a par­ti­ci­pé en émet­tant les besoins qu’elle pou­vait avoir et les fonc­tion­na­li­tés qui lui seront réel­le­ment utiles.

    Ce dis­po­si­tif est défi­ni comme « un appa­reil des­ti­né à être uti­li­sé chez l’homme pour l’investigation d’une struc­ture ana­to­mique ou d’un pro­ces­sus phy­sio­lo­gique, ceci à des fins médi­cales »[1] selon le règle­ment (UE) 2017/745. Il a pour rôle de carac­té­ri­ser les contrac­tions du muscle abdo­mi­nal trans­verse (muscle le plus pro­fond de l’abdomen) lors des séances de réédu­ca­tion chez un spé­cia­liste. Il est uti­li­sé par des kiné­si­thé­ra­peutes, des méde­cins, des sages-femmes et a comme patho­lo­gies cibles : la Lom­bal­gie, la Pubal­gie, les Patho­lo­gies res­pi­ra­toires, les prises en charge Post-par­tum et le ren­for­ce­ment mus­cu­laire ; il n’est pas à but cura­tif, mais aide le pro­fes­sion­nel à prendre des déci­sions sur ce qu’il observe. 

    « Le Blue­back Box » est consti­tué d’une appli­ca­tion mobile dis­po­nible sur plays­tore et uti­li­sable sur tablette, d’un boi­tier (le Blue­back Phy­sio) et des accessoires.

    1.5- Environnement concurrentiel de la startup

    Le Blue­back phy­sio, dis­po­si­tif com­mer­cia­li­sé par la star­tup Blue­back, bien qu’étant inno­vant, se fait concur­ren­cer par plu­sieurs autres pro­duits et technologies. 

    • Le sta­bi­li­zer biofeedback 

    Le concur­rent majeur du Blue­back phy­sio est « le sta­bi­li­zer bio­feed­back » (cous­sin chat­ta­noo­ga) conçu par des phy­sio­thé­ra­peutes. C’est un cous­sin pla­cé sur la colonne ver­té­brale et qui mesure le chan­ge­ment de pres­sion dans le bas­sin abdo­mi­nal à l’aide d’un mano­mètre. Ce dis­po­si­tif est uti­li­sé dans une posi­tion par­ti­cu­lière et effec­tue une mesure indi­recte. Il coûte envi­ron 60 €.

    • Le PHENIX liberty

    La socié­té Vival­tis pro­pose toute une gamme d’appareil et d’options en fonc­tion du type de mesure qu’on veut faire au niveau du pro­duit PHENIX. Dans cette gamme il y a une par­tie qui fait du bio­feed­back pour le péri­née avec une sonde péri­néale qui est direc­te­ment insé­rée dans le vagin de la per­sonne. Avec cette sonde et les algo­rithmes déve­lop­pés par la socié­té, ils sont en mesure de mesu­rer la contrac­tion des muscles abdo­mi­naux. Ceci est donc une solu­tion qui se rap­pro­che­rait du Blue­back phy­sio bien que n’étant pas identique.

    • L’échographe

    L’échographe per­met de déter­mi­ner l’épaisseur du muscle et ne ren­seigne pas avec fia­bi­li­té (image non dyna­mique) mais avec cette tech­no­lo­gie on peut voir la contrac­tion réelle du muscle trans­verse abdo­mi­nal à l’aide d’une sonde abdo­mi­nale. Depuis 2015 les kiné­si­thé­ra­peutes peuvent ache­ter des écho­graphes pour faire cer­tains diag­nos­tics du moment où ils ont sui­vi la for­ma­tion. Le désa­van­tage ici est le poids de l’appareil et le fait qu’il faut une for­ma­tion spé­ci­fique pour pou­voir l’utiliser. Contrai­re­ment au Blue­back phy­sio, uti­li­sable faci­le­ment par le pro­fes­sion­nel de san­té et dont la courbe d’évolution de l’activité mus­cu­laire du patient est faci­le­ment inter­pré­table, le patient pou­vant obser­ver son évo­lu­tion lui-même. Le plus du Blue­back ici est donc l’aspect dyna­mique et la liber­té de mou­ve­ment du patient.

