• IDS036 - La gestion des risques liés aux dispositifs médicaux chez les fabricants selon la norme ISO 14971 : 2019

    Avertissement

    Les projets ou stages publiés auxquels vous accédez sont des rapports d'étudiants et doivent être pris comme tels. Il peuvent donc comporter des imperfections ou des imprécisions que tout lecteur doit admettre et donc supporter. Il ont été réalisés pendant les périodes de formation et constituent avant-tout des travaux de compilation bibliographique, d'initiation et d'analyse sur des thématiques associées aux concepts, méthodes, outils et expériences sur les démarches qualité dans les organisations ou sur les technologies en santé.

    Si, malgré nos précautions, vous avez des raisons de contester ce droit de diffusion libre, , nous nous efforcerons d'y apporter une réponse rapide. L'objectif de la présentation des travaux sur le web est de permettre l'accès à l'information et d'augmenter ainsi la qualité des échanges professionnels.

    Nous ne faisons aucun usage commercial des travaux de projet ou de stage publiés, par conséquent les citations des informations et l'emploi des outils mis à disposition sont totalement libres. Dans ce cas, nous vous demandons de respecter les règles d'éthique en citant explicitement et complètement vos sources bibliographiques.

    Bonne lecture...

    Auteurs

    Contacts

    Citation

    A rap­pe­ler pour tout usage : R. CHENG, F. GANDAR, L. ZAGHDOUDI, « La ges­tion des risques liés aux disp­po­si­tifs médi­caux chez les fabri­cants selon la norme ISO 14971 : 2019 », Uni­ver­si­té de Tech­no­lo­gie de Com­piègne (France), Mas­ter Ingé­nie­rie de la San­té, Par­cours Tech­no­lo­gies Bio­mé­di­cales et Ter­ri­toires de San­té (TBTS) et Dis­po­si­tifs Médi­caux et Affaires Régle­men­taires (DMAR), Mémoire de pro­jet, jan­vier 2020, https://travaux.master.utc.fr/formations-master/ingenierie-de-la-sante/ids036 ; https://doi.org/10.34746/4eaz-7f06

    Article publié

    Suite à ces tra­vaux, un article a été publié : ID interne : 2021_02_idsap

    Résumé

    La ges­tion des risques chez les fabri­cants de dis­po­si­tifs médi­caux de la Com­mu­nau­té Eco­no­mique Euro­péenne peut s’appuyer sur la norme har­mo­ni­sée ISO : 14971 dont la der­nière ver­sion a été publiée en décembre 2019.

    Les contraintes de délai vis-à-vis de l’application obli­ga­toire en mai 2020 du nou­veau règle­ment euro­péen 2017/745 por­tant sur les dis­po­si­tifs médi­caux néces­site pour les fabri­cants de faire évo­luer leurs sys­tèmes de mana­ge­ment des risques pour main­te­nir leur confor­mi­té aux exi­gences essen­tielles, et in fine leur accès au mar­ché unique.

    Le manque d’outils et méthodes gra­tuites adap­tées spé­ci­fi­que­ment à la ges­tion des risques chez les fabri­cants de dis­po­si­tifs médi­caux ne leur per­met pas d’analyser rapi­de­ment et faci­le­ment leur niveau de confor­mi­té à ces nou­velles exigences.

    Une aide opé­ra­tion­nelle com­po­sée de trois outils com­plé­men­taires a été réa­li­sée dans le but de four­nir un accom­pa­gne­ment aux fabri­cants dans cette tran­si­tion de cadre régle­men­taire. Simple d’utilisation, au for­mat faci­le­ment dif­fu­sable, elle se des­tine à per­mettre un sui­vi durable et per­son­na­li­sable du sys­tème de mana­ge­ment des risques lié aux dis­po­si­tifs médicaux.

    Elle per­met une meilleure iden­ti­fi­ca­tion des chan­ge­ments appor­tées aux exi­gences essen­tielles, une com­pré­hen­sion appro­fon­die de la struc­ture de la norme et des élé­ments de preuve docu­men­taire asso­ciés, ain­si que la réa­li­sa­tion d’un diag­nos­tic dans le but de don­ner un aper­çu du niveau de confor­mi­té de la ges­tion des risques chez le fabri­cant et d’en iden­ti­fier les axes d’améliorations.

    Gra­tuite et dis­po­nible sur inter­net, elle est adap­tée à tout type de fabri­cant de dis­po­si­tifs médi­caux, et requiert seule­ment pour son fonc­tion­ne­ment les logi­ciels issus du pack Micro­soft Office®.

    Abstract

    To com­ply with Euro­pean regu­la­tions concer­ning risk mana­ge­ment, medi­cal devices manu­fac­tu­rers may use the stan­dard ISO 14971, which was last publi­shed in Decem­ber 2019.

    As the new Regu­la­tion (EU) 2017/745 is set to be put in effect in May 2020, those com­pa­nies need to adapt their mana­ge­ment sys­tems in order to main­tain com­pliance with inter­nal mar­ket policies.

    The lack of free methods or tools spe­ci­fi­cal­ly desi­gned for medi­cal devices risk mana­ge­ment don’t allow manu­fac­tu­rers to qui­ck­ly and easi­ly diag­nose their confor­mi­ty levels to those regulations.

    A tool­box has been crea­ted in order to give a hand com­pa­nies throu­ghout this regu­la­to­ry tran­si­tion. It is made of three dif­ferent files that are easy to share or use, and is desi­gned to help them build, improve, and fol­low their own cus­tom risk mana­ge­ment system.

    It allows a bet­ter iden­ti­fi­ca­tion to changes brought by the regu­la­to­ry tran­si­tion, an impro­ved unders­tan­ding of the stan­dard struc­ture and its docu­men­ta­ry requi­re­ments. The tool­box also fur­nishes a diag­nos­tic tool to assess the manufacturer’s risk mana­ge­ment sys­tem confor­mi­ty, in order to point out impro­ve­ment axis.

    Online and free, it is made for eve­ry medi­cal device manu­fac­tu­rer, regard­less of its size. To run those tools on a com­pu­ter it is only requi­red to have the Micro­soft Office™ pack installed.

    Téléchargements

    IDS036 - Mémoire
    IDS036 - Poster
    IDS036 - Livret de comparaison
    IDS036 - Car­to­gra­phie d'aide à la compréhension
    IDS036 - Outil d'autodiagnostic

    Mémoire complet :

    La gestion des risques lié aux dispositifs médicaux chez les fabricants selon la norme ISO 14971 : 2019

    Remerciements

    Nous sou­hai­te­rions remer­cier en tout pre­mier lieur nos sui­veurs, G. Farges et PM. Felan, pour nous avoir accom­pa­gnés tout au long de ce pro­jet et nous avoir per­mis, par leurs conseils et recom­man­da­tions, de sur­mon­ter ses difficultés.

