• IDS164 - Amélioration du Système de Management de la Qualité de Mauna Kea Technologies

    Avertissement

    Les projets ou stages publiés auxquels vous accédez sont des rapports d'étudiants et doivent être pris comme tels. Il peuvent donc comporter des imperfections ou des imprécisions que tout lecteur doit admettre et donc supporter. Il ont été réalisés pendant les périodes de formation et constituent avant-tout des travaux de compilation bibliographique, d'initiation et d'analyse sur des thématiques associées aux concepts, méthodes, outils et expériences sur les démarches qualité dans les organisations ou sur les technologies en santé.

    Si, malgré nos précautions, vous avez des raisons de contester ce droit de diffusion libre, , nous nous efforcerons d'y apporter une réponse rapide. L'objectif de la présentation des travaux sur le web est de permettre l'accès à l'information et d'augmenter ainsi la qualité des échanges professionnels.

    Nous ne faisons aucun usage commercial des travaux de projet ou de stage publiés, par conséquent les citations des informations et l'emploi des outils mis à disposition sont totalement libres. Dans ce cas, nous vous demandons de respecter les règles d'éthique en citant explicitement et complètement vos sources bibliographiques.

    Bonne lecture...

    Auteure

    Contact

    • Pri­cil­la VIMPI NAZOMBO :

    Citation

    A rap­pe­ler pour tout usage : Pri­cil­la VIMPI NAZOMBO , "Amé­lio­ra­tion du Sys­tème de Mana­ge­ment de la Qua­li­té de Mau­na Kea Tech­no­lo­gies", Uni­ver­si­té de Tech­no­lo­gie de Com­piègne (France), Mas­ter Ingé­nie­rie de la San­té, Mémoire de Stage, https://travaux.master.utc.fr/réf n° IDS164, Sep­tembre 2022, https://travaux.master.utc.fr/formations-master/ingenierie-de-la-sante/ids164/

    Résumé

    Mettre en place et main­te­nir un Sys­tème de Mana­ge­ment de la Qua­li­té (SMQ) adap­té, effi­cace et effi­cient dans le temps per­met aux entre­prises du sec­teur bio­mé­di­cal d’accroître leur per­for­mance et d’assurer la confor­mi­té de leur Dis­po­si­tif médi­cal (DM) tout en satis­fai­sant au mieux les besoins de leurs clients.

    Pour les aider, ces entre­prises ont à leurs dis­po­si­tions plu­sieurs outils : le réfé­ren­tiel le plus uti­li­sé est la Norme ISO 13485 : 2016 « Dis­po­si­tifs médi­caux – Sys­tème de mana­ge­ment de la qua­li­té – Exi­gences à des fins régle­men­taires ». Sa cer­ti­fi­ca­tion atteste de la capa­ci­té qu’a une entre­prise à répondre aux exi­gences liées à la concep­tion et à la fabri­ca­tion des DM, en vue des auto­ri­sa­tions réglementaires.

    Le pré­sent rap­port pré­sente, à tra­vers les dif­fé­rents pro­jets réa­li­sés lors de ce stage de fin d’études, une par­tie des actions entre­prises pour amé­lio­rer le sys­tème de mana­ge­ment de la qua­li­té d’une socié­té qui conçoit, déve­loppe et com­mer­cia­lise un dis­po­si­tif médi­cal innovant.

    Très enri­chis­sant, ce stage a contri­bué au déve­lop­pe­ment des com­pé­tences tech­niques et rela­tion­nelles essen­tielles que je dois avoir pour enta­mer dans le sec­teur de la qua­li­té, de façon sereine, ma car­rière professionnelle.

    Mots-clés : Qua­li­té, Sys­tème de Mana­ge­ment de la Qua­li­té, Amé­lio­ra­tion Conti­nue, ISO 13485 : 2016, Dis­po­si­tif Médi­cal, Ges­tion de Projet

    Abstract

    Esta­bli­shing and sus­tai­ning a Qua­li­ty Mana­ge­ment Sys­tem (QMS) that is cus­to­mi­zed, effec­tive, and effi­cient over time enables orga­ni­za­tions in the bio­me­di­cal sec­tor to increase their per­for­mance and ensure the confor­mi­ty of their medi­cal devices (MD) while satis­fying the needs of their customers. 

    To help them, these com­pa­nies have seve­ral tools at their dis­po­sal : the most wide­ly used is the ISO 13485 : 2016 "Medi­cal devices - Qua­li­ty mana­ge­ment sys­tems - Requi­re­ments for regu­la­to­ry pur­poses". Its cer­ti­fi­ca­tion to a company's abi­li­ty to meet the requi­re­ments rela­ted to the desi­gn and manu­fac­ture of medi­cal devices for regu­la­to­ry approval.

    This report pre­sents, through the various pro­jects car­ried out during this inter­n­ship, the actions under­ta­ken to enhance the qua­li­ty mana­ge­ment sys­tem of a com­pa­ny that desi­gns, deve­lops and com­mer­cia­lizes an inno­va­tive medi­cal device.

    Very enri­ching, it contri­bu­ted to the deve­lop­ment of the essen­tial tech­ni­cal and rela­tio­nal skills that I must have to start my pro­fes­sio­nal career in the qua­li­ty sec­tor in a serene way. 

    Key­words : Qua­li­ty, Qua­li­ty Mana­ge­ment Sys­tem, conti­nuous impro­ve­ment, ISO 13485:2016, Medi­cal Device, Pro­ject Management

    Téléchargements

    IDS164 - Amé­lio­ra­tion du Sys­tème de Mana­ge­ment de la Qua­li­té de Mau­na Kea Technologies

    Mémoire de fin d'étude pré­sen­tant une par­tie des mis­sions réa­li­sées au sein du dépar­te­ment qua­li­té de Mau­na Kea Tech­no­lo­gies pour amé­lio­rer leur Sys­tème de Mana­ge­ment de la Qualité

    Remerciements

    Ci-des­sous sont réper­to­riées toutes les per­sonnes ayant contri­bué à la réus­site de ce stage, mon épa­nouis­se­ment lors de celui-ci, et que je vou­drais remercier :

    Mme Grif­foux, ma tutrice de stage, pour sa dis­po­ni­bi­li­té, sa patience, son sou­tien, sa bien­veillance, ses conseils, pour m’avoir par­ta­gé son savoir qui m’a per­mis d’avoir plus confiance en moi.

    Mme Capron, direc­trice qua­li­té, pour son accueil cha­leu­reux, sa bonne humeur, pour toutes ses for­ma­tions, ses expli­ca­tions et pour être deve­nue un modèle à atteindre.

    Mr Haloua­ni, ingé­nieur qua­li­té, pour m’avoir aidé quand j’en avais besoin, pour sa dis­po­ni­bi­li­té, son sou­rire et pour m’avoir par­ta­gé son optimisme.

    L’équipe Sup­port, pour vos expli­ca­tions sur le fonc­tion­ne­ment de Sales­Force, pour votre accueil, votre dis­po­ni­bi­li­té et pour avoir été l’une des rai­sons pour laquelle je me suis rapi­de­ment sen­tie intégrée.

    Les équipes de Mau­na Kea Tech­no­lo­gies pourm’avoir four­ni, à tra­vers nos nom­breux échanges, les connais­sances et les com­pé­tences m’ayant été indis­pen­sables lors de la rédac­tion de ce rap­port. Pour leurs accueils cha­leu­reux, leurs dis­po­ni­bi­li­tés, leur bonne humeur et tous les bons moments pas­sés ensemble.

    Mes amis et ma famille pour leurs pré­sences et le sou­tien qu’ils m’ont appor­té tout le long de l’élaboration de ce rapport.

    Mme Claude et Mr Prot, mes res­pon­sables de for­ma­tion en Mas­ter Ingé­nie­rie de la San­té à l’Université Tech­no­lo­gique de Com­piègne, pour leurs aides, leurs conseils ain­si que les ensei­gne­ments qu’ils m’ont conférés.

    Mr Gros­set, mon maître de stage, pour sa dis­po­ni­bi­li­té et ses retours m’ayant per­mis de per­fec­tion­ner ce rap­port de fin d’études.