    • L’Electromyogramme (EMG)

    Cette tech­nique per­met de mesu­rer l’activité élec­trique du muscle. Les infor­ma­tions recueillies par ce pro­cé­dé ne sont pas vrai­ment faciles à inter­pré­ter et ne carac­té­risent pas vrai­ment le muscle (au sens médi­cal pour un pro­fes­sion­nel) car les mesures sont locales et faites au niveau du cap­teur. Pour s’approprier un élec­tro­myo­gramme à aiguille aujourd’hui, il fau­drait débour­ser entre 7000 € et 20 000 €. Tan­dis que le Blue­back phy­sio quant à lui coûte envi­ron 2000 €. On constate ici une grande dis­pa­ri­té de prix et on peut conclure aux vues de ceci qu’investir sur un Blue­back phy­sio serai plus inté­res­sant pour les kinésithérapeutes.

    II- Les apports du règlement (UE) 2017/745 (évolutions majeures pour la mise sur marché des DM de classe I)

    L’entreprise Blue­back Phy­sio a obte­nu un mar­quage CE sur la direc­tive 93/42/CEE. Le nou­veau règle­ment Euro­péen rela­tif aux dis­po­si­tifs médi­caux sera appli­qué en Mai 2020 et abro­ge­ra la direc­tive 93/42/CEE. Le dis­po­si­tif étant de classe I, aucune période tran­si­toire ne leur est accor­dée. Ils doivent impé­ra­ti­ve­ment être conforme d’ici 26 Mai 2020. Il est ques­tion d’identifier les nou­velles exi­gences afin d’anticiper sur les tâches prioritaires.

    2.1 Classification DM selon règlement 2017/745

    Les règles de clas­si­fi­ca­tion sont expli­ci­te­ment détaillées dans l’annexe VIII. Selon le guide MEDDEV 2.1/5 rela­tif aux DM avec fonc­tion de mesu­rage, un DM avec fonc­tion de mesu­rage mesure quan­ti­ta­ti­ve­ment un para­mètre phy­sio­lo­gique ou ana­to­mique, ou une quan­ti­té ou une carac­té­ris­tique qua­li­fiable d'énergie ou de sub­stances livré au corps humain ou reti­ré de celui-ci. Et, une seconde condi­tion doit être rem­plie par ces types de DM à savoir , le résul­tat affi­ché en uni­tés légales ou autres uni­tés accep­tables au sens de la Direc­tive 80/181/CEE ou com­pa­ré à au moins un point de réfé­rence indi­qué en uni­tés légales ou d'autres uni­tés accep­tables confor­mé­ment à la direc­tive pré­ci­tée [9].

    Étant don­né que le Blue­back phy­sio mesure un para­mètre ana­to­mique (acti­vi­té du muscle trans­verse abdo­mi­nal), mais l’affiche sur la tablette sous forme de graphe (gran­deur sub­jec­tive), le DM n’est pas consi­dé­ré comme DM avec fonc­tion de mesu­rage. Ain­si, le Blue­back phy­sio qui était de classe I selon la Direc­tive reste sous cette classe. 

    Le Blue­back phy­sio fonc­tion­nant impé­ra­ti­ve­ment avec comme acces­soire un logi­ciel, il est à son tour clas­sé dans le Règlement. 

    Selon les règles d’application (Annexe VIII, §3.3) « Le logi­ciel com­man­dant un dis­po­si­tif ou agis­sant sur son uti­li­sa­tion relève de la même classe que le dis­po­si­tif. » [1]. Donc le logi­ciel four­nit par l’entreprise est de classe I.

    2.2 Exigences générales en matière de sécurité et de performances

    a. Dispositifs actifs et dispositifs raccordés à des dispositifs actifs

    Les fabri­cants de dis­po­si­tifs actifs doivent véri­fier l’état de la source d’énergie pour garan­tir la sécu­ri­té du patient, s’assurer qu’il n’y a pas d’inférences élec­tro­ma­gné­tiques ; sécu­ri­ser le dis­po­si­tif en limi­tant l’accès et dis­po­ser des moyens pour limi­ter et/ou réduire les risques en condi­tion de pre­mier défaut.

    b. Les systèmes électroniques programmables

    Cette par­tie fait men­tion des logi­ciels qui sont un des nou­veaux DM du règle­ment. N’étant pas pris en compte par la direc­tive, les exi­gences rela­tives à ces logi­ciels sont toutes nou­velles. Il s’agit ici lors de leur fabri­ca­tion et de leur concep­tion de tenir compte des logi­ciels uti­li­sés en com­bi­nai­son avec des pla­te­formes mobiles de la taille et du contraste de l’écran, des carac­té­ris­tiques spé­ci­fiques de ces pla­te­formes et des fac­teurs exté­rieures liés à leur bonne uti­li­sa­tion comme la lumi­no­si­té. Le règle­ment demande au fabri­cant d’énoncer les règles mini­males pour le maté­riel infor­ma­tique, les dif­fé­rentes carac­té­ris­tiques du/des réseau(x) informatique(s) et des dif­fé­rentes mesures de sécu­ri­té infor­ma­tique (pro­tec­tion du logi­ciel contre les accès non autorisés).

