• IDS056 - Participation à la mise en place et à la réalisation du plan d'équipement 2020

    Avertissement

    Les projets ou stages publiés auxquels vous accédez sont des rapports d'étudiants et doivent être pris comme tels. Il peuvent donc comporter des imperfections ou des imprécisions que tout lecteur doit admettre et donc supporter. Il ont été réalisés pendant les périodes de formation et constituent avant-tout des travaux de compilation bibliographique, d'initiation et d'analyse sur des thématiques associées aux concepts, méthodes, outils et expériences sur les démarches qualité dans les organisations ou sur les technologies en santé.

    Si, malgré nos précautions, vous avez des raisons de contester ce droit de diffusion libre, , nous nous efforcerons d'y apporter une réponse rapide. L'objectif de la présentation des travaux sur le web est de permettre l'accès à l'information et d'augmenter ainsi la qualité des échanges professionnels.

    Nous ne faisons aucun usage commercial des travaux de projet ou de stage publiés, par conséquent les citations des informations et l'emploi des outils mis à disposition sont totalement libres. Dans ce cas, nous vous demandons de respecter les règles d'éthique en citant explicitement et complètement vos sources bibliographiques.

    Bonne lecture...

    Auteure

    FEBRISSY Pris­cil­lia

    Contact

    Citation

    A rap­pe­ler pour tout usage : Pris­cil­lia FEBRISSY, « Par­ti­ci­pa­tion à la mise en place et à la réa­li­sa­tion du plan d'équipement 2020 », Uni­ver­si­té de Tech­no­lo­gie de Com­piègne (France), Mas­ter Ingé­nie­rie de la San­té, Par­cours Tech­no­lo­gies Bio­mé­di­cales et Ter­ri­toires de San­té (TBTS) et Dis­po­si­tifs Médi­caux et Affaires Régle­men­taires (DMAR), Mémoire de stage, juillet 2020, https://travaux.master.utc.fr/formations-master/ingenierie-de-la-sante/ids056

    Résumé

    Au sein d’un éta­blis­se­ment de san­té public, le ser­vice bio­mé­di­cal joue un rôle stra­té­gique. En effet, il a pour res­pon­sa­bi­li­té les équi­pe­ments bio­mé­di­caux qui y sont pré­sents de l’achat à la réforme. Chaque année les ingé­nieurs bio­mé­di­caux dis­po­sant du pou­voir adju­di­ca­teur achètent des équi­pe­ments. Ces achats ont pour but de répondre aux besoins des uti­li­sa­teurs et de garan­tir la sécu­ri­té des soins déli­vrés aux patients. Au vu de la situa­tion éco­no­mique actuelle des éta­blis­se­ments de san­té publics en France, il est impor­tant pour les ingé­nieurs bio­mé­di­caux de ne pas dépas­ser le bud­get vali­dé. Ain­si, l'objet de ce stage est d’aider les ingé­nieurs bio­mé­di­caux à réa­li­ser le plan d’équipement de l’année 2020 en res­pec­tant les sou­haits des uti­li­sa­teurs et le bud­get vali­dé par la direc­tion. Le but étant de de trou­ver la méthode qui per­met de res­pec­ter le code des mar­chés publics, les besoins des uti­li­sa­teurs et le budget 

    Abstract

    Within a public health esta­blish­ment, the bio­me­di­cal ser­vice plays a stra­te­gic role. Indeed, he is res­pon­sible for the bio­me­di­cal equip­ments present there from the pur­chase to the reform. Each year the bio­me­di­cal engi­neers with the contrac­ting autho­ri­ty buy equip­ment. The pur­pose of these pur­chases is to meet the needs of users and to gua­ran­tee the safe­ty of patient care. In view of the cur­rent eco­no­mic situa­tion of public health esta­blish­ments in France, it is impor­tant for bio­me­di­cal engi­neers not to exceed the vali­da­ted bud­get. Thus, the pur­pose of this inter­n­ship is to help bio­me­di­cal engi­neers to car­ry out the equip­ment plan for the year 2020 while res­pec­ting the wishes of users and the bud­get appro­ved by mana­ge­ment. The goal is to find the method which allows to res­pect the code of public pro­cu­re­ment, user needs and budget.

    Téléchargements

    IDS056- Mémoire

    Par­ti­ci­pa­tion à la mise en place et à la réa­li­sa­tion du plan d'équipement 2020

    IDS056-Pos­ter

    Par­ti­ci­pa­tion à la mise en place et à la réa­li­sa­tion du plan d'équipement 2020

    Mémoire complet :

    PARTICIPATION À LA MISE EN PLACE ET A LA RÉALISATION DU PLAN D'ÉQUIPEMENT 2020 

    Remerciements

    Avant de déve­lop­per ce rap­port, je tiens à remer­cier en quelques lignes les nom­breuses per­sonnes qui ont per­mis que ce stage se déroule dans les meilleures conditions.

    Tout d’abord je tiens à remer­cier Mon­sieur Oli­vier GUIGOU, direc­teur de la Direc­tion des Achats, de la Logis­tique, des Inves­tis­se­ments et du Patri­moine (DALIP) qui a accep­té que j’effectue mon stage de fin d’étude au sein du ser­vice bio­mé­di­cal du Centre Hos­pi­ta­lier Sud Francilien. 

    Je vou­drais expri­mer ma recon­nais­sance envers ma tutrice de stage Madame Flo­rence BRICOT, Ingé­nieur et res­pon­sable du ser­vice bio­mé­di­cal, pour m’avoir accueilli dans son équipe et fait confiance. Je vou­drais témoi­gner ma recon­nais­sance envers Madame Maë­va MEUNIER, la deuxième ingé­nieur bio­mé­di­cal qui a su m’aider et répondre à toutes mes ques­tions. Mer­ci à vous deux de m’avoir per­mis de décou­vrir la vie pro­fes­sion­nelle d’un ingé­nieur bio­mé­di­cal hos­pi­ta­lier et de m’avoir trans­mis une par­tie de votre savoir.

    Je sou­haite remer­cier par­ti­cu­liè­re­ment tous les membres du per­son­nel du ser­vice bio­mé­di­cal (Ges­tion­naires et tech­ni­ciens) et les autres membres de la DALIP pour leur accueil, leur dis­po­ni­bi­li­té́ et leur marque de sym­pa­thie durant ces six mois. 

    Et je fini­rais en remer­ciant le per­son­nel soi­gnant du Centre Hos­pi­ta­lier Sud Fran­ci­lien (cadres, méde­cins, infir­mières, ...) qui a su m’accorder leur confiance dans les dos­siers en lien avec leurs ser­vices respectifs. 

    Introduction

    Un ser­vice bio­mé­di­cal au sein d’un éta­blis­se­ment de san­té occupe une place impor­tante. Il per­met de garan­tir la qua­li­té et la sécu­ri­té des soins déli­vrés aux patients : soit la prin­ci­pale pré­oc­cu­pa­tion de ces éta­blis­se­ments depuis 1996 [1] [2]. En effet, un ser­vice bio­mé­di­cal à la res­pon­sa­bi­li­té des dis­po­si­tifs médi­caux uti­li­sés pour pro­di­guer des soins de qua­li­té aux patients : cela passe par l’achat, la main­te­nance, la ges­tion, la for­ma­tion des uti­li­sa­teurs ou encore les décla­ra­tions de maté­rio­vi­gi­lance [3].

    Dans un éta­blis­se­ment de san­té, en fin d’année tout ser­vice bio­mé­di­cal four­nit un plan d’équipement annuel avec l’ensemble des dis­po­si­tifs médi­caux qui seront à ache­ter au cours de l’année sui­vante. Ce plan ren­seigne sur le bud­get pré­dé­fi­ni alloué à cha­cun de ces dis­po­si­tifs deman­dés par les per­son­nels médi­caux et soi­gnants soit dans le cadre d’un renou­vel­le­ment, soit d’une nou­velle acqui­si­tion. Or, les éta­blis­se­ments de san­té publics comme le Centre Hos­pi­ta­lier Sud Fran­ci­lien font face à des res­tric­tions bud­gé­taires [4].

    L’objectif du stage est donc de réa­li­ser et de mettre en place le plan d’équipement vali­dé pour l’année 2020 tout en tenant compte de la situa­tion finan­cière actuelle des éta­blis­se­ments de san­té mais éga­le­ment des besoins des utilisateurs. 

    Dans un pre­mier temps, la struc­ture d’accueil et son envi­ron­ne­ment seront pré­sen­tés. Ensuite, le contexte et des mis­sions réa­li­sées seront expli­qués et pour finir un bilan sur les apports du stage sera réalisé. 

    I-Présentation de la structure d'accueil et de son environnement 

    1) Le Groupement Hospitalier de Territoire “Île-de-France Sud”

    En juillet 2016, le Grou­pe­ment Hos­pi­ta­lier de Ter­ri­toire (GHT) “Ile-de-France Sud” a été créé et regroupe trois éta­blis­se­ments de san­té (Figure 1) :

    • Le Centre Hos­pi­ta­lier d’Arpajon
    • Le Centre hos­pi­ta­lier Sud-Essonne
    • Le Centre Hos­pi­ta­lier Sud Fran­ci­lien [5].
    Figure 1. Car­to­gra­phie du Grou­pe­ment Hos­pi­ta­lier Sud-Fran­ci­lien [Source : [6] ]

    Ces trois éta­blis­se­ments se situent dans le dépar­te­ment de l’Essonne qui se situe à moins de 40 km de Paris. Le Centre Hos­pi­ta­lier Sud Fran­ci­lien per­met d’assurer la prise en charge de près de 600 000 habi­tants [7]. Ain­si, afin de garan­tir l'accès aux soins à tous les patients sur l’ensemble du dépar­te­ment de l’Essonne dont la popu­la­tion est esti­mée à 1 319 400 d’habitants au 1er jan­vier 2020 selon l’Insee, le GHT a mis en place des coopé­ra­tions avec le GHT Nord Essonne et avec l’Assistance Publique - Hôpi­taux de Paris (APHP) [8] [9].

    Au sein d’un GHT, un éta­blis­se­ment est défi­ni comme éta­blis­se­ment sup­port avec pour res­pon­sa­bi­li­té la ges­tion de fonc­tion sup­port telle que les achats et la for­ma­tion des uti­li­sa­teurs pour l’ensemble des éta­blis­se­ments membres dans le but d’une mutua­li­sa­tion [10]. Pour le GHT Île-de-France Sud, l’établissement sup­port est le Centre Hos­pi­ta­lier Sud Fran­ci­lien [11].

    2) Le Centre Hospitalier Sud Francilien (CHSF)

    Le Centre hos­pi­ta­lier Sud Fran­ci­lien est le résul­tat de la fusion juri­dique en 1999 de l’hôpital Louise Michel d’Évry et de l’hôpital Gilles de Cor­beil [12].

