• IDS041 - Fabricants : Passage de la Directive 93/42 au Règlement Européen 2017/745 relatif aux dispositifs médicaux

    Avertissement

    Les projets ou stages publiés auxquels vous accédez sont des rapports d'étudiants et doivent être pris comme tels. Il peuvent donc comporter des imperfections ou des imprécisions que tout lecteur doit admettre et donc supporter. Il ont été réalisés pendant les périodes de formation et constituent avant-tout des travaux de compilation bibliographique, d'initiation et d'analyse sur des thématiques associées aux concepts, méthodes, outils et expériences sur les démarches qualité dans les organisations ou sur les technologies en santé.

    Si, malgré nos précautions, vous avez des raisons de contester ce droit de diffusion libre, , nous nous efforcerons d'y apporter une réponse rapide. L'objectif de la présentation des travaux sur le web est de permettre l'accès à l'information et d'augmenter ainsi la qualité des échanges professionnels.

    Nous ne faisons aucun usage commercial des travaux de projet ou de stage publiés, par conséquent les citations des informations et l'emploi des outils mis à disposition sont totalement libres. Dans ce cas, nous vous demandons de respecter les règles d'éthique en citant explicitement et complètement vos sources bibliographiques.

    Bonne lecture...

    Auteurs

    Contacts

    Citation

    A rap­pe­ler pour tout usage : KABBABI Kaou­ter, NYAGAM KEMAJOU Oli­vier Donald, MHAMDI Sal­ma « Fabri­cants : Pas­sage de la directive93/42 CEE au Règle­ment Euro­péen 2017/745 rela­tif aux dis­po­si­tifs médi­caux », Uni­ver­si­té de Tech­no­lo­gie de Com­piègne (France), Mas­ter Ingé­nie­rie de la San­té, Par­cours Dis­po­si­tifs Médi­caux et Affaires Régle­men­taires (DMAR), Mémoire de pro­jet, jan­vier 2020, https://travaux.master.utc.fr/formations-master/ingenierie-de-la-sante/ids041 ; https://doi.org/10.34746/eqf1-xp88

    Article publié

    Suite à ces tra­vaux, un article a été publié : ID interne : 2021_07_idsap

    Résumé

    Le sec­teur des dis­po­si­tifs dans l’union euro­péenne passe par une période très impor­tante. En effet la direc­tive 93/42/CEE va être rem­pla­cé par le règle­ment 2017/745 rela­tifs aux dis­po­si­tifs médicaux.

    Ce rap­port porte sur les évo­lu­tions régle­men­taires à prendre en compte pour la tran­si­tion de la direc­tive 93/42/CEE au règle­ment euro­péen 2017/745 qui sera d'application obli­ga­toire à par­tir du 26 mai 2020. Ce règle­ment va amé­lio­rer la tra­ça­bi­li­té et la trans­pa­rence pour l’ensemble des membres de l’Union Européenne.

    Ce tra­vail consiste dans un pre­mier temps à iden­ti­fier les nou­veau­tés appor­tées par le règle­ment euro­péen 2017/745 rela­tif aux dis­po­si­tifs médi­caux (DM), puis de pro­po­ser une démarche de tran­si­tion qui va aider les fabri­cants à implé­men­ter ce règle­ment, et enfin pré­sen­ter l'outil d’autodiagnostic pour aider les fabri­cants à s’auto éva­luer par rap­port aux évo­lu­tions règle­men­taires du règlement. 

    Abstract

    The device sec­tor in the Euro­pean Union is going through a very impor­tant per­iod. Direc­tive 93/42/EEC will be repla­ced by Regu­la­tion 2017/745 on medi­cal devices.

    This report deals with the regu­la­to­ry deve­lop­ments to be taken into account for the tran­si­tion from Direc­tive 93/42/EEC to Euro­pean Regu­la­tion 2017/745, which will be man­da­to­ry from 26 May 2020. This regu­la­tion will improve tra­cea­bi­li­ty and trans­pa­ren­cy for all mem­bers of the Euro­pean Union.

    This work consists first of all in iden­ti­fying the novel­ties brought by the Euro­pean regu­la­tion 2017/745 rela­ting to medi­cal devices (MD), then in pro­po­sing a tran­si­tion approach that will help manu­fac­tu­rers to imple­ment this regu­la­tion, and final­ly in pre­sen­ting the self-diag­nos­tic tool to help manu­fac­tu­rers to self-assess them­selves in rela­tion to the regu­la­to­ry evo­lu­tions of the regulation.

    Téléchargements

    IDS041- Mémoire

    Fabri­cants : Pas­sage de la direc­tive 93/42 CEE au Règle­ment Euro­péen 2017/745 rela­tif aux dis­po­si­tifs médicaux

    IDS041-Pos­ter

    Fabri­cants : Pas­sage de la direc­tive 93/42 CEE au Règle­ment Euro­péen 2017/745 rela­tif aux dis­po­si­tifs médicaux

    IDS041 - Outil d'autodiagnostic

    Maî­trise des évo­lu­tions entre les Direc­tives 90/385 et 93/42 et le Règle­ment Euro­péen 2017/745 rela­tif aux dis­po­si­tifs médi­caux (DM) et aux dis­po­si­tifs médi­caux implan­tables actifs (DMIA)

    Mémoire complet :

    Fabricants : Passage de la Directive 93/42 au Règlement Européen 2017/745 relatif aux dispositifs médicaux

    Remerciements

    L'élaboration de ce rap­port a été le fruit de la contri­bu­tion de plu­sieurs per­sonnes que nous tenons à remercier. 

    Nous expri­mons notre recon­nais­sance par­ti­cu­liè­re­ment à M Dan ISTRATE, Ensei­gnant-Cher­cheur à l'Université de Tech­no­lo­gie de Com­piègne (UTC) dans le labo­ra­toire Bio­mé­ca­nique et Bio ingé­nie­rie pour sa dis­po­ni­bi­li­té, ses recom­man­da­tions qui nous ont per­mis de mieux com­prendre notre sujet.

    Mer­ci à M Gil­bert FARGES, Ensei­gnant-cher­cheur en génie bio­mé­di­cal et mana­ge­ment de la qua­li­té à l’UTC, pour sa dis­po­ni­bi­li­té, ses expli­ca­tions et ses recom­man­da­tions.  Grâce à lui nous avons obte­nu des infor­ma­tions néces­saires et des réponses per­ti­nentes à nos questions.

    Mer­ci à nos Res­pon­sables de for­ma­tion pour leur dis­po­ni­bi­li­té et leurs recom­man­da­tions tout au long du dérou­le­ment de ce pro­jet. Grâce à eux nous avons eu l’opportunité de prendre contact avec les inter­ve­nants exté­rieurs pour des éclaircissements.

    Mer­ci à Kaou­thar OUISSA, Rihab OMRANI, Silya­na SALMI, Ghi­ta MOUTIE, et Cédric Chris­py PETNTANG DJONGANG pour leur dyna­misme, leur sérieux, et leur moti­va­tion tout au long de ce projet.

    Enfin nous tenons à remer­cier tous les étu­diants qui ont par­ti­ci­pé de près ou de loin à la réa­li­sa­tion de ce rap­port notam­ment avec leurs remarques per­ti­nentes qui nous ont per­mis de mieux étayer notre sujet.

    Contexte et Enjeux réglementaires

    Le mar­ché euro­péen des tech­no­lo­gies médi­cales repré­sente en 2017 envi­ron 115 M€, soit 27 % du mar­ché mon­dial. La France est le 4ème acteur mon­dial et le 2ème au niveau euro­péen, der­rière l'Allemagne et devant le Royaume-Uni. Le mar­ché fran­çais des dis­po­si­tifs médi­caux s’élève à  28M€ du chiffre d’affaires, dont 8 mil­liards à l’export indique le Syn­di­cat Natio­nal de l'Industrie des Tech­no­lo­gies Médi­cales (SNITEM) [1].

    Cette acti­vi­té très dyna­mique et inno­vante prend de l’ampleur avec près de 27 000 entre­prises impli­quées, soit 650 000 emplois au niveau de l’Union Euro­péenne [2]. Durant ces dix der­nières années, des scan­dales liés à cer­tains dis­po­si­tifs médi­caux ont été rele­vés met­tant ain­si en dan­ger la sécu­ri­té des patients à l'échelle natio­nale et inter­na­tio­nale. Il s’agit notam­ment des « Implant Files » qui ont cau­sé aux Etats-Unis 82 000 morts, 1.7 mil­lions de bles­sés, 3.6 mil­lions de défaillances de 2009 à 2017 [3], et des pro­thèses « PIP » qui ont cau­sé des dom­mages à 30 000 femmes en France [4], remet­tant ain­si en cause le sys­tème de tra­ça­bi­li­té des dis­po­si­tifs médi­caux.

    D’après l’agence natio­nale de sécu­ri­té du médi­ca­ment et des pro­duits de san­té (ANSM), il y a une crois­sance des effets indé­si­rables liés aux dis­po­si­tifs médi­caux, soit 15 961 de décla­ra­tions en 2016 [5], et 18 838 décla­ra­tions en 2018[6]. Les fabri­cants ont été impru­dents face aux exi­gences règle­men­taires de la direc­tive 93/42, c’est ain­si qu’elle sera abro­gée au béné­fice du règle­ment 2017/745 rela­tif aux dis­po­si­tifs médicaux. 

    Tou­te­fois, il faut noter que la direc­tive se dis­tingue du règle­ment par sa trans­po­si­tion en droit natio­nal, contrai­re­ment au règle­ment qui entre en vigueur dès sa publi­ca­tion au Jour­nal Offi­ciel de l’Union Euro­péenne (JOUE). Ceci étant l’objectif de la Com­mis­sion Euro­péenne à tra­vers la mise en place de ce règle­ment qui va per­met « de ren­for­cer la sécu­ri­té sani­taire toute en favo­ri­sant l’innovation, et d’harmoniser l’application des règles sur le ter­ri­toire de l’Union Euro­péenne » [7].

    Face à ce grand chan­ge­ment, les entre­prises bio­mé­di­cales conformes à la direc­tive 93/42 doivent démon­trer l’efficacité de leurs pro­duits afin de satis­faire les exi­gences géné­rales du règle­ment et d’assurer la sécu­ri­té des patients. 

    Chapitre 1 : Comparaison entre la directive 93/42 et le règlement 2017/745

    I. Définitions et champ d’application

    Le règle­ment euro­péen 2017/745 rela­tif aux dis­po­si­tifs médi­caux « éta­blit des règles concer­nant la mise sur le mar­ché, la mise à dis­po­si­tion sur le mar­ché ou la mise en ser­vice de dis­po­si­tifs médi­caux à usage humain et de leurs acces­soires dans l'Union ».

    Il s’applique à comp­ter du 26 mai 2020 et abroge la direc­tive 93/42. La défi­ni­tion du dis­po­si­tif médi­cal est éten­due dans le règle­ment avec les termes man­quants dans la direc­tive. Ainsi, selon le règle­ment, un dis­po­si­tif médi­cal est « tout ins­tru­ment, appa­reil, équi­pe­ment, logi­ciel, implant, réac­tif, matière ou autre article, des­ti­né par le fabri­cant à être uti­li­sé, seul ou en asso­cia­tion, chez l'homme pour l'une ou plu­sieurs des fins médi­cales pré­cises suivantes :

    — diag­nos­tic, pré­ven­tion, contrôle, pré­dic­tion, pro­nos­tic, trai­te­ment ou atté­nua­tion d'une maladie, 

    — diag­nos­tic, contrôle, trai­te­ment, atté­nua­tion d'une bles­sure ou d'un han­di­cap ou com­pen­sa­tion de ceux-ci,

    inves­ti­ga­tion, rem­pla­ce­ment ou modi­fi­ca­tion d'une struc­ture ou fonc­tion ana­to­mique ou d'un pro­ces­sus ou état phy­sio­lo­gique ou pathologique,

    com­mu­ni­ca­tion d'informations au moyen d'un exa­men in vitro d'échantillons pro­ve­nant du corps humain, y com­pris les dons d'organes, de sang et de tis­sus,

    Et dont l'action prin­ci­pale vou­lue dans ou sur le corps humain n'est pas obte­nue par des moyens phar­ma­co­lo­giques ou immu­no­lo­giques ni par méta­bo­lisme, mais dont la fonc­tion peut être assis­tée par de tels moyens [7].»

