• IDS092 - Mise en place d'un système de management de la qualité conforme à la norme ISO 13485 : 2016 et son amendement A1 pour une innovation technologique en néphrologie.

    Avertissement

    Les projets ou stages publiés auxquels vous accédez sont des rapports d'étudiants et doivent être pris comme tels. Il peuvent donc comporter des imperfections ou des imprécisions que tout lecteur doit admettre et donc supporter. Il ont été réalisés pendant les périodes de formation et constituent avant-tout des travaux de compilation bibliographique, d'initiation et d'analyse sur des thématiques associées aux concepts, méthodes, outils et expériences sur les démarches qualité dans les organisations ou sur les technologies en santé.

    Si, malgré nos précautions, vous avez des raisons de contester ce droit de diffusion libre, , nous nous efforcerons d'y apporter une réponse rapide. L'objectif de la présentation des travaux sur le web est de permettre l'accès à l'information et d'augmenter ainsi la qualité des échanges professionnels.

    Nous ne faisons aucun usage commercial des travaux de projet ou de stage publiés, par conséquent les citations des informations et l'emploi des outils mis à disposition sont totalement libres. Dans ce cas, nous vous demandons de respecter les règles d'éthique en citant explicitement et complètement vos sources bibliographiques.

    Bonne lecture...

    Auteur

    Contact

    Paul Bro­chet :

    Citation

    À rap­pe­ler pour tout usage : Paul BROCHET, « Mise en place d’un sys­tème de mana­ge­ment de la qua­li­té conforme à la norme ISO 13485 : 2016 et son amen­de­ment A1 pour une inno­va­tion tech­no­lo­gique en néphro­lo­gie. », Uni­ver­si­té de Tech­no­lo­gie de Com­piègne (France), Mas­ter Ingé­nie­rie de la San­té, Par­cours Tech­no­lo­gies Bio­mé­di­cales et Ter­ri­toires de San­té (TBTS) et Dis­po­si­tif Médi­cal et Affaires Règle­men­taires (DMAR), Mémoire de stage réf°IDS092, juill. 2021. [En ligne]. Dis­po­nible sur : https://travaux.master.utc.fr/formations-master/ingenierie-de-la-sante/ids092/

    Résumé

    Si la com­mer­cia­li­sa­tion du pre­mier dis­po­si­tif médi­cal est l’un des objec­tifs majeurs de toutes les jeunes star­tups de l’écosystème med­tech, l’atteinte de cet objec­tif néces­site le pas­sage obli­gé de nom­breux jalons. En effet, les nou­veaux règle­ments euro­péen 2017/745 [1] et 2017/746 [2] demandent la mise en place d’un sys­tème de mana­ge­ment de la qua­li­té et l’élaboration d’une docu­men­ta­tion tech­nique com­plète et robuste. Les star­tups, en géné­ral fra­gile éco­no­mi­que­ment, peu fami­lier au par­cours règle­men­taires et au mana­ge­ment de la qua­li­té, ont donc besoin de mettre en place un sys­tème de mana­ge­ment de la qua­li­té conforme à la norme ISO 13485 :2016 [3] ain­si qu’à son amen­de­ment A1 et ce le plus tôt pos­sible afin d’éviter une perte de res­sources maté­rielles et imma­té­rielles dif­fi­ci­le­ment récu­pé­rables après plu­sieurs mois de développement.

    Ce mémoire de stage a pour objec­tif de pré­sen­ter une stra­té­gie agile de mise en place d’un sys­tème de mana­ge­ment de la qua­li­té durable et per­for­mant conforme à la norme ISO 13485 :2016 ain­si que plu­sieurs livrables affé­rents qui ont été géné­rés : une feuille de route tech­ni­co-règle­men­taire, un manuel qua­li­té, des pro­cé­dures docu­men­tées, les pre­miers élé­ments de la docu­men­ta­tion tech­nique et des outils opérationnels.

    Mots-clés : Sys­tème de Mana­ge­ment de la Qua­li­té - Approche pro­ces­sus – Mana­ge­ment des risques - Start-up - Régle­men­ta­tion - Docu­men­ta­tion tech­nique – Inno­va­tion – Dis­po­si­tif médical

    Abstract

    While the com­mer­cia­li­za­tion of the first medi­cal device is one of the major goals of all the young star­tups in the med­tech eco­sys­tem, achie­ving this goal requires the pas­sage of many miles­tones. Indeed, the new Euro­pean regu­la­tions 2017/745 [1] and 2017/746 [2] require the esta­blish­ment of a qua­li­ty mana­ge­ment sys­tem and the ela­bo­ra­tion of a com­plete and robust tech­ni­cal docu­men­ta­tion. Star­tups, which are gene­ral­ly eco­no­mi­cal­ly fra­gile and unfa­mi­liar with the regu­la­to­ry pro­cess and qua­li­ty mana­ge­ment, the­re­fore need to set up a qua­li­ty mana­ge­ment sys­tem that com­plies with ISO 13485:2016 [3] and its amend­ment A1 as soon as pos­sible in order to avoid the loss of mate­rial and intan­gible resources that are dif­fi­cult to reco­ver after seve­ral months of development.

    The aim of this inter­n­ship is to present an agile stra­te­gy for imple­men­ting a sus­tai­nable and effi­cient qua­li­ty mana­ge­ment sys­tem in com­pliance with ISO 13485:2016 and seve­ral rela­ted deli­ve­rables that have been gene­ra­ted : a tech­ni­cal road­map regu­la­to­ry, qua­li­ty manual, docu­men­ted pro­ce­dures, ini­tial tech­ni­cal docu­men­ta­tion and ope­ra­tio­nal tools.

    Key­words : Qua­li­ty mana­ge­ment sys­tem, Pro­cess approach, Risk mana­ge­ment, Start-Up, Regu­la­tion, Tech­ni­cal Docu­men­ta­tion – Inno­va­tion – Medi­cal Devices

    Téléchargement

    IDS092 - Mémoire de stage

    Mise en place d’un sys­tème de mana­ge­ment de la qua­li­té conforme aux réfé­rences NF EN ISO 13485 : 2016 et son amen­de­ment A1 pour une inno­va­tion tech­no­lo­gique en néphrologie.

    Mémoire complet :

    Mise en place d'un système de management de la qualité conforme à la norme ISO 13485 : 2016 et son amendement A1 pour une innovation technologique en néphrologie


    Glossaire

    Accé­lé­ra­teur :« Un accé­lé­ra­teur est un dis­po­si­tif qui aide les entre­pre­neurs à faire pros­pé­rer leur entre­prise plus vite. Il les accom­pagne dans les étapes clés du déve­lop­pe­ment de leur acti­vi­té comme l'internationalisation ou la trans­for­ma­tion numérique. »
    Bioim­pé­danceLa bioim­pé­dance traite de cer­taines pro­prié­tés élec­triques pas­sives des tis­sus : la capa­ci­té à s'opposer (entra­ver) au flux de cou­rant élec­trique [29]
    Deep tech :Cette expres­sion désigne les star­tups de la « Deep Tech » qui pro­posent des pro­duits ou des ser­vices sur la base d’innovations de rup­ture. Leur ambi­tion ? S'attaquer à la réso­lu­tion des grands défis du XXIe siècle : une nou­velle tech­nique pour lut­ter contre le can­cer ou le chan­ge­ment cli­ma­tique, par exemple. Et tous les domaines sont concer­nés [30].
    Incu­ba­teur :« Acteurs de l'innovation, les incu­ba­teurs jouent un rôle essen­tiel dans la matu­ra­tion d'un pro­jet inno­vant. Pré­sents à la fois en amont de la créa­tion et au cours de la vie de l'entreprise, ils mettent à dis­po­si­tion des por­teurs de pro­jet une mul­ti­tude de ser­vices leur per­met­tant de se lan­cer dans les meilleures condi­tions. Ils concourent ain­si à la for­ma­tion d'un éco­sys­tème pro­pice à l'émergence et au déve­lop­pe­ment de star­tups. » [31]
    La French Tech :« Com­mu­nau­té de ceux qui tra­vaillent dans ou pour les star­tups fran­çaises, en France ou à l’étranger. Les entre­pre­neurs en pre­mier lieu, mais aus­si les inves­tis­seurs, ingé­nieurs, desi­gners, déve­lop­peurs, accé­lé­ra­teurs, incu­ba­teur, …qui s’engagent pour la crois­sance des star­tups et leur rayon­ne­ment inter­na­tio­nal. » [13]
    Med­tech :« La Med­tech regroupe donc toutes les tech­no­lo­gies des­ti­nées à l’environnement de soin et désigne aus­si bien un site de prise de ren­dez-vous en ligne qu’un organe arti­fi­ciel ou un robot chi­rur­gi­cal. L’écosystème de star­tups de la Med­tech a donc pour ambi­tion d’inventer la méde­cine de demain. » [32]
    POC :Proof of concept en anglais. « Une preuve de concept (que nous appel­le­rons POC pour Proof of Concept) est une démons­tra­tion de fai­sa­bi­li­té, c’est à dire une réa­li­sa­tion expé­ri­men­tale concrète et pré­li­mi­naire, courte ou incom­plète, illus­trant une cer­taine méthode ou idée afin d’en démon­trer ou pas la fai­sa­bi­li­té, avec un bud­get acces­sible à un chef de pro­jet. Situé très en amont dans le pro­ces­sus de déve­lop­pe­ment d’un pro­duit ou d’un pro­cess nou­veau, le POC est habi­tuel­le­ment consi­dé­ré comme une étape impor­tante sur la voie d’un pro­to­type plei­ne­ment fonc­tion­nel. »[33]
    Star­tup :Jeune entre­prise inno­vante, à la recherche d’un modèle éco­no­mique, qui lui assu­re­rai une crois­sance très forte et très rapide, avec un déve­lop­pe­ment inter­na­tio­nal [13]
    MDN/MDA :MDA / MDN-codes reflect the desi­gn and inten­ded pur­pose of the device and hence are most­ly rele­vant for the allo­ca­tion of per­son­nel invol­ved in the review of tech­ni­cal docu­men­ta­tion [25].
    MDS :MDS codes are hori­zon­tal codes that are appli­cable to devices with spe­ci­fic cha­rac­te­ris­tics [25].
    MDT :MDT codes relate to the tech­no­lo­gies and pro­cesses that are used in the manu­fac­tu­ring and making. avai­lable of the devices [25].

    Introduction

    Les reins jouent un rôle essen­tiel dans l’homéostasie géné­ral de l’être humain. Riche­ment vas­cu­la­ri­sé, les reins ont pour fonc­tion prin­ci­pale la puri­fi­ca­tion et l’équilibration des consti­tuants du sang. Le néphron est l’élément struc­tu­ral et fonc­tion­nel des reins, il est à l’origine de la fabri­ca­tion de l’urine [4]. L’excrétion des déchets méta­bo­liques dans les urines se réa­lise selon trois étapes bien défi­nies. La fil­tra­tion glo­mé­ru­laire, la réab­sorp­tion et la sécré­tion [4]. Lors de la pre­mière étape, il y a for­ma­tion de l’urine dite pri­mi­tive, puis lors de la seconde étape, l’urine pri­mi­tive devient l’urine défi­ni­tive. La  der­nière étape est le sto­ckage de l’urine défi­ni­tive dans la ves­sie avant d’être excré­tée par mic­tion [4]

    Le débit de fil­tra­tion glo­mé­ru­laire (DFG) per­met d’apprécier de façon mesu­rable la capa­ci­té du rein à réa­li­ser sa fonc­tion [5]. Le DFG se cal­cule grâce à la clai­rance d’une sub­stance, géné­ra­le­ment par l’insuline ou la créa­ti­nine [4]. Selon la Socié­té Fran­co­phone de Néphro­lo­gie, Dia­lyse et Trans­plan­ta­tion (SFNDT) les reins filtrent envi­ron un litre de sang par minutes [6]

    Selon la Haute Auto­ri­té de San­té (HAS), « la mala­die rénale chro­nique (MRC) est une dimi­nu­tion pro­gres­sive des fonc­tions rénales déter­mi­née par une dimi­nu­tion per­ma­nente du débit de fil­tra­tion glo­mé­ru­laire. Elle est défi­nie par la pré­sence, pen­dant plus de 3 mois, de mar­queurs d’atteinte rénale ou d’une baisse du DFG au-des­sous de 60 mL/min/1,73m². » [7], elle est éga­le­ment défi­nie par « la pré­sence, pen­dant plus de 3 mois, de mar­queurs d’atteinte rénale qui peuvent être des ano­ma­lies mor­pho­lo­giques, his­to­lo­giques, uri­naires » [8]

    Il existe 5 stades de sévé­ri­té défi­nis selon la valeur du DFG. Les pre­miers stades intègrent un DFG supé­rieur à 60 mL/min/1,73m² avec pré­sence de mar­queur d’atteinte rénale. L’insuffisance rénale chro­nique (IRC) est défi­nie à par­tir des stades 3 et 4 lorsque la valeur de DFG est com­prise entre 15 et 59 mL/min/1,73m². Au   stade 5, il s’agit d’insuffisance rénale chro­nique ter­mi­nale (IRCT) décla­ré à un DFG infé­rieur à 15 mL/min/1,73m². A ce niveaux de sévé­ri­té, un trai­te­ment par sup­pléance, greffe rénale ou dia­lyse est inévi­table pour la sur­vie du patient [7]

    Le tableau ci-des­sous résume les 5 stades de la mala­die rénal chro­nique selon, leurs valeurs de DFG, le pour­cen­tage de fonc­tion rénale pré­valent au stade ain­si que leur trai­te­ment associé.