    En effet, situé à Cour­cou­ronnes l’hôpital Louise Michel ouvert en octobre 1982 pos­sé­dait 300 lits de Méde­cine, Chi­rur­gie, Obs­té­trique en plus d’une uni­té de psy­chia­trie adulte. Et l’hôpital Gilles de Cor­beil, situé à Cor­beil-Essonnes ouvert en novembre 1985, visait à assu­rer l’ensemble des spé­cia­li­tés médi­cales telles que : la méde­cine nucléaire, l’urologie ou encore la can­cé­ro­lo­gie [13]. En 1998, l’hôpital Gilles de Cor­beil se lie au centre de réédu­ca­tion-réadap­ta­tion Albert Cal­mette situé à Yerres [12]. Étant des hôpi­taux de tailles moyennes, il leur était impos­sible d’offrir aux patients l’ensemble des acti­vi­tés médi­cales sur chaque site [13]. C’est pour cette rai­son qu’ils ont fusionné. 

    Afin de regrou­per les lieux de soins et l’ensemble des acti­vi­tés médi­cales du CHSF sur un site unique, un bâti­ment ouvre ses portes à Cor­beil-Essonnes en 2012.  L’ouverture de ce site unique entraîne alors la fer­me­ture de l’hôpital Louise Michel d'Évry, de l’hôpital Gilles de Cor­beil et du centre Albert Cal­mette cette même année [14] [15]. Il est consti­tué de 8 pôles médi­caux répar­tis sur 5 étages : 

    • Anes­thé­sio­lo­gie - Réani­ma­tion - Urgences SAMU-SMUR 
    • Femme-Mère-Enfant
    • Méde­cine
    • Méde­cine de spécialité
    • Psy­chia­trie adulte 
    • Chi­rur­gie
    • Médi­co-tech­nique et fonc­tions transversales 
    • San­té publique et soins de suite [16].

    Étant l’établissement de recours et réfé­rent dans son ter­ri­toire de san­té dans de nom­breuses spé­cia­li­tés, au 1er Jan­vier 2017 le CHSF comp­tait 3 529 pro­fes­sion­nels [17].

    Il a une capa­ci­té d'accueil de 1094 lits et places ce qui lui a per­mis d’enregistrer 84 373 séjours hos­pi­ta­liers dont la durée moyenne était de 4.2 j en 2018 [17]. Cette même année, le CHFS a réa­li­sé 12 340 inter­ven­tions chi­rur­gi­cales et 5 248 nais­sances grâce à : 

    • Ses deux blocs opé­ra­toires dont un lourd avec 11 salles et un ambu­la­toire avec 4 salles ;
    • Son bloc obs­té­tri­cal consti­tué de 10 salles d’accouchement ;
    • Et ses 24 lits de réanimation.

    Le pla­teau tech­nique est éga­le­ment doté de : 

    • 6 salles de radiologie
    • 3 salles d’échographies
    • 2 IRM
    • 2 scan­ners
    • 1 TEP-Scan
    • 2 Gam­ma-came­ras
    • 1 mam­mo­graphe numérique 
    • 1 labo­ra­toire de bio­lo­gie médicale
    • 1 labo­ra­toire d’hygiène hospitalière.

    Cela a per­mis en 2017 de réa­li­ser plus de 40 200 actes d’imagerie, 5200 scin­ti­gra­phies et exa­mens TEP-scan, envi­ron 2,5 mil­lions d’actes de bio­lo­gie et 307 142 consul­ta­tions (hors urgences) en 2018 [17]

    La fusion concerne éga­le­ment les éta­blis­se­ments de soins avec qui ils étaient liés, ain­si le groupe hos­pi­ta­lier Sud Fran­ci­lien est com­po­sé en plus du site à Corbeil-Essonnes :

    • D’un Éta­blis­se­ment d’Hébergement Pour Per­sonnes Âgées Dépen­dantes : Mai­son d’Accueil Gali­gna­ni à Cor­beil-Essonnes [18] ;
    • D’unités psy­chia­triques dans le sud de l’Essonne [19];
    • De ser­vices de méde­cine péni­ten­tiaire pour les déte­nues de la pri­son de Fleu­ry-Méro­gis [20] ;
    • D’instituts de for­ma­tion à Cor­beil-Essonnes (Soins Infir­miers (IFSI), Mani­pu­la­teurs en Élec­tro­ra­dio­lo­gie Médi­cale (IFMEM), Aides-Soi­gnants (IFAS), Auxi­liaires de Pué­ri­cul­ture (IFAP)) [21] ;
    • Le SAMU-SMUR de l’Essonne.

    Deux gros pro­jets ont été lan­cés en 2020 sur le site du CHSF à Cor­beil-Essonnes, la construc­tion du pre­mier centre de Pro­créa­tion Médi­ca­le­ment Assis­té de l’Essonne et la construc­tion d’un bâti­ment pour la relo­ca­li­sa­tion des quatre ins­ti­tuts de formations. 

    3) Le service biomédical 

                Le ser­vice bio­mé­di­cal fait par­tie de la Direc­tion des Achats, de la Logis­tique, des Inves­tis­se­ments et du Patri­moine. Il est com­po­sé de deux ingé­nieurs bio­mé­di­caux cha­peau­tant trois ges­tion­naires des res­sources bio­mé­di­cales et six tech­ni­ciens bio­mé­di­caux (Figure 2). Les bureaux des ingé­nieurs et ges­tion­naires se situent au 2ème étage du CHSF, tan­dis que l’atelier des tech­ni­ciens se situe au 1er étage. 

    Figure 2. Orga­ni­gramme du ser­vice bio­mé­di­cal du CHSF [Source : Auteur] 

    Le ser­vice bio­mé­di­cal du CHSF étant res­pon­sable des DM de l'établissement s’organise autour de deux prin­ci­pales mis­sions qui sont : l’achat et la main­te­nance de ces DM.

                Mis­sion d’achat

    La mis­sion d’achat est assu­rée par les ingé­nieurs bio­mé­di­caux et les ges­tion­naires. Elle englobe deux types d’achats : les achats liés à de l’investissement et les achats liés à de l’exploitation.

    Ain­si, cette mis­sion d’achat com­prend chaque année : 

    • L’élaboration de la stra­té­gie d’achat ;
    • L'acquisition d’équipements bio­mé­di­caux dans le but d’un renou­vel­le­ment ou nou­velle acquisition ;
    • La ges­tion des mar­chés des équi­pe­ments bio­mé­di­caux en achat, en location, ... ; 
    • La mise en place de plans de for­ma­tion pour les uti­li­sa­teurs et/ou des tech­ni­ciens bio­mé­di­caux si nécessaire ;
    • La ges­tion des consom­mables biomédicaux ; 
    • La veille sur les tech­no­lo­gies et les règle­ments en lien avec les équi­pe­ments biomédicaux 

    En 2020, le Ser­vice bio­mé­di­cal s’est vu mettre à dis­po­si­tion un bud­get de près de 3 700 000 € afin de réa­li­ser sa mis­sion d’achat.

                Mis­sion de maintenance 

    La mis­sion de main­te­nance est assu­rée par l’ensemble du ser­vice bio­mé­di­cal. En effet, elle s’effectue en deux étapes : 

    • La 1ere étape vise à réflé­chir à la stratégie :

    Les ingé­nieurs décident qu’à la sor­tie de garan­tie d’un équi­pe­ment la main­te­nance se fera en interne ou par un pres­ta­taire avec lequel ils auraient sous­crit un contrat de main­te­nance. Lors de cette étape, ils peuvent se faire conseiller par les tech­ni­ciens biomédicaux.

    • La 2ème étape vise à exé­cu­ter la stratégie : 

    Dans le cas où un équi­pe­ment n’est pas sous contrat, les tech­ni­ciens réa­lisent la main­te­nance pré­ven­tive et cura­tive. C’est pour cette rai­son que l’atelier dis­pose d’un empla­ce­ment stra­té­gique au 1er étage, au plus près de ses plus gros clients comme le ser­vice de réanimation. 

    Dans le cas où un équi­pe­ment est sous contrat, une ges­tion­naire gère son contrat et les tech­ni­ciens s’assurent que les pres­ta­taires réa­lisent les maintenances. 

    En 2020, le ser­vice bio­mé­di­cal doit assu­rer la main­te­nance du parc du CHSF qui se consti­tue d’environ 13 000 équi­pe­ments. Pour les aider ils ont à leur dis­po­si­tion un logi­ciel de Ges­tion de Main­te­nance Assis­tée par Ordinateur. 

    Le ser­vice bio­mé­di­cal du CHSF est un ser­vice recon­nu au sein de l’établissement. En effet mal­gré ses faibles res­sources humaines et sa res­pon­sa­bi­li­té d’établissement sup­port du GHT “Ile-de-France Sud”, il par­vient à satis­faire les uti­li­sa­teurs et sur­tout à garan­tir la sécu­ri­té et la qua­li­té des soins pro­di­gués aux patients. 

    II- Le Contexte

    1) Le plan d’équipement annuel 

    Au sein d’un éta­blis­se­ment de san­té, chaque année un plan d’équipement est éta­bli et doit être res­pec­té par les ingé­nieurs bio­mé­di­caux. Il a pour but de per­mettre le renou­vel­le­ment des équi­pe­ments consti­tuant le parc mais éga­le­ment l’achat de nou­veaux équi­pe­ments pour déve­lop­per des acti­vi­tés et suivre les évo­lu­tions tech­no­lo­giques [22].

    Pour éta­blir ce plan d’équipement deux étapes essen­tielles doivent être réa­li­sées en amont :  le recen­se­ment des besoins auprès des uti­li­sa­teurs et la vali­da­tion lors d’une com­mis­sion d’équipement médi­cal (Figure 3).

    Figure 3. Cycle de vie d’un équi­pe­ment bio­mé­di­cal au sein d’un éta­blis­se­ment de san­té [Source : Auteur] 

    Au cours du troi­sième tri­mestre de l’année N-1, une cam­pagne est lan­cée afin de recen­ser les besoins des uti­li­sa­teurs. En effet, les chefs de ser­vice, les chefs de pôles, cadres de pôles, les cadres de ser­vice font remon­ter les besoins de leur ser­vice pour l’année N aux ingé­nieurs bio­mé­di­caux. A l’issu de ce recen­se­ment, les ingé­nieurs bio­mé­di­caux ren­contrent les res­pon­sables médi­caux et para­mé­di­caux de chaque pôle pour un bilan annuel et prio­ri­ser leurs besoins. A la suite de cette ren­contre, les ingé­nieurs réa­lisent un chif­frage pour l’ensemble des équi­pe­ments deman­dés par chaque pôle. C’est après cela qu’une com­mis­sion médi­cale d’établissement (CEM) se réunit afin de prio­ri­ser ces demandes au cours du qua­trième tri­mestre de l’année N-1 [23].

    En effet, en 2005 à l’issu de l’article L.6144-1-l du Code de la San­té Publique de l’ordonnance n°2005-406 dans chaque éta­blis­se­ment de san­té public une com­mis­sion médi­cale d’établissement a été créée [24]. Cette com­mis­sion par­ti­cipe à l’élaboration de la poli­tique médi­cale d’un éta­blis­se­ment de san­té. Sa com­po­si­tion, son fonc­tion­ne­ment, ses attri­bu­tions et ses com­pé­tences se sont vus réor­ga­ni­sés plu­sieurs fois depuis sa créa­tion après dif­fé­rentes lois (Figure 4).