    Nous vou­lons éga­le­ment remer­cier Mme König, pour son écoute, son expé­rience et son savoir dont elle a sur nous faire profiter.

    Enfin, nous aime­rions remer­cier l’ensemble de l’équipe péda­go­gique du Mas­ter Ingé­nie­rie de la San­té qui nous per­mis de réa­li­ser ce pro­jet au sein de l’Université de Tech­no­lo­gie de Compiègne.

    Introduction

    La ges­tion des risques est effec­tuée tout au long du cycle de vie du dis­po­si­tif médi­cal. Elle com­prend l’analyse, l’évaluation, le contrôle et la maî­trise des risques, qui se défi­nissent par la conju­gai­son de l’occurrence et de la gra­vi­té d’un dommage.

    Chez les fabri­cants c’est un pro­ces­sus répon­dant à des exi­gences régle­men­taires essen­tielles de per­for­mance et de sécu­ri­té dont la confor­mi­té est véri­fiée en vue de l’obtention du mar­quage CE, et donc de l’accès au mar­ché euro­péen du dis­po­si­tif médical.

    L’ISO 14971, « Appli­ca­tion de la ges­tion des risques aux fabri­cants de dis­po­si­tifs médi­caux » est le réfé­ren­tiel uti­li­sé par les orga­nismes noti­fiés pour l’évaluation de la confor­mi­té du pro­duit : c’est une norme har­mo­ni­sée, créée par l’Organisme Inter­na­tio­nal de Stan­dar­di­sa­tion (ISO) sous le man­dat du Par­le­ment Européen.

    L’évolution de la régle­men­ta­tion des dis­po­si­tifs médi­caux en Union Euro­péenne, avec l’arrivée des règle­ments 2017/745 et 2017/746, a néces­si­té une révi­sion sys­té­ma­tique des normes har­mo­ni­sées associées.

    La norme ISO 14971 : 2019 a été publiée le 10 décembre 2019 mais n’est pas encore réémise par l’Agence Fran­çaise de Nor­ma­li­sa­tion en langue française. 

    Pour les fabri­cants, l’enjeu de cette adap­ta­tion aux exi­gences réside dans un pos­sible refus d’un renou­vel­le­ment du mar­quage CE de leur produit.

    La ques­tion étant : Com­ment aider les fabri­cants de dis­po­si­tifs médi­caux à ajus­ter leur plan de ges­tion des risques en répon­dant aux exi­gences de la norme ISO 14971 : 2019 ?

    Il s’agira ici, de détailler une aide opé­ra­tion­nelle aux fabri­cants, des­ti­née à leur faci­li­ter la com­pré­hen­sion de cette évo­lu­tion nor­ma­tive, ain­si que l’adaptation aisée et rapide de leur pro­ces­sus de ges­tion des risques à cette tran­si­tion réglementaire.

    Cette aide comprend :

    • Un livret de com­pa­rai­son NF EN ISO 14971 : 2013 / ISO 14971 : 2019
    • Une car­to­gra­phie du pro­jet de norme, détaillant les exi­gences et docu­ments associés
    • Un outil d’autodiagnostic, qui per­met au fabri­cant de s’évaluer sur sa confor­mi­té, et d’en tirer des axes prio­ri­taires d’améliorations ain­si que des actions à entreprendre.

    I. La gestion des risques des dispositifs médicaux

    A. Le secteur du dispositif médical en chiffres

    a. Une marché croissant et nnovant

    Le sec­teur des dis­po­si­tifs médi­caux en France repré­sente 85 000 per­sonnes. La dyna­mique du sec­teur montre une évo­lu­tion des effec­tifs de 1,5 % et 3 % en moyenne par an depuis 2013 [1].

    D’après le Syn­di­cat Natio­nal de l’Industrie des Tech­no­lo­gies Médi­cales (SNITEM), il existe plus de 1300 entre­prises en France dont 92% de TPE/PME. Le chiffre d’affaires des entre­prises bio­mé­di­cales sur le mar­ché est de 28 mil­liards d’euros [1].

    La répar­ti­tion géo­gra­phique des entre­prises de dis­po­si­tifs médi­caux est assez inégale en France (pré­sen­té en Figure 1). 

    Figure 1 - Répar­ti­tion géo­gra­phique des entre­prises de dis­po­si­tifs médi­caux - source : SNITEM 2017 [1]

    Les entre­prises actives en recherche et déve­lop­pe­ment (R&D) sont supé­rieures à 50%. Le nombre de bre­vets par an en Europe est de 12 000 soit un bre­vet toutes les 50 minutes [1]. L’ensemble des entre­prises fran­çaises et euro­péennes des dis­po­si­tifs médi­caux conçoivent et com­mer­cia­lisent des équi­pe­ments ayant l’obligation de pos­sé­der le mar­quage CE. 

    Alors que le sec­teur déploie de lourds capi­taux pour ses acti­vi­tés de recherche et de déve­lop­pe­ment, il doit éga­le­ment sur­veiller les pro­duits et les risques inhé­rents à ceux-ci au vu des enjeux patients et uti­li­sa­teurs : c’est pour­quoi la maté­rio­vi­gi­lance a pour objec­tif d’éviter que ne se repro­duisent des inci­dents et risques graves (article L.512-2).

    b. Des scandales médiatisés

    Au cours de l’année 2016, ce sont 15 961 effets indé­si­rables de DM et DMDIV qui ont été décla­rés en maté­rio­vi­gi­lance auprès de l'Agence natio­nale de sécu­ri­té du médi­ca­ment et des pro­duits de san­té (ANSM) [2]. Ces signa­le­ments d’incidents liés à l’utilisation des dis­po­si­tifs médi­caux après leur mise sur le mar­ché témoignent de la vigi­lance des ins­ti­tu­tions publiques vis-à-vis de l’enjeu de san­té publique. En effet, le dys­fonc­tion­ne­ment d’un appa­reil lors d’une opé­ra­tion ou d’un soin met­trait en dan­ger la sécu­ri­té du patient. 

    Jeu­di 4 avril 2019, l’ANSM a annon­cé, l’interdiction des implants mam­maires macro-tex­tu­rés en sili­cone et des implants en poly­uré­thane parce que ces implants peuvent poser l’augmentation signi­fi­ca­tive des cas de Lym­phome Ana­pla­sique à Grandes Cel­lules (LAGC) depuis 2011. Ceci quatre mois après la publi­ca­tion de l'enquête « Implant files » [3].