    Tableau 1 : Les différents stades d'évolutions de la maladie rénale chronique (source : auteur inspiré de [6], [7],[9])

    La mala­die rénale chro­nique touche toutes les tranches d’âges [10]. D’après le rap­port SFNDT, la mala­die rénale chro­nique touche envi­ron 850 mil­lions de per­sonnes dans le monde. En France, la MRC concerne 10% des adultes soit envi­ron 5,7 mil­lions de per­sonnes [6]. Selon ce même rap­port, la Mala­die Rénale Chro­nique (MRC) est pas­sé de la 27e à la 11e cause de mor­ta­li­té en moins de 30 ans [6].

    L'insuffisance rénale chro­nique ter­mi­nale est une prio­ri­té de san­té publique mon­diale [6]. Le par­cours de soin du patient dia­ly­sé, qui se carac­té­rise par des allers-retours heb­do­ma­daires au centre de dia­lyse, à l’hôpital et du sui­vi par son néphro­logue peut être amélioré.

    C’est en par­tant de témoi­gnages de patients dya­li­sé, de ce constat et de plus d’une ving­taine d’années d’expérience dans le sec­teur de la dia­lyse que Julien Gau­tier a déci­dé de déve­lop­per une solu­tion inno­vante tech­no­lo­gique qui a pour ambi­tion d’améliorer la qua­li­té de vie des patients atteints d’insuffisance rénale chronique.

    Comme pour toutes les star­tups de dis­po­si­tif médi­cal, Home Habi­lis doit obte­nir le cer­ti­fi­cat mar­quage CE pour pou­voir com­mer­cia­li­ser son dis­po­si­tif médi­cal. Une pré­pa­ra­tion opé­ra­tion­nelle pour l’obtention de ce mar­quage CE est essen­tielle. En effet, la mise en place d’un Sys­tème de Mana­ge­ment de la Qua­li­té (SMQ) per­met, d’éviter la perte de res­source par­fois irré­cu­pé­rable, une anti­ci­pa­tion d’éléments régle­men­taires requis par le mar­quage CE et l’amélioration conti­nue des acti­vi­tés de son entre­prise fon­dée sur un mana­ge­ment de pro­ces­sus effi­cient. La norme ISO 13485 :2016 et son amen­de­ment A1 sont les stan­dards de sys­tème de mana­ge­ment de la qua­li­té pour les dis­po­si­tifs médicaux.

    Com­ment implé­men­ter le mana­ge­ment de la qua­li­té selon les réfé­ren­tiels ISO 13485 :2016 et son amen­de­ment A1 pour une inno­va­tion tech­no­lo­gique en néphrologie ?

    Dans un pre­mier lieu, une pré­sen­ta­tion de l’entreprise et de ses par­te­naires sera don­née, dans la par­tie sui­vante, le mana­ge­ment de l’inconnu dans l’univers de la Med­tech à tra­vers une nou­velle métho­do­lo­gie sera déve­lop­pé. Dans une troi­sième par­tie la confor­mi­té à la régle­men­ta­tion sera abor­dée et fina­le­ment les com­pé­tences déve­lop­pées, à acqué­rir et un bilan sur ce stage.

    1. La société Home Habilis.

    La socié­té Home Habi­lis est une jeune star­tup de la Med­tech, elle a été créée le 8 avril 2021 à Beau­vais. Ses bureaux sont situés dans la pépi­nière d’entreprise Start­Lab de Beau­vais. Elle a été fon­dée par Julien Gau­tier, son pré­sident avec l’appui de ses deux asso­ciés Mar­lène Gré­goire et Guillaume Coffe. Home Habi­lis déve­loppe un dis­po­si­tif médi­cal et une appli­ca­tion des­ti­nés aux patients atteints d’insuffisance rénale ain­si qu’à leur néphrologue.

    Ses fon­da­teurs sou­cieux, de pro­mou­voir des valeurs tour­nées vers les patients, se sont don­né comme objec­tifs, l’amélioration de la qua­li­té de vie, un gain d’autonomie et une opti­mi­sa­tion de la prise en charge des patients atteints d’insuffisance rénale. Home Habi­lis cherche à offrir aux patients dya­li­sés et au sys­tème de san­té, une nou­velle défi­ni­tion du par­cours patient.

    Non­obs­tant cet enga­ge­ment, Home Habi­lis choi­sit la qua­li­té de vie au tra­vail par l’écoute construc­tive, le déve­lop­pe­ment conti­nu, la créa­tion col­la­bo­ra­tive et la res­pon­sa­bi­li­sa­tion de ses col­la­bo­ra­teurs dans les défis tech­no­lo­gique d’aujourd’hui et de demain.

    Pour atteindre ses objec­tifs, Home Habi­lis déve­loppe un Dis­po­si­tif Médi­cal (DM) et une appli­ca­tion des­ti­née aux patients atteints d’insuffisance rénale ain­si qu’à leur néphro­logue. Ce dis­po­si­tif se veut comme une amé­lio­ra­tion du par­cours patient dia­ly­sé. En effet, ses nou­veaux cap­teurs de bioim­pé­dence vont per­mettre un meilleur sui­vi du patient dia­ly­sé à domicile.

    Pour atteindre ses objec­tifs, Home Habi­lis déve­loppe un Dis­po­si­tif Médi­cal (DM) et une appli­ca­tion des­ti­née aux patients atteints d’insuffisance rénale ain­si qu’à leur néphro­logue. Ce dis­po­si­tif inno­vant, de par ses nou­veaux cap­teurs de bioim­pé­dence, apport une réelle amé­lio­ra­tion du par­cours patient dia­ly­sé en per­met­tant un sui­vi pré­cis au domi­cile et au quotidien.

    Ce pro­jet se déve­loppe au sein de l’incubateur ITer­ra© et une entrée en accé­lé­ra­tion avec Eur­asan­té© est envi­sa­gé pour la suite. Avec sa récente labé­li­sa­tion Deep­Tech ain­si que le sou­tien de Bpi­France par la French Tech Emer­gence, Home Habi­lis rentre dans l’écosystème French Tech. 

    Selon le com­mu­ni­qué de presse du Minis­tère de l’économie des finances et de la relance, « la France passe devant l’Allemagne et devient, en rai­son du Brexit, le 1er éco­sys­tème tech de l’Union Euro­péenne » [11]. Cette pre­mière sub­ven­tion per­met­tra à Home Habi­lis l’élaboration de sa preuve de concept (POC) et de capi­ta­li­ser d’éventuelles autres finan­ce­ments que Home Habi­lis recherche activement

    1.1 L'esprit entrepreneurial et l'esprit startup

    Les acti­vi­tés des entre­pre­neurs sont par­ta­gées entre la recherche de fonds, le déve­lop­pe­ment et la pro­tec­tion de leur inno­va­tion tech­no­lo­gique. Ces acteurs de l’innovation, fra­gile éco­no­mi­que­ment, inter­agissent dans un envi­ron­ne­ment incer­tain ou la concur­rence est éle­vée, ils doivent trou­ver les res­sources néces­saires pour sur­vivre. Qu'elles soient maté­rielles, imma­té­rielles ou humaines toutes les res­sources dis­po­nibles comptent.

    Le choix des par­te­naires est une étape impor­tante dans la réus­site du pro­jet. En com­bi­nant les savoirs d’acteurs d’horizons dif­fé­rents, les savoir-faire et les expé­riences spé­ci­fiques de chaque col­la­bo­ra­teur, les jeunes entre­prises peuvent espé­rer une crois­sance posi­tive. L’entreprenariat ou le mana­ge­ment de l’innovation est donc un exer­cice com­plexe qui demande des com­pé­tences en mana­ge­ment de pro­jet, finan­cière et humaine ain­si que de res­pec­ter des prin­cipes fon­da­men­taux de créa­tion de valeur, de ciblage vers l’avenir, d’orientation stra­té­gique, de culture, d’idées exploi­tables, de ges­tion d’incertitude, d’adap­ta­bi­li­té et d’approche sys­té­ma­tique [12]

    C’est du par­tage de cet esprit entre­pre­neu­rial aux autres col­la­bo­ra­teurs ou asso­ciés que naît l’esprit start-up.

    Selon le rap­port d’activité de L’Agence du Numé­rique, une star­tup se défi­nie comme une « Jeune entre­prise inno­vante, à la recherche d’un modèle éco­no­mique, qui lui assu­re­rait une crois­sance très forte et très rapide, avec un déve­lop­pe­ment inter­na­tio­nal » [13]. Selon ce même rap­port, 9 400 start-up ont été recen­sées [13] en France entre 2015 et 2017.

    1.2 Les partenaires

    Conscient de la néces­si­té d’avoir des par­te­naires de qua­li­té pour pro­duire un dis­po­si­tif médi­cal qui res­pect les exi­gences clients ain­si que les exi­gences régle­men­taires et nor­ma­tives, Home Habi­lis a déci­dé de s’entourer de par­te­naires d’innovation, scien­ti­fiques, tech­niques et finan­ciers. La Figure 1 pré­sente les dif­fé­rents par­te­naires de Home Habilis.

    Figure 1 : Les différents partenaires de Home Habilis (source : CEO de Home Habilis)

    1.2.1 Partenaires d'innovations.

    Depuis le 11 mai 2020, Home Habi­lis a inté­gré l’incubateur iTer­ra. Ce par­te­na­riat a per­mis d’obtenir des infra­struc­tures, des for­ma­tions régu­lières pour déve­lop­per les com­pé­tences indi­vi­duel et col­lec­tives au sein de Home Habi­lis, par­ti­ci­per à des évé­ne­ments et ain­si faire rayon­ner le pro­jet. Des co-accé­lé­ra­tions avec un incu­ba­teur spé­cia­li­sé en san­té sont envi­sa­gées clus­ter San­té à Amiens ou Eur­asan­té à Lille.

    1.2.2 Partenaires techniques.

    Home Habi­lis tra­vail aujourd’hui avec trois bureaux d’études :

    • Agui­la Tech­no­lo­gie : Appor­tant une exper­tise DM, d’ingénierie des dis­po­si­tifs médi­caux notam­ment sur les logi­ciels ain­si qu’un sup­port qua­li­té et affaires réglementaires.
    • Run­sys : Appor­tant une exper­tise et des solu­tions élec­tro­niques et logiciels.
    • Toh­tem Makerz : Appor­tant une exper­tise et des solu­tions de concep­tion mécanique.
    • Bureau 205 : Appor­tant des solu­tions de design.

    Le tra­vail en com­mun avec ses dif­fé­rents bureaux d’études per­met­tra la réa­li­sa­tion et la vali­da­tion d’un Proof of Concept (POC) du dis­po­si­tif médi­cal de Home Habilis.