    Figure 4. Chro­no­lo­gie des lois impac­tant les com­mis­sions médi­cales d’établissement (CEM) [Source : Auteur, d’après [25]]

    De nos jours, la CEM est com­po­sée de l'ensemble des chefs de pôle d'activités cli­niques et médi­co­tech­niques et de repré­sen­tants élus du per­son­nel médi­cal, odon­to­lo­gique et phar­ma­ceu­tique du centre hos­pi­ta­lier [25]. Elle se réunit au moins quatre fois par an pour éla­bo­rer le pro­jet médi­cal de l’établissement qui vise à amé­lio­rer conti­nuel­le­ment la qua­li­té et la sécu­ri­té des soins appor­tés aux patients [26]. Elle est éga­le­ment consul­tée pour la réa­li­sa­tion du plan d’équipement annuel [25]. En effet, lors d’une ren­contre de la CEM, ses membres vont prio­ri­ser et vali­der les demandes faites par les repré­sen­tants des pôles et qui seront trai­tées au cours de l’année N [23]. À cette même occa­sion un bud­get sera pré­dé­fi­ni à chaque demande validée. 

    En 2020, la CEM a sta­tué pour un bud­get d’un mil­lion d’euros pour le plan d’équipement annuel. 

    2) Le code des marchés publics

    Pour mener à bien leur mis­sion d’achat, les ingé­nieurs bio­mé­di­caux ayant le pou­voir adju­di­ca­teur les dési­gnant ache­teurs pour un éta­blis­se­ment de san­té public se doivent de res­pec­ter les pro­cé­dures des mar­chés publics issus du code de la com­mande publique [27]. Dans les mar­chés publics on dis­tingue trois branches : 

    • Le mar­ché de travaux ;
    • Le mar­ché de four­ni­ture : Achats, loca­tions, loca­tion-ventes de pro­duits, etc… ;
    • Le mar­ché de ser­vices [28].

    Dans cha­cune de ces branches en fonc­tion de la valeur du mar­ché, des pro­cé­dures d’achat spé­ci­fiques et des règles de publi­ci­té doivent être res­pec­tées [29]. Cepen­dant, les seuils de pro­cé­dures varient selon le type du mar­ché public et de l’acheteur [30]. Dans le cas d’un ser­vice bio­mé­di­cal, les seuils res­pec­tés sont ceux du mar­ché de four­ni­ture des acteurs hors état. Ain­si, dans un éta­blis­se­ment de san­té depuis le 1er Jan­vier 2020, les ingé­nieurs bio­mé­di­caux peuvent recou­rir à une (Figure 5) : 

    • Pro­cé­dure négociée : 

    Cette pro­cé­dure doit être res­pec­tée lorsque la valeur du mar­ché est infé­rieure à 40 000 € HT et ne néces­site de mise en concur­rence et de publi­ci­tés [31]. Avec cette pro­cé­dure, il est pos­sible de négo­cier (les prix, la quan­ti­té, les délais, la garan­tie) avec un ou plu­sieurs opé­ra­teurs. A l’issu de cette pro­cé­dure, l’ingénieur bio­mé­di­cal doit éta­blir un rap­port repre­nant les rai­sons de la pas­sa­tion du mar­ché. Ce rap­port doit être conser­vé et pour­ra être deman­dé par les auto­ri­tés si besoin [32].

    • Pro­cé­dure adap­tée (ou MAPA) : 

    Cette pro­cé­dure doit être res­pec­tée lorsque la valeur du mar­ché est com­prise entre 40 000€ HT et 213 999,99€ HT [30]. Elle néces­site la mise à dis­po­si­tion par l’acheteur d’un dos­sier de consul­ta­tion des Entre­prises (DCE) repre­nant le besoin et les moda­li­tés du mar­ché sur une pla­te­forme déma­té­ria­li­sée [33]. Cela a pour but d’informer les opé­ra­teurs qui sont libres d’y répondre ou non et de les mettre en concur­rence dans un délai impar­ti. L’acheteur choi­sit alors l’offre la plus adap­tée à son besoin et peut négo­cier si cela est noti­fié dans le dos­sier de consul­ta­tion [34].

    Le DCE comprend :

    • Le Règle­ment Consul­ta­tion (RC) : Fixe les règles du mar­ché [35];
    • Le Cahier des Clauses Tech­niques Par­ti­cu­lières (CCTP) : Défi­nit les carac­té­ris­tiques tech­niques de l’objet du mar­ché et com­prend un ques­tion­naire tech­nique et un bor­de­reau de prix qui seront com­plé­tés par les opé­ra­teurs [36] ;   
    • Le Cahier des Clauses Admi­nis­tra­tives Par­ti­cu­lières (CCAP) : Défi­nit les règles admi­nis­tra­tives du mar­ché [37] ;
    • L’Acte d’engagement (AE) : Résume les clauses du mar­ché [38]. 

    Il existe un seuil de 90 000€ HT qui a un impact sur la publi­ci­té du DCE dans le cadre d’une pro­cé­dure adap­tée [39].  En effet, en des­sous de 90 000€ HT le choix de la pla­te­forme pour la publi­ci­té est libre mais doit être adap­tée à l'objet du mar­ché. L’acheteur a le choix entre : le pro­fil d’acheteur, une presse spé­cia­li­sée, la presse locale, le Bureau Offi­ciel des Annonces des Mar­chés Publics (BOAMP), etc….  Au-des­sus de 90 000€ HT, la publi­ci­té se fait obli­ga­toi­re­ment dans le jour­nal habi­li­té à rece­voir des annonces légales (JAL), soit sur le BOAMP [31]. 

    • Pro­cé­dure for­ma­li­sée ou Appel d’Offre : 

    Cette pro­cé­dure doit être res­pec­tée lorsque la valeur du mar­ché est supé­rieure à 214 000 € HT [30]. Tout comme pour un MAPA, un dos­sier de consul­ta­tion doit être rédi­gé dans un appel d’offre. Cepen­dant, le DCE est publié sur deux pla­te­formes déma­té­ria­li­sées : le BOAMP et le Jour­nal offi­ciel de l'Union euro­péenne (JOUE) afin d’informer les opé­ra­teurs [30].  L’acheteur choi­sit alors la pro­po­si­tion la plus adap­tée mais n’a pas le doit le négo­cier [34]. On dis­tingue deux types d’appel d’offre : ouvert ou restreint. 

    On parle d’appel d’offre ouvert lorsque tout opé­ra­teur peut y répondre. Dans ce cas, les opé­ra­teurs dis­posent de mini­mum 35 jours à par­tir de la date de publi­ca­tion pour y répondre [40].

    On parle d’appel d’offre res­treint lorsque seuls les opé­ra­teurs ayant été pré-sélec­tion­nés anté­rieu­re­ment peuvent y répondre. Dans ce cas, les opé­ra­teurs dis­posent de mini­mum 30 jours à par­tir de la date de publi­ca­tion pour y répondre [40].

    Figure 5. Moda­li­tés des seuils du mar­ché public de four­ni­ture pour les éta­blis­se­ments de san­té publics
    [Source : Auteur]

    Cha­cune de ces pro­cé­dures doit suivre trois grands prin­cipes sous peine de sanc­tions pénales :

    • La liber­té d’accès :

    Tout opé­ra­teur doit pou­voir avoir accès aux besoins des ache­teurs publics. Cela est pos­sible grâce à la publi­ca­tion sur des pla­te­formes déma­té­ria­li­sées [28].

    • L’égalité de traitement : 

    Tous les opé­ra­teurs doivent rece­voir le même trai­te­ment. Le cahier des charges se doit neutre afin de per­mettre au plus grand nombre d’opérateur d’y répondre. Toutes les can­di­da­tures reçues dans les délais impar­tis doivent être exa­mi­nées. De plus, si un opé­ra­teur demande des infor­ma­tions com­plé­men­taires l’acheteur se doit de trans­mettre la réponse à tous les can­di­dats [28]. 

    • La trans­pa­rence :

    Elle assure les deux autres prin­cipes. Ce prin­cipe explique la rai­son pour laquelle pour les appels d’offres, les opé­ra­teurs sont infor­més des cri­tères de choix dès la publi­ci­té. De plus, lorsqu’une offre est refu­sée, l'acheteur se doit de trans­mettre au can­di­dat les motifs du rejet [28] . 

    3) Les centrales d’achat publiques 

    Les ingé­nieurs bio­mé­di­caux peuvent uti­li­ser des pro­cé­dures (négo­ciées, adap­tées, for­ma­li­sées) afin de pro­cé­der à l’achat d’un équi­pe­ment en direct avec les opé­ra­teurs. Mais ils peuvent éga­le­ment acqué­rir un équi­pe­ment en pas­sant par l’intermédiaire de cen­trales d’achat. Le code de la com­mande publique pré­voit la pré­sence d’une cen­trale d’achat per­met­tant à des ache­teurs de pou­voir acqué­rir des four­ni­tures ou des ser­vices [41]. Tout cela en res­pec­tant le code des mar­chés publics (règles de publi­ci­tés, de mise en concur­rence) mais sans pas­ser par les pro­cé­dures citées au-des­sus [42]. En effet, les cen­trales d’achat étant sou­mises au code des mar­chés publics, pour y être réfé­ren­cés les opé­ra­teurs doivent répondre et rem­por­ter un appel offre res­pec­tant les condi­tions des mar­chés publics [43]. Ain­si, pas­ser par une cen­trale d’achat per­met de faci­li­ter le pro­ces­sus d’achat et garan­tir une sécu­ri­té juri­dique pour les ache­teurs. De plus, cela per­met de ras­su­rer l’acheteur au sujet la qua­li­té et la confor­mi­té du pro­duit, mais éga­le­ment de réduire les coûts [44]. Cepen­dant l’acheteur a tou­jours l’obligation de s’assurer du bon res­pect de l’exécution du mar­ché [42].

    Dans le monde hos­pi­ta­lier public fran­çais, les ingé­nieurs bio­mé­di­caux dis­posent de plu­sieurs cen­trales d’Achats :

    • L’Union des Grou­pe­ments d’Achats Publics (UGAP) :

    Il s’agit d’un Éta­blis­se­ment Public Indus­triel et Com­mer­cial pro­po­sant à la vente une grande varié­té de pro­duits tels que des équi­pe­ments médi­caux, des four­ni­tures, des consom­mables ou encore des pres­ta­tions de ser­vice [45]. De nos jours, elle met à dis­po­si­tion des ache­teurs plus de 1,4 mil­lions de réfé­rences [46]. 

    • Le Réseau des Ache­teurs Hos­pi­ta­liers (RESAH) :

    Il s’agit d’un Grou­pe­ment d’Intérêt Public (GIP) qui se base sur la mutua­li­sa­tion des achats. Elle pro­pose plus de 3 500 mar­chés aux ache­teurs qui sont répar­tis en 10 filières telles que la bio­lo­gie ou encore ingé­nieur bio­mé­di­cal. Avec cette cen­trale pour pou­voir béné­fi­cier d’une offre com­po­sant le mar­ché, il faut payer un for­fait qui donne accès à l’ensemble des offres de ce dit mar­ché [47].