    Le règle­ment donne plus de pré­ci­sions sur cer­taines défi­ni­tions comme : acces­soire d’un dis­po­si­tif médi­cal, d’un dis­po­si­tif sur mesure et dis­po­si­tif implan­table. Il faut éga­le­ment noter qu’il y a 58 nou­velles défi­ni­tions, dont dis­po­si­tif fal­si­fié, éti­quette, notice d’utilisation, iden­ti­fiant unique, nano­ma­té­riau, sur­veillance après commercialisation…

    La Com­mis­sion, après avoir consul­té le GCDM déter­mine si un pro­duit est consi­dé­ré dis­po­si­tif médi­cal ou acces­soire selon les défi­ni­tions don­nées par le pré­sent règle­ment. En ce qui concerne, les pro­duits incor­po­rant des médi­ca­ments, des tis­sus et cel­lules humains, des bio­cides ou des pro­duits ali­men­taires, la Com­mis­sion consulte selon le cas l'Agence euro­péenne des médi­ca­ments, l'Agence euro­péenne des pro­duits chi­miques et l'Autorité euro­péenne de sécu­ri­té des aliments.

    Le règle­ment euro­péen 2017/745 s’applique à tout dis­po­si­tif pro­po­sé à une per­sonne phy­sique ou morale au moyen de ser­vices de la socié­té de l'information, il s’agit d’une « socié­té qui fait un usage inten­sif des réseaux d’information et de la tech­no­lo­gie de l’information et pos­sède une indus­trie de conte­nus diver­si­fiée ». Il s’applique éga­le­ment aux dis­po­si­tifs qui sont exploi­tés pour un but com­mer­cial sans être mis sur le mar­ché. §Article 6

    Il est inter­dit de trom­per l’utilisateur ou le patient avec des illus­tra­tions et signes, du texte, des noms, des marques, des images et des signes sur l’étiquette ou la docu­men­ta­tion four­nie, par exemple en don­nant au pro­duit, des fonc­tion­na­li­tés qu’il n’a pas, ou en ne men­tion­nant pas qu’il existe un risque lors de son utilisation.

    II. Les opérateurs économiques

    Désor­mais, pour un dis­po­si­tif implan­table, une nou­velle obli­ga­tion s’impose, c’est la carte d'implant. Le fabri­cant doit obli­ga­toi­re­ment four­nir au patient les infor­ma­tions néces­saires à la bonne uti­li­sa­tion du DM, par­ti­cu­liè­re­ment son iden­ti­fi­ca­tion (nom, IUD, adresse, site web…) et sa durée de vie, les pré­cau­tions et mesures à prendre et toute infor­ma­tion qui assure la bonne uti­li­sa­tion du DM en toute sûreté.

    Si un fabri­cant de dis­po­si­tif n'est pas pré­sent dans un État membre, il doit dési­gner un man­da­taire unique pour mettre son DM sur le mar­ché euro­péen. Le man­da­taire et le fabri­cant sont res­pon­sables des dis­po­si­tifs défec­tueux. La dési­gna­tion consti­tue le man­dat du man­da­taire, elle n'est approu­vable que si elle est accep­tée par écrit par le mandataire. 

    Une copie du man­dat doit être don­née à l’autorité com­pé­tente. Si le man­da­taire met fin à son man­dat, il doit pré­ve­nir l’autorité com­pé­tente et l’organisme noti­fié en citant les causes de sa déci­sion. Le chan­ge­ment de man­da­taire se fait par contrat entre le fabri­cant, si pos­sible le man­da­taire sor­tant et le nou­veau. Ain­si les obli­ga­tions des opé­ra­teurs éco­no­miques men­tion­nées dans le règle­ment, sont illus­trées dans le tableau ci-dessous.

    Figure 1 : Obli­ga­tions du fabri­cant (source : auteurs et d'après [7])

    Tableau 1 : Obli­ga­tions de Man­da­taires, Impor­ta­teurs, et Dis­tri­bu­teurs (source : auteurs et d'après [7])

    Les obli­ga­tions des fabri­cants s'appliquent aux dis­tri­bu­teurs et aux impor­ta­teurs s’ils mettent à dis­po­si­tion sur le mar­ché un dis­po­si­tif médi­cal sous leurs propres noms, leurs rai­sons sociales ou sous leurs marques ou modi­fient la des­ti­na­tion du DM.

    III. Personne chargée de veiller au respect de la réglementation

    Le nou­veau règle­ment apporte une nou­velle obli­ga­tion pour les fabri­cants et man­da­taires non men­tion­née dans la direc­tive concer­nant une per­sonne char­gée de veiller au res­pect de la régle­men­ta­tion. En effet, il faut qu’il y ait au moins un employé char­gé de la régle­men­ta­tion en vigueur, il doit soit : 

    Figure 2 : For­ma­tion du PCVRR (source : auteurs et d'après [7])

    Les micros et petites entre­prises peuvent ne pas recru­ter une per­sonne qua­li­fiée au sein de leur orga­ni­sa­tion, tou­te­fois elles doivent dans ce cas exter­na­li­ser cette obli­ga­tion et faire appel à des boites de conseil.

    Les mis­sions prin­ci­pales de la per­sonne char­gée des affaires régle­men­taires sont les suivantes :

    Figure 3 : Les mis­sions du PCVRR (source : auteurs et d'après [7])

    La per­sonne char­gée des affaires régle­men­taires ne subit aucune pres­sion et obs­tacle pour le bon accom­plis­se­ment de son tra­vail. Dans le cas où l’entreprise dis­pose de plu­sieurs per­sonnes char­gées de la régle­men­ta­tion, le domaine et la res­pon­sa­bi­li­té de cha­cun doivent être énon­cés par écrit § Article 15 du REDM.

    • Sys­tèmes et néces­saires & Par­ties et composants

    Afin de mettre sur le mar­ché des dis­po­si­tifs médi­caux ayant la même des­ti­na­tion et mar­qués CE sous forme d’un sys­tème ou d’un néces­saire, il faut éta­blir une décla­ra­tion qui les assemblent. La véri­fi­ca­tion de la com­pa­ti­bi­li­té et le condi­tion­ne­ment du sys­tème ou néces­saire doivent être assu­rés tout en four­nis­sant les infor­ma­tions néces­saires aux utilisateurs.

    « Toute per­sonne phy­sique ou morale qui met à dis­po­si­tion sur le mar­ché un article spé­ci­fi­que­ment des­ti­né à rem­pla­cer une par­tie inté­grante ou un com­po­sant iden­tique ou simi­laire d'un dis­po­si­tif défaillant ou usé afin de main­te­nir ou de réta­blir la fonc­tion du dis­po­si­tif sans en alté­rer les per­for­mances, les carac­té­ris­tiques de sécu­ri­té ou la des­ti­na­tion, veille à ce que l'article ne com­pro­mette pas la sécu­ri­té et les per­for­mances du dis­po­si­tif. Des pièces jus­ti­fi­ca­tives sont tenues à la dis­po­si­tion des auto­ri­tés com­pé­tentes des États membres. » §Article 22

    • Normes har­mo­ni­sées

    Le conte­nu de l’article 5 de la direc­tive « ren­voi aux normes » est dif­fé­rent de l’article 8 du règle­ment qui spé­ci­fie que s’il n'existe pas de normes har­mo­ni­sées ou si celles appli­cables ne suf­fisent pas, après avoir consul­té le GCDM la Com­mis­sion peut déter­mi­ner des spé­ci­fi­ca­tions com­munes par rap­port à l’évaluation cli­nique, la docu­men­ta­tion tech­nique, et les exi­gences rela­tives aux inves­ti­ga­tions cliniques.

    • Dis­po­si­tifs à usage unique et leur retraitement

    Plus détaillés dans le règle­ment, il est pré­ci­sé qu’il faut une auto­ri­sa­tion par légis­la­tion natio­nale afin de retrai­ter ou réuti­li­ser les DM à usage unique. Confor­mé­ment au règle­ment, toute per­sonne phy­sique ou morale qui retraite un dis­po­si­tif à usage unique afin de le réuti­li­ser dans l'Union est nom­mée « fabri­cant du dis­po­si­tif retrai­té » et est consi­dé­rée pro­duc­teur.

    Le retrai­te­ment se fait en éta­blis­sant et en assu­rant les exi­gences rela­tives à la ges­tion des risques, la vali­da­tion des pro­cé­dures, la tra­ça­bi­li­té, le sys­tème de ges­tion de la qua­li­té et la décla­ra­tion des incidents. 

    IV. Le système IUD

    Le Sys­tème IUD per­met d’attribuer un iden­ti­fiant unique à chaque dis­po­si­tif. Il est com­po­sé de 2 parties : 

    Figure 4 : Sys­tème IUD (source : auteurs et d'après [7])

    Le DM est ins­crit selon le sys­tème IUD qui repose sur 4 concepts :

    • La pro­duc­tion d'un IUD com­pre­nant le numé­ro Iden­ti­fiant Dis­po­si­tif et le numé­ro Iden­ti­fiant Production ;
    • L’apposition de cet iden­ti­fiant sur l’étiquette du DM ou le conditionnement ;
    • L’enregistrement de l'IUD par les opé­ra­teurs éco­no­miques, les éta­blis­se­ments de san­té et les pro­fes­sion­nels de la santé ;
    • L’intégration des IUD dans la base de données.

    a. Le support IUD 

    Il s’agit d’un IUD en mar­quage clair (inter­pré­ta­tion lisible des carac­tères d'information enco­dés dans le sup­port IUD) et au for­mat lisible par la machine qui uti­lise la tech­no­lo­gie iden­ti­fi­ca­tion et sai­sie auto­ma­tiques des don­nées AIDC (cartes à puce, codes à barres). Ce sup­port IUD doit appa­raître sur l'étiquette, embal­lage ou sur le dis­po­si­tif lui-même et sur chaque niveau de condi­tion­ne­ment supé­rieur§Annexe VI par­tie C 

    • Les règles d’apposition des IUD à cer­tains dispositifs

    L’apposition des IUD sur cer­tains dis­po­si­tifs médi­caux pré­vue dans le règle­ment figure dans le tableau ci-dessous : 

    Tableau 2 : Les règles d’apposition des IUD à cer­tains dis­po­si­tifs (source : auteurs et d'après [7])

    b. La base de données 

    Pour avoir une tra­ça­bi­li­té du cycle de vie des dis­po­si­tifs médi­caux, le règle­ment 2017/745 a mis en place une base de don­nées où l’enregistrement des DM est obli­ga­toire : il s’agit de la base de don­nées « EUDAMED ». Cette base de don­nées est actuel­le­ment en cours de construc­tion et sera acces­sible d’ici mai 2022[9]. Elle est pré­sen­tée dans toutes les langues des états membre et les don­nées sont enre­gis­trées par le fabricant. 