    D’autres par­te­na­riats tech­niques sont en discussion :

    • Matra Elec­tro­nique : Pour la fabri­ca­tion du pro­to­type et des pre­mières séries.
    • Ske­zi : Pour l’hébergement des don­nées de san­té et l’exploitation en recherche clinique.

    1.2.3 Partenaires scientifiques.

    Pour assu­rer la vali­di­té et l’orientation médi­cale de son dis­po­si­tif médi­cal, Home Habi­lis a conso­li­dé un bord médi­cal com­po­sé de plu­sieurs néphro­logues, ce bord médi­cal inter­vient éga­le­ment lors de comi­té où des patients atteints d’insuffisance rénale chro­nique. Ces comi­tés per­mettent d’avoir des échanges sur les besoins des patients. 

    Home Habi­lis entre­tient éga­le­ment une rela­tion pri­vi­lé­giée avec l’Université de Tech­no­lo­gie de Com­piègne (UTC), notam­ment par le sui­vie des tra­vaux sur l’impédance appli­quée à l’insuffisance rénale de l’unité de recherche BMBI, mais éga­le­ment pour le recru­te­ment de thé­sards en trai­te­ment du signal et en ingé­nie­rie des don­nées de santé.

    1.3 Les missions du stage

    Pour atteindre les objec­tifs de la socié­té Home Habi­lis, plu­sieurs mis­sions en liens avec la qua­li­té et les affaires régle­men­taires ont été définis :

    • Mettre en place le sys­tème de mana­ge­ment de la qua­li­té conforme aux réfé­rences ISO 13485 :2016 et PR NF EN ISO 13485 :2020.
    • Déter­mi­ner des pro­ces­sus d’analyse et de ges­tion du risque.
    • Docu­men­ter un manuel qua­li­té et rédi­ger des procédures.
    • Mettre en place des mesures et enre­gis­tre­ments néces­saires en phase de déve­lop­pe­ment de produit.
    • Mettre en place un sys­tème de contrôle des docu­ments et des enregistrements.
    • Mettre en place un sys­tème d’amélioration continue.
    • Iden­ti­fier d’autres normes appli­cables ou recommandées.
    • Rédi­ger la docu­men­ta­tion technique

    L’atteinte de ces objec­tifs a été réa­li­sé en res­pec­tant une stra­té­gie, métho­do­lo­gie basée sur de l’amélioration conti­nue, du mana­ge­ment de pro­ces­sus, la ges­tion de pro­jet. Cette métho­do­lo­gie est expli­ci­tée dans la par­tie suivante.

    2. Manager l’inconnu dans l’univers de la Medtech.

    2.1 Les exigences normatives et réglementaires

    Comme énon­cé dans l’introduction, les fabri­cants de dis­po­si­tifs médi­caux ont l’obligation de se confor­mer aux règle­ments euro­péens 2017/745 ou 2017/746 pour mettre sur le mar­ché leur dis­po­si­tifs médi­caux. Dans ce mémoire seules les exi­gences du règle­ments 2017/745 sont abor­dées. En effet, l’article 10 du règle­ment 2017/745 rela­tif aux obli­ga­tions du fabri­cants, défi­nit 16 ali­néas que les fabri­cants doivent satis­faire pour se confor­mer afin obte­nir le mar­quage CE qui leur per­met­tra de mettre sur le mar­ché leur dis­po­si­tif médical.

    C’est dans l’alinéa 9 que se défi­nissent les exi­gences en terme de sys­tème de ges­tion de la qualité,

    « Les fabri­cants de dis­po­si­tifs, autres que des dis­po­si­tifs fai­sant l’objet d’une inves­ti­ga­tion, éta­blissent, docu­mentent, appliquent, main­tiennent, mettent à jour et amé­liorent en per­ma­nence un sys­tème de ges­tion de la qua­li­té qui garan­tit la confor­mi­té avec les dis­po­si­tions du pré­sent règle­ment et ce, de la façon la plus effi­cace pos­sible et d’une manière qui soit pro­por­tion­née à la classe de risque et au type de dis­po­si­tif. » [1]

    Cet ali­néa 9 défi­nit éga­le­ment 13 aspects que doit abor­der le sys­tème de ges­tion de la qua­li­té au mini­mum. Ces 13 aspects sont par­tiel­le­ment cou­vert par la norme NF EN ISO 13485 :2016 comme le met en lumière le pro­jet de révi­sions PR NF EN ISO 13485 :2020 dans son annexe ZB [14].

    La qua­li­té et son mana­ge­ment jouent donc un rôle cen­tral dans la mise sur le mar­ché des dis­po­si­tifs médicaux.

    Les stan­dards de la qua­li­té comme les normes ISO 9001 [15] et ISO 9004 [16] démontrent que la qua­li­té peut se défi­nir par l’évolution de l’efficacité, l’efficience et la qua­li­té per­çu, en un mot la per­for­mance. Celle-ci est obte­nue dans les entre­prises par l’application de l’amélioration conti­nue qui se tra­duit par, la pla­ni­fi­ca­tion, la réa­li­sa­tion, le contrôle et l’amélioration des acti­vi­tés plus com­mu­né­ment appe­lé PDCA.

    La maté­ria­li­sa­tion de la qua­li­té s’observe de manière plus glo­bale dans le mou­ve­ment de la valeur ajou­tée obte­nu grâce l’application de l’approche pro­ces­sus à tous les niveaux de l’entreprise. Pour rap­pel un pro­ces­sus est la trans­for­ma­tion d’un élé­ment d’entrée en un élé­ment de sor­tie avec de la valeur ajou­tée par le biais d’activités cor­ré­lés entre elles [17].

    L’approche pro­ces­sus se tra­duit par une vision de l’entreprise comme une suite de pro­ces­sus bien défi­nis. Son appli­ca­tion per­met d’acquérir « la com­pré­hen­sion et la satis­fac­tion en per­ma­nence des exi­gences ; la prise en compte des pro­ces­sus en termes de valeur ajou­tée ; l’obtention d’une per­for­mance effec­tive des pro­ces­sus ; l’amélioration des pro­ces­sus sur la base d’une éva­lua­tion de don­nées et d’informations » [15].

    La ges­tion des risques, exi­gence fai­sant par­tie des aspects de l’alinéa 9 que doit cou­vrir le sys­tème de mana­ge­ment de la qua­li­té, se concré­tise par une métho­do­lo­gie appe­lée approche par les risques. Elle se carac­té­rise par un pro­ces­sus de mana­ge­ment du risque qui se com­pose géné­ra­le­ment de 3 acti­vi­tés majeures, l’analyse du contexte et la défi­ni­tion des cri­tères, l’appréciation  du risque, le trai­te­ment du risque [18]. Le mana­ge­ment du risque vu comme un pro­ces­sus récur­rent per­met la créa­tion et la pré­ser­va­tion de valeurs [18], et de répondre de façon qua­li­ta­tive aux exi­gences de sécu­ri­té et de per­for­mance du règle­ment 2017/745.

    La mise en place du sys­tème de mana­ge­ment de la qua­li­té, étape obli­ga­toire chez les fabri­cants de dis­po­si­tifs médi­caux, cette étape peut être un réel par­cours du com­bat­tant pour les star­tups de la Medtech.

    Basé sur un PDCA (Plan, Do, Check, Act), d’une ana­lyse de tra­vaux simi­laires chez des fabri­cants de dis­po­si­tifs médi­caux dif­fé­rents ain­si que sur le fas­ci­cule de docu­men­ta­tion FD X50-176 qui est un guide de mise en œuvre du mana­ge­ment des pro­ces­sus [19], une nou­velle métho­do­lo­gie a été déve­lop­pée lors de ce stage. Cette métho­do­lo­gie est déve­lop­pée dans la par­tie suivante.

    2.2 La méthodologie

    La métho­do­lo­gie nom­mée ETAPES, acro­nyme de Etu­dier, Trans­mettre, Accom­pa­gner, Pro­gram­mer, Enre­gis­trer, S’assurer. Elle per­met par des cycles ité­ra­tifs d’implémenter dans les star­tups med­tech un sys­tème de mana­ge­ment de la qua­li­té per­for­mant et durable. Les dif­fé­rentes étapes de cette métho­do­lo­gie sont détaillées dans les par­ties ci-dessous :

    2.2.1 Etudier : le projet d'entreprise

    La pre­mière étape de cette métho­do­lo­gie a pour objec­tif de défi­nir une stra­té­gie d’action pour implé­men­ter le sys­tème de mana­ge­ment de la qua­li­té. Plu­sieurs outils sont néces­saires pour atteindre cet objec­tif. Dans un pre­mier temps, l’entreprise doit cadrer le pro­blème en uti­li­sant par exemple un QQOQCP tel qu’illustré en Figure 2.

    Figure 2 : QQOQCP Réalisé avant le stage et vérifié lors de la première semaine de stage (source : auteur)

    Il faut par la suite éla­bo­rer un plan­ning d’actions en plu­sieurs jalons res­pec­tant les dif­fé­rentes phases du PDCA. Pour ce stage la Figure 3 et la Figure 4 illus­trent le plan d’action pour la mise en place du sys­tème de mana­ge­ment de la qualité.

    Figure 3 : Répartitions des phases du PDCA pour les 6 mois de stage (source : auteur).
    Figure 4 : Extrait du planning d’actions de mise en place du système de management de la qualité chez Home Habilis (source : auteur).

    Pour ter­mi­ner cette phase d’étude, l’équipe de pro­jet peut réa­li­ser un Plan Dyna­mique Stra­té­gique (PDS). Cet outil per­met de déter­mi­ner une stra­té­gie de déve­lop­pe­ment à court et long terme en déter­mi­nant, une mis­sion, une vision, des valeurs, un bilan des forces et fai­blesses de l’entreprise sous la forme d’un SWOT (Strenghts, Weak­nesses, Oppor­tu­ni­ties, Threats), ain­si que des prio­ri­tés dans les actions à réa­li­ser. La Figure 5 illustre un PDS éla­bo­rer selon le pro­jet de Home Habilis.

    Avec ce der­nier outil, l’entreprise défi­nit les pre­miers élé­ments de réponse quant à l’engagement de la direc­tion exi­gé dans l’article 5 de la norme ISO 13485 :2016 ain­si que les pre­miers élé­ments de réponse aux exi­gences d’amélioration conti­nue de l’entreprise, notam­ment en termes d’audit interne défi­ni dans son article 8.

    Figure 5 : PDS de Home Habilis (source : auteur)

    Cette pre­mière étape per­met de cadrer le pro­jet de l’entreprise et de répar­tir dans un temps limite, les tâches à réa­li­ser ain­si que les res­pon­sa­bi­li­tés. Il est essen­tiel dans la mise en place d’un sys­tème de mana­ge­ment de la qua­li­té que tous les acteurs de l’entreprise com­prennent et assi­milent les notions de qua­li­té, mana­ge­ment de la qua­li­té, de pro­ces­sus, d’approche pro­ces­sus et d’approche par les risques intro­duit dans la par­tie 2.1. Le par­tage des connais­sances sur ces notions essen­tielles est déve­lop­pé dans l’étape suivante.

    2.2.2 Transmettre : L'approche processus et l'approche par les risques

    Comme défi­ni pré­cé­dem­ment, l’objectif de cette étape et de sen­si­bi­li­ser les acteurs à la qua­li­té et à la régle­men­ta­tion. Trans­mettre les notions clés d’approche pro­ces­sus, d’approche par les risques, contrôle qua­li­té, de mana­ge­ment de la qua­li­té mais éga­le­ment aux exi­gences régle­men­taires, notam­ment, en termes de sécu­ri­té de per­for­mance des dis­po­si­tifs médi­caux, d’étude pré-cli­nique, cli­nique et de Sui­vie Après Com­mer­cia­li­sa­tion (SAC).

    Ces par­tages de connais­sances sont néces­saires à une mise en place de la qua­li­té et à la confor­mi­té aux régle­men­ta­tions appli­cables. Une com­pré­hen­sion com­plète par les acteurs diri­geants de l’entreprise de ces termes feront l’objet d’une véri­fi­ca­tion et vali­da­tion dans une étape pro­chai­ne­ment décrite.