    Liste des Abréviations

    • AFNOR : Asso­cia­tion fran­çaise de normalisation
    • ANSM : Agence natio­nale de sécu­ri­té du médi­ca­ment et des pro­duits de santé ;
    • DM : Dis­po­si­tifs Médicaux ; 
    • GED : Ges­tion élec­tro­nique des documents ;
    • ISO : Orga­ni­sa­tion Inter­na­tio­nale de Normalisation ;
    • MKT : Mau­na Kea Technologies ;
    • QO : Qua­li­fi­ca­tion Opérationnelle ;
    • QP : Qua­li­fi­ca­tion de Performance ;
    • SI : Sys­tème informatisé
    • SMQ : Sys­tème de Mana­ge­ment de la Qualité

    Liste des Figures /Annexes

    • Figure 1 : Bâti­ment de Mau­na Kea Tech­no­lo­gies France
    • Figure 2 : Orga­ni­gramme géné­ral extrait du Manuel Qua­li­té de MKT
    • Figure 3 : Orga­ni­gramme du pôle Qua­li­té de MKT
    • Figure 4 : Pro­duit phare de MKT : Cell­vi­zio®
    • Figure 5 : Illus­tra­tion du pro­ces­sus d'Endomicroscopie Laser Confocale 
    • Figure 6 : Étapes du pro­ces­sus de qua­li­fi­ca­tion de la Pas­se­relle Sales­Force-Qali­tel Conform 
    • Figure 7 : Extrait du rap­port de qua­li­fi­ca­tion de Qali­tel Conform
    • Figure 8 : Cri­tère C1 - Gra­vi­té des consé­quences d’une mesure erronée
    • Figure 9 : Pério­di­ci­tés OPPERET : Modé­li­sa­tion de la Nota­tion des Equipements
    • Figure 10 : Pério­di­ci­tés OPPERET : Modé­li­sa­tion des Pério­di­ci­tés de MKT
    • Figure 11 : Extrait du Tableau réca­pi­tu­la­tif des mises à jour à réa­li­ser dans la GED
    • Annexe 1 : Modé­li­sa­tion du Cycle de Vali­da­tion d'un Sys­tème Informatisé

    Glossaire

    • Action cor­rec­tive : « Action visant à éli­mi­ner la cause d’une non-confor­mi­té et à évi­ter qu’elle ne réap­pa­raisse » [1]
    • Action de cor­rec­tion : Action visant à remettre immé­dia­te­ment en conformité
    • Amé­lio­ra­tion conti­nue : Action visant à amé­lio­rer l’existant et son fonctionnement
    • Client : « Per­sonne ou orga­nisme qui reçoit un pro­duit ou un ser­vice » [1]
    • Confor­mi­té : Réponse satis­fai­sante à une exigence
    • Dis­po­si­tif médi­cal : Appa­reil des­ti­né par le fabri­cant à être « uti­li­sé seul ou en asso­cia­tion chez l’être humain pour une ou plu­sieurs fins médi­cales spé­ci­fiques (…) et dont l’action prin­ci­pale vou­lue n’est pas obte­nue par des moyens phar­ma­co­lo­giques ou immu­no­lo­giques ni par méta­bo­lisme, dans le corps humain ou à la sur­face de celui-ci, mais dont la fonc­tion peut être assis­tée par de tels moyens » [1]
    • Enre­gis­tre­ment : « Docu­ment fai­sant état de résul­tats obte­nus ou appor­tant la preuve de la réa­li­sa­tion d’une acti­vi­té » [1]
    • Évé­ne­ment indé­si­rable : « Un évé­ne­ment indé­si­rable asso­cié aux soins réa­li­sés lors d'investigations, de trai­te­ments (…) est un évé­ne­ment inat­ten­du au regard de l'état de san­té et de la patho­lo­gie de la per­sonne et ayant des consé­quences poten­tiel­le­ment pré­ju­di­ciables » [2]
    • Exi­gence : « Besoin ou attente for­mu­lée, géné­ra­le­ment impli­cite ou obli­ga­toire » [1]
    • Non-confor­mi­té : « Non-satis­fac­tion d’une exi­gence » [1]
    • Poli­tique : « Inten­tions et orien­ta­tions d’un orga­nisme, telles qu’elles sont offi­ciel­le­ment for­mu­lées par sa direc­tion » [3].
    • Poli­tique qua­li­té : « Poli­tique en matière de qua­li­té » [3]
    • Pro­cé­dure : « Manière spé­ci­fiée de réa­li­ser une acti­vi­té ou un pro­ces­sus » [1]
    • Pro­ces­sus : « Ensemble d’activités cor­ré­lées ou en inter­ac­tion qui uti­lise des élé­ments d'entrée pour pro­duire un résul­tat escomp­té » (élé­ments de sor­ties) [1]
    • Qua­li­té : « Apti­tude d'un ensemble de carac­té­ris­tiques intrin­sèques d'un objet à satis­faire des exi­gences » [3]
    • Qua­li­fi­ca­tion : « Les acti­vi­tés réa­li­sées pour la véri­fi­ca­tion sont par­fois appe­lées pro­ces­sus de qua­li­fi­ca­tion » [3]
    • Récla­ma­tion : « Toute expres­sion de mécon­ten­te­ment adres­sée à un orga­nisme, concer­nant son pro­duit, (ses ser­vices), ou le pro­ces­sus de trai­te­ment des récla­ma­tions lui-même, pour laquelle une réponse ou une solu­tion est expli­ci­te­ment ou impli­ci­te­ment atten­due » [1]
    • Sys­tème d’information / infor­ma­ti­sé : « Ensemble orga­ni­sé de res­sources : maté­riel, logi­ciel, per­son­nel, don­nées, pro­cé­dures... per­met­tant d’acquérir, de trai­ter, de sto­cker des infor­ma­tions (sous forme de don­nées, textes, images ...) » [4]
    • Sys­tème docu­men­taire : « Ensemble des docu­ments sur les­quels s'appuie un orga­nisme pour for­ma­li­ser son orga­ni­sa­tion et mettre en œuvre avec suc­cès son sys­tème de mana­ge­ment » [5]
    • Sys­tème de mana­ge­ment : « Ensemble d'éléments cor­ré­lés ou en inter­ac­tion d'un orga­nisme, uti­li­sés pour éta­blir des poli­tiques, des objec­tifs et des pro­ces­sus de façon à atteindre les­dits objec­tifs » [3]
    • Sys­tème de mana­ge­ment de la qua­li­té : « Par­tie d'un sys­tème de mana­ge­ment rela­tif à la qua­li­té » [3]
    • Vali­da­tion : « Confir­ma­tion par des preuves objec­tives que les exi­gences pour une uti­li­sa­tion spé­ci­fique ou une appli­ca­tion pré­vue ont été satis­faites » [1]
    • Véri­fi­ca­tion : « Confir­ma­tion par des preuves objec­tives que les exi­gences spé­ci­fiées ont été satis­faites » [1]

    Mémoire complet

    Amélioration du Système de Management de la Qualité
    de Mauna Kea Technologies

    Introduction

    Un mau­vais sys­tème triom­phe­ra tou­jours d’une bonne per­sonne” - W. Edwards Deming, sta­tis­ti­cien et qua­li­ti­cien amé­ri­cain fon­da­teur du « Total Qua­li­ty Mana­ge­ment »

    Pour qu’un Dis­po­si­tif médi­cal (DM) puisse être com­mer­cia­li­sé sur le ter­ri­toire Euro­péen, il doit obli­ga­toi­re­ment avoir obte­nu au préa­lable le mar­quage CE.
    Ce mar­quage CE per­met aux fabri­cants de dis­po­si­tifs médi­caux d’attester que celui-ci satis­fait aux exi­gences nor­ma­tives et régle­men­taires essen­tielles appli­cables en termes de per­for­mance et d’utilisation sans dan­ger, pour les pra­ti­ciens et leurs patients [1].

    Pour obte­nir cette cer­ti­fi­ca­tion, la mise en place d’un Sys­tème de Mana­ge­ment de la Qua­li­té (SMQ) effi­cace est essen­tielle. Ensemble cohé­rent de pro­ces­sus, pro­cé­dures et res­pon­sa­bi­li­tés, le SMQ a pour voca­tion d’améliorer la coor­di­na­tion des acti­vi­tés réa­li­sées au sein d’une orga­ni­sa­tion pour d’obtenir un pro­duit en confor­mi­té avec les exigences.

    Il atteste, notam­ment, de la capa­ci­té qu’à l’entreprise à four­nir une réponse adap­tée et opti­male aux besoins des clients de manière conti­nue dans le temps, à tra­vers la poli­tique qua­li­té et les objec­tifs qu’elle met en place pour per­fec­tion­ner, ses pro­duits, son image et les ser­vices qu’elle pro­pose. Une fois en place, une ges­tion de ce SMQ doit être mise en place pour garan­tir son main­tien et per­mettre son amé­lio­ra­tion continue.

    Par­mi les outils qui existent pour aider les orga­ni­sa­tions à mettre en place un SMQ effi­cient, la Norme ISO 13485 « Dis­po­si­tifs médi­caux — Sys­tèmes de mana­ge­ment de la qua­li­té — Exi­gences à des fins régle­men­taires » est dédiée aux fabri­cants de dis­po­si­tifs médicaux.