    Cette nou­velle base de don­nées EUDAMED per­met aux auto­ri­tés com­pé­tentes d’avoir des infor­ma­tions pré­cises quant à la fabri­ca­tion et la sur­veillance du dis­po­si­tif en toute trans­pa­rence, puisque cette base com­por­te­ra tous les sys­tèmes d’informations.

    Cette base de don­nées ne sera pas uti­li­sée seule­ment par les auto­ri­tés natio­nales com­pé­tentes et la Com­mis­sion euro­péenne, mais y accè­de­ront aus­si le groupe de coor­di­na­tion des dis­po­si­tifs médi­caux (GCDM), les orga­nismes noti­fiés (ON), les opé­ra­teurs éco­no­miques (OE), des experts, des auto­ri­tés com­pé­tentes non euro­péennes et le public, incluant les établis­se­ments médi­caux et la presse.

    Les uti­li­sa­teurs du sys­tème EUDAMED peuvent char­ger, extraire et modi­fier des don­nées, ain­si que créer des rap­ports et des requêtes sur la base de don­nées EUDAMED. Cette der­nière est gérée par la com­mis­sion (valide, ras­semble, traite et mettre à dis­po­si­tion du public les données).

    c. Informations à saisir pour enregistrer les opérateurs économiques et les dispositifs médicaux 

    Le pré­sent règle­ment désigne une nomen­cla­ture des DM inter­na­tio­na­le­ment recon­nue et acces­sible gra­tui­te­ment à d'autres par­ties prenantes.Le fabri­cant, le man­da­taire et l’importateur doivent s’enregistrer dans la base de don­nées en four­nis­sant des infor­ma­tions sur leurs coor­don­nés, mais aus­si sur leurs dis­po­si­tifs. Les dif­fé­rentes infor­ma­tions à enre­gis­trer sont men­tion­nés ci-dessous : 

    Tableau 3 : Enre­gis­tre­ment des opé­ra­teurs éco­no­miques et des dis­po­si­tifs médi­caux (source : auteurs et d'après [7])

    V. Organismes Notifiés

    L’accès au mar­quage CE néces­site d’évaluer la confor­mi­té du dis­po­si­tif médi­cal aux exi­gences de mise sur le mar­ché pré­vues par la régle­men­ta­tion. Cette éva­lua­tion sera réa­li­sée par un orga­nisme noti­fié qui est un orga­nisme de contrôle indé­pen­dant, dési­gné par les Etats membres de l’UE pour réa­li­ser les mis­sions d’évaluation de confor­mi­té, de contrôle et d’essais. Ces orga­nismes doivent res­pec­ter cer­tains cri­tères d’indépendance, d’intégrité, d’impartialité, de for­ma­tion et de compétence. 

    Les orga­nismes noti­fiés sont spé­cia­li­sés dans des domaines dans les­quels ils four­nissent leur savoir-faire et exper­tise afin d’évaluer la confor­mi­té d’un pro­duit. D’autre part ils sont aus­si en mesure d’évaluer des dos­siers four­nis par le fabri­cant et effec­tuer des audits du sys­tème qua­li­té mis en place. Le fabri­cant est ame­né à véri­fier si son ON couvre l’ensemble des DM et s’il est conforme au règle­ment 2017/745. La liste des ON est publié par la com­mis­sion dans la base de don­nées NANDO (New Approach Noti­fied and Desi­gna­ted Organisations).

    VI. Classification des dispositifs médicaux

    § Annexe VIII et article 51 du REDM vs Annexe IX et article 9 de la directive 

    Le règle­ment ajoute un groupe d’experts qui peut être consul­té en cas de litige entre le fabri­cant et l’organisme noti­fié. La durée d’utilisation des dis­po­si­tifs médi­caux n’a pas chan­gé dans les deux textes, il s’agit de : 

    • L’utilisation tem­po­raire pour une durée de moins de 60 minutes en continu ;
    • L’utilisation court terme pour une durée de 30 jours ;
    • L’utilisation long terme pour une durée de plus de 30 jours. 

    Cepen­dant, au niveau des règles de clas­si­fi­ca­tion des dis­po­si­tifs, le règle­ment pro­pose 22 règles et 80 cri­tères au détri­ment de la direc­tive qui ne men­tionne que 18 règles et 56 cri­tères. Il existe donc 5 nou­velles règles de clas­si­fi­ca­tion ajou­tées par le règle­ment à savoir : § Annexe IX règle 11, et 19 à 22.

    Figure 5 : Nou­velles règles de clas­si­fi­ca­tion (source : auteurs et d'après [7])

    La défi­ni­tion de peau ou muqueuse lésée appa­rait dans le règle­ment comme étant « une peau ou une muqueuse pré­sen­tant une alté­ra­tion patho­lo­gique ou consé­cu­tive à une mala­die ou à une bles­sure. » § Annexe VIII point 2.8, et l’affirmation qu’un dis­po­si­tif est répu­té per­mettre un diag­nos­tic direct, lorsqu’il four­nit lui-même le diag­nos­tic de la mala­die, des infor­ma­tions déci­sives pour l’établissement du diag­nos­tic : chose qui ne figure pas dans la directive. 

    Une spé­ci­fi­ci­té du règle­ment est la clas­si­fi­ca­tion des acces­soires d’un dis­po­si­tif médi­cal et d’un pro­duit (Annexe XVI et Annexe VIII points 3.2). Cette clas­si­fi­ca­tion est faite indé­pen­dam­ment des dis­po­si­tifs avec les­quels les acces­soires sont uti­li­sés. Il appa­rait éga­le­ment la clas­si­fi­ca­tion des logi­ciels (règle 11) :

    Les cri­tères ajou­tés dans le règle­ment concernent :

    • Les dis­po­si­tifs non inva­sifs consis­tant en une sub­stance ou mélange de sub­stance et aux organes humains § règle 3 ;
    • Les dis­po­si­tifs implan­tables actifs, leurs acces­soires, les implants mam­maires, filets chi­rur­gi­caux, les pro­thèses arti­cu­laires totales ou par­tielles, les pro­thèses dis­cales, et les dis­po­si­tifs implan­tables entrant en contact avec la colonne ver­té­brale § règle 8 ;
    • Les dis­po­si­tifs actifs des­ti­nés à émettre des rayon­ne­ments ioni­sants à usage thé­ra­peu­tiques, y com­pris les dis­po­si­tifs qui les com­mandent, les contrôlent et qui agissent sur ceux -ci § règle 9 ;
    • Les dis­po­si­tifs actifs des­ti­nés à com­man­der, à contrô­ler ou à agir direc­te­ment sur les per­for­mances des dis­po­si­tifs implan­tables actifs § règle 9.

    VII. Evaluations cliniques et investigations cliniques

    a. Evaluations cliniques 

    § Article 61 + Annexe XIV sec­tion 1 du REDM vs Annexe X de la Directive

    Les éva­lua­tions cli­niques ont été ren­for­cées dans le règle­ment, avec beau­coup de pré­ci­sion sur les per­for­mances à atteindre pen­dant l’évaluation cli­nique. Comme l’affirme les deux textes régle­men­taires, les éva­lua­tions cli­niques sont fon­dées sur les don­nées cli­niques, sur l’évaluation des effets secon­daires indé­si­rables et sur le carac­tère accep­table du rap­port béné­fice / risque. Néan­moins, dans le règle­ment il appa­rait le groupe de coor­di­na­tion des dis­po­si­tifs médi­caux qui joue le rôle de consul­tant en matière de stra­té­gie de déve­lop­pe­ment cli­nique pour les dis­po­si­tifs de classe IIb et III. Concer­nant la démarche à suivre pour mener une éva­lua­tion cli­nique, le fabri­cant a trois choix pos­sibles sous condi­tions. Ces condi­tions ont été ren­for­cées et bien expri­mées dans le règle­ment contrai­re­ment à la direc­tive. Il s’agit de :

    Tableau 4 : Approches pour éta­blir une éva­lua­tion clinque (source : auteurs et d'après [7])


    L’évaluation cli­nique peut se baser sur la notion d’équivalence au dis­po­si­tif en ques­tion à condi­tion que les carac­té­ris­tiques tech­niques, bio­lo­giques et cli­niques sui­vantes soient simi­laires (pas dif­fé­rence signi­fi­ca­tive en ce qui est la sécu­ri­té et les per­for­mances cliniques) : 

    Figure 6 : Prin­cipe d'équivalence (source : auteurs et d'après [7])

    Selon le règle­ment, les dis­po­si­tifs n’ayant pas de des­ti­na­tion finale ont l’obligation de démon­trer l’existence d’un béné­fice cli­nique et la per­for­mance du dis­po­si­tif. Pour les éva­lua­tions cli­niques de ces dis­po­si­tifs, elles doivent être fon­dées sur don­nées per­ti­nentes concer­nant la sécu­ri­té, et des don­nées pro­ve­nant de la sur­veillance cli­nique après com­mer­cia­li­sa­tion ou d’investigation cli­nique spécifique. 

    Des inves­ti­ga­tions cli­niques ne sont pas conduites si les don­nées cli­niques exis­tantes pro­ve­nant d’un dis­po­si­tif simi­laire sont jus­ti­fiées. Les détails sur le conte­nu du plan d’évaluation cli­nique sont men­tion­nés dans le règle­ment. Les notions de rap­port de SCAC, de plan de SCAC et de résu­mé des carac­té­ris­tiques de sécu­ri­té et des per­for­mances cli­niques pour les dis­po­si­tifs implan­tables et de classe III sont éga­le­ment détaillées. Ces docu­ments doivent être mis à jour de façon per­ma­nente durant tout le cycle de vie du dis­po­si­tif.

    b. Suivi clinique après commercialisation

    Effec­tué sur la base d’un plan de sui­vi après com­mer­cia­li­sa­tion éta­blit par le fabri­cant, Il s'entend comme un pro­ces­sus conti­nu de mise à jour de l'évaluation cli­nique. Le fabri­cant col­lecte et éva­lue de manière proac­tive les don­nées cli­niques résul­tant de l'utilisation chez ou sur les humains d'un dis­po­si­tif qui porte le mar­quage CE et est mis sur le mar­ché ou mis en ser­vice confor­mé­ment à sa destination. 

    Ceci étant dans le but de confir­mer la sécu­ri­té et les per­for­mances pen­dant toute la durée de vie pré­vue du dis­po­si­tif, d'assurer le carac­tère constam­ment accep­table des risques iden­ti­fiés et de détec­ter les risques émer­gents sur la base d'éléments de preuve concrets. 

    Le fabri­cant ana­lyse les résul­tats du SCAC et les docu­mente dans un rap­port d'évaluation du SCAC, qui fait par­tie du rap­port sur l'évaluation cli­nique et de la docu­men­ta­tion tech­nique. Les conclu­sions du rap­port d'évaluation du SCAC sont prises en compte pour l'évaluation cli­nique ain­si que pour la ges­tion des risques. Si le SCAC met en évi­dence la néces­si­té de mesures pré­ven­tives et/ou cor­rec­tives, le fabri­cant met en place de telles mesures

    c. Investigations cliniques

    § Article 62 à 82 + Annexe XV du RDM vs Article 8 et 15 de la Direc­tive

    Comme évo­qué dans les deux textes, toute inves­ti­ga­tion cli­nique doit se faire dans les condi­tions nor­males d’utilisation du dis­po­si­tif. Elle doit garan­tir la pro­tec­tion des droits, de sécu­ri­té, de digni­té, et du bien-être des par­ti­ci­pants. Ses objec­tifs sont les suivants : 

    Figure 7 : Objec­tifs d'une inves­ti­ga­tion cli­nique (source : auteurs et d'après [7])

    L’investigation cli­nique se fait sur la base d’un pro­to­cole d’investigation, appe­lé plan d’essai dans la direc­tive, où sont défi­nies les affir­ma­tions du fabri­cant concer­nant la sécu­ri­té, la per­for­mance et les aspects rela­tifs au rap­port bénéfice/risque.