    La réa­li­sa­tion d’ateliers par­ti­ci­pa­tifs per­met de par­ta­ger les notions clés citées pré­cé­dem­ment de manière per­for­mante et de prendre des déci­sions. Les Figures 6 et Figure 7 illus­trent un exemple d’atelier réa­li­sé pour la trans­mis­sion et l’appropriation de l’approche par le risque.

    Figure 6 : Extrait de l’atelier réalisé sur l'approche par les risques (1) (source : auteur)
    Figure 7 : Extrait de l’atelier réalisé sur l'approche par les risques (2) (source : auteur)

    Le par­tage des connais­sances sur ces notions essen­tielles de mana­ge­ment de la qua­li­té per­met une impli­ca­tion des acteurs interne de l’entreprise et faci­lite le pas­sage à la phase sui­vante qui est l’accompagnement vers le changement.

    Cette étape de trans­mis­sion de notions per­met de faci­li­ter la réor­ga­ni­sa­tion de l’entreprise en adop­tant la vision pro­ces­sus de ses acti­vi­tés actuelles et futures. Des outils opé­ra­tion­nels d’aide à la com­pré­hen­sion de ces dif­fé­rentes notions ain­si que des normes phares du domaine de la qua­li­té et du dis­po­si­tif médi­cal sont dis­po­nibles dans la biblio­thèque tra­vaux mas­ter.

    2.2.3 Accompagner : Le changement des activités au sein de l'entreprise

    Une fois que les notions essen­tielles ont bien été trans­mises et assi­mi­lées et que l’ensemble des acti­vi­tés actuelles et futures de l’entreprise ont été revues, l’entreprise peut réa­li­ser les pre­miers drafts que sa car­to­gra­phie de pro­ces­sus. L’ANNEXE I pré­sente une pre­mière ver­sion de la car­to­gra­phie de pro­ces­sus de Home Habi­lis. Cette car­to­gra­phie se com­pose de quatre pro­ces­sus géné­raux, un pro­ces­sus de mana­ge­ment de la qua­li­té nom­mé Pro­cess Q, un pro­ces­sus de fai­sa­bi­li­té nom­mé pro­cess F, un pro­ces­sus de réa­li­sa­tion nom­mé pro­cess P et un pro­ces­sus sup­port nom­mé pro­cess S. 

    Pour rap­pel, la mise en place d’un sys­tème de mana­ge­ment de la qua­li­té est un pro­ces­sus qui néces­site l’implication de tous les acteurs, mais éga­le­ment celle de la direc­tion de l’entreprise

    celle-ci se maté­ria­lise géné­ra­le­ment par une lettre d’engagement de la direc­tion. L’ANNEXE V pré­sente une pre­mière ver­sion de l’engagement de la direc­tion de Home Habilis.

     Il est essen­tiel de réa­li­ser des revus de pro­ces­sus avant de les enre­gis­trer, pour véri­fier et vali­der les élé­ments les com­po­sant. La Figure 8 illustre la revue de pro­ces­sus sup­port de Home Habilis.

    Figure 8 : Extrait de l’atelier de revue du processus support de Home Habilis (source : auteur).

    Une fois ce pro­ces­sus revu, un enre­gis­tre­ment de ce pro­ces­sus peut être réa­li­sé avec le res­pon­sable qui a été défi­ni en amont. En uti­li­sant l’annexe B du fas­ci­cule de docu­men­ta­tion FD X50-176 [19] L’entreprise docu­mente une fiche des­crip­tive de pro­ces­sus com­pre­nant, les objec­tifs du pro­ces­sus, la per­sonne en charge, les clients du pro­ces­sus, les acteurs internes du pro­ces­sus, son mode de pilo­tage, ces don­nées d’entrées de sor­ties, les exi­gences aux­quelles il a voca­tion de satis­faire éga­le­ment, les objec­tifs en lien avec la poli­tique qua­li­té ces méthodes de mesures et de sur­veillances, les res­sources néces­saires ain­si que les risques et oppor­tu­ni­tés iden­ti­fiés. L’ANNEXE II pré­sente la fiche des­crip­tive du pro­ces­sus S de Home Habilis. 

    Dans cette étape les pre­mières pro­cé­dures ou « manière spé­ci­fiée de réa­li­ser une acti­vi­té ou un pro­ces­sus » [17] peuvent être docu­men­tées. Tout comme les pro­ces­sus, ces pro­cé­dures néces­sitent une véri­fi­ca­tion et une vali­da­tion lors de revu. Ces revues doivent être réa­li­sées à un inter­valle défi­ni. Une pro­cé­dure docu­men­tée doit conte­nir des acti­vi­tés, des per­sonnes res­pon­sables ain­si que des docu­ments sup­ports. L’ANNEXE III pré­sente la pro­cé­dure d’audit interne de Home Habilis.

    Cette étape per­met de défi­nir la struc­ture du sys­tème de mana­ge­ment de la qua­li­té de manière docu­men­tée, elle doit s’arrêter au mini­mum 3 semaines avant la pro­chaine étape qui per­met­tra d’évaluer les chan­ge­ments, trans­for­ma­tions apportées.

    2.2.4 Programmer : le contrôle des transformations apportées.

    Cette étape a pour objec­tif de pré­pa­rer, pro­gram­mer et réa­li­ser un contrôle des chan­ge­ments appor­tés. Comme défi­ni dans le der­nier para­graphe de la pre­mière étape, une période de véri­fi­ca­tion (Check dans le PDCA) doit être effec­tuée pour véri­fier et vali­der les objec­tifs défi­nis dans cette même partie.

    La réa­li­sa­tion d’un audit interne du sys­tème de mana­ge­ment de la qua­li­té sur la norme ISO 13485 :2016 ain­si que sur le règle­ment euro­péen appli­cable au dis­po­si­tif médi­cal déve­lop­pé, selon la norme NF EN ISO 19011 [20] qui défi­nit les lignes direc­trices pour l’audit des sys­tèmes de mana­ge­ment, est un moyen per­ti­nent de véri­fier la confor­mi­té et la cor­recte mise en place du sys­tème de mana­ge­ment au sein de l’entreprise. La figure ci-des­sous pré­sente un pro­ces­sus d’audit selon la norme NF EN ISO 19011 :2018.

    Figure 9 : Extrait de l’atelier sur l’audit qualité et la norme NF EN ISO 19011 :2018

    Comme l’illustre la Figure 9 et tel qu'introduit à la fin de l’étape pré­cé­dente, un audit néces­site un temps de pré­pa­ra­tion d’environ 3 à 4 semaines. Ce temps néces­saire a pour but, de pla­ni­fier une semaine de réa­li­sa­tion d’audit avec toutes les par­ties pre­nantes à l’audit selon un pro­gramme bien défi­nit, éla­bo­rer les modèles de plan d’audit et de rap­port d’audit, réa­li­ser une revue des docu­ments qua­li­té et les pla­cer dans un réfé­ren­tiel pour faci­li­ter le tra­vail de l’auditeur.

    Cet audit interne ne peut pas se faire par un acteur interne de l’entreprise. En effet, la réa­li­sa­tion de cet audit doit être menée par un tiers fami­lier à la norme ISO13485 :2016 et pos­sé­dant des com­pé­tences confir­mées à la réa­li­sa­tion d’audit, de cette manière l’objectivité qu’exige les normes NF EN ISO19011 et ISO 13485 :2016 seront respectées.

    « Le choix des audi­teurs et la réa­li­sa­tion des audits doivent assu­rer l’objectivité et l’impartialité du pro­ces­sus d’audit. Les audi­teurs ne doivent pas audi­ter leur propre tra­vail. » [3]

    Une fois l’audit réa­li­sé, une ana­lyse du rap­port d’audit doit être réa­li­sé pour déter­mi­ner les actions cor­rec­tives et pré­ven­tives (CAPA) prio­ri­taires à réaliser.

    Cette étape per­met de mesu­rer de façon objec­tive l’avancement dans la mise en place du sys­tème de mana­ge­ment de la qua­li­té, ain­si que de défi­nir des CAPA pour pour­suivre le déve­lop­pe­ment du sys­tème de mana­ge­ment de la qua­li­té. L’ANNEXE VI pré­sente la conclu­sion de l’audit interne réa­li­sée lors de ce stage.

    2.2.5 Enregistrer : Les nouveaux processus, procédures et enregistrements.

    Cette étape a pour objec­tif d’enregistrer les chan­ge­ments vali­dés par l’audit réa­li­sé dans l’étape pré­cé­dente ain­si qu’enregistrer les actions cor­rec­tives et pré­ven­tives prio­ri­taires à réa­li­ser dans des enre­gis­tre­ments (preuve documentaire).

    Enre­gis­trer ces actions cor­rec­tives et pré­ven­tives per­met de démon­trer l’amélioration conti­nue du sys­tème de mana­ge­ment de la qua­li­té par la prise en compte du rap­port d’audit. Le rap­port d’audit doit lui éga­le­ment être enre­gis­tré dans la docu­men­ta­tion qua­li­té car il sera deman­dé ain­si que les enre­gis­tre­ments des actions cor­rec­tives et pré­ven­tives lors de l’audit sui­vant. La Figure 10 illustre un enre­gis­tre­ment d’actions cor­rec­tives et pré­ven­tives après l’audit interne de Home Habilis.

    Figure 10 : Fiche d'enregistrement d'actions corrective et d'action préventives. (source : Auteur inspiré de [21])

    Le sui­vie de la réa­li­sa­tion des actions pré­ven­tives et des actions cor­rec­tives, fait par­tie des exi­gences de la norme ISO 13485 :2016 dans son para­graphe §8.4.2 :

     « La direc­tion res­pon­sable du domaine audi­té doit assu­rer que toutes les cor­rec­tions et actions cor­rec­tives néces­saires sont entre­prises sans délai pour éli­mi­ner les non-confor­mi­tés détec­tées et leurs causes. Les acti­vi­tés de sui­vi doivent inclure la véri­fi­ca­tion des actions entre­prises et le compte ren­du des résul­tats de cette véri­fi­ca­tion. » [3]

    Pour s’assurer l’adéquation de ces actions cor­rec­tives et pré­ven­tives, l’entreprise peut réa­li­ser lors de l’étape sui­vant un sui­vi de l’audit. Elle peut éga­le­ment s’autoévaluer à l’aide d’outils d’autodiagnostique pré­sen­tés dans la der­nière étape et la par­tie 3.1.2

    2.2.6 S'assurer : Le pilotage du/des processus

    Cette der­nière étape a pour objec­tif l’autopilotage du sys­tème de mana­ge­ment de la qua­li­té. Une fois le sui­vi d’audit réa­li­sé, les périodes de revue de direc­tion définies.

    Les res­pon­sables de pro­ces­sus ain­si que ces pilotes pro­ces­sus peuvent grâce à un outil Excel d’autoévaluation, éva­luer la matu­ri­té de leur pro­ces­sus selon 73 recom­man­da­tions du fas­ci­cule de docu­men­ta­tion FD X50-173. Cet outil est dis­po­nible, gra­tui­te­ment, sur le site de tra­vaux mas­ter UTC avec la réfé­rence IDS074. La figure ci-des­sous illustre l’autodiagnostic au début du stage du pro­ces­sus de mana­ge­ment de la qua­li­té Q de Home Habi­lis. La Figure 11 et Figure 12 illus­trent l’autodiagnostique du pro­ces­sus de mana­ge­ment de la qua­li­té avant et après 6 mois en sui­vant la métho­do­lo­gie ETAPES.

    Figure 11 : Résultat d'autodiagnostique avant le stage (source : Auteur)
    Figure 12 : Autodiagnostic après 6 mois de stage (source : auteur).

    La réa­li­sa­tion d’autodiagnostics par chaque res­pon­sable de pro­ces­sus per­met une amé­lio­ra­tion du sys­tème de mana­ge­ment de la qua­li­té de façon auto­nome. En effet, chaque res­pon­sable iden­ti­fie les élé­ments les pro­cé­dures, enre­gis­tre­ments man­quant pour la satis­fac­tion aux exi­gences de la norme ISO13485 :2016 et déter­mine les méthodes pour y par­ve­nir avec le sou­tien la direction.