    Dans le cadre du Mas­ter 2 Ingé­nie­rie de la San­té, par­cours « Dis­po­si­tifs médi­caux et Affaires régle­men­taires » de l'Université de Tech­no­lo­gie de Com­piègne, j’ai réa­li­sé un stage de fin d'études au sein du ser­vice qua­li­té de Mau­na Kea Tech­no­lo­gies.

    Ce rap­port pré­sente les dif­fé­rentes mis­sions que j’ai réa­li­sées, en tant que sta­giaire ingé­nieur qua­li­té, ayant contri­buées à amé­lio­rer le Sys­tème de Mana­ge­ment Qua­li­té de la socié­té.

    Décou­pé en plu­sieurs par­ties, ce rap­port pré­sen­te­ra dans un pre­mier temps Mau­na Kea Tech­no­lo­gies, son envi­ron­ne­ment et les pro­duits qu’elle développe.

    Par la suite, seront déve­lop­pées les diverses mis­sions réa­li­sées dans le cadre de l’amélioration conti­nue du sys­tème de mana­ge­ment de la qua­li­té de la société.

    Pour ter­mi­ner, un bilan final réca­pi­tu­le­ra les com­pé­tences et com­por­te­ments déve­lop­pés lors de ce stage.

     I. Présentation de l'entreprise

    A) Généralités

    Figure 1 : Bâtiment de Mauna Kea Technologies France (source : auteur)

    Fon­dée en mai 2000 par Sacha Loi­seau, Mau­na Kea Tech­no­lo­gies (MKT) est une entre­prise fran­çaise qui conçoit, déve­loppe et com­mer­cia­lise un dis­po­si­tif médi­cal inno­vant [6].

    La mis­sion de MKT est d’éliminer, grâce à leur tech­no­lo­gie inno­vante, les incer­ti­tudes de diag­nos­tic et de déci­sions pour le trai­te­ment des patients, afin d'améliorer les soins per­çus par le patient et réduire les coûts de santé.

    L'entreprise est née d'une col­la­bo­ra­tion entre un astro­phy­si­cien et des méde­cins, qui ont eu l’idée d’utiliser les avan­cées tech­no­lo­giques et un savoir-faire issu de l’astronomie (obser­va­tion de corps célestes à des années-lumière de la Terre) pour venir obser­ver in vivo, avec une bien meilleure qua­li­té d’image, les tis­sus humains.

    Le siège social de l’entreprise se situe à Paris dans le 10e arron­dis­se­ment. Actuel­le­ment, elle emploie envi­ron 70 employés répar­tis en Europe, en Asie et aux États-Unis.

    Entrée à la bourse de Paris en 2011, l’entreprise a réa­li­sé, en 2021, un chiffre d'affaires s’élevant à 7,7 mil­lions d'euros [7].

    Pour étendre sur le plan mon­dial, l’export de ses pro­duits et aug­men­ter ses ventes, la socié­té s’est asso­ciée avec diverses struc­tures telles que John­son & John­son (2020) et plus récem­ment Tas­ly Phar­ma­ceu­ti­cals (2022).

    B) Services

    Au sein de Mau­na Kea Tech­no­lo­gies, de nom­breux ser­vices tra­vaillent régu­liè­re­ment ensemble pour assu­rer le fonc­tion­ne­ment de la socié­té. La direc­tion de MKT est char­gée d’établir les res­pon­sa­bi­li­tés au sein de l’entreprise. Ces res­pon­sa­bi­li­tés se for­ma­lisent sous plu­sieurs formes dont celle d’organigramme. L’organigramme ci-des­sous (Fig.2) sché­ma­tise de façon hié­rar­chique les dif­fé­rents ser­vices de MKT.

    Figure 2 : Organigramme généralisé extrait du Manuel Qualité de MKT (Juin 2022) (source : MKT)
    CIO : Chief Inno­va­tion Offi­cer ; CEO : Chief Exe­cu­tive Offi­cer ; CTO : Chief Tech­ni­cal Offi­cer ; CFO : Chief Finan­cial Officer 

    Par­mi tous les ser­vices, celui de la qua­li­té a pour res­pon­sa­bi­li­té glo­bale d'évaluer la confor­mi­té des pro­duits et du sys­tème de mana­ge­ment de la qua­li­té (SMQ) de MKT. Ces prin­ci­pales mis­sions sont de :

    • Pilo­ter et gérer le Sys­tème de Mana­ge­ment de la Qualité ;
    • Défi­nir et mettre en place la poli­tique qualité ;
    • Gérer le sys­tème documentaire ;
    • Éva­luer la confor­mi­té des pro­duits et/ou ser­vices de l’entreprise, aux exi­gences internes et externes, en réa­li­sant des audits internes et en super­vi­sant les audits externes ;
    • Gérer l’obtention et/ou le renou­vel­le­ment des cer­ti­fi­ca­tions et/ou accré­di­ta­tions de l’organisation ;
    • Iden­ti­fier, ana­ly­ser et résoudre les dys­fonc­tion­ne­ments, don­nant lieu à des Non-Confor­mi­tés (NC)/ Récla­ma­tions clients, réelles (réso­lu par des actions de cor­rec­tion ou cor­rec­tives) et pro­bables (actions pré­ven­tives, d’amélioration) ;
    • Sur­veiller l’activité et les per­for­mances des col­la­bo­ra­teurs via des indi­ca­teurs de performance ;
    • Sen­si­bi­li­ser, infor­mer et for­mer les sala­riés pour assu­rer la bonne appli­ca­tion des procédures.
    Figure 3 : Organigramme du pôle Qualité de MKT (Juillet 2022) (source : auteur)

    C) Dispositif médical : Cellvizio ®

    Figure 4 : Cellvizio® I.V.E : (a) Système d’endomicroscopie confocale (b) Minisonde ConfocaleTM (source : MKT)

    « Plus petit micro­scope au monde » [6], le Cell­vi­zio® dis­po­si­tif de classe IIa (règle­ment 2017/745), est la seule et unique pla­te­forme d'imagerie cel­lu­laire in vivo qui per­met aux pra­ti­ciens, en temps réel, de visua­li­ser les tis­sus et de détec­ter des ano­ma­lies à l’échelle cellulaire.

    Il est com­po­sé (Fig.4) de 3 prin­ci­paux éléments :

    • Un boi­tier conte­nant l’unité de balayage laser déli­vrant l’énergie per­met­tant la créa­tion des images ;
    • Un logi­ciel qui per­met en temps réel de contrô­ler et de cali­brer le sys­tème et d'acquérir et d'observer les images obtenues ;
    • Une mini-sonde confo­cale, reliée au boi­tier dans sa par­tie proxi­mal et au patient dans sa par­tie dis­tale, per­met­tant la trans­mis­sion des infor­ma­tions brute.

    La figure ci-des­sous pré­sente, sous la forme de sché­ma, l’image obte­nue grâce à l’Endo­mis­cro­sco­pie Confo­cale Laser (CLE), la tech­no­lo­gie res­pon­sable de cette acqui­si­tion en temps réel. Les infor­ma­tions per­çues sont iden­tiques à celle don­née par une coupe his­to­lo­gique après ana­lyse d’un tis­sus pré­le­vé (Biop­sie).

    Figure 5 : Illustration du processus d'Endomicroscopie Confocale Laser ( source : MKT)

    « Les images Cell­vi­zio pro­viennent d'un plan focal fin qui est pro­je­té opti­que­ment dans le tis­su. Cela per­met une obser­va­tion pro­fonde de la muqueuse et de ce qui se passe dans les cel­lules en temps réel »[8] (Fig.5).

    Le Cell­vi­zio est uti­li­sé en recherche pré­cli­nique (domaines tels que les neu­ros­ciences, la recherche contre le can­cer, sur les cel­lules souches, sur le déve­lop­pe­ment des médi­ca­ments…) et en cli­nique (alter­na­tive à la biop­sie, explo­ra­tion médicale).

    La large gamme de sondes dis­po­nible per­met d’assurer une qua­li­té d’image opti­male « in vivo et un situ », quelle que soit l’appli­ca­tion médi­cale vou­lue (gas­troen­té­ro­lo­gie, pneu­mo­lo­gie ou urologie) :

    • Cho­lan­gio­Flex TM N : explo­ra­tion des voies biliaires et pancréatiques ;
    • AQ-Flex 19 TM N : explo­ra­tion des kystes pancréatiques ;
    • Uro­Flex et Cys­to­Flex N : explo­ra­tion des voies urinaires ;
    • Celio­Flex N : uti­li­sé lors des pro­cé­dures de lapa­ro­sco­pie, en col­la­bo­ra­tion avec un robot chirurgical ;
    • Gas­tro­Flex TM N et Colo­Flex TM N : explo­ra­tion de l'appareil gastro-intestinal
    • Alveo­Flex TM N : explo­ra­tion des alvéoles pulmonaires
    • Cra­nio­Flex : explo­ra­tion du sys­tème ner­veux cen­tral lors de pro­cé­dure crâ­nienne à visée diag­nos­tique et/ou thé­ra­peu­tique (ex : biop­sie, résec­tion tumorale).