    Ce n’est pas le seul scan­dale que « Implant files » relève. Publiée en novembre 2018, l’enquête, qui est réa­li­sée par 59 médias de 36 pays relève de nom­breux scan­dales des dis­po­si­tifs médi­caux. Elle a sou­li­gné que la France manque de contrôle sur des implants médi­caux, ce qui entraîne de plus en plus d'accidents médi­caux. En France, selon les chiffres de l’ANSM, qui tient un réper­toire des signa­le­ments de maté­rio­vi­gi­lance, le nombre d'incidents liés à ces implants aurait dou­blé en dix ans, avec plus de 18 000 cas en 2017 et envi­ron 158 000 inci­dents en dix ans, selon « le Monde » [4].

    S’il est néces­saire pour le par­le­men­taire de créer des textes des­ti­nés à pro­té­ger le citoyen, il convient éga­le­ment de les faire évo­luer de pair avec les inno­va­tions tech­niques qui trans­forment peu à peu l’état de l’art et le cadre même des pro­duits : ce fai­sant, les normes asso­ciées à la régle­men­ta­tion doivent alors être mises à niveau. C’est le cas pour l’ISO 14971 : “Appli­ca­tion de la ges­tion des risques aux dis­po­si­tif médicaux”.

    B. Le context de la norme ISO 14971

    Une norme est un ensemble de règles tech­niques et cri­tères qui défi­nissent un type d’objet, un pro­duit ou un pro­cé­dé : ces règles évo­luent natu­rel­le­ment avec les évo­lu­tions tech­no­lo­giques ou orga­ni­sa­tion­nelles. Si la NF EN 1441 : 1998, pre­mière norme rela­tive aux risques liés aux dis­po­si­tifs médi­caux, ne por­tait que sur l’analyse des risques en don­nant un stan­dard de pro­cé­dure, aujourd’hui sa des­cen­dante har­mo­ni­sée englobe l’ensemble de la ges­tion des risques tout au long du cycle de vie du dis­po­si­tif médi­cal [5].

    a. Les nouveaux règlements 2017/745 et 2017/746

    L’entrée en vigueur prin­temps 2020 des règle­ments euro­péens 2017/745 [6] et 2017/746 [6] rela­tifs aux dis­po­si­tifs médi­caux (DM) et aux dis­po­si­tifs médi­caux de diag­nos­tic in vitro (DMDIV), rem­pla­çants des direc­tives 93/42/CEE [7] et 90/385/CEE [9, p. 385], apporte des modi­fi­ca­tions aux règles de clas­se­ment des dis­po­si­tifs médi­caux, revoit et uni­for­mise les moda­li­tés d’évaluation par les orga­nismes noti­fiés, et impose donc aux fabri­cants de revoir l’ensemble de leurs pro­duits vis-à-vis des exi­gences essen­tielles applicables.

    Si le mar­quage CE peut encore être valable un cer­tain temps, le ren­for­ce­ment de la régle­men­ta­tion ne garan­tit pas aux construc­teurs qu’ils puissent le renou­ve­ler faci­le­ment, la situa­tion régle­men­taire de leurs dis­po­si­tifs pou­vant avoir évo­luée : ils doivent alors certes revoir l’ensemble de la docu­men­ta­tion tech­nique, mais éga­le­ment leurs sys­tèmes de ges­tion de la qua­li­té et des risques.

    Au 28 jan­vier 2020, les orga­nismes noti­fiés pour le règle­ment 2017/745 sont seule­ment neuf contre près de trente pour l’ancienne direc­tive 93/42/CEE [5] . Cet écart s’explique parce que même ces orga­nismes mettent un cer­tain temps à obte­nir les auto­ri­sa­tions et accré­di­ta­tions néces­saires, mais éga­le­ment par le fait que cer­tains d’entre eux ont décro­ché car ils ne peuvent gérer la hausse d’activité que ce pas­sage d’un texte à l’autre requiert.

    Actuel­le­ment, dans cette période de tran­si­tion entre ces deux régle­men­ta­tions dans une course effré­née au mar­quage CE, alors que les rares orga­nismes déjà noti­fiés croulent sous les demandes des fabri­cants, qui ont pour cer­tains beau­coup de modi­fi­ca­tions à appor­ter pour espé­rer obte­nir ce gage de qua­li­té et fia­bi­li­té qui leur per­met de vendre le pro­duit mar­qué sur le mar­ché euro­péen [11].

    b. Les normes harmonisé et la norme ISO 13485

    Si la com­mis­sion euro­péenne oblige par la régle­men­ta­tion le fabri­cant à satis­faire des exi­gences essen­tielles pour obte­nir le mar­quage CE par un orga­nisme noti­fié, elle peut man­da­ter des orga­nismes de nor­ma­li­sa­tion - l’ISO et le CEI selon le domaine d’expertise tech­nique - pour éta­blir des normes har­mo­ni­sées. Le res­pect de ces textes réfé­ren­tiels par le construc­teur confère une pré­somp­tion de confor­mi­té aux exi­gences essen­tielles européennes.

    Pour les dis­po­si­tifs médi­caux, la norme har­mo­ni­sée “cen­trale” est l’ISO 13485, qui est rela­tive au sys­tème de mana­ge­ment de la qua­li­té mis en place chez le fabri­cant [12]. C’est l’ISO 13485 qui est audi­tée dans le cadre de l’évaluation sys­tème deman­dée pour l’obtention du mar­quage CE. Elle est donc natu­rel­le­ment sujette à de nom­breuses cer­ti­fi­ca­tions chez les construc­teurs de dis­po­si­tifs médi­caux pour mon­trer patte blanche à l’auditeur [13].

    Le res­pect de l’ISO 13485 appelle celui de l’ISO 14971 ; en effet, elle incite le fabri­cant à se réfé­rer à la norme 14971 en ce qui concerne la ges­tion des risques. Le maillage entre ces deux normes explique un faible de taux de cer­ti­fi­ca­tion concer­nant l’ISO 14971, la cer­ti­fi­ca­tion ISO 13485 l’englobant.

    c. La norme 14971

    La norme ISO 14971 concerne “l’application de la ges­tion des risques aux dis­po­si­tifs médi­caux”, et s’adresse aux fabri­cants comme aux autres acteurs de cette indus­trie. Son champ d’application s’étends sur l’ensemble du cycle de vie du dis­po­si­tif médi­cal, de la concep­tion (ou l’étude des dan­gers et risques asso­ciés doit dès lors être prise en compte) à la post-com­mer­cia­li­sa­tion (ou le fabri­cant suit la maté­rio­vi­gi­lance rela­tive à son pro­duit ain­si que les évé­ne­ments indé­si­rables liés) jusqu’à la réforme du dis­po­si­tif médical[14, p. 14971].