    2.3 Les résultats

    Grace à cette métho­do­lo­gie ETAPES illus­tré dans la figure ci-des­sous et l’implication de tous les acteurs par­ti­ci­pant à la mise en place du sys­tème de mana­ge­ment de la qua­li­té, les entre­prises de dis­po­si­tifs médi­caux peuvent de manière agile se confor­mer au réfé­ren­tiel ISO 13485 :2016.

    Figure 13 : La roue ETAPES (source : auteur)

    Au com­men­ce­ment de ce stage la docu­men­ta­tion qua­li­té n’était pas encore réa­li­sée, à l’issue de ce stage et en sui­vant cette méthode, plu­sieurs docu­ments qua­li­té ont été livrés :

    • Un manuel qua­li­té (CONFIDENTIEL)
    • Une car­to­gra­phie des pro­ces­sus (ANNEXE I)
    • 4 fiches pro­ces­sus détaillés selon la struc­ture de l’annexe B du FD X50-176 (voir ANNEXE II)
    • Plus de 5 pro­cé­dures docu­men­tées (voir ANNEXE III).
    • Pro­ces­sus de mana­ge­ment des risques basée sur la norme ISO 31000 (voir ANNEXE IV)
    • Outils de mana­ge­ment des risques basés sur la norme et ISO 14971.
    • L’engagement de la direc­tion (ANNEXE V)
    • Un modèle de plan et un modèle de rap­port d'audit interne.
    • Un rap­port d’audit com­por­tant 99 constats (voir ANNEXE VI)
    • De nom­breux enre­gis­tre­ments CAPA (ANNEXE VII)

    La mise en place du sys­tème de mana­ge­ment de la qua­li­té n’est pas la seule obli­ga­tion du fabri­cant de dis­po­si­tif médi­cal. En effet comme intro­duit dans la par­tie 2.1, l’article 10 du règle­ment 2017/745 exiges des fabri­cants une docu­men­ta­tion tech­nique. La confor­mi­té à cette exi­gence est abor­dée dans la par­tie suivante.

    3. Conformité réglementaire

    Comme intro­duit pré­cé­dem­ment, les fabri­cants de dis­po­si­tifs médi­caux doivent éga­le­ment répondre à des obli­ga­tions en termes de docu­men­ta­tion tech­nique, d’évaluation cli­nique, de Sui­vi Cli­nique Après Com­mer­cia­li­sa­tion (SCAC), de façon plus géné­rale à des exi­gences en terme sécu­ri­tés et per­for­mances du dis­po­si­tif médi­cal, de ges­tion des risques et de tra­ça­bi­li­té, afin d’assurer la sécu­ri­té du patient et toute per­sonne en inter­ac­tion direct ou indi­rect avec le dis­po­si­tif médi­cal. Pour répondre à ces obli­ga­tions le fabri­cant de dis­po­si­tif médi­caux doit faire appel à un nou­vel acteur, la Per­sonne Char­gée de Veiller au Res­pect à la Régle­men­ta­tion (PVCRR).

    Selon l’alinéa 1 de l’article 15 du règle­ment 2017/745 « Les fabri­cants dis­posent au sein de leur orga­nisme d’au moins une per­sonne char­gée de veiller au res­pect de la régle­men­ta­tion pos­sé­dant l’expertise requise dans le domaine des dis­po­si­tifs médi­caux. » [1]

    Les points a) et b) de cet ali­néa, défi­nissent les domaines de for­ma­tions et d’expérience requis afin de dési­gner une Per­sonne Char­gée de Veiller au Res­pect de la Régle­men­ta­tion (PCVRR). Les mis­sions de cet acteur sont d’assurer que « la confor­mi­té des dis­po­si­tifs soit cor­rec­te­ment véri­fiée, confor­mé­ment au sys­tème de ges­tion de la qua­li­té dans le cadre duquel les dis­po­si­tifs concer­nés sont fabri­qués, avant la libé­ra­tion d’un dis­po­si­tif, la docu­men­ta­tion tech­nique et la décla­ra­tion de confor­mi­té UE soient éta­blies et tenue à jour, les obli­ga­tion en matière de sur­veillance après com­mer­cia­li­sa­tion soient rem­plies, confor­mé­ment à l’article 10 para­graphe 10, … » [1].

    Des dis­po­si­tions par­ti­cu­lières peuvent être prises pour les jeunes star­tups de la med­tech, en effet, selon l’alinéa 2 de l’article 15, « Les micro et petites entre­prises au sens de la recom­man­da­tion 2003/36/CE de la Com­mis­sion ne sont pas tenues de dis­po­ser, a sein de leur orga­ni­sa­tion, une per­sonne char­gée de veiller au res­pect de la régle­men­ta­tion mais une telle per­sonne est en per­ma­nence et sans inter­rup­tion à leur dis­po­si­tion. » [1]. Les recom­man­da­tions de la com­mis­sion indiquent que les entre­prises com­por­tant « moins de 250 per­sonnes et dont le chiffre d’affaire n’excède pas 50 mil­lions d’euros ou dont le total du bilan annuel n’excède pas 43 mil­lions d’euros » [22] consti­tuent ce que l’on peut défi­nir comme micro, petites et moyenne entreprises.

    La PCVRR intro­duit par la régle­men­ta­tion 2017/745, prend éga­le­ment le rôle de point de contact entre l’entreprise et les auto­ri­tés de san­té comme l’Agence Natio­nal de San­té du Médi­ca­ment et des pro­duits de san­té (ANSM) et la Haute Auto­ri­té de San­té (HAS). La PCVRR est éga­le­ment le point de contact entre le fabri­cant et l’Organisme Noti­fiés (ON), orga­nisme qui éva­lue un fabri­cant de dis­po­si­tif médi­cal et déter­mine in fine si le fabri­cant peut décla­rer sa confor­mi­té au règle­ment qui lui a été attri­bué sous la forme d’un cer­ti­fi­cat de mar­quage CE.

    La confor­mi­té régle­men­taire est un pro­ces­sus com­plexe qui requiert des com­pé­tences et des res­sources. Les fabri­cants de dis­po­si­tifs médi­caux doivent, dans un pre­mier temps s’assurer un posi­tion­ne­ment régle­men­taire en défi­nis­sant une feuille de route tech­ni­co-régle­men­taire et dans un second temps, débu­ter la rédac­tion de la docu­men­ta­tion tech­nique. La par­tie sui­vante pré­sente les élé­ments qui consti­tuent la feuille de route technico-réglementaire.

    3.1 Positionnement réglementaire

    La mise sur le mar­ché des dis­po­si­tifs médi­caux doit suivre des étapes bien défi­nie. Ces étapes doivent à la fois suivre les étapes clas­siques de fabri­ca­tion indus­trielle tel qu’illustré dans la figure ci-des­sous, mais éga­le­ment les dif­fé­rentes étapes régle­men­taires, tel que l’identification des exi­gences nor­ma­tives et régle­men­taires, la réa­li­sa­tion de test pré-cli­nique, cli­nique, la pré­pa­ra­tion au sui­vie après com­mer­cia­li­sa­tion, l’évaluation de la confor­mi­té à la régle­men­ta­tion par un Orga­nisme Noti­fié (ON) et fina­le­ment, la réa­li­sa­tion du sui­vie après commercialisation.

    3.1.1 La feuille de route technico-réglementaire.

    La mise sur le mar­ché des dis­po­si­tifs médi­caux doit suivre des étapes bien défi­nies. Ces étapes doivent à la fois suivre les étapes clas­siques de fabri­ca­tion indus­trielle tel qu’illustré dans la figure ci-des­sous, mais éga­le­ment les dif­fé­rentes étapes régle­men­taires, tel que l’identification des exi­gences nor­ma­tives et régle­men­taires, la réa­li­sa­tion de test pré-cli­niques, cli­niques, la pré­pa­ra­tion au sui­vi après com­mer­cia­li­sa­tion, l’évaluation de la confor­mi­té à la régle­men­ta­tion par un Orga­nisme Noti­fié (ON) et fina­le­ment, la réa­li­sa­tion du sui­vi après commercialisation.

    Figure 14 : les différentes phases de fabrications industrielle (source : auteur).

    La figure ci-des­sous illustre la feuille de route tech­ni­co-régle­men­taire de Home Habi­lis, cette carte indique en un regarde la loca­li­sa­tion du pro­jet de Home Habi­lis dans les phases de fabri­ca­tions indus­trielle et les dif­fé­rentes étapes réglementaires.

    Figure 15 : Feuille de route technico-réglementaire de Home Habilis (source : Home Habilis)

    Pour accom­pa­gner les fabri­cants de dis­po­si­tifs médi­caux dans leur che­min vers la mise sur le mar­ché de leur inno­va­tion, plu­sieurs outils opé­ra­tion­nels peuvent être uti­li­sés. Ces outils sont pré­sen­tés dans la par­tie suivante.

    3.1.2 Des guides réglementaires

    Il existe plu­sieurs outils opé­ra­tion­nels pour accom­pa­gner les fabri­cants ain­si que leur PCVRR vers la confor­mi­té au règle­ment. Un groupe, le Medi­cal Device Coor­di­na­tion Group (MDCG) publie régu­liè­re­ment des guides pour satis­faire les exi­gences des règle­ments euro­péens [23].

    Lors de ce stage plu­sieurs de ces guides ont été utilisés :

    • Le MDCG 2019-11 rela­tif à la qua­li­fi­ca­tion et à la clas­si­fi­ca­tion des logi­ciels de dis­po­si­tifs médi­caux [24] en classe I, IIa, IIb ou III. ce guide aide à défi­nir quelle est la régle­men­ta­tion appli­cable au dis­po­si­tif médi­cal déve­lop­pé ain­si que de défi­nir la classe du dis­po­si­tif médical.

    Avec l’aide de ce guide, et l’expertise de Agui­la tech­no­lo­gie, l’innovation de Home Habi­lis a été défi­nie comme dis­po­si­tif médi­cal de classe IIa sous le règle­ment 2017/745.

    • Le MDCG 2019-14 qui est une note expli­ca­tive sur les codes MDR [25] a éga­le­ment été uti­li­sée afin de défi­nir les codes MDA, MDS et MDT appli­cable au dis­po­si­tif médi­cal de Home Habi­lis, ces dif­fé­rents codes per­mettent la sélec­tion de l’Organisme Noti­fié (ON) qui éva­lue­ra la confor­mi­té au règlement.

    Avec l’aide de ce guide, les codes MDA, MDN et MDS appli­cables et poten­tiel­le­ment appli­cables à l’innovation de Home Habi­lis sont :

    • MDA0204 : Other active non-implan­table devices for moni­to­ring and / or diag­no­sis [25]
    • MDS1010 : Devices with a mea­su­ring func­tion [25]
    • MDT2010 : Devices manu­fac­tu­red using elec­tro­nic com­po­nents inclu­ding com­mu­ni­ca­tion devices [25]

    Pour rap­pel la défi­ni­tion de ce code per­met de choi­sir l’organisme noti­fié cer­ti­fi­ca­teur pour le mar­quage CE.

    D’autres MDCG, comme le MDCG 2020-10/1 sur la réa­li­sa­tion des rap­ports de sécu­ri­té dans les enquêtes cli­niques [26], ou encore le MDCG 2019-16 rela­tive à la cyber­sé­cu­ri­té pour les dis­po­si­tifs médi­caux [27], sont dis­po­nibles sur le site de la Com­mis­sion européen.

    Il existe aus­si plu­sieurs outils opé­ra­tion­nels pour accom­pa­gner les fabri­cants ain­si que leur PCVRR vers la confor­mi­té au règle­ment. Comme défi­nit en par­tie 2.2.2, il existe des outils d’aide à la com­pré­hen­sion des normes incon­tour­nables dans le domaine des dis­po­si­tifs médi­caux, ces outils prennent la forme de car­to­gra­phies inter­ac­tives et sont dis­po­nibles gra­tui­te­ment sur le site de biblio­thèque tra­vaux mas­ter for­ma­tion Ingé­nie­rie de la san­té. Une car­to­gra­phie inter­ac­tive offrant une repré­sen­ta­tion claire et pré­cise de la démarche mar­quage CE pour des dis­po­si­tifs médi­caux de type IIa est dis­po­nible par exemple, un outil Excel d’aide au posi­tion­ne­ment sur la démarche du mar­quage CE spé­cia­li­sé pour cette même classe de dis­po­si­tifs médi­caux est éga­le­ment dis­po­nible sur cette pla­te­forme [28].