    Exemple d'utilisation du Cellvizio :

    • Sur­veillance et trai­te­ment de l’endo-brachyœsophage
    • Carac­té­ri­sa­tion des lésions pul­mo­naires et gastriques
    • Détec­tion des kystes et can­cers bilio-pancréatiques
    • Détec­tion et le trai­te­ment du can­cer de la vessie
    • Trai­te­ment et sui­vi des mala­dies inflam­ma­toires chro­niques de l’intestin
    • Sui­vi des muco­sec­to­mies colorectales

    Actuel­le­ment deux géné­ra­tions du dis­po­si­tif Cell­vi­zio sont com­mer­cia­li­sées : le 100Serie (Cell­vi­zio 2e géné­ra­tion) et l’I.V.E (3e géné­ra­tion). Nou­velle géné­ra­tion vouée à rem­pla­cer le 100Serie, l’architecture du sys­tème IVE a été amé­lio­rée, en rédui­sant notam­ment son for­mat et en opti­mi­sant son inté­gra­tion dans les salles d’intervention (écran tac­tile, connec­ti­vi­té DICOM…), pour faci­li­ter son usage et sa manipulation.

    II. Missions réalisées

    A) Amélioration de la gestion interne des réclamations clients

    1. Contexte

    On défi­nit par « récla­ma­tion » : toute « com­mu­ni­ca­tion écrite, élec­tro­nique ou ver­bale fai­sant état de défi­ciences rela­tives à l’identité, la qua­li­té, la dura­bi­li­té, la fia­bi­li­té, l’apti­tude à l’utilisation, la sécu­ri­té ou les per­for­mances d’un dis­po­si­tif médi­cal qui n’est plus sous le contrôle de l’organisme ou rela­tives à un ser­vice qui affecte les per­for­mances d’un tel dis­po­si­tif médi­cal » [1].

    Au sein du cha­pitre § 8.2.2 Trai­te­ments des récla­ma­tions de la norme ISO 13485 : 2016 « Dis­po­si­tifs médi­caux », il est indi­qué que « l’organisme doit docu­men­ter des pro­cé­dures pour le trai­te­ment des récla­ma­tions dans des délais appro­priés, confor­mé­ment aux exi­gences régle­men­taires appli­cables » et que « toute cor­rec­tion ou action cor­rec­tive résul­tant du pro­ces­sus de ges­tion des récla­ma­tions doit être docu­men­tée » [1].

    Ce qui per­met à l’organisme de main­te­nir la confor­mi­té des dis­po­si­tifs et du SMQ, d’améliorer leur ges­tion des risques, de garan­tir l’amélioration conti­nue des pro­cé­dés et d’augmenter leur satis­fac­tion client.

    Il est indis­pen­sable que les entre­prises concer­nées soient réac­tives lorsqu’elles traitent leurs récla­ma­tions clients (diag­nos­tic et mise en place d’actions de cor­rec­tion et/ou cor­rec­tives), sur­tout si elles font face à un évè­ne­ment poten­tiel­le­ment indésirable.

    En effet si la sur­ve­nue de l’évènement indé­si­rable est attri­buée à l’utilisation du dis­po­si­tif, cet évè­ne­ment indé­si­rable doit être repor­ter au plus vite à l’organisme com­pé­tent (en France : ANSM).

    La bonne ges­tion des récla­ma­tions clients per­met à la socié­té d’améliorer sa struc­ture, son mana­ge­ment, ses pro­duits et de gagner la confiance de ses clients.

    À MKT deux sys­tèmes infor­ma­ti­sés sont uti­li­sés pour la ges­tion des récla­ma­tions clients : Sales­Forces et Qali­tel Conform – Sco­qi.

    Défi­nit par Larousse comme un « ensemble de moyens d'acquisition, de trai­te­ment, de sto­ckage et de res­ti­tu­tion de don­nées, et de moyens de télé­com­mu­ni­ca­tion mis en œuvre pour une appli­ca­tion ou un ensemble d'applications spé­ci­fiés » [9], les SI peuvent être défi­nis comme des sys­tèmes qui réa­lisent, via une série com­plexe de pro­ces­sus et d’opérations, une ou plu­sieurs fonctionnalités.

    Qali­tel Conform par exemple, a été pro­gram­mé pour déma­té­ria­li­ser la ges­tion des récla­ma­tions clients, des non-confor­mi­tés et pour faire le sui­vi des actions cor­rec­tives et pré­ven­tives (CAPA).
    Pour réa­li­ser les fonc­tion­na­li­tés pour les­quels ils ont été déve­lop­pés, les SI : col­lectent, conservent, traitent et com­mu­niquent l’information.

    Dans le cadre de la ges­tion des récla­ma­tions clients :

    • Sales Forces : inter­vient dans le cadre de la ges­tion « externe » des récla­ma­tions clients. C’est dans ce SI que sera enre­gis­trer dans un pre­mier temps, par le ser­vice Sup­port, la plainte émise par le client et les actions entre­prises, en réponse, pour satis­faire ses besoins (ex : rem­pla­ce­ment d’une sonde non fonctionnelle).
    • Qali­tel Conform – Sco­qi : inter­vient dans le cadre de la ges­tion « interne » des récla­ma­tions clients. Il per­met de faire le sui­vi des actions de cor­rec­tion, et/ou cor­rec­tives, mis en place après qu’ait été diag­nos­ti­quée la cause de la non-confor­mi­té (ex d’action de cor­rec­tion : répa­ra­tion d’une sonde ; ex d’action cor­rec­tive : for­ma­tion de rap­pel de l’équipe de pro­duc­tion sur les méthodes d’assemblage du Cell­vi­zio). C’est éga­le­ment le ser­vice sup­port qui a la charge d’y enre­gis­tré les réclamations.

    2. Enjeux et Objectifs

    Le double enre­gis­tre­ment des don­nées issues des récla­ma­tions clients, dans Sales­Force puis Qali­tel Conform, ayant pour conséquences :

    • De faire perdre du temps au ser­vice sup­port qui aurait pu le consa­crer à d’autres tâches ;
    • D’augmenter la pro­ba­bi­li­té d’erreurs de sai­sies, d’oublier d’apporter des infor­ma­tions com­plé­men­taires (après enre­gis­tre­ment de la réclamation) ;
    • D’espacer la mise en place des actions internes visant à diag­nos­ti­quer et cor­ri­ger la cause de la réclamation.

    Il est appa­ru néces­saire de mettre en place une pas­se­relle trans­fé­rant auto­ma­ti­que­ment les don­nées issues des récla­ma­tions, enre­gis­trées sur Sales Forces, vers Qali­tel Conform. Ain­si, les enre­gis­tre­ments des récla­ma­tions ain­si que leurs mises à jour, réa­li­sés uni­que­ment sur Sales Force sont auto­ma­ti­que­ment trans­fé­rés dans Qali­tel Conform, et sont acces­sibles et visibles dans les deux SI pour traitement.

    L’ajout de la nou­velle fonc­tion­na­li­té dans les SI néces­site de réa­li­ser une qua­li­fi­ca­tion. Elle per­met­tra d’attester de la confor­mi­té de l’utilisation par l’apport de preuves du fonc­tion­ne­ment tel qu’attendu.

    Il est indi­qué dans le cha­pitre § 7.5.6 Vali­da­tion des pro­ces­sus de pro­duc­tion et de pres­ta­tion de ser­vice (ISO 13485 :2016) que les « appli­ca­tions logi­cielles doivent être vali­dées (…) lorsqu’approprié, après (…) modi­fi­ca­tion de ce logi­ciel » [1]. La qua­li­fi­ca­tion fai­sant par­tit des pro­ces­sus per­met­tant de vali­der un sys­tème (voir Annexe 1), c’est une exi­gence régle­men­taire.

    Com­po­sé de dif­fé­rentes phases, elle com­prend les :

    • Qua­li­fi­ca­tion de Concep­tion (QC) : Per­met en phase de créa­tion du SI, d’identifier et de défi­nir les besoins uti­li­sa­teurs et les spé­ci­fi­ci­tés et carac­té­ris­tiques du SI. Elle se déroule de l’émission du besoin à l’arrivée de l’équipement sur site.
    • Qua­li­fi­ca­tion d’Installation (QI) : Per­met de véri­fier la bonne ins­tal­la­tion du SI dans son envi­ron­ne­ment, confor­mé­ment à ce qui avait été pré­vu dans la QC et selon les recom­man­da­tions du fabricant.