    Les dis­po­si­tifs de classe III et implan­tables ont l’obligation de faire des inves­ti­ga­tions clinques. Sauf si :

    Tableau 5 : Cas excep­tion­nels rela­tifs aux inves­ti­ga­tions cli­niques (source : auteurs et d'après [7])


    La notion de pro­mo­teur est évo­quée dans le règle­ment. Ce pro­mo­teur a une grande res­pon­sa­bi­li­té pour la bonne conduite des inves­ti­ga­tions cli­niques. Quant à la notion d’investigateur dans le règle­ment, c’est le coro­laire de méde­cin dans la direc­tive. Le règle­ment met un accent par­ti­cu­lier sur la fia­bi­li­té et la robus­tesse des don­nées cli­niques pro­ve­nant des inves­ti­ga­tions cliniques. 

    En ce qui concerne les condi­tions à rem­plir pour conduire une inves­ti­ga­tion, elles sont simi­laires aux deux textes régle­men­taires. Mais le règle­ment spé­ci­fie et détaille toutes les infor­ma­tions à four­nir aux par­ti­ci­pants de l’investigation cli­nique, ain­si que les infor­ma­tions sur les per­sonnes vul­né­rables visées dans l’investigation cli­nique (les par­ti­ci­pants inca­pables, les mineurs, les femmes enceintes ou allai­tantes etc…). 

    Contrai­re­ment à la direc­tive, le règle­ment évoque les démarches à suivre en cas d’investigation cli­nique en situa­tion d’urgence, et les infor­ma­tions sur la com­pen­sa­tion de dom­mages (mise en place par l’Etat membre concer­né par l’investigation). Les pro­cé­dures rela­tives à la demande d’investigation cli­nique auprès des états membres et la méthode d’évaluation de ceux-ci sont très bien détaillées dans le règlement. 

    Cepen­dant, Le pro­mo­teur doit trans­mettre aux états membres via le sys­tème élec­tro­nique rela­tif aux inves­ti­ga­tions cli­niques qui obtient un numé­ro d’identification unique à l’investigation toutes les infor­ma­tions néces­saires. Cette demande sera accom­pa­gnée de la docu­men­ta­tion rela­tive aux inves­ti­ga­tions cli­niques. L’Etat membre concer­né et le comi­té d’éthique valident la demande avant le début de l’investigation.

    Pour les dis­po­si­tifs médi­caux implan­tables et de classe III, l’état membre noti­fie l’autorisation au pro­mo­teur de débu­ter dans un délai de 45 jours (60 jours dans la direc­tive), voire 20 jours sup­plé­men­taires après consul­ta­tion du groupe de coor­di­na­tion des dis­po­si­tifs médi­caux (GCDM).

    Une nou­velle pro­cé­dure énon­cée dans le règle­ment est l’investigation cli­nique après com­mer­cia­li­sa­tion d’un dis­po­si­tif déjà mar­qué CE. Les dis­po­si­tions en termes de modi­fi­ca­tions affec­tant la sécu­ri­té des par­ti­ci­pants, ou la fia­bi­li­té des don­nées cli­niques sont éga­le­ment men­tion­nées, ain­si que les mesures à prendre en cas d’interruption tem­po­raire ou anti­ci­pé d’une inves­ti­ga­tion cli­nique. Un délai d’au plus 12 jours est pré­ci­sé dans le règle­ment concer­nant la mise à dis­po­si­tion les infor­ma­tions com­plé­men­taires deman­dées par un Etat membre concer­né, au le promoteur.

    La docu­men­ta­tion rela­tive aux inves­ti­ga­tions cli­niques éta­blie par le fabri­cant ou pro­mo­teur qui com­porte le pro­to­cole de l’investigation cli­nique, la bro­chure de l’investigateur, et le for­mu­laire de la demande, est minu­tieu­se­ment détaillée contrai­re­ment à la directive.

    d. Système électronique relatif aux investigations cliniques 

    Le règle­ment pré­voit pour les inves­ti­ga­tions un sys­tème élec­tro­nique rela­tif aux inves­ti­ga­tions cli­niques qui est en charge de :

    Figure 8 : Sys­tème élec­tro­nique rela­tif aux inves­ti­ga­tions cli­nique (source : auteurs et d'après [7])

    Tous ces infor­ma­tions sont acces­sibles au public excep­tés l’échange d’informations entre les états membres et la Com­mis­sion. Le résu­mé et le rap­port rela­tifs aux inves­ti­ga­tions cli­niques sont mis à dis­po­si­tif du public sauf en cas de confi­den­tia­li­té via le sys­tème élec­tro­nique avant la mise sur le mar­ché du dis­po­si­tif et au plus tard lors de l’enregistrement du dis­po­si­tif (dans le cas contraire alors l’accessibilité au public après un an). En cas d’arrêt anti­ci­pé ou inter­rup­tion, ils sont acces­sibles immé­dia­te­ment après leur transmission.

    VIII. Exigences générales en matière de sécurité et de performances

    § Annexe I RDM vs Annexe I Directive

    Dans l’ensemble, les exi­gences géné­rales en matière de sécu­ri­té et de per­for­mances n’ont pas subi de grandes modi­fi­ca­tions, sauf pour les nou­veaux dis­po­si­tifs médi­caux qui appa­raissent dans la clas­si­fi­ca­tion selon le règle­ment où il existe de nou­velles exi­gences à res­pec­ter. Comme le men­tionne les deux textes, le dis­po­si­tif médi­cal conçu et fabri­qué doit atteindre les per­for­mances pré­vues par le fabri­cant dans les condi­tions nor­males d’utilisation, adap­té à sa des­ti­na­tion, et doit pré­sen­ter des béné­fices au patient au regard des risques.

    Le règle­ment vient rajou­ter qu’il faut mettre en place un plan et un sys­tème de ges­tion des risques qui sont docu­men­tés et mises à jour en per­ma­nence. Il rajoute éga­le­ment l’évaluation de l’incidence (dan­gers, fré­quence de répé­ti­tion, esti­ma­tion des risques, rap­port B/R) des infor­ma­tions issues du sys­tème de sur­veillance après com­mer­cia­li­sa­tion. Pour don­ner suite aux résul­tats de l’analyse des risques, le fabri­cant doit si néces­saire for­mer les uti­li­sa­teurs sur la mise en œuvre des mesures de protection. 

    En ce qui concerne les dis­po­si­tifs n’ayant pas de fina­li­té médi­cale men­tion­nés dans le règle­ment, ils doivent pré­sen­ter un risque nul ou un risque infé­rieur au risque maxi­mum accep­table lié à l’utilisation du pro­duit. Lors de la concep­tion, selon les deux textes, le fabri­cant doit faire atten­tion aux choix des maté­riaux, aux sub­stances uti­li­sées, et à leur com­pa­ti­bi­li­té compte tenu de la des­ti­na­tion du dis­po­si­tif, et si néces­saire des recherches bio­phy­siques validées.

    • Les sub­stances

    Les deux textes obligent le fabri­cant à réduire les risques liés aux sub­stances ou aux par­ti­cules y com­pris les débris dus à l'usure, les pro­duits de dégra­da­tion et les rési­dus de trans­for­ma­tion, sus­cep­tibles d'être libé­rés d'un dis­po­si­tif. Le règle­ment vient ajou­ter que les dis­po­si­tifs ou les par­ties de dis­po­si­tifs ou maté­riaux uti­li­sés en contact direct avec le corps humain, ou des­ti­nés à intro­duire ou pré­le­ver un médi­ca­ment, sub­stance ou gaz dans le corps, ou des­ti­nés à trans­por­ter, sto­cker des médi­ca­ments ou gaz dans le corps ne contiennent les sub­stances CMR pour la repro­duc­tion de caté­go­rie 1A/1B, ou des sub­stances PE, dans une concen­tra­tion supé­rieure à 0,1% en frac­tion mas­sique (m/m) que lorsque cela est justifiée.

    Cepen­dant, pour les dis­po­si­tifs conte­nant des sub­stances CMR et PE, une jus­ti­fi­ca­tion por­tant sur la pré­sence de ces sub­stances doit être docu­men­tée indiquent les deux textes. Le règle­ment four­nit en plus les détails sur cette jus­ti­fi­ca­tion. Il s’agit d’une ana­lyse et une esti­ma­tion de l’exposition poten­tielle du patient, ana­lyse des sub­stances maté­riaux ou concep­tions de sub­sti­tu­tion pos­sibles, l’avis scien­ti­fiques des comi­tés et les argu­ments expli­quant l’inclusion des per­sonnes vul­né­rables dans le trai­te­ment s’il y a lieu. Cette jus­ti­fi­ca­tion doit être dis­po­nible dans la notice d’utilisation comme dans la docu­men­ta­tion technique.

    De plus il faut réduire au maxi­mum les risques asso­ciés à la taille et aux pro­prié­tés des par­ti­cules qui sont libé­rées dans le corps du patient en ce qui concerne les nanomatériaux

    • Les dis­po­si­tifs conte­nant une sub­stance consi­dé­rée comme médi­ca­ment et dis­po­si­tifs com­po­sés de sub­stances ou de com­bi­nai­sons de sub­stances qui sont absor­bées par le corps humain.

    Véri­fier la qua­li­té, la sécu­ri­té et l'utilité de la sub­stance qui, uti­li­sée sépa­ré­ment, est consi­dé­rée médi­ca­ment comme pré­vu dans la pro­cé­dure d'évaluation de la confor­mi­té appli­cable du règle­ment. Pour les aspects ne rele­vant pas du règle­ment, ces dis­po­si­tifs se conforment aux exi­gences appli­cables de l'annexe I de la direc­tive 2001/83/CE, en ce qui est de l'absorption, la dis­tri­bu­tion, le méta­bo­lisme, l'excrétion, la tolé­rance locale, la toxi­ci­té, des inter­ac­tions avec d'autres dis­po­si­tifs, médi­ca­ments ou sub­stances et les risques d'effets indé­si­rables, comme le pré­voit la pro­cé­dure d'évaluation de la confor­mi­té du règlement.

    • Les dis­po­si­tifs conte­nant des matières d’origine biologique

    Pour les dis­po­si­tifs fabri­qués à par­tir de déri­vés de tis­sus ou de cel­lules d'origine humaine, non viables ou ren­dus non viables : le don, l'obtention et le contrôle des tis­sus, ain­si que des cel­lules sont conformes à la direc­tive 2004/23/CE. Le sys­tème de tra­ça­bi­li­té de ces dis­po­si­tifs doit être com­plet et res­pecte les exi­gences en matière de tra­ça­bi­li­té et de pro­tec­tion des don­nées des direc­tives 2004/23/CE et 2002/98/CE.

    Pour les dis­po­si­tifs fabri­qués à par­tir de tis­sus ou de cel­lules d'origine ani­male, ou de leurs déri­vés, non viables ou ren­dus non viables, en fonc­tion de l'espèce ani­male, si pos­sible, les tis­sus et cel­lules d'origine ani­male, ou leurs déri­vés, pro­viennent d'animaux qui ont été sou­mis à des contrôles vété­ri­naires adap­tés à leur uti­li­sa­tion pré­vue. Le fabri­cant doit conser­ver les docu­ments sur l'origine géo­gra­phique des ani­maux. Les dis­po­si­tifs fabri­qués à par­tir de tis­sus ou de cel­lules d'origine ani­male, ou de leurs déri­vés, se conforme à l’exigence du règle­ment (UE) no 722/2012.