    Ces dif­fé­rents outils aident les fabri­cants de dis­po­si­tifs médi­caux à se posi­tion­ner, s’évaluer ain­si qu’enregistrer leur pro­gres­sion au niveau de la confor­mi­té au règle­ment 2017/745. Les Figures 16 et Figure 17 illus­trent l’avancement régle­men­taire de Home Habi­lis pour son dis­po­si­tif médi­cal de classe IIa.

    Figure 16 : Autodiagnostic d'avancement du marquage CE d'un dispositif de classe IIa avant le stage (source : auteur).
    Figure 17 : Autodiagnostic d'avancement du marquage CE d'un dispositif médical de classe IIa après 6 mois de stage (source : auteur).

    Grace à ces outils régle­men­taires, les entre­prises de dis­po­si­tifs médi­caux comme Home Habi­lis pos­sèdent des res­sources opé­ra­tion­nelles à la confor­mi­té à la régle­men­ta­tion euro­péenne, et pour­ront pré­sen­ter à l’O.N. une docu­men­ta­tion tech­nique robuste et ain­si par la suite obte­nir le cer­ti­fi­cat de mar­quage CE.

    3.2 La rédaction de la documentation technique

    L’élaboration de la docu­men­ta­tion tech­nique doit suivre un pro­ces­sus d’ajout d’information. Tel qu’énoncé dans la par­tie pré­cé­dent l’accès à la cer­ti­fi­ca­tion mar­quage CE suis une route bien pré­cise, il est impor­tant que lors de chaque étape de cette route les infor­ma­tions récol­tées soient enre­gis­trées dans la docu­men­ta­tion technique.

    Selon l’alinéa 4 de l’article 10 du règle­ment 2017/745 « Les fabri­cants de dis­po­si­tifs autres que des dis­po­si­tifs sur mesure éta­blissent et tiennent à jour la docu­men­ta­tion tech­nique rela­tive aux­dits dis­po­si­tifs. La docu­men­ta­tion tech­nique est de nature à per­mettre l'évaluation de la confor­mi­té du dis­po­si­tif avec les exi­gences du pré­sent règle­ment. Cette docu­men­ta­tion tech­nique contient les élé­ments pré­vus aux annexes II et III. La Com­mis­sion est habi­li­tée à adop­ter des actes délé­gués confor­mé­ment à l'article 115 pour modi­fier, eu égard aux pro­grès tech­niques, les annexes II et III. » [1]

    L’outil Excel d’avancement du mar­quage CE pour des dis­po­si­tifs médi­caux de classe IIa pré­sen­té dans la par­tie pré­cé­dente, pro­pose éga­le­ment une maî­trise docu­men­taire tirée de l’analyse des annexes II, III, IX, X, XI du règle­ment 2017/745. La figure ci-des­sous illustre cette méthode de maî­trise documentaire.

    Figure 18 : Maitrise documentaire étape par étape pour un dispositif médical de type IIa (source : [28])

    De cette manière les fabri­cants de dis­po­si­tifs médi­caux s’assurent la pré­sen­ta­tion des infor­ma­tions essen­tielles dans la docu­men­ta­tion tech­nique requise pour l’obtention du mar­quage CE.

    3.3 Les résultats

    Au com­men­ce­ment de ce stage la rédac­tion de la docu­men­ta­tion tech­nique n’était pas encore réa­li­sée, à l’issue de ce stage les pre­miers élé­ments qui la com­posent ont été implé­men­tés, ces élé­ments sont :

    • L’identification du rôle régle­men­taire de Home Habi­lis (fabri­cant de dis­po­si­tif médical)
    • La qua­li­fi­ca­tion en dis­po­si­tif médi­cal de l’innovation de Home Habi­lis grâce à l’article 2 du règle­ment 2017/745 et du guide MDCG 2019-11.
    • La clas­si­fi­ca­tion du dis­po­si­tif médi­cal en classe IIa en sui­vant les règles de l’annexe VIII du règle­ment 2017/745.
    • L’identification de normes et régle­men­ta­tion appli­cable à Home Habi­lis (liées à la sécu­ri­té et la per­for­mance du dis­po­si­tif médical)

    4. Bilan personnel

    4.1 Compétences acquises

    A la fin de ce stage en qua­li­té de res­pon­sable qua­li­té et affaires régle­men­taire dans la star­tup Home Habi­lis, j’ai eu l’opportunité confir­mer mes com­pé­tences pro­fes­sion­nelles qui sont :

    • Mener à bien un projet :
    • Savoir : Connais­sances théo­riques en ges­tion de pro­jet, ingé­nie­rie de pro­jet, en lea­der­ship, pla­ni­fi­ca­tion et anticipation.
    • Savoir-faire : Ela­bo­ra­tion du cadre pro­jet (iden­ti­fier les enjeux, les par­ties pre­nantes, les pro­blé­ma­tiques, etc.), de rétro­plan­ning jalon­né avec des tâches bien défi­nies et y ait asso­cié les res­pon­sa­bi­li­tés. Contrô­ler l’état d’avancement des pro­jets, livrer des résul­tats mesu­rables et opé­ra­tion­nels dans les temps impar­tis, etc.
    • Savoir-être : Capa­ci­té d’adaptation, a géré la pres­sion et l’incertitude. Res­pec­ter les délais et com­mu­ni­ca­tion les résultats.
    • Mettre en œuvre la qualité.
    • Savoir : Connais­sances théo­riques en contrôle, assu­rance et mana­ge­ment de la qua­li­té, en ana­lyse, ges­tion et mana­ge­ment du risque. Connais­sances nor­ma­tives (ISO 13485, ISO 9001, ISO19011, FD X50-176, etc.)
    • Savoir-faire : Ela­bo­ra­tion de docu­men­ta­tion qua­li­té (manuel qua­li­té, pro­ces­sus, pro­cé­dures et enre­gis­tre­ments). Déve­lop­per une métho­do­lo­gie inno­vante de mise en place de sys­tème de mana­ge­ment de la qua­li­té (méthode ETAPES). Défi­ni­tion d’indicateurs de per­for­mance de pro­ces­sus (KPI), d’actions cor­rec­tives et pré­ven­tives (CAPA). Réa­li­sa­tion d’audit interne et trans­fert de com­pé­tences (ate­liers qualité)
    • Savoir-être : Aisance rédac­tion­nelle en qua­li­té (preuves docu­men­taires), exper­tise qua­li­té, capa­ci­té péda­go­gique, capa­ci­té à com­mu­ni­quer les enjeux, la moti­va­tion, etc.
    • Mettre en œuvre la ges­tion des risques.
    • Savoir : Connais­sances théo­riques en ana­lyse, ges­tion et mana­ge­ment du risque. Connais­sances nor­ma­tives (ISO 31000, ISO 14971, ISO 31010)
    • Savoir-faire : Réa­li­sa­tion d’Analyses des Modes de Défaillances, de leurs Effets et leur Cri­ti­ci­té (AMDEC), Appor­ter un pro­ces­sus de mana­ge­ment des risques, déve­lop­per des outils Excel de mana­ge­ment des risques
    • Savoir-être : Exper­tise en mana­ge­ment des risques, approche métho­do­lo­gique de la ges­tion des risques.
    • Mettre en œuvre les affaires réglementaires :
    • Savoir : Connais­sances théo­riques en affaires régle­men­taires dans les sec­teurs des dis­po­si­tifs médi­caux, sur la régle­men­ta­tion 2017/745 et 2017/746, exi­gences régle­men­taires en termes de sécu­ri­té et per­for­mance, test pré-cli­nique, cli­nique et en sui­vi cli­nique après com­mer­cia­li­sa­tion, veille nor­ma­tive et régle­men­taires, connais­sances nor­ma­tives (ISO62304, ISO 62366, ISO 60601-1, etc.).
    • Savoir-faire : Qua­li­fi­ca­tion et clas­si­fi­ca­tion selon les guides euro­péen (MDCG) du dis­po­si­tif médi­cal, posi­tion­ne­ment régle­men­taire (feuille de route tech­ni­co-régle­men­taire), recherche de normes, règle­ments, direc­tives, ordon­nances, décret et arrê­tés appli­cables, par­tage de connais­sance sur des normes du sec­teur des dis­po­si­tifs médi­caux (ISO 62304, ISO62366-1, ISO 60601-1, etc.).
    • Savoir-être : Exper­tise en affaires régle­men­taires, point de contact avec les orga­nismes noti­fiés, aisance rédactionnelle
    • Maî­trise d’outils bureau­tiques : Excel, Word, Power­Point, Zotéro

    Lors de ce stage j’ai éga­le­ment déve­lop­pé de nou­velles com­pé­tences pro­fes­sion­nelles qui sont :

    • Mana­ger l’innovation :
    • Savoir : Décou­verte de l’environnement star­tup, de l’entreprenariat, de la dia­lyse connais­sance nor­ma­tive (ISO 56000).
    • Savoir-faire : Appli­ca­tion de métho­do­lo­gie théo­rique (ETAPES) en pra­tique, par­ti­ci­pa­tion dans des ren­dez-vous inno­va­tion (Sni­tem : jour­née star­tup inno­vantes du dis­po­si­tif médi­cal), à la pré­sen­ta­tion d’ouverture de nou­veau site de pro­duc­tion (usine 2.0 de Matra électronique).
    • Savoir-être : Capa­ci­té à inno­ver, à trou­ver des alter­na­tives, à anticiper.
    • Déve­lop­per une culture médi­cale dans le domaine de la néphrologie :
    • Savoir : Connais­sances théo­riques dans le domaine de l’insuffisance rénale chro­nique et de la Bio-impé­dance. Décou­verte du par­cours patients atteint d’insuffisance rénale chro­nique, des asso­cia­tions de patients dya­li­sé et des prescripteurs.
    • Savoir-faire : Syn­thèse de veille scien­ti­fique (syn­thèse de lec­ture de rap­ports de socié­tés savantes en néphro­lo­gie, rap­port de la Haute Auto­ri­té de San­té (HAS) et d’articles scien­ti­fiques sur la néphro­lo­gie et la Bio-impédance).
    • Savoir-être : Capa­ci­té de syn­thèse de connais­sances, de res­ti­tu­tion de connais­sance et d’esprit critique.

        4.1.1 Difficultés rencontrées.

    Tra­vailler dans des petites struc­tures comme les star­tups est une véri­table oppor­tu­ni­té, il faut une orga­ni­sa­tion minu­tieuse, rigou­reuse et une com­mu­ni­ca­tion bien­veillante, cependant

    Comme déve­lop­pé dans la par­tie 1.1, le manque de res­sources est une réa­li­té dans le milieu des star­tups avant les pre­mières levées de fonds. Evo­luer dans le milieu de la star­tup, c’est évo­luer dans un envi­ron­ne­ment d’incertitude où la peur, le doute, la frus­tra­tion, la réa­li­té du quo­ti­dien sont pré­sent à chaque instant.

    La quan­ti­té d’éléments à abor­der, pour la mise en place du sys­tème de mana­ge­ment de la qua­li­té, la confor­mi­té à la régle­men­ta­tion, sont consé­quentes et le manque de temps créer un sen­ti­ment de peur, celle-ci a été maî­tri­sé, grâce à des échanges construc­tifs et en prio­ri­sant les notions essen­tielles à transmettre.

    Il est impor­tant de gar­der un contact avec ses pro­fes­seurs, ancien inter­ve­nant de for­ma­tion, des experts du domaine pour pou­voir poser des ques­tions. Le par­tage de leurs expé­riences ain­si que leurs retours ont été de réelles res­sources et ont par­ti­ci­pé de manière signi­fi­ca­tive à dis­si­per les ques­tion­ne­ments d’ordre stra­té­gique, opé­ra­tion­nel ou encore de com­mu­ni­ca­tion interprofessionnelle.