    Ain­si que les :

    • Qua­li­fi­ca­tion Opé­ra­tion­nelle (QO) : Per­met de véri­fier que le SI fonc­tionne, tel qu’il a été ins­tal­lé (ou modi­fié), confor­mé­ment aux spé­ci­fi­ca­tions deman­dées dans la QC. Sa démarche s’appuie sur une ana­lyse détaillée des spé­ci­fi­ca­tions uti­li­sa­teurs, fonc­tion­nelles, tech­niques et régle­men­taires du SI (Ex : Trans­fert auto­ma­tique bi jour­na­lier des don­nées issues des réclamations).
    • Qua­li­fi­ca­tion de Per­for­mance (QP) : Per­met de véri­fier que le SI répond aux per­for­mances sou­hai­tées en s’appuyant sur les fonc­tion­na­li­tés atten­dues (Ex : Trans­fert bi-jour­na­lier effec­tué à 12h et 00H).

    Ces deux qua­li­fi­ca­tions consistent à docu­men­ter les tests de simu­la­tion réalisés. 

    Dans le cadre de ce pro­jet, mon tra­vail a consis­té à vali­der et enre­gis­trer les tests de qua­li­fi­ca­tions, opé­ra­tion­nelles et de per­for­mance, créés sur la base de scé­na­rii illus­trant l’utilisation réelle des SI et de la Pas­se­relle. Ont été pris en compte les droits et res­tric­tions des uti­li­sa­teurs, la réponse des SI en condi­tion nor­male et anor­mal (face à une anomalie)… 

    3. Méthode et Résultats

    Le pro­ces­sus de qua­li­fi­ca­tion de la Pas­se­relle peut être divi­sé en 4 étapes (Fig.6) :

    Figure 6 : Étapes du processus de qualification de la Passerelle SalesForce-Qalitel Conform (source : auteur)

    Etape 1 : S'approprier le Sujet

    Uti­li­ser Qali­tel Conform a mis en évi­dence les pro­blé­ma­tiques appor­tées par ce double enre­gis­tre­ment des réclamations.

    La lec­ture du cahier des charges fonc­tion­nelles de la Pas­se­relle a contri­bué à éclair­cir les attentes des uti­li­sa­teurs, à savoir :

    • Le type de don­nées (champs) à trans­fé­rer (ex : nom du lieu fai­sant l’objet de la réclamation) ;
    • La fré­quence et les moda­li­tés du trans­fert : trans­fert auto­ma­tique des don­nées issues des récla­ma­tions deux fois par jour (12h et 00h) et trans­fert auto­ma­tique déclen­chable par les opé­ra­teurs res­pon­sables de la ges­tion des récla­ma­tions clients à MKT (en cli­quant sur un « bou­ton » dis­po­nible sur l’interface de ges­tion de Qali­tel Conform) .

    Assis­ter aux réunions de « démons­tra­tion » , ani­mées par les res­pon­sables sup­port et ges­tion des récla­ma­tions de MKT, m'a aidée à visua­li­ser la créa­tion et la mise à jour des futures récla­ma­tions dans Qali­tel Conform.

    Cette étape s'est conclue par la défi­ni­tion de mes res­pon­sa­bi­li­tés :

    • Créa­tion et vali­da­tion des Tests de Qua­li­fi­ca­tion ;
    • Rédac­tion et enre­gis­tre­ment de la docu­men­ta­tion associée ;
    • For­ma­tion des acteurs impac­tés par la mise en place de la Passerelle ;

    Etape 2 : Pré­pa­rer la Qua­li­fi­ca­tion des SI

    Pour pré­pa­rer au mieux la Qua­li­fi­ca­tion des SI et déter­mi­ner les tests à réa­li­ser pour vali­der le fonc­tion­ne­ment de la Pas­se­relle, confor­mé­ment aux attentes et sans per­tur­ba­tion des per­for­mances atten­dues des sys­tèmes, j’ai étu­dié dans un pre­mier temps les anciennes révi­sions des rap­ports de qua­li­fi­ca­tion de Sales Force et Qali­tel Conform.

    Par la suite a eu lieu, avec la mana­ger qua­li­té et le res­pon­sable du ser­vice sup­port, plu­sieurs réunions de brains­tor­ming pour déter­mi­ner ensemble les tests à réa­li­ser pour qua­li­fier la Passerelle.

    C’est lors de ces réunions de brains­tor­ming que des ano­ma­lies sous-jacentes ont été décou­vertes et de nou­veaux besoins, décou­lant de l’ajout de nou­velles fonc­tion­na­li­tés, deman­dées au four­nis­seur Sco­qi. C’est éga­le­ment durant l’une d’elles que les pilotes les plus aptes à réa­li­ser les tests de qua­li­fi­ca­tion ont été déter­mi­nés (ex : « admi­nis­tra­teur sco­qi », « uti­li­sa­teur complaint »).

    À l’issue de cette étape, il a été déci­dé de :

    • Effec­tuer les anciens tests rela­tifs à la ges­tion des récla­ma­tions, pré­sent dans les anciennes révi­sions des rap­ports de qua­li­fi­ca­tion (modi­fiés si impac­tés par l’ajout de la passerelle) ;
    • Créés les nou­veaux tests per­met­tant de vali­der le fonc­tion­ne­ment de la passerelle :
      • Trans­fert auto­ma­tique des don­nées déclen­ché par l’opérateur
      • Trans­fert auto­ma­tique des don­nées programmé
    • Réa­li­ser les tests, non exclu­sifs à la ges­tion des récla­ma­tions, poten­tiel­le­ment impac­tés par l’ajout de la Passerelle.
    • Sup­pri­mer les tests qui n'étaient plus appli­cables (ex : créa­tion par l’administrateur d’une fiche récla­ma­tion dans Qali­tel Conform) ;

    Ces tests ont été lis­tés et regrou­pés dans un fichier Excel pour faci­li­ter la ges­tion des résul­tats obte­nus à l’issue de la phase de réa­li­sa­tion des tests de qualification.

    Etape 3 : Qua­li­fier les SI : Réa­li­sa­tion des Tests de Qualification

    L’objectif de cette phase de réa­li­sa­tion des tests de qua­li­fi­ca­tion est de véri­fier que le fonc­tion­ne­ment de la Pas­se­relle est conforme aux attentes. La qua­li­fi­ca­tion s’est dérou­lée de la manière suivante :

    • Expli­ca­tion du dérou­le­ment de la séance : les tes­teurs ont eu accès au fichier Excel recen­sant les tests à réa­li­sés et l’ordre de réa­li­sa­tion (Fig.7). Pour ne pas influen­cer les résul­tats, ils ont été lais­sés en auto­no­mie pour les réa­li­ser. Ma pré­sence ayant deux buts : super­vi­ser le bon dérou­le­ment de la séance et répondre aux éven­tuelles questions.
    • Réa­li­sa­tion des tests dans les condi­tions du contexte d’utilisation des SI : les membres de l’équipe sup­port ont eu pour res­pon­sa­bi­li­té d'enre­gis­trer des récla­ma­tions, puis de modi­fier leurs conte­nus sur Sales­Forces comme s’ils devaient enre­gis­trer une récla­ma­tion client.
    • Obser­va­tion des résul­tats sur Qali­tel Conform :  Le résul­tat des tests à réa­li­ser étant obser­vable sur Qali­tel Conform, les tes­teurs devaient s'assurer, après avoir déclen­ché le trans­fert auto­ma­tique des don­nées, que pour chaque test réa­li­sé, ces don­nées étaient pré­sentes (de la créa­tion à la clô­ture de la réclamation).
    • Vali­da­tion des tests : L’obtention d’un résul­tat équi­valent au cri­tère d’acceptabilité défi­ni pour chaque test, sans qu’une dévia­tion ne soit rele­vée, à per­mis de vali­der la qua­li­fi­ca­tion des systèmes.

    Cette étape s’est conclue par l’édition des rap­ports de qua­li­fi­ca­tion des SI dans les­quels ont été insé­rés les tests réa­li­sés et leurs résul­tats (Fig.7).

    Figure 7 : Extrait du rapport de qualification de Qalitel Conform (source : MKT)

    Etape 4 : Docu­men­ter la Qua­li­fi­ca­tion (Enre­gis­tre­ment de la documentation)

    La der­nière étape, de ce pro­ces­sus de qua­li­fi­ca­tion, a consis­té à enre­gis­trer dans le sys­tème docu­men­taire toute la docu­men­ta­tion asso­ciée (rap­ports de qua­li­fi­ca­tions et pro­cé­dure impac­tées mises à jour) est la der­nière étape de ce pro­ces­sus de qualification.

    Le pro­jet et l’action d’amélioration rela­tive ont été clôturés.

    La mise en appli­ca­tion de la Pas­se­relle s’est conclue par la for­ma­tion des équipes Qua­li­té, Sup­port, Cli­nique et Affaires régle­men­taires, sur l’utilisation de cette nou­velle fonc­tion­na­li­té et les apports amenés.