    • L’Union des Hôpi­taux pour les Achats (Uni­HA) :

    Il s’agit d’une coopé­ra­tive créée par des hos­pi­ta­liers qui a pour but de mutua­li­ser les achats [48]. Elle pro­pose 16 familles de pro­duits répar­tis en 4 sec­teurs dont les pro­duits de san­tés et les équi­pe­ments médi­caux [49]. Tout comme le RESAH, pour béné­fi­cier d’un mar­ché à Uni­HA il faut payer une adhésion. 

    4) La problématique 

    Les hôpi­taux publics fran­çais subissent depuis plu­sieurs années une dégra­da­tion de leur situa­tion finan­cière. En effet, en 2018 plus de 50% des éta­blis­se­ments de san­tés sont défi­ci­taires selon la Direc­tion de la Recherche, des Études, de l’Évaluation et des Sta­tis­tiques. Cela est dû au fait que le bud­get rela­tif à l’exploitation des acti­vi­tés des éta­blis­se­ments et celui rela­tif aux rem­bour­se­ments des dettes sont plus impor­tants que les recettes engen­drées [50]. Ain­si, pour évi­ter d'augmenter le défi­cit des éta­blis­se­ments de san­té, il est impor­tant de réduire ou de sta­bi­li­ser le bud­get en lien avec l’exploitation et les dettes et d’augmenter les recettes. C’est pour­quoi ce mémoire ten­te­ra de répondre à la ques­tion suivante : 

    Com­ment réa­li­ser un plan d’équipement d’un éta­blis­se­ment de san­té tout en res­pec­tant le bud­get pré­dé­fi­ni et le code des mar­chés publics ? 

    5) Les enjeux et objectifs 

    L’achat d’un équi­pe­ment par un ingé­nieur bio­mé­di­cal n’est pas ano­din pour un éta­blis­se­ment de san­té. En effet, cet achat a des impacts à dif­fé­rents niveaux mais ayant le même but (Figure 6) :

    • Au niveau du per­son­nel soignant : 

    Il per­met d’améliorer les condi­tions de tra­vail du per­son­nel soi­gnant qui sont déjà com­pli­quées [51]. Ain­si, les membres du per­son­nel sont moti­vés à res­ter au sein de l’établissement et à déli­vrer des soins de qua­li­té aux patients. 

    • Au niveau des patients :

    Il per­met de conti­nuer à garan­tir la qua­li­té et la sécu­ri­té des soins déli­vrés au patient au sein de l’établissement.  Ain­si, il amé­liore la qua­li­té per­çue des soins déli­vrés au sein de l’établissement et par consé­quent la noto­rié­té de ce der­nier [1].

    • Au niveau finance de l’établissement :

    Il peut per­mettre grâce à un renou­vel­le­ment d’équipement de conti­nuer voire d’améliorer une acti­vi­té. Et s’il s’agit d’un nou­vel équi­pe­ment, de pro­po­ser une nou­velle acti­vi­té au sein de l’établissement [22]. Ain­si, plus d’actes sont réa­li­sés ce qui génère plus de recettes pour l’établissement.

    Figure 6. Impact de l’achat d’un équi­pe­ment bio­mé­di­cal sur un éta­blis­se­ment de san­té [Source : Auteur]

    L’achat d’un équi­pe­ment a éga­le­ment un impact sur le ser­vice bio­mé­di­cal. En effet, il aura l’équipement sous sa res­pon­sa­bi­li­té tout au long de sa vie au sein de l’établissement. Il devra assu­rer sa main­te­nance, la for­ma­tion sur son uti­li­sa­tion ou encore rédi­ger les décla­ra­tions de maté­rio­vi­gi­lance [3].

    Pour toutes ces rai­sons, les objec­tifs sont les suivants : 

    • Réa­li­ser le plan d’équipement annuel en res­pec­tant les demandes des utilisateurs 
    • Res­pec­ter le code des mar­chés publics 
    • Maî­tri­ser les budgets 
    • Obte­nir toutes les infor­ma­tions rela­tives aux équipements 
    • Opti­mi­ser le parc 

    III- Les missions réalisées 

    1) Les méthodes utilisées

    Afin de réa­li­ser au mieux le plan d’équipement 2020 du CHSF tout en res­pec­tant le code des mar­chés publics et le bud­get pré­dé­fi­ni, une méthode spé­ci­fique a été utilisée : 

    • Pour les équi­pe­ments dont la valeur du mar­ché est infé­rieure à 40 000€ HT ;
    • Et ceux dont la valeur du mar­ché est supé­rieure à 40 000€ HT. 

    Dans les deux cas, la pre­mière étape est de recen­ser au mieux les besoins exacts des uti­li­sa­teurs afin de déli­mi­ter et cibler le péri­mètre de recherche. Par la suite, afin de pou­voir obte­nir au final une offre finan­cière inté­res­sante, il est judi­cieux de regrou­per des besoins simi­laires si cela est pos­sible. En effet, il est plus facile pour une socié­té de faire un geste com­mer­cial pour un ensemble d'équipements que pour un seul. Les étapes qui suivent sont dif­fé­rentes qu’il s’agisse d’un équi­pe­ment d’une valeur de mar­ché infé­rieure à 40 000€ HT ou d’un équi­pe­ment d’une valeur de mar­ché supé­rieure à 40 000€ HT. 

    Méthode uti­li­sée pour les équi­pe­ments d’une valeur de mar­ché infé­rieure à 40 000€ HT

    Pour les équi­pe­ments d’une valeur de mar­ché infé­rieure à 40 000€ HT, il y a deux cas de figures à envi­sa­ger : l’achat d’un nou­vel équi­pe­ment ou l’achat d’un équi­pe­ment déjà pré­sent dans l’établissement (Figure 7).

    Pour l’achat d’un équi­pe­ment déjà pré­sent sur l’établissement : 

    Le logi­ciel de Ges­tion de Main­te­nance Assis­tée par Ordi­na­teur (GMAO) per­met de connaître “l’identité” de l’équipement. Connaître le modèle de l’équipement déjà pré­sent dans l’établissement grâce à la GMAO per­met de savoir le modèle qu’il fau­dra ache­ter. De ce fait, l’homogénéité du parc est garan­tie faci­li­tant ain­si les condi­tions de travail : 

    • Des uti­li­sa­teurs : ils sont confron­tés à un seul modèle, une même inter­face, un même logi­ciel, mêmes consom­mables, etc… ;
    • Et du ser­vice bio­mé­di­cal : l’uniformisation du parc per­met de faci­li­ter la maintenance. 

    Avant toute pro­cé­dure d’achat il est impor­tant de véri­fier que l’établissement ne pos­sède pas déjà l’équipement et que ce der­nier n’est pas uti­li­sé par un ser­vice. Dans le cas où l’établissement pos­sé­de­rait déjà l’équipement, dans la GMAO l’équipement serait affec­té à la réserve de l’atelier bio­mé­di­cal.  Ain­si, si la GMAO indique que le modèle de l’équipement deman­dé est pré­sent dans la réserve de l’atelier bio­mé­di­cal et qu’après véri­fi­ca­tion ce der­nier fonc­tionne, il est redé­ployé dans le ser­vice demandeur. 

    Dans le cas contraire, tou­jours grâce à la GMAO, il est pos­sible de savoir com­ment les équi­pe­ments simi­laires ont été acquis dans le passé : 

    Soit via une cen­trale :

    Lorsqu’il a été ache­té via une cen­trale d’achat, même si le mar­ché est tou­jours actif il est impor­tant de véri­fier sur les autres cen­trales d’achat. En effet, il est pos­sible qu’entre temps, la socié­té est réfé­ren­cée son équi­pe­ment dans plu­sieurs cen­trales. D’une cen­trale d’achat à une autre, pour un même équi­pe­ment le prix peut dif­fé­rer.  Si l’équipement est pré­sent dans une autre cen­trale, il est impor­tant de contac­ter la socié­té afin de pou­voir com­pa­rer les offres. Cela dans le but de s’assurer que la confi­gu­ra­tion pro­po­sée sur la cen­trale cor­res­pond à la confi­gu­ra­tion sou­hai­tée par les uti­li­sa­teurs. S’il s’avère que l’offre pro­po­sée sur une autre cen­trale est moins inté­res­sante, la com­mande de l’équipement se fera via le mar­ché uti­li­sé anté­rieu­re­ment. Dans le cas où il n’est pré­sent sur une autre cen­trale, il suf­fit de contac­ter la socié­té afin de l’informer que l’établissement com­mande via le mar­ché uti­li­sé dans le passé.

    Soit en direct chez une socié­té

    Lorsqu’il a été com­man­dé en direct, il est impor­tant de recher­cher en cen­trale dans un pre­mier temps car le prix des équi­pe­ments pré­sents en cen­trale sont déjà négo­ciés. Il se peut qu'entre le temps de l’ancienne com­mande et l’instant pré­sent, l’équipement se soit fait réfé­ren­cer. En paral­lèle, il est impor­tant de réa­li­ser des recherches sur le mar­ché actuel. En effet, il arrive par­fois qu’un équi­pe­ment soit ven­dus par plu­sieurs “reven­deurs “ soit des socié­tés autre que la socié­té qui l’a fabri­qué. Il est éga­le­ment pos­sible que sur l’UGAP, des équi­pe­ments soit réfé­ren­cée par des “reven­deurs”. D’où l'intérêt de deman­der un devis aux dif­fé­rentes socié­tés mais éga­le­ment aux cen­trales si l’équipement est réfé­ren­cé. Si l’équipement est pré­sent dans une cen­trale et qu’elle pro­pose une offre plus inté­res­sante alors l’équipement est com­man­dé sur la cen­trale. Dans le cas contraire, un mar­ché négo­cié est pas­sé avec la socié­té pro­po­sant l’offre la plus inté­res­sante finan­ciè­re­ment. Il peut s’agir de la socié­té dans laquelle la com­mande anté­rieure avait été pas­sé mais il peut éga­le­ment s’agir d’une autre société. 

    Pour l’achat d’un nou­vel équipement 

    Tout démarre par un bench­mark afin de recen­ser les socié­tés qui seraient sus­cep­tibles de répondre aux besoins. Bien sou­vent, les uti­li­sa­teurs par­ti­cipent à cette étape.  Une fois repé­rées, les socié­tés sont contac­tées pour obte­nir des infor­ma­tions au sujet de l’équipements telles que : la fiche tech­nique, savoir s’il y a des consom­mables, si ces consom­mables sont cap­tifs, etc…. Si ce der­nier est inté­res­sant, une ren­contre est orga­ni­sée dans le but de trou­ver la confi­gu­ra­tion qui pour­rait répondre aux besoins des uti­li­sa­teurs. Afin de com­pa­rer et ana­ly­ser effi­ca­ce­ment les dif­fé­rentes solu­tions pro­po­sées par les socié­tés, un tableau com­pa­ra­tif et une étude du coût com­plet (consom­mables, main­te­nance) sont réa­li­sés. Par la suite, des essais sont réa­li­sés avec les uti­li­sa­teurs pour qu’ils puissent tes­ter l'équipement et de véri­fier l’adéquation aux besoins. Une fois tous les essais réa­li­sés, les uti­li­sa­teurs et les ingé­nieurs bio­mé­di­caux se réunissent afin de sta­tuer sur la socié­té qui sur le point tech­nique et finan­cier répond au mieux au besoin. Le choix fait, si l’équipement est en cen­trale, la com­mande se fait en cen­trale après avoir obte­nu les réfé­rences de la bonne confi­gu­ra­tion auprès de la socié­té. Dans le cas inverse, un mar­ché négo­cié est pas­sé avec la socié­té après une éva­lua­tion du mon­tant et/ou de la complexité. 