    La norme ISO 14971 : 2019 apporte des chan­ge­ments à la der­nière ver­sion en date de 2013 ; elle s’appuie sur les chan­ge­ments régle­men­taires entre les anciennes direc­tives et les nou­veaux règle­ments, dans la suite de la NF EN ISO 13485 : 2016, et se des­tine donc à être un outil de tran­si­tion pour les fabri­cants lorsqu’elle sera fina­li­sée [15].

    La date de paru­tion de la norme ISO 14971 est le 10 décembre 2019.

    II. Etat de l’art de la gestion des risques chez les fabricants de dispositifs médicaux 

    A. Réalisation d'un sondage à l'attente des fabricants

    Afin d’évaluer l’existant et de pro­po­ser des solu­tions opé­ra­tion­nelles, un ques­tion­naire Google Form™ a été sou­mis à 496 fabri­cants par mail et par­ta­gé sur le réseau pro­fes­sion­nel LinkedIn™.

    a. Présentation de sondage

    Ce ques­tion­naire sur la “ges­tion des risques des dis­po­si­tifs médi­caux” est com­po­sé de plu­sieurs parties :

    La pre­mière par­tie est une pré­sen­ta­tion de l’objectif pré­sen­té en Figure 2. ci-dessous : 

    Figure 2 - Page d'accueil du ques­tion­naire - Source : auteurs

    Ensuite, en sec­tion 2, le Pro­fil du fabri­cant y est ren­sei­gné en s’intéressant au type d’entreprise (mul­ti­na­tio­nale, ETI, PME, TPE, start-up), si elle exporte au sein ou dehors de l’UE, sa caté­go­rie de pro­duits fabri­qués (DM/DMIA/DMDIV ou autre), sa classe de risque du ou des pro­duits (I, Is, Im, Ir, IIa, IIb, III) et enfin si elle dis­pose des fonc­tions d’Affaires Régle­men­taires, de res­pon­sable Qua­li­té, de res­pon­sable Risque en interne ou externalisé. 

    Une fois infor­mé sur le pro­fil du fabri­cant, la sec­tion 3 s’intéresse à la Connais­sance de la norme avec une échelle de degré de 0 à 5. Un 0 signi­fie­rait une non-connais­sance de la norme, à l’inverse, un 5 repré­sen­te­rait une per­sonne experte. Le fabri­cant est ques­tion­né sur l’intérêt par une for­ma­tion ISO 14971, son exploi­ta­tion au sein de son entre­prise ou de ses sous-trai­tants, sa cer­ti­fi­ca­tion ISO 14971, et la connais­sance et l’usage de l’outil de diag­nos­tic ver­sion 2013 pré­sen­té dans la par­tie II.3.

    Et enfin une der­nière par­tie per­son­na­li­sée sur l’Exploitation de la norme et de l’outil de diag­nos­tic ver­sion 2013, le fabri­cant informe des types d’outils, méthodes ou approches uti­li­sés en ges­tion des risques mais aus­si en ana­lyse des risques ain­si que d’autres ques­tions plus tech­niques sur l’usage d’Excel ou encore la durée idéale pour effec­tuer un diag­nos­tic avec l’outil.

    b. Résultat du sondage

    A l’issue de ce son­dage, le taux de réponses est de 6,5% en une semaine. La grande majo­ri­té des entre­prises étaient des PME, TPE et start-ups, ce qui est repré­sen­ta­tif du sec­teur de l’industrie bio­mé­di­cale (Figure 3). 

    Figure 3 - Résul­tats du son­dage - sec­tion pro­fil des fabri­cants - type d'entreprise - Source : Auteurs

    82,1% de ces fabri­cants exportent au sein de l’UE et 60,2% de ces mêmes entre­prises exportent en dehors de l’entreprise. Cet écart au niveau de l’exportation des DM au sein de l’UE, qui devrait être de 100%, dû au fait que nos entre­prises soient Euro­péennes, pour­rait s’expliquer par le fait que cer­taines start-ups ne dis­posent pas du mar­quage CE ou bien qu’elle n’exporte par leur pro­duit au sein de l’UE puisqu’elles les com­mer­cia­lisent uni­que­ment en France.

    Des infor­ma­tions com­plé­men­taires sur le pro­fil des fabri­cants sont ren­sei­gnés en Annexe I.

    Sur 31 réponses, 77,5% de fabri­cants connaisse la norme dont 6,5% se consi­dé­rant comme expert. De même, cette norme est très exploi­tée (Figure 4) mais peu d’entreprises sont cer­ti­fiées ISO 14 971 (Figure 5). Ceci est dû au chai­nage de cette norme à la norme ISO 13485 qui est la norme har­mo­ni­sée la plus uti­li­sée. Cela s’explique par le fait que l’évaluation de confor­mi­té du sys­tème de mana­ge­ment de la qua­li­té pour obte­nir le mar­quage CE se fait sur le réfé­ren­tiel ISO 13485 et non ISO 14971. Les fabri­cants ont plus d’intérêt à se faire cer­ti­fié leur sys­tème de mana­ge­ment de la qua­li­té par la norme ISO 13485 qui vaut éga­le­ment pré­somp­tion de confor­mi­té. Ce faible taux de cer­ti­fi­ca­tion peut favo­ri­ser l’usage d’un outil d’autodiagnostic et d’une auto-cer­ti­fi­ca­tion ISO 17050.

    Figure 4 - Résul­tats du son­dage - Exploi­ta­tion de la norme par l'entreprise et/ou leur sous-trai­tant - Source : Auteurs
    Figure 5 - Résul­tats du son­dage - Cer­ti­fi­ca­tion de l'entreprise par la norme ISO 14971 - Source : Auteurs

    Ce son­dage a per­mis aus­si per­mis de lis­ter les prin­ci­paux types d’outils, méthodes ou approches uti­li­sés pour la ges­tion des risques des dis­po­si­tifs médi­caux asso­ciée aux pro­ces­sus de l’entreprise : des outils Excel, la norme 14971, la norme ISO 13485, le guide du SNITEM, des outils propres à l’entreprise, la méthode Ana­lyses des Modes de Défaillances de leurs Effets et leur Cri­ti­ci­té, l’ERM by Knowllence.

    Les types d’outils, méthodes ou approches uti­li­sés pour la ges­tion et l’analyse des risques spé­ci­fiques aux dis­po­si­tifs médi­caux sont déve­lop­pés en Annexe IV. 

    L’usage d’Excel est adap­té au contexte pro­fes­sion­nel du fabri­cant (Annexe V) avec une durée idéale d’utilisation mini­male de 10 minutes. L’outil pro­po­sé en for­mat Excel est donc adap­té au public cible.