    B. Optimisation de la Périodicité des équipements du service de production 

    1. Contexte 

    Comme toute entre­prise fabri­quant des dis­po­si­tifs médi­caux, Mau­na Kea Tech­no­lo­gies pos­sède un parc d’équipements. Ces équi­pe­ments servent à vali­der la confor­mi­té du pro­duit fabri­qué par MKT.

    La qua­li­té du dis­po­si­tif étant assu­rée par la qua­li­té des mesures effec­tuées par les équi­pe­ments en pro­duc­tion, il est indis­pen­sable que leurs per­for­mances soient garanties.

    Cette garan­tie passe par une étape de véri­fi­ca­tion pério­dique des équi­pe­ments.

    Cette exi­gence régle­men­taire est défi­nie dans le cha­pitre § 7.6 « Maî­trise des équi­pe­ments de sur­veillance et de mesure » de l’ISO 13485 : 2016 : « Pour assu­rer des résul­tats valables, les équi­pe­ments de mesure doivent être : a) éta­lon­nés et/ou véri­fiés à inter­valles spé­ci­fiés » [1]

    Cela implique que lesé­qui­pe­ments ayant atteint leur date d’échéance (date à laquelle ils doivent être à nou­veau vérifiés/étalonnés) ne doivent pas être uti­li­sés tant qu’il n’a pas été prou­vé que les résul­tats qu’ils délivrent sont conformes (aux vues des spé­ci­fi­ca­tions définies).

    Au début de l’étude (mai 2022), la pério­di­ci­té des équi­pe­ments de pro­duc­tion de MKT était de façon géné­rale défi­nie plus ou moins aléa­toi­re­ment, notam­ment basée sur les recom­man­da­tions des fabri­cants, à 12 mois. Aucune méthode en place ne per­met­tait de déter­mi­ner de façon effi­cace la pério­di­ci­té des équi­pe­ments de l’équipe production.

    2. Enjeux et Objectifs

    Pour déter­mi­ner si la pério­di­ci­té attri­buée à chaque équi­pe­ment était pro­bante, il a été déci­dé d’appliquer une méthode sta­tis­tique per­met­tant de déter­mi­ner la pério­di­ci­té des équi­pe­ments uti­li­sés par le ser­vice production.

    L’idée étant de jus­ti­fier nos choix de pério­di­ci­té et de faci­li­ter la ges­tion des équi­pe­ments, sans dégra­der les per­for­mances atten­dues, en rédui­sant au pos­sible les coûts de véri­fi­ca­tion associés.

    La méthode choi­sie s’appelle OPPERET (OPti­mi­sa­tion des PER­io­di­ci­tés d’Étalonnage). Elle a été appli­quée sur l’ensemble des équi­pe­ments uti­li­sés par le ser­vice de pro­duc­tion, soit 64 équipements.

    Pour l’appliquer, il a été néces­saire de créer un groupe de pro­jet regrou­pant des acteurs des ser­vices de la Pro­duc­tion (ex : res­pon­sable de la pro­duc­tion), de la Qua­li­té (ex : res­pon­sable du parc d’équipements), du Sup­port (ex : expert de la méthode OPPERET) et de la Recherche et du Développement.

    3. Méthode et Résultats

    La méthode OPPERET peut être défi­nie comme une méthode qua­li­ta­tive per­met­tant de cal­cu­ler la pério­di­ci­té d’étalonnage/de véri­fi­ca­tion des équi­pe­ments d’une société.

    Contrai­re­ment à d’autre méthode, elle n’est pas uni­que­ment basée sur l’observation des dérives d’un équi­pe­ment. Elle prend en compte tout type de fac­teurs d’influence, pou­vant amé­lio­rer ou dégra­der la qua­li­té de la mesure réalisée.

    Rela­tif à l’usage réel de l’équipement et à son inté­gra­tion dans le pro­ces­sus de mesure (ex : condi­tions d’utilisation, coût de l’étalonnage / de la véri­fi­ca­tion), elle intègre la notion de risque.

    Son inté­rêt est qu’elle per­met non seule­ment de défi­nir des pério­di­ci­tés très réa­listes, géné­ra­le­ment plus longues que celles qui étaient en place avant son appli­ca­tion, mais éga­le­ment de réduire les coûts liés à la ges­tion du parc d’équipements.

    Le guide tech­nique “Opti­mi­sa­tion des pério­di­ci­tés d’étalonnage” publié par le Col­lège Fran­çais de Métro­lo­gie et l’AFNOR, explique les étapes à suivre pour cal­cu­ler, en appli­quant cette méthode, nos périodicités.

    Etape 1 : Défi­ni­tion des cri­tères, nota­tions, pondérations

    Lors de cette étape ont été réa­li­sées diverses réunions de brains­tor­ming (avec l’ensemble du groupe pro­jet) pour :

    1. Déter­mi­ner les 6 cri­tères (Cx), par­mi ceux pro­po­sés dans le guide de l’AFNOR, reflé­tant l’activité du parc d’équipements de pro­duc­tion de MKT. Ces cri­tères étant :

    • C1 : « Gra­vi­té des consé­quences d’une mesure erronée »
    • C2 : « Fré­quence d’utilisation »
    • C3 : « Dérive de l’équipement »
    • C4 : « Contraintes de coûts »
    • C5 : « Inter­ven­tion sur l’équipement »
    • C6 : « Fac­teurs per­met­tant de déce­ler des anomalies »

    Le choix de ces cri­tères fai­sant suite à des dis­cus­sions durant les­quelles ont été ana­ly­sés les besoins des uti­li­sa­teurs, la capa­ci­té des opé­ra­teurs à détec­ter des ano­ma­lies, le coût glo­bal des inter­ven­tions (véri­fi­ca­tion/­ré-éta­lon­nage)…

    2. Attri­buer, en fonc­tion de leur impor­tance, une pon­dé­ra­tion à chaque cri­tère (1 à 3).

    3. Asso­ciée aux cri­tères déter­mi­nés, une grille de nota­tion objec­tive, com­prise entre -2 et 2 (voir l’exemple de C1 ci-des­sous). Une nota­tion éle­vée ten­dant à aug­men­ter la fré­quence de véri­fi­ca­tion finale et une nota­tion faible à la dimi­nuer (suite à l’association de toutes les nota­tions de l’équipement).

    Figure 8 : Critère C1 - Gravité des conséquences d’une mesure erronée
    Défi­ni­tion de C1Nota­tion
    Aucune influence sur la qua­li­té de l'appareil+2
    N/AN/A
    Arrêt de Production0
    N/AN/A
    Mise en jeu de la sécu­ri­té patient / utilisateur-2

    4. Noter indi­vi­duel­le­ment cha­cun des équi­pe­ments (64), sur chaque cri­tère rete­nu, et déter­mi­ner les pério­di­ci­tés mini­males et maxi­males accep­tables dans le cadre de notre acti­vi­té (12 et 60 mois).

    Etape 2 : Obten­tion des résultats

    La phase de cal­cul des pério­di­ci­tés opti­males des équi­pe­ments a consis­té à appli­quer, dans l’ordre indi­qué, les for­mules décrites dans le guide d’optimisation des pério­di­ci­tés du col­lège de métrologie.

    Un fichier Excel réfé­ren­çant l’ensemble des don­nées obte­nues a été mis en place pour faci­li­ter l’application des for­mules, la com­pré­hen­sion des résul­tats obte­nus et pour auto­ma­ti­ser le sui­vi des pério­di­ci­tés obtenues.

    Figure 9 : Périodicités OPPERET : Modélisation de la Notation des Équipements (source : MKT)

    À la fin de cet exer­cice, nous avons obte­nu un « CORRECTEUR OPPERET ». L’associer à la pério­di­ci­té actuelle des équi­pe­ments (avant appli­ca­tion de la méthode) nous a per­mis d’obtenir leurs « Pério­di­ci­té réelle ».

    Figure 10 : Périodicités OPPERET : Modélisation des Périodicités de MKT (source : MKT)

    Pour déter­mi­ner la pério­di­ci­té MKT des équi­pe­ments de pro­duc­tion, nous avons émis avec mon co-pilote de pro­jet, des sug­ges­tions de pério­di­ci­té basées sur les résul­tats des cal­culs. Ces sug­ges­tions ont été étu­diées, par le groupe de pro­jet, avant d’être admises. La per­ti­nence des pério­di­ci­tés obte­nues a été revue vis-à-vis du contexte dans lequel chaque équi­pe­ment évo­lue (ex : inté­rêt d’admettre pour les équi­pe­ments en plu­sieurs exem­plaires une même pério­di­ci­té ; risque d’admettre une pério­di­ci­té éle­vée pour cer­tains équipements).