    Enfin les frus­tra­tions qui se déve­loppent dans les désac­cords, le manque de temps ou l’indisponibilité ont été maî­trise par l’application de savoir-être simple qui sont :

    • La prise de recul : Ce sont les situa­tions qui sont com­plexes, il ne faut pas en faire une affaire personnelle.
    • Pri­vi­lé­gier la com­mu­ni­ca­tion : L’intériorisation ne per­met pas de répondre à la frus­tra­tion, il faut pri­vi­lé­gier une com­mu­ni­ca­tion constructive.
    • Pro­po­ser des com­pro­mis : La situa­tion ne pou­vant pas être réso­lue à l’immédiat, des alter­na­tives sont tou­jours possibles.

    le manque d’accompagnement à temps plein, due aux couts éle­vés de cette pres­ta­tion, peut être éga­le­ment une véri­table source de stress dans  l’atteinte de ces objec­tifs complexes.

    4.2 Compétences à acquérir

    Pour atteindre mon objec­tif de deve­nir res­pon­sable qua­li­té et affaires régle­men­taires, des com­pé­tences doivent être appro­fon­dies, notam­ment en mana­ge­ment d’investigations cli­niques, d’évaluation cli­nique, de sur­veillance après commercialisation.

    Mes com­pé­tences lin­guis­tiques doivent conti­nuer à être déve­lop­pée pour, par­ler de manière cou­rante (fluente en anglais) et pour uti­li­ser l’anglais de manière cou­rante comme langue de tra­vail. Cela m’aidera à ouvrir des oppor­tu­ni­tés de car­rière à l’international.

    Déve­lop­per une culture dans les domaines ingé­nie­ries infor­ma­tiques, élec­tro­nique et méca­nique et finan­cière afin d’obtenir, une aisance inter-fonc­tion­nelle dans mes futures res­pon­sa­bi­li­tés, com­mu­ni­ca­tion avec des experts des domaines cité pré­cé­dem­ment faci­li­té et fluide et ain­si faire évo­luer mon travail.

    Ces com­pé­tences se déve­lop­pe­ront en accep­tant dans un pre­mier temps, un poste de consul­tant en qua­li­té et affaires régle­men­taires afin, d’étudier direc­te­ment des situa­tions com­plexes sur site et de démon­trer une expé­rience mini­mum pour deve­nir PCVRR selon l’article 25 du règle­ment 2017/745. Dans un second temps deve­nir PCVRR pour acqué­rir l’expérience néces­saire pour faire face à toutes les situa­tions qui se pré­sen­te­ront en qua­li­té de res­pon­sable qua­li­té et affaires réglementaires.

    4.3 Liens avec le Master

    Le Mas­ter Ingé­nie­rie de la San­té, m’a ame­né à me ques­tion­ner sur plu­sieurs thé­ma­tiques dif­fé­rentes, la san­té, l’innovation, l’économie, le social et l’environnement. En effet, les ensei­gne­ments théo­riques ain­si que les mul­tiples pro­jets que j’ai menés au sein de ma for­ma­tion à l’UTC mon diri­gé vers trois ques­tions prin­ci­pales qui sont :

    Com­ment faire pour que notre géné­ra­tion, cor­rige les tra­vers de la géné­ra­tion pré­cé­dent et pré­pare l’avenir tout en grandissant ?

    Com­ment allier éco­lo­gie, éco­no­mie et social dans un monde en per­pé­tuelle mouvement ?

    Com­ment puis-je contri­buer à chan­ger le monde ?

    La crise sani­taire qui a débu­té au com­men­ce­ment de ma for­ma­tion et semble s’atténuer à la fin de mon stage à mis en lumière l’importance de la san­té publique, de l’innovation et de l’économie. Depuis près de 50 ans l’Université de Tech­no­lo­gie de Com­piègne (UTC) place une atten­tion par­ti­cu­lière à pla­cer l’évolution de ces thèmes dans ses for­ma­tions et ain­si don­né l’envie à ses étu­diants d’y participer.

    En effet, en pas­sant par des ensei­gne­ments théo­riques sur l’économie glo­bale et maî­trise de la qua­li­té (FQ01), de mana­ge­ment des orga­ni­sa­tions bio­mé­di­cale (IDCA), maî­trise des risques (TS01), d’ouverture à la recherche et inno­va­tion en san­té (IDC6), l’audit et éva­lua­tion des orga­ni­sa­tions : normes et pro­ces­sus (IDCK), à l’ingé­nie­rie de pro­jet (IDCB) m’ont aidé à déve­lop­per une cas­quette de qua­li­ti­cien, en déli­vrant une exper­tise sur la qua­li­té et son mana­ge­ment, des docu­ments qua­li­té et d’une nou­velle métho­do­lo­gie d’implémentation de mana­ge­ment de la qua­li­té. Cette cas­quette que j’ai uti­li­sé lors de ce stage, me per­met de com­prendre les situa­tions com­plexe pré­sentes et me per­met d’anticiper les solu­tions futures et de répondre à ma pre­mière question.

    En conti­nuant sur des ensei­gne­ments théo­riques sur l’introduction à l’instrumentation bio­mé­di­cale san­té (IDC8), l’Ini­tia­tion au droit (SOO6), le cycle de vie d’un dis­po­si­tif médi­cal (IDCE), les affaires régle­men­taires (IDCL), l’organisation du sys­tème de san­té (IDCF), la com­mu­ni­ca­tion pro­fes­sion­nelle de pro­jet (IDCC)pour ter­mi­ner avec pro­jet d’intégration (IDCD). Ces ensei­gne­ments m’ont aidé à déve­lop­per ma seconde cas­quette, celle de l’expert affaires régle­men­taires. Cette seconde cas­quette que j’ai éga­le­ment uti­li­sé lors de mon stage en appor­tant une exper­tise régle­men­taire, en livrant les pre­miers élé­ments de la docu­men­ta­tion tech­nique et en ayant été le point de contact avec des Orga­nismes Noti­fiés. Cette cas­quette va me per­mettre d’aider à faire évo­luer la san­té en accom­pa­gnant les acteurs de la san­té à atteindre leurs objec­tifs. Cette seconde cas­quette me per­met de répondre à ma seconde question.

    L’utilisation quo­ti­dienne de mes deux cas­quettes me per­mettent de répondre à l’ensemble de mes questions.

    La réponse com­mune a ses trois ques­tions est donc :

    Mon tra­vail ain­si que ses évo­lu­tions en qua­li­té de res­pon­sable qua­li­té et affaires régle­men­taires dans le sec­teur de la san­té et plus pré­ci­sé­ment dans le domaine des dis­po­si­tifs médi­caux pour le moment.

    Pour conclure, mon stage au sein de Home Habi­lis m’a aidé à confir­mer cette réponse et de conti­nuer dans cette voie. Ce stage fut pour moi une oppor­tu­ni­té incroyable pour moi et une véri­table expé­rience professionnalisante.

    Conclusion

    La Mala­die Rénale Chro­nique (MRC) est pas­sé de la 27e à la 11e cause de mor­ta­li­té en moins de 30 ans [6]. Cette patho­lo­gie impac­tant de manière consé­quente la qua­li­té de vie des patients qui en sont atteint, pro­gresse de manière silen­cieuse [6]

     C’est grâce au déve­lop­pe­ment de la méde­cine, de la télé­sur­veillance et de l’intelligence arti­fi­cielle, que des inno­va­tions tech­no­lo­giques en san­té voit le jour. Ces nou­veaux pro­jets se déve­loppent sou­vent dans des petites struc­tures comme les star­tups. C’est ain­si que Home Habi­lis déve­loppe une inno­va­tion médi­cale des­ti­née aux patients atteints d'insuffisance rénale chro­nique. C’est en pro­po­sant ce nou­veau dis­po­si­tif médi­cal que Home Habi­lis sou­haite amé­lio­rer la qua­li­té de vie ces patients.

    Pour mener à bien son pro­jet Home Habi­lis doit se confor­mer, comme toutes les entre­prises fabri­cante de dis­po­si­tifs médi­caux à la régle­men­ta­tion euro­péenne rela­tive à la mise sur le mar­ché de dis­po­si­tifs médi­caux. Que ce soit le règle­ment 2017/745 rela­tif aux dis­po­si­tifs médi­caux [1] ou le règle­ment 2017/746 rela­tif aux dis­po­si­tifs médi­caux de diag­nos­tic in vitro [2], les fabri­cants de dis­po­si­tifs médi­caux doivent cen­trer leurs acti­vi­tés autour d’un sys­tème de mana­ge­ment de la qua­li­té afin de tou­jours pro­po­ser aux patients des dis­po­si­tifs médi­caux dont la sécu­ri­té et la per­for­mance ont été démontrées.

    La mise en place de ce sys­tème de mana­ge­ment de la qua­li­té selon les réfé­ren­tiels ISO 13485 :2016 et son amen­de­ment A1 dans les jeunes star­tups comme Home Habi­lis, néces­site une métho­do­lo­gie rigou­reuse, basé sur de l’amélioration conti­nue ain­si que l’implication de ses acteurs. La métho­do­lo­gie ETAPES, Eva­luer, Trans­mettre, Accom­pa­gner, Pro­gram­mer, Enre­gis­trer et S’assurer per­met cette mise en place de façon per­for­mante et durable.

    L’anticipation du déploie­ment du sys­tème de mana­ge­ment de la qua­li­té per­met aux jeunes star­tups, d’éviter une perte de res­source sou­vent irré­cu­pé­rable, une anti­ci­pa­tion de confor­mi­té aux exi­gences régle­men­taires appli­cables aux fabri­cants de dis­po­si­tifs médi­caux, est un argu­ment sup­plé­men­taire de taille en faveur des star­tups lors de la recherche de levée de fonds. Ce qui est une réelle valeur ajou­tée dans cet envi­ron­ne­ment incer­tain et concurrentiel.

    Bibliographie

    [1]       « Règle­ment (UE) 2017/745 du Par­le­ment euro­péen et du Conseil du 5 avril 2017 rela­tif aux dis­po­si­tifs médi­caux, modi­fiant la direc­tive 2001/83/CE, le règle­ment (CE) n° 178/2002 et le règle­ment (CE) n° 1223/2009 et abro­geant les direc­tives du Conseil 90/385/CEE et 93/42/CEE (Texte pré­sen­tant de l’intérêt pour l’EEE. ) », Jour­nal offi­ciel de l’Union euro­péenne, https://eur-lex.europa.eu, Règle­ment OJ L 117, 5.5.2017, avr. 2017. Consul­té le : sept. 25, 2020. [En ligne]. Dis­po­nible sur : https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/?uri=CELEX%3A32017R0745


    [2]       « Règle­ment (UE) 2017/746 du Par­le­ment euro­péen et du Conseil du 5 avril 2017 rela­tif aux dis­po­si­tifs médi­caux de diag­nos­tic in vitro et abro­geant la direc­tive 98/79/CE et la déci­sion 2010/227/UE de la Com­mis­sion (Texte pré­sen­tant de l’intérêt pour l’EEE. ) ». JOUE, https://eur-lex.europa.eu, mai 05, 2017. Consul­té le : nov. 09, 2018. [En ligne]. Dis­po­nible sur : http://data.europa.eu/eli/reg/2017/746/oj/fra


    [3]       « norme NF EN ISO 13485- Dis­po­si­tifs médi­caux - Sys­tèmes de mana­ge­ment de la qua­li­té - Exi­gences à des fins régle­men­taires », Ed. Afnor, Paris, www.afnor.org, avr. 30, 2016. [En ligne]. Dis­po­nible sur : www.afnor.org


    [4]       M.-H. Canu et V. Béré­zows­ki, Mémo visuel de phy­sio­lo­gie humaine, Dunod. Dunod, 2018. Consul­té le : mars 28, 2021. [En ligne]. Dis­po­nible sur : http://univ.scholarvox.com/catalog/book/docid/88863175?searchterm=physiologie%20humaine


    [5]       E. Vidal-Petiot et M. Fla­mant, « Mesure et esti­ma­tion du débit de fil­tra­tion glo­mé­ru­laire », Néphro­lo­gie Thé­ra­peu­tique, vol. 13, no 7, p. 560‑568, déc. 2017, doi : 10.1016/j.nephro.2017.10.001.