    B. Les solutions techniques existants

    a. Analyse des Modes de Défaillances, de leurs Effets et de leur Criticité (AMDEC)

    Un cin­quième des per­sonnes ayant répon­du à ce son­dage uti­lise l’AMDEC pour réa­li­ser une ana­lyse des risques dans leur gess­tion des risques. C’est l’Analyse des Modes de Défaillance, de leurs Effets et de leur Criticité.

    C’est une méthode qui per­met aux concep­teurs de pré­voir les défaillances poten­tielles et de pré­ve­nir leurs inci­dences en fabrication. 

    Uti­li­sée à l’origine dans l’industrie aéro­nau­tique (NASA) puis géné­ra­li­sée à d’autres domaines, elle iden­ti­fie la manière dont un pro­duit ou un pro­cess peuvent défaillir et per­met de prendre les dis­po­si­tions pour pré­ve­nir les risques. Elle per­met donc de recher­cher des solutions.

    Cette méthode a pour objec­tif de trou­ver des “remèdes” aux défaillances en pro­cé­dant selon deux modes com­plé­men­taires, par com­po­sant ou bien par fonction.

    b. Le guide « Gestion des risques des dispositifs médicaux » version 2016 du SNITEM

    Ce guide a été éla­bo­ré par le Centre Tech­nique des Indus­tries Méca­niques (CETIM) à l’initiative du Syn­di­cat Natio­nal de l’Industrie des Tech­no­lo­gies Médi­cales (SNITEM) en 2014 puis a été revu en 2016 [16].

    La par­ti­cu­la­ri­té de ce guide est qu’il est bilingue (français/anglais) et qu’il prend en compte les risques logi­ciels liés à l’utilisation des dis­po­si­tifs médicaux.

    Etant don­né que tout dis­po­si­tif médi­cal mis sur le mar­ché euro­péen doit répondre à des exi­gences essen­tielles de sécu­ri­té et de per­for­mance pres­crites par les anciennes direc­tives euro­péennes et trans­crites en droit fran­çais dans le Code de la San­té Publique. Ce guide visait à aider les fabri­cants en leur four­nis­sant une aide opé­ra­tion­nelle de réfé­rence pour la réa­li­sa­tion de leurs ana­lyses de risques et pour la mise en œuvre de leur démarche de ges­tion des risques, basé sur les normes ISO 14971 : 2013 et NF EN 62304 (pour les risques logiciels).

    Elle pro­pose un pro­ces­sus se dérou­lant en six phases clés, des outils et des exemples de leur appli­ca­tion. Elle délivre éga­le­ment des infor­ma­tions sur la norme EN 62304 dans le pro­ces­sus de ges­tion des risques de l’ISO 14971, avec des exemples concrets [16].

    c. Logiciel de gestion du risque : ERM by Knowllence (Enterprise Risk Management)

    Ce logi­ciel de ges­tion du risque “Medi­cal Device Suite” pro­po­sé par Knowl­lence est dis­po­nible sur abon­ne­ment et pro­pose un module logi­ciel dédié à l'analyse des risques au regard de la norme ISO 14971 : Dis­po­si­tifs médi­caux — Appli­ca­tion de la ges­tion des risques aux dis­po­si­tifs médicaux.

    A l’issu de l’utilisation de ce logi­ciel, un dos­sier com­plet de vali­da­tion est éla­bo­ré et est four­ni à chaque sor­tie pour le module RM 14971 [17].

    d. Autres outils utilisés

    D’autres outils propres à chaque pro­fes­sion­nel peuvent être uti­li­sés pour la ges­tion ou l’analyse des risques. Comme exemple, des outils déve­lop­pés ont été déve­lop­pés sur Excel ou encore des réunions d’équipe sont organisées.

    Il y a également : 

    • Ana­lyse Pré­li­mi­naire des Risques (APR)
    • Ana­lyse par Arbre de Pannes (AAP)
    • Ana­lyse des modes de défaillances et de leurs effets (AMDE)
    • Étude des phé­no­mènes dan­ge­reux et de fai­sa­bi­li­té (HAZOP en anglais)
    • Ana­lyse des risques et des points cri­tiques pour leur maî­trise (ARMPC) 

    Dans le cadre de tra­vaux de mas­ter Ingé­nie­rie de la San­té à l’UTC, une grille d'autodiagnostic a éga­le­ment été mise en place par des étu­diants en 2018 [18].

    C. L’outil d’autodiagnostic pour la NF EN ISO 14971 : 2013

    Cet outil d’autodiagnostic de la norme NF EN ISO 14971 : 2013, réa­li­sé en 2018 par Elem AYNE, Valé­rian BAYEUX et Dylan WANNEPAIN [18], [19], se des­tine à l’attention des fabri­cants de dis­po­si­tifs médi­caux qui sou­haitent éva­luer leur confor­mi­té. Ayant pour objec­tif de les aider à amé­lio­rer leur plan de ges­tion des risques dans l’optique de garan­tir l’obtention du mar­quage CE pour leurs pro­duits, l’outil risque de deve­nir désuète du fait de l’évolution de la norme en une nou­velle version. 

    Sous un for­mat de clas­seur Micro­soft™ Excel™, il s’articule autour de 6 feuilles comprenant :

    • Un mode d’emploi, qui expli­cite la démarche ain­si que l’utilisation de l’outil ;
    • Une éva­lua­tion, où l’utilisateur auto­diag­nos­tique la confor­mi­té de son orga­nisme vis-à-vis des exi­gences essen­tielles rela­tives à la ges­tion des risques en 72 cri­tères à infirmer/confirmer ;
    • Des résul­tats glo­baux, qui per­mettent une visua­li­sa­tion glo­bale des résul­tats pour cha­cun des articles en un graphique ;
    • Des résul­tats par article, qui apportent des gra­phiques par article avec les résul­tats de cha­cun des cri­tères associés ;
    • Une mai­trise docu­men­taire, ren­dant compte de l’état de confor­mi­té du sys­tème docu­men­taire lié à la ges­tion des risques ;
    • Une auto décla­ra­tion selon l’ISO 17050 édi­table rapi­de­ment pour com­mu­ni­quer sur la confor­mi­té à la norme NF EN ISO 14971 : 2013 à la suite d’une évaluation.

    III. Proposition d’une aide opérationnelle sur la gestion des risques des dispositifs médicaux 

    A. Livret de comparaison des versions 2013 et 2019

    Afin de per­ce­voir les chan­ge­ments concrets du texte, il est néces­saire d’établir une com­pa­rai­son des deux ver­sions de norme visées : la NF EN NF ISO 14971 : 2013 ain­si que la ISO 14971 : 2019, afin de don­ner un aper­çu faci­le­ment consul­table à l’attention des acteurs concernés.