    Etape 3 : Mise en appli­ca­tion des modifications

    La vali­da­tion finale des pério­di­ci­tés a entrai­né un tra­vail de mise à jour mas­sif. Il a fallu :

    • Mettre à jour les pro­cé­dures impactées ;
    • Mettre à jour, dans le sys­tème docu­men­taire, la pério­di­ci­té de chaque équipement ;
    • Modi­fier toutes les éti­quettes des équi­pe­ments (chan­ge­ment de la date de la pro­chaine vérification) ;
    • Clô­tu­rer le pro­jet et sa documentation

    Dans le cadre d’un sui­vi conti­nu du pro­jet, il a été déci­dé que chaque année, lors de la revue annuelle des pério­di­ci­tés des équi­pe­ments, la nota­tion de chaque équi­pe­ment sera réétu­diée pour prendre en compte les évè­ne­ments s’étant dérou­lés (ex : uti­li­sa­tion plus fré­quente de l’appareil, panne consta­ter...) et ajus­ter en consé­quence la pério­di­ci­té des équipements.

    Néan­moins, en cas de non-confor­mi­té, l’analyse de risque effec­tuée tien­dra compte de la nota­tion OPPERET pour que puisse être mise à jour, au besoin, la pério­di­ci­té des équi­pe­ments impactés.

    C) Gestion documentaire

    1. Contexte

    MKT a mis en place en 2020, un sys­tème infor­ma­ti­sé de ges­tion docu­men­taire, Qali­tel Doc com­mu­né­ment appe­ler GED (Ges­tion Élec­tro­nique des Docu­ments). Ce SI per­met la créa­tion, le sto­ckage, le par­tage, l’archivage et la des­truc­tion déma­té­ria­li­sée des docu­ments du SMQ de l’entreprise. Il est uti­li­sé dans le cadre de la ges­tion des For­mu­laires (FOR), ins­truc­tion de tra­vail (INS), pro­ces­sus (PRS), pro­cé­dures (SOP), enre­gis­tre­ments (REC). Soit tous les docu­ments sur les­quels s'appuie l’organisme pour « for­ma­li­ser son orga­ni­sa­tion et mettre en œuvre avec suc­cès son sys­tème de mana­ge­ment » et consti­tuer son sys­tème docu­men­taire [5].

    Ce sys­tème docu­men­taire doit être régu­liè­re­ment mis à jour pour assu­rer la per­for­mance et l’efficacité du SMQ de la socié­té en consti­tuant un sup­port d’informations fiables. Per­met­tant ain­si d’assurer le fonc­tion­ne­ment de l’entreprise (capi­ta­li­sa­tion du savoir et savoir-faire) et la per­for­mance de ses col­la­bo­ra­teurs (trans­mis­sions du savoir-faire). Comme indi­qué dans le cha­pitre § 4.1 Exi­gences géné­rales de l’ISO 13485 de 2016 : « L’organisme doit éta­blir, mettre en œuvre et entre­te­nir toute exi­gence, pro­cé­dure, acti­vi­té ou dis­po­si­tion devant être docu­men­tée confor­mé­ment à la pré­sente Norme inter­na­tio­nale et aux exi­gences régle­men­taires appli­cables » [1].

    2. Enjeux et Objectif

    La der­nière revue docu­men­taire a été réa­li­sée en 2021. Or, cer­tains docu­ments, pré­sent dans la GED, n’ont pas évo­lués depuis 2017.

    L’objectif de ce pro­jet est de rééva­luer la per­ti­nence de la pré­sence de ces docu­ments en état dans le sys­tème docu­men­taire de Mau­na Kea Technologies.

    Ain­si ce pro­jet a consis­té à :

    • Véri­fier que les docu­ments concer­nés répon­daient tou­jours à une exigence ;
    • S’assurer que les docu­ments étaient utilisés ;
    • Archi­ver les docu­ments qui n’étaient pas ou plus utilisés ;
    • S’assurer que l’information docu­men­tée était tou­jours valable (mise à jour au besoin) ;
    • Véri­fier la néces­si­té de mettre à jour le modèle (méta­don­nées) des documents.

    3. Méthode et Résultats

    Etape 1 : Ana­lyse docu­men­taire préliminaire

    La pre­mière étape de ce tra­vail a consis­té à extraire de la GED, sous for­mat Excel, la liste des docu­ments concernés.

    Ces listes ont été clas­sées par ser­vices, pour faci­li­ter le tra­vail à effec­tuer par la suite, à savoir : déter­mi­ner, si chaque docu­ment répon­dait ou non à une exi­gence et de ce fait quelles actions étaient à envi­sa­ger en fonc­tion de son uti­li­sa­tion (ex : archi­vage si le docu­ment ne répond à aucune exi­gence et n’est pas utilisé).

    Ce tra­vail a aiguillé, par la suite, les échanges réa­li­sés avec les dif­fé­rents ser­vices, qui ont eu accès à ces travaux.

    Etape 2 : Déci­der des actions à entre­prendre avec les ser­vices concernés

    Les réunions pro­gram­mées avec les dif­fé­rents ser­vices concer­nés ont per­mis de :

    • Leur pré­sen­ter l’objectif du pro­jet et les docu­ments concer­nés par cette mise à jour documentaire ;
    • Déter­mi­ner les docu­ments qui ne seraient pas trai­tés dans le cadre de ce pro­jet : mis à jour dans le cadre d’un autre projet ;
    • Défi­nir les docu­ments, dont le conte­nu, et/ou le modèle serait à mettre à jour : répondent à une exi­gence et/ou sont utilisés ;
    • Défi­nir les docu­ments qui ne seraient pas mis à jour : docu­ment uti­li­sé ne néces­si­tant aucune modi­fi­ca­tion de contenu ;
    • Déter­mi­ner les docu­ments à archi­ver : ne répondent pas à une exi­gence et ne sont pas utilisés.

    Pour faci­li­ter le sui­vi des actions à réa­li­ser, l’ensemble de la docu­men­ta­tion concer­née a été clas­sé par ser­vice dans un tableau réca­pi­tu­la­tif (Fig.11).

     Figure 11 : Extrait du Tableau récapitulatif des mises à jour à réaliser dans la GED (source auteur)

    Etape 3 : Mise à jour du sys­tème docu­men­taire (GED)

    Cette étape a consis­té à mettre en appli­ca­tion les déci­sions prises lors de l’étape précédente.

    La mise à jour de tous les docu­ments à modi­fier a été réa­li­sée dans la GED, à savoir :

    • Les docu­ments dont le conte­nu devait être modifié ;
    • Les docu­ments dont seul le modèle devrait être mis à jour ;
    • Les docu­ments impac­tés par l’archivage.

    Les docu­ments archi­vés néces­si­tant de s’assurer en amont qu’ils ne soient pas men­tion­nés dans d’autres docu­ments annexes, il a fal­lu s’assurer dans un pre­mier temps que ces docu­ments aient été mis à jour (nou­velle révi­sion dis­po­nible) avant d’entamer leurs archivages.

    Une fois toutes les mises à jour effec­tuées, le pro­jet a été clôturé.

    III. Bilan Final

    En tant que pre­mière expé­rience en entre­prise, ce stage m’a per­mis d’accéder à des élé­ments très dif­fé­rents des pré­cé­dents stages que j’ai réa­li­sés, durant ma licence d’imagerie médi­cale, en milieu cli­nique et hospitalier.

    A) Impacts des formations reçues

    Lors de ce stage, j’ai pu mettre en pra­tique les connais­sances et savoirs acquis durant mon mas­ter d’Ingénierie de la San­té à l’UTC. Notam­ment celles liées à la ges­tion de pro­jet (capa­ci­té d’analyse, de rédac­tion…) et au mana­ge­ment de la qua­li­té (outils qua­li­té, connais­sance nor­ma­tive, prin­cipe du SMQ…). Les dif­fé­rentes inter­ven­tions pro­fes­sion­nelles m’ont éga­le­ment ren­sei­gné sur les aspects reliant le monde de la qua­li­té à celui des dis­po­si­tifs médicaux.

    Asso­cié à ce bagage « sco­laire », j’ai reçu au sein de MKT diverses for­ma­tions, visant à faci­li­ter mon inté­gra­tion au sein du dépar­te­ment qua­li­té. En lien direct avec les dif­fé­rentes acti­vi­tés que j’avais à réa­li­ser (ges­tion du SMQ et ses pro­jets d’amélioration), elles m’ont per­mis de déve­lop­per mes connais­sances et d’acquérir de nou­velles compétences.

    Com­plé­men­taires, ces deux types de for­ma­tions m’ont per­mis d’être rapi­de­ment opé­ra­tion­nelle et de m’adapter avec plus de faci­li­té à la struc­ture et ain­si qu’à ses besoins.