    Figure 7. Pro­ces­sus sui­vi pour l’achat d’équipements dont la valeur du mar­ché est infé­rieure à 40 000€ HT [Source : Auteur]

    Méthode uti­li­sée pour les équi­pe­ments d’une valeur de mar­ché supé­rieure à 40 000€ HT

    Pour les équi­pe­ments d’une valeur de mar­ché supé­rieure à 40 000€ HT, tout com­mence par un bench­mark afin de recen­ser l’ensemble des socié­tés qui serait sus­cep­tible de répondre au besoin. Afin d’éviter d’entamer une pro­cé­dure qui demande du temps, il est inté­res­sant de recher­cher si les équi­pe­ments des socié­tés trou­vées lors du bench­mark sont réfé­ren­cés en cen­trale. En effet, en plus d’être un gain de temps, pas­ser par une cen­trale est éga­le­ment un gain d’argent, car les prix sont déjà négo­ciés. Ces recherches sont réa­li­sées dans le but de contac­ter et de ren­con­trer les socié­tés réfé­ren­cées en cen­trale pour savoir s’ils auraient une solu­tion qui pour­rait être adap­tée au besoin. S’il y a une solu­tion adap­tée, des essais avec les uti­li­sa­teurs sont réa­li­sés. Dans le cas où les uti­li­sa­teurs estiment que les essais se sont bien pas­sés alors il est envi­sa­geable de pas­ser par une cen­trale. Dans le cas contraire mais éga­le­ment lorsque l’équipement n’est pas réfé­ren­cé en cen­trale, un dos­sier de consul­ta­tion des entre­prises doit être rédi­gé afin de lan­cer une pro­cé­dure res­pec­tant le code des mar­chés publics. Les condi­tions de la pro­cé­dure notam­ment les règles de publi­ci­té dépendent du mon­tant du mar­ché. Cepen­dant peu importe le mon­tant du mar­ché, à l’issu de la publi­ca­tion les réponses reçues sont ana­ly­sées et des essais sont réa­li­sés. A la suite des essais, les uti­li­sa­teurs et les ingé­nieurs bio­mé­di­caux se réunissent afin de déci­der sur le plan tech­nique et finan­cier l’équipement le mieux adap­té pour com­man­der chez la société. 

                Dans toutes les pos­si­bi­li­tés évo­quées ci-des­sus sauf pour les équi­pe­ments d’une valeur de mar­ché supé­rieur à 214 000€ HT, il est pos­sible de négo­cier. En effet, dans les der­nières dis­cus­sions avec les socié­tés à la fina­li­sa­tion de la com­mande, il est pos­sible de deman­der à la socié­té si elle est prête à faire un geste com­mer­cial.  De plus, lors de la fina­li­sa­tion de la com­mande, il est impor­tant de deman­der le cer­ti­fi­cat de mar­quage CE pour s’assurer que le dis­po­si­tif est conforme à la régle­men­ta­tion en vigueur.  Il est éga­le­ment essen­tiel de deman­der le cata­logue tarif des pièces déta­chées et les dif­fé­rents contrats de main­te­nance en pré­vi­sion de la maintenance. 

    Figure 8. Pro­ces­sus sui­vi pour l’achat d’équipements dont la valeur du mar­ché est supé­rieure à 40 000€ HT [Source : Auteur]

    2) Exemple de résultats attendus et les objectifs 

    Au plan d’équipement 2020 du CHSF figure plu­sieurs équi­pe­ments dont (Figure 9) :

    • 2 pousse-seringues enté­raux :  

    Le ser­vice d’unité kan­gou­rou a récla­mé 2 pousse-seringues enté­raux. Ils per­mettent de nour­rir les nou­veaux nés et les pré­ma­tu­rés grâce à des seringues à usage oral [52]. En effet, la solu­tion nutri­tive est déli­vrée direc­te­ment dans le tube diges­tif du nour­ris­son ne pou­vant pas se nour­rir cor­rec­te­ment. Les uti­li­sa­teurs ont pré­ci­sé le modèle qu’ils sou­haitent, il s’agit du modèle qui est déjà pré­sent au sein du service.

    • 5 pompes à nutri­tion entérales :

    Les ser­vices d’ORL, de Lits portes Pédia­triques, d’Hématologie soins inten­sifs et de Méde­cine géria­trique demandent des pompes à nutri­tion en com­plé­ment de ce qu’ils pos­sèdent déjà dans leur ser­vice res­pec­tif. Il s’agit d’une pompe à nutri­tion qui per­met de déli­vrer de façon conti­nue ou inter­mit­tente une solu­tion nutri­tive et/ou de l’eau direc­te­ment dans le tube diges­tif du patient [53]. Ain­si, elle per­met de nour­rir mais éga­le­ment d’hydrater les patients dont l’état de san­té ne le per­met pas.

    • 1 aspi­ra­teur de mucosités : 

    Le ser­vice d’ORL réclame un aspi­ra­teur de muco­si­tés por­table, équi­pe­ment qui sera dédié pour la pre­mière fois à ce ser­vice. Il s’agit d’un appa­reil médi­cal d’urgence qui per­met de libé­rer les voies res­pi­ra­toires d’un patient lorsque celles sont encom­brées [54]. Il sera le pre­mier de ce ser­vice mais un modèle d’aspirateur de muco­si­tés est déjà pré­sent dans d’autres ser­vices de l’établissement.

    •  1 appa­reil d’exploration des ver­tiges (Video Head Impulse Test) : 

    Pour ajou­ter une nou­velle acti­vi­té et com­plé­ter les offres pro­po­sées aux patients au sein du ser­vice d’ORL, un appa­reil d'exploration des ver­tiges a été récla­mé. Cet appa­reil ana­lyse les mou­ve­ments des yeux et de la tête d’un patient dans le but d’évaluer les canaux du ves­ti­bule. En effet, grâce à des hautes fré­quences, ce dis­po­si­tif per­met de tes­ter le fonc­tion­ne­ment des 6 canaux semi-cir­cu­laires du sys­tème ves­ti­bu­laire pré­sent dans l’oreille interne [55]. Le sys­tème ves­ti­bu­laire ayant pour fonc­tion le main­tien de l’équilibre du corps et de la sta­bi­li­té des yeux, cet appa­reil per­met d'examiner les patients pré­sen­tant des ver­tiges [56].

    Ain­si, pour les pousse-seringues enté­raux, les pompes à nutri­tion enté­rales et l’aspirateur à muco­si­tés, il s’agit d'acquérir les mêmes modèles qui sont déjà pré­sents sur l'établissement. Cela per­met de sim­pli­fier la ges­tion du stock des pièces déta­chées mais éga­le­ment d’éviter la réa­li­sa­tion de for­ma­tions pour les uti­li­sa­teurs et les tech­ni­ciens bio­mé­di­caux. Tan­dis que pour l’appareil d’exploration des ver­tiges qui sera un appa­reil unique dans le parc, il sera néces­saire de réa­li­ser un bench­mark et toutes étapes qui suivent. Tout cela dans le but de trou­ver la socié­té qui pour­ra répondre au mieux au besoin. 

    Figure 9. Extrait du plan d’équipement 2020 du CHSF [Source : Auteur]

    Ces équi­pe­ments après avoir été regrou­pés par code de nomen­cla­ture repré­sentent des mar­chés d’une valeur infé­rieure à 40 000€ HT (Figure 10). Ain­si l’objectif est de suivre le pro­ces­sus pour ce type d'équipement pré­sen­té pré­cé­dem­ment pour res­pec­ter le bud­get pré­vu soit 21 200 €. 

    Figure 10. Tableau des équi­pe­ments à acqué­rir avec le bud­get cor­res­pon­dant après regrou­pe­ment [Source : Auteur]

    3) Exemple de résultats obtenus 

    Pousse-seringue enté­rale

    Le modèle sou­hai­té par le ser­vice est éga­le­ment déjà pré­sent au sein de l’établissement. Cepen­dant, la réserve de l’atelier bio­mé­di­cal n’en pos­sède pas. Ain­si, il a fal­lu recher­cher le mar­ché qui avait été uti­li­sé pour acqué­rir les der­niers pousse-seringues enté­raux. La GMAO a indi­qué que l’un d’entre eux a été ache­té sur la cen­trale d’achat UGAP (Figure 11).

    Figure 11. Extrait de l’onglet “Finan­cier” d’un pousse-seringue enté­rale dans la GMAO [Source : Auteur]

    En recher­chant sur l’UGAP, il y avait tou­jours un mar­ché pour ce pousse-seringue enté­rale. Pour cet équi­pe­ment il était pos­sible de com­man­der en ligne ce qui per­met­tait de béné­fi­cier d’une remise sup­plé­men­taire (Figure 12). Il est éga­le­ment pos­sible de le com­man­der sur une autre cen­trale cepen­dant il y a une adhé­sion à payer. Vu qu’il est peu pro­bable d’en recom­man­der dans un futur proche, la pro­po­si­tion de l’autre cen­trale n’est pas inté­res­sante et les deux pousse-seringues enté­raux ont été com­man­dés en ligne sur l’UGAP.

    Figure 12. Extrait du bon de com­mande des deux pousse-seringues enté­raux sur le site de l’UGAP [Source : Auteur]

    Pompe à nutri­tion entérale 

    L’établissement pos­sède des pompes à nutri­tion enté­rales récla­mées par les uti­li­sa­teurs. La GMAO a révé­lé que l’atelier bio­mé­di­cal pos­sé­dait dans son ate­lier le modèle de pompe à nutri­tion sou­hai­té (Figure 13).

    Figure 13. Extrait de la liste des pompes à nutri­tion affec­tées à la réserve de l’atelier bio­mé­di­cal dans la GMAO [Source : Auteur]

    De ce fait, afin de répondre au besoin des ser­vices deman­deurs, cinq des pompes à nutri­tion pré­sentes dans la réserve de l’atelier bio­mé­di­cal se sont vues redé­ployées. Avant d’être redé­ployées comme pour les pompes à per­fu­sion, les pompes à nutri­tion sont contrô­lées par les tech­ni­ciens biomédicaux. 

    Aspi­ra­teur de mucosités 

    Au sein de l’établissement, un seul modèle d’aspirateur à muco­si­tés est pré­sent car il s’agit d’un équi­pe­ment de sécu­ri­té avec des consom­mables spé­ci­fiques. C’est pour­quoi l’uniformisation est recher­chée pour cet équi­pe­ment.  La GMAO indique qu’il y en a un dans la réserve de l’atelier bio­mé­di­cal, cepen­dant on ne peut pas le redé­ployé (Figure 14). En effet, étant un appa­reil médi­cal d’urgence, l’atelier bio­mé­di­cal pos­sède tou­jours un en réserve dans l’éventualité où celui d’un ser­vice soit en panne. 