    c. Dispositifs destinés à des profanes

    Un point par­ti­cu­lier est à prendre en compte dans le cas de ces dis­po­si­tifs. En effet, le fabri­cant devra tenir compte de l’utilisateur et lui don­ner toutes les infor­ma­tions néces­saires à la com­pré­hen­sion du dis­po­si­tif ; il doit s’assurer au maxi­mum que l’utilisateur n’aura aucun pro­blème pour l’utiliser en le for­mant au préa­lable. Le fabri­cant doit pré­voir une pro­cé­dure qui per­met­tra à l’utilisateur pro­fane de véri­fier les per­for­mances du DM et le com­por­te­ment à tenir en cas de résul­tat non valide.

    d. La notice d’utilisation

    Les notices doivent désor­mais com­por­ter un lien diri­geant vers le résu­mé des carac­té­ris­tiques de sécu­ri­té et de per­for­mances, une totale des­crip­tion des béné­fices cli­niques escomp­tés du dis­po­si­tif, une des­crip­tion sur le choix du logi­ciel et des acces­soires (adap­tés). Le fabri­cant doit aus­si pré­voir une « men­tion à l'intention de l'utilisateur et/ou du patient indi­quant que tout inci­dent grave sur­ve­nu en lien avec le dis­po­si­tif devrait faire l'objet d'une noti­fi­ca­tion au fabri­cant et à l'autorité com­pé­tente de l'État membre dans lequel l'utilisateur ou le patient est établi ». 

    Le fabri­cant doit énon­cer les exi­gences mini­males concer­nant le maté­riel infor­ma­tique, les carac­té­ris­tiques des réseaux infor­ma­tiques et les mesures de sécu­ri­té infor­ma­tique (pro­tec­tion contre les accès non auto­ri­sés) garan­tis­sant le fonc­tion­ne­ment du logi­ciel pré­vu. (§17.4)

    Il est éga­le­ment impé­ra­tif au fabri­cant de ren­sei­gner les contre-indi­ca­tions, les risques liés à d’éventuels sur­do­sages et les effets secon­daires indé­si­rables ou une mau­vaise uti­li­sa­tion du dispositif.

    Si le dis­po­si­tif est des­ti­né à un pro­fane, le fabri­cant doit indi­quer dans la notice les cir­cons­tances dans les­quelles le pro­fane devrait se rap­pro­cher d’un pro­fes­sion­nel de san­té. Il faut savoir que les notices d’utilisation ne sont pas obli­ga­toires pour les dis­po­si­tifs de classe I. Cepen­dant, le fabri­cant s’il le désire peut le mettre à dis­po­si­tion de l’utilisateur.

    2.3 Modification du système de management de la qualité et de la Documentation technique

    Deux outils d’assistance ont été déve­lop­pé pour aider le fabri­cant à prendre en main les par­ties du Règle­ment rela­tives au sys­tème de mana­ge­ment de la qua­li­té et de la docu­men­ta­tion tech­nique, et de maî­tri­ser les écarts entre la Direc­tive 93/42/CEE et le Règle­ment 2017/745. Ces outils feront l’objet d’une des­crip­tion dans cette partie.

    a. Mise en conformité du SMQ (article 10 -annexe IX chapitre 1 et 3 ou annexe XI partie a)

    Le sys­tème de ges­tion de la qua­li­té démontre l’ensemble des actions mises en place par l’entreprise dans un but d’amélioration de la qua­li­té de pro­duc­tion et d’orga­ni­sa­tion. Il com­prend l’ensemble des exi­gences, élé­ments et dis­po­si­tions adop­tés par le fabri­cant.  Le fabri­cant doit tenir à dis­po­si­tion des auto­ri­tés com­pé­tentes la docu­men­ta­tion tech­nique du dis­po­si­tif médi­cal pour une durée de dix ans après sa mise sur le marché.