    B) Compétences et comportements acquis 

    Lors de ce stage, j’ai développé :

    • Mes connais­sances : res­pon­sa­bi­li­tés du ser­vice qua­li­té d’une entre­prise de dis­po­si­tif médi­cal ; rôles et mis­sions des dif­fé­rents ser­vices d’une entre­prise com­mer­cia­li­sant des DM (mar­ke­ting, affaires régle­men­taires, pro­duc­tion, sup­port…) ; concep­tion du Cell­vi­zio® et ses sondes (dis­po­si­tif médi­cal déve­lop­per et com­mer­cia­li­ser par MKT) ; struc­ture d’un Sys­tème de Mana­ge­ment de la Qua­li­té ; Normes ISO (9001, 13485, 15523).
    • Mon savoir-faire : ges­tion interne des récla­ma­tions clients (Qali­tel Conform) ; qua­li­fi­ca­tion d’un sys­tème infor­ma­ti­sé ; ges­tion docu­men­taire ; ges­tion de pro­jet ; opti­mi­sa­tion des pério­di­ci­tés d’un parc d’équipement (méthode OPPERET) ; ani­mer des réunions ; com­prendre, appli­quer et modi­fier des pro­cé­dures ; par­ti­ci­per à des audits internes (et externes).
    • Mon savoir-être : capa­ci­té d’adaptation et réac­ti­vi­té ; sens du tra­vail d’équipe ; sens de l’organisation ; auto­no­mie ; écoute ; rigueur ; leadership.

    C) Difficultés rencontrées

    J’ai été confron­té durant ce stage à dif­fé­rentes pro­blé­ma­tiques qui ont néces­si­té que je prenne du recul et que je réflé­chisse à com­ment je pou­vais les surmonter.

    L’une des pre­mières dif­fi­cul­tés ren­con­trées a été d’assimiler, sur le long terme, l’ensemble des infor­ma­tions rela­tives à la concep­tion et à la fabri­ca­tion du dis­po­si­tif. Il m’a fal­lu à mon arri­vée inté­grer rapi­de­ment le fonc­tion­ne­ment de la struc­ture et com­ment étaient déve­lop­pé le pro­duit. Heu­reu­se­ment, grâce aux dif­fé­rentes for­ma­tions reçues, aux nom­breuses inter­ac­tions avec mes col­lègues, en réa­li­sant dif­fé­rents pro­jets et en fai­sant preuve de per­sé­vé­rance, je me suis adap­té en inté­grant de nou­velles connaissances.

    La seconde dif­fi­cul­té est deve­nue appa­rente lorsqu’il m’a fal­lu échan­ger des infor­ma­tions et com­mu­ni­quer de façon claire et concise avec dif­fé­rents col­la­bo­ra­teurs. Avoir des capa­ci­tés rédac­tion­nelles et ora­toires sont des pré­re­quis essen­tiels pour pou­voir déli­vrer un dis­cours, une idée, une for­ma­tion et une pré­sen­ta­tion com­pré­hen­sible par tous. Ce stage a mis en évi­dence, le tra­vail à réa­li­ser de mon côté pour amé­lio­rer cet aspect com­mu­ni­ca­tif, n’ayant pas tou­jours réus­si à déli­vrer clai­re­ment les mes­sages que je vou­lais faire passer. 

    La troi­sième contrainte ren­con­trée était rela­tive à la ges­tion de pro­jet. Non seule­ment, il a fal­lu que je m’organise de mon côté pour pou­voir en auto­no­mie gérer plu­sieurs pro­jets en simul­ta­né (en orga­ni­sant notam­ment mon emploi du temps et en prio­ri­sant cer­taines tâches), il a éga­le­ment fal­lu que je coor­donne la dis­po­ni­bi­li­té des tiers concer­nés, afin d’être cer­taine de res­pec­ter au mieux les délais impar­tis pour clô­tu­rer les pro­jets (les jalons défi­nis n’ont pas tou­jours été res­pec­tés). Par ailleurs, lors des réunions de brains­tor­ming, il a fal­lu que je super­vise les échanges etleurs dérou­le­ments pour que ces séances soient effi­cientes (résul­tat escomp­té obte­nu) et que les avis de cha­cun soient pris en compte.

    Conclusion

    Cette expé­rience pro­fes­sion­nelle très enri­chis­sante m’a per­mis de décou­vrir à la fois le côté « indus­triel » du sec­teur des dis­po­si­tifs médi­caux, mais éga­le­ment d’être confron­tée au côté opé­ra­tion­nel du monde de la qua­li­té, fré­quem­ment rat­ta­ché au pôle des affaires régle­men­taires, en par­ti­ci­pant au pilo­tage du Sys­tème de Mana­ge­ment de la Qua­li­té de Mau­na Kea Technologies.

    À tra­vers les mis­sions réa­li­sées, pour amé­lio­rer celui-ci, j’ai été sen­si­bi­li­sé sur l’importance d’avoir un SMQ effi­cace et efficient.

    Conçu pour aider les orga­nismes à ren­for­cer leurs pro­ces­sus et pro­cé­dures internes, il est voué à être actif : son main­tien et son amé­lio­ra­tion conti­nue dans le temps sont essen­tiels. Dans ce cadre, il est indis­pen­sable qu’il tienne compte des chan­ge­ments et évo­lu­tions affec­tant le mar­ché des dis­po­si­tifs médi­caux et qu’il res­pecte les régle­men­ta­tions appli­cables en vigueur.

    Son objec­tif étant de garan­tir la confor­mi­té des pro­duits, la sécu­ri­té des uti­li­sa­teurs et la pro­mo­tion d’une satis­fac­tion client, l’entreprise doit s’assurer qu’il répond aux indi­ca­teurs et objec­tifs qu’elle s’est fixée en regard de l’évolution de son activité.

    Pour cela, elle peut comp­ter sur l’ensemble des col­la­bo­ra­teurs qui contri­buent chaque jour, à tra­vers leurs acti­vi­tés, à faire évo­luer la socié­té et son SMQ dans lequel chaque col­la­bo­ra­teur est impliqué

    Références Bibliographiques

    [1] « NF EN ISO 13485 : 2016 : Dispositifs médicaux — Systèmes de management de la qualité — Exigences à des fins réglementaires ». International Organization for Standardization (ISO), Fevrier 2016. [En ligne]. Disponible sur : https://www.iso.org/obp/ui#iso:std:iso:13485:ed-3:v1:fr (consulté le 08 mars 2022)
    [2] « Article R1413-66-1 – Code de la santé publique », Légifrance, Paris, 26 Juillet 2022. [En ligne]. Disponible sur : https://www.legifrance.gouv.fr/codes/section_lc/LEGITEXT000006072665/LEGISCTA000039459320/2022-07-26 (consulté le 21 août 2022)
    [3] « NF EN ISO 9000 : 2015 : Système de Management de La Qualité - Principes Essentiels et Vocabulaire ». International Organization for Standardization (ISO), décembre 2015. [En ligne].Disponible sur : https://www.iso.org/obp/ui/#iso:std:iso:9000:ed-4:v2:fr:term:3.4.5 (Consulté le 29 juillet 2022)
    [4] Kalika, M., Reix, R., Fallery, B., & Rowe, F. « Systèmes d'Information et Management des Organisations », 6ème édition, Vuibert, 2011, pp.1. ISBN 2711743810
    [5] B. Froman, « Le système documentaire dans une démarche de management », 1er décembre 2001. [En ligne]. Disponible sur : https://bivi.afnor.org/notice-details/le-systeme-documentaire-dans-une-demarche-de-management/1294370 (Consulté le 20 mai 2022)
    [6] « Notre Histoire - Mauna Kea Technologies », Mauna Kea Technologies. [En ligne]. Disponible sur : https://www.maunakeatech.com/fr/a-propos/17-notre-histoire (consulté le 30 avril 2022).
    [7] « Mauna Kea Technologies publie ses résultats annuels 2021 », Mauna Kea Technologies, 21 avril 2022. [En ligne]. Disponible sur : https://www.maunakeatech.com/fr/actualites/227-mauna-kea-technologies-publie-ses-resultats-annuels-2021-et-annonce-son-chiffre-d-affaires-du-1er-trimestre-2022 (consulté le 18 mai 2022)
    [8] « Système Cellvizio », Mauna Kea Technologies. [En ligne]. Disponible sur : https://www.maunakeatech.com/fr/physicians/11-systeme-cellvizio (consulté le 5 juillet 2022)
    [9] « Définition : Système », Larousse. [En ligne]. Disponible sur : https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/système/76262#159194 (consulté le 21 août 2022)

    Annexe

    Annexe 1 : Modélisation du cycle de Validation d'un Système Informatisé (source : Nalys)
    searchhomearrow-circle-left