    Pour les dis­po­si­tifs fabri­qués à par­tir de déri­vés de tis­sus ou de cel­lules d'origine humaine, ou de cel­lules d'origine ani­male, non viables ou ren­dus non viables, les dis­po­si­tifs fabri­qués à par­tir de sub­stances bio­lo­giques non viables autres, le fabri­cant garan­tit la sécu­ri­té (éli­mi­na­tion des virus l’application de méthodes vali­dées d’élimination) opti­male du patient lors du trai­te­ment, la conser­va­tion, le contrôle et la mani­pu­la­tion de ces substances.

    • Dis­po­si­tifs ayant une fonc­tion de diag­nos­tic ou de mesurage

    Les exi­gences appli­quées aux dis­po­si­tifs ayant une fonc­tion de mesu­rage seront éga­le­ment appli­quées aux dis­po­si­tifs ayant une fonc­tion de diag­nos­tic. Il s’agit notam­ment de garan­tir l’exactitude et la pré­ci­sion, et la sta­bi­li­té de ces dis­po­si­tifs en tenant compte des méthodes scien­ti­fiques et tech­niques appro­priées. Le fabri­cant doit éga­le­ment indi­quer les limites de pré­ci­sion du dispositif.

    • Pro­tec­tion contre les rayonnements

    Les dis­po­si­tifs émet­tant les rayon­ne­ments dan­ge­reux doivent désor­mais avoir dans leur notice d’utilisation des infor­ma­tions concer­nant les essais d’acceptation et de per­for­mances, les cri­tères d’acceptation et pro­cé­dure de main­te­nance. Ces dis­po­si­tifs doivent éga­le­ment res­pec­ter les exi­gences de la direc­tive 2013/59 Eur­atom fixant les normes de base rela­tives à la pro­tec­tion aux rayon­ne­ments ioni­sants, indique le règle­ment. Dans la mesure du pos­sible, le fabri­cant doit choi­sir des méthodes qui réduisent l’exposition du patient et l’utilisateur aux rayonnements.

    • Les sys­tèmes élec­tro­niques programmables

    Les fabri­cants de logi­ciels doivent res­pec­ter les exi­gences en matière de sécu­ri­té et des per­for­mances. Il s’agit de tenir en compte lors de leur fabri­ca­tion et de leur concep­tion des logi­ciels des­ti­nés à être uti­li­sés en com­bi­nai­son avec les pla­te­formes mobiles (taille et contraste de l’écran), les carac­té­ris­tiques spé­ci­fiques de celle-ci et des fac­teurs externes liés à leur uti­li­sa­tion (lumi­no­si­té). Le fabri­cant doit éga­le­ment énon­cer les exi­gences mini­males concer­nant le maté­riel infor­ma­tique, les carac­té­ris­tiques des réseaux infor­ma­tiques et des mesures de sécu­ri­té infor­ma­tique (les habilitations).

    • Les dis­po­si­tifs actifs et dis­po­si­tifs rac­cor­dés à des dis­po­si­tifs actifs

    Pour ces dis­po­si­tifs, les deux textes exigent qu’ils doivent se munir d’un moyen de véri­fi­ca­tion de l’état de la source d’énergie interne dont dépend la sécu­ri­té du patient. Ces dis­po­si­tifs doivent éga­le­ment garan­tir le niveau d’immunité intrin­sèque contre les infé­rences élec­tro­ma­gné­tiques, de plus ils doivent dis­po­ser des limi­ta­tions d’accès pou­vant empê­cher le dis­po­si­tif de fonc­tion­ner, et les moyens pour éli­mi­ner ou réduire les risques résul­tant en condi­tion de pre­mier défaut.

    • Pro­tec­tions contre les risques méca­niques et thermiques

    Les erreurs sus­cep­tibles d’être com­mises pen­dant le mon­tage ou remon­tage de cer­taines pièces, pou­vant engen­drer des risques, doivent être ren­dues impos­sibles par la concep­tion, ajoute le règle­ment. Des indi­ca­tions appa­raissent sur les élé­ments mobiles du dis­po­si­tif ou son enve­loppe lorsqu’il est néces­saire de connaitre le sens d’un mou­ve­ment pour évi­ter un risque.

    • Pro­tec­tion contre les risques éma­nant des dis­po­si­tifs des­ti­nés par le fabri­cant à des profanes

    Une nou­veau­té du règle­ment, ce sont les dis­po­si­tifs des­ti­nés à des pro­fanes qui doivent fonc­tion­ner en tenant compte de l’aptitude et des moyens dont dis­posent les per­sonnes visées. Ils doivent don­ner des infor­ma­tions faci­li­tant la com­pré­hen­sion des pro­fanes, garan­tir une uti­li­sa­tion cor­recte après une for­ma­tion appro­priée toute en rédui­sant les erreurs de mani­pu­la­tion et d’interprétation des résul­tats. Le fabri­cant doit éga­le­ment pré­voir une pro­cé­dure per­met­tant au pro­fane de véri­fier les per­for­mances du dis­po­si­tif et des aver­tis­se­ments en cas de résul­tat non valide.

    • Infor­ma­tions figu­rant sur l'étiquette

    L’étiquetage com­porte en plus des infor­ma­tions recon­nues par la machine (RFID ou code-barres), un sup­port UID ou tout code per­met­tant de tra­cer le dis­po­si­tif. Pour les dis­po­si­tifs com­po­sant des sub­stances et com­bi­nai­son de sub­stances qui sont des­ti­nées à être intro­duites dans le corps humain par un ori­fice du corps ou par appli­ca­tion sur la peau et qui sont absor­bées par le corps humain ou dis­per­sées loca­le­ment dans celui-ci, la com­po­si­tion qua­li­ta­tive glo­bale du dis­po­si­tif et des infor­ma­tions quan­ti­ta­tives sur les com­po­sants prin­ci­paux per­met­tant d’obtenir l’action prin­ci­pale voulue.

    Les infor­ma­tions signa­lant la pré­sence de ces sub­stances sont appo­sées sur le dis­po­si­tif lui-même et/ou sur le condi­tion­ne­ment de chaque uni­té ou, s'il y a lieu, sur le condi­tion­ne­ment de vente pour les dis­po­si­tifs conte­nant des sub­stances CMR et PE.

    • Les infor­ma­tions sui­vantes figurent sur le condi­tion­ne­ment stérile

    Les infor­ma­tions figu­rant sur le condi­tion­ne­ment sté­rile ne sont pas men­tion­nées dans la direc­tive. Il s’agit notamment :

    • Des indi­ca­tions per­met­tant de recon­naître le condi­tion­ne­ment sté­rile, et mon­trant que le dis­po­si­tif est en état sté­rile, ain­si que la méthode de stérilisation ;
    • Le nom, l’adresse du fabri­cant et la des­crip­tion du dis­po­si­tif en question ;
    • Dans le cas des dis­po­si­tifs fai­sant l’objet d’une inves­ti­ga­tion cli­nique, la men­tion « exclu­si­ve­ment pour des inves­ti­ga­tions cli­niques », de même pour les dis­po­si­tifs sur mesure ;
    • Le mois et l'année de fabri­ca­tion, ain­si que la date d’expiration ;
    • Des ins­truc­tions indi­quant qu'il convient de se repor­ter à la notice d'utilisation afin de savoir com­ment pro­cé­der lorsque le condi­tion­ne­ment sté­rile est endom­ma­gé ou invo­lon­tai­re­ment ouvert avant utilisation.
    • Infor­ma­tions figu­rant dans la notice d'utilisation

    Les notices doivent désor­mais avoir un lien vers le résu­mé des carac­té­ris­tiques de sécu­ri­té et des per­for­mances, une des­crip­tion des béné­fices cli­niques escomp­tés, des infor­ma­tions per­met­tant au pro­fes­sion­nel de san­té de véri­fier l’adéquation du dis­po­si­tif, le choix du logi­ciel et des acces­soires adap­tés. Le règle­ment ajoute éga­le­ment qu’il faut pré­voir une « men­tion à l'intention de l'utilisateur et/ou du patient indi­quant que tout inci­dent grave sur­ve­nu en lien avec le dis­po­si­tif devrait faire l'objet d'une noti­fi­ca­tion au fabri­cant et à l'autorité com­pé­tente de l'État membre dans lequel l'utilisateur ou le patient est éta­bli ».

    Pour les logi­ciels, les exi­gences mini­males concer­nant le maté­riel infor­ma­tique, les carac­té­ris­tiques des réseaux infor­ma­tiques et les mesures de sécu­ri­té infor­ma­tique, ain­si que la pro­tec­tion contre l'accès non auto­ri­sé doivent être indiquées.

    Les fabri­cants doivent pré­voir des mises en garde et pré­cau­tions des dis­po­si­tifs qui sont com­po­sés de sub­stances ou de com­bi­nai­sons de sub­stances, si néces­saire le pro­fil géné­ral d'interaction entre le dis­po­si­tif et les pro­duits de son méta­bo­lisme et d'autres dis­po­si­tifs, médi­ca­ments et sub­stances. Le règle­ment men­tionne éga­le­ment qu’il faut ren­sei­gner sur les contre-indi­ca­tions, les effets secon­daires indé­si­rables et les risques liés au sur­do­sage. La com­po­si­tion qua­li­ta­tive glo­bale du dis­po­si­tif et les infor­ma­tions quan­ti­ta­tives sur les com­po­sants prin­ci­paux per­met­tant d’obtenir l’action prin­ci­pale vou­lue seront éga­le­ment men­tion­nées dans la notice. 

    Les infor­ma­tions éti­que­tées signa­lant la pré­sence de ces sub­stances sont appo­sées sur le dis­po­si­tif lui-même et/ou sur le condi­tion­ne­ment de chaque uni­té ou, s'il y a lieu, sur le condi­tion­ne­ment de vente pour les dis­po­si­tifs conte­nant des sub­stances can­cé­ro­gènes, muta­gènes ou toxiques ou sub­stances pos­sé­dant des pro­prié­tés per­tur­bant le sys­tème endo­cri­nien. Pour les dis­po­si­tifs des­ti­nés aux pro­fanes, le fabri­cant indique dans la notice d’utilisation les cir­cons­tances dans les­quelles le pro­fane doit consul­ter un pro­fes­sion­nel de la santé.

    XI. Documentation technique

    § Annexe II RDM vs Annexe VII point 3 Directive

    • Des­crip­tion et spé­ci­fi­ca­tion du dis­po­si­tif, y com­pris les variantes et les accessoires

    Par rap­port à la direc­tive, le règle­ment vient ajou­ter dans la docu­men­ta­tion tech­nique l’UID-ID, ou un code per­met­tant la tra­ça­bi­li­té d’un dis­po­si­tif. Le fabri­cant doit éga­le­ment inclure dans la docu­men­ta­tion la des­crip­tion, la liste com­plète des dif­fé­rentes confi­gu­ra­tions mises à dis­po­si­tion sur le mar­ché pro­duites par le fabri­cant et une pré­sen­ta­tion des dis­po­si­tifs simi­laires sur le marché. 

    • Exi­gences géné­rales en matière de sécu­ri­té et de performances

    Le fabri­cant men­tionne dans la docu­men­ta­tion tech­nique ou dans le résu­mé de la docu­men­ta­tion, une réfé­rence pré­ci­sant les docu­ments four­nis­sant les docu­ments de preuves du res­pect de chaque norme har­mo­ni­sée ou spé­ci­fi­ca­tion commune.