    Au sein du règle­ment 2017/745, il est pré­ci­sé qu’avant la mise sur le mar­ché d’un dis­po­si­tif médi­cal de classe I, le fabri­cant peut se réfé­rer à l’une de ces annexes pour mettre en place un sys­tème de ges­tion de la qualité :

    • L’annexe IX(Éva­lua­tion de la confor­mi­té sur la base d’un sys­tème de ges­tion de la qua­li­té) cha­pitre I(sys­tème de ges­tion de la qua­li­té)et III(dis­po­si­tions administratives)

    OU

    • L’annexe XI(Éva­lua­tion de la confor­mi­té sur la base de la véri­fi­ca­tion de la confor­mi­té du pro­duit) par­tie A (assu­rance de la qua­li­té de la production)

    Afin d’avoir une vue directe sur les exi­gences atten­dues par le fabri­cant et pour l’évaluation de la confor­mi­té selon les deux annexes, un outil d’appropriation sur Power­Point a été créé. 

    La figure 03 pré­sente un extrait de l'outil qui a été déve­lop­pé afin d'assister le fabri­cant dans sa démarche de mise en confor­mi­té du sys­tème de ges­tion de la qualité.

    Il a pour but de résu­mer les nou­veau­tés appor­tées par le règle­ment 2017/745 par rap­port aux exi­gences aux­quelles la socié­té Blue­back répon­dait déjà sous la direc­tive 93/42/CE pour leur dis­po­si­tif médi­cal (classe I). 

    D’autre part, après un résu­mé géné­ral de l’onglet concer­né, une check-list per­met au fabri­cant de voir toutes les nou­velles exi­gences du sys­tème de ges­tion de la qua­li­té auquel il doit pou­voir répondre pour être conforme au nou­veau règle­ment 2017/745. Cette check-list com­porte 3 niveaux de véra­ci­té : « FAIT » ; « NON FAIT » ; « EN COURS ». En fonc­tion des réponses four­nies, des taux de confor­mi­tés vont être attri­bués ce qui per­met­tra au fabri­cant de suivre son état d’avancement.

    b. Contrôle de la documentation technique(annexe II)

    La docu­men­ta­tion tech­nique sert à démon­trer la confor­mi­té d’un dis­po­si­tif médi­cal aux exi­gences essen­tielles du règle­ment 2017/745. Elle per­met de pré­sen­ter le dis­po­si­tif, son mode de fonc­tion­ne­ment et les étapes de sa concep­tion et sa fabri­ca­tion. L’évolution ou la modi­fi­ca­tion des fonc­tion­na­li­tés du dis­po­si­tif, du pro­ces­sus de fabri­ca­tion et de concep­tion ou des élé­ments concer­nant la sur­veillance après com­mer­cia­li­sa­tion implique impé­ra­ti­ve­ment une mise à jour du dos­sier tech­nique. Le fabri­cant doit tenir à dis­po­si­tion des auto­ri­tés com­pé­tentes la docu­men­ta­tion tech­nique du dis­po­si­tif médi­cal pour une durée de dix ans après sa mise sur le marché. 

    Dans le règle­ment 2017/745, les annexes II et III sont consa­crées pour la pré­sen­ta­tion du conte­nu de la docu­men­ta­tion tech­nique et la docu­men­ta­tion tech­nique de la sur­veillance après la commercialisation. 

    La figure ci-des­sous pré­sente les élé­ments qui doivent figu­rer dans la docu­men­ta­tion tech­nique selon l’annexe II du règle­ment européen : 

    Pour pré­sen­ter d’une manière sim­pli­fiée le conte­nu de cette docu­men­ta­tion tech­nique, un outil d’appropriation sur Power­Point a été créé. Il a pour but de résu­mer les nou­veau­tés appor­tées par le règle­ment 2017/745 par rap­port à la direc­tive 93/42 pour des dis­po­si­tifs médi­caux de classe I. 

    Afin que l’outil d’appropriation soit plus com­plet un outil d’autodiagnostic, sous forme d’un tableau sur Excel, est four­ni per­met­tant à l’entreprise de voir toutes les nou­velles exi­gences concer­nant la docu­men­ta­tion tech­nique et de suivre ain­si son état d’avancement.

    Celui qui réa­lise le diag­nos­tic aura le choix entre 3 niveaux de véra­ci­té : FAIT, NON FAIT et EN COURS. En fonc­tion des réponses four­nies, des taux de confor­mi­tés vont être attribués.