    [6]       SFNDT ( Socié­té Fran­co­phone de Néphro­lo­gie, Dia­lyse et Trans­plan­ta­tion), « Livre Blanc de la Dia­lyse à domi­cile », Ed. Socié­té Fran­co­phone de Néphro­lo­gie, Dia­lyse et Trans­plan­ta­tion, juin 2019. Consul­té le : mars 19, 2021. [En ligne]. Dis­po­nible sur : https://www.sfndt.org/actualites/livre-blanc-de-la-dialyse-domicile


    [7]       « Éva­lua­tion du rap­port albuminurie/créatininurie dans le diag­nos­tic de la mala­die rénale chro­nique chez l’adulte - Rap­port d’évaluation », Ed.Haute Auto­ri­té de San­té, EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ, avr. 2012. Consul­té le : mars 28, 2021. [En ligne]. Dis­po­nible sur : https://www.has-sante.fr/jcms/c_1169049/fr/evaluation-du-rapport-albuminurie/creatininurie-dans-le-diagnostic-de-la-maladie-renale-chronique-chez-l-adulte-rapport-d-evaluation


    [8]       Haute Auto­ri­té de San­té, « Haute Auto­ri­té de San­té - Mala­die Rénale Chro­nique (MRC) de l’enfant », Ed.Haute Auto­ri­té de San­té, GUIDE MALADIE CHRONIQUE, nov. 2018. Consul­té le : mars 29, 2021. [En ligne]. Dis­po­nible sur : https://www.has-sante.fr/jcms/c_2889689/fr/maladie-renale-chronique-mrc-de-l-enfant


    [9]       « Guide par­cours de soins mala­die rénale chro­nique de l’adulte », Ed. Haute Auto­ri­té de San­té, Guide Points cri­tiques du par­cours de soin, févr. 2012. Consul­té le : juin 06, 2021. [En ligne]. Dis­po­nible sur : https://www.has-sante.fr/jcms/c_1241102/fr/guide-parcours-de-soins-maladie-renale-chronique-de-l-adulte


    [10]     Cécile Cou­choud, Emma­nuel Vil­lar, Luc Fri­mat, Anne Fagot-Cam­pa­gna, et Béné­dicte Sten­gel, « L’insuffisance rénale chro­nique ter­mi­nale asso­ciée à un dia­bète : fré­quence et condi­tions d’initiation du trai­te­ment de sup­pléance, France, 2006 », Inst. Veille Sanit., no 43, p. 5, nov. 2008.


    [11]     « Baro­mètre EY 2020 : la French Tech résiste et ren­force sa com­pé­ti­ti­vi­té », Minis­tère de l’Économie, des Finances et de la Relance, Ed. Secré­ta­riat géné­ral - Ser­vice de la Com­mu­ni­ca­tion, Com­mu­ni­qué de presse 553, janv. 2021. Consul­té le : mai 16, 2021. [En ligne]. Dis­po­nible sur : https://www.economie.gouv.fr/recherche-resultat?search_api_views_fulltext=553&sort_by=search_api_relevance&afficher_extraits=oui&gid=


    [12]     « norme NF EN ISO 56000 Mana­ge­ment de l’innovation - Prin­cipes essen­tiels et voca­bu­laire », Ed. Afnor, Paris, www.afnor.org, janv. 13, 2021. Consul­té le : juin 12, 2021. [En ligne]. Dis­po­nible sur : www.afnor.org


    [13]     « Rap­port d’activité 2015-2016 de l’Agence du Numé­rique », MINISTÈRE DE L’ÉCONOMIE ET DES FINANCES, Ed. Agence Natio­nale de la Cohé­sion des Ter­ri­toires, Rap­port d’activité, mai 2017. Consul­té le : juin 12, 2021. [En ligne]. Dis­po­nible sur : https://www.amenagement-numerique.gouv.fr/fr/qui-sommes-nous/nous-connaitre


    [14]     « norme PR NF EN ISO 13485/A1 - Dis­po­si­tifs médi­caux - Sys­tèmes de mana­ge­ment de la qua­li­té - Exi­gences à des fins régle­men­taires (ISO 13485:2016) », Ed. Afnor, Paris, www.afnor.org, janv. 06, 2020. Consul­té le : déc. 08, 2020. [En ligne]. Dis­po­nible sur : www.afnor.org


    [15]     « norme NF EN ISO 9001 - Sys­tèmes de mana­ge­ment de la qua­li­té - Exi­gences (Tirage 2 (2015-10-01)) », Ed. Afnor, Paris, www.afnor.org, oct. 15, 2015. Consul­té le : sept. 19, 2020. [En ligne]. Dis­po­nible sur : www.afnor.org


    [16]     « norme NF EN ISO 9004 - Ges­tion des per­for­mances durables d’un orga­nisme - Approche de mana­ge­ment par la qua­li­té (annu­lée en mai 2018) », Ed. Afnor, Paris, www.afnor.org, déc. 01, 2009. [En ligne]. Dis­po­nible sur : www.afnor.org


    [17]     « norme NF EN ISO 9000 Sys­tèmes de mana­ge­ment de la qua­li­té - Prin­cipes essen­tiels et voca­bu­laire (Tirage 2 (2015-10-01)) », Ed. Afnor, Paris, www.afnor.org, oct. 15, 2015. Consul­té le : oct. 18, 2020. [En ligne]. Dis­po­nible sur : www.afnor.org


    [18]     « norme NF ISO 31000 Mana­ge­ment du risque - Lignes direc­trices », Ed. Afnor, Paris, www.afnor.org, juin 09, 2018. Consul­té le : avr. 28, 2021. [En ligne]. Dis­po­nible sur : www.afnor.org


    [19]     « norme FD X50-176 - Outils de mana­ge­ment - Mana­ge­ment des pro­ces­sus - Guide de mise en oeuvre », Ed. Afnor, Paris, www.afnor.org, août 23, 2017. [En ligne]. Dis­po­nible sur : www.afnor.org


    [20]     « norme NF EN ISO 19011 Lignes direc­trices pour l’audit des sys­tèmes de mana­ge­ment », Ed. Afnor, Paris, www.afnor.org, juill. 04, 2018. Consul­té le : mai 03, 2021. [En ligne]. Dis­po­nible sur : www.afnor.org


    [21]     F. Gil­let-Goi­nard et B. Seno, La boîte à outils de la qua­li­té Ed. 4. Dunod, 2020. Consul­té le : juin 19, 2021. [En ligne]. Dis­po­nible sur : http://univ.scholarvox.com/catalog/book/docid/88882009?searchterm=qualit%C3%A9


    [22]     « Recom­man­da­tion de la Com­mis­sion du 6 mai 2003 concer­nant la défi­ni­tion des micro, petites et moyennes entre­prises », Jour­nal offi­ciel de l’Union euro­péenne, OJ L 124, mai 2003. Consul­té le : juin 20, 2021. [En ligne]. Dis­po­nible sur : https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/ALL/?uri=celex%3A32003H0361


    [23]     EUROPEAN COMMISSION, « Gui­dance - MDCG endor­sed docu­ments | Public Health ». https://ec.europa.eu/health/md_sector/new_regulations/guidance_en (consul­té le janv. 07, 2021).


    [24]     « Gui­dance on Qua­li­fi­ca­tion and Clas­si­fi­ca­tion of Soft­ware in Regu­la­tion (EU) 2017/745 – MDR and Regu­la­tion (EU) 2017/746 – IVDR », Ed. Euro­pean Com­mis­sion, Gui­dance, oct. 2019. Consul­té le : mars 17, 2021. [En ligne]. Dis­po­nible sur : https://ec.europa.eu/docsroom/documents/37581


    [25]     « MDCG 2019-14 Expla­na­to­ry note on MDR codes », Ed. Medi­cal Device Coor­di­na­tion Group, Gui­dance MDCG 2019-14, déc. 2019. Consul­té le : mai 14, 2021. [En ligne]. Dis­po­nible sur : https://ec.europa.eu/docsroom/documents/38670?locale=fr


    [26]     « MDCG 2020-10/1 Safe­ty repor­ting in cli­ni­cal inves­ti­ga­tions of medi­cal devices under the Regu­la­tion (EU) 2017/745 », Gui­dance, mai 2020. Consul­té le : juin 20, 2021. [En ligne]. Dis­po­nible sur : https://ec.europa.eu/docsroom/documents/41183?locale=fr


    [27]     « MDCG 2019-16 - Gui­dance on Cyber­se­cu­ri­ty for medi­cal devices », Ed. Euro­pean Com­mis­sion, Guide, janv. 2020. Consul­té le : févr. 08, 2021. [En ligne]. Dis­po­nible sur : https://ec.europa.eu/docsroom/documents/41863


    [28]     Aya­di Moha­med Aziz, Bro­chet Paul, Fos­so Mat­chinde Mégane Shan­dy, Sadi­qui Oumai­ma, et Ros­sin Valé­riane, « Road­map régle­men­taire pour une inno­va­tion tech­no­lo­gique d’imagerie de haute réso­lu­tion - Biblio­thèque des tra­vaux Mas­ter », Biblio­thèque des tra­vaux Mas­ter, janv. 2020. https://travaux.master.utc.fr/formations-master/ingenierie-de-la-sante/ids084/ (consul­té le janv. 08, 2021).


    [29]    S. Grimnes et Ø. G. Mar­tin­sen, « Chap­ter 1 - INTRODUCTION1 », in Bioim­pe­dance and Bioe­lec­tri­ci­ty Basics (Second Edi­tion), Second Edi­tion., S. Grimnes et Ø. G. Mar­tin­sen, Éd. New York : Aca­de­mic Press, 2008, p. 1‑6. doi : 10.1016/B978-0-12-374004-5.00001-5.


    [30]     « Défi­ni­tion de Deep Tech », mai 03, 2018. https://www.bpifrance.fr/A-la-une/Actualites/DansNotreJargon-la-Deep-Tech-40252 (consul­té le juin 23, 2021).


    [31]     Bpi­france Finan­ce­ment, « Les incu­ba­teurs », janv. 2020. https://bpifrance-creation.fr/encyclopedie/se-faire-accompagner/lieux-dhebergement-accompagnement/incubateurs (consul­té le mai 18, 2021).


    [32]     « Qu’est-ce que la Med­tech ? », oct. 16, 2020. https://www.bpifrance.fr/A-la-une/Actualites/Qu-est-ce-que-la-Medtech-50741 (consul­té le juin 23, 2021).


    [33]     Le média­teur des entre­prises, « De l’idée à l’industrialisation : Réus­sis­sez votre preuve de concept. », Répu­blique Fran­çaise, Ed. Minis­tère de l’Économie, des Finances et de la Relance, juin 2019. Consul­té le : juin 22, 2021. [En ligne]. Dis­po­nible sur : https://www.economie.gouv.fr/recherche-resultat?search_api_views_fulltext=POC&sort_by=search_api_relevance&afficher_extraits=oui&gid=


    ANNEXE I : Cartographie de processus de Home Habilis

    Figure 19 : Draft de la cartographie des processus de Home Habilis (source : auteur).

    ANNEXE II : Fiche Descriptive du processus S de Home habilis.

    Figure 20 : Draft de processus documenté de Home Habilis (1) (source : auteur).

    Figure 21 : Draft de processus documenté de Home Habilis (2) (source : auteur)
    Figure 22 : Draft processus documenté de Home Habilis (3) (source : auteur).

    ANNEXE III : Procédure documentée de Home Habilis.

    Figure 23 : Draft de procédure documentée d'audit interne de Home Habilis (source : Home Habilis)

    ANNEXE IV : Processus de management des risques basée sur la norme ISO 31000

    Figure 24 : Extrait du processus de management des risques selon la norme ISO 31000:2018 (source : Home Habilis)

    ANNEXE V : Engagement de la direction.

    Figure 25 : Draft de Lettre d’engagement de la direction de Home Habilis (source : Home Habilis).

    ANNEXE VI : Conclusion de l'audit.

    Figure 26 : Extrait du rapport d'audit interne de Home Habilis (source : Home Habilis)
    searchhomearrow-circle-left