    • Véri­fi­ca­tion et vali­da­tion du produit

    Un plan de sui­vi cli­nique après com­mer­cia­li­sa­tion et un rap­port d’évaluation de la SCAC sont inté­grés dans la docu­men­ta­tion.  Pour les logi­ciels, le fabri­cant éta­blit un résu­mé de véri­fi­ca­tion et de vali­da­tion qui com­prend la des­crip­tion du logi­ciel, sa concep­tion, et son pro­ces­sus de déve­lop­pe­ment, tel qu’il est uti­li­sé dans le dis­po­si­tif. Ce résume contient éga­le­ment toutes les confi­gu­ra­tions du maté­riel infor­ma­tiques, et des dif­fé­rents sys­tèmes d’exploitation.

    • Les autres informations

    Une men­tion dans le cas où un dis­po­si­tif incor­pore comme par­tie inté­grante une sub­stance. Cepen­dant, la docu­men­ta­tion indique la source de la sub­stance et four­nit des don­nées et des essais effec­tués pour éva­luer la sécu­ri­té, la qua­li­té et l'utilité de la sub­stance, compte tenu de sa des­ti­na­tion du dispositif.

    Une indi­ca­tion pour le dis­po­si­tif incor­po­rant comme par­tie inté­grante des tis­sus ou cel­lules d'origine humaine ou ani­male, ou leurs déri­vés, dont l'action est acces­soire à celle du dis­po­si­tif. Ain­si la docu­men­ta­tion ren­seigne sur tous les maté­riaux d'origine humaine ou ani­male uti­li­sés et four­nit des infor­ma­tions détaillées rela­tives au res­pect des exi­gences applicables.

    En ce qui concerne les dis­po­si­tifs qui sont com­po­sés de sub­stances ou de com­bi­nai­sons de sub­stances, des infor­ma­tions détaillées doivent être intro­duites notam­ment celles sur la concep­tion, sur les pro­to­coles d'essai (méta­bo­lisme, absorp­tion, tolé­rance locale, toxi­ci­té géno­toxi­ci­té etc…) ou sur les études com­plètes des méthodes d'analyses de don­nées. En absence de ces études le fabri­cant doit se justifier.

    Dans le cas des dis­po­si­tifs mis sur le mar­ché à l'état sté­rile, une des­crip­tion des condi­tions envi­ron­ne­men­tales pour les étapes de fabri­ca­tion et les rap­ports de vali­da­tion (test de bio charge, des essais de recherche de rési­dus de stérilisation). 

    X. Dispositifs sur mesure et Dispositifs n'ayant pas de finalité médicale

    § Res­pec­ti­ve­ment l’annexe XIII RDM vs Direc­tive 8 et l’annexe XVI et article 61 RDM

    a. Dispositifs sur mesure

    Pour la décla­ra­tion à faire par la fabri­ca­tion de dis­po­si­tifs sur mesure, il doit ajou­ter des indi­ca­tions selon laquelle le dis­po­si­tif contient ou incor­pore une sub­stance médi­ca­men­teuse, y com­pris un déri­vé du sang ou du plas­ma humain ou des tis­sus ou des cel­lules d'origine humaine ou ani­male. La décla­ra­tion doit com­por­ter éga­le­ment le nom et l’adresse de tous les lieux de fabri­ca­tion, l’acronyme ou code numé­rique du dis­po­si­tif. Comme affir­més par les deux textes, le fabri­cant docu­mente sur les don­nées acquises dans le cadre de la SCAC et met en œuvre des mesures correctives.

    b. Dispositifs n’ayant pas de finalité médicale

    Ces dis­po­si­tifs se conforment aux spé­ci­fi­ca­tions com­munes pré­vues, et doivent conduire des inves­ti­ga­tions cli­niques sauf si les don­nées cli­niques exis­tantes sont suf­fi­santes pour le dis­po­si­tif simi­laire. Pour démon­trer leur per­for­mance, ils doivent pré­sen­ter un béné­fice cli­nique, et ont l’obligation de faire un sui­vi cli­nique après com­mer­cia­li­sa­tion. Lors de l’enregistrement des dis­po­si­tifs, le fabri­cant doit pré­ci­ser si la des­ti­na­tion du dis­po­si­tif est autre qu’une des­ti­na­tion médi­cale, et leur notice d’utilisation doit avoir des infor­ma­tions concer­nant l’absence des risques liés à leur utilisation. 

    Il s’agit donc de : len­tille de contact, les lasers et équi­pe­ments à lumière intense (pour sup­pri­mer un tatouage, ou pour l’épilation), équi­pe­ments des­ti­nés à la sti­mu­la­tion céré­brale (pour modi­fier l’activité neu­ro­nale du cer­veau), équi­pe­ments des­ti­nés à réduire les tis­sus adi­peux ou modi­fier l’anatomie. Les pro­duits pour les tatouages et pier­cings ne figurent pas par­mi ces dis­po­si­tifs. §Annexe XVI

    XI. Surveillance après commercialisation et vigilance

    a. Surveillance après commercialisation 

    Le règle­ment euro­péen exige la sur­veillance après com­mer­cia­li­sa­tion (SAC) des DM. En se basant sur le type et la classe de risque d’un dis­po­si­tif médi­cal, les fabri­cants doivent conce­voir, éta­blir, docu­men­ter, appli­quer, main­te­nir et mettre à jour un sys­tème de sur­veillance de leurs pro­duits. Ce sys­tème doit être mis en place et actua­li­sé afin de faire la col­lecte, l’enregistrement et l’analyse des don­nées liées à la sécu­ri­té, la qua­li­té et la per­for­mance des DM. Il faut ain­si éta­blir un plan déter­mi­né de sur­veillance afin de faire l’actualisation des points sui­vants : le rap­port bénéfice/risque, l’évaluation cli­nique, l’étiquetage, les carac­té­ris­tiques de sécu­ri­té, les besoins en termes de mesures de sécu­ri­té, et les mesures cor­rec­tives et préventives.

    b. La documentation après commercialisation

    C’est un docu­ment qui doit être pré­sen­ter de manière de manière claire et consul­table. Il doit com­por­ter un plan de sur­veillance après com­mer­cia­li­sa­tion et un PSUR.

    Figure 9 : Le plan de sur­veillance après com­mer­cia­li­sa­tion , Source : Auteurs et d'après [7]

    c. Vigilance

    • Noti­fi­ca­tion des inci­dents graves et des mesures cor­rec­tives de sécurité 

     Le règle­ment oblige les fabri­cants des DM de noti­fier auprès des auto­ri­tés com­pé­tentes les inci­dents graves et les mesures cor­rec­tives, visant la sécu­ri­té avant leurs appli­ca­tions, liés aux pro­duits mis à dis­po­si­tion dans le ter­ri­toire de l’Union Euro­péenne. La noti­fi­ca­tion doit res­pec­ter les délais suivants : 

    • 15 jours au maxi­mum après connais­sance de l’incident pour le cas des inci­dents graves.
    • 10 jours au maxi­mum après connais­sance de l’incident dans le cas de dété­rio­ra­tion grave non atten­due de l’état de san­té du patient ou dans le cas d’un décès.
    • 2 jours au maxi­mum après connais­sance de l’incident pour le cas d’une menace grave pour la san­té publique.

    Pour des cas d’incidents graves pareils ou déjà docu­men­tés, le fabri­cant peut se mettre d’accord avec les auto­ri­tés com­pé­tentes en ques­tion pour trans­mettre à la place des rap­ports d’incidents des rap­ports de syn­thèse. Dans les autres cas, il faut pré­sen­ter le rap­port d’incident avec la pro­cé­dure du sui­vi envisagée.

    Ce règle­ment laisse au choix des états membres l’encouragement des pro­fes­sion­nels, l’enregistrement natio­nal des décla­ra­tions reçues en termes de vigi­lance, l’information des fabri­cants par les décla­ra­tions reçues sur un inci­dent grave. 

    Tableau 6 : Docu­men­ta­tion rela­tive à la sur­veillance après com­mer­cia­li­sa­tion (source : auteurs et d'après [7])

    d. Analyse des incidents graves et des mesures correctives de sécurité 

    Après avoir noti­fié un inci­dent grave, le fabri­cant doit mener le plu­tôt pos­sible les inves­ti­ga­tions essen­tielles liées à cet acte et au dis­po­si­tif en ques­tion. En coopé­ra­tion avec l’AC (auto­ri­té com­pé­tente) ou l’ON (orga­nisme noti­fié) aucune inves­ti­ga­tion pou­vant chan­ger le DM n’est entre­pris au point d’appliquer l’ensemble des éva­lua­tions sur les causes de cet incident.

    Les états membres éva­luent avec les fabri­cants ou les ON tous types d’information liés aux inci­dents graves ou aux mesures cor­rec­tives sur­ve­nant dans leur ter­ri­toire. Lors de cette éva­lua­tion l’AC éva­lue les risques consé­quents des inci­dents et de leurs mesures cor­rec­tives en pre­nant en consi­dé­ra­tion un cer­tain nombre de cri­tères. Pour toutes les mesures cor­rec­tives appli­quées par le fabri­cant, ce der­nier est cen­sé four­nir les docu­ments essen­tiels aux éva­lua­tions des risques sur demande de l’AC.

    L’autorité natio­nale com­pé­tente fait le sui­vi des inves­ti­ga­tions faites par le fabri­cant. Elle peut même inter­ve­nir dans ces investigations.

    Les conclu­sions des inves­ti­ga­tions sont à pré­sen­ter sous forme de rap­port aux AC via un sys­tème de la BDD EUDAMED. L’AC qui effec­tue l’évaluation com­mu­nique aux autres AC les mesures cor­rec­tives que les fabri­cants envi­sagent ou obligent à suivre.

    Les uti­li­sa­teurs doivent être infor­més des mesures cor­rec­tives le plu­tôt pos­sible. L’AC ou l’autorité com­pé­tente coor­di­na­trice for­mule ses obser­va­tions par rap­port à cet avis qui doit être nor­ma­le­ment uni­forme pour tous les états de l’Union. Il s’agit d’un avis qui per­met de bien iden­ti­fier le dis­po­si­tif en ques­tion à tra­vers l’IUD et le numé­ro d’enregistrement déli­vré par le fabricant. 

    Il déclare aus­si la rai­son des mesures cor­rec­tives, le niveau de risque ain­si que les dis­po­si­tions que doit prendre un uti­li­sa­teur. L’avis en ques­tion doit être enre­gis­tré dans le sys­tème de la BDD EUDAMED et acces­sible par le public. Les fabri­cants sont infor­més des risques modi­fiant le rap­port bénéfice/risque, pour qu’ils puissent prendre les mesures cor­rec­tives nécessaires.

    e. Système électronique relatif à la vigilance et à la surveillance après commercialisation

    Les rap­ports trai­tant les inci­dents graves sont trans­mis via le sys­tème de la BDD (base de don­nées) EUDAMED à l’AC de l’état membre en ques­tion, il s’agit des rap­ports de ten­dances et des mesures cor­rec­tives visant la sécurité.

    f. Confidentialité, protection des données et sanctions

    § Cha­pitre 9 RDM

    Cette par­tie traite l’obligation de confi­den­tia­li­té de tous types d’informations comme la pro­prié­té intel­lec­tuelle, les don­nées à carac­tère com­mer­cial et les résul­tats obte­nus lors des audits, des ins­pec­tions et des inves­ti­ga­tions par les auto­ri­tés com­pé­tentes, les com­mis­sions et les orga­nismes noti­fiés. La dif­fu­sion ou l’échange de ce type d’information n’est auto­ri­sé que sous accord entre les états membres ou les orga­nismes concernés.

    Le nou­veau règle­ment décide de délé­guer tou­jours la par­tie pro­tec­tion des don­nées à la direc­tive 95/46/CE et le règle­ment 45/2001.