    2.4 Évaluation clinique

    Les exi­gences géné­rales à rem­plir pour pour­suivre une éva­lua­tion cli­nique sont indi­quées dans l’annexe 14 par­tie A du Règle­ment 2017/745. L’évaluation cli­nique doit prendre en compte les don­nées favo­rables et défa­vo­rables ; elle doit être objec­tive et appro­fon­die. Elle dépend aus­si bien de la nature, de la clas­si­fi­ca­tion du dis­po­si­tif médi­cal et de sa des­ti­na­tion (défi­nie par le fabricant).

    Tout au long de l’évaluation cli­nique, le fabri­cant éta­blit et fait une mise à jour régu­lière d’un plan d’évaluation cli­nique qui doit contenir : 

    • Les exi­gences en matière de sécu­ri­té et de per­for­mances (ren­for­cées par les don­nées cliniques) ; 
    • L’analyse des don­nées cli­niques per­ti­nentes et les conclu­sions sur la sécu­ri­té et les performances ;
    • La popu­la­tion visée, les indi­ca­tions et les contre-indications ; 
    • La des­ti­na­tion du produit ; 
    • Une des­crip­tion pré­cise des résul­tats cli­niques avec men­tion des béné­fices cli­niques pour le patient ;
    • Les mesures uti­li­sées pour éva­luer qua­li­ta­ti­ve­ment et quan­ti­ta­ti­ve­ment la sécu­ri­té du patient (sécu­ri­té clinique) ;
    • Une des­crip­tion des risques rési­duels et sur­tout des effets secondaires ;
    • Une des­crip­tion des para­mètres vali­dés pour la déter­mi­na­tion du rap­port bénéfice/risque ;
    • Les don­nées cli­niques dis­po­nibles ain­si que tous les écarts rele­vés des preuves cli­niques dans la littérature ;
    • Toutes don­nées pou­vant être utile au trai­te­ment des ques­tions pas encore résolues.

    Un rap­port sur les éva­lua­tions cli­niques est éta­bli par le fabri­cant où il insère les preuves et résul­tats cli­niques. Ce rap­port ain­si que les méthodes d’essai (non cli­niques), et les docu­ments pou­vant démon­trer la confor­mi­té aux exi­gences essen­tielles en matière de sécu­ri­té et de per­for­mances sont intro­duites dans la docu­men­ta­tion technique.

    Les éva­lua­tions cli­niques pour les fabri­cants de dis­po­si­tifs de classe I se font sui­vant l’un des quatre axes ci-dessous : 

    • Éva­lua­tion cri­tique des publi­ca­tions scientifiques 
    • Éva­lua­tion cri­tique des résul­tats de toutes les inves­ti­ga­tions cli­niques faites
    • Com­bi­nai­son des méthodes précédentes
    • Prise en compte de toutes les alter­na­tives de trai­te­ments déjà dis­po­nibles sur le marché

    L’entreprise qui effec­tue ses éva­lua­tions cli­niques sur la base des éva­lua­tions cri­tiques des publi­ca­tions scien­ti­fiques, devra prou­ver l’équivalence avec les dis­po­si­tifs dont elle uti­lise les don­nées et prou­ver le res­pect des exi­gences géné­rales en matière de per­for­mance. Cette équi­va­lence devra être faite sur trois plans : 

    • Équi­va­lence biologique : 

    L’entreprise doit démon­trer qu’elle uti­lise les mêmes maté­riaux, que les durées de contact des sub­stances avec la peau sont simi­laires et que les pro­duits de dégra­da­tion et les autres sub­stances (relar­gables) sont similaires.

    • Équi­va­lence technique :

    L’entreprise démontre la confor­mi­té de « la concep­tion, les condi­tions, les spé­ci­fi­ca­tions, les pro­prié­tés phy­si­co­chi­miques (la trac­tion, vis­co­si­té etc…), les pro­prié­tés de sur­face, lon­gueur d’onde, les algo­rithmes et les méthodes d’installation de son dis­po­si­tif »[1] avec celui dont elle a fait équi­va­lence ; et elle s’assure qu’ils ont les mêmes per­for­mances cli­niques et une même méthode opératoire.

    • Équi­va­lence clinique : 

    « L’état cli­nique uti­li­sé du dis­po­si­tif, la des­ti­na­tion, la sévé­ri­té et stade de la mala­die sont les mêmes. La popu­la­tion visée (l’âge, l’anatomie et la phy­sio­lo­gie) est la même, éga­le­ment le même type d’utilisateur. Les per­for­mances cri­tiques sont équi­va­lentes au regard de l’effet cli­nique pré­vu » [1].