    Ce livret met en exergue les dif­fé­rences entre les deux ver­sions de normes par une police rouge de telle sorte qu’une entre­prise puisse connaître visua­li­ser rapi­de­ment les points clefs de cette évolution 

    Ce docu­ment s’adresse aux professionnels/fabricants sou­hai­tant mettre à jour leur ges­tion des risques au sein de leur éta­blis­se­ment. Cette com­pa­rai­son leur faci­li­te­rait la com­pré­hen­sion du pas­sage de l'ancienne norme EN NF ISO 14971 : 2013 à la nou­velle ver­sion norme ISO 14971 : 2019.

    Pour une meilleure com­pré­hen­sion de l’articulation et de la struc­ture de la ver­sion 2019 de la norme, une car­to­gra­phie inter­ac­tive a été réalisée.

    B. Cartographie interactive de la norme ISO 14971 : 2019

    Cet outil se des­tine à faci­li­ter la com­pré­hen­sion de la norme, par la navi­ga­tion de l’utilisateur à tra­vers ses articles et exigences. 

    Le réper­to­riage des dif­fé­rentes exi­gences de la norme ISO 14971 : 2019 s’effectue par la réa­li­sa­tion d’une Ana­lyse Nor­ma­tive Opé­ra­tion­nelle (ANO) du texte, qui ont ensuite été implé­men­tées dans cette cartographie.

    Le logi­ciel iDraw™ a été uti­li­sé pour la réa­li­ser de manière gra­phique. Les images obte­nues ont alors été insé­rées dans un dia­po­ra­ma, dans lequel ont été défi­nis des liens hyper­textes. Expor­tée sous for­mat PDF™, elle est com­pa­tible avec de nom­breux médias, légère, et simple d’utilisation.

    L’arborescence de la car­to­gra­phie s’articule en 3 niveaux :

    1. Le pre­mier niveau per­met de voir une vue glo­bale et détaillée de la norme ;
    2. Le second per­met de voir les sous-articles dans chaque article, si celui-ci en contient ;
    3. La der­nière par­tie per­met de voir les cri­tères asso­ciés à chaque sous-article.

    Com­ment uti­li­ser la cartographie ?

    Pour navi­guer au sein de la car­to­gra­phie, il suf­fit de cli­quer sur les zones d’intérêts spé­ci­fiées. La norme se divise en 7 articles prin­ci­paux (de l’article 4 à l’article 10). Une vue glo­bale intro­duit l’utilisateur dans la car­to­gra­phie (Voir Figure 6).

    Figure 6 - Car­to­gra­phie - Vue glo­bale de la norme - Source : Auteurs

    Pour navi­guer par­mi les articles, il suf­fit de cli­quer sur l'un des articles pour obte­nir plus d'informations. Les sous-articles sont ensuite dérou­lés (Voir Figure 7).

    Figure 7 - Car­to­gra­phie - Exemple d'un article de la norme détaillé - Source : Auteurs

    En cli­quant ensuite sur un sous-article, les cri­tères sim­pli­fiés asso­ciés sont affi­chés (Voir Figure 8). Aus­si, les infor­ma­tions docu­men­tées asso­ciées aux exi­gences sont men­tion­nées par la pré­sence d’un enca­dré rouge accom­pa­gné d’un logo.

    Figure 8 - Car­to­gra­phie - Exemple d'un article de la norme détaillé - Source : Auteurs

    La der­nière page de la car­to­gra­phie liste l'ensemble de ces infor­ma­tions docu­men­tées, des­ti­nées à appor­ter une preuve de la confor­mi­té de l’organisme aux exi­gences régle­men­taires (voir Figure 9) : 

    Figure 9 - Car­to­gra­phie - Liste des infor­ma­tions docu­men­tées - Source : Auteurs

    C. Outil d’autodiagnostic ISO 14971 : 2019

    L’outil d’autodiagnostic est l’élément cen­tral qui va per­mettre au fabri­cant d’évaluer sa confor­mi­té à la norme ISO 14971 : 2019 et ain­si défi­nir les axes d’amélioration à prio­ri­ser. Repre­nant le for­mat Excel™ de l’outil de diag­nos­tic à la ver­sion NF EN ISO 14971 : 2013, ce clas­seur s’oriente avec les mêmes onglets pré­sen­tés en Figure 10 :

    • Un mode d’emploi, qui donne le mode de fonc­tion­ne­ment et de para­mé­trage de l’outil ;
    • Une éva­lua­tion, ou le fabri­cant éva­lue la confor­mi­té de son pro­ces­sus de ges­tion des risques vis-à-vis des nou­velles exi­gences essen­tielles sur 90 cri­tères à infirmer/confirmer ;
    • Des résul­tats glo­baux, qui donnent une vision gra­phique glo­bale de la situa­tion de confor­mi­té de l’organisme, et per­met d’en tirer des axes d’améliorations, dont le sui­vi et possible ;
    • Des résul­tats par article, qui donnent les résul­tats de cha­cun des cri­tères par article visé ;
    • Une mai­trise docu­men­taire, qui éva­lue la matu­ri­té du sys­tème docu­men­taire de l’organisme lié à la ges­tion des risques ;
    • Une page per­met­tant d’éditer une auto décla­ra­tion selon l’ISO 17050 afin de com­mu­ni­quer effi­ca­ce­ment sur son niveau de confor­mi­té à la norme ISO 14971 : 2019 à la suite d’une évaluation.
    Figure 10 - Onglets de l'outil d'autodiagnostic - Source : Auteurs

    Dans le mode d’emploi en Figure 11, les seules cases modi­fiables par l’utilisateur ont un fond blanc et une police bleu vif, stan­dard défi­ni dans l’objectif de cap­ter l’attention lors de l’usage.

    Les onglets com­portent des en-têtes per­met­tant de figer les méta­don­nées rela­tives à la pro­cé­dure d’évaluation : iden­ti­té de l’utilisateur, de l’organisme ain­si que la date.

    Il est pos­sible de per­son­na­li­ser les objec­tifs de taux de confor­mi­té dans l’onglet « Mode d’emploi » en fonc­tion de l’objectif de confor­mi­té visé.

    Figure 11 - Outil d'autodiagnostic - Onglet Mode d'emploi - Source : Auteurs

    La per­son­na­li­sa­tion des seuils de confor­mi­té peut contri­buer au déve­lop­pe­ment pro­gres­sif d’une culture qua­li­té par l’amélioration conti­nue des per­for­mances et des objec­tifs annuels de la struc­ture uti­li­sa­trice de l’outil. Les autres seuils se recal­culent afin de conser­ver une per­ti­nence dans le diagnostic.