    Figure 14. Extrait de la liste des aspi­ra­teurs de muco­si­tés pré­sents dans la GMAO [Source : Auteur] 

    Sur la GMAO, il est indi­qué que le der­nier aspi­ra­teur de muco­si­tés pré­sent au sein de l’établissement a été ache­té chez une Socié­té A (Figure 15). En consul­tant le dos­sier d’achat de cet équi­pe­ment, il a été consta­té que lors de son achat des devis auprès de plu­sieurs socié­tés avaient été éta­blis. A l’issu de recherches, il en est res­sor­ti qu’actuellement cinq socié­tés com­mer­cia­lisent cet aspi­ra­teur de muco­si­tés dont la socié­té A et qu’il n’était pas réfé­ren­cé en centrale. 

    Figure 15. Extrait de l’onglet “Finan­cier” d’un aspi­ra­teur de muco­si­tés dans la GMAO [Source : Auteur] 

    Après être ren­tré en contact avec ces 5 socié­tés, des devis ont été éta­blis. Il a été consta­té que : 

    • La socié­té A pro­pose la même offre que la socié­té B ;
    • La socié­té C et E pro­posent des offres supé­rieures à celle de la socié­té A ; 
    • La socié­té D pro­pose une offre plus inté­res­sante que la socié­té A (Figure 16).
    Figure 16. Tableau de com­pa­rai­son des prix uni­taires TTC pour un aspi­ra­teur à muco­si­tés por­table en fonc­tion des socié­tés [Source : Auteur]

    Ain­si, ces cinq socié­tés pro­posent la même pres­ta­tion mais à des prix dif­fé­rents. La pro­po­si­tion de la socié­té D étant plus inté­res­sante que celle de la socié­té A, pour cette achat la com­mande s’est fait chez la socié­té D et non la socié­té A comme la fois passée. 

    Appa­reil d’exploration des vertiges 

    Cet appa­reil d’exploration est le pre­mier équi­pe­ment de ce type qui sera ache­té par l’établissement. A l’issu d’un bench­mark, deux socié­tés sont res­sor­ties : Socié­té X et Socié­té Y. Ces deux socié­tés pro­posent des dis­po­si­tifs per­met­tant l’exploration des ver­tiges cepen­dant le fonc­tion­ne­ment n’est pas le même. Dans les deux dis­po­si­tifs, il y a une camé­ra qui per­met d’analyser le mou­ve­ment des yeux du patient lorsque le méde­cin bouge la tête du patient. En effet, il est deman­dé au patient de fixer une cible en conti­nue pen­dant que le méde­cin réa­lise des mou­ve­ments rapides avec sa tête. 

    Le sys­tème ves­ti­bu­laire se com­pose dans chaque oreille d’un canal semi-cir­cu­laire supé­rieur, laté­ral et infé­rieur.  En fonc­tion du mou­ve­ment de la tête impo­sé par le méde­cin des canaux semi-cir­cu­laires spé­ci­fiques sont sol­li­ci­tés (Figure 17).

    Figure 17. Sché­ma des canaux semi-cir­cu­laire du sys­tème ves­ti­bu­laire du patient vu de dos sol­li­ci­tés lors des mou­ve­ments réa­li­sés par le méde­cin [Source : Auteur] 

    La camé­ra est alors reliée à un logi­ciel ins­tal­lé sur un PC qui per­met de cal­cu­ler la vitesse angu­laire de l’œil par rap­port à la tête du patient pour chaque mou­ve­ment. Ces vitesses per­mettent de diag­nos­ti­quer le dys­fonc­tion­ne­ment d’un canal semi-cir­cu­laire du sys­tème vestibulaire. 

    Le posi­tion­ne­ment dif­fère selon la socié­té. En effet, pour la socié­té X la camé­ra se situe en face du patient sur des pieds. Ain­si, le patient est assis sur une chaise en face de la camé­ra et le méde­cin mani­pule la tête du patient. Tan­dis que pour la socié­té Y, la camé­ra se situe sur des lunettes. Ain­si, le patient doit por­ter des lunettes pen­dant que le méde­cin réa­lise les dif­fé­rents mou­ve­ments avec sa tête. 

    De de fait, pour le dis­po­si­tif de la socié­té X il n’y a pas de consom­mables contrai­re­ment à la socié­té Y. En effet, il y une mousse qui se posi­tionne entre la lunette et le visage du patient et qui est à chan­ger chaque mois. Mais il y a éga­le­ment le verre qui s'il se casse devra être chan­gé.

    Hor­mis le posi­tion­ne­ment de la camé­ra et les consom­mables, ces deux socié­tés pro­posent le même service : 

    • Il n’y a de main­te­nance pré­ven­tive à pré­voir mais uni­que­ment une main­te­nance du logiciel. 
    • Il est pos­sible d’enregistrer les don­nées géné­rées sur un ser­veur via le réseau de l'hôpital.

    Après la réa­li­sa­tion des essais, les uti­li­sa­teurs ont esti­mé que le sys­tème de camé­ra sur les lunettes est plus robuste et moins fra­gile que celui sur pied. 

    Au niveau du coût, l’offre pro­po­sée par la socié­té X est plus éle­vée que la socié­té Y et ce mal­gré le fait que la pro­po­si­tion de la socié­té Y néces­site des consom­mables (Figure 18). En effet, la somme de la dif­fé­rence entre les deux socié­tés per­met­tra d’acheter envi­rons 400 ans de consom­mables pour le dis­po­si­tif de la socié­té Y. Pour toutes ces rai­sons, la com­mande a été pas­sé chez la socié­té Y. 

    Figure 18. Tableau com­pa­ra­tif des socié­tés com­mer­cia­li­sant un appa­reil d'exploration des ver­tiges [Source : Auteur] 

    4) Analyse critique 

    La méthode uti­li­sée pour réa­li­ser l’acquisition de ces équi­pe­ments a per­mis de réa­li­ser des éco­no­mies sur le bud­get pré­dé­fi­nis de manière effi­cace. En effet, il y a des étapes essen­tielles à ne pas man­quer dans le cas de l’achat d'un équi­pe­ment qui est déjà pré­sent au sein de l’établissement :

    • L’étape de la recherche sur la GMAO : 

    Cette étape per­met de connaître l’état du parc sur l’établissement. En effet, elle per­met de consul­ter la réserve de l’atelier bio­mé­di­cal mais éga­le­ment d’obtenir des infor­ma­tions sur les équi­pe­ments pré­sents au sein de l’établissement. La GMAO ren­seigne sur les prix anté­rieu­re­ment pra­ti­qués et les four­nis­seurs ce qui per­met­tra de mesu­rer l’efficience de l’achat, soit le gain d’achat. Dans le cas des pompes à nutri­tion enté­rales, elle a per­mis d’éviter d’acheter des équi­pe­ments que l’établissement pos­sé­dait déjà, et ain­si per­mis une éco­no­mie de 2 000€. Pour les pousse-seringues enté­raux, l’information sur le four­nis­seur des der­nières acquises a per­mis de savoir cet équi­pe­ment était recen­sé au sein d’une cen­trale d’achat. Ce qui repré­sente un gain de temps car elle per­met d’obtenir un point de départ pour les recherches sur le moyen d’acquisition d’un équipement. 

    • L’étape de recherche des acteurs du mar­ché actuel : 

    Elle per­met de rééva­luer les acteurs du mar­ché sur le moment.  Dans le cas de l’aspirateur de muco­si­tés, cette étape a per­mis d’optimiser les coûts et d’économiser 109,32€ soit 8,7% du prix de la socié­té A. En effet si cette rééva­lua­tion n’avait pas été effec­tuée, cet appa­reil de muco­si­tés aurait été com­man­dé chez la même socié­té que le der­nier ache­té alors qu’il a une socié­té qui actuel­le­ment le vend moins chère. 

    • L’étape de recherche sur les dif­fé­rentes cen­trales d’achat :

    Il est impor­tant de prendre en compte le coût d'adhésion à un mar­ché s’il y en a un.  Il est pos­sible que le prix d’un dis­po­si­tif soit plus inté­res­sant sur une cen­trale par rap­port à une autre mais en ajou­tant le coût d’adhésion, au final il est plus cher. Le coût d’adhésion est donc à consi­dé­rer au regard du volume poten­tiel d’achat sur la durée du mar­ché. C’est pour­quoi, il est majo­ri­tai­re­ment plus inté­res­sant d'adhérer à un mar­ché d’une cen­trale d’achat qui demande un coût d’adhésion lorsque l’on est inté­res­sé par plu­sieurs lots. 

    Dans le cas d’un nou­vel équi­pe­ment au sein d’un éta­blis­se­ment, les étapes essen­tielles sont les suivantes : 

    • L’étape de la ren­contre avec les sociétés : 

    Cette étape vise à connaître le mar­ché et les contraintes liées à l’installation et l’exploitation de l’équipement. Elle per­met de poser toutes les ques­tions pos­sibles au sujet de l’équipement lui-même et des inter­faces (infor­ma­tique, tra­vaux,). De nos jours, de plus en plus de dis­po­si­tifs uti­lisent de l’informatique. Or au sein d’un éta­blis­se­ment de san­té, l’informatique est très sécu­ri­sée du fait qu’ils traitent des don­nées patient. Par exemple, le fait de deman­der s’il est pos­sible d’installer le logi­ciel du dis­po­si­tif sur le réseau de l'hôpital et non en local sur un ordi­na­teur. L'installation sur le réseau per­met d’éviter la perte de don­nées s’il y a un sou­ci avec l’ordinateur des utilisateurs. 

    • L’étape de l'étude du coût com­plet (consom­mables et maintenance) :

    Cette étape est très impor­tante car elle per­met d’anticiper les coûts d’exploitation en lien avec un équi­pe­ment au cours de sa vie au sein de l’établissement. Il est impor­tant de tra­vailler en coût com­plet sur la durée de vie esti­mée de l’équipement pour faire un choix sur le coût réel et non uni­que­ment sur le prix d’achat. De plus, il y a des aprio­ris sur les dis­po­si­tifs néces­si­tant des consom­mables comme son coût dans le temps. Il coû­te­rait plus chère dans le temps par rap­port à un dis­po­si­tif ne néces­si­tant pas de consom­mables. Dans le cas de l’appareil d’exploration des ver­tiges, l’étude des consom­mables a démon­tré que le dis­po­si­tif avec des consom­mables revient à moins cher que celui sans consommables. 

    • L’étape des essais : 

    Cette étape per­met de tes­ter le dis­po­si­tif est d’évaluer son adé­qua­tion au besoin. Sur le papier un dis­po­si­tif peut sem­bler meilleur que l'autre mais en l’essayant dans les condi­tions réelles de tra­vail, il ne répond pas aux attentes. Les essais per­mettent aux uti­li­sa­teurs de réa­li­ser si l’équipement est com­pa­tible avec leur manière de tra­vailler. Dans le cas de l’appareil d’exploration des ver­tiges, au prime abord les uti­li­sa­teurs sou­hai­taient le dis­po­si­tif sans lunettes.  Après les essais, ils ont chan­gé d’avis consta­tant que le dis­po­si­tif à lunette était mieux adap­té à leur façon de travailler. 

    Ain­si, en res­pec­tant toutes les étapes de la méthode, il a été pos­sible d'acquérir des équi­pe­ments qui sont adap­tés aux besoins des uti­li­sa­teurs sans dépas­ser le bud­get pré­dé­fi­ni. En effet, la méthode a per­mis d’économiser près de 8 000€ lors de l’acquisition de ces 9 équi­pe­ments sur le mon­tant bud­gé­té soit 37,7%. 