    Pour res­pec­ter les échéances du règle­ment, il faut ras­sem­bler des preuves cli­niques avant le 26 Mai 2020 [10]. Pour cela, il est urgent que les fabri­cants uti­lisent des don­nées post-com­mer­cia­li­sa­tions qui sont déjà dis­po­nibles ou faire une étude post com­mer­cia­li­sa­tion afin de sou­mettre les preuves cli­niques néces­saires dans la docu­men­ta­tion technique.

    2.5 La surveillance après la commercialisation

    Le nou­veau règle­ment euro­péen ne vise pas uni­que­ment à ren­for­cer les exi­gences rela­tives à l’évaluation de la confor­mi­té des dis­po­si­tifs médi­caux avant leurs mises sur le mar­ché. En effet, ce règle­ment s’intéresse aus­si à la mise en place d’un sys­tème de sur­veillance après la com­mer­cia­li­sa­tion ayant pour but de col­lec­ter et d’analyser des don­nées concer­nant la qua­li­té, la sécu­ri­té et les per­for­mances des dis­po­si­tifs tout au long de leurs cycles de vie. 

    En fonc­tion du type du dis­po­si­tif et de sa classe de risque, les fabri­cants doivent éta­blir et mettre à jour le sys­tème de sur­veillance après com­mer­cia­li­sa­tion qui fait par­tie du sys­tème de ges­tion de la qualité. 

    2.5.1 Procédure de surveillance après commercialisation

    Le logi­gramme ci-des­sous repré­sente les étapes impor­tantes rela­tives à la sur­veillance après la com­mer­cia­li­sa­tion à mettre en place par le fabricant : 

    2.5.2 Documentation technique relative à la surveillance après la commercialisation 

    Le fabri­cant doit éta­blir une docu­men­ta­tion tech­nique rela­tive à la sur­veillance après la com­mer­cia­li­sa­tion confor­mé­ment aux exi­gences de l’annexe II. Cette docu­men­ta­tion doit comporter : 

    a- Un plan de surveillance après commercialisation 

    La car­to­gra­phie ci-des­sous résume les actions à mettre en place dans un plan de sur­veillance après com­mer­cia­li­sa­tion ain­si que les types de don­nées nécessaires :

    b- Un rapport périodique actualisé de sécurité(PSUR) ou un rapport sur la surveillance après la commercialisation (PMSR)

    Selon le cha­pitre VII, article 85 du règle­ment euro­péen des dis­po­si­tifs médi­caux, le fabri­cant des dis­po­si­tifs médi­caux de classe I doit four­nir un rap­port de sur­veillance après com­mer­cia­li­sa­tion (PMSR). Ce rap­port doit conte­nir les résul­tats et les conclu­sions concer­nant les don­nées de sur­veillance après com­mer­cia­li­sa­tion, ain­si que les actions cor­rec­tives mises en place pour les dis­po­si­tifs déjà com­mer­cia­li­sés. Ce rap­port fait par­tie de la docu­men­ta­tion et il doit être mis à jour par le fabri­cant si néces­saire et mis à la dis­po­si­tion des auto­ri­tés com­pé­tentes si elles le demandent.

    Le PSUR (Per­io­dic Safe­ty Update Report) est une exten­sion du rap­port de sur­veillance post-com­mer­cia­li­sa­tion (PMSR).  Il est des­ti­né aux dis­po­si­tifs à risque modé­ré et éle­vé (IIa, IIb et III). Il contient les résul­tats et les conclu­sions des don­nées rela­tives à la sur­veillance après la com­mer­cia­li­sa­tion et il doit inclure les jus­ti­fi­ca­tions et les des­crip­tions néces­saires de toutes les mesures pré­ven­tives et cor­rec­tives prises par le fabri­cant pour les dis­po­si­tifs sur le marché.

    Selon l’article 86 du règle­ment 2017/745 le PSUR doit contenir : 

    • «  les conclu­sions à uti­li­ser dans le cadre de la déter­mi­na­tion du rap­port bénéfice/risque » ;
    • « Les prin­ci­pales consta­ta­tions du SCAC » ;
    • « Le volume des ventes du dis­po­si­tif et une esti­ma­tion de la taille et d'autres carac­té­ris­tiques de la popu­la­tion uti­li­sant le dis­po­si­tif et, si pos­sible, la fré­quence d'utilisation du dispositif. »

    Le tableau ci-des­sous pré­sente le type de rap­port à four­nir ain­si que sa pério­di­ci­té selon la classe de risque du dis­po­si­tif médical. 