    L’évaluation se déroule autour de 90 cri­tères, qui sont des trans­crip­tions des exi­gences essen­tielles for­mu­lées dans la norme. L’utilisation en syner­gie de la car­to­gra­phie et du livret de com­pa­rai­son des ver­sions avec l’outil per­mettent à l’utilisateur de mieux com­prendre le réfé­ren­tiel, son appli­ca­tion au sein de l’entreprise et de s’informer sur ses évo­lu­tions lors du diagnostic.

    L’évaluateur doit alors choi­sir entre les dif­fé­rents niveaux de véracité :

    • Vrai (le cri­tère est satisfait)
    • Plu­tôt Vrai (le cri­tère est satis­fait, mais des amé­lio­ra­tions sont possibles)
    • Plu­tôt Faux (le cri­tère n’est satis­fait que partiellement)
    • Faux (le cri­tère n’est pas satis­fait du tout)
    • Non-Appli­cable (non comp­ta­bi­li­sé mais à justifier)

    Un code cou­leur reprend les niveaux de véra­ci­té : vert fon­cé pour « Vrai », vert clair pour « Plu­tôt Vrai », il tend à expri­mer une non-confor­mi­té mineure lorsque le niveau de véra­ci­té est « Plu­tôt Faux » avec un for­ma­tage condi­tion­nel orange, et à aler­ter l’utilisateur pour une non-confor­mi­té majeure « Faux » avec une colo­ra­tion rouge.

    Les mots en rouge dans les cri­tères expriment un mode de preuve docu­men­taire atten­du et le signale donc à l’attention de l’évaluateur en res­sor­tant du texte brut.

    En Figure 12, le début de l’article 7 est pré­sen­té dans l’onglet évaluation. 

    Figure 12 - Outil d'autodiagnostic - Onglet Eva­lua­tion début de l'article 7 - Source : Auteurs

    Pour don­ner suite à l’évaluation, 2 onglets per­mettent d’obtenir une appré­cia­tion glo­bale et détaillée des résul­tats. Des gra­phiques per­mettent d’illustrer la confor­mi­té des dif­fé­rents cri­tères et de rendre l’information rapi­de­ment décryp­table par un lec­teur can­dide (Figure 13) ; il est pos­sible d’utiliser les feuilles pour défi­nir des plans d’actions par article en iden­ti­fiant des axes d’améliorations à par­tir des articles et cri­tères dont le niveau de véra­ci­té ne satis­fait pas aux objec­tifs de confor­mi­té de l’organisme à la norme 14971 : 2019.

    Figure 13 - Outil d'autodiagnostic - Onglet Résul­tats Glo­baux - article 7 - Source : Auteurs

    La feuille « Mai­trise docu­men­taire », en Figure 14 , s’attache à signa­ler à l’utilisateur quelles pièces docu­men­taires lui manquent afin de satis­faire aux exi­gences essen­tielles en éva­luant la véra­ci­té des cri­tères liés à ceux-ci ; il donne une repré­sen­ta­tion gra­phique du niveau de matu­ri­té des docu­ments visés. Il aide la struc­ture uti­li­sa­trice de l’outil à éva­luer la confor­mi­té de ses preuves docu­men­taires et a for­tio­ri à iden­ti­fier les axes d’amélioration. Les indi­ca­teurs sont cal­cu­lés par une moyenne en fonc­tion des niveaux de confor­mi­té des cri­tères dans les­quelles la preuve docu­men­taire exi­gée par la norme est liée à une pièce documentaire. 

    Figure 14 - Outil d'autodiagnostic - Onglet Maî­trise docu­men­taire Tableau de cor­res­pon­dances critères/documents - Source : Auteurs

    Enfin, le der­nier onglet « Décla­ra­tion ISO 17050 » consiste en une pré-édi­tion auto­ma­tique d’une auto-décla­ra­tion selon l’ISO 17050 que rem­plit l’utilisateur pour com­mu­ni­quer sur ses résul­tats et sa confor­mi­té aux exi­gences régle­men­taires appli­cables. Cette décla­ra­tion ne fait pas office de preuve de confor­mi­té, mais peut faire pré­somp­tion de confor­mi­té aux exi­gences régle­men­taires appli­cables si les résul­tats le permettent.

    Conclusion

    Les trois outils qui consti­tuent cette aide opé­ra­tion­nelle sont des­ti­nés à l’utilisation des fabri­cants afin de faci­li­ter leur tran­si­tion de la ver­sion 2013 de l’ISO 14971 à la ver­sion 2019 en accord avec la nou­velle régle­men­ta­tion euro­péenne rela­tives aux dis­po­si­tifs médicaux.

    Elle sou­haite appor­ter une solu­tion facile d’utilisation à cette démarche de trans­for­ma­tion, afin de réduire le risque pour le fabri­cant de faillir à la satis­fac­tion des exi­gences régle­men­taires sans la satis­fac­tion des­quelles il ne peut obte­nir le mar­quage CE, et donc vendre ses dis­po­si­tifs médi­caux sur le marché.

    A tra­vers ce Mémoire d’Intelligence Métho­do­lo­gique, il est pos­sible pour les fabri­cants de se fami­lia­ri­ser avec l’ensemble des exi­gences de la norme (car­to­gra­phie), d’en per­ce­voir les évo­lu­tions (livret de com­pa­rai­son) et d’en réa­li­ser l’évaluation point par point (outil de diagnostic).

    La réa­li­sa­tion d’un son­dage a per­mis d’identifier une popu­la­tion de pro­fes­sion­nels favo­rables au test de cet ensemble d’outils, et témoigne de l’intérêt por­té par les fabri­cants. Des amé­lio­ra­tions sup­plé­men­taires, en sus du por­tage à la ver­sion fran­çaise lors de sa publi­ca­tion par l’AFNOR, pour­ront donc être apportées.

    Références bibliographiques

    [1]            Syn­di­cat Natio­nal de l’Industrie des Tech­no­lo­gies Médi­cales, « SNITEM, “Le mar­ché fran­çais des dis­po­si­tifs médi­caux” », 2018. [En ligne]. Dis­po­nible sur : https://www.snitem.fr/.

    [2]            « Syn­thèse d’activité 2016 ». Edi­tion ANSM, www.ansm.sante.fr, 20-sept-2017.

    [3]            Eme­line Cazi et Sté­hane Horel, « Pro­thèses mam­maires : la France inter­dit cer­tains modèles liés à un can­cer », https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/04/03/protheses-mammaires-interdiction-historique-de-certains-modeles_5445336_3224.html, 03-avr-2019.

    [4]            Chloé Heckets­wei­ler et Sté­phane Horel, « « Implant Files » : un scan­dale sani­taire mon­dial sur les implants médi­caux », https://www.lemonde.fr/implant-files/article/2018/11/25/le-manque-de-controle-des-dispositifs-medicaux-met-en-peril-la-securite-de-millions-de-patients_5388424_5385406.html, 25-nov-2018.