    Cette réus­site repose tout d’abord sur l’étape du recen­se­ment du besoin car elle condi­tionne les étapes à suivre. En effet, en fonc­tion du besoin expri­mé et recen­sé auprès des uti­li­sa­teurs, les étapes qui suivent dif­fèrent. Mais éga­le­ment sur la connais­sance du mar­ché actuel et de l’aptitude à négocier. 

    IV- Les apports du stage

    Être en immer­sion au sein d’un ser­vice bio­mé­di­cal pen­dant 6 mois fut très enri­chis­sant. En effet, j’ai pu être confron­tée aux dif­fé­rentes tâches d’un ingé­nieur bio­mé­di­cal hos­pi­ta­lier : l’acquisition d’équipements, la ges­tion du parc, la ges­tion des contrats de main­te­nances, la ges­tion des res­sources humaines, etc. …. Ayant effec­tué ce stage pen­dant la crise sani­taire en lien avec la COVID-19, j’ai pu consta­ter quelle était l'importance de ce ser­vice au sein d’un éta­blis­se­ment de san­té.  De ce fait, j’ai pu déve­lop­per dif­fé­rentes com­pé­tences essen­tielles à un ingé­nieur bio­mé­di­cal hos­pi­ta­lier telles que : 

    • Uti­li­ser une GMAO ;
    • Recen­ser un besoin auprès des utilisateurs ;
    • Rédi­ger les docu­ments néces­saires lors de la publi­ca­tion d’un marché ;
    • Ana­ly­ser les réponses obte­nues à la suite d’une publi­ca­tion de marché ; 
    • Orga­ni­ser sa journée ;
    • Orga­ni­ser et suivre des essais ;
    • Gérer le parc d’équipement ;
    • Éta­blir un contact avec les sociétés ;
    • Maî­tri­ser les sites des cen­trales d’achat ;
    • Réa­li­ser une étude économique. 

    Ce stage m’a éga­le­ment per­mis d’approfondir mes connais­sances sur les équi­pe­ments que l’on retrouve au sein d’un éta­blis­se­ment de san­té public. Cepen­dant, il me reste d’autres com­pé­tences à acqué­rir telles que : par­ti­ci­per à l’élaboration d’un plan d’équipement ou encore réa­li­ser une décla­ra­tion de maté­rio­vi­gi­lance. Grâce à cette oppor­tu­ni­té pro­fes­sion­nelle, j’ai pu mettre en pra­tique la théo­rie que j’avais appris au cours de ma for­ma­tion comme le code des mar­chés publics. Les connais­sances en réseau et en phy­sio­lo­gie humaine m’ont per­mis de com­prendre et de com­mu­ni­quer lorsque cela était néces­saire avec les socié­tés mais éga­le­ment avec le per­son­nel de l’établissement.

    Conclusion 

    Le ser­vice bio­mé­di­cal est un ser­vice stra­té­gique qui a la res­pon­sa­bi­li­té du choix des équi­pe­ments bio­mé­di­caux pré­sent au sein d’un éta­blis­se­ment de san­té. Ce choix doit être réflé­chi car il a un impact à dif­fé­rents niveaux : 

    • Sur le patient : la qua­li­té des soins et sa sécurité ;
    • Sur per­son­nel :  ses condi­tions de travail ; 
    • Sur l’établissement : le bud­get et les recettes générées ;
    • Sur le ser­vice bio­mé­di­cal : la ges­tion de l’équipement (main­te­nance, formation...)

    Tout en réa­li­sant des achats d’équipements qui tiennent compte de tous ces impacts, les ingé­nieurs bio­mé­di­caux doivent res­pec­ter le code des mar­chés publics. La méthode expli­quée dans ce mémoire d'intelligence métho­do­lo­gique met en lumière les étapes dans le pro­ces­sus d’achat à ne pas man­quer.   En effet, elle démontre que la GMAO est une aide indis­pen­sable pour un ingé­nieur bio­mé­di­cal lors de l’achat d’un équi­pe­ment. Elle dévoile éga­le­ment l’importance de tou­jours inter­ro­ger les acteurs du mar­ché au moment de l’achat et de ne pas res­ter sur les infor­ma­tions obte­nues dans le pas­sé. Elle met aus­si en évi­dence que la réa­li­sa­tion d’essais et d’études du coût com­plet sont indis­pen­sables. Ain­si, l’achat d’équipements figu­rant dans le plan d’équipement d’un éta­blis­se­ment de san­té est l’affaire du ser­vice bio­mé­di­cal et des uti­li­sa­teurs mais pas que. De nos jours les équi­pe­ments uti­lisent de plus en plus de l’informatique, donc il est impor­tant d’inclure le ser­vice infor­ma­tique pour le pro­ces­sus d’achat. De ce fait, le métier d’ingénieur bio­mé­di­cal est un métier d’interface qui allie tech­nique, éco­no­mie et management.

    Ce stage a per­mis au ser­vice bio­mé­di­cal du CHSF d’avancer dans la réa­li­sa­tion de son plan d’équipement mais éga­le­ment de gérer le quo­ti­dien. Il m’a per­mis d’acquérir des com­pé­tences et des com­por­te­ments essen­tiels à l’ingénieur Bio­mé­di­cal hos­pi­ta­lier. Cela fut une expé­rience très enri­chis­sante, très for­ma­trice qui m’a per­mis de confor­ter mon choix de car­rière future et confir­mer mon sou­hait d’exercer comme ingé­nieur bio­mé­di­cal hos­pi­ta­lier. Être en poste durant la période du COVID-19 m’a per­mis de consta­ter la grande adap­ta­bi­li­té de l'hôpital et des ingé­nieurs biomédicaux. 

     

    Bibliographie

    [1]    G. Farges, « Ser­vices bio­mé­di­caux en éta­blis­se­ment de san­té : enjeux qua­li­té et ave­nir pos­sible… », IRBM News, vol. 39, no 1, p. 32‑38, févr. 2018, doi : 10.1016/j.irbmnw.2017.12.002.

    [2]    hopital.fr - Fédé­ra­tion Hos­pi­ta­lière de France, « La qua­li­té », avr. 07, 2015. https://www.hopital.fr/Nos-Missions/Les-missions-de-l-hopital/Les-missions-de-l-hopital/La-qualite (consul­té le juin 26, 2020).

    [3]    A. Richard, A. Viol­let, B. Her­nan­dez, et G. Farges, « Guide des bonnes pra­tiques bio­mé­di­cales en éta­blis­se­ment de san­té », ITBM-RBM News, vol. 26, no 3‑4, p. 28‑30, juin 2005, doi : 10.1016/S1297-9570(05)80008-1.

    [4]    V. Miche­lon, « Bud­get 2020 de la Sécu : un mau­vais coup pour des hôpi­taux sous ten­sion ? », LCI, nov. 26, 2019. https://www.lci.fr/population/budget-2020-de-la-secu-un-mauvais-coup-pour-des-hopitaux-sous-tension-2135971.html (consul­té le juin 26, 2020).

    [5]    CHSF - Centre Hos­pi­ta­lier Sud Fran­ci­lien, « Grou­pe­ment hos­pi­ta­lier de ter­ri­toire ». https://www.chsf.fr/le-groupe-hospitalier/groupement-hospitalier-de-territoire/ (consul­té le juin 26, 2020).

    [6]    CHSF - Centre Hos­pi­ta­lier Sud Fran­ci­lien, « Pre­mier sémi­naire para­mé­di­cal du GHT Ile-de-France Sud », juin 18, 2018. https://www.chsf.fr/premier-seminaire-paramedical-du-ght-ile-de-france-sud/ (consul­té le juin 26, 2020).

    [7]    CHSF - Centre Hos­pi­ta­lier Sud Fran­ci­lien, « Décou­vrez le groupe hos­pi­ta­lier ». https://www.chsf.fr/le-groupe-hospitalier/decouvrez-le-groupe-hospitalier/ (consul­té le juin 26, 2020).

    [8]    Insee, « Régions – Dépar­te­ments − Tableaux de l’économie fran­çaise », févr. 27, 2020. https://insee.fr/fr/statistiques/4277596?sommaire=4318291&q=d%C3%A9partement+d%27esonnes (consul­té le juin 26, 2020).

    [9]    CHSF - Centre Hos­pi­ta­lier Sud Fran­ci­lien, « Les GHT Ile-de-France Sud et Nord Essonne conso­lident leurs liens avec l’AP-HP », CHSF - Centre Hos­pi­ta­lier Sud Fran­ci­lien, juill. 25, 2017. https://www.chsf.fr/ght-ile-de-france-sud-nord-essonne-consolident-leurs-liens-lap-hp/ (consul­té le juin 26, 2020).

    [10]    H. Del­motte, « GHT, la nou­velle orga­ni­sa­tion », reseau-hopital-ght.fr, avr. 05, 2018. https://www.reseau-hopital-ght.fr/nouvelle-organisation.html (consul­té le juin 26, 2020).

    [11]    ARS Ile de France, « Conven­tion du Grou­pe­ment Hos­pi­ta­lier de ter­ri­toire “Ile-de-france sud” ». Mars 2017, Consul­té le : juin 26, 2020. [En ligne]. Dis­po­nible sur : https://www.iledefrance.ars.sante.fr/sites/default/files/2017-05/CONVENTION_GHT_ILE_DE_FRANCE_SUD.pdf.pdf.

    [12]    CHSF - Centre Hos­pi­ta­lier Sud Fran­ci­lien, « Notre his­toire ». https://www.chsf.fr/le-groupe-hospitalier/notre-histoire/ (consul­té le juin 26, 2020).

    [13]    I. Aba­la­da, « Aper­çu de l’institution hos­pi­ta­lière : l’établissement de Cor­beil du moyen âge à nos jours. », Uni­ver­si­té Paris Val-de-Marne, Cré­teil (Paris XII), 2004, Consul­té le : juin 26, 2020. [En ligne]. Dis­po­nible sur : http://doxa.u-pec.fr/theses/th0217188.pdf.

    [14]    A. Pif­fa­ret­ti, « Evry-Cour­cou­ronnes : un éco­quar­tier à la place de l’hôpital Louise-Michel », Les Echos, mars 20, 2018. https://www.lesechos.fr/2018/03/evry-courcouronnes-un-ecoquartier-a-la-place-de-lhopital-louise-michel-987009 (consul­té le juin 26, 2020).

    [15]    Ville de Corbeil-Esonnes.fr, « L’hôpital Gilles-de-Cor­beil », Cor­beil-Essonnes. https://www.corbeil-essonnes.fr/tous-les-grands-projets/lhopital-gilles-de-corbeil/ (consul­té le juin 26, 2020).

    [16]    CHSF - Centre Hos­pi­ta­lier Sud Fran­ci­lien, « Pôles médi­caux - Spé­cia­li­tés ». août 2018, Consul­té le : juin 26, 2020. [En ligne]. Dis­po­nible sur : https://www.chsf.fr/wp-content/uploads/2019/02/ORGANIGRAMME-POLES-AVEC-PHOTOS.pdf.