    Dans ce cas par­ti­cu­lier, on s’intéresse au cas des dis­po­si­tifs de classe I. Il est donc indis­po­nible de rédi­ger, mettre à jour et à dis­po­si­tions des auto­ri­tés com­pé­tentes, si besoin, un PMSR.

    III- Stratégie (plan d’action)

    3.1 Démarche de conformité

    La figure 9 explique la démarche à suivre pour avoir un mar­quage CE selon l’article 52. Ain­si, les fabri­cants de dis­po­si­tifs de classe I doivent avoir une docu­men­ta­tion tech­nique conforme au règle­ment 2017/745 et avoir un sys­tème de mana­ge­ment de la qua­li­té conforme à l’ISO 13485 qui fait pré­somp­tion de confor­mi­té ; ou suivre les pro­cé­dures de l’annexe IX (Ch I et III)ou de démon­trer qu’il maî­trise la pro­duc­tion (annexe XI.A).

    3.2 Plan d’action à court terme (Mai 2020)

    Cette par­tie traite des exi­gences à mettre en place avant Mai 2020 pour main­te­nir le dis­po­si­tif sur le mar­ché. Mal­gré le deuxième cor­ri­gen­dum pour le règle­ment qui a été publié pour sou­la­ger les orga­nismes noti­fiés et aider les fabri­cants en leur accor­dants des délais pour se confor­mer, il y a des points majeurs à anti­ci­per. Les dates de tran­si­tion selon la situa­tion de l’entreprise sont les sui­vantes : [13]

    • DM de classe I : mai 2020
    • Nou­veaux DM de classe IIa, IIb et III : mai 2020
    • DM de classe Is, Im, IIa, IIb et III déjà CE : fin du cer­ti­fi­cat ou mai 2024 au plus tard
    • DM de classe Icr (Ins­tru­ment chi­rur­gi­cal réuti­li­sable), Is, Im : mai 2024
    • DM de classe I chan­geant de classe : mai 2024

    Les nou­veau­té décrites ci-des­sous sont détaillées dans la check-list pré­sente dans notre outil d’autodiagnostic.

    3.3 Plan d’action Moyen terme (Mai 2022)

    La base de don­nées Euda­med ayant été repous­sé de deux ans, les fabri­cants ont jusqu’en Mai 2022 pour attri­buer des IUD à leurs dis­po­si­tifs et les enre­gis­trer dans la base de don­nées Euro­péenne Euda­med. Cepen­dant, les fabri­cants doivent véri­fier les dis­po­ni­bi­li­tés d’une éven­tuelle ver­sion dégra­dée de la base de don­nées d’ici le 26 Mai 2020.

    Conclusion

    Ce pro­jet pro­po­sé par l’entreprise Blue­back dans le cadre de la mise en confor­mi­té de leur dis­po­si­tif de classe I selon le règle­ment 2017/745 nous a per­mis de rele­ver et d’analyser les nou­velles exi­gences régle­men­taires. Ces exi­gences ont été regrou­pées dans un outil d’autodiagnostic facile à exploi­ter per­met­tant aux fabri­cants d’évaluer leurs taux de confor­mi­té aux exi­gences spécifiques. 

    De même, un plan d’action a été pro­po­sé à l’entreprise sur le court et moyen terme en se basant sur les échéances recen­sées dans le règlement.

    Par ce pro­jet, nous avons eu des connais­sances plus appro­fon­dies dans le domaine de la règle­men­ta­tion et des com­pé­tences mana­gé­riales plus déve­lop­pées. Il a été ques­tion de mener à bien le pro­jet avec une équipe plu­ri­dis­ci­pli­naire en coopé­ra­tion avec l’entreprise Blue­back en s’échangeant les connais­sances et l’expérience. Ceci nous a per­mis de concré­ti­ser les connais­sances théo­riques acquises concer­nant le Règle­ment des dis­po­si­tifs médicaux.

    Références bibliographiques

    [1]       « Règle­ment (UE) 2017/745 du Par­le­ment euro­péen et du Conseil du 5 avril 2017 rela­tif aux dis­po­si­tifs médi­caux, modi­fiant la direc­tive 2001/83/CE, le règle­ment (CE) n° 178/2002 et le règle­ment (CE) n° 1223/2009 et abro­geant les direc­tives du Conseil 90/385/CEE et 93/42/CEE (Texte pré­sen­tant de l’intérêt pour l’EEE.) ». Ed. JO L 117, http://data.europa.eu/eli/reg/2017/745/oj, 05-mai-2017.