    [5]            AFNOR, « Norme NF EN 1441 - Dis­po­si­tifs médi­caux - Ana­lyse des risques ». Afnor Edi­tions, www.afnor.org, avr-1998.

    [6]            « Règle­ment (UE) 2017/745 du Par­le­ment euro­péen et du Conseil du 5 avril 2017 rela­tif aux dis­po­si­tifs médi­caux, modi­fiant la direc­tive 2001/83/CE, le règle­ment (CE) n° 178/2002 et le règle­ment (CE) n° 1223/2009 et abro­geant les direc­tives du Conseil 90/385/CEE et 93/42/CEE (Texte pré­sen­tant de l’intérêt pour l’EEE. ) ». Ed. JO L 117, http://data.europa.eu/eli/reg/2017/745/oj, 05-mai-2017.

    [7]            « Règle­ment (UE) 2017/746 du Par­le­ment euro­péen et du Conseil du 5 avril 2017 rela­tif aux dis­po­si­tifs médi­caux de diag­nos­tic in vitro et abro­geant la direc­tive 98/79/CE et la déci­sion 2010/227/UE de la Com­mis­sion (Texte pré­sen­tant de l’intérêt pour l’EEE. ) ». Ed. JO L 117, http://data.europa.eu/eli/reg/2017/746/oj, 05-mai-2017.

    [8]            « Direc­tive 93/42/CEE du Conseil, du 14 juin 1993, rela­tive aux dis­po­si­tifs médi­caux ». Ed JO L 169, http://data.europa.eu/eli/dir/1993/42/oj, 12-juill-1993.

    [9]            « Direc­tive 90/385/CEE du Conseil, du 20 juin 1990, concer­nant le rap­pro­che­ment des légis­la­tions des États membres rela­tives aux dis­po­si­tifs médi­caux implan­tables actifs ». Ed. JO L 189, http://data.europa.eu/eli/dir/1990/385/oj, 20-juill-1990.

    [10]          « EUROPA - Euro­pean Com­mis­sion - Growth - Regu­la­to­ry poli­cy - NANDO ». [En ligne]. Dis­po­nible sur : https://ec.europa.eu/growth/tools-databases/nando/index.cfm?fuseaction=directive.notifiedbody&dir_id=34. [Consul­té le : 17-déc-2019].

    [11]          M. Durand et E. Seris, « Le mar­quage CE », IRBM, vol. 31, no 1, p. 30‑35, févr. 2010, doi : 10.1016/j.irbm.2009.11.005.

    [12]          « Norme NF EN ISO 13485- Dis­po­si­tifs médi­caux - Sys­tèmes de mana­ge­ment de la qua­li­té - Exi­gences à des fins régle­men­taires ». Edi­tions Afnor, Paris, www.afnor.org, avr-2016.

    [13]          G. Pro­mé, « Normes Har­mo­ni­sées rela­tives aux Dis­po­si­tifs Médi­caux », Qua­li­ti­so, 02-mai-2014. [En ligne]. Dis­po­nible sur : https://www.qualitiso.com/normes-harmonisees-dispositifs-medicaux/. [Consul­té le : 17-déc-2019].

    [14]          AFNOR, « Norme NF EN ISO 14971 - Dis­po­si­tifs médi­caux - Appli­ca­tion de la ges­tion des risques aux dis­po­si­tifs médi­caux ». Edi­tions Afnor, Paris, www.afnor.org, 05-janv-2013.

    [15]          « Norme ISO 14971:2019 - Dis­po­si­tifs médi­caux - Appli­ca­tion de la ges­tion des risques aux dis­po­si­tifs médi­caux ». Edi­tions ISO, Genève, www.iso.org, 10-déc-2019.

    [16]          CETIM et SNITEM, « Le guide « Ges­tion des risques des dis­po­si­tifs médi­caux » ver­sion 2016 dis­po­nible ». Edi­tion CETIM, www.cetim.fr.

    [17]          « Les évo­lu­tions de l’ISO 14971 2019 et de Medi­cal Device Suite », Ed. Knowl­lence Wwwk­nowl­len­ce­com, juin 2019.

    [18]          D. Wan­ne­pain, V. Bayeux, et E. Ayne, « La ges­tion des risques liés aux dis­po­si­tifs médi­caux selon la norme NF EN ISO 14971:2013 », Uni­ver­si­té de Tech­no­lo­gie de Com­piègne (France), Mas­ter Ingé­nie­rie de la San­té, Par­cours Tech­no­lo­gies Bio­mé­di­cales et Ter­ri­toires de San­té (TBTS) et Dis­po­si­tif Médi­cal et Affaires Règle­men­taires (DMAR), Mémoire de pro­jet, www.travaux.master.utc.fr, puis « IDS » réf n° IDS002, janv. 2019.

    [19]          E. Ayne, V. Bayeux, D. Wan­ne­pain, et G. Farges, « Accom­pa­gner les fabri­cants dans leur ges­tion des risques des dis­po­si­tifs médi­caux selon la norme NF EN ISO 14971:2013 », IRBM News, vol. 40, no 2, p. 69‑73, avr. 2019, doi : 10.1016/j.irbmnw.2019.02.004.

    Annexes

    Annexe I : Résul­tats du son­dage à l’intention des fabri­cants - Sec­tion Pro­fil du fabricant 

    Annexe Ia : Expor­ta­tion de l’entreprise au sein ou en dehors de l’UE - Source : auteurs 

    Annexe Ib : Caté­go­ries des pro­duits des fabri­cants - Source : auteurs 

    Annexe Ic : Classe de risque des DM - Source : auteurs 

    Annexe Id : Fonc­tions dis­po­nibles au sein de l’entreprise - Source : auteurs 

    Annexe II : Résul­tats du son­dage à l’intention des fabri­cants - Sec­tion Connais­sance de la norme

    Annexe IIa - Connais­sance de la norme ISO 14971 - Source : Auteurs

    Annexe IIb - Inté­rêt pour une for­ma­tion ISO 14971

    Annexe III : Résul­tats du son­dage à l’intention des fabri­cants - Sec­tion Uti­li­sa­tion de l’outil de diag­nos­tic sur l’ISO 14971 ver­sion 2013

    Annexe IV : Résul­tats du son­dage à l’intention des fabri­cants - Sec­tion Uti­li­sa­tion de la norme

    Annexe IVa - Types d’outils, méthodes ou approches uti­li­sés pour la GESTION des risques par le fabricant

    Annexe IVb - Types d’outils, méthodes ou approches uti­li­sés pour l’ANALYSE des risques faite par le fabricant

    Annexe V : Résul­tats du son­dage – Usage d’Excel adap­té au contexte professionnel 

    searchhomearrow-circle-left