    [17]    CHSF - Centre Hos­pi­ta­lier Sud Fran­ci­lien, « Les chiffres clés 2017-2018 ». https://www.chsf.fr/le-groupe-hospitalier/les-chiffres-cles/ (consul­té le juin 26, 2020).

    [18]    CHSF - Centre Hos­pi­ta­lier Sud Fran­ci­lien, « EHPAD Mai­son d’Accueil Gali­gna­ni ». https://www.chsf.fr/nos-service/geriatrie/ehpad/ (consul­té le juin 26, 2020).

    [19]    CHSF - Centre Hos­pi­ta­lier Sud Fran­ci­lien, « Infos patient ». https://www.chsf.fr/nos-service/psychiatrie/infos-patient/ (consul­té le juin 26, 2020).

    [20]    CHSF - Centre Hos­pi­ta­lier Sud Fran­ci­lien, « Méde­cine en milieu péni­ten­tiaire », CHSF - Centre Hos­pi­ta­lier Sud Fran­ci­lien. https://www.chsf.fr/nos-service/missions-dinteret-general/medecine-penitentiaire/ (consul­té le juin 26, 2020).

    [21]    CHSF - Centre Hos­pi­ta­lier Sud Fran­ci­lien, « Pré­sen­ta­tion des for­ma­tions », CHSF - Centre Hos­pi­ta­lier Sud Fran­ci­lien. https://www.chsf.fr/formation/instituts-de-formations/presentation-des-formations/ (consul­té le juin 26, 2020).

    [22]    CHU de Rouen, « L’ingénierie bio­mé­di­cale ». https://www.chu-rouen.fr/lingenierie-biomedicale/ (consul­té le juin 26, 2020).

    [23]    P. ZANZOURI, « Ges­tion et opti­mi­sa­tion d’un ser­vice bio­mé­di­cal », UTC, Rap­port de stage, Cer­ti­fi­ca­tion Pro­fes­sion­nelle ABIH, 2012. Consul­té le : juin 26, 2020. [En ligne]. Dis­po­nible sur : https://www.utc.fr/tsibh/public/3abih/12/stage/zanzouri/index.htm#elaboration_d_un_plan_d_equipement_.

    [24]    H. Del­motte, « 10 ques­tions sur la com­mis­sion médi­cale d’établissement », Gazette San­té Social, oct. 01, 2007. http://www.gazette-sante-social.fr/5894/10-questions-sur-la-commission-medicale-d-etablissement (consul­té le juin 26, 2020).

    [25]    Hopi­ta­lex, « La com­mis­sion médi­cale d’établissement (CME) », nov. 08, 2017. https://www.hopitalex.com/doc/commission-medicale-etablissement-cme.html (consul­té le juin 26, 2020).

    [26]    CHU de Caen, « La Com­mis­sion Médi­cale d’Etablissement (CME) ». https://www.chu-caen.fr/instances.php?onglet=role&id_instance=4 (consul­té le juin 26, 2020).

    [27]    Ber­cy Infos, « Qu’est-ce qu’un mar­ché public ? », mai 04, 2017. https://www.economie.gouv.fr/entreprises/definition-marche-public (consul­té le juin 26, 2020).

    [28]    Boamp.fr, « Défi­ni­tion et prin­cipes d’un mar­ché public », janv. 30, 2018. https://www.boamp.fr/Espace-entreprises/Comment-repondre-a-un-marche-public/Questions-de-reglementation/Avant-de-repondre-a-un-marche-public/Definition-et-principes-d-un-marche-public (consul­té le juin 26, 2020).

    [29]    Boamp.fr, « Seuils de pro­cé­dure et seuils de publi­ci­té », févr. 25, 2020. https://www.boamp.fr/Espace-entreprises/Comment-repondre-a-un-marche-public/Questions-de-reglementation/Avant-de-repondre-a-un-marche-public/Seuils-de-procedure-et-seuils-de-publicite (consul­té le juin 26, 2020).

    [30]    Direc­tion de l’information légale et admi­nis­tra­tive (Pre­mier ministre), « Seuils de pro­cé­dure et seuils de publi­ci­té des mar­chés publics », janv. 01, 2020. https://www.service-public.fr/professionnels-entreprises/vosdroits/F23371 (consul­té le juin 26, 2020).

    [31]    Direc­tion de l’information légale et admi­nis­tra­tive (Pre­mier ministre), « Pro­cé­dures de mar­chés publics », janv. 01, 2020. https://www.service-public.fr/professionnels-entreprises/vosdroits/F32049 (consul­té le juin 26, 2020).

    [32]    Direc­tion des Affaires Juri­diques, « Les mar­chés publics négo­ciés sans publi­ci­té ni mise en concur­rence préa­lables ». mars 30, 2016, Consul­té le : juin 26, 2020. [En ligne]. Dis­po­nible sur : https://www.economie.gouv.fr/files/files/directions_services/daj/marches_publics/conseil_acheteurs/fiches-techniques/mise-en-oeuvre-procedure/mp-negocies-sans-publicite-ni-mise-en-concurrence-2016.pdf.

    [33]    « Mise à dis­po­si­tion des docu­ments de la consul­ta­tion - DCE (R 2132-1 et s) », Code: Com­mande Publique. https://www.code-commande-publique.com/mise-a-disposition-des-documents-de-la-consultation/ (consul­té le juin 26, 2020).

    [34]    Boamp.fr, « Pro­cé­dures de mar­chés publics », juill. 19, 2016. https://www.boamp.fr/Espace-entreprises/Comment-repondre-a-un-marche-public/Questions-de-reglementation/Avant-de-repondre-a-un-marche-public/Procedures-de-marches-publics (consul­té le juin 26, 2020).

    [35]    Marche-public.fr, « Règle­ment de consul­ta­tion (RC) ». http://www.marche-public.fr/Marches-publics/Definitions/Entrees/Reglement-consultation.htm (consul­té le juin 26, 2020).

    [36]    Marche-public.fr, « CCTP (Cahier des Clauses Tech­niques Par­ti­cu­lieres) ». http://www.marche-public.fr/Marches-publics/Definitions/Entrees/CCTP.htm (consul­té le juin 26, 2020).

    [37]    Marche-public.fr, « CCAP (Cahier des Clauses Admi­nis­tra­tives Par­ti­cu­lières) ». http://www.marche-public.fr/Marches-publics/Definitions/Entrees/CCAP.htm (consul­té le juin 26, 2020).

    [38]    Marche-public.fr, « Acte d’engagement ». http://www.marche-public.fr/Marches-publics/Definitions/Entrees/Acte-engagement.htm (consul­té le juin 26, 2020).

    [39]    Direc­tion des Affaires Juri­diques, « Les mar­chés publics à pro­cé­dure adap­tée et autres mar­chés publics de faible mon­tant ». janv. 01, 2020, Consul­té le : juin 26, 2020. [En ligne]. Dis­po­nible sur : https://www.economie.gouv.fr/files/files/directions_services/daj/marches_publics/conseil_acheteurs/fiches-techniques/mise-en-oeuvre-procedure/mp-procedure-adaptee-2020.pdf.

    [40]    Direc­tion de l’information légale et admi­nis­tra­tive (Pre­mier ministre), « Pro­cé­dures for­ma­li­sées de mar­chés publics », oct. 01, 2018. https://www.service-public.fr/professionnels-entreprises/vosdroits/F33604 (consul­té le juin 26, 2020).

    [41]    Acheteurs-Publics.com, « Cen­trale d’achats - mar­chés publics ». http://www.acheteurs-publics.com/marches-publics-encyclopedie/centrale-d-achats (consul­té le juin 26, 2020).

    [42]    Weka.fr, « Recou­rir à une cen­trale d’achat public natio­nale ». https://www.weka.fr/marches-publics/dossier-pratique/optimiser-vos-achats-publics-dt85/recourir-a-une-centrale-d-achat-public-nationale-6993/ (consul­té le juin 26, 2020).

    [43]    P. Admi­lia, « Zoom sur l’UGAP, la cen­trale d’achat des éta­blis­se­ments publics, en 7 ques­tions », Admi­lia, mars 15, 2019. https://www.admilia.fr/zoom-sur-lugap-la-centrale-dachat-des-etablissements-publics-en-7-questions/ (consul­té le juin 26, 2020).

    [44]    T. Rou­vey­ran et A. Stra­tu­la, « Quels orga­nismes peuvent être qua­li­fiés de cen­trale d’achat ? », Contrats Publics, no 149, déc. 2014.

    [45]    UGAP, « Les chiffres clés », févr. 25, 2020. https://www.ugap.fr/nous-connaitre/les-chiffres-cles_4483182.html (consul­té le juin 26, 2020).

    [46]    UGAP, « Nous connaître ». https://www.ugap.fr/nous-connaitre_4458054.html (consul­té le mai 06, 2020).

    [47]    RESAH, « Cen­trale d’achat ». http://www.resah.fr/0/2/85 (consul­té le juin 26, 2020).

    [48]    Uni­HA, « Uni­HA en quelques mots », Uni­HA. https://www.uniha.org/uniha-en-quelques-mots/ (consul­té le juin 26, 2020).

    [49]    Uni­HA, « 16 familles d’achat », Uni­HA. https://www.uniha.org/16-familles-dachat/ (consul­té le juin 26, 2020).

    [50]    DREES, « Les dépenses de san­té en 2018 ». 2019, Consul­té le : juin 26, 2020. [En ligne]. Dis­po­nible sur : https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/cns2019.pdf.

    [51]    DREES, « Les condi­tions de tra­vail à l’hôpital ». 2016, Consul­té le : juin 26, 2020. [En ligne]. Dis­po­nible sur : https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/fiche17-3.pdf.

    [52]    Fre­se­nius Kabi France, « Pro­Neo ». https://www.fresenius-kabi.com/fr/produits/proneo (consul­té le juin 26, 2020).

    [53]    Phar­maGDD, « Pompe à nutri­tion, tubu­lure et sonde pour ali­men­ta­tion enté­rale ». https://www.pharma-gdd.com/fr/pompe-a-nutrition-html (consul­té le juin 26, 2020).

    [54]    Drex­co Médi­cal, « Aspi­ra­teur de muco­si­té », Drex­co Médi­cal. https://www.drexcomedical.fr/390-covid19?p=2 (consul­té le juin 26, 2020).

    [55]    L. Duchoud et R. Maire, « Le video Head Impulse Test dans la prise en charge du patient ver­ti­gi­neux », Revue Médi­cale Suisse, 2017. https://www.revmed.ch/RMS/2017/RMS-N-577/Le-video-Head-Impulse-Test-dans-la-prise-en-charge-du-patient-vertigineux (consul­té le juin 26, 2020).

    [56]    Col­lège des Ensei­gnants de Neu­ro­lo­gie, « Syn­drome ves­ti­bu­laire », Col­lège des Ensei­gnants de Neu­ro­lo­gie, nov. 22, 2016. https://www.cen-neurologie.fr/premier-cycle/s%C3%A9miologie-analytique/syndrome-myogene-myopathique/syndrome-myogene-myopathique-12 (consul­té le juin 26, 2020).

    Annexes

    Annexe 1. QQOQCP [Source : Auteur] 

    searchhomearrow-circle-left