    Chaque état membre défi­nit ses règles de sanc­tion contre toute vio­la­tion de ce règle­ment. Ces règles ou ce régime de sanc­tion est à dépo­ser par les états membres auprès de la com­mis­sion avant le 25 Février 2020.

    XII. Evaluation de conformité

    §Annexe IX, X, XI et cha­pitre 5 sec­tion B du RDM vs §Annexe III, IV, V, VI et VII de la directive 

    Le fabri­cant doit, lors de la mise sur le mar­ché d’un DM ou avant la mise en ser­vice d’un DM qui n’est pas mis sur le mar­ché, faire une éva­lua­tion de confor­mi­té. Cette éva­lua­tion se fait tou­jours sur la base du sys­tème de ges­tion de la qua­li­té accom­pa­gnée d’une docu­men­ta­tion tech­nique, ou sur la base d’un exa­men de type ou en encore sur la base de la véri­fi­ca­tion de la confor­mi­té du pro­duit dans les deux textes régle­men­taires. Ces pro­cé­dures sont men­tion­nées dans les annexes res­pec­tives IX, X et XI du règlement. 

    L’établissement de la docu­men­ta­tion tech­nique après com­mer­cia­li­sa­tion est l’un des docu­ments à four­nir lors de la décla­ra­tion de confor­mi­té des dis­po­si­tifs de classe IIa. Il existe désor­mais dans le règle­ment au détri­ment de la direc­tive une pro­cé­dure d’évaluation de confor­mi­té pour les DM de classe I mis sur le mar­ché à l’état sté­rile (Is), et éga­le­ment une pro­cé­dure concer­nant les DM ayant une fonc­tion de mesu­rage (Im) et les ins­tru­ments chi­rur­gi­caux réuti­li­sables (Ir) (§ article 52 point 7). La figure ci-des­sus illustre cette pro­cé­dure de conformité.

    Figure 10 : Pro­cé­dures d'évaluation de confor­mi­té pour les classe I spé­ci­fiques (Ir, Is, Im) , (source : auteurs et d'après [7])

    De plus, l’intervention de l’organisme noti­fié est obli­ga­toire lors de ces pro­cé­dures d’évaluation de confor­mi­té concer­nant ces dis­po­si­tifs. Des pro­cé­dures à l’égard des dis­po­si­tifs ayant un médi­ca­ment comme par­tie inté­grante, des dis­po­si­tifs inté­grant des tis­sus ou de cel­lules d'origine humaine ou ani­male, non viables ou leurs déri­vés et des dis­po­si­tifs com­po­sés de sub­stances ou de com­bi­nai­sons de sub­stances des­ti­nées à être intro­duites / absor­bées / dis­per­sées par un ori­fice ou par appli­ca­tion cuta­né, sont éga­le­ment pré­vues dans le règle­ment (article 52 point 9, 10, et 11). 


    Figure 11 : Pro­écures d'évaluation de confor­mi­té des nou­veaux dis­po­si­tifs médi­caux de classe III (source : auteurs et d'après [7])

    Le règle­ment pré­cise que lorsque la pro­cé­dure d’évaluation néces­site l’intervention d’un orga­nisme noti­fié, le fabri­cant intro­duit une demande unique auprès d’un orga­nisme noti­fié habi­li­té. En dehors des pro­cé­dures d’évaluation pour les DM implan­tables de classe III et les DM actifs de classe IIb des­ti­nés à admi­nis­trer dans l’organisme et/ou à reti­rer de l’organisme un médi­ca­ment, une pro­cé­dure d’évaluation dans le cadre de l’évaluation cli­nique doit être sui­vie par l’organisme noti­fié, soit confor­mé­ment à l’annexe IX, sec­tion 5.1, soit par l’annexe X, sec­tion 6 qui sont des pro­cé­dures dites spé­ciales. Ces pro­cé­dures ne s’appliquent pas au DM en cas de renou­vel­le­ment du cer­ti­fi­cat déli­vré au titre du règle­ment, éga­le­ment lorsque le dis­po­si­tif a été conçu en modi­fiant un dis­po­si­tif déjà com­mer­cia­li­sé (aucune inci­dence sur le rap­port B/R) par le même fabri­cant pour la même des­ti­na­tion, et enfin si les prin­cipes de l'évaluation cli­nique pour le type ou la caté­go­rie du dis­po­si­tif font l'objet de spé­ci­fi­ca­tions com­munes per­ti­nente, avec appro­ba­tion de l’ON.

    L’organisme noti­fié peut exi­ger aux fabri­cants d’entreprendre des études spé­ci­fiques de SCAC. Désor­mais, à l’opposé de la direc­tive, les infor­ma­tions rela­tives aux cer­ti­fi­cats déli­vrés, sus­pen­dus, réta­blis, annu­lés ou refu­sés, ain­si que les cer­ti­fi­cats assor­tis des res­tric­tions seront ren­dus acces­sible au public. Un sys­tème élec­tro­nique rela­tif aux orga­nismes noti­fiés et aux cer­ti­fi­cats de confor­mi­té sera dis­po­nible. De plus, une pro­cé­dure est pré­vue dans le règle­ment pour infor­mer le fabri­cant qui désire chan­ger d’organisme noti­fié. Ain­si il doit alors : 

    Figure 12 : Pro­cé­dure pour chan­ger un ON (source : auteurs et d'après [7])

    En ce qui concerne le cer­ti­fi­cat de libre vente, il doit com­por­ter l’IUD-ID de base du dis­po­si­tif tel qu’il a été trans­mis à la base de don­nées IUD, et éga­le­ment le numé­ro unique per­met­tant d'identifier le cer­ti­fi­cat déli­vré par l'organisme notifié.

    Les modi­fi­ca­tions aux niveaux des pro­cé­dures d’évaluation de confor­mi­té sont les suivantes :

    • Pro­cé­dure d’évaluation de confor­mi­té sur la base d’un SMQ et d’une docu­men­ta­tion tech­nique (§ Annexe IX RDM vs Annexe II directive)

    Dans la demande émise par le fabri­cant et sou­mise à un orga­nisme noti­fié pour l’évaluation du sys­tème de ges­tion de la qua­li­té, elle doit com­por­ter de plus :

    • Si le fabri­cant n’a pas son siège social dans l’Union, alors il ren­seigne les coor­don­nées de son man­da­taire (nom et adresse de son siège) ;
    • Un pro­jet de décla­ra­tion de confor­mi­té UE (visée à article 19 et annexe IV du RDM) du DM concerné ;
    • Une des­crip­tion des pro­cé­dures en place pour main­te­nir l’efficacité du SMQ ;
    • Une des­crip­tion et docu­men­ta­tion de SAC et si néces­saire de SCAC ;
    • Des pro­cé­dures garan­tis­sant le res­pect des obli­ga­tions en matière de vigilance ;
    • Une docu­men­ta­tion rela­tive au plan d’évaluation cli­nique et d’une des­crip­tion qui garan­tit la mise à jour en per­ma­nence du plan d’évaluation cli­nique, en pre­nant en compte l’état de l’art.

    Un docu­ment d’orientation a été émis le 14 novembre 2018, illus­trant la rela­tion entre l’ISO 13485 et deux règle­ments 2017/745 et 2017/746[10].

    Dans la docu­men­ta­tion pré­sen­tée pour l’évaluation de confor­mi­té du SMQ, le fabri­cant doit :

    • Décrire le pro­cé­dures et tech­niques pour la sur­veillance, la véri­fi­ca­tion, la vali­da­tion et le contrôle, qui portent sur la stra­té­gie mise en place pour res­pec­ter la règle­men­ta­tion, l’identification des exi­gences per­ti­nentes, la qua­li­fi­ca­tion et le trai­te­ment d’équivalence et la clas­si­fi­ca­tion, le choix et le res­pect des pro­cé­dures d’évaluation de la confor­mi­té, une des­crip­tion de la ges­tion des risques et du sui­vi cli­nique après com­mer­cia­li­sa­tion, des solu­tions rete­nues pour res­pec­ter les exi­gences rela­tives à l’établissement de la notice uti­li­sa­tion et de l’étiquetage, et enfin ces pro­cé­dures portent sur la ges­tions es modi­fi­ca­tion de la concep­tion ou du SMQ.
    • Ren­sei­gner sur la tra­ça­bi­li­té de l’étalonnage des équi­pe­ments d’essai, et mettre à dis­po­si­tion aux orga­nismes noti­fiés la docu­men­ta­tion tech­nique et celle rela­tive au SAC

    En ce qui concerne la sur­veillance des DM de classe IIa, IIb, et III, le fabri­cant four­nit les infor­ma­tions per­ti­nentes sur la docu­men­ta­tion des conclu­sions et remarques res­sor­tis­sant du plan de SAC et du plan de SCAC, pour un échan­tillon repré­sen­ta­tif du DM accom­pa­gné de toutes dis­po­si­tions sur la vigilance.

    Cette éva­lua­tion de la sur­veillance des DM de classe III com­prend un essai des pièces et des maté­riaux indis­pen­sables à l’intégrité du DM, au cas contraire la véri­fi­ca­tion que la quan­ti­té de maté­riaux et pièces ache­tées cor­res­pondent aux quan­ti­tés de DM fini (cela en est de même pour la pro­cé­dure d’évaluation de la confor­mi­té sur la base de la véri­fi­ca­tion de confor­mi­té du pro­duit de l’annexe XI du REDM).

    Des pro­cé­dures spé­ciales sont pré­vues dans le règle­ment pour les DM de classe III et IIb ( §Annexe IX point 5), et éga­le­ment des pro­cé­dures pour les nou­veaux dis­po­si­tifs incor­po­rant une sub­stance médi­ca­men­teuse, et incor­po­rant des tis­sus ou des cel­lules d’origine humaine ou ani­male, ou leurs déri­vés non viable.

    De plus pour ce qui est des dis­po­si­tions admi­nis­tra­tives, il n’y a pas eu de modi­fi­ca­tions majeures, mais toute fois les docu­ments men­tion­nés dans ces dis­po­si­tions doivent être acces­sibles aux auto­ri­tés com­pé­tentes lorsqu’une entre­prise fait faillite ou cesse son activité.

    • Pro­cé­dure d’évaluation de confor­mi­té sur la base d’un exa­men de type (§Annexe X REDM vs Annexe III de la directive)

    Comme pré­cé­dem­ment, la demande com­porte en plus de la docu­men­ta­tion tech­nique, une docu­men­ta­tion rela­tive au SAC. Concer­nant le cer­ti­fi­cat, l’ON délivre un cer­ti­fi­cat d’examen UE de type com­por­tant l’identification du fabri­cant, les condi­tions de vali­di­té et des conclu­sions de l’évaluation. Tou­te­fois les docu­ments men­tion­nés dans les dis­po­si­tions admi­nis­tra­tives sont acces­sibles aux auto­ri­tés com­pé­tentes pen­dant une période d’au moins 10 ans (5 ans dans la direc­tive) après la com­mer­cia­li­sa­tion du DM, et avant la ces­sa­tion d‘activités du fabricant.