    [2]       J. Doe, « Medi­cal Devices », Inter­nal Mar­ket, Indus­try, Entre­pre­neur­ship and SMEs - Euro­pean Com­mis­sion, 21-nov-2018. [En ligne]. Dis­po­nible sur : https://ec.europa.eu/growth/sectors/medical-devices_en. [Consul­té le : 09-janv-2020].

    [3]       Syn­di­cat Natio­nal de l’Industrie des Tech­no­lo­gies Médi­cales, « Sni­tem - Pano­ra­ma de la filière indus­trielle des dis­po­si­tifs médi­caux en France 2019 », calameo.com, 13-janv-2020. [En ligne]. Dis­po­nible sur : https://www.calameo.com/read/0006105424e05e637bda8. [Consul­té le : 22-janv-2020].

    [4]       « Direc­tive 90/385/CEE du Conseil, du 20 juin 1990, concer­nant le rap­pro­che­ment des légis­la­tions des États membres rela­tives aux dis­po­si­tifs médi­caux implan­tables actifs ». Ed. JO L 189, http://data.europa.eu/eli/dir/1990/385/oj, 20-juill-1990.

    [5]       « Direc­tive 93/42/CEE du Conseil, du 14 juin 1993, rela­tive aux dis­po­si­tifs médi­caux ». Ed JO L 169, http://data.europa.eu/eli/dir/1993/42/oj, 12-juill-1993.

    [6]       C. Man­geol, « Enjeux et exi­gences de la nou­velle régle­men­ta­tion euro­péenne des dis­po­si­tifs médi­caux », Thèse, Aix Mar­seille Uni­ver­si­té, Mar­seille, 2019. [en ligne] Dis­po­nible sur : https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02140163/document.

    [7]       Blue­back, « Bro­chure Blue­back­Phy­sio ». 2018. Dis­po­nible sur : https://www.blueback.fr/produit/blueback-physio/

    [8]       Blue­back, « Notice Blue­back phy­sio V7 ». 2019. Dis­po­nible sur : https://www.blueback.fr/produit/blueback-physio/

    [9]       Com­mis­sion Euro­péenne, « Medi­cal devices with a mea­su­ring func­tion ». Juin1998. [En ligne] Dis­po­nible sur : https://www.gpc.center/download/817.

    [10]     P. RENARD, « Le temps presse pour les fabri­cants de DM de classe I », DeviceMed.fr, 28-mai-2019. [En ligne]. Dis­po­nible sur : https://www.devicemed.fr/dossiers/reglementation/le-temps-presse-pour-les-fabricants-de-dm-de-classe-i/19342. [Consul­té le : 24-déc-2019].

    [11]     M. Jac­que­mart, « La sur­veillance après com­mer­cia­li­sa­tion dans le domaine des dis­po­si­tifs médi­caux et l’impact du nou­veau règle­ment (UE) 2017/745 », Thèse, Uni­ver­si­té Tou­louse III PAUL SABATIER, Tou­louse, 23 Janvier2019. [en ligne] Dis­po­nible sur : http://thesesante.ups-tlse.fr/2604/1/2019TOU32002.pdf?fbclid=IwAR0S4xM95LvMUOESvYN72ABE-AR9086kJQ1pvp7xmFzAY5Rbyu-4RnvcBRE

    [12]     A. Groell, H. Zkeik, et K. Bena­ceur, « IDS005 - Sur­veillance après com­mer­cia­li­sa­tion des dis­po­si­tifs médi­caux », Uni­ver­si­té de Tech­no­lo­gie de Com­piègne (France), Mas­ter Ingé­nie­rie de la San­té, Par­cours Tech­no­lo­gies Bio­mé­di­cales et Ter­ri­toires de San­té (TBTS) et Dis­po­si­tif Médi­cal et Affaires Règle­men­taires (DMAR), Mémoire de pro­jet, www.travaux.master.utc.fr, puis « IDS » réf n° IDS005, janv. 2019.

    [13]     Guillaume Pro­mé, « Cor­ri­gen­dum du règle­ment DM et mesures tran­si­toires », Qua­li­ti­so, 05-mars-2019. [En ligne]. Dis­po­nible sur : https://www.qualitiso.com/periode-transition-dm-classe-i/. [Consul­té le : 16-déc-2019].

    searchhomearrow-circle-left