    XIII. Démarche à suivre pour implémenter le règlement 2017/745

    Figure 13 : Démarche à suivre pour implé­men­ter le règle­ment 2017/745 (source : auteurs)

    Chapitre 2 : Outil d’autodiagnostic sur les écarts entre le Règlement Européen 2017/745 et la Directive 93/42

    Pour aider les entre­prises dans leur tran­si­tion des direc­tives 90/385 et 93/42 au règle­ment euro­péen 2017/745, un outil d’autodiagnostic a été déve­lop­pé. Cet outil a été conçu sur l’Excel et per­met aux fabri­cants de s’évaluer sur les écarts entre les deux textes régle­men­taires. Cepen­dant, l’outil com­porte 6 feuilles par­mi les­quelles nous avons :

    • {Mode d’emploi}

    Cette feuille explique le fonc­tion­ne­ment de l’outil, décrit éga­le­ment le conte­nu de chaque feuille, et échelles d’évaluation choi­sies pour l’élaboration de l’outil. Cha­cune des exi­gences peut être éva­luer sui­vant un taux de véra­ci­té de « 100% », « 35% », et « 0% », cor­res­pon­dant res­pec­ti­ve­ment à « Fait », « En Cours », et « Non Fait ». Si une exi­gence n’est pas appli­cable à un dis­po­si­tif fai­sant l’objet de l’évaluation, alors le fabri­cant peut choi­sir la véra­ci­té « Non Appli­cable », et ce sera pris en compte dans les résul­tats glo­baux de l’évaluation. Pour encou­ra­ger l’utilisateur, le niveau de confor­mi­té aux articles ici est appré­cié comme suit : 

    Figure 14 : Echelles d'évaluation (source : auteurs)

    Etant un texte régle­men­taire, l’outil pré­voit un niveau de preuve docu­men­taire rigou­reux avec deux niveaux de véra­ci­té « Com­plet » lorsque les toutes les preuves sont four­nies (100%) et « Incom­plet » en cas d’insuffisances de preuves docu­men­taire (infé­rieure à 100%). Le fabri­cant pour­ra choi­sir « Dis­po­si­tif implan­table actif » ou « Dis­po­si­tif médi­cal » dans la cel­lule type de dis­po­si­tif selon son besoin, et indi­quer le nom pro­pre­ment dit du dispositif. 

    Figure 15 : Mode d'emploi (source : auteurs)

    • {Eva­lua­tion par cha­pitre} et {Eva­lua­tion par annexe}

    Ces feuilles ren­ferment res­pec­ti­ve­ment les articles des cha­pitres et les exi­gences géné­rales des annexes per­ti­nentes pour le fabri­cant de dis­po­si­tifs médi­caux. Une fois qu'une exi­gence est satis­faite, il est néces­saire de men­tion­ner le docu­ment de preuve qui prouve la confor­mi­té à l'exigence, ain­si que le réfé­ren­tiel uti­li­sé (s'il existe) sur lequel le fabri­cant s'appuie pour démon­trer la conformité.

    Figure 16 : Eva­lua­tion (source : auteurs)

    • {Résul­tats globaux}

    Grâce à un graphe radar, le fabri­cant visua­lise les résul­tats de son éva­lua­tion sur la base des cha­pitres et des annexes sur les­quels le dis­po­si­tif a été éva­lué. Un tableau de syn­thèse et des zones d'élaboration des plans d'amélioration sont pré­vus. Dans ce cas, la confor­mi­té aux évo­lu­tions du « Cha­pitre III : Enre­gis­tre­ment, EUDAMED, et résu­mé pério­dique de sécu­ri­té et de per­for­mance » sont insuf­fi­santes, il est donc néces­saire de pré­voir des plans d’actions prio­ri­taires pour mai­tri­ser cette évolution.

    Figure 17 : Résul­tats glo­baux (source : auteurs)

    • {Mai­trise documentaire}

    Une fois l’évaluation ter­mi­née, un bilan et une car­to­gra­phie des preuves docu­men­taires exi­gées par la régle­men­ta­tion sont pré­sen­tés sur cette feuille. C’est une par­tie très impor­tante car elle va per­mettre aux fabri­cants de suivre toute la docu­men­ta­tion néces­saire pour l’implémentation du Règle­ment Euro­péen. Une fois l’ensemble des exi­gences rela­tives à une docu­men­ta­tion est res­pec­té, une moyenne est cal­cu­lée pour obte­nir le pour­cen­tage rela­tif à ce document.

    Figure 18 : Mai­trise docu­men­taire (source : auteurs)

    • {Décla­ra­tion ISO 17050}

    L’auto décla­ra­tion de confor­mi­té qui est éta­blit, datée et signée par un res­pon­sable interne à l’entreprise. Cepen­dant, c’est uni­que­ment lorsqu’une exi­gence a un taux de confor­mi­té supé­rieur ou égale à la valeur choi­sie par l’évaluateur qu’elle est jugée décla­rable. Le niveau mini­mal « Décla­rables » peut être per­son­na­li­sé 50% à 90%.  La décla­ra­tion repren­dra toutes têtes de cha­pitre et des annexes, avec les pour­cen­tages de confor­mi­té associés. 

    Figure 19 : Décla­ra­tion de confor­mi­té selon la norme ISO 17 050 (source : auteurs)

    Conclusion

    Le Règle­ment Euro­péen 2017/745 impose de nou­velles obli­ga­tions aux dif­fé­rents opé­ra­teurs éco­no­miques et aux orga­nismes noti­fiés et apporte plus de pré­ci­sion que la Direc­tive 93/42 afin d’assurer la sécu­ri­té du patient et la per­for­mance des dis­po­si­tifs médi­caux pour une prise en charge sûre et de qua­li­té. Ain­si, tout fabri­cant doit démon­trer l’efficacité de ses pro­duits en met­tant en œuvre les meilleures pra­tiques pour res­pec­ter les exi­gences régle­men­taires rela­tives aux dis­po­si­tifs médicaux. 

    De plus, le règle­ment apporte une meilleure tra­ça­bi­li­té et trans­pa­rence pour garan­tir le sui­vi du dis­po­si­tif médi­cal durant tout son cycle de vie de la concep­tion, pas­sant par la livrai­son jusqu’à la réforme, ceci grâce à la base de don­nées EUDAMED et l’enregistrement qui donne accès à dif­fé­rentes données. 

    L’outil d’autodiagnostic déve­lop­pé à cet effet per­met­tra au fabri­cant de s’évaluer sur les évo­lu­tions entre la Direc­tive et le Règle­ment afin de se confor­mer au règle­ment. Il per­met­tra éga­le­ment aux per­sonnes char­gées de veiller au res­pect de la régle­men­ta­tion de gagner du temps, grâce à la prise en main simple et l’ergonomie de l’outil. A la suite de l’évaluation, cette per­sonne qua­li­fiée devra mettre en place des plans d’amélioration si néces­saires, et suivre les résul­tats obte­nus afin de main­te­nir le mar­quage CE et garan­tir un niveau plus éle­vé de la sécu­ri­té du patient.

    Références bibliographiques

    [1]           E. Leroy, « Le sec­teur des dis­po­si­tifs médi­caux », snitem.fr, 28-mai-2018. [En ligne]. Dis­po­nible sur : https://www.snitem.fr/le-snitem-en-action/les-publications/tout-savoir-sur-le-dispositif-medical. [Consul­té le : 22-janv-2020].

    [2]           J. Doe, « Medi­cal Devices », Inter­nal Mar­ket, Indus­try, Entre­pre­neur­ship and SMEs - Euro­pean Com­mis­sion, 21-nov-2018. [En ligne]. Dis­po­nible sur : https://ec.europa.eu/growth/sectors/medical-devices_en. [Consul­té le : 17-déc-2019].

    [3]           A. Laga­dec, « Implants Files » : les 10 implants qui ont cau­sé le plus d’incidents aux Etats-Unis », Le Monde.fr, ICIJ, 25-nov-2018. [En ligne]. Dis­po­nible sur : https://www.lemonde.fr/implant-files/article/2018/11/25/implants-files-les-10-implants-qui-ont-cause-le-plus-d-incidents-aux-etats-unis_5388419_5385406.html

    [4]           E. Gaillard, « Plus de 2 200 rup­tures consta­tées sur des pro­thèses PIP en France », Le Monde.fr, 18-avr-2012. [En ligne] Dis­po­nible sur : https://www.lemonde.fr/implant-files/article/2018/11/25/le-manque-de-controle-des-dispositifs-medicaux-met-en-peril-la-securite-de-millions-de-patients_5388424_5385406.html

    [5]           ANSM, « SYNTHESE d’activité 2016 ». [En ligne]. Dis­po­nible sur : https://ansm.sante.fr/var/ansm_site/storage/original/application/efc41a539ed75517a2f3e1886ff64bc5.pdf. [Consul­té le : 17-déc-2019].

    [6]           ANSM, « SYNTHÈSE D’ACTIVITÉ 2018 ». [En ligne]. Dis­po­nible sur : https://ansm.sante.fr/var/ansm_site/storage/original/application/1e7d5025d0ceefcf17a2be10892402a9.pdf. [Consul­té le : 17-déc-2019].

    [7]           Par­le­ment Euro­péen, « Règle­ment (UE) 2017/745 du Par­le­ment euro­péen et du Conseil du 5 avril 2017 rela­tif aux dis­po­si­tifs médi­caux, modi­fiant la direc­tive 2001/83/CE, le règle­ment (CE) n° 178/2002 et le règle­ment (CE) n° 1223/2009 et abro­geant les direc­tives du Conseil 90/385/CEE et 93/42/CEE (Texte pré­sen­tant de l’intérêt pour l’EEE. ) ». Ed. JO L 117, http://data.europa.eu/eli/reg/2017/745/oj, 05-mai-2017. [Consul­té le : 17-déc-2019]

    [8]           Par­le­ment Euro­péen, « Direc­tive 93/42/CEE du Conseil, du 14 juin 1993, rela­tive aux dis­po­si­tifs médi­caux ». Ed JO L 169, http://data.europa.eu/eli/dir/1993/42/oj, 12-juill-1993. [Consul­té le : 17-déc-2019]

     [9]          « Euro­pean data­base on medi­cal devices (EUDAMED) | Inter­nal Mar­ket, Indus­try, Entre­pre­neur­ship and SMEs ». [En ligne]. Dis­po­nible sur : https://ec.europa.eu/growth/sectors/medical-devices/new-regulations/eudamed_en. [Consul­té le : 17-déc-2019].

    [10]        Edi­tions Afnor, « FD CEN/TR 17223 : Docu­ment d’orientation sur la rela­tion entre l’EN ISO 13485 :2016 (Dis­po­si­tifs médi­caux — Sys­tèmes de mana­ge­ment de la qua­li­té — Exi­gences à des fins régle­men­taires) et le Règle­ment euro­péen rela­tif aux dis­po­si­tifs médi­caux ain­si que le Règle­ment rela­tif aux dis­po­si­tifs médi­caux de diag­nos­tic in vitro », 14-nov-2018. [En ligne]. Dis­po­nible sur : www.afnor.org. [Consul­té le : 17-déc-2019].

    [11]        G. Pro­mé, « Règle­ment Dis­po­si­tifs Médi­caux (UE) 2017/745 : guide de sur­vie à des­ti­na­tion des fabri­cants », Qua­li­ti­so, 14-mai-2017. [En ligne]. Dis­po­nible sur : https://www.qualitiso.com/reglement-ue-2017-745-guide/?fbclid=IwAR3LXDq4Vrsmav1Yi52VH0go6NGYwAm0SjjElQe6LP6GjQCsbvrdSpr5tFg

    [12]        ANSM, « Fiche du dégré de nou­veau­té d’un dis­po­si­tif médi­cal ». [En ligne]. Dis­po­nible sur : https://ansm.sante.fr/var/ansm_site/storage/original/application/569e94a19945e1f0eb6e6d0d0fff8c21.pdf. [Consul­té le : 17-déc-2019].

    [13]        Com­mis­sion euro­péenne, « Le Guide bleu rela­tif à la mise en œuvre de la régle­men­ta­tion de l’Union euro­péenne sur les pro­duits », 2016. [En ligne]. Dis­po­nible sur : https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/?uri=OJ:C:2016:272:TOC. [Consul­té le : 17-déc-2019].

    searchhomearrow-circle-left